Enquête sur l emploi du premier trimestre 2003 - Forte hausse du chômage entre le 1er trimestre 2002 et le 1er trimestre 2003
4 pages
Français

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

Enquête sur l'emploi du premier trimestre 2003 - Forte hausse du chômage entre le 1er trimestre 2002 et le 1er trimestre 2003

-

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
4 pages
Français
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Entre le premier trimestre 2002 et le premier trimestre 2003, le chômage a fortement augmenté, touchant toutes les catégories d'actifs. La hausse est beaucoup plus importante que celle observée entre début 2001 et début 2002. Après trois années consécutives de baisse, le nombre de chômeurs de longue durée progresse de nouveau ; 67 % des chômeurs de plus de 50 ans sont à la recherche d'un emploi depuis plus d'un an. La création d'emploi marque le pas, avec seulement 70 000 nouveaux emplois. Dans un contexte économique morose, l'offre de postes a sans doute été ralentie. Comme en 2002, les salariés à temps complet déclarent travailler 38h50 par semaine. Seule tendance persistante : les femmes sont de plus en plus souvent actives et à tous les âges.

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de lectures 36
Langue Français

Extrait

N° 909 - JUILLET 2003
PRIX : 2,20€
Enquête sur l’emploi
du premier trimestre 2003
Forte hausse du chômage
er er
entrele1 trimestre 2002 et le 1 trimestre 2003
Jean-François Bigot et Dominique Goux, division Emploi, Insee
ntre le premier trimestre 2002 et le probabilité d’être au chômage deux fois plus
premier trimestre 2003, le chômage élevée que les diplômés de l’enseignementEa fortement augmenté, touchant supérieur long. En dépit de leur multiplication,
toutes les catégories d’actifs. La hausse est les diplômes restent un atout essentiel face au
beaucoup plus importante que celle chômage, signe que les besoins des entrepri-
observée entre début 2001 et début 2002. ses en personnel qualifié continuent de croître.
Après trois années consécutives de baisse, Une tendance qui se confirme : les diplômés de
le nombre de chômeurs de longue durée l’enseignement supérieur court (baccalauréat
progresse de nouveau : 67 % des chômeurs plus 2 ans) ont un taux de chômage inférieur à
de plus de 50 ans sont à la recherche d’un celui des personnes plus diplômées (de plus
emploi depuis plus d’un an. d’un point). Année après année, les formations
La création d’emploi marque le pas, avec supérieures courtes (BTS, DUT) confirment
seulement 70 000 nouveaux emplois. Dans leur bonne adaptation au marché du travail,
un contexte économique morose, l’offre de permettant une insertion professionnelle aussi
postes a sans doute été ralentie. rapide et stable que bien des formations supé-
Comme en 2002, les salariés à temps com- rieures longues. Ces diplômes sont dans leur
plet déclarent travailler 38h50 par semaine.
1Seule tendance persistante : les femmes Chômage : hausse importante entre
sont de plus en plus souvent actives et à début 2002 et début 2003
tous les âges. er er1 trimestre 1 trimestre
2002 2003
Chômeurs (milliers)
Au premier trimestre 2003, le nombre de chô-
Ensemble 2 447 2 685
meurs au sens du BIT s’élève à 2 685 000 en Hommes 1 188 1 289
Femmes 1 259 1 396moyenne non corrigée des variations saison-
Taux de chômage selon le sexe et l'âge (%)nières, soit 9,9% de la population active. Tel
Ensemble 9,1 9,9est le premier résultat de la nouvelle enquête 2
15-29 ans 15,5 16,9
Emploi trimestrielle, mise en place en juillet 30-49 ans 7,9 8,6
50 ans et plus 6,6 7,12001, et qui se substitue désormais à
Hommes 8,1 8,8l’ancienne enquête Emploi annuelle (Sources).
15-29 ans 14,5 15,9
Après plusieurs années de baisse et une 30-49 ans 6,6 7,1
50 ans et plus 6,2 6,8légère remontée entre 2001 et 2002, le nombre
Femmes 10,4 11,2de chômeurs au sens du BIT a augmenté de
15-29 ans 16,7 18,2
plus de 200 000 entre le premier trimestre 2002 30-49 ans 9,4 10,4
50 ans et plus 7,2 7,4et le premier trimestre 2003 (tableau 1). Le taux
Taux de chômage selon le diplôme (%)de chômage augmente aussi vite pour les
Sans diplôme ou CEP 14,3 15,1hommes que pour les femmes, atteignant
BEPC, CAP, BEP 8,7 9,4
début 2003 8,8% pour les premiers et 11,2 % Baccalauréat 8,4 8,5
pour les secondes. Les inégalités entre hom- Bac + 2 5,5 6,2
6,6 7,3Diplôme supérieurmes et femmes face au chômage subsistent
1. Le chômage est entendu au sens du Bureau International du Travaildonc. Elles sont particulièrement marquées
(BIT). Un chômeur est une personne en âge de travailler (15 ans ouentre 30 et 49 ans, âges où les femmes font
plus) qui (1) n’a pas travaillé au cours de la semaine de référence, (2)
