Simplification de la réglementation et amélioration de la compétitivité industrielle

-

Documents
71 pages
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

A la suite des Etats généraux de l'industrie, les ministres de l'écologie, de l'économie et de l'industrie ont confié à Mme Laure de La Raudière, députée d'Eure-et-Loir, une mission sur la simplification du droit applicable aux entreprises industrielles françaises, susceptibles de faciliter leurs activités et d'améliorer leur compétitivité. A l'issue d'une quarantaine d'auditions d'acteurs du monde de l'industrie, la mission s'est attachée à proposer des mesures permettant d'alléger de manière significative les formalités et de raccourcir les délais associés, sans remettre en cause les grands objectifs des politiques publiques concernées, notamment environnementales, sanitaires ou sociales l'activité économique. Le rapport contient des mesures de simplification générales et d'autres plus spécifiques aux installations classées pour la protection de l'environnement (ICPE).

Sujets

Informations

Publié par
Ajouté le 01 octobre 2010
Nombre de lectures 6
Langue Français
Signaler un problème
   
    
 Simplification de la glementation et amélioration de la compétitivité industrielle   
     Mission de Laure de La Raudière, Député d’Eure-et-Loir Rapporteur : Pierre Palat, IGM, Conseil Général de l’Industrie, de l’Energie et des Technologies  
 
 2010
              
 
OMMAIRE
1 PRESENTATION GENERALE DE LA MISSION ET CONTEXTE...................................... 4 
1.1 CHAMP DE LA MISSION.... ........................................................................5 .................................... 1.2 METHODE DE TRAVAIL DE LA MISSION................................................................................6.... . .... 1.3 FIL DIRECTEUR DES MESURES PROPOSEES ................................................................................ ...6 2  UNE REGLEMENTATIO : COMPLEXE, TROP EVOLUTIVE ET NLE DIAGNOSTIC PARFOIS PLUS SEVERE QUE DANS D’AUTRES PAYS EUROPEENS ..........8 ........................ 2.1 L’INSTABILITE DE LENVIRONNEMENT LEGISLATIF ET REGLEMENTAIRE......................................... 9 2.2 L’ DE CERTAINS TEXTESINFLATION NORMATIVE ET LE MANQUE DE LISIBILITE.............................. 9 2.3 DES REGLEMENTATIONS NATIONALES PARFOIS PL US CONTRAIGNANTES QUE CELLES DEFINIES AU NIVEAU EUROPEEN OU DECLINEES DANS LES AUTRESETATS-MEMBRES................................................. 11 2.4 DES PROCEDURES DE CONTROLE INEGALEMENT APPLIQUEES..................................................... 15 2.5 UN MANQUE D A LA CHARGE REGLEMENTAIREACCOMPAGNEMENT DES ENTREPRISES FACE......... 15 2.6 LES CONTRADICTIONS REGLEMENTAIRES................................................................................6 1...  2.7 DES EFFETS DE SEUIL ENCORE TROP PENALISANTS 17............................ ........................................ 2.8 DES DELAIS DINSTRUCTION ADMINISTRATIVE TROP LONGS...................................................... 17 2.9 L DES ENGAGEMENTS VOLONTAIRES ANTEA PRISE EN COMPTE INSUFFIS..................................... 18 2.10 DIFFICULTE A OBTENIR UN CONSENSUS SUFFISANT............................................................... 19 
3 LES MESURES D’ORDRE GENERAL.................................................................................... 20 3.1 AMELIORER LACCOMPAGNEMENT DES INDUSTRIELS.................................................................. 20 3.1.1 Metnt ees desisprrertsudni eiccailuertha desd ecc sene ealp rles ar lp se services de lEtat au niveau de chaque préfecture................0 2............................................. .... 3.1.2  rliletaFicdes ion ntatorie sesudnirtneirperistelt cenhqisea diseues et ves  lrse financières........2 2........................................................................................ ..................................... 3.1.3 Nommer au nive defpre etoj l ualaco nu hc «lEt de our at pel sna sciseesvr d» les actions qui le nécessitent..................................................................................................... 23 3.1.4 Inléiased red iduqic s elbruopsel ro pducés resemi sneœ vuer............................. 24 3.1.5 osspDin u deria loptrnrtenietque  unicès dactaemtngéelalr  de mbleenseà loin applicable et des textes associés42 ........................................................................................... .... 3.2 EVITER LES DEMANDES REDONDANTES ET GAGNER DU TEMPS.................................................... 25 3.2.1 rdneRe efi Grenentoi pess uenjcol raol auvérp se lesivesectlbqi supêuete qnle II et organiser autant que possible les procédures en paralèt qulôtelp en ueséri............52 . .. 3.2.2  ralr uéitilasiton des études dmiaptcDelévpeop............................ 2... ........................6 3.2.3 rer le noitasicorp sed eesurédioélamt usvioPrua dére lrialmatéficacitéd  e ladministration électronique........7 2.......................... .................................................................... 3.3 A SESLLEGER LES CONTROLES POUR LES ENTREPRI PARTICULIEREMENT ENGAGEES DANS LE MANAGEMENT ENVIRONNEMENTAL....................................................................................................... 31 3.4 CHERCHER A DONNER AUX ENTREPRISES DAVANTAGE DE SECURITE QUANT A LA QUALITE DES PRESTATIONS DES BUREAUX DETUDES INTERVENANT DANS LES PROCEDURES ADMINISTRATIVES.......... 31 
4 LES MESURES SPECIFIQUES AUX INSTALLATIONS CLASSEES POUR LA PROTECTION DE L’ENVIRONNEMENT (ICPE)...................................................................... 33 4.1 ALE SUCCES DU NOUVEAU REGIME DE LSSURER ENREGISTREMENT.................. . .53........................ 
Mission de Laure de La Raudière, député d’Eure-et-Loir Rapporteur : Pierre Palat, IGM, CGIET
Page 2
              
