De l

De l'argile à l'alumine

-

Documents
8 pages
Lire
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Description

Exploration Orbite V.S.P.A. Inc. www.explorationorbite.com



De l’argile à l’alumine




PROGRÈS VERS UNE NOUVELLE SOURCE D’ALUMINE
POUR LA PRODUCTION D’ALUMINIUM AU QUÉBEC
ET POUR LE MARCHÉ MONDIAL DES APPLICATIONS
À VALEUR AJOUTÉE

Mise à jour : Janvier 2011






Un livre blanc de la société Exploration Orbite V.S.P.A. Inc.

par : Toby Gilsig, Ph. D.








Ce document n’est pas destiné à être distribué aux États-Unis. Les informations fournies dans ce document sont à titre informatif
et n’ont pas pour but de solliciter des investissements ou autres placements dans la société. Les informations contenues dans le
présent Livre blanc sont considérées exactes et les prévisions et estimés y contenus apparaissent raisonnables à la Société et
sont basées sur des références citées et sur l’information fournie par la Société. Néanmoins, ni l’auteur ni la Société ne
garantissent que les renseignements contenus dans ce Livre blanc sont exacts ou complets, ni que les prévisions seront atteintes
ou réalisées. Les lecteurs de ce document doivent prendre note que la viabilité économique du projet Grande Vallée n’a pas
encore été démontrée par une étude de faisabilité effectuée conformément aux dispositions du Règlement 43-101 sur les normes
de divulgation concernant les projets miniers (Québec). L’auteur est un administrateur de la Société, et ce document a été préparé
à la demande de la Société, qui l’a également révisé.
LB-2010.05.01 ...