face aux charges familiales les plus lourdes. est disponible pour travailler et (3) a entrepris des démarches de re-
cherche d’emploi ou (3’) a trouvé un emploi qui commence plus tard.Les écarts de chômage entre diplômés et
Le taux de chômage est le nombre des chômeurs au sens du BIT rap-non-diplômés restent stables. En 2003 comme
porté à la population active totale (salariés, non salariés, chômeurs).
en 2002, les personnes n’ayant aucun diplôme 2. L’âge est celui au 31 décembre de l’année d’enquête.
Source : Enquêtes Emploi, premier trimestre, 2002, 2003, Inseeou seulement le certificat d’études ont une
INSEE
PREMIEREgrande majorité professionnalisés et sont désormais dans la même propor- postes sous contrat à durée indéterminée
pour cette raison prisés par les tion au chômage depuis plus d’un an est en augmentation (+ 140 000).
employeurs. À un niveau inférieur de la (43 %). La construction et le tertiaire sont les sec-
« hiérarchie » scolaire, les CAP et BEP, Plus d’un chômeur sur cinq est sans teurs qui recrutent le plus : 12 % des pos-
professionnels, sont un atout bien meil- emploi depuis plus de deux ans, soit tes sont occupés par des salariés
leur que le BEPC, généraliste : la pro- environ 600 000 chômeurs de très embauchés depuis moins d’un an contre
portion de chômeurs parmi les titulaires longue durée. Cette forme de chômage 7 % dans l’industrie et l’agriculture
d’un BEPC est de près de 3 points supé- est elle aussi en progression (+ 30 000 (tableau 3). C’est dans les services aux
rieure à celle des détenteurs de CAP ou en un an) même si elle augmente particuliers que le turn-over de la
BEP. moins vite que l’ensemble du chô- main-d’œuvre est le plus grand : 20 %
mage. Le chômage de très longue des employés ont moins d’un an
durée est même typique des chômeurs d’ancienneté début 2003 et les chô-
Le chômage de longue durée âgés : 200 000 chômeurs de plus de 50 meurs issus de ce secteur et ayant
repart à la hausse ans sont à la recherche d’un emploi perdu leur emploi depuis moins d’un an
depuis plus de deux ans, soit 43 % représentent 7 % de l’emploi du secteur.
Plus de 1,1 million de chômeurs recher- d’entre eux. Le commerce et les activités immobiliè-
chent un emploi depuis plus d’un an, soit res viennent ensuite, avec 15 % de per-
43% d’entre eux (tableau 2). Ils sont sonnes embauchées dans l’année.
160 000 de plus qu’un an plus tôt. Après La progression de l’emploi Dans l’industrie, seules les industries
trois années de décrue, le chômage de agroalimentaires ont un niveau aussia fortement ralenti
longue durée est reparti à la hausse. Il élevé de recrutement. Dans tous les
continue de toucher essentiellement les Entre le premier trimestre 2002 et le pre- autres secteurs industriels, moins de 10
salariés les plus âgés que les entrepri- mier trimestre 2003, le nombre de per- % des personnes sont en poste depuis
ses recrutent difficilement : 67% des sonnes ayant un emploi a à peine moins d’un an. L’énergie est particuliè-
chômeurs de plus de 50 ans sont au progressé : l’économie française compte rement fermée : les recrutements faits
chômage depuis plus d’un an. Début seulement 70 000 emplois de plus qu’un dans l’année sont marginaux (3 %) et
2003, les hommes sont, en proportion, an auparavant. Toutefois, pour les sala- les chômeurs de moins d’un an
plus nombreux à avoir passé plus d’un riés, si le nombre de postes sous contrat d’ancienneté issus de ce secteur repré-
an au chômage que début 2002 tandis à durée déterminée, contrat aidé ou inté- sentent moins de1%de l’emploi du
que les femmes sont à peine plus tou- rim est en baisse (- 42 000), celui des secteur.
chées. De ce fait, hommes et femmes
Dynamisme des services aux particuliers
1 En % 1 147 000 personnes au chômage
2 Proportion de personnes ayant… Chômeursdepuis plus d’un an
de moins d’un an…moins …pluser er
1 trimestre 1 trimestre issus du secteur Effectif totald’un an de dix ans …une
Secteur d’activité2002 2003 rapportés (milliers)d’anciennetéd’ancienneté ancienneté
Effectif % Effectif % aux effectifsdans dans inconnue
de ce secteurl’entreprise l’entreprisePersonnes au chômage depuis 1 an ou plus
Agriculture 6,5 59,3 2,9 2,0 1 081Ensemble 979 40,0 1 147 42,7
Industrie 7,8 53,3 1,1 5,6 4 191Hommes 449 37,8 550 42,7
Dont : industries agricoles 14,7 42,0 0,7 6,8 62515-29 ans 99 22,5 123 26,0
automobile 5,1 57,5 1,4 5,1 32230-49 ans 215 40,2 264 45,5
1
autres ind.manufact. 7,0 54,0 1,1 5,7 3 01250 ans et plus 135 63,0 163 67,2
énergie 3,4 68,5 0,6 0,7 231Femmes 530 42,1 597 42,8
Construction 13,1 36,8 1

  • Accueil Accueil
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • BD BD
  • Documents Documents