Qu

Qu'est-ce qu'on attend pour être Heureux ?

-

Documents
6 pages
Lire
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Description

N'oubliez pas de lire ou de relire l'article que j'ai rédigé pour le blog de mon amie Mélissa Pekel : Retour à l'innocence ! Qu’est-ce qu’on attend pour être heureux ? Ray Ventura et ses collégiens le chantait déjà, il y a quelques années. Effectivement, c’est la question que l’on peut se poser par les temps qui courent. Parce qu’à écouter les médias, tout va mal !

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 14 octobre 2013
Nombre de visites sur la page 117
Langue Français
Signaler un problème

Qu’est-ce qu’on attend pour être heureux ?

Par Marie Da Cruz sur le Blog de Retour à l ’i nno c e nc e.com

Ray Ventura et ses collégiens le chantait déjà, il y a quelques années. Effectivement,
c’est la question que l’on peut se poser par les temps qui courent. Parce qu’à écouter
les médias, tout va mal !

• Le pays est en crise économique et par conséquent votre porte-monnaie en souffre,
• La météo semble totalement déréglée et refuse de vous apporter le soleil,
• Dans votre vie sentimentale, tout n’est pas toujours rose,
• Les enfants grandissent et avec eux, petits et grands soucis,
• Vos amis sont toujours aussi sympas, sauf qu’ils vous agacent de plus en plus,
• Vous vous investissez de moins en moins dans votre travail par manque d’évolution,
sans doute due à la routine,
• Vous pensez être toujours aussi dynamique et en bonne santé. Toutefois, ces rides
disgracieuses vous énervent particulièrement,
• Vous n’avez pas les moyens de vos passions ou loisirs,
• Sans oublier les épreuves qu’il vous faut affronter telles qu’un deuil, une séparation,
un accident ou une maladie…

Votre objectif principal est donc d’arriver le plus rapidement possible à la retraite,
pour enfin être libre et tranquille. Croyez-vous ?
En tout cas, vous voilà dans un état plutôt tristounet qu’heureux !

Et si tout simplement, vous changiez la donne ?

Plus facile à dire qu’à faire, allez-vous me répondre !
Certes. Accepter de voir le verre à moitié plein plutôt qu’à moitié vide nécessite en
effet quelques efforts quotidiens : c’est le petit prix à payer pour tendre vers une vie
beaucoup plus calme, sereine et heureuse.

N’avez-vous pas envie d’essayer ?

Si oui, voici quelques conseils judicieux qui vous aideront à transformer ce qui peut
être négatif en quelque chose de positif.
Pour cela, il vous suffit d’inverser la vapeur et de mettre en pratique, une nouvelle
façon de penser, de réagir, de voir les choses sous un autre angle.
Reprenons donc dans l’ordre, les points énumérés précédemment.

 Il pleut, il fait froid ou le temps est gris. Les aléas de la météo ont une incidence incontestable sur nos humeurs, c’est bien
connu. Il est vrai qu’il est fort désagréable de s’affubler maintes fois, de vêtements pas
toujours très sexys ou confortables.

Toujours est-il que râler ou faire grise mine ne changera rien à ce qui vous attend
pour la journée, votre planning se moquant évidemment du temps qu’il fait.
Alors, souriez car le soleil est aussi à l’intérieur de vous.

Une personne « lumineuse » a beaucoup plus de chances d’attirer la sympathie, que
celle qui semble triste et maussade. Au passage, partagez avec les autres, un petit mot
sur la pluie ou le beau temps… Effet assuré, les gens adorent ça !
Chantez même sous la pluie, si cela vous plaît. Pourquoi pas ?

 La crise économique dans le pays
A écouter nos politiciens, le pays sombre petit-à-petit dans une crise des plus terribles.
Peut-être. Cependant, êtes-vous réellement concerné ? Avez-vous le pouvoir de
changer quoi que ce soit ? Comment pouvez-vous vraiment contribuer à améliorer la
situation ?
En dehors de « subir » les perpétuelles augmentations du coût de la vie, vous comme
moi, n’y pouvez pas grand-chose, les enjeux politiques étant au-delà de nos
compétences ! Il faut donc s’adapter du mieux possible et réorganiser certaines
charges inhérentes à la vie quotidienne.

S’adapter ne veut pas dire forcément se restreindre ou se priver continuellement.