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de visites sur la page 296
Langue Français
Signaler un problème
Exploration Orbite V.S.P.A. Inc.
www.explorationorbite.com
LB-2010.05.01 — Janvier 2011
De l’argile à l’alumine
PROGRÈS VERS UNE NOUVELLE SOURCE D’ALUMINE
POUR LA PRODUCTION D’ALUMINIUM AU QUÉBEC
ET POUR LE MARCHÉ MONDIAL DES APPLICATIONS
À VALEUR AJOUTÉE
Mise à jour : Janvier 2011
Un livre blanc de la société Exploration Orbite V.S.P.A. Inc.
par : Toby Gilsig, Ph. D.
Ce document n’est pas destiné à être distribué aux États-Unis. Les informations fournies dans ce document sont à titre informatif
et n’ont pas pour but de solliciter des investissements ou autres placements dans la société. Les informations contenues dans le
présent Livre blanc sont considérées exactes et les prévisions et estimés y contenus apparaissent raisonnables à la Société et
sont basées sur des références citées et sur l’information fournie par la Société. Néanmoins, ni l’auteur ni la Société ne
garantissent que les renseignements contenus dans ce Livre blanc sont exacts ou complets, ni que les prévisions seront atteintes
ou réalisées. Les lecteurs de ce document doivent prendre note que la viabilité économique du projet Grande Vallée n’a pas
encore été démontrée par une étude de faisabilité effectuée conformément aux dispositions du Règlement 43-101 sur les normes
de divulgation concernant les projets miniers (Québec). L’auteur est un administrateur de la Société, et ce document a été préparé
à la demande de la Société, qui l’a également révisé.
Exploration Orbite V.S.P.A. Inc.
www.explorationorbite.com
LB-2010.05.01 — Janvier 2011
Progrès vers une nouvelle source d’alumine
2/8
Progrès vers une nouvelle source de l’alumine
pour la production d’aluminium au Québec
et pour le marché mondial des applications à valeur ajoutée
Mise à jour : Janvier 2011
Exploration Orbite fait de rapides progrès
sur le développement d’un procédé unique pour produire de
l’alumine, lequel procédé est protégé par des brevets canadiens et américains, et est également en instance de brevet
international. L’usine-pilote à grande échelle pour le procédé d’Orbite est en préparation de mise en service et les
travaux d’exploration sur un vaste gisement de minerai sont accélérés. Cette révision du Livre blanc est une mise à
jour sur le processus d’Orbite, son impact potentiel, et des plans, en évolution rapide, pour son industrialisation.
Pourquoi l’alumine est-elle importante et qu’est-ce qu’Orbite propose?
Le monde a besoin d’aluminium, le métal le plus utilisé après l’acier. L’aluminium est fabriqué à partir d’oxyde
d’aluminium, communément appelé alumine. La production mondiale d’aluminium a été de 37 millions de tonnes
métriques en 2009 et Alcoa, qui avait projeté un taux de croissance de 6 % par an pendant toute la décennie, a
rapporté une croissance de 13 % de la demande en 2010 et prévoit maintenant une croissance de 12 % pour 2011.
Deutsche Bank prévoit que le prix de l’aluminium atteindra 3 025 $ la tonne en 2012, tiré par la forte demande en
provenance de la Chine et d’autres pays asiatiques en développement rapide.
L’aluminium est produit à des endroits à travers le monde où l’alumine peut être économiquement transportée à des
alumineries alimentées par de l’électricité à faible coût. Le Québec est l’un de ces endroits.
Le Québec est riche en électricité à faible coût, mais chaque tonne d’aluminium produite requiert environ deux tonnes
d’alumine. Par conséquent, des millions de tonnes d’alumine métallurgique doivent être importées chaque année sur
des distances de milliers de kilomètres pour fournir ses alumineries.
Le prix et le marché de l’alumine métallurgique sont appelés à augmenter fortement pour satisfaire la croissance rapide
de la production mondiale d’aluminium, et des contraintes d’approvisionnement sont prévues.
Au marché mondial de l’alumine métallurgique s’ajoute un marché croissant toutefois plus petit, mais de très haute
valeur ajoutée, soit l’alumine ultra-pure, qui est utilisée pour la fabrication de composants spécialisés comme les
saphirs pour les systèmes de communication en fibres optiques et des substrats pour circuits intégrés et pour les DEL.
Orbite dispose d’un vaste dépôt d’argile homogène ayant une composition de 23 à 26 % d’alumine,
stratégiquement situé au Québec, ainsi qu’un processus unique et breveté pour extraire de l’alumine
métallurgique de l’argile alumineuse. La combinaison de ce qui précède a le potentiel de remplacer deux à
trois milliards de dollars d’alumine importée, en plus de constituer une source d’approvisionnement d’alumine
ultra-pure à haute valeur ajoutée pour le marché mondial et pour d’autres composants de grande valeur de
