Au-delà de la « fuite des cerveaux » : la mobilité des personnes hautement qualifiées de l'ouest vers la Pologne - article ; n°1 ; vol.13, pg 71-94

-

Documents
27 pages
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Revue européenne de migrations internationales - Année 1997 - Volume 13 - Numéro 1 - Pages 71-94
Mas allá del « brain drain » : la movilidad de personas altamente cualificadas del oeste hacia Polonia
Felicitas HILLMANN et Hedwig RUDOLPH
Los términos « fuga de cerebros » y « movilidad de personas altamente cualificadas » parecen depender de discusiones análogas. Su tema central es el de las migraciones intemacionales de mano de obra en el segmento primario del mercado de trabajo. Los debates siempre se enfocan sobre los tipos de migración, en el contexto de un proceso de reestructuración o de transformación. Los estudios realizados sobre los casos de fuga de cerebros de los años 60 y 70, trataron sobre la huida de universitarios de los países en vía de desarrollo. A mediados de los años ochenta, es decir, paralelamente a los procesos mundiales de reestructuración económica, las encuestas se concentran en la movilidad de las personas altamente cualificadas, haciendo hincapié en su inserción institucional, en particular en los países de Europa del este, plantea dos problemas : evaluar el significado del envío de directivos o de personal altamente cualificado de las sedes centrales occidentales hacia sus sucursales del este ; y estimar su impacto en el proceso de transformación. A partir del ejemplo polaco, estudios de casos en las ramas de la alimentación y de las telecomunicaciones demuestran que el país ya se integra en el mercado mundial del trabajo cualificado, aunque se manifieste simultáneamente la tendacia a una triple segmentación de los mercados de trabajo internos.
Jenseits des « brain drain » — expatriates, hybrids und locals — Zur Mobilität westlicher Fach — und Führungskräfte nach Polen
Felicitas HILLMANN et Hedwig RUDOLPH
Die Etiketten « brain Drain » bzw. « Mobilität von Hochqualifizierten » markieren scheinbar ähniliche Diskurse : thematisiert wird die internationale Wanderung von Arbeitskräften im primaren Segment des Arbeitsmarktes. Dabei steht die Debatte über diesen Migrationstypus jeweils im Kontext von Restrukturierungs -bzw. Transformationsprocessen. Im falle des « brain drain » des 60er und 70er Jahre richtete sich das Augenmerk des Studien auf des Verlust von Akademikern aus des Entwicklungsländern. Seit Mitte des 80er Jahre, d.h. parallel zu den weltweiten wirtschaftlichen Restrukturierungsprocessen, beziehen sich die Untersuchungen zur Mobilität von Hochqualifizierter wesentlich aud deren institutionelle Einbettung, insbesondere in interne Arbeitsmärkte grosser multinationaler Unternehmen. Die Transformation der mittelosteuropäischen Länder in Richtung Marktwirtschaft wirft die Frage auf, welche Bedeutung der Entsendung von Fach- und Fiïhrungskräften aus der westlicher Zentralen in die lokalen Niederlassungen von des Unternehmen beigernessen wird und wie diese den Transformationsprozess beinflussen. Am Beispiel Polens wird anhand von Fallstudien in der Nahrunsmittel- und telekommunikationsbranche aufgezeigt, dass die Integration des landes in einen weltweiten Arbeitsmarkt fur hochqualifizierte Arbeitskräte bereits stattfindet, sich jedoch gleichzeitg eine tendenz zur dreifachen Segmentation der internen Arbeitsmärkte manifestiert.
Au-delà de la « fuite des cerveaux » : la mobilité des personnes hautement qualifiées de l'ouest vers la Pologne
Felicitas HILLMANN et Hedwig RUDOLPH
Les termes de « fuite des cerveaux » ou de « mobilité des personnes hautement qualifiées » semblent relever de discussions analogues. Leur thème central est celui des migrations internationales de main-d'œuvre dans le segment primaire du marché du travail. Les débats se focalisent toujours sur les types de migration, dans le contexte d'un processus de restructuration ou de transformation. Dans le cas de la fuite des cerveaux des années 60 et 70, les études ont porté sur la fuite des universitaires des pays en voie de développement. Depuis le milieu des années 80, c'est-à-dire parallèlement aux processus mondiaux de restructuration économique, les enquêtes visent la mobilité de personnes hautement qualifiées, et surtout leur insertion institutionnelle, en particulier dans les marchés internes du travail des grandes multinationales. La transformation des pays d'Europe de l'est pose deux problèmes : évaluer la signification de l'envoi de cadres ou de personnels hautement qualifiés des maisons-mères occidentales vers leurs succursales de l'est ; estimer leur impact sur le processus de transformation. A partir de l'exemple polonais, des études de cas portant sur les branches de l'alimentation et des télécommunications montrent que le pays s'intègre déjà dans un marché mondial du travail des personnes hautement qualifiées, bien que se manifeste simultanément la tendance à une triple segmentation des marchés du travail internes.
