La question forestière en Espagne - article ; n°76 ; vol.14, pg 318-331

-

Documents
15 pages
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Annales de Géographie - Année 1905 - Volume 14 - Numéro 76 - Pages 318-331
14 pages
Source : Persée ; Ministère de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche, Direction de l’enseignement supérieur, Sous-direction des bibliothèques et de la documentation.

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 01 janvier 1905
Nombre de visites sur la page 67
Langue Français
Signaler un problème

Henri Cavaillès
La question forestière en Espagne
In: Annales de Géographie. 1905, t. 14, n°76. pp. 318-331.
Citer ce document / Cite this document :
Cavaillès Henri. La question forestière en Espagne. In: Annales de Géographie. 1905, t. 14, n°76. pp. 318-331.
doi : 10.3406/geo.1905.6411
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/geo_0003-4010_1905_num_14_76_6411OGRAPHIE GIONALE
LA QUESTION FORESTI RE EN ESPAGNE
De tous les moyens action que homme sur la nature la forêt
est un des plus efficaces Par elle il atteint pas seulement la physio
nomie superficielle du globe son domaine il peut encore dans une
certaine mesure régler le jeu des grandes forces naturelles la cir
culation des eaux insensible métamorphisme des roches le climat
lui-même Par elle il peut conserver ou accroître les ressources du
sol sur lequel il vit et améliorer les conditions de son existence
physique
Plus aucun autre pays de Europe Espagne souffre aujour
hui avoir longtemps méconnu cet auxiliaire si docile la fois et
si puissant Plus un autre peut-être elle lui rend hui jus
tice On se propose aide de quelques publications récentes1 de
dire ce est la question forestière chez nos voisins de autre côté
des Pyrénées
On peut résumer la destruction des forêts espagnoles en disant
elle été progressive au moyen âge et mesurée aux besoins de
agriculture beaucoup plus rapide époque moderne et dès lors
préjudiciable intérêt public
Les documents du moyen âge chartes communales privilèges et
franchises concessions aux monastères montrent Espagne couverte
de vastes forêts dont le Livre de Manteria traité de vénerie rédigé au
xive siècle sur ordre du roi Alphonse XI nous donne une description
générale Les lois efforcent de protéger les forêts le grand législa
teur de Espagne féodale le Savant en réglemente au
ANDRES AVELINO DE ARMENTERAS rboles Montes Madrid Imprenta de
Ricardo Rojas 1903 In-16 xx 276 -- JOAQU COSTA Colectivismo agr rio en
Espa Madrid Imprenta de San Francesco de Sales 1898 In-8 606 Cr nica
de la Fiesta del rbol en Espa Barcelona Imprenta de la Casa provincial de
caridad Cuestionario que la Comisi gestora central de Arag de la Sociedad
Amigos del rbol somete la deliberaci de la Asamblea General que ha de tener
lugar en Zaragoza durante los dias 15 f6 de octubre de 1900 Zaragoza 1900
Le second Congrès du Sud-Ouest Navigable tenu Toulouse. f903 Compte rendu
des travaux Toulouse Edouard Privât 1904 518 Voir également sur
tout pour la répartition dea forêts DELA LAURENCIE Les forêts de Espagne Revue
des Eaux et Forêts XXVIII 1889 481-496 et WILLKOMM Grundzuge der
Pftanze werbreitung auf der Iberischen Halbinsel Leipzig 1896 In-8 LA QUESTION FORESTI RE EN ESPAGNE 319
xme siècle exploitation Plus tard quand les Cortés de Castille
dénoncent la destruction abusive des bois où pour avoir un pieu
on coupe un chêne au pied le roi Pierre le Cruel fait droit leur
requête et condamne les délinquants la peine des verges Au siècle
suivant une pragmatique des Rois Catholiques enjoint aux commu
nautés entretenir leurs bois en bon état et leur interdit de laisser
couper un seul arbre sans autorisation et mandement spécial du
Prince 1496 La forêt avait déjà ses ennemis mais les lois suffisaient
encore la protéger
Ce on peut appeler la crise forestière ouvre la fin du
xve siècle avec expulsion des Arabes la découverte du Nouveau
Monde et épanouissement de la puissance espagnole Pendant des
siècles il avait eu entre Maures et Chrétiens une zone frontière
mal définie terrains de guerres et expéditions entre les belligé
rants qui longtemps avait échappé la vie stationnaire du paysan La
