Témoignage d
18 pages
Français

Témoignage d'entrepreneurs

-

Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Description

Interview de deux experts de l'entrepreneuriat publiée à Envie d'entreprendre. Ce document relate l'expérience de deux entrepreneurs réputés, qui répondent à des questions clefs en matière d'entrepreneuriat : Quelles sont les règles d'or pour créer son entreprise ? Est-il plus facile de créer son entreprise aujourd'hui pour un jeune ? Quel est l'âge idéal pour créer son entreprise ? Quels sont les organismes d’aide à la création d’entreprise ? Quelles structures existent pour accompagner l’entrepreneur ? Quelles sont les qualités d’un entrepreneur ? Que faut-il faire pour qu’une création d’entreprise soit une réussite ? Est-ce que tout le monde peut créer son entreprise ? Est-ce que créer son entreprise prend beaucoup de temps ? Quelles sont les erreurs qu’il faut éviter quand on crée une entreprise ?
Antony BABKINE étudiant en grande école de commerce et entrepreneur a réalisé une interview à deux voix de deux spécialistes reconnus de l’entrepreneuriat, tant par leur expertise que par leur implication dans le processus entrepreneurial. Jacques ARLOTTO dirige l’incubateur d’AUDENCIA Nantes et le réseau des incubateurs de l’enseignement supérieur IES!, Philippe JOURDAN, associé fondateur de la société PANEL
ON THE WEB, auteur de marketing Research (Dunod) est maître de conférences habilité à diriger des recherches à l’Université d’Evry Val d’Essonne.

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 24 mai 2011
Nombre de lectures 350
Langue Français
Entretiens Envie d’Entreprendre Février 2011
Antony BABKINE étudiant en grande école de commerce et entrepreneur a réalisé une interview à deux voix de deux spécialistes reconnus de l’entrepreneuriat, tant par leur expertise que par leur implication dans le processus entrepreneurial.  
 Jacques ARLOTTO dirige l’incubateur d’AUDENCIA Nantes et le réseau des incubateurs de l’enseignement supérieur IES!, Philippe JOURDAN, associé fondateur de la société PANEL ON THE WEB, auteur de marketing Research (Dunod) est maître de conférences habilité à diriger des recherches à l’Université d’Evry Val d’Essonne.  
      
 
 AB : Quelles sont les règles d’or pour créer son entreprise ?  Philippe JOURDAN  « Je pense qu’il y en a deux : ·  Il faut garder sa passion intacte . On ne crée qu’en étant passionné, et le management c’est communiquer cette passion. Développer une entreprise c’est au départ faire énormément de sacrifices, pour les accepter il faut donc qu’il y ait une contrepartie. Cette contrepartie ce n’est pas la richesse, pas tout de suite en tout cas,
1  
Entretiens Envie d’Entreprendre Février 2011
mais c’est de se lever tous les jours en se disant que ce que l’on fait est passionnant, qu’on le construit et qu’on le fait pour soi, dans un cadre librement choisi. Il y a donc à la fois une notion de liberté, et une notion de passion qui domine, une passion partagée.  Il faut aussi savoir être humble et accepter l’échec . C’est sans doute le plus difficile, car en France nous ne sommes pas dans une culture de l’échec. Quand tout réussit, tout va bien, mais lorsque quelqu’un échoue, il est vite montré du doigt. Une des grandes qualités, une des grandes forces à mon sens de la culture d’entreprise dans d’autres pays c’est que quelqu’un qui a échoué est présumé avoir acquis l’expérience issue des enseignements de son échec. Il a donc une prédisposition à recommencer, à rebondir. Je crois qu’il faut garder cela à l’esprit. Il y a beaucoup de projets qui échouent, et c’est normal ; il y a sans doute 2 projets sur 3 qui ne donnent pas  ·  l’espoir que l’on a placé en eux initialement. Pour autant j’ai l’habitude de dire des gens qui ont échoué et des gens qui en on retiré les enseignements, qu’ils ont une prédisposition formidable pour recommencer et sans doute réussir la fois suivante. Ce sont des choses parfaitement admises dans d’autres pays, qui le sont un peu moins en France, et si on pouvait évoluer dans ce domaine là, je pense que l’on aurait de supers repreneurs, et de supers créateurs d’entreprise. »
  Jacques ARLOTTO  « Je verrais plutôt qu’une règle d’or, trois règles d’or : - avoir une bonne idée, - constituer une très bonne équipe - savoir s’entourer et savoir utiliser le conseil  Si vraiment ces trois éléments sont présents dans la création d’entreprise, on a de fortes chances pour que le projet soit une très belle réussite »