Beyond the «Brain Drain » : Mobility of Western Experts and Managers to Poland
Felicitas HILLMANN et Hedwig RUDOLPH
The labels « brain drain » and « skilled migration » seem to imply a similar approach. In both cases, the focus is on the international migration of the workforce to the primary segment of the labour market. Yet the debate on this type of migration takes place within the context of transformation processes associated with global restructuring. Studies conducted on « brain drain » in the 60s and 70s tended to emphasise the loss of human capital that less developed countries were experiencing. Since the mid 80s, within the context of global restructuring, mobility of highly qualified personnel is again on the research agenda. The interest is presently on the institutional setting which results from the emergence of TNC international labour markets. Which role does qualified labour have on the international division of labour ? Does the use of this labour force point out a redefinition of core and periphery ? The transformation of the Eastern and Central European countries into market driven societies has added further questions about the significance of highly qualified labour mobility. For example, which impact Western qualified employees displaced by multinational companies to local branches have had on transformation processes, and how important has been their role in these processes ? Case studies from the food and the telecommunication sectors in Poland demonstrate that the integration of this country into a world-wide market is already taking place through the use of highly qualified personnel from the West, albeit this integration goes parallel with a threefold segmentation of the internal labour market.
24 pages
Source : Persée ; Ministère de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche, Direction de l’enseignement supérieur, Sous-direction des bibliothèques et de la documentation.

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 01 janvier 1997
Nombre de visites sur la page 52
Langue Français
Signaler un problème

Félicitas Hillmann
Hedwig Rudolph
Au-delà de la « fuite des cerveaux » : la mobilité des personnes
hautement qualifiées de l'ouest vers la Pologne
In: Revue européenne de migrations internationales. Vol. 13 N°1. pp. 71-94.
Citer ce document / Cite this document :
Hillmann Félicitas, Rudolph Hedwig. Au-delà de la « fuite des cerveaux » : la mobilité des personnes hautement qualifiées de
l'ouest vers la Pologne. In: Revue européenne de migrations internationales. Vol. 13 N°1. pp. 71-94.
doi : 10.3406/remi.1997.1533
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/remi_0765-0752_1997_num_13_1_1533Resumen
Mas allá del « brain drain » : la movilidad de personas altamente cualificadas del oeste hacia Polonia
Felicitas HILLMANN et Hedwig RUDOLPH
Los términos « fuga de cerebros » y « movilidad de personas altamente cualificadas » parecen
depender de discusiones análogas. Su tema central es el de las migraciones intemacionales de mano
de obra en el segmento primario del mercado de trabajo. Los debates siempre se enfocan sobre los
tipos de migración, en el contexto de un proceso de reestructuración o de transformación. Los estudios
realizados sobre los casos de fuga de cerebros de los años 60 y 70, trataron sobre la huida de
universitarios de los países en vía de desarrollo. A mediados de los años ochenta, es decir,
paralelamente a los procesos mundiales de reestructuración económica, las encuestas se concentran
en la movilidad de las personas altamente cualificadas, haciendo hincapié en su inserción institucional,
en particular en los países de Europa del este, plantea dos problemas : evaluar el significado del envío
de directivos o de personal altamente cualificado de las sedes centrales occidentales hacia sus
sucursales del este ; y estimar su impacto en el proceso de transformación. A partir del ejemplo polaco,
estudios de casos en las ramas de la alimentación y de las telecomunicaciones demuestran que el país
ya se integra en el mercado mundial del trabajo cualificado, aunque se manifieste simultáneamente la
tendacia a una triple segmentación de los mercados de trabajo internos.
