L hygiène bucco-dentaire des animaux de compagnie
10 pages
Français

L'hygiène bucco-dentaire des animaux de compagnie

-

Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres
10 pages
Français
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Description

La santé bucco-dentaire est un sujet d’intérêt de plus en plus préoccupant aujourd’hui, non seulement pour les vétérinaires et les propriétaires, mais aussi pour les industriels des aliments pour animaux de compagnie. En effet, l’industrie du pet food (aliments pour animaux de compagnie) s’efforce de réduire l’incidence des maladies buccodentaires en développant scientifiquement des produits à allégations nutritionnelles
crédibles. Les principales étapes de recherche et développement d’un aliment sec à visée dentaire comprennent la définition des caractéristiques recherchées, la mise en place des moyens de mesure de la qualité de l’aliment ainsi que l’évaluation de son efficacité. Quelques exemples de produits provenant de l’industrie des aliments pour animaux de compagnie, preuve de leur intérêt grandissant pour l’hygiène bucco-dentaire, sont
proposés dans cet article.

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 20 juillet 2011
Nombre de lectures 276
Langue Français

Exrait

Bull. Acad. Natle Chir. Dent., 2002,454
75
Rôle de lindustrie des aliments pour les animaux de compagnie dans lamélioration de lhygiène buccodentaire
Catherine KULKER *
RÉSUMÉ
La santébuccodentaire est un sujet dintérêt de plus en plus préoccupant aujourdhui, non seulement pour les vétérinaires et les propriétaires, mais aussi pour les industriels des aliments pour animaux de compagnie. En effet, lindustrie dupet food(aliments pour animaux de compagnie) sefforce de réduire lincidence des maladies bucco dentaires en développant scientiquement des produitsàallégations nutritionnelles crédibles. Les principalesétapes de recherche et développement dun aliment secàvisée dentaire comprennent la définition des caractéristiques recherchées, la mise en place des moyens de mesure de la qualitéde laliment ainsi que l’évaluation de son efficacité. Quelques exemples de produits provenant de lindustrie des aliments pour animaux de compagnie, preuve de leur intérêt grandissant pour lhygiène buccodentaire, sont proposés dans cet article.
INTRODUCTION
Les carnivores domestiques ont un comportement alimentaire diérent des carni vores sauvages. Leurs dents serventàprendre, déchirer, couper, mais ils se conten tent souvent de saisir les aliments sans les mâcher et de les avaler. La plaque dentaire et le tartre ont plus lopportunitéde saccumuleràla surface de la dent et provoquer ainsi des gingivites. Si la gingivite nest pas traitée, elle peut saggraver insidieuse ment en parodontite, irréversible. Cette dernière provoque une douleur et un dysfonctionnement oral pouvant conduireàla perte de la dent. Linconfort associé àla maladie peut même engendrer des changements de comportement.
La maladie parodontale est laection la plus fréquente chez les chiens et chats adultes. Faceàcette incidence, certaines industries alimentaires pour animaux de compagnie désirent sassocier aux programmes de prévention vétérinaire pour contrôler le développement de la plaque dentaire.
* Docteur vétérinaire.
76
Bull. Acad. Natle Chir. Dent., 2002,454
INTÉRÊT DES INDUSTRIES DUPET FOOD POUR DES PRODUITSÀVISÉE DENTAIRE
Après avoir développédes aliments complets, couvrant les besoins spéciques des animaux de compagnie, lindustrie dupet foodse spécialise aujourdhui et chercheà produire des aliments dont les qualités nutritionnelles et dappétence sont optima les. De plus, elle cherche aussiàconcevoir des aliments diététiques ouàobjectifs particuliers comme le sont, par exemple, les aliments réduisant laccumulation de plaque et tartre.
Importance des affections dentaires
Plusieursétudes ont cherché àconnaître la prévalence des maladies parodontales : une recherche menée sur 200 chats apparemment sains a montréque 57,5 % des individus présentaient une gingivoparodontite modéréeàgrave avec présence de tartre dès l’âge de 2 ans (16, 17). Une autreétudeépidémiologique portant sur 39 500 chiens et 14 000 chats a montréque chez les animaux de plus de 7 ans (14¢20 %), la maladie parodontale est laection la plus fréquemment rencontrée (18). Chez le chien, la fréquence des maladies parodontales augmente avec l’âge (4, 51). Les infections parodontales peuvent aussi avoir des eets délétères sur l’état général de lanimal (15). L’étiologie de ces lésions pathologiques est encore indéterminée, mais la plaque dentaire en est lacteur principal. Laugmentation de la prévalence de ces aections peut sexpliquer en partie par le changement des habitudes alimentaires de nos animaux de compagnie.