paix rétablie celui-ci défricha les forêts installa de maigres cultures
sur les versants les plus abrupts dans la pierraille et sur les rochers
Le laboureur espagnol rebelle toute direction dédaigneux des
savantes méthodes des Arabes appliqua presque partout des pro
cédés exclusivement extensifs De son côté la royauté exploitait sans
mesure les plus belles futaies pour satisfaire aux besoins de ses
Armadas les grandes expéditions coloniales la lutte contre Angle-
terre firent abattre des forêts entières
Mais tout cela fut peu de chose au prix des ravages pastoraux
partir du xv siècle la Mesta fut une puissance devant laquelle durent
incliner les intérêts les mieux défendus Liée sa cause par les
quelques subsides elle en obtenait la royauté ne sut lui refuser
aucune faveur Si les Rois Catholiques véritables organisateurs de la
Mesta 87 et 1500) eurent assez de fermeté pour limiter ses abus
leurs successeurs moins soucieux de la richesse publique et toujours
court argent montrèrent une faiblesse désastreuse Les bergers
étaient les maîtres passaient au travers des cultures se faisaient
reconnaître le droit de couper en tout lieu le bois nécessaire leurs
besoins et mettaient le feu aux forêts De Estremadoure aux mon
tagnes de Léon et de la Galice partout où les troupeaux passèrent ce
fut la ruine et la solitude2
Les pouvoirs publics cependant avaient conscience du mal et
effor aient de enrayer Les preuves en sont innombrables en
1518 plaintes adressées par les Cortes de Valladolid Charles-Quint
qui prescrit aussitôt de replanter des bois dans tout le royaume et
Las Siete Partidas loi
Voir J.H MARI JOL Espagne sous ordinand et isabetle Paris d.) 227
et suivantes En Aragon la Mesta ne put obtenir un simple droit de circula
tion 320 GÉOGRAPHIE RÉGIONALE.
renouvelle à plusieurs reprises les mêmes injonctions; en 1567,
instruction de Philippe 11, conslalanl que la plus grande, partie du
})O,ys esl rase, nui4 et sans arbres, Fn 1(101 , en 1708 el 171(1, en 1748,
nouvelles ordonnances rendues par Philippe III, Philippe V et Fer
dinand VI. Pendant (rois siècles, il devait en être ainsi : le gouver
nement se montre soucieux d'assurer la conservai ion des forêts, mais
les mesures édictées restent sans effet, parce qu'elles ne sont lias
observées et que personne ne tient la main à ce qu'on les observe.
Dès 1548, Charles-Quint se plaignait que les eorrégïdors n'exécutaient
pas les ordres du pouvoir central.
A l'époque du « despotisme éclairé », on put croire un moment
que la situation allait s'améliorer. On entreprenait sur h4 plateau de
Castille des travaux de reboisement. Charles Ш nommait des inspec
teurs chargés de veiller spécialement à l'exécution des lois (1762).
Eniin un livre qui eut quelque retentissement, le Voyage en Espagne
d'Antonio Ponz1, s'eflorçail d'attirer l'attention publique sur l'état
lamentable des forets espagnoles et de montrer l'intérêt qu'il y avait
à les protéger. Ces diverses manifestations de l'idée forestière n'éveil
lèrent que des impressions passagères. Le public ne se passionna pas,
la Mesta conserva tous ses privilèges, et l'administration continua à
fermer les yeux sur des abus qu'elle croyait inévitables. Une ordon
nance publiée en 1833 prouve bien que rien n'était changé en Espagne
à cette date.
Cependant les grands Etats européens, France, Allemagne, Autriche,
commençaient à exploiter scientifiquement leurs richesses fores
tières2. Le Gouvernement espagnol décida alors la création d'une
Inspection des Forêts, détachée du corps des Ingénieurs Civils (1835).
En 1848, s'ouvrit l'École spéciale des Ingénieurs des Forêts, établie
d'abord à Villaviciosa de Odon, aujourd'hui à San Lorenzo de LEseo-
rial. Mais la situation s'améliorait lentement, parce que les populat
ions n'avaient aucune notion des questions forestières, et parce que
le service de surveillance restait à organiser. Comme par le passé3, la
garde des bois était confiée aux communes, maîtresses de la plus
grande partie des forêts publiques. Une loi de 1876 a transmis, il est
vrai, cette fonction à la garde civile'1, mais celle-ci n'est pas préparée
à l'exercer, et la réforme est encore insuffisante.