Zusammenfassung
Jenseits des « brain drain » — expatriates, hybrids und locals — Zur Mobilität westlicher Fach — und
Führungskräfte nach Polen
Felicitas HILLMANN et Hedwig RUDOLPH
Die Etiketten « brain Drain » bzw. « Mobilität von Hochqualifizierten » markieren scheinbar ähniliche
Diskurse : thematisiert wird die internationale Wanderung von Arbeitskräften im primaren Segment des
Arbeitsmarktes. Dabei steht die Debatte über diesen Migrationstypus jeweils im Kontext von
Restrukturierungs -bzw. Transformationsprocessen. Im falle des « brain drain » des 60er und 70er
Jahre richtete sich das Augenmerk des Studien auf des Verlust von Akademikern aus des
Entwicklungsländern. Seit Mitte des 80er Jahre, d.h. parallel zu den weltweiten wirtschaftlichen
Restrukturierungsprocessen, beziehen sich die Untersuchungen zur Mobilität von Hochqualifizierter
wesentlich aud deren institutionelle Einbettung, insbesondere in interne Arbeitsmärkte grosser
multinationaler Unternehmen. Die Transformation der mittelosteuropäischen Länder in Richtung
Marktwirtschaft wirft die Frage auf, welche Bedeutung der Entsendung von Fach- und Fiïhrungskräften
aus der westlicher Zentralen in die lokalen Niederlassungen von des Unternehmen beigernessen wird
und wie diese den Transformationsprozess beinflussen. Am Beispiel Polens wird anhand von
Fallstudien in der Nahrunsmittel- und telekommunikationsbranche aufgezeigt, dass die Integration des
landes in einen weltweiten Arbeitsmarkt fur hochqualifizierte Arbeitskräte bereits stattfindet, sich jedoch
gleichzeitg eine tendenz zur dreifachen Segmentation der internen Arbeitsmärkte manifestiert.
Résumé
Au-delà de la « fuite des cerveaux » : la mobilité des personnes hautement qualifiées de l'ouest vers la
Pologne
Felicitas HILLMANN et Hedwig RUDOLPH
Les termes de « fuite des cerveaux » ou de « mobilité des personnes hautement qualifiées » semblent
relever de discussions analogues. Leur thème central est celui des migrations internationales de main-
d'œuvre dans le segment primaire du marché du travail. Les débats se focalisent toujours sur les types
de migration, dans le contexte d'un processus de restructuration ou de transformation. Dans le cas de la
fuite des cerveaux des années 60 et 70, les études ont porté sur la fuite des universitaires des pays en
voie de développement. Depuis le milieu des années 80, c'est-à-dire parallèlement aux processus
mondiaux de restructuration économique, les enquêtes visent la mobilité de personnes hautement
qualifiées, et surtout leur insertion institutionnelle, en particulier dans les marchés internes du travail des
grandes multinationales. La transformation des pays d'Europe de l'est pose deux problèmes : évaluer la
signification de l'envoi de cadres ou de personnels hautement qualifiés des maisons-mères
occidentales vers leurs succursales de l'est ; estimer leur impact sur le processus de transformation. A
partir de l'exemple polonais, des études de cas portant sur les branches de l'alimentation et destélécommunications montrent que le pays s'intègre déjà dans un marché mondial du travail des
personnes hautement qualifiées, bien que se manifeste simultanément la tendance à une triple
segmentation des marchés du travail internes.
