Renault lorgne sur le haut de gamme
3 pages
Français

Renault lorgne sur le haut de gamme

Cet ouvrage peut être téléchargé gratuitement

Description

Renault lorgne sur le haut de gamme Personne n'en parle mais, le groupe français a vu ses ventes à l'étranger augmenter de 19%, affichant même un free cashflow supérieur à 1 milliard d'euros lors du dernier bilan. Pour Renault, les relais de croissance sont clairement tournés vers l'international avec en perspective une montée en gamme, avec le lancement d'une nouvelle marque premium et la relance de la marque Alpine. Vers une 4ème marque ? Sur le lancement d'une marque haut de gamme, «Initial Paris» et la renaissance de l'Alpine, la sportive dévoilée en concept-car lors du dernier salon de Monaco fin mai, Philippe Klein, membre du comité exécutif, laisse planer le doute. «Nous sommes encore en phase exploratoire. Renault Alpine A110-50 reste pour l'instant un conceptcar. L'articulation du groupe Renault autour de 4 marques est un des sché- mas possibles pour l'avenir, et sur lequel nous travaillons. Mais à ce jour, aucune décision n'a été prise concernant le lancement de nouvelles marques, y compris pour le haut de gamme. La stratégie de Renault reste articulée autour des marques globales Renault et locales Dacia et Renault Samsung Motors». Après les échecs de la Vel Satis (62.201 exemplaires vendus) et de l'Avantime, le groupe cherche donc bien un nouveau relais de croissance sur le segment du luxe, un marché nettement plus lucratif que celui de la Clio, de la Twingo ou encore des véhicules utilitaires et qui ont le mérite de tirer vers le haut l'image du groupe.

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de lectures 57
Langue Français
Renault lorgne sur le haut de gamme
Personne n'en parle mais, le groupe français a vu ses ventes à l'étranger augmenter de 19%, affichant même un
free cashflow supérieur à 1 milliard d'euros lors du dernier bilan. Pour Renault, les relais de croissance sont clairement tournés vers l'international avec en perspective une montée en gamme, avec le lancement d'une nouvelle marque premium et la relance de la marque Alpine.
Vers une 4ème marque ? Sur le lancement d'une marque haut de gamme, «Initial Paris» et la renaissance de l'Alpine, la sportive dévoilée en concept-car lors du dernier salon de Monaco fin mai, Philippe Klein, membre du comité exécutif, laisse planer le doute.
«Nous sommes encore en phase exploratoire. Renault Alpine A110-50 reste pour l'instant un conceptcar. L'articulation du groupe Renault autour de 4 marques est un des sché- mas possibles pour l'avenir, et sur lequel nous travaillons. Mais à ce jour, aucune décision n'a été prise concernant le lancement de nouvelles marques, y compris pour le haut de gamme. La stratégie de Renault reste articulée autour des marques globales Renault et locales Dacia et Renault Samsung Motors». Après les échecs de la Vel Satis (62.201 exemplaires vendus) et de l'Avantime, le groupe cherche donc bien un nouveau relais de croissance sur le segment du luxe, un marché nettement plus lucratif que celui de la Clio, de la Twingo ou encore des véhicules utilitaires et qui ont le mérite de tirer vers le haut l'image du groupe.
Difficile haut de gamme
Timide sur ce segment sur lequel les allemandes règnent en maître, Renault n'y est présent qu'à travers les véhicules Espace, Latitude, Laguna et Laguna Coupé et Koleos. Pas vraiment de quoi faire rêver face aux Mercedes Classe C, Audi A8 ou BMW série 7 !
«L'Espace, avec son histoire, reste un atout majeur», assure Philippe Klein.
«Son remplacement en 2014 marquera un vrai renouveau.
Au-delà, nous travaillons sur d'autres projets, dans une optique mondiale, y compris dans le cadre de notre partenariat avec Daimler. Mais je ne peux pas en dire davantage à ce stade». Le lancement de la Latitude en 2010, censée concurrencer les Citroën C6, Peugeot 508, Volkswagen Passat et Skoda Superb, ne convainc pas vraiment.
«Ce véhicule tricorps, statutaire, séduit des flottes, cadres supérieurs ou patrons de PME. Il a une vocation mondiale. Outre sa présence en France, il remporte des succès en Turquie, en Chine mais aussi en Russie», affirme le représentant de la marque. Fabriquée en Corée et en vente à partir de 33.600 euros, elle se distingue certes par son ionisateur d'air bi-mode avec 2 diffuseurs de parfum, l'air conditionné trizones, le siège du conducteur massant... mais sans caractère et sans réel marché, apparaissant davantage comme un véhicule de transition qu'un réel étendard de ce qui se fait de mieux chez Renault.
2012 : année des lancements
En attendant de dévoiler, ou pas, le lancement d'une nouvelle marque haut de gamme et la renaissance d'Alpine, l'industriel mise sur l'électrique et la modernisation de certains véhicules existants.
«L'année 2012 est une année phare pour la marque Renault. D'abord, nous complétons notre gamme zéro notre
gamme zéro émission, avec la commercialisation de Twizy et ZOE. Avec ces 2 véhicules, l'électrique fait son entrée dans les foyers. Ensuite, le lancement de Clio IV qui marquera, Clio IV qui marquera, à son tour, le renouveau du design de Renault. Clio IV intégrera un contenu produit de haut niveau, tant en motorisa- tion qu'en agrément à bord». Ainsi, la gamme ZE (zéro émission) comportera dès cette année 4 véhicules couvrant l'essentiel des usages compatibles avec la mobilité électrique (recharge, autonomie).
«Notre premier objectif est donc de développer cette gamme, en continuant d'abord à travailler sur les coûts puis, dans les phases suivantes, sur les prestations. Nous projetons aussi, en partenariat avec Daimler, un petit véhicule électrique de la taille de Twingo». Renault devra soigner son esthétique afin de devenir aussi synonyme d'une certaine élégance à la française, comme savent le faire les géants du luxe et de la mode.
Chiffre d'affaires 2011 : 42,628 milliards d'euros. Résultat net 2011 :2,139
Renault à la peine.
milliards d'euros. Présent dans 118 pays. sites industriels. 13.300 points de vente.
Effectif : 128.322 salariés. 3 marques : Renault, Dacia et Renault Samsung Motors.
«Aucune décision n'a été prise concernant le lancement de nouvelles marques, y compris pour le haut de gamme». Philippe Klein, membre du comité exécutif, directeur plan, produit, programmes du groupe Renault
)