Changements des habitudes alimentaires
Un carnivore sauvage doit, pour se nourrir, procéder au dépouillement de sa proie. La peau, les plumes, les poils, les tendons et les os sont autant d’éléments, qui jouent le rôle mécanique dune brosseàdents ou de jouets variés. En conséquence, pour se rapprocher de ces conditions naturelles, les industries dupet foodont réfléchi sur le concept dune nourriture solide, dun volume et dune texture adaptés pour allonger le temps de mastication et stimuler une forme de massage gingival (10).
La réduction de limportance des aections dentaires implique le ralentissement de laccumulation de la plaque dentaire : en eet, ce biolm est le premier acteur de la détérioration de lhygiène dentaire.
Bull. Acad. Natle Chir. Dent., 2002,454
Prévention de laccumulation de la plaque
77
La dispersion mécanique de la plaque est primordiale. Des examens réguliers chez les vétérinaires, ainsi que le détartrage et le polissage des dents sont indispensables. Cependant, lintervalle entre les soins dentaires est souvent bien trop espacé: la maladie parodontale récidive en labsence de prévention. Il existe deux types de prévention : la prévention primaire qui a comme objectif d’éviter laccumulation de bactéries avant lapparition de la maladie parodontale, et la prévention secondaire qui viseàstopper l’évolution et ainsià éviter laggravation. Il faut apprendre aux propriétairesàcontrôler la formation de la plaqueàla maison grâceàun brossage des dents : pour assurer son succès, les soins doiventêtre sûrs, eicaces et utilisés régulièrement.
Les articlesàmâcher, les os alimentaires ainsi que certains aliments dentaires ne peuvent paségaler laction du brossage avec un gel dentaire, mais ils constituent un moyen mécanique palliatif eicace et intéressant (18).
On trouve facilement des produits avec des allégations nutritionnellesàvisée dentaire sur le marché, mais peu ontétéréellement testés. Les allégations nutri tionnelles correspondent le plus souvent aux caractéristiques intrinsèques de laliment telles que : "nettoie les dents", "limite le tartre", car cest un aliment sec ou dur : les vétérinaires et les propriétaires perçoivent ces allégations avec scepti cisme (3). Certaines industries dupet foodont cependantévaluéscientiquement leicacitéde certains de leurs produits sur la formation de la plaque et le dévelop pement du tartre et peuvent ainsi aicher sur le produit la preuve de leurs alléga tions.
LESÉTAPES DE RECHERCHE ET DÉVELOPPEMENT DUN PRODUITÀVISÉE DENTAIRE
De nombreusesétudesépidémiologiques ont montréune corrélation entre la tex ture de la nourriture et la santébuccale chez les animaux de compagnie. Des recherches poussées sont nécessaires pour comprendre cette interaction.
Quelles doiventêtre les caractéristiques dun aliment dentaire ?
1¢Taille Le chien est un animal glouton qui a tendanceàavaler sans mâcher sa nourriture. Les croquettes de grande taille ne peuventêtre avalées. Leet de labrasion dun aliment dépend du temps de mastication. Il faut en eet que la croquette se brise en multiples petits morceaux abrasifs pourêtre eicace.
78
2¢Texture
Bull. Acad. Natle Chir. Dent., 2002,454
Desétudesépidémiologiques ont montréla relation directe entre la texture de laliment et la santébuccale de lanimal (2).
Des réductions signicatives ontétéobservées avec un aliment spécique ayant des caractéristiques physiques particulières comme la texture (type debres et organi sation), forme et taille (4).
3¢Repas principal et friandise
On remarque une diminution signicative du tartre (mesurée par notation sur une échelle de 0à4) sur les chiens qui ont accèsàdes produitsàmâcher, ainsi quune diminution signicative de lindex gingival (étude sur 1 350 chiens). Laliment sec associé àun osàmastiquer (ouàun jouet) induit une diminution signicative de laccumulation du tartre. Chez les vieux chiens, laction abrasive de laliment sec est encore plus nette lorsquil est associé àun osàmâcher.
4¢Mastication
La mastication est souvent considérée comme bénéfique dans la réduction du tartre : la production de salive stimulée par la mastication est le facteur de protec tion buccal le plus important (19). Leux de salive permet eectivement demporter les particules endogènes ou exogènes vers le tractus digestif et dapporter les facteurs antimicrobiens. Les chiens disposant de nombreux articlesàmâcher présentent moins de tartre, moins de gingivite que ceux nen disposant pas ou peu.