Abstract
Beyond the «Brain Drain » : Mobility of Western Experts and Managers to Poland
Felicitas HILLMANN et Hedwig RUDOLPH
The labels « brain drain » and « skilled migration » seem to imply a similar approach. In both cases, the
focus is on the international migration of the workforce to the primary segment of the labour market. Yet
the debate on this type of takes place within the context of transformation processes
associated with global restructuring. Studies conducted on « brain drain » in the 60s and 70s tended to
emphasise the loss of human capital that less developed countries were experiencing. Since the mid
80s, within the context of global restructuring, mobility of highly qualified personnel is again on the
research agenda. The interest is presently on the institutional setting which results from the emergence
of TNC international labour markets. Which role does qualified labour have on the international division
of labour ? Does the use of this labour force point out a redefinition of core and periphery ? The
transformation of the Eastern and Central European countries into market driven societies has added
further questions about the significance of highly qualified labour mobility. For example, which impact
Western qualified employees displaced by multinational companies to local branches have had on
transformation processes, and how important has been their role in these processes ? Case studies
from the food and the telecommunication sectors in Poland demonstrate that the integration of this
country into a world-wide market is already taking place through the use of highly qualified personnel
from the West, albeit this integration goes parallel with a threefold segmentation of the internal labour
market.Revue Européenne des Migrations Internationales, 1997 (13) 1 pp. 71-92 71
Au-delà de la « fuite des cerveaux » :
la mobilité des personnes hautement
qualifiées de l'ouest vers la Pologne
Félicitas HILLMANN* et Hedwig RUDOLPHP
Après la chute du rideau du fer, on s'attendait généralement, à l'est comme à
l'ouest, à de fortes migrations vers l'ouest, parallèlement aux processus de
transformation en cours. En Europe centrale et orientale, on craignait tout
particulièrement que les groupes hautement qualifiés ne soient saignés à blanc, comme
cela c'était déjà produit au cours des années 1980. On redoutait ainsi de perdre un
potentiel crucial pour mener à bien les transformations politiques et socio-
économiques. Ce n'était donc pas un hasard si les enquêtes d'opinion sur les intentions
de départ, en Europe centrale et orientale, s'intéressaient plus particulièrement aux
scientifiques, chercheurs et autres experts. On parla alors de fuite des cerveaux.
De fait, le potentiel scientifique polonais diminua d'un quart entre 1981 et
1991. Mais, alors que 15 % d'entre eux cherchaient une autre activité dans le pays, la
proportion d'expatriés ne s'éleva qu'à 9,5 % (Hryniewicz, 1992). Entre 1988 et 1994,
par exemple, le pourcentage des personnes hautement qualifiées parmi les emigrants
polonais baissa fortement (Okolski, 1996). Au contraire, depuis la nouvelle donne, on
observe un important transfert de ces personnes de l'ouest vers l'est, résultat d'une part
de programmes d'aide bilatéraux ou internationaux des pays industrialisés de l'ouest à
l'Europe centrale et orientale, d'autre part de la participation d'entreprises à la
restructuration des économies ex-socialistes. C'est à peine si l'on a réfléchi à ces
transferts de qualification — et pas du tout en terme de fuite des cerveaux. C'est cette
réflexion qui se trouve au centre de cet article.
* Responsable du projet « Mobilité internationale » au Centre de Recherches Sociales de
Berlin (Wissenschaftszentrum Berlin fur Sozialforschung, WZB).
** Directrice au Centre de Recherches Sociales de Berlin (Wissenschaftszentrum Berlin fur
Sozialforschung, WZB). Reichpietschuler 50, D- 10785 Berlin. 72 Félicitas HILLMANN et Hedwig RUDOLPH
La discussion sur la « fuite » ou le « gain » de matière grise (brain drain, brain
gain), voire même sur son gaspillage (brain waste), a constitué un questionnement
central parmi les chercheurs sur les migrations dès les années 1960, et jusqu'au début
des années 1970, en raison de la crainte de perdre leurs élites qu'éprouvaient les pays
dits en voie de développement. Mais au cours de la décennie 1975-85, cette orientation
de recherche est très minoritaire, alors que le problème des Gastarbeiter, c'est-à-dire
des travailleurs immigrés peu qualifiés, et les problèmes liés à leur intégration
deviennent une préoccupation de recherche majeure. Depuis le milieu des années 1980,
les questions liées à la circulation des élites (international skilled migration,
professional transient migration, mobility of highly qualified) redeviennent
importantes, sur fond de globalisation de l'activité économique.
Une hypothèse essentielle de notre recherche sur la mobilité actuelle des
experts et des dirigeants vers la Pologne consiste à considérer que ces mouvements sont
moins structurés par des considérations politiques que par les logiques internes des
marchés du travail des grandes entreprises étrangères. L'exposé pose d'abord
rapidement les termes du débat historique et théorique sur la mobilité des élites, pour
présenter ensuite des exemples de recherches empiriques sur ces processus migratoires.
La deuxième partie est consacrée au concept de marchés internes du travail des firmes
multinationales comme méthode de plus en plus importante de canalisation
institutionnelle des migrations internationales. La dernière partie enfin analyse la
mobilité des élites de, vers et dans les pays d'Europe centrale en posant la question des
spécificités de cette mobilité dans le contexte des transformations en cours. La logique
de transfert de personnes hautement qualifiées fait partie des stratégies que développent
les entreprises pour utiliser au mieux les opportunités pour gagner des marchés dans le
processus de transformation. La régulation institutionnelle mise en place par ce confère à la mobilité de personnes qualifiées et de cadres dirigeants vers
l'Europe centrale et de l'est une qualité différente des processus historiques de fuite des
cerveaux.
