La grande mode des ouvertures de capital

La grande mode des ouvertures de capital

Français
8 pages

Description

La grande mode des ouvertures de capital Olivier Duha, président de Croissance Plus, association professionnelle d'entrepreneurs qui fédère les dirigeants d'entreprises en forte croissance, en est convaincu « l'ouverture du capital des PME comme des ETI représente une opportunité de croissance rapide pour les entreprises. Elle est créatrice de rentabilité nette. Au-delà du fait de permettre d'importants projets de développement, franchir cette étape apporte à l'entreprise un gage de crédibilité et permet à l'entrepre- neur de s'ouvrir sur de nouveaux réseaux ». Hugues des Garets, directeur de participation chez CM-CIC Capital Finance, société née en 2011 du regroupement de CIC Finance, la Banque de Vizille et IPO pour accompagner les entreprises à tous les stades de leur développement, est encore plus précis : « Tous les projets qui concourent au développement de l'entreprise peuvent être l'occasion d'une levée de fonds, qu'il s'agisse de croissance interne, par exemple la mise en place d'une nouvelle ligne de production, ou de croissance externe, avec l'acquisition d'un concurrent dans une autre région de France ou celles d'un nouveau savoir-faire, complémentaire au coeur de métier de l'entreprise ».

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de lectures 50
Langue Français
Signaler un problème
La grande mode des ouvertures de capital
Olivier Duha, président de Croissance Plus, association professionnelle d'entrepreneurs qui fédère les dirigeants d'entreprises en forte croissance, en est convaincu « l'ouverture du capital des PME comme des ETI représente une opportunité de croissance rapide pour les entreprises. Elle est créatrice de rentabilité nette. Au-delà du fait de permettre d'importants projets de développement, franchir cette étape apporte à l'entreprise un gage de crédibilité et permet à l'entrepre- neur de s'ouvrir sur de nouveaux réseaux ». Hugues des Garets, directeur de participation chez CM-CIC Capital Finance, société née en 2011 du regroupement de CIC Finance, la Banque de Vizille et IPO pour accompagner les entreprises à tous les stades de leur développement, est encore plus précis : « Tous les projets qui concourent au développement de l'entreprise peuvent être l'occasion d'une levée de fonds, qu'il s'agisse de croissance interne, par exemple la mise en place d'une nouvelle ligne de production, ou de croissance externe, avec l'acquisition d'un concurrent dans une autre région de France ou celles d'un nouveau savoir-faire, complémentaire au coeur de métier de l'entreprise ». L'appel à des investisseurs est une démarche particulière : «
Emprunter et ouvrir son capital sont deux formes de financement totalement complémentaires : l'apport de fonds propres va permettre à l'entreprise de renforcer sa structure financière et sa trésorerie, et lui donner des capacités d'endettement complémentaires », explique Hugues des Garets. L'entrée d'un investisseur dans le capital d'une entreprise prend de 3 à 6 mois, entre le premier contact pour étudier l'intérêt d'une prise de participation et la définition des modalités générales du nouveau partenariat, relatives aussi bien à la valorisation de l'entreprise qu'au montant des fonds propres apporté. Une fois un accord trouvé, les deux parties signent un pacte d'actionnaires, définissant les relations dans le temps.
Des PME à maturité
Pour séduire les investisseurs, l'entreprise doit présenter un «beau profil», avec un historique de résultats positif, un modèle économique éprouvé, une équipe de direction de qualité et, évidemment, un projet de développement. À la différence du banquier, qui s'intéresse principalement à la capacité de remboursement, l'investisseur recherche une plus-value à terme et fonde sa décision d'investissement et de prise de risque sur un business plan qui met en évidence un potentiel de croisenquête sance significatif. Contrairement à une idée reçue, toutes les entreprises peuvent séduire les investisseurs, pas seulement les start-up technologiques. Ainsi, le groupe familial Moulinvest (plus de 20 millions d'euros de chiffre d'affaires) fondé en 1916, aujourd'hui positionné sur les marchés à forte croissance dans l'éco-construction et le bois-énergie, a-t-il réussi une augmentation de capital de 4 millions d'euros sur Alternext. «
En dépit d'un environnement économique chahuté, le groupe a su convaincre les investisseurs de la pertinence d'un modèle de création de valeur intégré combinant maîtrise des approvisionnements, performance des cycles de transformation du bois et disponibilité des réseaux commerciaux », explique Maurice Moulin, président de Moulinvest.