2  
Entretiens Envie d’Entreprendre Février 2011
  AB : Est-il plus facile de créer son entreprise aujourd’hui pour un jeune ?  Jacques ARLOTTO  « Aujourd’hui, il est plus facile pour un jeune de créer son entreprise qu’il y a quelques années. En effet, la législation a grandement simplifié les formalités administratives, et aujourd’hui il existe de nombreux moyens de préparer son projet, de se renseigner, de se documenter, et de se lancer beaucoup plus efficacement : la dématérialisation des documents, l’accès à des banques de données via internet peuvent grandement faciliter le lancement d’une entreprise.»   AB : Quel est l’âge idéal pour créer son entreprise ?  Philippe JOURDAN  « C’est une question difficile, je suis relativement partagé. Je pense qu’il est bien de créer son entreprise quand on est jeune, on a sans doute plus d’énergie, plus d’enthousiasme, une forte capacité à fédérer. Pour autant la création d’entreprise c’est un parcours d’obstacles, on peut lever certains d’entre eux par son réseau de relations, par son expérience, par la pratique professionnelle qu’on a pu avoir avant… Je dirai donc que pour moi il n’y a pas de vérité bien établie : il y a des jeunes qui réussissent très tôt, très vite, et il y en a d’autres qui ont sans doute plus d’opportunités, d’aptitude à créer leur entreprise après une première expérience professionnelle.»   
3  
Entretiens Envie d’Entreprendre Février 2011
AB : Quels sont les organismes d’aide à la création d’entreprise ? Quelles structures existent pour accompagner l’entrepreneur ?  Jacques ARLOTTO  « Il existe de très nombreux organismes d’aide à la création d’entreprise. Des organismes d’origine publique, para publique, et privée. Si on prend les organismes publics, il existe des agences d’état comme « OSEO » qui concerne le lancement des projets innovants au niveau des PME. Soit elles financent des projets innovants, soit elles aident au financement de projets qui peuvent être assez importants. Il existe également des établissements consulaires, comme les chambres de commerce, les chambres de métiers, ou différentes associations qui interviennent à différents degrés et à différents moments de la phase de création d’entreprise. On retrouve également des structures qui se développent sans cesse et qui sont apparues en France au début des années 1980 ; elles sont connues sous le nom de « pépinières d’entreprises » et sous le nom d’ « incubateurs d’entreprises ». Elles sont rejointes aujourd’hui par des « couveuses » : elles permettent à des jeunes créateurs de tester leur projet. Il existe aussi des associations qui interviennent sur des thématiques plus ou moins larges et qui sont là en général pour aider à former le créateur, pour le mettre en relation avec d’autres entrepreneurs, ou avec des organismes susceptibles de l’aider.  Il y a aujourd’hui en France environ 300 pépinières et incubateurs, qui sont réparties sur l’ensemble du territoire métropolitain, et également dans certains DOM/TOM. Ces structures font de l’accompagnement, c'est-à-dire qu’elles informent, conseillent, aident à préparer le projet, et aident pour certaines d’entre-elles à faire fonctionner l’entreprise durant les premiers mois de son existence. En général les structures de type pépinières accueillent une, deux, ou une dizaine de personnes au sein de locaux adaptés aux besoins de la jeune entreprise (ils font généralement quelque m² à quelques dizaines de m²). Ces pépinières fournissent tout un ensemble de services : un accompagnement, de la formation, du conseil, de la mise en relation, et également un soutien moral très important. Quand on lance son entreprise, on est amené à devoir tout faire en même temps, et on ne sait pas
4  
Entretiens Envie d’Entreprendre Février 2011
