Un Million de Voix Contre Les Violences Policières - Lettre officielle à Emmanuel Macron

Un Million de Voix Contre Les Violences Policières - Lettre officielle à Emmanuel Macron

Français
4 pages
Lire
YouScribe est heureux de vous offrir cette publication

Description

&DELQHW GX SUpVLGHQW GH OD 5pSXEOLTXH 3DODLV GH O eO\VpH UXH GX )DXERXUJ 6DLQW +RQRUp 3DULV )UDQFH 3DULV OH MXLQ 7LWUH 0RQVLHXU OH SUpVLGHQW MXVTX¶R IDXGUD W LO DOOHU " 1RXV VRPPHV DXMRXUG¶KXL XQ PLOOLRQ GH YRL[ FRQWUH OHV YLROHQFHV UDFLVWHV HW SROLFLqUHV 0RQVLHXU OH SUpVLGHQW GH OD 5pSXEOLTXH 9RXV Q¶rWHV SDV OH SUHPLHU SUpVLGHQW GH OD 5pSXEOLTXH DXTXHO QRXV DGUHVVRQV QRV GHPDQGHV GH UpSDUDWLRQV HQ MXVWLFH 9RXV Q¶rWHV SDV OH SUHPLHU SUpVLGHQW DXTXHO QRXV IDPLOOHV HW FROOHFWLIV D\DQW SHUGX XQ SURFKH DX[ PDLQV GH OD SROLFH HQYR\RQV QRV SpWLWLRQV HW QRV UHYHQGLFDWLRQV 'HSXLV GHV GpFHQQLHV QRV IDPLOOHV GHPDQGHQW GH IDLUH WRXWH OD OXPLqUH VXU GHV DIIDLUHV GH YLROHQFHV SROLFLqUHV HW GH YLROHQFHV UDFLVWHV GRQW RQ QH SHXW SOXV QLHU OD QDWXUH V\VWpPLTXH &HOD IDLW DQV TXH OH FROOHFWLI 9LHV 9ROpHV HW OD IDPLOOH 'LHQJ VH EDWWHQW SRXU REWHQLU GHV UpSRQVHV j OHXUV TXHVWLRQV VXU OH GpFqV GH /DPLQH 'LHQJ VXLWH j XQ SODTXDJH YHQWUDO DX FRXUV G¶XQH RSpUDWLRQ GH SROLFH ,O DXUD IDOOX XQ QRQ OLHX SURQRQFp SDU O¶HQVHPEOH GHV FKDPEUHV G¶LQVWUXFWLRQ SXLV FRQILUPp SDU DUUrW GH OD &RXU GH &DVVDWLRQ XQH UHTXrWH GpSRVpH j OD &RXU HXURSpHQQH GHV 'URLWV GH O +RPPH HQ VRLW DQQpHV DSUqV OHV IDLWV DYDQW TXH O¶(WDW )UDQoDLV QH UHFRQQDLVVH HQILQ HQ RFWREUH VD UHVSRQVDELOLWp GDQV OH PHXUWUH GH /DPLQH 'LHQJ HQ YHUVDQW OHV LQGHPQLWpV IL[pHV SDU OD &('+ $SUqV OHV FRQGDPQDWLRQV GH OD )UDQFH SDU OD &('+ HW O 218 FHV GHUQLqUHV DQQpHV