D'autre part, de nouvelles causes sont venues s'ajouter à celles qui
expliquaient déjà la destruction des forêts. Parmi celles-là, l'auteur de
Ár boles y Montes cite, comme la plus active, la vente des biens de
mainmorte accomplie en 1836 par Mendizabal, et, en 1855, par Espar-
1. Antonio Ponz, Viage de Espana. Madrid, Ш2-1794. 18 vol.
2. En France, le Code Forestier fut, promulgué en 1827.
3 . Pragmatique de mai ! "i 1 8 .
ï. Notre gendarmerie. LA QUESTION FORESTI RE EN ESPAGNE 321
tero et Donnell Cette réforme qui était urgente mais qui fut mal
conduite jeta sur le marché une énorme quantité de terrains indivis
forêts et pâturages exploités alors en commun par le menu
peuple des campagnes Des milliers de petits cultivateurs durent
accepter la condition de journaliers agricoles ou emigrer vers les
villes Les grands propriétaires seuls gagnèrent opération ils trans-
formèrent des étendues considérables de bois en pâturages ufs
ou en terres de labour intérêt collectif des communautés rurales
était dans une certaine mesure une garantie de conservation pour la
forêt Avec le morcellement cette disparut et la forêt fut par-
tout livrée agriculture extensive ou au pâturage abusif1 Ce qui
semble le prouver est que certains villages préférèrent acquérir
aux enchères leurs forêts contrariant ainsi intention du législateur2
II
Aucun pays de Europe hui moins de forêts que la
péninsule ibérique et cependant aucun ne possède autant espèces
arborescentes3 en même temps une si grande variété aspects
Jetée comme un pont entre Europe occidentale et Afrique du Nord
elle participe par sa végétation comme par son climat des caractères
particuliers de une et de autre Ainsi expliquent la nature et la
répartition de ses richesses forestières
Sur une carte des hauteurs de pluie la péninsule ibérique appa
raît très nettement divisée en deux zones une humide autre sèche
La zone humide qui re oit partout plus de 60 centimètres eau jus
Santiago) étend sur toute la région septentrionale et
occidentale elle se prolonge intérieur sur la moitié occidentale
de la chaîne centrale et sur une partie de la Cordillère Bétique figurant
assez exactement les branches un La zone sèche avec moins de
50 centimètres 31 Saragosse) occupe tout le reste de la péninsule
La répartition des pluies détermine la répartition des arbres si bien
rboles Montes 77 et suivantes Voir MODESTO LAFUENTE Historia
f/eneral de Espa a. continuada. por JUAN VALERA Barcelona 1890) XXI
et suiv. XXIII 202 et suiv On vendit non seulement les biens de mainmorte
appartenant au clergé et aux congrégations mais encore ceux de tat des com
munes et des établissements publics
JOAQU COSTA Colectivismo agrario en Espa 314 et suiv. montre que
les administrations municipales ont souvent défendu leurs biens forestiers sources
de revenus assurés et cite des exemples empruntés la région de Soria et aux
Asturies
116 espèces sans compter les arbres fruitiers après WILLKOMM ouvrage
cité 85
ANGOT Carte des hauteurs de pluie sur Europe occidentale Annales de
Géographie 1895-96 pl i)
ANN DE OG XI Ar NEE 21 GEOGRAPHIE REGIONALE 322
une carte forestière de Espagne et du Portugal reproduirait presque
trait pour trait la carte des hauteurs de pluie
est dans la zone humide que on rencontre de véritables forêts
leur importance leur aspect les essences dont elles se composent
variant ailleurs avec le degré humidité altitude ou exposition
Les arbres feuilles caduques régnent de la Méditerranée Atlan
tique dans les Pyrénées les Asturies et la Galice Les deux Chênes
roble rouvre et pédoncule le Chêne tauzin le Hêtre le Châtai
gnier le Frêne et le Bouleau sont les plus répandus Le Chêne rouvre
qui paraît être essence type de la région septentrionale forme sur
les versants de la Navarre épaisses forêts de hauteur médiocre Monte
medio avec des cimes globuleuses des fûts courts et contournés
tandis que dans les Asturies où il occupe les 3/4 de la surface totale
boisée il constitue de véritables futaies Monte alto Celles de la Lie-
bana fournissent la marine des bois excellents Les Chênes occupent
les régions basses De 800 2000 m. ils sont remplacés par le Hêtre
puis par le Bouleau et le Genévrier nain Les résineux sont moins
uniformément répartis Si le Pin maritime règne de Barcelone la
Galice comme dans tout le reste de la Péninsule le Sapin picéa et
le Pin de montagne ne sont représentés que dans les Pyrénées et
nulle part ailleurs le Pin sylvestre est également limité la partie
orientale de la région Les uns et les autres couvrent partiellement les