l’argile, notamment certaines terres rares et matériaux semi-conducteurs. La Société est bien capitalisée et
bien placée pour entreprendre les prochaines étapes de son développement, ayant récemment levé 14 M$
auprès d’investisseurs institutionnels canadiens de premier rang.
Qu’est-ce qu’Orbite a accompli à ce jour?
Le dépôt de minerai a fait l’objet d’une importante exploration et des plans sont en cours pour établir des ressources
indiquées et mesurées conformément au règlement 43-101.
Le procédé de production d’alumine a été démontré en laboratoire. Des brevets canadiens et américains ont été
accordés et une demande internationale a été déposée, ainsi qu’une deuxième demande de brevet aux États-Unis,
couvrant les améliorations de productivité grâce à un rendement plus élevé et des coûts de production inférieurs.
En outre, la Société a récemment reçu une opinion de liberté d’exploitation au Canada.
Suite au succès des opérations pilotes en laboratoire, Orbite met en service une usine-pilote d’une capacité d’une
tonne métrique par jour afin d’évaluer et de minimiser les risques technologiques et économiques et d’optimiser les
paramètres du procédé.
Les résultats dérivés de l’exploitation de cette usine-pilote feront partie d’une étude plus globale qu’Orbite réalisera
pour démontrer la faisabilité du dépôt et du procédé avant de s’engager dans la réalisation d’une usine d’alumine
industrielle.
Exploration Orbite V.S.P.A. Inc.
www.explorationorbite.com
LB-2010.05.01 — Janvier 2011
Progrès vers une nouvelle source d’alumine
3/8
Chargement d’alumine
La fabrication de l’aluminium : de la bauxite aux lingots
La production de l’aluminium commence généralement avec l’extraction
de minerai de bauxite qui se trouve principalement dans les régions
tropicales et sub-tropicales. L’Australie est un des principaux producteurs
de bauxite avec près du tiers de la production mondiale, suivie par la
Chine, le Brésil, la Guinée et la Jamaïque.
La bauxite est constituée de 31 à 52 % d’alumine pouvant faire l’objet
d’une extraction économique, mais elle contient également une large
gamme d’impuretés, principalement le fer et autres métaux.
De multiples étapes mécaniques et chimiques sont utilisées dans le
procédé Bayer, qui a très peu changé depuis que la première usine mise
en place en 1893, pour récupérer et purifier l’alumine présente dans la bauxite et la transformer en alumine
métallurgique. Environ quatre tonnes de bauxite séchée sont requises pour produire deux tonnes d’alumine
métallurgique.
L’alumine métallurgique est acheminée à partir de son pays d’origine aux alumineries. Actuellement, la majorité de
l’alumine utilisée dans des alumineries du Québec provient du Brésil et de la Jamaïque. À l’aluminerie, de l’alumine et
de l’électrolyte liquide sont combinés dans une cellule électrochimique selon le procédé Hall-Héroult qui fut inventé en
1886. Le courant continu est passé d’une anode consommable de carbone immergé dans l’électrolyte, avec comme
résultat le fractionnement de l’alumine en aluminium métal fondu et en dioxyde de carbone. Le dioxyde de carbone est
rejeté dans l’atmosphère, tandis que l’aluminium liquide s’accumule au fond de la cellule et est régulièrement versé
dans un creuset et coulé en lingots. Deux tonnes d’alumine sont nécessaires pour fabriquer une tonne d’aluminium.
Le marché mondial de l’alumine métallurgique
En 2008, le marché mondial de l’alumine métallurgique a été de
82 millions de tonnes, pour une valeur totale d’environ 33 milliards
de dollars (tous les montants sont en dollars américains, sauf
indication contraire). Le prix de l’alumine est très volatil et
historiquement, il a varié selon le prix de l’aluminium et le niveau
des inventaires d’alumine. Ces dernières années, le prix par tonne
de l’alumine contractuel a varié entre 11 à 17 % du prix de
l’aluminium, mais le passage à une tarification au prix comptant
pour l’alumine est en cours, et on s’attend que ceci ait un impact
positif sur son prix puisque les prix comptants ont été généralement
de 15 à 20 % au-dessus du prix de contrat. Le premier
consommateur d’alumine est la Chine, où le prix au comptant a augmenté à 455 $ la tonne métrique en janvier 2011.
La croissance constante de la demande et de la production d’aluminium et la difficulté accrue à obtenir des ressources
de bauxite devraient conduire à une demande croissante pour l’alumine et à une augmentation de son prix, d’où la
nécessité d’accroître sa capacité mondiale de production.
Le marché québécois de l’alumine métallurgique
La production d’aluminium est une industrie stratégique pour le Québec, qui est le troisième producteur d’aluminium
primaire au monde après la Chine et la Russie. Les dix alumineries situées au Québec représentent plus que 90 % de