LA FUITE DES CERVEAUX : LE DEPART DES
SCIENTIFIQUES COMME EXPRESSION DE
DÉSÉQUILIBRES
Le débat sur la fuite des cerveaux fut ouvert par l'information rassemblée,
dans les années 60, par la Royal Society britannique sur l'exode vers les Etats-Unis de
personnes hautement qualifiées1. Le thème fut repris par des enseignants et des
D'après une estimation des Nations unies, de 3 à 400 000 personnes hautement qualifiées
étaient, entre 1950 et 1975 « en déplacement ». L'Inde était le pays de départ le plus
important. De nombreux petits pays, connus pour la grande qualité de leur formation, comme
le Ghana, le Sri Lanka, l'Argentine et le Chili, étaient plus que proportionnellement
représentés. Les principaux pays d'accueil étaient les Etats-Unis (120 000), la Grande-
Bretagne (84 000) et le Canada (82 000) (Segal, 1993, p. 153).
REMI 1997(13) 1 pp. 71-94 La mobilité de personnes hautement qualifiées de l'ouest vers la Pologne 73
chercheurs, notamment dans le but d'inciter le gouvernement britannique à financer
plus de recherches dans les secteurs à haute technologie (Montanari, 1993, p. 704).
Quelques années plus tard, le Council on International Affairs des Etats-Unis publia les
résultats de la Conférence internationale sur « The International Migration of Talents
and Skills », centrée sur l'exode de pays en voie de développement de personnes
hautement qualifiées. Elle avait avant tout pour objectif « d'absoudre la politique
américaine d'aide à l'immigration et à la formation de la responsabilité des pertes
croissantes des pays en voie de développement » (Schipulle, 1973, p. 26). D'un côté,
les débats furent dominés par une préoccupation : le risque d'entraver le développement
économique des pays de départ par le manque de personnes hautement qualifiées
(Watanabe, 1969, p. 401). Les organisations internationales mettaient en avant des
calculs montrant combien le départ d'élites des pays pauvres avait soutenu le
développement des Etats-Unis, du Royaume-Uni et du Canada (Portes, 1976, p. 489).
D'autre part, on arguait qu'il s'agissait moins d'un exode de matière grise que d'un
« superflu », dans la mesure où les pays de départ ne pouvaient visiblement pas utiliser
ces personnes à leur niveau de qualification (Baldwin, 1970, p. 359). L' arrière-plan
était constitué par deux discours théoriques :
- Le modèle néo-classique du marché mondial du travail considère que la
mobilité des facteurs (y compris la force de travail), conditionne l'optimisation de
l'exploitation des ressources au niveau mondial (Ethier, 1987, p. 45), que les
considérations politiques sont superflues, et qu'elles entraînent même des distorsions.
— La théorie du capital humain, en ce qui concerne les aspects économiques
de la formation, part des prémisses selon lesquelles le capital et le travail (qualifié !)
sont complémentaires dans un modèle de croissance économique globale, qu'il existe
même entre eux une certaine proportionnalité (Patikin, 1968). Comme le capital
financier est plus facile à acquérir que le capital humain, il faut sur le plan politique,
contrer les tendances à l'exode.
Ladame (1970) attire l'attention sur les connotations négatives de l'expression
« brain drain », qui implique un départ définitif. Il introduit les termes plus ouverts de
« circulation des élites ».
Au cours des années 60, il n'existe de données plus ou moins fiables sur la
mobilité des personnes hautement qualifiées que pour les Etats-Unis, le Canada et la
Grande-Bretagne, mais aucune pour la France, l'Allemagne et la plupart des autres
pays européens. L'importance et la qualité de la fuite des cerveaux (par exemple en
proportion estimée du total des migrations) étaient le plus souvent évaluées à partir de
statistiques partielles ou de petites recherches empiriques (Baldwin, 1970).
On peut déjà discerner, dans les discours dont il est ici question, deux
caractéristiques qui seront à prendre en compte dans la suite de l'analyse : d'une part,
l'analyse économique de ce type de migration est fortement mêlée à des jugements
politiques, de l'autre, la classification et la définition de ce que sont des
« professionnels hautement qualifiés » {highly skilled professional, highly trained
people) est incomplète et non uniforme.