versants des Pyrénées navarraises les hautes terrasses de Aragon
les régions montagneuses de la Catalogne Dans le Nord de Espagne
les Pyrénées sont ainsi les plus riches en espèces différentes là ac
complit véritablement la jonction avec les domaines forestiers de
Europe occidentale
La Galice et le Nord du Portugal avec leurs côtes élevées leurs
rias leurs vallées divergentes largement ouvertes aux souffles hu
mides et tièdes de Atlantique sont la terre élection des forêts
feuilles caduques et des pâturages verdoyants Les essences qui la peu
plent se retrouvent sur toute la bordure occidentale de la Péninsule
et sur les flancs des montagnes mieux arrosées que les parties basses
Chênes Bouleaux Châtaigniers en grand nombre Pins maritimes se
groupent ou espacent sur les terrasses du Portugal les pentes des
Les forestiers espagnols distinguent trois types de bois ils appellent
Monte alto hautes futaies avec ou sans sous-bois) Monte medio forêts moyennes
clairsemées avec sous-bois buissonneux Monte bajo taillis surfaces boisées
ouvertes Cette classification empruntée la terminologie allemande correspond
aux Hochwälder Mittelwälder et Niederwälder
DE LA LAURENCIE Les forets de Espagne 486
Les Pyrénées espagnoles sont moins déboisées que les Pyrénées fran aises
au moins dans les régions hautes Mr SCHRADER et ses collaborateurs en ont
fait maintes fois la remarque dans leurs nombreux voyages exploration Sur le
versant fran ais voir notre exposé Le déboisement clans les Pyrénées fran aises
Revue de Paris 10e année VI 15 novembre 1903 281-314) QUESTION FORESTI RE EN ESPAGNE 323 LA
Monts Ibériques la moitié occidentale de la chaîne centrale la haute
Estremadoure les serras de Algarve et jusque sur la Cordillère Bétique
Mais peu peu la végétation forestière se modifie Aux arbres feuilles
caduques devenus plus rares ajoutent toujours plus nombreux vers
le Sud les arbres verts particulièrement Yeuse Encina et le Chêne-
liège Alcornoque Dans la haute Estremadoure Alemtejo Algarve
ils couvrent dévastes espaces de forêts plus clairsemées et plus basses
Monte bajo que celles du Nord est là que on peut observer les
dehesas buissonneuses avec quelques arbres ou un type plus spécial
encore les vacuos forêts creuses) vastes étendues couvertes de
pieds épars yeuses sous lesquels étendent soit des pâtures soit des
cultures agricoles sortes de prés bois où la culture forestière se
superpose la culture agricole1 Ainsi la forêt toujours verte domine
dans le Sud-Ouest de la Péninsule Dans cette région la végétation
arbustive est représentée par les Cistes dont le bois très commun
donne un excellent charbon employé en métallurgie concurremment
avec les houilles de Belmez
Tout le reste de Espagne est-à-dire le plateau avec ses rebords
orientaux et méridionaux appartient un type de végétation très diffé
rent où opère le contact entre le domaine forestier de Europe et
celui de Afrique du Nord est la zone sèche de Espagne Dans ce
territoire étendent de vraies steppes steppes salées plantes halo-
philesou steppes graminées Esparto Alfa Les espèces forestières
communes toute cette région sont les Pins Pin maritime Pin syl
vestre Piniers répandus partout comme arbres feuillus le Chêne
tauzin mais surtout les Chênes verts Chêne-liège Yeuse Yeuse est
comme le fond forestier de toute cette partie de la péninsule Il est
rare que ces arbres soient réunis en forêts le plus souvent ils pous-
sentTsotës ou par petits groupes dansles haies surTëi bord desriviè-
res7 uand ïé rencontre des forêts elles sont un type tout fait
différent de celles des régions humides du Nord et de Ouest Les
PinîëT?rae îa pTovm<îe de VMtadolid étendus sur 80000 hectares près
de 50 100 de la surface totale du territoire) se présentent générale
ment en massifs clairs dispersés par pieds isolés souvent ébran-
chés2 Les futaies de Cobaleda Soria) de Balsain Guadarrama) peu
plées de Pins maritimes et de Pins sylvestres sont plus serrées Elles
fournissent des arbres magnifiques
Ces essences fondamentales régnent sur la zone sèche tout entière
la côte Mais côté elles sur la périphérie paraissent de
nouvelles espèces le Pin Alep Olivier sauvage Oranger legrand
Palmier dattier Le Chêne-liège beaucoup plus nombreux que dans
DE LA LAURENCIE Les forêts de Espagne 481
Ibidem 485 '
GÉOGRAPHIE RÉGIONALE. 324
l'intérieur, est l'arbre caractéristique du littoral méditerranéen; il
forme de belles forêts dans les provinces de Gérone, de Malaga et de
Cadix. Enliri le maquis, toujours vert et serré, représente la végéta-
lion arbustive.
