Rapport d'information déposé par la Commission des finances, de l'économie générale et du plan sur la réforme de la coopération

-

Documents
181 pages
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Présentation d'un premier bilan de la réforme du dispositif de coopération entreprise à partir de février 1998 avec la fusion des ministères des affaires étrangères et de la coopération. Sont successivement analysées la démocratisation de la politique de coopération, la réforme des modes de coopération au niveau des structures, des ressources humaines et des instruments, et la mise en oeuvre de la réforme étudiée au travers d'études de cas. La commission rappelle les propositions des rapports Jacquemot et Coursin et avance des propositions en vue de consolider la réforme, notamment pour assurer une meilleure articulation avec les coopérations multilatérales.

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 01 septembre 2001
Nombre de visites sur la page 6
Langue Français
Signaler un problème
 N°3283  ——  ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958
ONZIÈME LÉGISLATURE   
Enregistré à la Présidence de l'Assemblée nationale le 26 septembre 2001.     RAPPORT D’INFORMATION   DÉPOSÉ   en application de l’article 145 du Règlement  PAR LA COMMISSION DES FINANCES, DE L’ÉCONOMIE GÉNÉRALE ET DU PLAN(1)   sur  la réforme de la coopération,  
ET PRÉSENTÉ  PAR M. ALAINBUARRA,   Député.  ——  
  (1) La composition de cette commission figure au verso de la présente page.   
 
Politique extérieure.
— 4 —
— 5 —
            La Commission des finances, de l'économie générale et du Plan est composée de : M. Henri Emmanuelli,président Bouvard, M. Michel Jean-Pierre Brard, M. Yves Tavernier,; M.vice-présidents ; M. Pierre Bourguignon, M. Jean-Jacques Jégou, M. Michel Suchod,secrétaires; M. Didier Migaud, Rapporteur Général Philippe Auberger, M. Maurice Adevah-Poeuf, M. , François d'Aubert ; M. M. Dominique Baert, M. Jean-Pierre Balligand, M. Gérard Bapt, M. François Baroin, M. Alain Barrau, M. Jacques Barrot, M. Christian Bergelin, M. Éric Besson, M. Alain Bocquet, M. Augustin Bonrepaux, M. Jean-Michel Boucheron, Mme Nicole Bricq, M. Christian Cabal, M. Jérôme Cahuzac, M. Thierry Carcenac, M. Gilles Carrez, M. Henry Chabert, M. Jean-Pierre Chevènement, M. Didier Chouat, M. Alain Claeys, M. Charles de Courson, M. Christian Cuvilliez, M. Arthur Dehaine, M. Jean-Pierre Delalande, M. Yves Deniaud, M. Michel Destot, M. Patrick Devedjian, M. Laurent Dominati, M. Julien Dray, M. Tony Dreyfus, M. Jean-Louis Dumont, M. Daniel Feurtet, M. Pierre Forgues, M. Gérard Fuchs, M. Gilbert Gantier, M. Jean de Gaulle, M. Hervé Gaymard, M. Jacques Guyard , M. Edmond Hervé, M. Pierre Hériaud, M. Jean-Louis Idiart, Mme Anne-Marie Idrac, M. Michel Inchauspé, M. Jean-Pierre Kucheida, M. Marc Laffineur, M. Jean-Marie Le Guen, M. Maurice Ligot, M. François Loos, M. Alain Madelin, Mme Béatrice Marre, M. Louis Mexandeau, M. Gilbert Mitterrand, M. Pierre Méhaignerie, M. Jean Rigal, M. Gilles de Robien, M. Alain Rodet, M. José Rossi, M. Nicolas Sarkozy, M. Gérard Saumade, M. Philippe Séguin, M. Georges Tron, M. Jean Vila.   
 
 
 