toujours comment s’y prendre ; si l’entreprise est accompagnée par une pépinière de qualité, elle pourra optimiser ses chances de réussite de manière très importante.  Les incubateurs d’entreprise qu’on trouve en parallèle des pépinières en France travaillent plutôt sur des projets innovants et avant la phase de création, même si certaines pépinières travaillent aussi avant cette phase de création. Les incubateurs qui ont été lancés en 1999 avec la loi Allègre sur l’innovation et la recherche, il y a donc 29 incubateurs à ce jour répartis sur l’ensemble du territoire français. Ces incubateurs travaillent exclusivement sur des projets innovants, qui vont relever des technologies de l’information et de la communication, des sciences de l’ingénieur, des bio technologies, des sciences du vivant, et des sciences des matériaux. Ces incubateurs vont travailler, vont aider le créateur à travailler sur l’idée, une idée innovante, qui peut émaner d’un laboratoire public ou d’un laboratoire privé, ou même d’une simple réflexion, d’un particulier qu’il s’agisse d’un cadre d’entreprise, d’un ingénieur, d’un salarié, voire même d’un étudiant ou d’une personne sans emploi. Le travail de l’incubateur va vraiment porter sur l’aide à la réflexion, à la préparation du plan d’affaire.  Le plan d’affaires est un dossier qui va représenter le profil du projet d’entreprise. Ce profil commence par l’idée, par l’équipe de création, et par les aspects techniques, commerciaux, et marketing, et financiers qui vont être testés, formatés, adaptés à ce qu’on pense faire de son entreprise. En général on constate une phase de réflexion pour réaliser un plan d’affaire qui est présentable, c'est-à-dire, présentable à des partenaires, à des associés, à des banquiers, à des investisseurs, voire même à des clients ou à des fournisseurs, il faut compter plusieurs mois de préparation, et si le projet est vraiment innovant, on compte en général 9 à 12 mois de préparation pour avoir un plan d’affaires qui tienne la route, c'est-à-dire, un plan d’affaires qui va susciter l’intérêt, et qui va faire dire aux partenaires, aux clients potentiels, aux investisseurs « cette idée là va aboutir sur un marché, on peut donc gagner de l’argent avec ce projet ».  Les organismes comme les pépinières et les incubateurs sont là vraiment pour aider et accompagner, ils ne se substituent pas au créateur, mais ils sont là pour leur servir de coach,
5  
Entretiens Envie d’Entreprendre Février 2011
de conseil, un peu comme un entraineur d’une équipe de football, il est là pour ajuster l’équipe, si le milieu de terrain par exemple est un peu faible, il va faire sortir un joueur, le faire reculer ou le faire monter. Pour les accompagnateurs, les spécialistes en conseil en matière de création d’entreprise, ça va être la même chose, donc il va falloir aiguiller, réajuster, et parfois réadapter le projet, dont le but est d’amener vers un marché. Bien entendu dans un certain nombre de cas, on va s’apercevoir que finalement, le marché n’est pas là, alors il va falloir que l’incubateur ou la pépinière mette le créateur devant ses responsabilités, et le créateur devra par lui-même arrêter le projet parce qu’il ne pourra pas se transformer en réussite entrepreneuriale. Donc le rôle des ses organismes est vraiment très important.  Parmi les organismes qui interviennent, les plus connus à ce jour en France ce sont les chambres de commerce et d’industrie, qui interviennent aussi sur de nombreux services, ce sont des organismes qui peuvent également faire du conseil, et de l’aiguillage. Ces organismes sont connus de part l’antériorité dans la vie économique des chambres de commerce (la plus vieille chambre de commerce a été créée au XVIème siècle à Marseille) donc dans le vécu et dans l’esprit du grand public, quand on pense entreprise, ou création d’entreprise, on pense chambre de commerce.  Vous avez des organismes plus récents, mais qui sont très efficaces eux aussi quand on lance une entreprise, je pense notamment à l’agence pour la création d’entreprise, dont le portail internet www.apce.com est remarquable d’informations pour les créateurs, et il existe aussi des sites plus spécialisés, des structures plus spécialisées, des associations thématiques, comme les associations regroupant des pépinières et des incubateurs d’entreprise à travers différents réseaux, de type régionaux ou nationaux, Réseau P3MIL en Ile de France pour les pépinières d’entreprises, le réseau Retis au niveau national pour les incubateurs, les parcs scientifiques, les technopôles, qui sont des regroupements d’entreprises, des sites qui sont dédiés à la recherche et à la production d’industrie ou de services. En France il existe de nombreux sites qu’on retrouve aussi sur les principales aires métropolitaines du territoire. Ces organismes, ces réseaux de structures interviennent aussi de manière importante pour aider à lancer une entreprise.