Un exemple : si vous êtes habitué à prendre votre voiture pour effectuer vos différents
trajets, essayez d’autres moyens tels que les transports en commun ou le vélo, en
fonction de la distance, bien entendu !
Ainsi, non seulement vous ferez des économies sur l’essence ou le gasoil mais aussi
sur l’entretien du véhicule. Sans oublier la forme d’athlète qui se présente à vous.
Marcher, faire du vélo, courir… est bon pour la santé. Vous n’en abuserez jamais !

 Votre vie sentimentale bat de l’aile
Indispensables à tout individu, les sentiments sont pour le moins, une source de joie,
de bonheur, mais aussi parfois de peines, dans la vie d’une personne. À ce titre,
difficile parfois de trouver sa place au sein du couple ou de la famille.
Insatisfactions, frustrations, incompréhensions, ras-le-bol, malaises permanents
détériorent rapidement votre relation. Vous êtes à la limite de craquer, de tout
envoyer promener.

À bout de souffle et d’énergie, vous ne savez plus trop bien comment reconstruire la
complicité, la bonne humeur, les plaisirs des sens (de tous les sens !) que vous aviez avec votre partenaire, au début de votre rencontre. Il n’y a rien de pire que d’être aigri
ou dépité en amour.

Voici donc quelques conseils à appliquer pour éviter cela :

- Ne vous disputez pas sans cesse, surtout devant les enfants ! S’énerver pour des
choses, parfois futiles, crée de la tension et les reproches faits à son conjoint ne font
qu’empirer les discordes. Prenez du recul. Isolez-vous ou prenez un bain. Sortez, allez
faire un tour. Ne vous sentez pas personnellement attaqué.
La colère de l’autre n’est que le reflet de sa propre peur. Laissez la tension diminuer.
Vos arguments auront plus d’impact lorsque la tempête sera calmée et vous pourrez
alors, mieux vous expliquer.

- Complimentez votre conjoint au moins une fois par jour. Les compliments
régénèrent la complicité et flattent l’égo de l’autre. Par exemple : « Hum, ton plat est
délicieux ma (mon) chéri(e) ! Tu es vraiment un(e) excellent(e) cuisinier(e) »

- Organisez des petites soirées, en tête à tête, rien que pour vous deux. Faites-vous
une beauté et mettez en avant, tous vos atours de séduction. La nuit ne sera que plus
amoureuse.

- Et surtout, riez, riez, riez ! L’humour est excellent dans la vie à deux. Un zeste de
légèreté et tout semble soudain moins lourd, moins pesant…

D’accord, parfois vous vous dites que ce n’est pas toujours à vous de tout organiser ou
de faire le premier pas. Vous aimeriez que votre « cher(e) et tendre vous surprenne,
prenne les initiatives, vous étonne encore.

Néanmoins, ce n’est pas la peine de vous braquer tous les deux. Si vous jugez que
votre couple vaut la peine d’être sauvé, mettez votre fierté de côté et faites-le !

Personne ne sort gagnant d’un statu quo.

Soyez le ou la premier(e) à mettre en pratique vos nouvelles résolutions et ensuite
demandez-lui de le faire à son tour. Parfois, il suffit tout bêtement de montrer ou de
décrire l’exemple à suivre, pour un plus grand épanouissement du couple.
C’est simple, non ? Et la liste n’est pas exhaustive, cela va de soi…

Abordons maintenant…

 Les enfants, petits ou grands Lorsque vos enfants sont petits, vous vous extasiez, vous les admirez, vous vous
émerveillez devant eux. Attitude totalement légitime puisque donner la vie reste le
plus bel acte d’amour, au monde.

Mais, en toute honnêteté, ils vous exaspèrent également bien des fois ! Pourquoi ?

Parce qu’ils vous pompent toute votre énergie, vous étouffent littéralement,
envahissent tout votre espace privé, voire même intime et ne cessent de réclamer à
tout va.

Peu importe. Vous leur pardonnez bien des choses, faites en sorte qu’ils ne manquent
de rien, vous vous rendez disponible pour eux, 24h/24, ouvert(e) 7 jours/7.
Etre parent vous tient au cœur et au ventre et naturellement, vous assumez votre rôle
aussi bien que vous le pouvez. Encore faut-il ne pas en devenir esclave ou soumis(e) à
ces adorables créatures. Si, si ! Vous m’avez bien lue !

