Rapport d'information déposé par la Commission des affaires étrangères sur la politique éducative extérieure de la France

-

Documents
94 pages
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Le présent rapport cherche comment envisager une évolution de la francophonie et de l'espace francophone alors que les sociétés s'orientent vers le multilinguisme. Il étudie les enjeux liés à la survie de la langue française, la difficulté de l'enseignement du français à l'étranger, l'influence culturelle de la France à travers son système éducatif et ses modes pédagogiques. Il estime nécessaire l'ouverture à l'international du système éducatif français, tant dans l'enseignement primaire et secondaire que dans l'enseignement supérieur (programmes Erasmus, Socrates et Leonardo).

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 01 juin 2001
Nombre de visites sur la page 19
Langue Français
Signaler un problème
N3204 ______
ASSEMBLE NATIONALE
CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 ONZIME LGISLATURE
Enregistr  la Prsidence de l'Assemble nationale le 27 juin 2001.
RAPPORT D'INFORMATION
DPOS
en application de l'article 145 du Rglement
PAR LA COMMISSION DES AFFAIRES TRANGRES(1)
sur lapolitique ducative extrieurede laFrance
ET PRSENT
PARMMEODETTETRUPIN,
Dpute

- 1 -
(1) La composition de cette commission figure au verso de la prsente page.
Affaires trangres
LaCommission des affaires trangresest compose de : <A HREF="1991.asp"> M. Franois Loncle</A> ,prsident ; <A HREF="815.asp"> M. Grard Charasse</A> , <A HREF="1600.asp"> M. Georges Hage</A> , <A HREF="2504.asp"> M. Jean-Bernard Raimond</A> ,-erpvcinestsdi ; <A HREF="546.asp"> M. Roland Blum</A> , <A HREF="648.asp"> M. Pierre Brana</A> , <A HREF="899.asp"> Mme Monique Collange</A ,secrtaires <A HREF="250.asp"> Mme Michle Alliot-Marie</A> , <A ; > HREF="259.asp"> Mme Nicole Ameline</A> , <A HREF="267.asp"> M. Ren Andr</A> , <A HREF="305.asp"> Mme Marie-Hlne Aubert</A> , <A HREF="320.asp"> Mme Martine Aurillac</A> , <A HREF="347.asp"> M. douard Balladur</A> , <A HREF="376.asp"> M. Raymond Barre</A> , <A HREF="484.asp"> M. Henri Bertholet</A> , <A HREF="503.asp"> M. Jean-Louis Bianco</A> , <A HREF="516.asp"> M. Andr Billardon</A> , <A HREF="587.asp"> M. Andr Borel</A> , <A HREF="595.asp"> M. Bernard Bosson</A> , <A HREF="223837.asp"> M. Bernard Brochand</A> , <A HREF="719.asp"> M. Jean-Christophe Cambadlis</A> , <A HREF="825.asp"> M. Herv de Charette</A , <A HREF="1002.asp"> M. Yves Dauge</A> , <A HREF="1023.asp"> M. > Jean-Claude Decagny</A> , <A HREF="1062.asp"> M. Patrick Delnatte</A> , <A HREF="1068.asp"> M. Jean-Marie Demange</A> , <A HREF="1077.asp"> M. Xavier Deniau</A> , <A HREF="1126.asp"> M. Paul Dhaille</A> , <A HREF="1208.asp"> M. Jean-Paul Dupr</A> , <A HREF="1247.asp"> M. Charles Ehrmann</A> , <A HREF="1300.asp"> M. Jean-Michel Ferrand</A> , <A HREF="1328.asp"> M. Raymond Forni</A> , <A HREF="1377.asp"> M. Michel Fromet</A> , <A HREF="1366.asp"> M. Georges Frche</A> , <A HREF="1430.asp"> M. Jean-Yves Gateaud</A> , <A HREF="1433.asp"> M. Jean Gaubert</A> , <A HREF="1494.asp"> M. Valry Giscard d'Estaing</A> , <A HREF="1504.asp"> M. Jacques Godfrain</A> , <A HREF="1508.asp"> M. Pierre Goldberg</A> , <A HREF="1582.asp"> M. Franois Guillaume</A> , <A HREF="1585.asp"> M. Jean-Jacques Guillet</A> , <A HREF="1667.asp"> M. Robert Hue</A> , <A HREF="1691.asp"> Mme Bernadette Isaac-Sibille</A> , <A HREF="1746.asp"> M. Didier Julia</A> , <A HREF="1750.asp"> M. Alain Jupp</A> , <A HREF="1777.asp"> M. Andr Labarrre</A> , <A HREF="1866.asp"> M. Gilbert Le Bris</A> , <A HREF="1890.asp"> M. Alain Le Vern</A> , <A HREF="1915.asp"> M.   