Mesures de la qualitéde laliment
1¢Consistance fécale
Des tests de consistance fécale ontétéréalisés sur un produit en développement. Ils montrent, entres autres, 95 % de selles bien moulées.
2¢Appétence Desétudes dappétence réalisées sur un produit, en le comparant avec un produit standard et un produit de la concurrence, montrent que lappétence au produit dentaire estéquivalente aux autres.
3¢Texture La mesure de la texture de laliment repose sur des mesures rhéologiques : le frottement est proportionnelàla distance de pénétration avant rupture de la
Bull. Acad. Natle Chir. Dent., 2002,454
79
croquette. Un instrument de mesure aétédéveloppéspécialement dans le but danalyser la texture des croquettes : ces mesures ontétéparfaitement corrélées avec les résultats de tests deicacitédentaire.
4¢pH urinaire
La quantité, la concentration et le pH des urines sont mesurés chez les animaux nourris exclusivement avec lalimentàvisée dentaire an de vérier les variations du pH qui doit se situer entre 6,0 et 6,4.
Mesure de lefficacitédu produit sur la plaque et le tartre
La mesure de leicacitéest tributaire de la méthode de mesure. Celleci doitêtre valide, reconnue et répétable. Il y a quelques années, les méthodes de mesures et d’évaluation des produits avec des allégations nutritionnelles dentaires ontété standardisées an denrayer les allégations abusives, qui se sont développées avec lengouement pour cette spécialité. Lutilisation duneéchelle numérique et la standardisation des méthodes d’évaluation conduisentàdes résultats qui sont consistants et objectifs (même si aucune validation scientique prouvant la répéta bilitéet la reproductibiliténaétépour linstant publiée). Ces index facilitent l’évaluation statistique des recherches ainsi que des comparaisons interétudes (4, 6, 8, 9, 11, 12, 13, 14, 15).
Matériels et méthodes
Animaux et logements
Desétudes ontétémenées sur une population de chats adultes européens. Tous les chatsétaient en parfaite santéet ont subi un examen vétérinaire complet au début desétudes. Pour chacune desétudes, les chats ontétéassignésàun aliment en équilibrant les groupes sur la base de leurâge, de leur sexe et de la gravitéinitiale du dépôt de tartre. Les chatsétaient libres dans des pièces. Chaque pièceétait assignée soit aux croquettes Friskiesàvisée dentaire soitàun aliment standard témoin. Leauétait distribuéead libitum.
Examen dentaire
Toutes lesévaluations ontétéréalisées par un vétérinaire ayant lexpérience des procédures de notation dentaire. Un examen dentaire aétéeectué àlaveugle, cestàdire que lexaminateur ne connaissait pasàquel groupe le chatétait assigné. La notation de la plaque et du tartreétait facilitée par un examen des dentsàla loupe binoculaire (×2,5).
80
Prophylaxie dentaire
Bull. Acad. Natle Chir. Dent., 2002,454
Lesétudes ont débuté(jour 0) par un nettoyage aux ultrasons et un polissage complet de toutes les dents. Les chats ontétéprémédiqués avec de latropine et anesthésiés avec un mélange de kétamine et médétomédine. Les examens ultérieurs pour la notation de la plaque (J7) et du tartre ontétéréalisés avec le même protocole. Le réveilétait provoquégrâceàladministration datipamézole.
Notation de la plaque dentaire e Le 7 jour de chaqueétude, après sédation du chat, une solutionà2 % d’érythrosine (Dentoplaque ND) révélant la présence de plaque dentaire aétéappliquée sur la surface des dents et immédiatement rincée avec un jet deau sous pression. La face buccale de chaque dent aétédivisée horizontalement en deux moitiés, gingivale et occlusale, et la plaque notée comme suit :
0 = pas de plaque observable, 1 = plaque couvrant moins de 25 % de la surface dentaire, 2 = plaque couvrant entre 25 et 50 %, 3 = plaque couvrant entre 50 et 75 %, 4 = plaque couvrant plus de 75 % de la surface dentaire.
L’épaisseur de la plaque aégalementétéestimée en utilisant l’échelle de notation suivante : 1 =ne, rose ou rouge pâle, 2 = moyennement rouge, 3 =épaisse, rouge vif foncé.
Une dernière note aétéobtenue par dent en multipliant la note de couverture par celle de l’épaisseur, ce qui conduitàune notenale comprise entre 0 et 12. L’évaluation de la plaque aétéobtenue pour chaque moitiédes 14 dents suivantes : canines supérieures et inférieures, troisième et quatrième prémolaires supérieures, troisième et quatrième prémolaires inférieures et premières molaires inférieures, donnant lieuà28 notes par chat.