 4.2 V DE PRESCRIPTIONS GENERALES ARRETESEILLER A LA PROPORTIONNALITE DES... ................ 36.... 4.3 AMELIORER LA TRANSPARENCE DE LA PROCEDURE DINSTRUCTION ET VISER A EN REDUIRE LES DELAIS  .............................................................................................................................. .................. 37 4.4 VEILLER A APPLIQUER ETROITEMENT LA NOTION DE MODIFICATION SUBSTANTIELLE................. 40 4.5 MIEUX CADRER LAVIS PREALABLE DE LAUTORITE ENVIRONNEMENTALE SUR LES ETUDES DIMPACT  ............................................................................................................................. ................... 42 4.6 REDUIRE LES DELAIS LIES A L PARALLELES PROCEDURESINSTRUCTION DE CERTAINES43 .............. . 4.6.1 En matipre enévveti erèradoéhcigol................................................................43....... .. . 4.6.2 )erolf rè eedp E namitnuafte eutan( erden a  lteroioct ........................................44...  4.7 AMELIORER CERTAINS ASPECTS DE LA SPECIFIQUE AUX CARRIERES PROCEDURE........................ 45 4.8 A LE FINANCEMENT DES ALENALYSER DE FAÇON PLUS GLOBPPRT.............................................. 45 
5 VERS UNE NOUVELLE APPROCHE DE LA MANIERE DE CONCEVOIR ET D’APPLIQUER LA REGLEMENTATION............................... .... ...74................................................ 
5.1 PRENDRE EN COMPTE L ENTREPRISESENJEU DE LA COMPETITIVITE DE NOS AU NIVEAU EUROPEEN  48 5.1.1 se rel melgér secnegixeitévt  eesirtaenevuae rurea  uinrtaines opéen certPo mises en œuvre unilatérale........8.. 4.................................................................. ............................ 5.1.2 sAusnu eer rprodles tre é enlati egéatlbévirs itduro pes let  sneéporue stiu importés.............................................................................................................................. .......... 48 5.1.3 Meixuehcoarf iaçnd eséf ddrenl'e prapoitarobalé'l snaenemglréa  lden no atit européenne................................................ .94................................................................................ .. 5.1.4 eiVl àerh lmoarasinnoitsed féd initions entre l einevuae rupoeéetn e  lveni au national............................................................................................................................. ............ 50 5.2 A REGLEMENTAIRES AU CONTEXTE INDUSTRIELDAPTER LES TEXTES LEGISLATIFS ET.................. 50 5.2.1 iVelemenréglestaire r àall sibigél alsisfit te itildeé tes esxt................ .05 ................... 5.2.2 ac sua farTuropéennctives eel sidersnrcri eonag salntmeex hcrudessis se sna particuliers motivés...................................................................................................................... 51 5.2.3 rimenter le travia locépxElbarotafino aritalobl éeitrap sel ceva nsdas teanenprs des textes et le suivi de la mise en œuvre.............................................................................. 52 5.2.4  erin edruta extterée emgltaenrut uo tonvuae utude dimpact posilaéRé enu re régalienne (décret ou arté)ê..................................................................................................... 53 5.2.5 Rliéalavéitau res enutériori on a posseed settx. ....................................................45.. . 5.2.6 iruo à r sedépxemeriatntnsion  eac sedd iRcef seduté iuctlé à réaliser les dimpact................................................................4..5 .............................. ......................................... CONCLUSION...................... .........................................................................................................65 ..... 
ADDENDUM : QUELQUES ACTIONS FACILITATRICES.................................... ................ ...85 
ANNEXE 1 : LETTRE DE MISSION............................................................................................. 63
ANNEXE 2 : LISTE DES AUDITIONS......................................................................................... 66
 
