Conjoncture 2006 : un début d
4 pages
Français
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Conjoncture 2006 : un début d'année incertain

-

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
4 pages
Français

Description

Dans un contexte de croissance modérée en zone euro, la conjoncture industrielle régionale apparaît en demi-teinte. L'année 2005 est marquée par une baisse sensible du chômage, et une reprise fragile de l'emploi dans le secteur privé non agricole. Les perspectives franciliennes pour l'année 2006 semblent toutefois assez bien orientées, avec notamment une reprise de l'activité touristique.

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de lectures 35
Langue Français

Exrait

ILE-DE-FRANCE à la page
N° 264 - Mars 2006
Conjoncture 2006 :
un début d'année incertain
Dans un contexte de croissance modérée en zone euro, la conjoncture industrielle
régionale apparaît en demi-teinte. L'année 2005 est marquée par une baisse sensible
du chômage, et une reprise fragile de l'emploi dans le secteur privé non agricole.
Les perspectives franciliennes pour l’année 2006 semblent toutefois assez bien orientées,
avec notamment une reprise de l'activité touristique.
Nathalie GUILLON DESHAYES, Insee Ile-de-France
Bernard SIMONIN, DRTEFP Ile-de-France
Avec la collaboration de nombreux organismes (voir encadré)
n 2005, la croissance économique des importations. Le fléchissement de l’in- En 2006, soutenue par la demande inté-
mondiale a été soutenue malgré vestissement des entreprises conjugué au rieure, la croissance serait de l’ordreE les cours élevés du pétrole. Les déficit du commerce extérieur explique ce 2 %, sauf si une nouvelle poussée des
Etats-Unis et les pays asiatiques ont été ralentissement plus marqué que prévu. Sur importations détériorait le solde com-
particulièrement dynamiques, favorisant l’ensemble de l’année la croissance est in- mercial. Le prix du pétrole continue éga-
le commerce mondial de marchandises. férieure à son niveau de longue période lement à représenter un aléa sur cette
Les pays de la zone euro ont bénéficié de (+ 1,4 %). Dans ce contexte incertain, les prévision.
cette forte demande mondiale, avec créations d’emplois salariés sont restées
notamment des livraisons d’Airbus et l’ex- modestes (+ 97 000 emplois en 2005), La situation francilienne 2005 est sem-
blable à la situation française avec uneportation de pétrole raffiné vers les principalement à cause de la poursuite de
activité mitigée selon les secteurs, desEtats-Unis suite au passage du cyclone la baisse de l’emploi industriel. Parallèle-
créations d’emplois salariés peu nom-Katrina. Cependant, la vigueur des exporta- ment, le taux de chômage a diminué tout
breuses (+ 33 000 postes en 2005) et untions n’a pas compensé la faiblesse de la au long de l’année pour s’établir à 9,6 %
demande intérieure. Au total, en 2005, la de la population active à la fin du qua- taux de chômage qui diminue fortement
(- 0,8 point sur l’ensemble de l’année).croissance de la zone euro serait de 1,4 %. trième trimestre.
La consommation des ménages
Autres contributeurs du diagnostic conjoncturel
soutient la demande
ANPE, délégation régionale d’Ile-de-France : CRCI Paris Ile-de-France : Martine Delassusen fin d’année
Sophie Delval CRT : Sandrine Chausson
En France, après un premier semestre en
ARD : Marc Knoll Crocis-CCIP : Aurélie Terlier
demi-teinte, la croissance s’est ponctuel-
DREIF : Jérémy CometBanque de France : Béatrice Brousse
lement accélérée au troisième trimestre
GARP : Frédéric SavalleCellule économique Ile-de-France pour la(+ 0,7 %), puis s’est repliée au dernier tri-
construction, les travaux publics et les maté- GIM : Christian Rossignolmestre (+ 0,2 %). Seule la consommation
riaux : Hervé Vibert OREF : Monique Maksuddes ménages a soutenu l’activité en fin
CCIP-OFEM : Christine Rodriguez RGF : Moustafa Ahmedd’année, mais elle a provoqué une hausse
ConjonctureLogements ordinaires autorisés et commencés mun. En 2006, la croissance devrait res-
Nombre ter soutenue dans ce secteur.
16 000
Une bonne année14 000
pour le tourisme
12 000
La reprise de l’activité touristique10 000
amorcée en 2004 s’est poursuivie en
8 000
2005. Les hôteliers ont majoritairement
