439 pages
Français

Bioarchéologie des sujets immatures de quatre nécropoles du haut Moyen Âge européen : méthodes d'étude du développement et des interactions biologie/culture

-

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Sous la direction de Jaroslav Bruzek, Pascal Sellier
Thèse soutenue le 09 novembre 2009: Bordeaux 1
Les enfants font rarement l’objet d’une étude complète et approfondie en bioarchéologie et leur intégration à la population adulte est souvent limitée. Or, il est reconnu que leurs vestiges dentaires et squelettiques apportent de nombreuses connaissances quant à leur mode de vie et l’environnement dans lequel ils ont grandi. Nous proposons de vérifier ce postulat à partir d’un large échantillon d’individus immatures (N=613, du sujet périnatal à l’adolescent tardif), daté du haut Moyen Âge européen (essentiellement, 9e-11e siècles) et provenant de populations au mode de vie contrasté (urbain vs. rural) : Cherbourg Notre-Dame, Norroy-le-Veneur (France), Mikulcice Kostelisko et Prušánky 1 (République tchèque) ; plus la collection de référence de Spitalfields (Londres, UK) pour certains aspects méthodologiques. Une problématique triple est présentée : à la fois synthétique, comparative et méthodologique, elle cerne ainsi l’ensemble des sujets traitant des individus immatures en bioarchéologie. Si les facteurs biologiques (âge au décès, variabilité intra- et inter-population, profils de croissance squelettique) ne permettent pas de discerner distinctement les individus selon leur mode de vie (hormis les indicateurs de stress non spécifique et les lésions carieuses), les pratiques funéraires — spécifiques selon les cultures — mettent parfaitement en évidence les différences entre les populations. En outre, une étude adaptée à la part non-adulte de la population permet de démontrer des modalités biologiques à partir de collections archéologiques, résultat inédit au vu de tous les facteurs de biais connus. Enfin, de nouveaux outils méthodologiques ont été mis en place (estimation secondaire de l’âge, séquences de minéralisation dentaire, profils de croissance squelettique par analyse de transition) permettant une meilleure intégration des individus immatures aux larges études populationnelles, soulignant l’importance de cette part de la population en bioarchéologie.
-Enfant
-Interactions bio-culturelles
-Pratiques funéraires
-Bioarchéologie
-Méthodes
-Modes de vie
-Haut Moyen Âge
-Variabilité
-Croissance
-Europe
-Estimation de l'âge
-Stress
Thorough bioarchaeological studies of children populations are few, and their integration into the adult population is often limited. Nevertheless, it is well known that non-adult’s teeth and skeletal remains give a wealth of information about their brief lives, and on the environment where they grew. This study is based on a large skeletal sample (N= 613 individuals ranging from perinates to late adolescence), dated from the Early Middle Age (essentially 9th-11th centuries AD) and belonging to very different lifestyle populations (urban vs. rural): Cherbourg Notre-Dame, Norroy-le-Veneur (France), Mikulcice Kostelisko and Prušánky 1 (Czech Republic) ; plus the identified collection from Spitalfields (London, UK) used for methodological issues. The topic of the study is threefold: Synthetic, comparative, and methodological, in order to give a global point of view on the children in a given bioarchaeological context. The biological patterns studied (age at death, intra- and inter-population variability, skeletal growth profiles) do not demonstrate significant differences between lifestyle, whereas non-specific stress indicators, caries lesions, and funerary practices do and can describe the environment where the children grew. It has also been possible to detect and demonstrate biological patterns within archaeological samples, which is a great result, totally unexpected considering all the biases of such studies. Finally, new methodological approaches have been built (secondary age estimation, dental mineralization sequences, skeletal growth profiles with the transition analysis), allowing a better integration of the immature individuals among large population syntheses. They highlight the non-adult part of population’s great contribution to bioarchaeology.
-Bioarchaeology
-Children
-Early middle age
Source: http://www.theses.fr/2009BOR13864/document

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de lectures 67
Langue Français
Poids de l'ouvrage 13 Mo

 
 
N° d’ordre : 3864  
   THÈSE 
 
PRÉSENTÉE À 
 
L’UNIVERSITÉ BORDEAUX 1 
 
ÉCOLE DOCTORALE SCIENCES ET ENVIRONNEMENTS 
 
Par Virginie GARCIN 
 
POUR OBTENIR LE GRADE DE 
DOCTEUR 
 
Spécialité : ANTHROPOLOGIE BIOLOGIQUE 
 
 
BIOARCHÉOLOGIE DES SUJETS IMMATURES DE QUATRE NÉCROPOLES DU HAUT 
MOYEN ÂGE EUROPÉEN : MÉTHODES D'ÉTUDE DU DÉVELOPPEMENT ET DES 
INTERACTIONS BIOLOGIE/CULTURE 
 