Malheureusement, quantité de parents bienveillants y laissent beaucoup d’eux-
mêmes, négligeant ainsi leur propre existence.
Etre dévoué et responsable, c’est une chose, en revanche, oublier de vivre au
détriment de soi, en est une autre. Créer de bonnes relations avec ses enfants est
enrichissant et primordial pour leur croissance jusqu’à l’âge adulte mais pas au prix
de sacrifices perpétuels. Pensez-y.

La solution ?

Il vous faut garder une part bien à vous, un coin intime, un jardin secret qui
n’appartient qu’à vous. Les enfants n’ont pas besoin d’être les témoins de vos soucis
majeurs (non pas qu’il faille leur cacher certaines vérités) mais vous pouvez, tout
simplement leur expliquer les choses, que vous seul(e) jugez utiles de les informer.
Ceci les aidera d’autant plus à supporter le poids qu’ils mettent sur leurs épaules, en
culpabilisant d’être une charge pour vous, lorsqu’ils vous voient fatigué(e), triste ou
avec peu de moyens financiers.

Le dicton le dit fort bien : « Petits enfants, petits soucis ; grands enfants, grands
soucis ».Par conséquent, n’attendez pas qu’ils soient grands pour leur montrer que
vous aussi, vous êtes quelqu’un à part entière et que vous méritez les plus grands
soins d’amour, de tendresse, de gentillesse et de respect.

Après tout, qu’est-ce une « bonne mère » ou un « bon père » ? Juste des parents
heureux !

Et pour cela, il vous suffit de cultiver le Bonheur au quotidien, en empêchant vaille
que vaille, que les choses négatives aient un impact sur votre humeur ou vos émotions. Chassez les idées noires de votre tête car ce sont vos pensées qui font de
vous ce que vous êtes, ou à en devenir.

Commencez dès maintenant à voir la vie en rose. Non seulement c’est bon pour votre
santé mais votre amoureux (se), vos enfants, vos amis, votre famille, vos collègues,
etc. ne remarqueront plus qu’une seule et véritable chose : vous êtes radieux (se) !

Alors ? Qu’est-ce que l’on attend pour être heureux ?


© Vous avez le droit de reproduire cet article à la condition de
mentionner son origine : Qu’est-ce qu’on attend pour être heureux ?

Par Marie Da Cruz sur le Blog de Retour à l ’i nno c e nc e.com


Paroles ou lyrics de Qu’est-ce qu’on attend pour être heureux ? Interprétées par Ray
Ventura et ses collégiens :

Qu’est-c’ qu’on attend pour être heureux ?
Qu’est-c’ qu’on attend pour fair’ la fête ?
Y a des violettes
tant qu’on en veut
y a des raisins, des roug’s, des blancs, des bleus,
les papillons s’en vont par deux
et le mill’-pattes met ses chaussettes,
les alouettes
s’font des aveux,
qu’est-c’ qu’on attend
qu’est-c’ qu’on attend
qu’est-c’ qu’on attend pour être heureux ?
Quand le bonheur passe près de vous,
il faut savoir en profiter
quand pour soi, on a tous les atouts,
on n’a pas le droit d’hésiter
cueillons toutes les roses du chemin,
pourquoi tout remettre a demain
qu’est-c’ qu’on attend pour être heureux ?
Qu’est-c’ qu’on attend pour être heu
Qu’est-c’ qu’on attend pour faire la fête ?
Les maisonnettes
ouvrent les yeux,
et la radio chant’ un p’tit air radieux,
le ciel a mis son complet bleu et le rosier met sa rosette
c’est notre fête
puisqu’on est deux.
Qu’est-c’ qu’on attend ?
Oh dis !
Qu’est-c’ qu’on attend ?
Oh voui !
Qu’est-c’ qu’on attend pour être heureux ?
Qu’est-c’ qu’on attend pour être heu
Qu’est-c’ qu’on attend pour perdr’ la tête ?
La route est prête
le ciel est bleu
y a des chansons dans le piano a queue…
Il y a d’l'espoir dans tous les yeux
y a des sourir’s dans chaqu’ fossette
l’amour nous guette
c’est merveilleux
qu’est-c’ qu’on attend
qu’est-c’ qu’on attend
qu’est-c’ qu’on attend pour être heureux ?


Paroles: André hornez. Musique: paul misraki 1937 © warner chappell music france
autres interprètes: pills & tabet, jacques dutailly, les parisiennes (1968) annie
girardot (1981) sacha distel, patrick bruel + johnny hallyday (2002)