6 000 jugé bonne leur activité de l’année. La
fréquentation des principaux sites cultu4 000 -
rels parisiens est en progression par rap-
2 000
port à 2004 ; la situation est plus mitigée
0
er e e e er e e e er e e e en petite et en grande couronne, où1T. 2T. 3T. 4T. 1T. 2T. 3T. 4T. 1T. 2T. 3T. 4T.
2003 2004 2005 seuls les sites ayant mis en place des ani-
Logements autorisés Logements commencés mations spéciales semblent tirer leur
Source : ministère de l'Equipement/SG/DAEI/SESP, SITADEL épingle du jeu.
(Système d'information et de traitement automatisé des données élémentaires sur les logements et les locaux)
Ce retour des touristes dans la région se
Une année en dents de scie Activité dynamique traduit par une augmentation de 5 % du
nombre des nuitées dans les hôtels pardans l’industrie dans la construction
rapport à 2004. Cette amélioration est
due à la fois à la clientèle françaiseL’activité industrielle francilienne a été Après la faible reprise de 2004, la cons-
irrégulière en 2005, avec des pics d’acti- truction renoue avec une croissance (+ 5,6 %) et étrangère (+ 4,3 %). Après
vité en tout début d’année et au troi- plus dynamique en 2005✎❶. Les mises plusieurs années de moindre fréquenta-
sième trimestre. Globalement les carnets en chantier de logements neufs progres- tion, les Américains et les Japonais ont
fait leur retour dans la région.de commande sont restés assez bas. La sent de plus de 4 % et atteignent leur plus
situation est délicate dans l’industrie au- fort niveau depuis cinq ans (35 800 loge-
Toutes les catégories d’hôtels ont bénéfi-
tomobile, en raison de la faiblesse de la ments ordinaires commencés en 2005).
cié de cette croissance ; le taux d’occu-
demande intérieure et européenne. Cette augmentation est due aux nou-
pation moyen sur l’année est de 69,1 %
veaux programmes de logements collec-
(1,2 point de mieux qu’en 2004)✎❷.LaNéanmoins, l’industrie aéronautique a tifs, les mises en chantiers de maisons
catégorie des hôtels 4 étoiles-luxe en estbénéficié de la demande internationale individuelles étant elles en baisse sur
la principale bénéficiaire (+ 2,8 points).soutenue, et les prévisions pour début l’année (- 4 %).
2006 sont optimistes.
Si les événements survenus en banlieue
La construction de bâtiments non résiden- en novembre 2005 ont eu peu d’inci-
Situation contrastée
tiels est moins bien orientée, avec des sur- dences sur la fréquentation de no-
dans le tertiaire vembre, ils ont eu un impact certain surfaces mises en chantier en recul de 4,5 %
la fréquentation de décembre. La chutesur les neuf premiers mois de l’année.
Dans les services marchands, les chefs L’activité continue à progresser dans les de en fin d’année est im-
d’entreprise ont globalement constaté travaux publics (+ 3 % de chiffre d’affai- putable aux touristes français dont les
une augmentation de leur activité en res en 2005) grâce aux travaux routiers nuitées diminuent de 7,7 %, tandis que
2005. Ce sont l’ingénierie technique, les nuitées étrangères augmentent.et d’infrastructure de transports en com-
l’ingénierie informatique et le conseil
pour les affaires et la gestion, trois activi-
Taux d'occupation des hôtels de 0 à 4 étoiles-luxe
tés très représentées sur le territoire fran-
%
85cilien, qui ont le plus bénéficié de cette
reprise.
80
Pour ces secteurs, les prévisions d’activi-
75
té pour 2006 restent bien orientées. Elles
70sont plus hésitantes dans les transports
routiers de marchandises et la location
65
automobile.
60
L’activité dans le commerce de gros a été
atone tout au long de l’année 2005, au- 55
tour de son niveau de longue période.
50
Toutefois, les intentions de commande Janv. Fév. Mars Avril Mai Juin Juil. Août Sept. Oct. Nov. Déc.
se redressent en fin d’année. Dans le
2003 2004 2005
commerce de détail, la situation est éga-
Source : Insee, enquête de fréquentation hôtelière - Direction du tourisme -
lement meilleure en fin d’année. Observatoire régional du tourisme d'Ile-de-FranceEmploi salarié dans le secteur privé non agricoleDes créations d’entreprises
Estimations en fin de trimestre (CVS)
en légère baisse 4 000 000
En 2005, 72 200 entreprises ont été 3 980 000
créées dans la région, soit 1 % de moins
qu’en 2004. La baisse est marquée au 3 960 000
