Restaurer la concurrence par les prix - Les produits de grande consommation et les relations entre industrie et commerce

-

Documents
161 pages
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Par lettre de mission du 22 juin 2004, le ministre d'Etat, ministre de l'économie, des finances et de l'industrie, a réuni le groupe d'experts prévu par l'accord signé le 17 juin 2004 entre les principaux opérateurs du secteur de la grande distribution et de l'industrie. La lettre de mission invitait à analyser la législation existante (dont la loi de 1996, dite loi Galland), en termes juridiques et du point de vue économique, puis à faire des propositions de réforme pour faciliter les relations entre les fournisseurs et les distributeurs, pour renforcer, dans l'intérêt des consommateurs, les mécanismes de concurrence par les prix et pour permettre la baisse des prix des produits de grande consommation.

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 01 octobre 2004
Nombre de visites sur la page 19
Langue Français
Signaler un problème
Table des matières
Lettres de mission. . . . . . . . . . . . .. . . . . . . Membres du groupe d’experts. . . . . . . . . .
Membres du groupe de travail chargé d’examiner les questions agricoles. . . . .
Avant-propos. . . . . . . . . . . . . . . .. . . . . . . . .
Introduction. . . . . . . . . . . . . . . . .. . . . . . . . .
Première partie La dégradation de la concurrence par les prix. . . . . . . . . . . . . . . . .. . . . . . . . .
Chapitre I La réforme de 1996. . . . . . . . . . . . .. . . . . . . Évolution des relations entre fournisseurs et distributeurs . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Insécurité du système antérieur à la réforme. . . . . . .. . . . . Contenu de la réforme. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Évolution postérieure à 1996. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Mutations de la négociation commerciale . . . . . . . . La négociation commerciale. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . L’inflation des marges arrière. . . . . . . . . . . . . .. . . . . . . Intérêt lié des opérateurs. . . . . . . . . . . . . . .. . . . . . . . Chapitre II Une distribution oligopolistique. . . . . .. . . . .
Domination des hypermarchés ? . . . . . . . . . . . . . . . Commerce à dominante alimentaire. . . . . . . . . . .. . . . . . Commerce non alimentaire. . . . . . . . . . . . . .. . . . . . . .
Commerce indépendant et commerce intégré . . . . . Leclerc, Intermarché et Systèm e U : le choix du commerce indépendant. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Carrefour, Casino et Auchan : le choix du commerce intégré. . .
Puissances des groupes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Regroupement des centrales d’achat . . . . . . . . . . . Centrales alimentaires. . . . . . . . . . . . . . . .. . . . . . . . . Centrales non alimentaires. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Table des matières
7
11
13
15
17
21
23
23 23 26 30
33 33 35 36
39
39 39 41
42
42 42
43
45 45 46
3
4
Chapitre III Une production hétérogène. . . . . . . .. . . . . . Concentration des groupes propriétaires de grandes marques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Fort pouvoir de négociation des grands fournisseurs. . . . . . . . Niveau de rentabilité élevé des grands fournisseurs. . . . . . . . Fragilité des PME . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Position variable en fonction des catégories de produits. . . . . . Position privilégiée pour les MDD. . . . . . . . . . .. . . . . . .
Chapitre IV Un équilibre au détriment du consommateur Un consommateur perdant . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Impact de l’interdiction de revente à perte sur les prix des produits de grande consommation. . . . . . . . .. . . . . . Impact de l’interdiction de revente à perte sur les prix des autres produits. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Hausse des prix des produits de grande consommation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Des prix en hausse. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Triple origine de la hausse des prix. . . . . . . . . . . . . . . . . Disparition du petit commerce . . . . . . . . . . . . . . . . Contraintes de l’environnement réglementaire . . . . . . Concentration de la distribution. . . . . . . . . . . . .. . . . . . . Cadre juridique. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Progression du « maxidiscompte » . . . . . . . . . . . . . Pression concurrentielle sur la grande distribution et le commerce de proximité. . . . . . . . . . . . . .. . . . . . . « Maxidiscompte », grandes marques et MDD. . . . . .. . . . . Conclusion de la première partie. . . . . . . . .