6  
Entretiens Envie d’Entreprendre Février 2011
 Vous avez aussi et il ne faut pas l’oublier, les écoles de commerce, les écoles d’ingénieur, et même certaines universités, qui permettent à des jeunes de pouvoir se lancer, et qui peuvent préparer leur projet au sein de ses différentes structures. Certaines écoles d’ingénieur et école de commerce proposent des incubateurs étudiants, avec des moyens logistiques et puis aussi l’accès au savoir de différents professeurs, tant dans la discipline de type science de gestion que dans les disciplines techniques, suivant les savoirs et les ressources en expertise dont disposent les écoles, l’étudiant peut tout à fait préparer son projet tout au long de sa scolarité, et vous avez même des structures qui se regroupent : vous avez par exemples plusieurs universités et établissements d’enseignement supérieur, qui interviennent dans ce que l’on appelle les maisons de l’entrepreneuriat, et qui regroupe les principales composantes en matière d’enseignement supérieur et qui permet à des étudiants de trouver les bonnes personnes, de mieux se former à la création d’entreprise, et également de préparer son projet, quelque soit la filière que suit l’étudiant.. »  Philippe JOURDAN  « Des organismes il y en a de très nombreux : d’aide, de soutien, de financement, de développement de réseau, certains sont complètement informels, d’autres dépendent des pouvoirs publics, d’autres d’associations, de regroupements, etc. J’en citerai un qui m’a particulièrement aidé, c’est celui du réseau des incubateurs puisque nous sommes une entreprise qui a été incubée, pas au démarrage, mais après quelques mois d’activité, ca a été un passage extrêmement enrichissant à une époque où nous étions encore une structure fragile. Nous avons donc bénéficié de locaux, de services, de conseil, et nous avons surtout été soutenus y compris psychologiquement car nous avons traversé des périodes de doutes, comme tous chefs d’entreprise. J’ai particulièrement apprécié cette période, je dirai que des années après, j’en garde un excellent souvenir. Il y a donc énormément de structures, qu’elles soient formelles ou informelles. Concernant les structures formelles, il y a évidemment celles mises en place par les services publics, ou bien celles mises en place par les entreprises à l’initiative des fédérations, des associations, des syndicats de regroupement professionnels. Je dirai que pour moi, s’il y en a
7  
Entretiens Envie d’Entreprendre Février 2011
une qui domine les autres, c’est sans doute le réseau des incubateurs, puisque nous avons eu la chance d’être incubé. Nous ne l’avons pas été immédiatement au départ, mais nous étions une jeune pousse avec déjà quelques mois d’activité. Par contre cela nous a permis à un moment où nous avions vraiment décollé en termes de chiffre d’affaires et d’activité, de nous appuyer sur des ressources, des locaux, mais aussi sur des compétences, une expertise, un vrai soutien, y compris un soutien psychologique. Comme tout chef d’entreprise nous avons traversé des périodes de doute, nous avons donc pu avoir les conseils de gens qui croyaient dans notre projet, qui nous ont encouragés à poursuivre, qui nous ont donnés les bons leviers pour poursuivre, et j’en garde un excellent souvenir avec le recul. Le fait d’être passé d’une entreprise de 3 salariés à 27 en quelques années, montre que l’incubation peut être un excellent booster de business. »  AB : Quelles sont les qualités d’un entrepreneur ?  