Heureux qui comme Ulysse...

Heureux qui comme Ulysse...

Français
5 pages

Description

Heureux qui comme Ulysse... Alain Madelin et Ulysse Gosset Son père, pour d'obscures raisons a préféré le prénom d'Ulysse. Heureusement pour lui, il a échappé à celui d'Adolf, prénom que Patrick Bruel donne à son fils dans son dernier film : Le prénom. Ulysse, le notre, est né en 1956 au numéro 2 de la rue de Vaugirard dans le 15ème arrondissement de Paris. Quand il se bagarrait à l'heure de la récré avec ses petits copains à l'école primaire, son prénom suscitait le sarcasme et la moquerie. Pourtant, devenu adulte, ayant lu L'Odyssée, il s'est identifié au héros de la mythologie, ayant gravé dans sa mémoire l'inoubliable sonnet de Du Bellay : « Heureux qui comme Ulysse, a fait un beau voyage... » . Ulysse Gosset, n'a cessé depuis une trentaine d'années de sillonner les sept mers et les cinq continents. Pour y exercer le plus beau des métiers, et je sais de quoi je parle. J'ai fait la même chose que lui. Seuls 20 ans nous séparent. Nous considérons l'un et l'autre que toute autre occupation condamne à des spécialités sans autre finalité que le profit. Ulysse Gosset est grand reporter et nos routes se sont parfois croisées dans les antichambres de la politique ou sur les champs de bataille de l'histoire contemporaine. Il vient de prendre la direction des affaires internationales sur BFMTV et devra désormais se poser plus souvent sur un fauteuil dans les bureaux de la hiérarchie. Heureusement l'international s'inscrit de manière évidente dans ses compétences d'homme de terrain.

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de lectures 273
Langue Français
Signaler un problème
Heureux qui comme Ulysse...
Alain Madelin et Ulysse Gosset
Son père, pour d'obscures raisons a préféré le prénom d'Ulysse. Heureusement pour lui, il a échappé à celui d'Adolf, prénom que Patrick Bruel donne à son fils dans son dernier film : Le prénom.
Ulysse, le notre, est né en 1956 au numéro 2 de la rue de Vaugirard dans le 15ème arrondissement de Paris. Quand il se bagarrait à l'heure de la récré avec ses petits copains à l'école primaire, son prénom suscitait le sarcasme et la moquerie. Pourtant, devenu adulte, ayant lu L'Odyssée, il s'est identifié au héros de la mythologie, ayant gravé dans sa mémoire l'inoubliable sonnet de Du Bellay :
« Heureux qui comme Ulysse, a fait un beau voyage... » .
Ulysse Gosset, n'a cessé depuis une trentaine d'années de sillonner les sept mers et les cinq continents.
Pour y exercer le plus beau des métiers, et je sais de quoi je parle. J'ai fait la même chose que lui. Seuls 20 ans nous séparent. Nous considérons l'un et l'autre que toute autre occupation condamne à des spécialités sans autre finalité que le profit. Ulysse Gosset est grand reporter et nos routes se sont parfois croisées dans les antichambres de la politique ou sur les champs de bataille de l'histoire contemporaine. Il vient de prendre la direction des affaires internationales sur BFMTV et devra désormais se poser plus souvent sur un fauteuil dans les bureaux de la hiérarchie. Heureusement l'international s'inscrit de manière évidente dans ses compétences d'homme de terrain.
Quand nous nous sommes retrouvés en tête à tête dans mon restaurant favori, l'Indra, temple de la gastronomie indienne à Paris, nous avons eu l'impression l'un et l'autre de nous retrouver plutôt à New Delhi qu'à deux pas du métro Saint Philippe du Roule. La veille, il avait participé au diner du Quai d'Orsay donné par Laurent Fabius en l'honneur d'une personnalité entrée dans l'histoire comme Jeanne D'Arc ou Nelson Mandela : Aung San Suu Kyi,
« La Dame de Birmanie » . Il l'avait déjà rencontrée, et le portrait qu'il me fait d'elle dégage une admiration révélatrice des préoccupations