quatrième trimestre (- 4 % par rapport au
3 940 000trimestre précédent) : les créations dans
les principaux secteurs créateurs, com-
3 920 000merce et service aux entreprises, sont en
repli respectivement de 6,3 % et 5,8 %.
3 900 000
Parallèlement, les défaillances d’entre-
3 880 000
prises publiées au BODACC sont stables
sur une année glissante : + 0,3 % au
quatrième trimestre 2005.
Sources : Garp/Unedic
Une hausse de l’emploi salarié
dans le secteur privé qu’au niveau national. Après deux premiers trimestres 2005 par rapport à la
années de stagnation, les effectifs même période de 2004.qui reste à confirmer
du secteur de la construction aug-
mentent de 1,6 % contre 2,5 % en Il semble que les embauches directes,Une nette reprise de l’emploi a été ob-
France métropolitaine. en CDD ou en CDI, connaissent uneservée au premier semestre 2005 dans le
croissance rapide. D’après les déclara-secteur privé non agricole, avec une
Des entrées et des sorties tions uniques d’embauche (sourcehausse de + 0,7 % des effectifs salariés.
URSSAF), les entrées dans les entreprises,Contrairement aux tendances observées plus nombreuses
tous types de contrats confondus, ontau cours des années précédentes, l’évo- sur le marché du travail
augmenté de + 8,4 % en 2005 par rap-lution de l’emploi au cours de ce se-
port à 2004, avec une hausse plusLe diagnostic d’une reprise limitée demestre apparaît plus favorable en
l’emploi salarié doit, toutefois être nuan- marquée au dernier trimestre (+ 10,0 %).Ile-de-France qu’en province (+ 0,0 %).
cé par les informations connues sur les Cette dernière s’observe dans tous les
flux. On observe, en effet, une nette grands secteurs d’activité franciliens, àCette reprise ne s‘est pas confirmée en
accélération des mouvements sur le l’exception des transports et du com-fin d' année. Avec 3,94 millions de sala-
merce de gros. Elle est particulièrementriés en données CVS, l’emploi dans le marché du travail, notamment en fin
d’année 2005. Celle-ci est due, en forte dans les secteurs de la construction,secteur privé non agricole progresse fai-
partie, à l’augmentation du nombre des des activités financières et immobilières,blement au quatrième trimestre 2005
missions d’intérim : + 6,6 % sur les trois de la santé action sociale.par rapport au trimestre précédent
(+ 0,1 %). Il demeure à un niveau sensi-
blement inférieur à celui atteint au
cours de l’année 2002✎❸. Taux de chômage par département
%
16
La croissance de + 0,9 % enregistrée au
14,0cours de l’année (+ 0,6 % en France mé- 14
13,1
tropolitaine) s’explique par la forte
12hausse de l’emploi dans le secteur ter- 11,3
10,3tiaire (+ 1,5 %). Celle-ci est due princi- 10,1 10,0 10,010 9,6 9,69,4 9,5
9,2palement au dynamisme de quatre 8,9
8,6
8,3
7,9secteurs d’activité : conseil et assistance, 7,88 7,6
7,37,1
santé et action sociale, services opéra-
6tionnels, activités immobilières.
4
La décroissance de l’emploi dans les
établissements industriels franci- 2
liens s’est poursuivie à un rythme
0très soutenu(- 3,0 %enunan),su-
Paris Hauts- Seine- Val- Seine- Val- Ile- Francepérieur à celui de l’année 2004. Les de- de- et- Yvelines Essonne d'Oise de- métro.Saint-
Seine Denis Marne Marne Francetendances à la baisse de l’emploi in-
e edustriel continuent, ainsi, à être 4 trimestre 2004 4 trimestre 2005
plus marquées en Ile-de-France Source : Insee, données CVS en fin de trimestre
Mars 01
Juin 01
Sept. 01
Déc. 01
Mars 02
Juin 02
Sept. 02
Déc. 02
Mars 03
Juin 03
Sept. 03
Déc. 03
Mars 04
Juin 04
Sept. 04
Déc. 04
Mars 05
Juin 05
Sept. 05
Déc. 05Evolution du nombre de demandeurs d'emploi selon l'ancienneté de l'inscription le nombre des personnes inscrites en ca-
1Base 100 en janvier 1998 tégorie 1 a diminué de - 9,7 % (- 5,7 %
110 en France métropolitaine). Il est ainsi
passé sous la barre des 500 000 pour la
100 première fois depuis septembre 2002.
Cette décroissance touche l’ensemble
90 des demandeurs d’emploi, quelle que
soit l’ancienneté✎❺.
80
Cette amélioration a principalement
70 profité aux cadres, aux professions inter-
médiaires et aux ouvriers. En revanche,
60 la tendance demeure moins favorable
pour les employés de commerce et des
50 services directs aux particuliers. La
baisse a été plus sensible pour les hom-
