//img.uscri.be/pth/93eddd21e7ce8f49ed84eaa30d0a3a4b02bbac23
Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Ne pas sous-estimer les effets du cannabis

De
2 pages

Ne pas sous-estimer les effets du cannabis

Publié par :
Ajouté le : 21 juillet 2011
Lecture(s) : 191
Signaler un abus
Ne pas sousestimer
les effets du cannabis
prévention
la route. Considéré par certains comme Mais si la dangerosité du cannabis pour une « drogue douce »,le la conduite automobile est à présent re cannabis est une plante dont la connue en France, «une prise de cons consommation engendre descience est nécessaire concernant la toxi comanie en milieu professionnel». effets somatiques et psychiques non négligeables mais égalementUn danger pour l’entourage des risques pour autrui, risques Car au même titre que l’alcool procure une ivresse alcoolique, le cannabis pro que l’on tend à sousestimer. cure une ivresse cannabique aux effets «Le cannabis n’est pas un produit anodangereux si le consommateur occupe un din. » Son principal produit psychoacposte à risques dans une entreprise. Les tif, le delta9tétrahydrocannabinoleffets aigus sur le psychisme vont engen (THC), pénètre la zone du cerveau apdrer, entre autres, une diminution de la pelée voie hédonique et procure une senvigilance, une augmentation du temps de sation de plaisir liée à une libération plusréflexe, une mauvaise estimation des dis importante de dopamine. Mais contraitances, un rétrécissement du champ vi rement à ce qu’aimeraient croire certainssuel et un syndrome amotivationnel qui consommateurs, il ne s’arrête pas là. Ilse traduit par un désintérêt complet du pénètre également toutes les zones céconsommateur pour tout ce qui se passe rébrales – le cervelet, l’hippocampe, leautour de lui. De plus, des travaux récents cortex frontal, le cortex occipital, la subschez l’homme et l’animal ont montré que tance noire – à l’exception du bulbe etle THC restait fixé dans la plupart des induit des troubles de la perception etstructures cérébrales pendant de très nom de l’équilibre. L’action du THC boulebreuses heures, ce qui signifie la persis verse la transmission de l’informationtance de ses effets sur le système nerveux entre les neurones, «etla modificationcentral. Dans ce domaine, la France est constante du fonctionnement du cerveauen retard par rapport aux USA où il est induit chez le consommateur régulier deseffectué des contrôles systématiques pathologies difficiles à traiter ».Pour leauprès du personnel occupant des postes docteur Patrick Mura, responsable deà risques. Ce contrôle existe toutefois pour Docteur Patrick Mura, l’activité toxicologie au laboratoire deles conducteurs de train de la SNCF et leresponsable de l’activité toxicologie au laboratoire de biochimie et de toxicologie du CHU depersonnel de bord d’Air France, mais« il biochimie et de toxicologie. Poitiers, et qui s’intéresse depuis uneserait bon de l’étendre à d’autres secteurs quinzaine d’années à cette drogue, lesde l’économie et pourquoi pas à certai effets de la consommation du cannabisnes professions du corps médical qui ont sont sousestimés. Egalement présidentla vie d’un patient entre leurs mains». de la Société française de toxicologieCe problème de toxicomanie en milieu analytique (SFTA), il s’emploie à faireprofessionnel, «pour lequel il n’y a évoluer la connaissance sur ce sujet. Les»,aucune législation en Franceest résultats des travaux de la SFTA ontd’autant plus important compte tenu des d’ailleurs été utilisés dans les attendusrisques pour autrui. «On oublie qu’il de la loi de février2003 permettant las’agit d’un produit psychoactif et hallu recherche de stupéfiants chez les concinogène. » La consommation de nouvel ducteurs impliqués dans les accidents deles variétés de cannabis en provenance des CHUmagazine N° 48  Juin 2004 25