Philippe JOURDAN  Les qualités sont partagées quelque soit l’activité. Il y a bien évidemment la compétence dans son métier, je crois qu’il faut être à la fois légitime, compétent, il faut avoir une bonne expérience et bien connaître le métier à fond. J’ai souvent l’habitude de dire à mes salariés que si je suis capable de les encadrer et de leur donner des directives, c’est que tout ce qu’ils ont fait y compris les erreurs qu’ils sont à même de commettre aujourd’hui, en réalité je les ai déjà faites, ou je les ai déjà commises. C’est la première qualité quelque soit le métier, qu’on soit dans le service ou dans l’industrie. La qualité plus fondamentale est une capacité forte de résistance psychologique au doute, aux échecs, aux périodes pendant lesquelles les affaires vont parfois moins bien, où le stress, la charge de travail nous oblige à choisir entre des priorités multiples. Il faut, au bout d’un certain, en particulier lorsque que l’entreprise se développe, savoir compter avec deux qualités essentielles : ·  La première : recruter des bons profils et savoir passer la main. C’est un peu le drame des chefs d’entreprise dans les TPE, lorsqu’ils deviennent une PME, et que de la PME
8  
Entretiens Envie d’Entreprendre Février 2011
on devient une entreprise de plus grosse taille, savoir s’encadrer, déléguer, responsabiliser les collaborateurs, est nécessairement une étape obligée et je ne pense pas que ce soit une étape forcément facile. En tout cas ce sont des choses que l’on n’apprend pas en termes de management, mais plutôt sur le terrain. ·  La deuxième : la capacité à diffuser son enthousiasme et à faire qu’à n’importe quelle étape où on se trouve dans la création de l’entreprise qu’on ait toujours l’enthousiasme du début. »  Jacques ARLOTTO  « Pour être un entrepreneur, il ne faut pas disposer de la totalité des qualités que certains voient dans un entrepreneur. Mais certaines sont fondamentales. Je pense par exemple à la persévérance, au fait de pouvoir manager une équipe, d’être méthodique, organisé et de savoir vendre. Ce sont des qualités indispensables. Il y a aussi des qualités que l’on peut avoir naturellement comme se passer de sommeil, si on peut dormir 6 – 7h par nuit, c’est plus intéressant que si pour être en forme on doit dormir une dizaine d’heures. Tout le monde n’a pas la même physiologie. Les personnes qui peuvent dormir moins ont des mêmes atouts que n’ont pas les personnes quoi ont besoin de beaucoup de sommeil pour être efficace. Un entrepreneur doit savoir aussi dire non, ce n’est pas évident, surtout en phase de démarrage, on a tendance à toujours dire oui, pour essayer d’avoir des clients, pour faire des propositions. Mais à un moment donné si le prospect vous demande constamment des compléments d’information, il faut savoir lui dire que votre temps vaut de l’argent, et que vous ne pouvez pas continuer à vous occuper de lui sans qu’il fasse un geste significatif, à savoir qu’il fasse une commande. Donc savoir dire non, c’est une qualité importante, savoir manager une équipe, être persévérant, entreprenant, avoir de l’imagination, avoir un certain sens de l’empathie, mais il faut savoir aussi être ferme, comme je le disais, par rapport à des clients, qui finalement ne se transforment pas en clients, mais restent au stade de prospect, peut être même vous ont-ils fait faire le lièvre au profit d’autres concurrents, donc il faut savoir aussi détecter ces pièges des affaires qu’on va rencontrer dès le début de son aventure entrepreneuriale.