Jean-Claude Lefort</A> , <A HREF="1939.asp"> M. Guy Lengagne</A> , <A HREF="1954.asp"> M. Pierre Lequiller</A> , <A HREF="1949.asp"> M. Franois Lotard</A> , <A HREF="2026.asp"> M. Bernard Madrelle</A> , <A HREF="2053.asp"> M. Ren Mangin</A> , <A HREF="2082.asp"> M. Jean-Paul Mariot</A> , <A HREF="2135.asp"> M. Gilbert Maurer</A> , A HREF="2191.asp"> M. Jean-Claude < Mignon</A> , <A HREF="2257.asp"> M. Jacques Myard</A> , <A HREF="2319.asp"> Mme Franoise de Panafieu</A> , <A HREF="2421.asp"> M. tienne Pinte</A> , <A HREF="2548.asp"> M. Marc Reymann</A> , <A HREF="2597.asp"> M. Franois Rochebloine</A> , <A HREF="2616.asp"> M. Gilbert Roseau</A> , <A HREF="2628.asp"> Mme Yvette Roudy</A> , <A HREF="2631.asp"> M. Ren Rouquet</A> , <A HREF="2683.asp"> M. Georges Sarre</A> , <A HREF="2737.asp"> M. Henri Sicre</A> , <A HREF="2769.asp"> M. Dominique Strauss-Kahn</A> , <A HREF="2791.asp"> Mme Christiane Taubira-Delannon</A> , <A HREF="2801.asp"> M. Michel Terrot</A> , <A HREF="2845.asp"> Mme Odette Trupin</A> , <A HREF="2849.asp"> M. Joseph Tyrode</A> , <A HREF="2883.asp"> M. Michel Vauzelle</A> .
2 - -
Introduction
I - ducation et francophonie
SOMMAIRE ___
A  La Francophonie : un dfi d actualit 1) Les enjeux lis  la survie de la langue franaise 2) La dfense de la langue franaise : archasme ou ncessit ? 3) Des actions  mener  lintrieur et  ltranger
B  L ducation : reflet et vecteur de l influence culturelle   1) Rayonnement dun pays et attrait de son systme ducatif 2) Les dangers lis  une approche purement conomique de lducation 3) Lducation, vecteur dinfluence
C  L ducation : un domaine dans lequel la Francophonie est
 ENCore trop peu prsente 1) Des ralisations relles 2) Une faible visibilit
II  LE DVELOPPEMENT D UNE OFFRE PLUS ATTRACTIVE
 ET COHRENTE
A  Forces et faiblesses des systmes trangers
 dans la comptition ducative internationale 1) Des stratgies diverses 2) Quelques exemples
B  Vers une meilleure lisibilit des efforts
 franais pour La promotion de son systme ducatif 1) Des difficults persistantes malgr des atouts incontestables 2) Une politique volontariste de lEtat 3) Inciter les tablissements  conduire le plus vite possible une politique audacieuse 4) Tirer des enseignements dexpriences concluantes
C Favoriser le dveloppement de l ingnierie
 pdagogique franaise 1) Le rseau scolaire franais : un excellent outil  optimiser 2) Une coopration scolaire et universitaire  redfinir 3) Le dfi de lenseignement  distance
iii  lA NCESSAIRE OUVERTURE A L INTERNATIONAL DU SYSTME
 DUCATIF FRANAIS
A  Renforcer de faon significative l internationalisation
7
11
11 11 13 14
16 16 18 20
21 21 23
25
25 25 25
30 30 33
37 39
41 41 44 46
51
- 3 -
 du systme ducatif 1) Dans lenseignement primaire et secondaire 2) Dans lenseignement suprieur
B  Favoriser la mobilit des tudiants franais dans un
 cadre europen 1) Accrotre la mobilit des tudiants franais 2) Socrates-Erasmus et Leonardo : un succs  amplifier
CONCLUSION
EXAMEN EN COMMISSION
Annexe 1 liste des personnalits rencontres
Annexe 2 Les acteurs institutionnels, nationaux et
multilateraux de la Francophonie
Annexe 3 L apprentissage et la pratique des langues
en Europe
Annexe 4 La DGCID
Annexe 5 Le rseau de l AEFE
Annexe 6 LES TUDIANTS TRANGERS DANS LES UNIVERSITS
FRANCAISES
51 51 54
56 56 57
61
65
68
72
76
78
82
84
- 4 -
Principaux sigles utiliss
AEFE : Agence pour lenseignement franais  ltranger
AIF : Agence intergouvernementale de la francophonie
AGCS : Accord gnral sur le commerce et les services
AUF : Agence universitaire de la francophonie
CCIP : Chambre de commerce et dindustrie de Paris
CNED : Centre national denseignement  distance