 
—5  —       S O M M A I R E —  
Pages 
INTRODUCTION..............................................................................................11 
CHAPITRE PREMIER : LA DÉMOCRATISATION DE LA POLITIQUE DE COOPÉRATION........17 I.– DES CRÉDITS IMPORTANTS EN MANQUE DE LÉGITIMITÉ...................................................17 A.– UNE MULTIPLICITÉ D’INTERVENTIONS.........................................................................17 B.– DES MASSES FINANCIÈRES IMPORTANTES................................................................17 
1.– Le maintien relatif de l’aide publique au développement .........................17 2.–La diminution de la contribution spécifique du ministère des affaires étrangères.................21 C.– UNE MYRIADE DE STRUCTURES ...................................................................................24 1.– Les structures ministérielles ...............................................................24 2.– L’essor de la coopération décentralisée ...............................................25 3.– La participation de la société civile ......................................................26 D.– UN PROBLÈME CONTINU DE LÉGITIMITÉ ....................................................................28 
II.– DES CHANGEMENTS ATTENDUS..............................................................................................29 
A.– UNE PRÉOCCUPATION ANCIENNE ................................................................................29 B.– LES PRINCIPES DE LA RÉFORME...................................................................................32 1.– La situation britannique ......................................................................32 2.– La situation allemande .......................................................................33 3.– Les avancées françaises ....................................................................34 
CHAPITRE II : LA RÉFORME DES MODES DE COOPÉRATION.........................39 I.– LA RÉORGANISATION DES STRUCTURES...............................................................................39 
A.– LA CRÉATION D’UN VÉRITABLE DISPOSITIF DE COORDINATION ..........................40 
1.– Premières tentatives ..........................................................................40 2.– Le comité interministériel de la coopération internationale et du développement................40 
— 6 —
3.– Le Haut Conseil de la coopération internationale...................................41 B.– LA REMISE EN COHÉRENCE DES STRUCTURES MINISTÉRIELLES ET DE L’AGENCE FRANÇAISE DE DÉVELOPPEMENT................................................41 
1.– La fusion des services de la coopération et des affaires étrangères.........41 a) Des structures ministérielles à géométrie variable..............................................41 
b) La création d’un pôle unique « coopération, action culturelle et développement » .......................................................................................................42 
c) les conséquences budgétaires ..................................................................................43 
2.– La réforme de l’Agence française de développement..............................44 3.– L’amélioration des relations entre ministère des affaires étrangères et ministère de l’économie ......................................................................46 C.– L’HARMONISATION DU RÉSEAU ET LA RÉFORME COMPTABLE............................47 
1.– La réaffirmation de la compétence de l’ambassadeur.............................47 2.– La création d’une « autonomie raisonnée »...........................................48 a) La création des services de coopération et d’action culturelle ........................48 
b) La création de centres culturels et de coopération à autonomie élargie .......49 
c) Le reflux de la réforme de l’autonomie élargie .....................................................50 
d) Le mise en place d’ « autonomie raisonnée » ................................................51 une
II.– L’ADAPTATION DES RESSOURCES HUMAINES....................................................................52 A.– LE CHANGEMENT DE STATUT DES PERSONNELS D E COOPÉRATION ...............52 B.– LA CRÉATION D’UN VOLONTARIAT CIVIL ......................................................................55 
1.– La fin du service national ....................................................................55 2.– La mise en place d’un volontariat civil ..................................................55 III.– LA RÉORIENTATION DES INSTRUMENTS..............................................................................57 
A.– LA CRÉATION D’UNE ZONE ET D’UN FONDS DE SOLIDARITÉ PRIORITAIRE......57 
1.– La définition d’une zone de solidarité prioritaire .....................................57 2.– La création d’un Fonds de solidarité prioritaire ......................................61 B.– LE DÉVELOPPEMENT DE LA PARTICIPATION ET DE LA PROGRAMMATION.............................66 
1.– La généralisation des procédures de consultation .................................66 2.– La création de documents stratégiques pays........................................67 C.– LA MODERNISATION DES POLITIQUES SECTORIELLES..........................................68 
1.– Le renforcement de notre politique éducative et culturelle extérieure .......68 
— 7 —
a) Un réseau étendu........................................................................................................68 
b) L’exemple de la réforme des bourses ......................................................................70 
c) La modernisation de la coopération universitaire ..............................................72 
2.– La réforme de la coopération scientifique..............................................75 a) L’enrichissement des missions .................................................................................75 
b) La rationalisation des structures ............................................................................77 
3.– La rationalisation de l’assistance technique..........................................79 a) Lévolution de lassistance technique....................................................................79 
b) Ladaptation de lassistance technique.................................................................80 
4.– L’adaptation de la coopération militaire et de défense............................83 
CHAPITRE III : LA MISE EN ŒUVRE D E LA RÉFORME : ÉTUDES DE CAS...........85 I.– LA COOPÉRATION AVEC L’ÉGYPTE..........................................................................................85 
A.– LE CONTEXTE POLITIQUE ET ÉCONOMIQUE...............................................................86 
B.– L’ÉTAT DE LA COOPÉRATION INTERNATIONALE........................................................87 C.– LA COOPÉRATION FRANÇAISE........................................................................................88 
1.– Un dispositif étoffé .............................................................................89 a) Des implantations nombreuses ................................................................................89 
b) Une coopération ancienne et diversifiée ...............................................................90 
c) Des moyens importants ..............................................................................................95 
d) Des efforts de rationalisation dans la gestion ......................................................96 
2.– La coopération franco-égyptienne en perspective ..................................97 a) L’extension de la coopération économique ..........................................................97 
b) La modernisation de la coopération culturelle, scientifique et technique .....98 
II.– LA COOPÉRATION AVEC L’OUZBÉKISTAN..........................................................................102 A.– L’ÉTAT DU PAYS .................................................................................................................102 
1.– Un passé particulièrement riche .........................................................102 2.– Une situation politique relativement stable...........................................103 3.– Un potentiel économique important.....................................................104 
—
8 —
 