 
Soutenue le : 09 novembre 2009 
 
 
Après avis de : 
‐ Mme Eugénia CUNHA 
‐ Mme Louise HUMPHREY 
 
 
Devant la commission d’examen formée de : 
‐ M. Bruno MAUREILLE, Directeur de Recherche au CNRS, Université Bordeaux 1,           Président 
‐ M. Jaroslav BRUZEK,  de Recherche au CNRS, UMR 5199 PACEA,                     Directeur 
‐ M. Pascal SELLIER, Chargé de Recherche au CNRS, UMR 5199 PACEA,               
‐ Mme Eugénia CUNHA, Professeur, Université de Coimbra (Portugal),                                 Rapporteur 
‐ Mme Louise HUMPHREY, Chercheur, Muséum d’Histoire Naturelle de Londres (UK),      Rapporteur 
‐ Mme Anne‐Marie GUIHARD‐COSTA, Directeur de Recherche au CNRS, UPR 2147,         Examinateur 
‐ Mme Isabelle RIBOT, Professeur adjointe, Université de Montréal (Canada),                  Examinateur 
‐ M. Pascal ADALIAN, Maître de Conférences, Université de la Méditerranée,                  ateur 
 
 
 
 
Université Bordeaux 1 – Les Sciences et les Technologies au service de l'Homme et de l'environnement  
 
 
  
 
 REMERCIEMENTS 
 
Ce  travail  de  thèse  m’a  permis  de  collaborer  avec  un  grand  nombre  de  personnes  et 
d’institutions  qui  ont  toutes  contribué  à  sa  réalisation  et  sans  lesquelles  ce  travail  n’aurait 
certainement pas pu être mené à terme. C’est avec plaisir que je les remercie maintenant pour 
l’aide et le soutien qu’ils m’ont tous apportés.  
Mes remerciements vont en tout premier lieu aux personnes ayant accepté d’être membres de 
mon  jury.  Plus  particulièrement,  j’exprime  ma  gratitude  envers  Louise  Humphrey  et  Eugénia 
Cunha qui ont bien voulu être les rapporteurs de ce travail. Je remercie également Anne‐Marie 
Guihard‐Costa, Isabelle Ribot, Pascal Adalian et Bruno Maureille de s’être joints à ce jury. 
Je suis reconnaissante à Anne‐marie Tillier puis Bruno Maureille pour m’avoir accueillie au sein 
du  Laboratoire  d’Anthropologie  des  Populations  du  Passé,  UMR  5199 PACEA, et pour m’avoir 
procuré les meilleures conditions de travail, indispensables pour mener à bien cette étude. C’est 
aussi grâce à vous, Anne‐marie, que mon intérêt pour les sujets immatures s’est développé au 
point d’en faire mon sujet de recherche.  
Mes  pensées  se  dirigent  à  présent  vers  Jaroslav  Bruzek  et  Pascal  Sellier,  directeurs  de  cette 
thèse.  Sans  votre  soutien  sans  faille  et  votre  aide  complémentaire,  ce  travail  n’aurait  pas  pu 
aboutir. Nos discussions ont toujours été constructives et profitables et notre trio est à mon avis 
des  plus  réussi !  L’esprit  critique  que  j’ai  pu  développer  ainsi  que  la  rigueur  scientifique  sont 
sans  aucun  doute  le  fruit  de  votre  enseignement.  La  force  de  nos  caractères  a  fait  parfois 
quelques étincelles, mais n’est‐ce pas de là que vient la lumière ? Et c’est avec humour et bonne 
humeur que nous avons toujours mené nos discussions et réglé nos différends. Merci enfin de 
votre confiance. 
 