REMI 1997(13) 1 pp. 71-94 74 Félicitas HILLMANN et Hedwig RUDOLPH
La plus grande partie des recherches et de la littérature concernant la mobilité
des personnes hautement qualifiées ou l'exode des cerveaux était alors descriptive,
fondée sur des données agrégées, souvent sur des estimations, et en tout cas
accompagnées de très peu de commentaires : « Le rapport typique, dans ce domaine,
conclut la présentation de grandes statistiques agrégées par quelques remarques
générales sur les facteurs de « push and pull » agissant sur les populations cibles et
par des appels prescriptifs aux gouvernements et aux institutions pour qu'ils prennent
des mesures destinées à arrêter les flux de départ. Les études les plus ambitieuses
ajoutent l'exode des cerveaux à la longue liste des conséquences qui découlent des
déséquilibres internationaux entre les nations avancées et peu développées et sur la
situation de dépendance de ces dernières » (Portes, 1976, p. 490).
En de rares occasions seulement, le chercheur travaillant sur les migrations se
sentait- il tenu d'interpréter les données, ou même de construire une théorisation. Des
auteurs comme Hoffmann-Nowotny (1970) ou Gish (1970) prennent comme allant de
soi le modèle du « push and pull », d'inspiration néo-classique. Pourtant, ce modèle est
tellement mécaniste qu'il ne peut, par exemple, expliquer par la seule mise en balance
des facteurs de « pull » et de « push » pourquoi, toutes les personnes hautement
qualifiées n'émigrent pas. Portes (1976) réduit la difficulté à comprendre les raisons de
l'émigration des élites au constat que, dans les processus migratoires, des déterminants
de portée différente sont à l'œuvre. Sur un plan général, l'exode de matière grise est lié
aux déséquilibres politiques et économiques à l'intérieur du système mondial. Les pays
industrialisés peuvent offrir à la force de travail des revenus plus attractifs, des
perspectives plus larges et, d'une façon générale, une meilleure qualité de vie. A côté
de cela, existent des déséquilibres structurels entre les offres de qualification qui sont
« produits » par les systèmes nationaux de formation et la demande interne, et c'est ce
qui détermine l'émigration des élites. Plus sont importantes les différences
quantitatives et qualitatives qui marquent cette inadéquation, plus s'accroît le potentiel
migratoire. Portes introduit un troisième déterminant, d'ordre individuel, qui réside,
notamment, dans la biographie des individus et leur implication dans des réseaux
sociaux. Les personnes les plus formées, celles qui ont le moins de charges, les plus
courageuses, sont les emigrants « les plus vraisemblables ».
LA MOBILITE DES PERSONNES HAUTEMENT
QUALIFIÉES : INDICE DE PÉRIPHÉRISATION OU
D'INTÉGRATION ?
Au cours de la seconde moitié des années 1980, le thème de la mobilité des
personnes hautement qualifiées connaît une renaissance dans la recherche sur les
migrations internationales. Cette renaissance ne s'explique qu'en partie par l'intérêt
accru, pendant cette période, pour les migrations en général. Une impulsion
considérable est donnée à ce débat par les importants changements que connaît le
système économique mondial, qui donnent plus de relief à des problèmes déjà connus,
et provoquent de nouvelles interrogations. La restructuration des Etats, en particulier
REMI 1997 (13) lpp. 71-94 La mobilité de personnes hautement qualifiées de l'ouest vers la Pologne 75
depuis la transformation des pays ex-socialistes, les conséquences de la globalisation
sur les systèmes de production et l'activité économique, ainsi que l'étendue des
inégalités régionales, nationales et internationales, qui accroissent le potentiel
migratoire, sont considérés comme étant à l'origine de l'accroissement de ce type de
mobilité (Gould, 1994 & 1988). Les questions concernant la liaison entre
l'accroissement des investissements étrangers directs des entreprises multinationales et
la mobilité des personnes hautement qualifiées — encore peu fréquentes dans les
années 80 — deviennent prioritaires dans les études sur ce type de migration au cours
des années 90 (Boyle & al., 1994 ; Gould, 1988). La circulation internationale des
« professionals » et des managers, qui accompagne les flux de capitaux est interprété
comme un aspect important de la mondialisation (Cormode, 1994).
