Les droits fondamentaux en pays arabo-musulmans - article ; n°4 ; vol.56, pg 7123-796

Les droits fondamentaux en pays arabo-musulmans - article ; n°4 ; vol.56, pg 7123-796

-

Documents
10 pages
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Revue internationale de droit comparé - Année 2004 - Volume 56 - Numéro 4 - Pages 7123-796
The very large «open list» of fundamental rights that we have in Europe can only be shared with difficulty with countries belonging to another area of civilisation like Arab-Muslim countries. However Muslim jurisconsults have retained as early as the VIIth century a certain number of fundamental rights such as the respect of life, of human beings, of human dignity, and the dismissal of constraint in religion. More recently the Organisation of the Islamic Conference has multiplied Islamic declarations of human rights inspired from the Universal Declaration of 1948. But all these rights, regarded as gifts of God, can only be exercised in accordance to the content of the law He has given to men, the Charï’a. It still occupies a prominent place in the legal order of Arab and Muslim countries, especially in those proclaiming to be Islamic states (Saudi Arabia, Iran, Soudan, …). All must respect its dispositions and especially the ones which establish a discriminatory regime towards women and nonmuslims and restrictions to the freedom of conscience. This obviously results in a noticeable reduction of the number of fundamental rights recognised in these countries, and at any case in the limitation of their exercise.
La conception très large «liste ouverte» qu’on a en Europe des droits fondamentaux peut difficilement être partagée par des pays appartenant à une autre aire de civilisation comme les pays du monde arabo – musulmans. Les jurisconsultes musulmans avaient cependant retenu dès le VIIe siècle un certain nombre de droits fondamentaux: respect de la vie, du corps humain, dignité de l’homme, rejet de la contrainte en religion. Plus récemment, l’Organisation de la Conférence Islamique a multiplié les Déclarations islamistes des droits de l’homme énonçant de nouveaux droits inspirés de la Déclaration Universelle de 1948 et d’autres documents internationaux. Mais tous ces droits considérés comme dons de Dieu ne peuvent être exercés qu’en accord que le contenu de la Loi qu’il a donné aux hommes, la Chari’a. Elle continue d’occuper une place éminente dans l’ordre juridique des pays arabo-musulmans, particulièrement dans ceux d’entre eux qui se proclament États islamiques (Arabie Saoudite, Iran, Soudan, etc…). Tous sont tenus de respecter ses dispositions dont, en particulier, celles qui établissent un régime discriminatoire à l’égard des femmes et des non – musulmans et des restrictions à la liberté de la conscience. Cela a évidemment pour effet de réduire sensiblement le nombre des droits fondamentaux reconnus par ces pays et d’en limiter en tout cas l’exercice.
10 pages
Source : Persée ; Ministère de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche, Direction de l’enseignement supérieur, Sous-direction des bibliothèques et de la documentation.

Sujets

Informations

Publié par
Ajouté le 01 janvier 2004
Nombre de lectures 12
Langue Français
Signaler un abus
R.I.D.C. 4-2004
LES DROITS FONDAMENTAUX EN PAYS
ARABO-MUSULMANS*
Selim JAHEL
**
La conception très large « liste ouverte » qu’on a en Europe des droits
fondamentaux peut difficilement être partagée par des pays appartenant à une autre aire
de civilisation comme les pays du monde arabo – musulmans. Les jurisconsultes
musulmans avaient cependant retenu dès le VII
e
siècle un certain nombre de droits
fondamentaux : respect de la vie, du corps humain, dignité de l’homme, rejet de la
contrainte en religion. Plus récemment, l’Organisation de la Conférence Islamique a
multiplié les Déclarations islamistes des droits de l’homme énonçant de nouveaux droits
inspirés de la Déclaration Universelle de 1948 et d’autres documents internationaux.
Mais tous ces droits considérés comme dons de Dieu ne peuvent être exercés qu’en
accord que le contenu de la Loi qu’il a donné aux hommes, la Chari’a. Elle continue
d’occuper une place éminente dans l’ordre juridique des pays arabo-musulmans,
particulièrement dans ceux d’entre eux qui se proclament États islamiques (Arabie
Saoudite, Iran, Soudan, etc…). Tous sont tenus de respecter ses dispositions dont, en
particulier, celles qui établissent un régime discriminatoire à l’égard des femmes et des
non – musulmans et des restrictions à la liberté de la conscience. Cela a évidemment pour
effet de réduire sensiblement le nombre des droits fondamentaux reconnus par ces pays et
d’en limiter en tout cas l’exercice.
The very large « open list » of fundamental rights that we have in Europe can only
be shared with difficulty with countries belonging to another area of civilisation like
Arab-Muslim countries. However Muslim jurisconsults have retained as early as the VII
th
century a certain number of fundamental rights such as the respect of life, of human
beings, of human dignity, and the dismissal of constraint in religion. More recently the
Organisation of the Islamic Conference has multiplied Islamic declarations of human
rights inspired from the Universal Declaration of 1948.
But all these rights, regarded as gifts of God, can only be exercised in accordance
to the content of the law He has given to men, the Charï’a. It still occupies a prominent
place in the legal order of Arab and Muslim countries, especially in those proclaiming to
be Islamic states (Saudi Arabia, Iran, Soudan, …). All must respect its dispositions and
*
Ce texte a été établi à partir d’un rapport présenté par l’auteur au colloque
« Les droits
fondamentaux : inventaire et théorie générale »
tenu à l’Université Saint Joseph de Beyrouth les 6 et
7 novembre 2003.
**
Professeur émérite à l’Université Panthéon Assas Paris II.