B.– UNE COOPÉRATION EMBRYONNAIRE.........................................................................106 
1.– La position de nos partenaires ...........................................................106 
2.– La coopération française....................................................................107 
—
9 —
 
III.– LA COOPÉRATION AVEC L’AFRIQUE SUBSAHARIENNE...................................................111 A.– LE CAS DE LÉTHIOPIE.....................................................................................................111 
1.– Une présence ancienne.....................................................................111 2.– Un réseau de taille modeste ..............................................................112 3.– Des crédits encore faibles en voie d’augmentation ...............................115 a) Les moyens de fonctionnement...............................................................................116 
b) Les crédits d’intervention .......................................................................................116 
c) Les crédits du Fonds de solidarité prioritaire ....................................................117 
d) Les financements complémentaires .......................................................................119 
4.– L’exemple des coopérations britannique et italienne.............................120 B.– LA COOPÉRATION AVEC LE SÉNÉGAL ........................................................................121 
1.– Des relations étroites avec la France..................................................121 2.– Une coopération très importante maintenue à un niveau élevé ...............121 a) L’aide européenne ...................................................................................................121 
b) La coopération française........................................................................................121 
CHAPITRE IV : LA CONSOLIDATION DE LA RÉFORME...................................127 I.– LES PROPOSITIONS INTERNES ET LES PROPOSITIONS DU CONSEIL ÉCONOMIQUE ET SOCIAL..............................................................................................................127 
A.– LE RAPPORT JACQUEMOT » .......................................................................................127 «
B.– LE RAPPORT « COURSIN ».............................................................................................129 
II.– ASSEOIR LA LÉGITIMITÉ DE LA POLITIQUE DE COOPÉRATION......................................130 
A.– LE RÔLE DU PARLEMENT ...............................................................................................130 
B.– LA PARTICIPATION DE LA SOCIÉTÉ CIVILE.................................................................131 
C.– LA CRÉATION D’UN LABEL « FRANCE DÉVELOPPEMENT » .................................130   
III.– MÉLANGER LES CULTURES DIPLOMATIQUE ET DE COOPÉRATION.............................133 
A.– DÉPASSER L’ASSISTANCE ET GARANTIR LA COOPÉRATION ...............................133 
B.– CRÉER UNE FONCTION DE GESTION DISTINCTE AU SEIN DES POSTES DIPLOMATIQUES.................................................................................................................134 
C.– AMÉLIORER LES RELATIONS ENTRE ACTION DIPLOMATIQUE ET CENTRES DE RECHERCHE.....................................................................................137 
— 10 —
 
IV.– ASSURER UNE MEILLEURE ARTICULATION AVEC LES COOPÉRATIONS MULTILATÉRALES...........................................................................................................................139 A.– L’ARTICULATION AVEC LES ORGANISMES DES NATIONS UNIES ET LES INSTITUTIONS DE BRETTON-WOODS ...........................................................139 
B.–LACOORDINATIONEUROPÉENNE : L’EUROPE, LOMÉ ETL’ACTIONBILATÉRALE.......................141 
1– L’organisation de la coopération européenne ........................................141 a) Les crédits du Fonds européen de développement ............................................141 
b) Les crédits du budget général................................................................................143 
2.– Les voies d’une amélioration ..............................................................145 C.– L’ARTICULATION AVEC LES ACTEURS LOCAUX.......................................................148 
V.– RÉORGANISER L’ACTION CULTURELLE...............................................................................148 
VI.– POURSUIVRE LE RENFORCEMENT DES BOURSES..........................................................149 
VII.– SIMPLIFIER LES PROCÉDURES............................................................................................150 
VIII.– CRÉER UN PÔLE INTÉGRÉ COMPÉTENT EN MATIÈRE DE COOPÉRATION.................153 
EXAMEN EN COMMISSION.............................................................................155 LISTE DES PERSONNES AUDITIONNEES.......................................................161 
 
 
— 11 —
LAISSER CETTE PAGE BLANCHE