Les recherches empiriques sur cette forme de mobilité définissent le plus
souvent leur population par sa position professionnelle. Mais, si la définition est basée
sur la qualification, certains indices montrent que le prix à payer pour entrer sur un
marché étranger est souvent une déqualification. C'est notamment le cas lorsque le
passage s'effectue entre une zone (semi) « périphérique » et le centre (Fassmann,
1995 ; Rudolph, 1994 ; Hillmann, 1996).
Quant au nombre de personnes concernées par la migration hautement
qualifiée, il est faible, comparé aux millions qui constituent ce que l'on nomme la
migration de masse, mais il n'est pas une quantité négligeable du point de vue de sa
signification, centrale pour le développement économique et social. En 1990, aux
Etats-Unis, un cinquième de tous les doctorats en sciences naturelles et en médecine
était obtenu par des étudiants de nationalité étrangère. Plus de 60 % des étudiants(es)
en médecine coréens se trouvaient aux Etats-Unis. De même les Etats du Golfe et
d'Arabie Saoudite étaient des « importateurs » considérables de personnes hautement
qualifiées, sur la base de contrats à durée déterminée (selon un principe de rotation). Le
départ d'experts d'Egypte, du Nigeria, du Soudan, de Somalie et d'autres pays était si
massif que les soins de santé à l'intérieur des pays étaient mis en danger. L'échange de
personnes hautement qualifiées d'un pays en voie de développement à l'autre s'est
également accéléré, sur la base de contrats bilatéraux (Segal, 1993).
La division internationale du travail : de nouvelles répartitions entre
centre et périphérie ?
Les hypothèses macroéconomiques sur les migrations internationales
s'orientent vers les relations entre « centre » et « périphérie » et sur la possibilité d'une
nouvelle répartition entre eux. Il y domine une représentation globale du système de
production, organisé sur un mode hiérarchique, auquel correspond une division
internationale du travail asymétrique, et pour lequel les différents types de migrations
sont fonctionnels. La mobilité de travailleurs très bien payés et bien formés est
considérée comme significative, malgré sa faible importance numérique. Elle
accompagne le capital sur les lieux de production dans les pays à faible niveau de
salaire (Petras, 1981). A la différence des tendances dominantes dans les migrations,
dont l'objectif est de combattre les bas salaires, ces salariés, hautement qualifiés,
REMI 1997(13) 1 pp. 71-94 76 Félicitas HILLMANN et Hedwig RUDOLPH
mobiles doivent assurer le contrôle du « centre » sur les processus de développement
dans la « périphérie » ou la « semi-périphérie » (Sunkel, 1972).
Cette analyse, qui s'inscrit dans la tradition des théories de la dépendance,
oublie que ce ne sont pas seulement — et souvent, même pas d'abord — des avantages
en termes de coûts salariaux qui déterminent les investissements à l'étranger, mais que,
d'ordinaire, toute une série de conditions doivent être en concordance. Comme très
souvent dans les processus d'analyse conceptuelle, ce qui apparaît comme une
« exception » indique la voie pour développer des hypothèses plausibles.
A la mondialisation de l'activité économique correspondent de nouvelles
formes de management. Dans l'industrie, l'automatisation de la production ainsi que la
très forte amélioration et l'extrême abaissement du coût des communications et des
transports internationaux ont séparé les processus de décision de la production (en
même temps que se produisait une division dans l'espace et une fragmentation des
forces de travail employées à produire). Parallèlement, la forte expansion des
entreprises internationales de services, surtout financières et de consulting, a eu pour
conséquence que, pour une part, ces entreprises ont suivi leurs clients à l'étranger, et
pour une autre part elles ont entrepris de constituer des pools financiers (Beaverstock,
1994 ; Sassen, 1995). Un nombre croissant d'entreprises multinationales ont développé
leurs propres marchés internes du travail, pour en faire des instruments importants de
coordination et de contrôle des flux de connaissances, mais aussi comme espace de
déroulement de carrières. Le système est conforté en particulier par les attentes de
promotion des « professionals » et des cadres dirigeants (Findlay, 1991). Mais
fondamentalement, ce sont encore les stratégies d'entreprise des multinationales qui
commandent les stratégies des flux migratoires, et elles ne tendent pas clairement à une
nouvelle répartition entre centre et périphérie.
La mobilité de personnes hautement qualifiées entre pays
industrialisés.
