//img.uscri.be/pth/7cd3efd6c8df0510d57349cbddf75d3b3e484040
Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Le transport maritime des plantes au XVIIIe siècle - article ; n°343 ; vol.92, pg 405-418

De
15 pages
Revue d'histoire de la pharmacie - Année 2004 - Volume 92 - Numéro 343 - Pages 405-418
Par l'ordonnance royale du 9 septembre 1726, le jardin des apothicaires de Nantes devenait annexe du Jardin royal de Paris. Les capitaines des navires nantais étaient alors dans l'obligation de rapporter des pays étrangers plantes et graines qui, remises aux apothicaires nantais, étaient « réconfortées » avant d'être envoyées au Jardin du Roi. La présence de botanistes et de jardiniers dans les grandes expéditions de découvertes, l'amélioration des techniques de transport (caisses diverses et variées, caisses de Ward ainsi que d'autres contenants comme des boîtes, potiches et autres récipients de verre) permirent l'introduction et l'acclimatation de nouveaux végétaux en métropole et dans nos colonies. Certains jardins botaniques deviennent alors un lieu de passage obligé pour donner force et vigueur aux espèces végétales avant l'ultime voyage vers Paris.
The sea transport of plants in the 18th century.
By the royal order of the 9th September 1726 , the apothecaries' garden of Nantes became an annex of the royal garden of Paris. The captains of the ships from Nantes were, then, compelled to bring back from foreign countries : plants and seeds which, when given to the apothecaries of Nantes were « fortified » before being sent to the royal garden.
The presence of botanists and gardeners in the great expeditions of discoveries, the improvement of the technics of transport (different sorts of boxes, Ward's boxes as well as other containers : vases ans other glass jars) permitted the introduction and the acclimatization of new plants into the metropolis and into our colonies. So, some botanical gardens became a compulsory transit place where species of plants were given strenghth and vigour before their last trip to Paris.
14 pages
Source : Persée ; Ministère de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche, Direction de l’enseignement supérieur, Sous-direction des bibliothèques et de la documentation.
Voir plus Voir moins
Yannick Romieux
Le transport maritime des plantes au XVIIIe siècle
In: Revue d'histoire de la pharmacie, 92e année, N. 343, 2004. pp. 405-418.
Résumé
Par l'ordonnance royale du 9 septembre 1726, le jardin des apothicaires de Nantes devenait annexe du Jardin royal de Paris.
Les capitaines des navires nantais étaient alors dans l'obligation de rapporter des pays étrangers plantes et graines qui, remises
aux apothicaires nantais, étaient « réconfortées » avant d'être envoyées au Jardin du Roi. La présence de botanistes et de
jardiniers dans les grandes expéditions de découvertes, l'amélioration des techniques de transport (caisses diverses et variées,
caisses de Ward ainsi que d'autres contenants comme des boîtes, potiches et autres récipients de verre) permirent l'introduction
et l'acclimatation de nouveaux végétaux en métropole et dans nos colonies. Certains jardins botaniques deviennent alors un lieu
de passage obligé pour donner force et vigueur aux espèces végétales avant l'ultime voyage vers Paris.
Abstract
The sea transport of plants in the 18th century.
By the royal order of the 9th September 1726 , the apothecaries' garden of Nantes became an annex of the royal garden of Paris.
The captains of the ships from Nantes were, then, compelled to bring back from foreign countries : plants and seeds which, when
given to the apothecaries of Nantes were « fortified » before being sent to the royal garden.
The presence of botanists and gardeners in the great expeditions of discoveries, the improvement of the technics of transport
(different sorts of boxes, Ward's boxes as well as other containers : vases ans other glass jars) permitted the introduction and the
acclimatization of new plants into the metropolis and into our colonies. So, some botanical gardens became a compulsory transit
place where species of plants were given strenghth and vigour before their last trip to Paris.
Citer ce document / Cite this document :
Romieux Yannick. Le transport maritime des plantes au XVIIIe siècle. In: Revue d'histoire de la pharmacie, 92e année, N. 343,
2004. pp. 405-418.
doi : 10.3406/pharm.2004.5676
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/pharm_0035-2349_2004_num_92_343_5676