Les troubles d humeur pendant la grossesse : traiter ou ne pas traiter ?
1 page
Français

Les troubles d'humeur pendant la grossesse : traiter ou ne pas traiter ?

-

Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres
1 page
Français
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Description

Les femmes enceintes souffrant de dépression et d’anxiété font face à un sérieux dilemme : poursuivre la prise d’un médicament qui contrôle efficacement leur maladie ou cesser de le prendre pour protéger le bébé?

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 03 novembre 2011
Nombre de lectures 193
Langue Français

Exrait

DOSSIER SPÉCIAL RECHERCHE
LES TROUBLES DE L’HUMEUR PENDANT LA GROSSESSE : TRAITER OU NE PAS TRAITER?
Les femmes enceintes souffrant de dépression et d’anxiété font face à un sérieuxdifficiles à identifier tôt, mais peuvent présenter dilemme : poursuivre la prise d’un médicament qui contrôle efficacement leurdes conséquences considérables sur le dévelop maladie ou cesser de le prendre pour protéger le bébé?»pement au cours des années.Pour compli quer les choses davantage, on ne sait pas avec a recherche menée ces dernières annéespulation, comparativement au risque initialcertitude si les anomalies observées chez les traLiter l’anxiété et la dépression, appelés inhiLe Dr Tim Oberlander, duChild & Familyla maladie qu’ils servent à traiter. laisse entendre que la prise des médicad’anomalies congénitales, qui est de 2 à 3 % pourenfants dont la mère a pris des ISRS pendant ments communément prescrits pourl’ensemble des grossesses. »la grossesse sont dues aux médicaments ou à biteurs spécifiques du recaptage de la séroResearch Instituteet duCentre for CommunityD’importants travaux de recherche sur le su tonine ou ISRS, pendant la grossesse peutChild Health Research, à Vancouver, qui ne faijet sont en cours, mais Sura Alwan juge que accroître chez le bébé les risques de malsait pas partie de cette recherche, considèrependant ce temps,« ilimporte que les décisions formations cardiaques, de problèmes pulmoces résultats encourageants, car ils confirmentquant au traitement des femmes enceintes souf naires et de signes temporaires de sevrageles constats d’autres études récentes : la prisefrant de dépression se prennent au cas par cas. telles l’irritabilité et l’agitation. Beaucoup ded’ISRS pendant la grossesse ne semble pasIl faut consulter la malade et son médecin ou psy femmes tendent instinctivement à interromaccroître le risque d’anomalies structurelleschiatre traitant et tenir compte de toutes les con pre la pharmacothérapie pour protéger leurgraves à la naissance chez le nouveauné.clusions d’études ainsi que de l’état spécifique de bébé à tout prix, aux dépens de leur propreIl se garde toutefois de considérer le doschaque mère, notamment la gravité de la dépres santé. Or, cette décision n’est pas toujours lasier clos.sion, l’expérience relative à d’autres formes de traicrois que les effets de ces médica« Je meilleure ni pour la mère ni pour l’enfant.tement (différents médicaments, psychothérapie)ments ne sont peutêtre pas liés à des anomalies Sura Alwan, étudiante au doctorat à l’unitéstructurelles,estimetil.Ils seraient plutôt suset d’autres facteurs de risque comme les anté de recherche en génétique médicale duceptibles de générer des changements micédents familiaux d’anomalies congénitales. » Children’s and Women’s Hospital, à Vancouver, acroscopiques ou encore d’altérer les modèles fait partie d’une équipe de chercheurs quineurochimiques du cerveau. De tels effets sontPAR ALISON PALKHIVALA s’est penchée sur les avantages et les incon vénients de la prise d’ISRS durant la grossesse. « LesISRS sont parmi les médicaments les plus « Il importe que les décisions quant au traitement couramment prescrits en Amérique du Nord, faitelle observer,et leur utilisation est montéedes femmes enceintes souffrant de dépression en flèche ces dernières années, surtout chez les se prennent au cas par cas. » femmes en âge de procréer. » Dans le cadre de leur étude nationale sur la prévention des anomalies congénitales, Sura Alwan et ses collègues ont recueilli des données sur 9622 bébés nés avec de graves anomalies et sur 4092 bébés nés en santé, dans les mêmes régions géographiques. Ils ont téléphoné aux mères pour savoir si elles avaient pris des ISRS pendant leur grossesse et, si tel était le cas, pendant quelles périodes. Heureusement, aucun lien n’a pu être établi entre la prise d’ISRS pendant la grossesse et la présence d’anomalies physiques graves à la naissance. « Nos résultats n’ont ni confirmé le lien avec les malformations cardiaques découvert auparavant, ni décelé d’association avec la plu part des anomalies congénitales que nous avons étudiées,explique Sura Alwan.Nous avons cependant observé un lien avec certaines ano malies congénitales rares et l’exposition aux ISRS tôt durant la grossesse, mais l’augmentation ab solue du risque serait minime au sein de la po
Réf. : Alwan S, Reefhuis J, Rasmussen SA, Olney RS, Friedman JM. Use of selective serotoninreuptake inhibitors in pregnancy and the risk of birth defects.New England Journal of Medicine2007;356(26):26842692.
VOLUME 7, N2DÉCEMBRE 2008 O
BULLETIN DU CENTRE D’EXCELLENCE POUR LE DÉVELOPPEMENT DES JEUNES ENFANTS  PAGE 7
  • Accueil Accueil
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • BD BD
  • Documents Documents