9  
Entretiens Envie d’Entreprendre Février 2011
Il faut savoir aussi prendre du temps pour soi, on pense souvent qu’un entrepreneur n’a pas de vie de famille, ne peut pas se reposer, n’a plus de vacances, il faut savoir s’organiser. Si on sait s’organiser, on doit réussir à trouver du temps libre. Dans les premiers temps, bien sûr ces temps sont relativement réduits, mais il faut au moins savoir s’arrêter un jour par semaine, faire autre chose, s’oxygéner, et non pas être 24h/24, 7jrs/7 sur son projet. Par la suite cela dépend des modes d’organisation de chacun, il y a des chefs d’entreprise qui prennent régulièrement des vacances, ça peut être des week-ends prolongés, ou une semaine complète, une coupure plus ou moins importante, ça va pouvoir se faire à condition qu’il y ait déjà une équipe en place, en qui l’entrepreneur a confiance, cela peut aussi se faire aussi aujourd’hui grâce aux moyens de communication, on peut toujours être joignable à peu près de partout dans le monde. Savoir faire des coupures c’est aussi important. Il faut savoir aussi qu’avoir de longues journées de 12h voire même plus n’est pas rare dans les premiers temps, mais ensuite l’entreprise ayant trouvé son rythme de croisière, on doit arriver à des journées beaucoup plus raisonnables, et qui peuvent tourner parfois pour les plus chanceux aux environs de 8-9h, et puis pour d’autre on est plutôt sur du 10-12h. Peu importe, tout dépend le cycle d’activité, la façon dont s’est organisé l’entrepreneur, mais quoi qu’il en soit, si on peut résumé, c’est de l’organisation, de l’empathie, savoir dire non, savoir s’entourer également et savoir prendre du temps pour soi pour réfléchir et pour lever la tête du guidon. »   AB : Que faut-il faire pour qu’une création d’entreprise soit une réussite ?  Jacques ARLOTTO  « Pour qu’une création soit un succès, il faut que cette création trouve un marché. Aujourd’hui avec internet, certaines créations sont devenues des succès en quelques mois. Un investissement faible, et à la portée de tout le monde au départ : quelques ordinateurs, un fournisseur d’accès internet suffisent amplement dans un premier temps pour lancer un
10  
Entretiens Envie d’Entreprendre Février 2011
projet qui utilisera les moyens d’internet. Evidemment après avec le développement, il faut plus de moyens mais là, il y a l’arrivée d’investisseurs, les « business angels » ou ce qu’on appelle des investisseurs institutionnels qui apportent beaucoup de fonds. Le passage à la vitesse supérieure pourra se faire à partir du moment où le site, qu’il s’agisse d’un site marchand ou de services, aura beaucoup de personnes qui se connecteront sur ce site. On le voit avec tous les sites de réseaux sociaux, de sites communautaires, les moteurs de recherches, les sites où on dépose des photos, où on commande des billets d’avion, des billets de train, de cinéma, de théâtre, tous ces sites là connaissent des grands succès et il s’en crée tous les jours, et au début on commence avec le minimum. La réussite se fera à partir du moment où le projet d’entreprise du créateur aura trouvé un marché. Cela peut se faire au départ sur une simple idée, un constat, un manque. Dailymotion par exemple qui est très prisé des jeunes générations a démarré à la suite d’un constat : on ne pouvait pas il y a quelques années, déposer, récupérer de la vidéo sur internet. Dailymotion et Youtube ont eu la même idée en même temps des deux côtés de l’Atlantique. Il y avait un manque et il a été comblé. Aujourd’hui, un site qui permet de mettre des vidéos en ligne a peu de chance de faire du tort à ces deux sites majeurs. Un projet qui trouve un marché sera un succès, mais pour trouver le marché, il faut quand même un minimum de préparation. Si vous présentez un produit ou un service à moitié fini, les clients ne seront pas très réceptifs et il n’y aura même pas du tout de clients. Vous devez être prêt quand vous allez sur le marché, qu’il s’agisse d’internet, ou d’un commerce qui a pignon sur rue, vous ne pouvez pas accueillir des clients au beau milieu d’un chantier, avec des pots de peinture, et des caisses enregistreuses qui trainent sur le sol. Pour être prêt à commercialiser il faut préparer. Un bon projet, qui aura des chances de succès est un projet préparé. Le temps de préparation est d’environ plusieurs mois avant de mettre le projet face au public. Qu’il s’agisse d’un projet relativement simple comme un camion pizza, ou d’un projet plus complexe qui demande le développement d’algorithmes ou de codes informatique, il faut toujours plusieurs mois de préparation pour au moins une personne. Mais en général les projets qui ont beaucoup d’ambition sont généralement des projets qui sont constitués de plusieurs personnes. En général il y a des équipes de 2 – 3 personnes au départ, il y a une catalyse qui se produit et à ce moment là, si le produit est au point, si le marché est là, cela
11