INEPTI 10/50 - Avec Windows 8, Microsoft planche sur un OS 100 ...
8 pages
Français
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

INEPTI 10/50 - Avec Windows 8, Microsoft planche sur un OS 100 ...

-

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
8 pages
Français

Description

INEPTI 10/50 - Avec Windows 8, Microsoft planche sur un OS 100 ...

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de lectures 187
Langue Français

Exrait

La Lettre Innovation, Nouveautés, Evènements, et Pratiques des TI
N° 10/50 13 décembre 2010
La pensée de la semaine
«Les grandes œuvres de ce monde ont toujours été accomplies par des fous.»
Anatole France
bWU wiZV[c_ 8, iU^[_[X` \lSZUhW _a^ aZ  ŵŴŴ% bi^`aSli_é http://www.journaldunet.com/developpeur/technos-net/windows-8-et-virtualisation-1210.shtml?utm_source=benchmail&utm_medium=ML5&utm_campaign=E10185556&f_u=5039646La prochaine version de l'OS de Microsoft pourrait faire un pas supplémentaire vers la virtualisation d'applications. Objectif : éviter les installations locales. Avec Windows 8, Microsoft pourrait proposer une architecture en grande partie refondue de son système d'exploitation. Dévoilée parMary Jo Foleysur son blog hébergé par notre confrère américain Zdnet, cette information est issue d'une présentation réalisée par Microsoft en avril dernier à l'occasion du Microsoft Architectural Summit. Dans cette présentation, l'éditeur indique que "le bureau de l'OS ne devrait pas être lié à la machine, mais accessible par le biais d'un portail émulant applications, données, et droits d'accès". Microsoft y introduit la notion de DaaS (Desktop as a Service). Un environnement à travers lequel les applications et les données sont gérées de manière centralisée, et distribuées aux terminaux par le biais d'instances virtuelles. Les logiciels seraient distribués à la manière des applications pour smartphones, par le biais d'une place de marché.
iV mSz[Z Ja_` [bW a\W^U[m\a`iZY `[ `hW #l[aV? http://www.technologyreview.com/blog/mimssbits/26087/?nlid=3843By offering GPUs as part of its cloud-based on-demand computing options, Amazon is venturing into territory formerly occupied by scientific supercomputers. Perhaps it was inevitable: the cloud is already parsing enormous quantities of information at a high speed for the world's webmasters; why not diversify its processor types and apply that power to problems that previously required in-house supercomputing resources? That's the pitch behindAmazon's new GPU-powered Elastic Compute Cloud (EC2) on-demand computing resources, powered byNVIDIA's Tesla GPUs. Amazon's on-demand computing resources have long been used for processing chunks of data too large for in-house resources--famously, theNYTused EC2 to parse 405,000 giant TIFF files in order tomake 71 years of its archives availableto the public. Making GPU-based servers that can accomplish the same thing is a logical extension of Amazon's existing CPU-based server technology. Amazon has also taken extra steps to make sure that these servers are well-suited to high performance computing applications, including 10 Gbps Ethernet interconnects "with the ability to create low latency, full bisection bandwidth HPC clusters." What's especially interesting about this development is that outside of graphics-intensive operations and theodd password crack, for which GPUs are naturally suited, most high performance software has yet to be translated so that it can run on GPU servers. Amazon--not to mention IBM and the other vendors creating the servers that power Amazon's new offering--are therefore placing a bet on the general utility of GPU servers and the continued migration of software to these platforms. The migration to GPU computing is by no means assured. Some problems simply may not be transferable, and, as Thom Dunning, director of the National Center for Supercomputing Applications toldsaid, programming for GPUsremains something of a dark art. Dunning also admitted, however, that current approaches to supercomputing can't get us to the next generation of computing power, and thatGPU computers might be a step in the right direction. […]
I& bWa` ^WZV^W lW_ _a\W^[^ViZS`Wa^_ WZU[^W \la_ \ai__SZ`_ http://atelier.net/fr/articles/ibm-veut-rendre-superordinateurs-plus-puissantsIntégrer sur une même puce des composants électriques et optiques facilite et accélère la transmission de données entre les dispositifs. Et du coup permet à la machine d'augmenter ses ressources de calculs. Comment rendre les superordinateurs capables de brasser encore plus de puissance de calcul qu'actuellement ? En combinant les ressources de l'électrique et de l'optique, répond une équipe d'IBM. Elle a mis au point une puce qui intègre des nano-composants électriques et optiques sur un même fragment de silicium. Pour les chiffres, cela rendrait les appareils capables de réaliser un exaflops de calculs. Selon les chercheurs, cela permettrait aussi à la machine de disposer des mêmes ressources de traitement de l'information que le cerveau humain. Pourquoi un tel système ? "L'un des défis de créer des ordinateurs très rapides réside dans la capacité à transmettre rapidement un nombre très élevé de données entre des puces", explique William Green, l'un des responsables du projet. Combiner optique et électriqueMais alors que les fibres optiques le font mieux que les fils électriques, les composants qui convertissent les données en photons ne sont pas encore capables d'interagir. Ce qui signifie que les données auront toujours à circuler à travers les fils pour les atteindre, ce qui crée un goulet d'étranglement. Ici, les puces sont capables d'embarquer les deux technologies, et donc de faciliter cet échange. Pour y parvenir, IBM a développé une série d'interrupteurs photoniques, de détecteurs, de modulateurs et deguides d'ondesà partir de silicium. Tous ces composants ont été intégrés à l'intérieur des puces, ce qui fait que le même réalisés silicium qui compose les circuits électriques et les transistors du dispositif est aussi utilisé pour convoyer et convertir des photons. Augmenter les capacités des jeux virtuels ?Et pour les conduire hors de la puce via des milliers d'ondes, chacune d'une portée de 500 nanomètres. Un système moins coûteux, plus rapide et plus économe en terme d'énergie que les technologies conventionnelles faisant appels à des signaux électriques uniquement. Principalement, parce qu'il relie l'ensemble des composants en utilisant dix fois moins de silicium. IBM espère ainsi créer au cours des cinq prochaines années des ordinateurs plus puissants mais aussi donner un nouvel élan aux jeux virtuels sur consoles en augmentant le flux de données entre les cartes graphiques et les processeurs par exemple.
UW^ SXXiUhW _W_ SmTi`i[Z_ _a^ lW mS^Uhé VW_ `STlW``W_ http://www.capital.fr/a-la-une/actualites/acer-affiche-ses-ambitions-sur-le-marche-des-tablettes-550855?xtor=EPR-228Si la place de leader du marché des tablettes est promise à Apple et son iPad, les concurrents se bousculent pour devenir numéro 2. Le groupe taïwanais Acer espère capter 15% des ventes l'an prochain, a annoncé son patron Gianfranco Lanci, selon Bloomberg. Pour se démarquer, Acer s'apprête à lancer début 2011 pas moins de 3 tablettes, dont 2 avec une taille d'écran de 10’’ (l'équivalent de l'iPad) et une de 7’’. Elles tourneront grâce aux systèmes d'exploitation mobiles Android (pour deux d'entre elles) et Windows 7.