Deuxième partie Propositions. . . . . . . . . . . . . . . . .. . . . . . . . . Chapitre I Renforcer le dispositif d’application. . . . . . . Rendre plus efficace le recours au juge . . . . . . . . . Rendre les procédures civiles plus efficaces. . . . . . .. . . . . Rendre les procédures pénales plus efficaces. . . . . .. . . . . Rationaliser les modes d’intervention de la DGCCRF. . . . . . . . Adapter l’organisation des juridictions au traitement du contentieux économique. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Améliorer la possibilité de sanctionner l’abus de puissance d’achat ou de vente. . . . . . . . . . . . . . . . .. . . . . . . . . Saisir plus systématiquement le Conseil de la concurrence. . . . Renforcer le rôle de la commission d’examen des pratiques commerciales (CEPC) . . . . . . . . . . . . Élargir les compétences de la CEPC. . . . . . . . . . .. . . . . . Créer une section de sanction. . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Table des matières
47
48 48 49 50 50 50
53 53 54 56
57 57 61 63 65 65 66 70
70 72
75
79
81 81 81 84 86
87 88 89
90 90 91
Chapitre II Assainir les relations commerciales. . . . . . .93 Encadrer la coopération commerciale . . . . . . . . . . .93 La définir. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . . . . . . . . . 93 En préciser le contenu. . . . . . . . . . . . . . . .. . . . . . . . 94 En fixer le régime. . . . . . . . . . . . . . . . . .. . . . . . . . . 95 Sanctionner les remises de gamme abusives . . . . . .96 Insérer la concurrence déloyale dans le Code de commerce. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .97
Chapitre III Revenir aux lois du marché. . . . . . . . . . . . . .99 Restaurer le libre jeu du marché . . . . . . . . . . . . . .99 Supprimer progressivement l’interdiction de la revente à perte . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .102
Chapitre IV Aménager le SRP. . . . . . . . . . . . . .. . . . . . . . 105 Fixer un nouveau seuil de revente à perte . . . . . . . .105 Baisser les prix . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .107 Une réforme simple. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .107 Une réforme favorable au consommateur. . . . . . . . . . . . . .107 Contrôler la transition . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .108 Instaurer des mesures d’accompagnement . . . . . . .109 Envisager d’autres voies ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . .110 Transférer partiellement les marges arrière. . . . . . . .. . . . . 110 Appliquer un coefficient de diminution du prix net facturé. . . . .110 Inscrire le principe des conditions particulières de vente dans la loi. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . . . . . . . . . 111 Autoriser la revente à perte sous contrôle. . . . . . . . . . . . . .111 Plafonner le niveau des marges arrière. . . . . . . . . . . . . . .111
Chapitre V Agir sur le niveau de concentration de la distribution. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .113 Réaménager le contrôle des concentrations . . . . . . .114 Réexaminer la législation relative à l’équipement commercial . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .114
Conclusion de la deuxième partie. . . . . . . . .117
Troisième partie Restaurer l’interprofession dans le secteur des fruits et légumes. .121
Chapitre I Un secteur atypique. . . . . . . . . . . . .. . . . . . . 123 Mécanismes économiques singuliers . . . . . . . . . . . .123
Table des matières
5
6
Environnement réglementaire spécifique . . . . . . . . .124 Accords interprofessionnels. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .125 Inefficacité de la lutte contre les abus. . . . . . . . . .. . . . . . 125 Interdiction de publicité. . . . . . . . . . . . . . . .. . . . . . . . 125 Chapitre II Propositions. . . . . . . . . . . . . . . . . .. . . . . . . . . 127
Contractualiser . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .127
Regrouper l’offre . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .128
Inefficacité du dispositif de crise . . . . . . . . . . . . . .129
Interdiction de la coopération commerciale, des remises, rabais et ristournes . . . . . . . . . . . . . .129
La vente sans prix . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .130
Risque du plafonnement des marges de la distribution . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .131 Les objectifs. . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . . . . . . . . . 131 La proposition de loi. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .132 Les démarches complémentaires. . . . . . . . . . . . . . . . . . .137
Publicité avec prix . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .138
Conclusion de la
Glossaire. . . . . .
Annexes. . . . . .
troisième partie. . . . . . . . .139
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .141
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .145
Annexe 1 Liste des personnes ou organismes auditionnés par le groupe de travail. . . . . . .147
Annexe 2 Liste des personnes ou organismes auditionnés par le groupe chargé d’examiner les questions agricoles. . . . . . . .153
Annexe 3 Indications pour la modification du Code de commerce. . . . . . . .
Table
des
matières
.
.
.
.