mes que pour les femmes.Depuis moins de 1 an Depuis1à2ans Depuis 2 ans ou plus
Champ : demandeurs d'emploi de catégorie 1 (CVS) en fin de mois. A partir du second semestre 2005, le dé-
Sources : ANPE et Dares veloppement important des contrats ai-
dés de la politique de l’emploi dans les
contrat «nouvelles embauches» (CNE),La part des CDI secteurs marchand et non marchand a
destiné aux entreprises de 20 salariés ou entraîné une nette diminution du chô-dans les offres d’emploi
moins, d’une part, et par le nombre très mage de longue durée. Les contrats ai-
déposées à l’ANPE progresse élevé de contrats aidés (CDI ou CDD dés ont eu également un impact non
longs) conclus à partir de septembre négligeable sur le niveau du chômageL’augmentation très sensible du nombre
2005 d’autre part. en Ile-de-France. Mais ils sont loin d’ex-des offres d’emploi déposées à l’ANPE
pliquer, à eux seuls, la baisse continuetout au long de l’année 2005 confirme Un chômage
de la demande d’emploi observée de-cette tendance à la hausse des recrute-
en baisse sensible puis bientôt un an.ments. Ainsi, au dernier trimestre 2005,
plus de 190 000 offres ont été enregistrées L’Ile-de-France est la région qui a connu
(+ 12,4 % par rapport au quatrième tri- la baisse la plus forte de son taux de chô-
mestre 2004). Et, contrairement aux évolu- mage au cours de l’année 2005 : de 10,0 % Rédaction achevée le 22 mars 2006
tions passées, cette croissance tient fin décembre 2004 à 9,2 % fin décembre
principalement aux offres de contrats à 2005, soit - 0,8 point✎❹.
durée indéterminée ou de contrats à durée
1Les données de l’ANPE sur la demande Demandeurs d’emploi immédiatement disponiblesdéterminée de plus de six mois (+ 23,7 %),
à la recherche d’un emploi à temps plein et à duréed’emploi confirment cette évolution trèsalors que le nombre d’offres d’emploi plus indéterminée, n’ayant pas travaillé plus de 78
positive. De janvier 2005 à janvier 2006, heures dans le mois.précaires est quasiment stable (+ 2,6 %). A
l’exception des ouvriers non qualifiés, tou-
Pour en savoir plustes les catégories socioprofessionnelles
bénéficient de ce recours plus fréquent « Bulletin mensuel d’informations brèves sur le marché du travail », DRTEFP Ile-de-France, Bref
des employeurs au CDI. Ile-de-France, n° 21, février 2006.
« Note de conjoncture », Insee Conjoncture, décembre 2005.
Celui-ci peut être interprété comme le
« Conjoncture de l’emploi et du chômage au troisième trimestre 2005 : le recul du chômage s’ac-
signe d’une amélioration des perspecti-
centue dans une croissance raffermie », Dares, Premières informations, n° 52.2, décembre 2005.
ves économiques des entreprises, qui
« Cahier de la Cellule économique pour la construction, les travaux publics et les matériaux en ré-
hésiteraient moins qu’auparavant à re-
gion Ile-de-France, n° 68, décembre 2005.
cruter sur des emplois stables. Il peut
« Regards sur… l’année économique et sociale 2004 », Insee Ile-de-France, juin 2005.
aussi s’expliquer par l’usage fréquent du
Directeur de la publication : Alain Charraud
Comité de rédaction : Brigitte Belloc Gestion des abonnements : Agnès VavasseurINSTITUT NATIONAL
Rédactrice en chef : Corinne Martinez Tél. : 01 30 96 90 75 - Fax : 01 30 96 90 67
Secrétaire de rédaction : Françoise BeaufilsDE LA STATISTIQUE Vente par correspondance : Tél. :0130969056- Fax :0130969027
Conception graphique : PAO Insee Ile-de-France Internet : www.insee.fr/ile-de-franceET DES ETUDES ECONOMIQUES Maquette : Nathalie Lebraud - Laure Omont Vente sur place : Insee Info Service - Tour Gamma A - 195, rue de Bercy - 75582 Paris cedex 12
Impression :S.N.Rafal Tél. : 01 53 17 89 39 - Fax : 01 53 17 88 09Direction régionale d’Ile-de-France ISSN 0984-4724
7, rue Stephenson - Montigny-le-Bretonneux Commission paritaire n° 2133 AD
er78188 Saint-Quentin-en-Yvelines cedex © Insee 2006 Tarif : Le numéro : 2,2€€- Abonnement : - France : 30 - Etranger : 36€ Dépôt légal : 1 semestre 2006 Code Sage I0626452
Insee Ile-de-Fr@nce Infos : la Lettre d’information électronique vous informe tous les 2 mois de l'activité de l'Insee Ile-de-France
www.insee.fr/ile-de-france
Janv. 98
Janv. 99
Janv. 00
Janv. 01
Janv. 02
Janv. 03
Janv. 04
Janv. 05
Janv. 06