personnels - (Réunion Conseil Pédagogique élargi - Consultation ...
4 pages
Français

personnels - (Réunion Conseil Pédagogique élargi - Consultation ...

-

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
4 pages
Français
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

personnels - (Réunion Conseil Pédagogique élargi - Consultation ...

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de lectures 225
Langue Français

Exrait

COMPTE RENDU DE LA RÉUNION DU CONSEIL PÉDAGOGIQUE ÉLARGI DU LYCÉE HENRI POINCARÉ À NANCY CONCERNANT LA RÉFORME DES LYCÉES (LUNDI 2 MARS 2009) La réunion est dirigée par M. SCHMIT, proviseur du lycée. M. DUBOISprend note des interventions, et rédigera le compte rendu. M. SCHMIT : L'objectif est de faire remonter notre contribution. Pour cela, il convient de partir des quatre thématiques présentées sur les documents joints, issus des premières pistes de la commission Descoings. Mme BUONO-CASTRO : On a évoqué récemment la semestrialisation. Peut-on avoir des précisions ? M. SCHMIT : La réforme initiale prévoyait un fonctionnement par semestre. Cela sera discuté dans le thème « Structure du lycée ». Commençons par le thème « A. Accompagnement des élèves ». Les dispositifs actuels sont-ils adaptés ? La diversité sociale est-elle perçue ? Il faut mener une réflexion sur l'autonomie des élèves. M. DOUCHE : Il faudrait créer une structure qui permette le travail des élèves en dehors des cours : les élèves ne travaillent plus à la maison. Mme BUONO-CASTRO : Il n'y a pas assez de moment de rencontre avec les élèves, à part deux minutes en fin de cours, ou les annotations sur les bulletins. Les professeurs n'ont pas assez de temps pour se consacrer aux élèves individuellement. M. SCHMIT : Il faudrait donc prévoir cela dans les emplois du temps. M. TYVAERT : En CPGE, il existe des entretiens individualisés, qui sont efficaces pour régler certains problèmes. On devrait prévoir ce dispositif dans le secondaire. On pourrait prévoir aussi des études obligatoires après la classe. M. SCHMIT : Cela se rapprocherait-ildes dispositifs actuels de soutien ? M. TYVAERT : Un temps pourrait être prévu pour que le professeur principal rencontre les élèves individuellement. M. GESNEST : Peut-on envisager une forme de tutorat comme en CPGE ? M. TYVAERT : Défavorable au tutorat. Accompagner un élève est déjà difficile pour un professeur ; demander à un élève plus âgé d'être tuteur est impossible. M. MAUCOTEL : Accompagner chaque élève est difficile, mais il y a aussi des classes trop chargées. Il est difficile pour les enseignants d'être disponibles et à l'écoute de chaque élève dans une classe de 35 élèves. Réduire les effectifs dans les classes ne semble pas la priorité actuelle. Vouloir passer du temps avec chaque élève s'ajouterait à nos autres missions. M. DOUCHE : Les élèves préfèrent le travail en demi-groupe ou en petit groupe d'aide. Avec 35 élèves en classe, le professeur fait surtout cours au tableau. M. CLAUSSE : Il faudrait préciser ce que signifie « accompagnement ». S'agit-ilde soutien scolaire, de rééducation ? Il faudrait préciser aussi ce que signifie « construction de l'autonomie ». Les TD en demi-groupe ne sont pas ciblés sur les élèves en difficultés. M. SCHMIT : L'accompagnement existe actuellement ; il est organisé par l'équipe pédagogique : suivi en classe de seconde, action de la vie scolaire et des conseillers d'orientation psychologues. Visiblement, il y a un problème d'efficacité et d'engagement de la part des élèves : pas assez de travail à la maison. Or, le lycée exige d'articuler travail en classe et travail à la maison. Doit-on faire l'ensemble du travail scolaire dans le cadre scolaire ? Le temps manque pour entrer dans une relation. On peut s'interroger sur le sens du mot « accompagnement ». M. CLAUSSE : Il faudrait dissocier le temps d'accompagnement du temps d'enseignement. M. TYVAERT : En CPGE, on arrive à « débloquer » un élève par un entretien individuel : celui-ci combine des aspects disciplinaires et des aspects psychologiques. Il faut donc inclure cela dans le temps de travail du professeur. M. MAUCOTEL : Il faut faire en sorte que l'élève réussisse, y compris son orientation. C'est de la responsabilité des professeurs principaux et des conseillers d'orientation, et plus généralement de toute l'équipe pédagogique. Mme ERZEN : Cela ne signifie pas que le professeur principal puisse prendre en charge tous les entretiens individuels. Il faut répartir ce travail. M. ARER : Il faut prévoir des colles et des entretiens individualisés au lycée comme en CPGE. M. ZACHARY : Il faut des lieux pour l'accompagnement. Il faudra aussi changer le statut des enseignants. Au collège et au
  • Accueil Accueil
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • BD BD
  • Documents Documents