La réalisation de ce travail est jalonnée de collaborations et de  rencontres  qui  l’ont  nourri, 
enrichi  et  peaufiné.  Je  tiens  donc  à  remercier  en  premier  lieu  les  personnes  qui  m’ont  permis 
l’accès aux collections et leur étude : 
‐ J’exprime  ma  reconnaissance  envers  Petr  Velemínsky,  responsable  du  Département 
d’anthropologie  et  des  collections  du  Musée  National  de  Prague.  L’accès  aux  deux 
fabuleuses  populations  moraves  que  sont  Mikulčice‐Kostelisko  et  Prušánky  1  a  permis 
de constituer mon corpus principal de données. 
‐ Ce travail a été enrichi par l’accès à la collection de Cherbourg grâce à Armelle Alduc‐Le 
Bagousse et Pierre Bauduin (directeur du CRAHAM, FRE 3119 à Caen). 
‐ Enfin, les comparaisons n’auraient pas été complètes sans les données de la collection de 
Norroy‐le‐Veneur qu’il m’a été donné d’étudier par Arnaud Lefebvre (INRAP, Metz). 
L’accès  aux  collections  est  une  chose,  la  confiance  que  vous  m’avez  tous  accordée  en  est  une 
autre. Je vous suis sincèrement reconnaissante pour votre accueil, pour les discussions toujours 
enrichissantes, alors que nous travaillons parfois sur des sujets éloignés, pour votre aide et tout 
ce que vous m’avez apporté. Mais vous n’êtes pas seuls à avoir contribué  à  cet  accueil.  Mes 
sincères  et  chaleureux  remerciements  à  (l’ordre  n’a  pas  d’importance) :  Petra  Havelková  pour 
ton amitié et tous les commérages lors de mes missions à Prague, Jana Velemínská pour avoir  
 
supporté mes sautes d’humeur et tout le personnel de Horní Počernice pour leur sourire et l’aide 
apportée malgré la barrière de la langue. Une gratitude équivalente va envers Cécile Niel et tous 
les  membres  du  CRAHAM  (je  vous  dois  un  café).  Enfin,  je  suis  également  reconnaissante  au 
personnel de l’INRAP pour son accueil lors de la mission à Metz et de sa présence pour toutes les 
questions complémentaires (après le café, merci pour les pâtisseries !).  
Ce travail a été également réalisé à travers deux projets europ éens,  le  projet  Eco‐Net  n° 
16368PB  et  le  projet  Barrande  n°  19512ZF.  Merci  à  Dominique  Castex  et  Jaroslav  Bruzek  de 
m’avoir fait prendre part à ces projets. Ils ont permis notamment de financer une partie de mes 
missions  (en  plus  de  ma  bourse  ministérielle)  mais  au‐delà  de  la  contribution  financière,  de 
larges collaborations se sont mises en place, qui j’espère perdureront après ce travail.  
Enfin, toujours dans le cadre de la réalisation, ma gratitude va envers Maryelle Bessou et Marek 
Jantač  pour  le  grand  nombre  de  vestiges  qui  ont  été  radiographiés  spécialement  pour  cette 
étude.  Votre  rapidité  et  la  qualité  des  clichés  m’ont  été  précieuses. Merci également à Alena 
Šefčáková et Milan Thurzo pour l’accès aux données sur les adultes de Norroy mais aussi pour 
les bons moments passés à Metz. L’accès aux données sur les hypoplasies de l’émail dentaire de 
Pavel Trefny m’a permis d’évaluer les erreurs inter‐observateurs de manière fiable.   
 
Sans  une  aide  efficace  pour  les  analyses  statistiques  et  le  traitement  des  données,  ce  travail 
n’aurait  jamais  abouti !  Toutes  mes  pensées  vont  premièrement  à  Francis  Houët, 
malheureusement parti trop tôt. Il m’a donné le goût de la statistique  et  de  la  rigueur  dans  la 
validation des résultats. Sans son initiation aux rudiments de Statistica®,  j’en  serais  restée  au 
stade des balbutiements.  
Dans un second temps, je me tourne désormais vers la personne qui a été le pilier des analyses 
mathématiques  et  de  la  réflexion  scientifique  dans  cette  étude. Je n’ai pas de mots assez forts 
pour remercier Veijo Honkimaki grâce à qui, l’ESA a pu se concrétiser et mes connaissances en 
mathématique ont pu être multipliées par 1000 (remarque, ce n’est pas difficile, à voir d’où je 
suis partie).  
Dans un registre un peu plus éloigné, je tiens à remercier l’équipe d’enseignement de l’université 
d’été à Odense (Danemark) : Jesper Boldsen, George Milner, Jutta  Gampe,  Svenja  Weise,  Ulla 
Freund  et  Hans  Petersen.  Vous  m’avez  tous  appris  de  nombreuses  notions  tant  ostéologiques 
que  statistiques.  Une  attention  particulière  à  Jesper  Boldsen  et George Milner pour votre 
diagnostic sur le sujet lépreux (confirmé par la suite par Helen Donoghue). Merci également de 
m’avoir  permis  l’utilisation  de  vos  programmes  sous  R,  notamment  en  paléodémographie. 
Connaître le point de vue d’une autre école que la sienne est toujours très formateur.  
Merci également à Benjamin Gonzalez, qui m’a souvent facilité la vie en m’aidant à développer 
des macros sous Microsoft® Excel depuis mon mémoire de Master 2. Des petits riens pour toi, 
une grande aide pour moi.  
Pour terminer cette partie sur le traitement des données, j’exprime ma reconnaissance envers 
Pascal Murail qui, par ses subtiles questions et son raisonnement aigu, m’a permis de faire 
avancer ma réflexion et de nourrir mes interrogations.  
Ce travail de thèse est aussi l’aboutissement de la formation complète  que  j’ai  reçue  par  le 
Master  Anthropologie  biologique  et  Préhistoire  de  l’Université  Bordeaux 1. Je remercie donc 
 