 
ANNEXE 3 : LISTE DES VISITES DE TERRAINS.................................................................... 70 
 
 
Mission de Laure de La Raudière, député d’Eure-et-Loir Rapporteur : Pierre Palat, IGM, CGIET
Page 3
              
1 PRESENTATION GENERALE DE LA MISSION ET CONTEXTE 
En concluant le 4 mars 201 0, les Etats Généraux de l’Industrie, le Président de la République a souligné la nécessité d’établir un nouveau pacte éco nomique et social autour du caractère indispensable de l’industrie pour l’économie et la société françaises.
Il a défini une démarche stratégique destinée à replacer la politiqu e industrielle au cœur de notre politique économique avec quatre grands objectifs :
  industrielle de plus de 25% d’ici fin 2une augmentation de l’activ ité015,
 la pérennisation de l’emploi industriel en France sur le long terme, 
 le retour d’une balance com merciale industrielle durablement positive d’ici 2015, 
  dans la production industrielleun gain de plus de 2% de la part fr ançaise européenne.
Cette démarche stratégique se décline en 23 mesur es issues de la large concertation mise en œuvre au niveau national et dans les régions pendant les Etats généraux de l’industrie. Ces mesures s’articulent autour de cinq leviers d’actions:
1. mettre l’industrie au cœur d’un grand projet commun, 
2. développer l’emploi et les compét sur les territoires, ences 
3. consolider la structuration des filières industrielles françaises,
4.  s entreprises et l’innovation,renforcer la compétitivité de 
5. assurer le financement de l’industrie. 
C’est dans le cadre du qua trième levier qu’il est prévuune mesure générale de simplification de la réglementation applicable à l’industrie pour veiller à ce que les enjeux de compétitivité de l’industrie française soient mieux pris en compte au moment de l’élaboration des textes qui l’impactent.
Il a donc été décidé de mettre en place u ne mission afin d’identifier les pistes de simplification envisageables.
La présidence de cette mission a été confiée à Madame Laure de La Raudière, Députée d’Eure-et-Loir, par lettre1 en date du 7 mai 2010 signée conjointement par Monsieur Jean-Louis Borloo, ministre d'Etat, mi nistre de l'Ecologie, de l'Energie, du Développement durable et de la Mer, en charge des Technologies vertes et des Négocia tions sur le climat, Madame Ch de l’Industrie et de l’Emploi, et Monsieur Christianristine Lagarde, ministre de l’Ec onomie, Estrosi, ministre chargé de l’industrie. 
                                           1ir le  Votisnoe  n eedm sir1 ° nean nxe
Mission de Laure de La Raudière, député d’Eure-et-Loir Rapporteur : Pierre Palat, IGM, CGIET
Page 4
              