. . . . . .155
Le ministre d’État, ministre de l’Économie, des Finances et de l’Industrie
Monsieur Guy Canivet Premier président de la Cour de cassation
Paris, le 22 juin 2004
Monsieur le Premier Président, Je vous remercie d’avoir bien voulue accepter de présider les travaux de la commission d’experts prévue par l’accord signé le 17 juin 2004 entre les différents opérateurs du secteur de la grande distribution. Les nombreuses réunions qui ont précédé la conclusion de cet accord ont montré une attente très forte de tous les interlocuteurs en faveur d’un exa-men approfondi de la législation et de son amélioration dans le sens d’une concurrence plus loyale, mais aussi plus libre. Pour mener à bien cette tâche, il me semble qu’il vous revien-dra d’abord de faire le bilan de la législation existante, non seulement en termes juridiques mais également du point de vue économique, en prenant en compte aussi bien les questions de prix que les questions de rapports de force entre les différents acteurs. Au terme de cette analyse, il vous appar-tiendra de me faire toutes les propositions de réforme du cadre législatif et réglementaire que vous jugerez utiles pour faciliter les relations entre les fournisseurs et les distributeurs, pour renforcer, dans l’intérêt des consommateurs, les mécanismes de concurrence par les prix et pour per-mettre la baisse des prix des produits de grande consommation. Les signa-taires de l’accord du 17 juin tiennent notamment à ce que soient examinées en détail la question de la réaffectation de tout ou partie des marges arrière sur les factures et la question de la négociabilité des condi-tions générales de vente des fournisseurs. Vous pourrez, dans l’exercice de votre mission, vous appuyer sur un groupe de personnalités reconnues pour leur compétence dans ces matières. Les professionnels signataires de l’accord du 17 juin ont égale-ment émis le souhait de vous soumettre des noms d’experts que vous pour-rez librement consulter ou associer à vos travaux. Mes services, et notamment ceux de la DGCCRF, sont pour leur part à votre disposition pour vous assister dans le déroulement de votre mission. L’examen des modèles étrangers me paraît par ailleurs haute-ment souhaitable.
7
Je souhaiterais pouvoir disposer des résultats de votre étude vers la mi-octobre. Je vous prie d’agréer, Monsieur le Premier Président, l’assu-rance de mes sentiments les meilleurs.
8
Nicolas Sarkozy
Le ministre d’État, ministre de l’Économie, des Finances et de l’Industrie
Monsieur Guy Canivet Premier Président de la Cour de cassation
Paris, le 29 juillet 2004
Monsieur le Premier Président, Dans le cadre de la mission d’expertise sur les relations entre l’industrie et le commerce, dont vous avez bien voulu prendre la responsa-bilité, la question agricole présente une importance particulière. À cet effet, je vous serais reconnaissant de bien vouloir étudier, dans le cadre des travaux de votre commission, la proposition de loi de M. Jean-Michel Ferrand sur les coefficients multiplicateurs. Eu égard à l’intérêt du mécanisme proposé par M. Ferrand, il me paraît indispensable que le gouvernement soit pleinement éclairé tant sur la compatibilité de cette proposition avec nos règles constitutionnelles et les prescriptions communautaires que sur l’opportunité de ce dispositif et les effets concrets que l’on pourrait en attendre. En vous remerciant à nouveau d’avoir accepté de prendre la responsabilité de cette mission, je vous prie d’agréer, Monsieur le Premier Président, l’assurance de mes sentiments les meilleurs.
9
Membres d’experts
du groupe
Guy Canivetla Cour de cassation, président de la, premier président de commission d’experts Claire Chambolle, chercheur au laboratoire d’économétrie de l’École polytechnique Emmanuelle Claudel, professeur des Universités Guillaume Daieff, magistrat au ministère de la Justice Maître Francis Delbarre, CMSbureau Francis Lefebvre Patrick Hubert, conseiller auprès du ministre de l’Écologie et du Déve-loppement durable (démissionnaire à compter du 5 octobre 2004) Frédéric Jenny, ancien vice-président du Conseil de la concurrence, conseiller à la Cour de cassation en service extraordinaire Yves Picod, professeur des Universités, directeur de l’Institut d’études judiciaires de Perpignan Patrick Rey, professeur des Universités Rémi Toussain, directeur de l’Institut national agronomique Paris-Grignon
Rapporteurs
Laurent Vallée, maître des requêtes au Conseil d’État, rapporteur général Virginie Cramesnil de Laleu, rapporteur au Conseil de la concurrence, rapporteur Sylvie Joly, rapporteur au Conseil de la concurrence, rapporteur
Le groupe d’experts a bénéficié du concours de la Direction générale de la concurrence de la consommation et de la répression des fraudes, notam-ment de M.Jean-Louis Gérard, chef du bureau des affaires juridiques et du contentieux.
Membres du groupe d’experts
11