 tous les enseignants qui m’ont donné goût à cette spécialité et  plus  particulièrement  Pascal 
Murail,  Christine  Couture,  José  Braga,  Marie‐France  Deguilloux,  Catherine  Ferrier  et  Jacques 
Jaubert. Formée puis maintenant formatrice, j’espère réussir à motiver les étudiants à l’image de 
votre encadrement.  
 
Ma gratitude la plus profonde est dirigée en dernier lieu vers mes proches et les personnes qui 
m’ont  soutenue  quotidiennement.  A  mes  compagnons  de  fortune,  qui ont passé l’étape du 
doctorat avant moi, qui y sont encore ou qui ont pris un autre chemin : Vincent, Gwen, Yasemin, 
Sabine,  Priscilla,  Caroline,  Sébastien,  Ronny,  Zuzana,  Joyce,  Nathalie,  Aline,  Pierre,  Célimène  et 
Aurélie. Merci à tous pour m’avoir supportée, des coups de gueule aux moments euphoriques.  
Mes amis m’ont également été d’une grande aide. J’ai pu grâce à vous prendre des bols d’air dans 
mon  quotidien  et  avoir  des  gens  sur  qui  compter.  Je  suis  plus  que  reconnaissante  envers  les 
membres  ma  famille  qui,  malgré  leur  éloignement,  ont  toujours  été présents, à l’écoute et qui 
sont  entrés,  tour  à  tour,  à  leur  manière,  dans  le  monde  de  la  recherche  (notamment  merci  à 
maman pour les traductions depuis l’allemand). Vous m’avez donn é  le  courage  et  la  force 
d’accomplir ce travail. Enfin, à celui qui partage ma vie depuis bientôt cinq ans, et qui a vécu au 
jour le jour (les bons comme les mauvais) l’accomplissement de ce travail.  
Enfin, à tous ceux qui ont croisé ma route durant ces trois ans et que je n’ai pas mentionné.  
Toute ma gratitude vous revient à tous, merci. 
*** 
 
   
 
 
 
  
 
  
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
A ma grand­mère, 
    
TABLE DES MATIÈRES 
REMERCIEMENTS  3 
PRÉAMBULE  21 
PARTIE1 : CONTEXTE, MATÉRIEL ET OBJECTIFS  23 
CHAPITRE 1 : INTRODUCTION & PROBLÉMATIQUE GÉNÉRALE DE L’ÉTUDE  25 
I.  LES ENFANTS EN ANTHROPOLOGIE ET EN BIOARCHÉOLOGIE  25 
1.  ÉTAT DES LIEUX  26 
a.  Définitions  26 
b.  Divers thèmes pour diverses études  27 
2.  AVANTAGES DE L’ÉTUDE DES SUJETS IMMATURES 31 
3.  PRINCIPALES LIMITES  32
4.  PERSPECTIVES ACTUELLES  35
II.  CONTEXTE SCIENTIFIQUE ET PROBLÉMATIQUE  37
1.  UN CADRE ARCHÉOLOGIQUE VALORISANT7
2.  QU’EST‐CE QU’UN ENFANT ? LES SUJETS NON‐ADULTES AU CŒUR DU SUJET
a.  L’enfant biologique  38 
b.  L’enfant culturel  38 
c.  Evolution des perceptions de l’enfance  39 
3.  PROBLÉMATIQUE  40 
a.  Synthétique  40 
b.  Méthodologique  40 
c.  De l’individu à la population  40 
CHAPITRE  2  :  LES  COLLECTIONS  ÉTUDIÉES :  CONTEXTE  HISTORIQUE  ET  NATURE  DES 
ÉCHANTILLONS  43 
I.  LE HAUT MOYEN ÂGE EN EUROPE. MOUVEMENTS ET RÉORGANISATION DES SOCIÉTÉS  43 
1.  GÉNÉRALITÉS  43 
2.  ENVIRONNEMENT  44 
3.  ORGANISATION  45 
II.  LES COLLECTIONS ÉTUDIÉES : ENVIRONNEMENT ET MILIEUX SOCIOÉCONOMIQUES CONTRASTÉS  46 
1.  L’EMPIRE DE GRANDE MORAVIE : LES COLLECTIONS TCHÈQUES 46 
a.  Place et organisation de l’Empire de Grande Moravie en Europe  4
b.  Mikulčice, l’agglomération en expansion  47 
c.  Prušánky, l’ensemble rural  53 
2.  LA FRANCE CAROLINGIENNE, UNE POPULATION ORGANISÉE 5
e ea.  Situation française entre le 8  et le 10  siècle  56
b.  Cherbourg Notre‐Dame, une nécropole urbaine  56 
c.  Quel(s) parallèle(s) possible(s) avec le haut Moyen Âge slave ?  60
III.  ÉVOLUTION DIACHRONIQUE ET RÉFÉRENCES  61 
1.  LA NÉCROPOLE DE NORROY‐LE‐VENEUR : COMPARAISONS DIACHRONIQUES 61 
a.  Un site en amont chronologiquement des autres  61 
b.  Intérêt pour notre étude  61

