Rapport d'information fait au nom de la mission d'évaluation et de contrôle de la sécurité sociale sur le financement de la branche AT-MP

-

Documents
58 pages
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Le présent rapport d'information examine la question du financement de la branche accidents du travail et maladies professionnelles (AT-MP), dont le déficit cumulé est de 1,7 milliard d'euros. Le rapport revient sur les caractéristiques de ce financement, assuré directement ou indirectement par les cotisations des entreprises, puis envisage les scenarios possibles pour la résorption du déficit.

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 01 juillet 2012
Nombre de visites sur la page 10
Langue Français
Signaler un problème
N° 657
SÉNAT SESSION EXTRAORDINAIRE DE 2011-2012
Enregistré à la Présidence du Sénat le 11 juillet 2012
RAPPORT D’INFORMATION
FAIT
au nom de la mission d’évaluation et de contrôle de la sécurité sociale (1) sur le financementde labrancheAT-MP,
Par M. Jean-Pierre GODEFROY et Mme Catherine DEROCHE,
Sénateurs.
( 1 ) C e t t e m i s s i o n e s t c o m p o s é e d e : M . Y v e s D a u d i g n y ,p r é s i d e n t ; M M . A l a i n M i l o n , J a c k y L e M e n n ,v i c e-p r é s i d e n t sB a r b i e r , G i l b e r t L o r r a i n , J e a n - L o u i s V a n l e r e n b e r g h e ,J e a n - M a r i e M M .  ; s e c r é t a i r e sJ e a n - N o ë l C a r d o u x , A l q u i e r , M . D e mo n t è s ,M me s C h r i s t i a n e  ; D a v i d , J a c q u e l i n e M m e s A n n i e C a t h e r i n e D e r o c h e , M M . J e a n D e s e s s a r d , J e a n - P i e r r e G o d e f r o y , M m e C h a n t a l J o u a n n o , M . R o n a n K e r d r a o n , M me I s a b e l l e P a s q u e t e t M . R e n é - P a u l S a v a r y .
- 3 -
S O M M A I R E
Pages
AVANT-PROPOS...................................................................................................................... 5
I. UN PRINCIPE FONDATEUR : LE PAIEMENT PAR L’ENTREPRISE............................. 7
A. UNE COTISATION ADAPTÉE À UN FACTEUR DE RISQUE SOCIAL SPÉCIFIQUE : LE TRAVAIL ................................................................................................ 81. L’imputabilité et la proportionnalité.................................................................................... 8a) L’équilibre de 1898 ......................................................................................................... 8b) Le choix de 1945 ............................................................................................................. 9c) La proportionnalité comme moyen de prévention ............................................................. 102. Une réforme progressivement mise en œuvre........................................................................ 12a) La situation avant la mise en œuvre de la réforme ............................................................ 12b) Objectifs, calendrier et suivi de la réforme ....................................................................... 14c) La question du recouvrement et du contrôle interne.......................................................... 16
B. LA REMISE EN CAUSE DES MODES DE FINANCEMENT................................................. 171. L’importance des transferts................................................................................................. 17a) Les différents types de transferts...................................................................................... 17b) Leur contestation............................................................................................................. 192. La pression contentieuse...................................................................................................... 20a) L’optimisation des dépenses sociales ............................................................................... 20b) L’apparition de nouvelles sources de contestation ............................................................ 21
II. LA CONSTITUTION D’UNE DETTE IMPORTANTE...................................................... 22
A. CAUSE................................................................................................................................... 221. La rupture avec le principe d’alignement des recettes sur les dépenses................................ 22a) Des déficits cumulés et non pris en charge par la branche................................................. 22b) Le refus par le Sénat du transfert de la dette à la Cades et l’absence de toute proposition alternative ..................................................................................................... 242. Le problème de la présentation des comptes lors du projet de loi de financement de la sécurité sociale.................................................................................................................... 24a) Un vote sur l’équilibre annuel et non sur la situation réelle de la branche ......................... 24b) Une évaluation imprécise ................................................................................................ 25
B. MODALITÉS DE PRISE EN CHARGE .................................................................................. 261. Différents scénarios possibles.............................................................................................. 27a) La socialisation de la dette ............................................................................................... 27b) L’augmentation des cotisations........................................................................................ 27c) Distinguer le financement de la dette conjoncturelle et celui de la dette structurelle.......... 282. Préserver l’équilibre de 1898............................................................................................... 28a) Maintenir le financement par les entreprises..................................................................... 28b) N’imputer à la branche que les dépenses qui lui incombent .............................................. 29
- 4 -
TRAVAUX DE LA MISSION................................................................................................... 31·Audition de Franck GAMBELLI, président de la commission des accidents du travail et des maladies professionnelles(mardi 12 juin 2012).................................................... 31·Audition de Noël DIRICQ, conseiller maître à la Cour des comptes, président de la commission chargée d’évaluer les dépenses du régime général au titre des accidents du travail et des maladies professionnelles(mardi 12 juin 2012)............................................... 38
EXAMEN DU RAPPORT D’INFORMATION PAR LA COMMISSION DES AFFAIRES SOCIALES............................................................................................................. 45
LISTE DES PERSONNES AUDITIONNÉES........................................................................... 57
- 5 -
AVANT-PROPOS Mesdames, Messieurs, Le financement de la branche accidents du travail - maladies professionnelles (AT-MP) a suscité jusqu’à présent peu d’intérêt pour deux raisons. D’une part, les enjeux financiers sont con sidérablement moins 1 importants que ceux des autres branches de la sécur ité sociale . D’autre part, les modalités de ce financement sont doublement spé cifiques. Tout d’abord elles n’impliquent ni cotisation salariale ni affec tation d’une part de la contribution sociale généralisée (CSG). L’indemnisa tion des accidents du travail et des maladies professionnelles repose don cintégralement sur les entreprisesipes assurantiels et. Ensuite, le niveau des cotisations suit des princ s’ajuste aux dépenses de la branche. Celle-ci doit donc être toujours à l’équilibre, sauf période d’ajustement liée à une b rusque augmentation des dépenses ou à la non-perception de certaines recett es. Cependant, au cours des trois dernières années, le financement de la branche a pu paraître fragilisé. Trois années de dé ficit non pris en charge par une augmentation des cotisations, en 2009, 2010 et 2011, ont constitué une dette d’environ 1,7 milliard d’eurosle Gouvernement avait, dans le que cadre du PLFSS pour 2011, proposé de transférer à l a caisse d’amortissement de la dette sociale (Cades). Le Sénat ayant rejeté cette mesure, laquestion de la résorption de la dette est depuis en suspens; elle n’a été reposée qu’à l’occasion du débat sur le PLFSS pour 2012 et au tr avers des auditions de vos rapporteurs.
Parallèlement,la Cour des comptes a refusé de certifier les comptes de la branche pour deux exercices consécuti fs, 2010 et, à nouveau, 2011t la Cour. Ce refus est fondé sur plusieurs défaillances don estime« l’énumération[...]inquiétante». En 2010 ces défaillances ont été «d’une portée et d’une intensité accrues», mais elles ont un caractère structurel puisqu’elles ont fait l’objet de réserve s formulées avec une intensité
1 12 milliards d’euros de dépenses en 2012 pour la branche AT-MP contre 162 milliards pour la branche maladie, 111 milliards pour la branche vieillesse, 57 milliards pour la branche famille.