CNOUS : Centre national des uvres universitaires et scolaires
DAAD : Office allemand dchanges universitaires
DARIC : Dlgation acadmique aux relations internationales et  la
coopration
DGCID : Direction gnrale de la coopration internationale et du
dveloppement, Ministre des Affaires trangres
FIPF : Fdration internationale des professeurs de franais
HCF : Haut conseil de la francophonie
IEP : Institut dtudes politiques
INTIF : Institut des nouvelles technologies de linformation et de la
formation
IUFM : Institut universitaire de formation des matres
OCDE : Organisation de coopration et de dveloppement conomique
OIF : Organisation internationale de la francophonie
OMC : Organisation mondiale du commerce RFI : Radio France International
5 --
 Si tous les tats devaient parler la mme langue, penser de la mme manire, agir de la mme faon, le risque serait grand de voir sinstaurer un systme totalitaire  lchelle internationale, tant il est vrai qu travers les termes employs, cest une culture, un mode de pense et, finalement, une vision du monde qui sexpriment. 
Boutros Boutros Ghali, Secrtaire gnral de lOrganisation Internationale de la Francophonie, ancien secrtaire gnral des Nations unies
- 6 - 
Introduction
Mesdames, Messieurs,
Lors de l'ouverture du premier sommet francophone  Versailles le 17 fvrier 1986, Franois Mitterrand a dclar :  il s'agit de rester fidle  soi-mme, et pour rester fidle  soi-mme il faut s'inventer tous les jours . C'est l'image que j'aime avoir de la Francophonie. Elle s'est renforce au cours des annes avec laffirmation progressive d'une conscience francophone et la mise  jour d'une relle crativit. Croire en la validit de ce concept, ce n'est pas rejeter le reste du monde, car il n'y a pas de centre en Francophonie, mais une multipolarit, et il me plat d'imaginer une  francosphre , qui comme un miroir rayonne et irradie. Comme le dit Charles Josselin, Ministre dlgu  la coopration, la Francophonie est "l'affirmation des identits et des diffrences dans le respect des valeurs universelles".
Pourtant Stlio Farandgis, secrtaire gnral du Haut Conseil de la Francophonie (HCF), souligne que,  si nous coutons les lites conomiques et politiques franaises, une expression revient souvent : "la Francophonie est un boulet". Or nous constatons que la puissance pouse les affinits linguistiques, mme anciennes . La culture et l'conomie ne sont pas opposables et aujourd'hui la Francophonie peut  et doit  constituer un relais efficace pour le rayonnement conomique de la France.
Lorsque j'ai entrepris la rdaction de ce rapport, ma premire proccupation a t de rechercher commentenvisager une volution de la Francophonie et de l'espace francophone au regard des interventions ralises dans les cadres bilatral et multilatral. Celles-ci sont nombreuses et de qualit mais souvent occultes par un dfaut de visibilit. Elles sont pourtant des lments cls de la promotion de la diversit culturelle.
En effet, il apparat aujourdhui de plus en plus ncessaire que les socits civiles sorientent vers unmultilinguisme. Langlais sest impos partout, et lensemble du monde anglo-saxon donne parfois limpression de le considrer comme une  langue de droit divin , pour reprendre lexpression du snateur Legendre. La diversit culturelle
- 7 -
sous-tendue par les langues est un bien prcieux de lhumanit, quil faut prserver  tout prix. Il convient donc de se battre afin que langlais ne constitue pas le seul code de communication  lchelle plantaire,  sous peine de standardisation, duniformisation, voire de rductionnisme de la pense  ainsi que le rappelle M. Boutros Boutros Ghali. Et le maintien de cette diversit est indissociable de la dimension formation.