Les talus extérieurs de la région sèche, vers l'Est et vers le Sud, ne
sont pas uniformément peuplés des mêmes espèces. Celui qui s'élend
des Pyrénées àla Sierra Nevada, le long de la Méditerranée, possède le
beau Pin Laricio. On le trouve principalement dans les montagnes, la
Serrania de Cuenca, les Montes Universales, où il forme des futaies
entrecoupées de clairières. Sur le rebord méridional, le Pin sylvestre
disparaît, mais le Pinsapo couvre les lianes de la Serrania de Ronda,
II ne sort pas de cette région, à la fois très chaude et très arrosée. Le
Palmier nain apparaît sur les pentes méridionales de la Sierra Mořena,
Sa densité va en croissant à mesure qu'on descend le Guadalquivir.
Il constitue plus de 60 p. 100 du peuplement dans les maquis du
littoral méditerranéen, entre Malaga et Gibraltar. C'est désormais la
végétation de l'Afrique.
Au point de vue administratif, les forêts espagnoles sont classées
en trois groupes : 1° Celles qui ont une influence sur le régime des
eaux ou la salubrité ont été déclarées d'utilité publique et relèvent
du Ministère de l'Agriculture, qui en a publié un catalogue détaillé en
1905. Un certain nombre d'entre elles appartiennent à l'État ; la plu
part sont la propriété des communes. — 2° Celles dont la conservation
répond à des besoins locaux (usages, parcours, etc.) dépendent du Mi
nistère des Finances. Elles sont également cataloguées *. — 3° Tout le
reste appartient à des particuliers. Le total des terrains considérés
comme boisés s'élève, d'après l'évaluation qui en fut faite en 1879, à
10584102 hectares. Mais la moitié environ de cette surface est occu
pée par des terrains en friche et des pâturages. C'est donc 5 millions
d'hectares en chiffres ronds que couvrent les forêts espagnoles (Montes
alto y bajo), environ le dixième de la superficie totale du Royaume. En
1840, la Société économique de Madrid disait déjà : « L'Espagne n'est
couverte de forêts que sur un huitième de sa surface; pour suffire à
ses besoins, elle devrait leur réserver un cinquième ou même un tiers
de son sol2. » Non seulement l'aire boisée est d'étendue insuffisante,
mais elle est dans le plus fâcheux état. Les forêts des particuliers sont
l'objet d'une exploitation sans méthode; celles de l'État et des com
munes sont livrées à toutes sortes d'abus. Les unes et les autres ne
sont soumises à aucune surveillance organisée.
1. Árboles y Montes contient deux tableaux donnant, par province, des résumés
détaillés de ces catalogues (p. 225-235).