Alors qu'il existe une longue tradition de migrations hautement qualifiées
entre les pays dits en développement et les pays industrialisés, le thème des mobilités
de ce type entre pays « du centre » prend de l'importance. Boyle et al. (1994) analysent
les liaisons entre experts et cadres dirigeants et investissements à l'étranger à l'intérieur
de l'Europe de l'ouest, à partir de l'exemple des français en Grande-
Bretagne. Ils montrent que le niveau des en capital ne dit rien sur les
transferts de compétence qui lui sont liés. Tarrius (1992) met l'accent sur un important
facteur d'explication : les stratégies des grandes entreprises visant à réduire les voyages
d'affaires, par exemple grâce à l'installation de systèmes spécifiques de
télécommunication, ou par une organisation destinée à économiser le temps de ses
cadres.
En Europe occidentale, les progrès de l'intégration économique et politique
s'accompagnent de déplacements des flux migratoires. Après la disparition des
frontières internes, le volume des migrations entre pays de l'Union Européenne s'est
REMI 1997(13) 1 pp. 71-94 La mobilité de personnes hautement qualifiées de l'ouest vers la Pologne 77
stabilisé, il est même plutôt en recul. Par contre, la mobilité des personnes hautement
qualifiées tend à croître. Le régime des migrations en Europe est très sélectif, comme le
précise une série de recherches. Sait et Singleton (1995) montrent que ce sont
essentiellement les managers et directeurs hommes, dans le secteur des services et au
milieu de leur carrière, qui profitent des ouvertures professionnelles à long terme en
Grande-Bretagne. C'est une tendance du même ordre que fait apparaître la recherche
de Kultalahi (1995), d'après laquelle la part des personnes hautement qualifiées parmi
les emigrants finnois vers les autres pays d'Europe s'accroît, probablement en raison de
l'entrée de la Finlande dans la Communauté Européenne. Rodriguez (1995) donne des
informations parallèle sur les perspectives de l'Espagne comme terre d'accueil : entre
1987 et 1991, le nombre des immigrants « professionals », techniciens et directeurs
s'est fortement accru. Ils viennent, pour l'essentiel, des pays européens avec lesquels
l'Espagne entretient des relations économiques particulièrement intenses, se
concentrent dans le secteur des services, et comportent un pourcentage de femmes plus
élevé (près d'un tiers) que dans la moyenne des groupes de migrants analysés.
Si l'on résume les informations fragmentaires qui existent sur la portée, la
composition, l'orientation et les « moteurs » de la mobilité internationale des personnes
hautement qualifiées depuis le milieu des années 80, apparaissent tout d'abord des
tendances à l'intégration des espaces économiques. Même si les modalités
d'intégration ne sont pas encore très faciles à discerner, on peut toutefois penser que,
étant donné les fortes inégalités de pouvoir à l'avantage des pays de l'ouest, les
« nouveaux pays » d'Europe centrale n'occupent pas les premiers rangs dans les
stratégies d'ensemble.
LE CADRE INSTITUTIONNEL DES MOBILITES : LES
MARCHÉS INTERNES DU TRAVAIL
Pour la majorité des recherches récentes sur la mobilité internationale des
personnes hautement qualifiées, c'est la conception de Sait qui sert de base. Il part des
prémisses suivantes : ce sont les exigences fonctionnelles des marchés internes des
entreprises multinationales qui définissent les éléments essentiels de ces processus
(Sait, 1992 ; Sait et Singleton, 1995). A la base de l'analyse, est la thèse selon laquelle
ce sont les changements dans les régulations étatiques et le développement de marchés
internes des entreprises multinationales qui définissent le cadre des flux sélectifs et
fortement croissants de personnes qualifiées entre, et à partir, des pays industrialisés.
Ces marchés internes sont structurés par deux variables : les règles de rémunération et
d'allocation propres à l'entreprise et des « points d'entrée » bien établis. Des
déplacements et des promotions individuels, dans une structure d'emploi organisée sur
une base hiérarchique, ont pour résultat des transformations en cascade de
l'organigramme, en raison des mutations internes. Un renforcement de l'attachement à
l'entreprise est avantageux pour l'entreprise, car il s'accompagne de la possibilité de
maintenir les rémunérations à un niveau relativement bas. Du point de vue des salariés,
l'avantage résulte de la possibilité de programmer les carrières individuelles. Ces
REMI 1997(13) 1 pp. 71-94