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 23 juin 2020
Nombre de lectures 4 733
Langue Français
Signaler un problème
Cabinet du président de la République Palais de l'Élysée 55 rue du Faubourg-Saint-Honoré 75008 Paris, France Paris, le 23 juin 2020 Titre : Monsieur le président, jusqu’où faudra-t-il aller ? Nous sommes aujourd’hui un million de voix contre les violences racistes et policières. Monsieur le président de la République, Vous n’êtes pas le premier président de la République auquel nous adressons nos demandes
de réparations en justice. Vous n’êtes pas le premier président auquel nous, familles et collectifs ayant perdu un proche aux mains de la police, envoyons nos pétitions et nos revendications. Depuis des décennies, nos familles demandent de faire toute la lumière sur des affaires de violences policières et de violences racistes dont on ne peut plus nier la nature systémique.
Cela fait 13 ans que le collectif Vies Volées et la famille Dieng se battent pour obtenir des réponses à leurs questions sur le décès de Lamine Dieng suite à un plaquage ventral au cours d’une opération de police. Il aura fallu un non lieu prononcé par l’ensemble des chambres d’instruction puis confirmé par arrêt de la Cour de Cassation ; une requête déposée à la Cour européenne des Droits de l'Homme en 2018 - soit 11 années après les faits - avant que l’Etat Français ne reconnaisse enfin, en octobre 2019, sa responsabilité dans le meurtre de Lamine
Dieng en versant les indemnités fixées par la CEDH. Après les condamnations de la France par
la CEDH et l'ONU ces dernières années, c'est une nouvelle décision de justice internationale
qui affirme le droit des victimes.Notre objectif commun est simple : un procès public pour déterminer la vérité sur les conditions de la mort de nos proches et que le code pénal soit appliqué à l'égard des responsables.
Entre temps, d’autres collectifs se sont créés au rythme macabre, et croissant, des décès survenus à la suite d'une intervention policière. Amnesty International, l'Action des chrétiens
pour l'abolition de la torture (ACAT), la Ligue des Droits de l'Homme et le Défenseur des Droits
publient régulièrement des rapports alarmant sur les violences policières commises dans notre
pays, la France. Entre temps, des milliers de plaintes ont été déposées à l’IGPN (1460 seulement en 2019),et des centaines de pétitions comme les nôtres ont vu le jour sur Change.org, car lorsqu’on ne croit plus en la justice, la mobilisation citoyenne est notre
derniers recours pour interpeller les responsables politiques et les médias, et réformer
un système profondément malade. Nous nous sommes adressés à vos prédécesseurs, aucun n’a réagi. Êtes-vous celui qui brisera
enfin l’omerta et osera affronter les réalités de l’impunité des violences racistes et policières ?
Car c’est bien vous qui êtes aujourd’hui à la tête de notre pays, alors que la France se soulève contre les violences racistes et policières en demandant justice pour nos victimes, pour nos George Floyd. C’est vous qui étiez président lors de la mort d'Aboubakar Fofana, de Romain
Chenevat, d’Ibrahima Bah, de Cédric Chouviat et de tant d'autres. C’est toujours vous qui étiez
président lors de la disparition de Steve Maia Caniço il y a tout juste un an, vous qui étiez président lors des violences commises dans le cadre des manifestations des Gilets Jaunes, vous qui étiez à la tête du pays lorsque Zineb Redouane, une octogénaire, a été blessée
mortellement à son domicile à Marseille par une grenade lacrymogène. C’est donc à vous que nous nous adressons ce jour, en tant que collectifs et familles de
victimes, dans le cadre d’une campagne de mobilisation citoyenne nommée “1 million de voix contre les violences racistes et policières” - qui réunit 16 pétitions et plus d’un million de signatures citoyennes sur Change.org. Nous nous sommes réuni-es sur la
page Change.org/1millionDeVoix, et nous avons mobilisé avec nous les signataires pour
vous interpeller depuis une semaine avec les outils suivants : - 16 pétitionscontre les violences racistes et policières- 1 030 903 signatures sur la pageChange.org/1MillionDeVoix- 108 tweetsvous interpellant directement sur cette campagneentre le 19 et le 20 juin et 373 tweets reprenant le hashtag #1milliondevoix.
-
-
Plusieurs marches et rassemblements contre les violences racistes et policières, dont la marche du 20 juin en commémoration de Lamine Dieng et de toutes les victimes, au cours de laquelle plusieurs familles ont relaté leurs histoires et renouvelé leur attente de justice. Une vidéorelatant nos mobilisations et réitérant nos demandes.
Monsieur le président, jusqu’où faudra-t-il aller pour avoir un mot de vous, une réponse à
ces dénis de justice ?Nous demandons aujourd’hui des changements profonds :  
-
-
-
-
Nous vous demandons de nommer lors du prochain remaniement ministériel prévu après les élections municipales,un-e garde des Sceaux que vous chargerez en priorité de faire toute la lumière sur les plaintes pour violences policières ayant entraîné la mort,et d’adopter toute transparence concernant les suites judiciaires
données pour mettre un terme à ces dénis de justice. Nous demandonsl’interdiction des techniques d’immobilisation qui étouffent et tuent: plaquage ventral, pliage, clé d’étranglement. Nous demandons l’interdiction des armes classées armes de guerreet (LBD grenades) sur la voie publique. Nous demandonsla création d’un organe indépendant d’enquêteles plaintes sur pour violences commises par une personne dépositaire de l'autorité publique.
Vous vous adressez régulièrement à la Nation lors de vos allocutions télévisées. Vous avez pris
votre téléphone pour échanger avec les victimes de violences, ou encore plus récemment avec
des comédien-nes et personnalités publiques. Ce million de voix, qui est l’expression citoyenne d’une volonté de changement, mérite tout autant d’attention - et un appel téléphonique ne suffira pas à faire taire cette colère que vous entendez certainement s’exprimer jusqu’aux
portes de l’Elysée.Nous attendons votre réponse dans les meilleurs délais. Signataires et pétitionnaires de la démarche “1 million de voix” sur Change.org :
Fatou et Ramata Dieng et le collectif Vies Volées,lanceuses de la pétition Laissez-Nous RespirerDiané Bah, lanceur de la pétitionVérité pour notre frère Ibrahima Bah
Isabelle Liu et Victor Liu, lanceurs de la pétitionJustice pour Mr Liu Shaoyao père de
famille de 56 ans tué par des policiers en civil
Aurélie Garand et le collectif Justice pour Angelo, lanceurs de la pétitionJustice et vérité
pour Angelo
Ilyana Amani, lanceuse de la pétitionContre la proposition de loi visant à rendre
non-identifiables les forces de l’ordre lors de la diffusion d’images dans l’espace
médiatique.
… et 1 million de signataires.