Notation du dépôt de tartre e Le 28 jour, après sédation, le dépôt de tartre aétémesurésur les 14 dents précitées, de la manière suivante. La plaque a dabordétébrossée délicatementàlaide dune brosseàdents puis les dents ontétérincées avec de leau avant d’être séchéesàlair comprimé. La face buccale de chaque dent aétévisuellement divisée en tiers verticaux : crânial, buccal
Bull. Acad. Natle Chir. Dent., 2002,454
81
et distal. Chaque tiers a reçu une note de recouvrement comme pour la notation de la plaque, en utilisant les mêmes 14 dents, résultant en 42 notes par chat. L’épaisseur du dépôt de tartre aéténotée de la même façon que celle de la plaque, avec les notes suivantes :
1 =ne, 2 = moyenne, 3 =épaisse.
Les notesnales ontétéobtenues par tiers de dent en multipliant la note de couverture par la note d’épaisseur.
Analyse des données
Les valeurs obtenuesàpartir de la notation de la plaque et du dépôt de tartre ont permis dobtenir une note totale par dent, note obtenue par addition des deux ou trois notes obtenues par dent. La moyenne de ces notes pour lensemble des dents de tous les chats a permis lobtention dune note densemble.
Résultats
Les résultats de nosétudes (11, 20) ont montréune réduction signicative de la formation de la plaque et du tartre sur les groupes de chats ou de chiens nourris avec notre aliment dentaire en comparaison avec les groupes nourris avec un aliment standard.
DIFFÉRENTS PRODUITSÀVISÉE BUCCODENTAIRE PROPOSÉS PAR LES INDUSTRIES DUPET FOOD
Repas principal
Les industries dupet foodse sont dabord intéresséesàla texture sèche. Deux alimentsàvisée dentaire,àallégation nutritionnelle forte, ontétéhomologués par le Veterinary Oral Health Center (VOHC) auxÉtatsUnis : Hills Canine ou Feline T/D et Friskies Dental Diet (21, 22, 23), dont la performance est similaire au produit Friskies Lifeplan en Europe. Le VOHC est une institution américaine pour la reconnaissance de leicacitédes produits dentaires vétérinaires.
Friandises
Lintérêt des industries dupet foodpour les friandises est très net. De nombreuses recherches ontétéréalisées dans leurs centres de recherche an de développer des
82
Bull. Acad. Natle Chir. Dent., 2002,454
friandises appréciées autant par le propriétaire que par lanimal. Il existe diérents types de friandises : celles que lanimal doit mâchonner ou celles que lon considère comme un biscuit. Leurs caractéristiques et objectifs sont diérents.
Certainesétudes ont montréquil existe des diérences signicatives dans laccu mulation de la plaque entre les chiens ne mangeant exclusivement de laliment sec et ceux associant au sec un produitàmâcher (1, 7). La diérence semble encore plus importante chez les chiensâgés (1).
Les biscuits, durs, sont abrasifs sur la surface de la dent. Habituellement, les carnivores avalent leur aliment ou donnent un rapide coup de dent avant de lavaler. Même si le bénéfice est bref, labrasion aideàdiminuer laccumulation de la plaque sur la surface de la dent. La texture du biscuit joue aussi un rôle important dans leicacitédentaire.
Les friandisesàmâcher ont pour objectif de recréer un comportement alimentaire naturel chez le carnivore. Cependant mâcher des objets trop durs peut entraîner un traumatisme pour la dent ou la gencive : cest pourquoi il est préférable de donner des friandisesàmâcher spécialement conçues et adaptées pour les animaux de compagnie.
Il faut reconnaître que la plupart des friandises pour animaux de compagnie nont pasététestées scientiquement. Le fait que lon attribueàlaliment, non scientiquement, des qualités nutritionnellesàvisée dentaire est dûau seul fait que ce soit en luimême un article dur,àmâcher. Aujourdhui, an de vérier leicacité dentaire de certaines friandises, des protocoles dentaires sont réalisés en routine par certaines industries dupet foodpour prouver leurs allégations nutritionnelles.
CONCLUSION
Rien ne remplacera les soins que peuvent prodiguer les vétérinaires : détartrage, polissage, soins spéciques. Les programmes de prévention dentaire requièrent une participation régulière des propriétaires, ainsi quun apprentissage des animaux qui ne sont pas toujours habituésàse faire brosser les dents. Lobjectif des alimentsà visée dentaire pour animaux de compagnie est de participer activement au pro gramme de prévention de laccumulation de la plaque dentaire. Distribuer un aliment améliorant lhygiène buccale est très pratique pour les propriétaires. Cepen dant, seules deux industries dupet foodont pour linstant prouvéscientiquement que leur aliment sec complet est eîcace dans la prévention de laccumulation de la plaque dentaire. Les industriels et scientiques continuentàchercheràaméliorer leurs produitsàvisée dentaire.