  
 
c.  Échantillon étudié  62 
2.  LA COLLECTION DOCUMENTÉE DE SPITALFIELDS 64 
a.  De l’importance d’un échantillon de référence dans les études méthodologiques 64 
b.  La population : son histoire, sa structure et son mode de vie  65
c.  L’échantillon et les données utilisées pour l’étude  66
CHAPITRE 3 : OBJECTIFS ET PROTOCOLE D’ÉTUDE  69
I.  OBJECTIFS  69
1.  LES SUJETS IMMATURES : UN NÉCESSAIRE TRAITEMENT SPÉCIFIQUE9
2.  L’ENFANT BIOLOGIQUE (OSTÉOLOGIQUE) VS. L’ENFANT SOCIO‐CULTUREL : QUELLES INTERACTIONS ?  70 
a.  Caractériser, déterminer, quantifier  70 
b.  De l’individu à la population  71 
3.  UNE AUTRE APPROCHE DES INDIVIDUS IMMATURES EN BIOARCHÉOLOGIE 73 
a.  Développer, rendre les analyses spécifiques et fiables  73
b.  Ouvrir la discussion bio‐archéologique  73
II.  PROTOCOLE D’ÉTUDE ET STATISTIQUES USUELLES  74
1.  ENREGISTREMENT ET VALIDATION DES DONNÉES4
a.  Fiches de conservation  74
b.  Pour un enregistrement objectif  75 
c.  Qualité et validation des données, hypothèses a priori8 
2.  OUTILS STATISTIQUES USUELS 82
a.  Tests paramétriques et non‐paramétriques  82
b.  Comparaisons inter‐sites et analyses multivariées 3
c.  Les régressions et leurs ajustements  84
PARTIE 2 : BIOLOGIE, TRAJECTOIRES DE CROISSANCE ET APPORTS MÉTHODOLOGIQUES  85
CHAPITRE 4 : IDENTIFICATION BIOLOGIQUE DES INDIVIDUS  87 
I.  DISCUSSION AUTOUR DE L’ESTIMATION DU SEXE  87 
1.  SEXER PAR LA DENTITION  87 
2.  SEXER PAR LA MORPHOLOGIE DU SQUELETTE 88 
3.  ADN ET ESTIMATION DU SEXE
II.  DISCUSSION AUTOUR DE L’ESTIMATION DE LA STATURE  89
III.  ESTIMATION DE L’ÂGE  90
1.  ESTIMATION DE L’ÂGE DENTAIRE 90
a.  Méthodes choisies  91
b.  Erreurs intra‐observateurs  92 
c.  Résultats sur nos collections  93 
2.  ESTIMATION DE L’ÂGE SQUELETTIQUE3
a.  Méthodes retenues pour les comparaisons  94 
b.  Validation des données  95 
c.  Résultats pour les 5 collections  98 
3.  LE CAS PARTICULIER DES TOUT‐PETITS 99 
a.  Méthodes appliquées  99
b.  Résultats  100
4.  COMPARAISONS, ÂGE ET CLASSES RETENUS  100
IV.  L’ESTIMATION SECONDAIRE DE L’ÂGE : DE L’EMPIRISME À LA MÉTHODE CONCRÈTE PROPOSÉE 104
1.  ESTIMATION DE L’ÂGE DES INDIVIDUS IMMATURES : À CHACUN SA « CUISINE »  104
10 
 

)