 La mission associe un re présentant du ministère de l’économi e, de l’industrie et de l’emploi, rapporteur, un représentantdu ministère de l’écologie, l’énergie, du développement de durable et de la mer, un me mbre du Conseil d’Etat et un représentant de l’industrie2.
 
1.1 Champ de la mission
La lettre de mission des ministres fixe l’objectif « lb esnmemilpeds ntifideun eier difioatic ns du droit applicable aux entreprises françaises susceptibles de faciliter leur activité et daméliorer leur compétitivité .» 
Elle doit veiller « à ne pas remettiqupoliublies pejtc sboed sfi s lseau cndra gesne eresqu concernées, notamment environnementales, sanitaires ou sociales en [se] concentrant notamment sur leur mise en œuvre  .»
Cinq objectifs principaux sont assignés :
 
1. Examiner la réglementation applicable à l’industrie française avec une approche par grands secteurs, en attachant une importance particulière aux secteurs des biens de consommation, des biens interm édiaires et des secteurs porteurs de croissance et en distinguant le réglementation qui relève du droit communa utaire de celle qui est uniquement française,
2.  ulations de contraintes réglementairesMettre en évidence les éventuelles accum susceptibles d’impacter notablement la compétitivité de certains secteurs, 
3. Proposer des aménagements susc eptibles les de minimiser ces impacts en lien avec acteurs concernés,
4. Identifier les démarches a entreprise industrielle d’unedministratives liées à l’activité en France ainsi que les coûts associés, en recensant en particulier, d’une part, les procédures liées à l’installa tion d’un site industriel en France et, d’autre part, celles liées à l’ajustement d’un site industriel en fonction d’éventuels cycles structurels ou d’évolutions ponctuelles de production, 
5.  lesFaire toute proposition permettant d’alléger formalités et de raccourcir les délais associés notamment en é vitant les traitements séquentiels de procédures pour un même projet.
                                           
2  iP rueisnoMergéin, ATAL Pebre  memnes,s mi ledénar réginueduinrist dalle g lirénéC udesnoet des néreig e,ed  el technologies, rapporteur, assisté de Messieurs MatVUNE eOJ tvYLEe as dhiartsruetic ssliv MesNEAGad, nimioi n chargés de miss au Cnoeslig niud ellad néréénere le, dstrinhcet sed te eigeusion Ms,ieogolELRGNA,D reHrn iur génér ingénieseni ua d lam se Conseil général de lEnvironnement du Développement durable, Monsieur Alexandre LALLET, maître des requêtes au Conseil dEtat, Monsieur Jean PELIN, directeur général de lUnion des industries chimiques. 
Mission de Laure de La Raudière, député d’Eure-et-Loir Rapporteur : Pierre Palat, IGM, CGIET
Page 5
              