Bull. Acad. Natle Chir. Dent., 2002,454
BIBLIOGRAPHIE
83
1. H(C.E.), S(ES.), L(L.)¢Correlation of Diet, Other Chewing Activities and Periodontal disease in North American ClientOwned Dogs. J Ver Dent 1996 ; 13 (3) : 101105. 2. G(C.), I(G.), I(T.)¢Benets of a "Dental Hygiene Chew" on the Periodontal Health of Cats. J Vet Dent 1998 ; 15 (3) : 135138. 3. F(O.)¢Dental Research and Product Development : A Project Managers Perspec tive. Proceedings of a Conference on Companion Animal Oral Health, University of Kansas, Lawrence, KS 1996.
4. L(E.I.)¢Oral Cleansing by Dietary Means : Feline Methodology and Study Results. Proceedings of a Conference on Companion Animal Oral Health, University of Kansas, Lawrence, KS 1996.
5. M(S.M.)¢Recognition of Feline and Canine Dental/Oral Lesions. WSAVA/FECAVA World Congress 2000 ; 6566. 6. G(C.), F(H.)¢A more sensitive method of scoring calculus. J Vet Dent 1994, 11 (2) : 5863. 7. G(C.), W(J.), B(T.L.)¢Eect of a New Dental Hygiene Chew on Periodontal Health in Dogs. J Vet Dent 1999 ; 16 (2) : 7781.
8. L(E.I.), B(E.N.)¢Oral Health assessment in dogs parameters and methods. J Vet Dent 1994 ; 11 (2) : 5863. 9. L(E.I.)¢Oral Cleansing by Dietary means : Results of six months studies. Proceeding of a conference on Companion Animal Oral Health, University of Kansas, Lawrence, KS, 1996 b. 10. M(R.), B(J.), A(L.)¢Promouvoir lodontostomatologie auprès de votre clientèle. Prospective 1999 ; 6.
11. K(C.), C(C.J.)¢Diet : A Positive Benet in Feline Dental Health Programmes. th Poster presented during BVDA13 Annual Scientic Meeting, Birmingham 2001. 12. H(J.J.)¢Guidelines for measurement of Supragingival plaque and Calculus in Canine Clinical Studies. J Vet Dent 1994 ; 11 (2) : 5457. 13. B(E.N.), L(E.I.), K(C.), B(J.F.), H(J.J.)¢Feline Dietary Study Methodology : Improved Methods for Evaluating Feline Dental Health. Proceedings World veterinary Dental Congress, Vancouver, BC, Canada, 1995. 14. H(J.J.), S(T.G.), S(M.R.)¢Assessment Methods and Clinical outcomes : Chemical and microbial composition, formation, and maturation dynamics of pellicle, plaque, and calculus. J Vet Dent 1994 ; 11 (2) : 7579. 15. H(P.)¢Conséquences de voisinages et conséquences systématiques des infections parodontales. Communication du GEROSàNice, 1998.
16. C(G.), B(A.)¢Gingivites et stomatites félines. Prat Méd Chir Anim Comp 1999 ; 34 : 135137.
84
Bull. Acad. Natle Chir. Dent., 2002,454
17. C(G.), B(A.)¢Étiopathogénie. Prat Méd Chir Anim Comp 1999 ; 2 : 137144. 18. H(P.)¢Dix questions au sujet du détartrage. LAction Vétérinaire, 1988 ; 415 : Octobre 97. 19. T(J.), I(T)., VV(T.)¢Nonimmunoglobulin Defense Factors in Canine Saliva and Eects of a Tooth Gel Containing Antibacterial Enzymes. J Vet Dent 2000 ; 17 (3) : 136140.
20. C(C.J.)¢Reduction of plaque and calculus build up in cats fed a specially formulated dry cat food. Veterinary International 1999 ; 11 (2) : 2530. 21. C(C.J.), G(L.A.), S(S.), S(S.L.), A(D.E.), D (D.)¢Dental Diet for Reducing Tartar. 29072002. US Patent Application 10037941. 22. C(C.J.), S(M.J.), R(M.G.), B(L.)¢Dentally benecial pet food and method of manufacture. 27092001. US Patent Application 60/191137. 23. C(C.J.), G(L.A.), S(S.), S(S.L.), A(D.E.)¢Dental care pet food. 15091998. Patent Application 09/154646.
  • Accueil Accueil
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • BD BD
  • Documents Documents