La socit franaise est donc actuellement confronte  undfi fondamental, qui peut tre synthtis par la formule :  quel capital humain pour quelle croissance conomique ? . Alors que le processus de mondialisation remet dsormais en cause des secteurs jusquici amplement publics, il faut procder  un rajustement du rle et des fonctions de lEtat dans ces domaines.
Lconomie mondiale sest engage dans une nouvelle re dont il sagit didentifier le centre nvralgique et de prciser les contours. Cest particulirement urgent en ce qui concerne le facteur humain qui doit tre reconsidr sur la base des besoins des entreprises. Lun des chantiers les plus importants rside dans la mise en place dun systme de formation adaptdont il sagira dimaginer les modalits de mise en uvre les plus appropries.
Lavenir du monde appartient  la formation,  condition de donner  cette notion une dimension nouvelle en terme dducation du citoyen au savoir, au savoir-faire et, concept nouveau et mal dfini encore, au savoir-tre. Lducation et la qualification sont devenues des lments essentiels de lemployabilit des individus, mais aussi de la comptitivit des entreprises et des nations. Cette ncessit dinvestir toujours plus dans lducation, aussi bien initiale que  tout au long de la vie , selon lexpression de Jacques Delors, qui lui-mme se faisait lcho dune ide chre  Condorcet, conduit  lahausse continue des dpenses globales lies  lducationde la part des instances politiques publiques, mais aussi, de plus en plus fortement, des entreprises et des personnes. Limportance croissante de la formation et de linvestissement dans ce domaine se traduit au niveau mondial par une place dangereusement grandissante du secteur priv, en concurrence du service public. Le march de lducation dans son ensemble est valu aujourdhui par lUnesco 2 000 milliards de dollars.
Du ct de la demande, le caractre toujours plus stratgique de lducation fait que les entreprises et les personnes sont prts  payer pour  acheter  de la formation. Du ct de loffre, le secteur priv voit souvrir un march colossal : le nombre dtudiants est pass, de 6,5 millions en 1950  51 millions en 1980 et sans doute  plus de 90 millions aujourdhui. De nombreux Etats se sont dj largement engags dans lexploitation de cette demande croissante de formation. Lexplosion des technologies de linformation et de la communication contribue fortement  cette volution
8 - -
des stratgies : la diffusion de  biens ducatifs  est en progression vertigineuse, et la mondialisation des marchs donne un coup de fouet  leur commercialisation.
Il est devenu essentiel  l'aube de ce XXIe sicle de s'interroger sur les voies praticables de l'accs  l'ducation pour les gnrations prsentes et  venir. Cest une des raisons pour lesquelles, lors du sommet europen de Lisbonne des 23 et 24 mars 2000, les chefs dEtats et de gouvernements ont mis le souhait de faire de la socit du savoir et de la formation tout au long de la vie un des piliers de l'Europe de XXIe sicle.
A lvidence,deux dangers, dont les effets se conjuguent, guettent lespace francophone : lextinction progressive de la langue franaise, comme de nombreuses autres langues, ainsi que le souligne le linguiste Claude Hagge dans son dernier ouvrage,Halte  la mort des languesdu fait de la domination incontournable de langlais, et la monte, en puissance de lacommercialisation de la formation au niveau international. Il est par consquent indispensable denvisager les consquences de cette volution, dune part sur la libert et lpanouissement de lindividu par le puissant levier de lducation, mais aussi, et ces concepts sont lis, sur la science, lconomie et la culture. Car, comme laffirme le Ministre de la Coopration et de la Francophonie, la culture  elle seule ne peut pas inverser les rapports de force ; pour faire face aux moyens considrables mobiliss par les autres nations, la puissance conomique et scientifique est dterminante.
L'tude et la rflexion qui font l'objet de ce prsent rapport tendent  envisager la place et le rle de la France face  ce nouveau dfi, notamment pour tenter den apprcier les enjeux pour lespace francophone. La France doit avoir sa place dans ce march tout en prservant son hritage humaniste et la force de son exception culturelle. Il est encore temps pour elle daffirmer sa diffrence dans la politique d'change et de partage des savoirs. Cest pourquoi, outre les observations et les remarques que m'ont inspires lectures et auditions, j'ai tenu  formuler des propositions concrtes pour promouvoir la Francophonie  travers l'enjeu formidable que reprsente l'ducation en ce dbut de XXIme sicle.