1.2 Méthode de travail de la mission
La mission a procédé du 25 mai 20 10 au 31 Aout 2010 à 37 auditions d’acteurs du monde de l’industrie des salariés, directions présentants: représentants des fédérations industrielles, re d’administrations centrales impliquées dans la définition et la mise en œuvre de l’environnement régleme ntaire de l’industrie3.
Elle a également réalisé en région des visit es sur trois sites industriels au cours desquelles elle a rencontré des chefs d’entreprise et des responsables admin istratifs confrontés au jour le jour à la réalité des règles et procédures4.
Les investigations conduites et les é changes riches tenus lors des auditions et au cours des visites ont conduit la mission à mieux préciser sonchamp d’action. 
En effet, l’activité industrielle est soumise à l’ensemble des dispositions législatives et réglementaires qui s’appliquent aux activités économiques en gén éral qu’il s’agisse du droit du travail, du droit fiscal, du droit des sociétés, dudroit de la construction…: évaluer l’ensemble de l’environnement lé gislatif et réglementaire de l’ industrie au regard de l’enjeu de compétitivité reviendrait à examiner une gra nde part du corpus juridique applicable en France; une investigation d’une telle ampleur nécessiterait des moyens importants et des délais incompatibles avec ceux fixés à la présente mission.
C’est pourquoi la mission a ch oisi de concentrer ses réflex ions et propositions, soit sur des réglementations affectan t plus spécialement (mais pas nécessairement exclusivement) l’industrie comme celle des insta llations classées pour la protec tion de l’environnement ou les réglementations « produits »(REACH, ROHS, Biocide,…), soit portant sur des domaines impactés particulièrement par l’activité industrielle (déche ts, eau, sols, hygiène et sécurité…). 
 
1.3 Fil directeur des mesures proposées
La mission tient à souligner latrès forte attente de l’ensemble des industriels rencontrés par rapport à l’objet de la mission . Tous ont insisté sur les difficultés rencontrées quotidiennement dans l’application des réglementations ou dans l’instruction des dossiers d’autorisations diverses. 
Dans ce cadre, la mission s’est employée:
 à rechercher, en concertation étroite avec fédérations industrielles et grâce à des les visites d’entreprises, des cas concrets de diff icultés rencontrées par les industriels dans l’application des réglementations;
 à attester, à la lumière de ces cas, de la poss ibilité de mettre en œuvre facilement et sans délai des mesures de simplifications ;                                            32 e n°  oVnnxeria séneatitevs: e delisttisanigaprres onitidua srod sno 4oir annexe n°3 : V  destee sil d etv setisirai ns
Mission de Laure de La Raudière, député d’Eure-et-Loir Rapporteur : Pierre Palat, IGM, CGIET
Page 6
              
  à identifier les exigences régle mentaires nationales spécifiques allant au delà des déclinaisons nationales mises en œuvre dans d’autres Etats-membres des directives adoptées par l’Union européenne qui son t susceptibles de pénaliser l’industrie nationale par rapport à ses concurrents européens ou internationaux ;
 à dresser sur ces basesdes simplifications de procédures à conduire en proposant aux administrations concernées une méthode et une première liste de chantiers d’allégements réglementaireset
 à émettre desrecommandations générales pour poursuivre, au delà de la présente mission, l’effort indispensable de résorption des complexités réglementaires pénalisantes pour l’industrie etpour mieux prendre en compte à l’avenir l’enjeu de la compétitivité industrielle dans l’élaborat ion des réglementat ions applicables à l’industrie.
La mission s’est attachée en perm anence, dans les mesures proposées, à respecter les politiques déclinées en mati ère de protection de l’environnement, de la santé et des salariés.
Elle propose des mesures, souvent d’ordr e organisationnel, qui sont susceptibles de répondre aux attentes majeures des industriels, à savoir :
 la réduction des délais d’instruction des demandes, 
 un meilleur accompagnement par les services de l’Etat,  
 une meilleure façon deréglementer à l’avenir, et 
  de l’Etat, que ce rvices les industriels et les se treune modernisation des relations en soit localement ou au niveau national.
Mission de Laure de La Raudière, député d’Eure-et-Loir Rapporteur : Pierre Palat, IGM, CGIET
Page 7