2. Ârhole* y Mon/es, p. 2n»7. LA QUESTION FORESTI RE EN ESPAGNE 32o
III
Espagne beaucoup souffert du déboisement
aDorct elle manque de bois Tous les ans elle est obligée im-
porter pour plus de millions de pesetas de produits forestiers1 Pour
les seules traverses de chemin de fer elle paie étranger plus de
millions ae pesetas Dans ces dernières années le bois le liège la
Tesine et les produits similaires ont subi une hausse générale2 11 est
vrai insuffisance de la production des bois uvre par rapport la
consommation est un fait universel3 Mais Espagne pourrait facile
ment suffire ses propres besoins
Le déboisement eu des conséquences autrement graves Par son
relief et son climat Espagne est une terre tout africaine Elle est
un ensemble de plateaux bordés de hautes montagnes Ie plaines
rnarî înes très basses de bassins effondrés entre de puissantes mu
railles Les lourdes formes de son relief la ferment obstinément ou
ouvrent sans mesure aux influences maritimes Suivant les lieux
suivant le cours des saisons elle passe sans transition de la sécheresse
absolue aux pluies diluviennes Dans ce pays de contrastes violents
les forêts seul obstacle au ruissellement étaient plus nécessaires que
partout ailleurs Leur disparition modifié le climat livré le sol sans
défense action des eaux sauvages Le régime torrentiel démesuré
ment aggravé causé immenses désastres En 1864 inondation de
Valence coûta plus de 17 millions de pesetas En octobre 1879 celles*
Almeria et de Murcie furent plus terrible encore de riches campagnes
couvertes de sables et de vases des troupeaux entiers entraînés par
les eaux des centaines de victimes humaines telle fut uyre de la
Segura Mais pour une catastrophe retentissante capable de défrayer
la presse européenne que de ruines et de dégâts journaliers inonda-
tion est le mal endémique de Espagne Trois fois en vingt ans depuis
queTon acoupéles bois de chênes de sa vallée le Jalon emporté au
même endroit la ligne de Madrid Saragosse4 Cifuentes Guadala-
jara es serenos sont chargés la nuit de donner alarme dès que le
àé mena ant Huertapelayo même province) chaque fois
que le ciel se Couvre de nuages noirs les habitants se réfugient sans
plus attendre sur les lieux lll un demi-siècle quand Pascual
60 millions en 1900
rboles Montes 72
LABD Insuffisance de la production des bois uvre dans le monde
Paris Impr nationale 1900 In-8 iv 119 Analysé par RAVENEAU La pro
duction du bois dans le monde Annales de Géographie 1901 72-75)
Cuestionario que lu Comisi n... 336 OGRAPHIE GIONALE
Madoz publiait son Dictionnaire géographique de Espagne* ce district
étai Couvert une immense forêt de pins Il en reste plus trace
hui On pourrait multiplier les exemples
Il est pas étonnant dans ces conditions que les fleuves espa
gnols soient inutilisables par la batellerie Il en pas toujours été
ainsi Jadisle Ta ses affluents étaient abondants et réguliers Stra-
bon parle de la facilité avec laquelle les navires les remontaient2 En
février 82 ingénieur Antonelli fitle voyage de Lisbonne Madrid
par le Tage le Järama et le Manzanares3 Deux ans plus tard Phi
lippe accompagné du Prince des Infantes et des premiers person
nages de la Cour navigua sur le Tage et le Järama dans deux embar
cations de trente-trois pieds de longueur sur trois de profondeur
Antonelli prédisait au roi il verrait un jour débarquer sous les
fenêtres de Alcazar de Madrid les produits de toutes les parties du
monde autres documents relatent des expéditions de troupes et de
matériel par le Tage de Tolède Lisbonne hui sur empia-
cément où Antonelli rêvait de creuser un grand port de commerce
les lavandières de Madrid peuvent tout juste laver leur linge Au
Alcantara le Tage est élevé au-dessus du niveau des
eaux
ties cours eau de la Péninsule sont tous affligés de cette maladie
que nos voisins ont appelée malade piedra et que nous nommons obs-
truictron Certains entre eux roulent en temps de crue 70
pTTOTTcle matériaux solides Ces masses de débris encombrent le
thalweg et exhaussent les rives le Guadaiféo coule travers la vega
dé Motril dans un lit élevé de six sept mètres au-dessus des cam
pagnes il arrose Il fallu le contenir par des digues Plus souvent
les dépôts étendent sur les campagnes environnantes et les recou
vrent de leurs couches superposées Huertapelayo le 20 août 1899
la crue mit découvert un moulin enseveli sous les dépôts antérieurs
Ce phénomènes revêtent une ampleur singulière dans les provinces
de Almer Grenade Murcie et Cuenca
Tandis que les régions inférieures sont recouvertes par les dépôts
torrentiels les plateaux sont dépouillés des limons de surface LaAre-
PASCUAL MADOZ Diccionario geografie o-estad stico-hist rico de Espana sus
posesiones de ultramar Madrid 1846-1850 16 vol in-4
STRABONIII
Les lettres Antonelli Philippe II et au Secrétaire tat de la Guerre
sont conservées la Bibliothèque du Palais Royal de Madrid Elles ont été publiées
sous orine appendice la suite de ouvrage intitulé Memoria que tiene por
objeto manifestar la posibilidad facilidad de hacer navegable el Tajo desde Aran-
hasta el Atl ntico las ventajas de esta empresa las concesiones hachas la
misma para realizar la navegaci por el Brigadier de Infanter de los Reales
ejércitos FRANCISCO JAVIER DE GABANES public se de Real orden Madrid Im
prenta de Miguel de Burgos de 1829
tiage moyen de 1857 1860