la capacité de production canadienne. La production canadienne d’aluminium primaire en 2008 était de 3,1 millions de
tonnes, dont 2,9 millions de tonnes ayant été produites au Québec.
Rio Tinto Alcan opère la seule raffinerie d’alumine au Québec. Sa production en 2008 était de 1,37 million de tonnes et
approvisionne moins de 25 % de l’alumine nécessaire pour les alumineries du Québec. En assumant qu’environ cinq
millions de tonnes d’alumine ont été importées au Québec, le marché de l’alumine métallurgique importée est de deux
à trois milliards de dollars.
L’industrie de l’aluminium représente 7 % du PIB du Québec et elle est en croissance, soutenue par la demande
mondiale et par la fourniture d’électricité à faible coût. Cependant, en l’absence d’une source interne d’alumine,
l’industrie est vulnérable à une hausse des prix et à d’éventuelles perturbations dans la fourniture d’alumine et de
bauxite, dus à la transition d’un modèle traditionnel verticalement intégré vers un marché comptant et à la concurrence
pour la fourniture d’alumine avec la Chine et d’autres pays d’Asie.
Aluminium métal fondu
Exploration Orbite V.S.P.A. Inc.
www.explorationorbite.com
LB-2010.05.01 — Janvier 2011
Progrès vers une nouvelle source d’alumine
4/8
Le marché mondial d’alumine ultra-pure
Huit pour cent de l’alumine produite est vendue sur des marchés autres que celui pour la production d’aluminium
métallique, ce qui couvre une large gamme d’applications différentes, allant des catalyseurs aux détergents. Cela
représente un marché de 6,2 millions de tonnes en 2008. Orbite entend mettre l’accent sur le segment de la plus haute
valeur ajoutée de ce marché pour l’alumine non-métallurgique, qui est le marché d’alumine ultra-pure, c’est-à-dire
d’une pureté de 99,99 % et plus. Les applications pour l’alumine ultra-pure incluent la fabrication de saphirs et de rubis
artificiels pour les systèmes de communications par fibres optiques, les substrats pour circuits intégrés et diode
électroluminescente (DEL), le revêtement de cônes de missiles, les nanomatériaux ultra-purs et les biocéramiques
pour prothèses et implants. Le prix de l’alumine ultra-pure est beaucoup plus élevé que pour l’alumine de type
métallurgique, mais la taille des commandes est plus faible. Les prix publiés auprès de fournisseurs reconnus pour
l’alumine d’une pureté de 99,99 % varient de 80 $ à 750 $ / kg en fonction de la taille et des caractéristiques des grains,
avec un prix médian et moyen de 330 $ / kg.
L’opportunité pour Orbite
Un certain nombre d’éléments sont réunis pour permettre à Orbite de saisir l’opportunité de prendre une part
importante du marché québécois de l’alumine métallurgique :
La production d’alumine à partir de la bauxite par le procédé Bayer génère des quantités énormes de « boues rouges » – environ
deux tonnes par tonne d’alumine. Parce qu’elles sont soumises à un traitement d’hydroxyde de sodium, ces boues rouges sont
très caustiques, ayant un pH d’environ 13. Elles représentent un potentiel important de pollution des sols et des sources d’eau.
Les boues rouges sont citées comme étant de loin le problème environnemental le plus grave associé à l’industrie de l’aluminium,
et ont récemment conduit à la perte tragique de vies en Hongrie.
Le contrôle de la qualité de l’alumine venant d’outre-mer est difficile et il s’avère que d’importants problèmes de contamination
peuvent être associés à l’alumine importée au Québec. En particulier, le béryllium, que l’on retrouve dans l’alumine importée fait à
partir de la bauxite, constitue un problème de santé identifié par l’industrie de l’aluminium.
Les coûts d’immobilisation et d’exploitation du procédé Bayer, qui est vieux de cent ans, sont intrinsèquement élevés, avec des
possibilités limitées de réduction de coûts.
L’alumine est la principale composante du coût de production d’aluminium. Il est prévu que sa contribution au coût de production
d’aluminium augmentera de 39 % en 2009, à 43 % en 2014.
Les coûts de transport de l’alumine et de la bauxite au Québec sont importants et devraient augmenter avec le coût du carburant.
L’importation de ces matériaux par bateau émet également deux millions de tonnes de CO2 équivalent par an dans l’atmosphère.
Leur remplacement par l’alumine d’Orbite permettrait d’éliminer ces émissions, soit l’équivalent de retirer un million de voitures
des routes du Québec.
La demande croissante en Asie conduit déjà à des difficultés dans l’approvisionnement d’alumine pour les alumineries du
Québec et les tendances du marché peuvent potentiellement créer d’importants problèmes logistiques pour leur production
d’aluminium.
Le passage à une tarification au prix comptant va augmenter l’incertitude de l’approvisionnement d’alumine et conduira à des prix
plus élevés.
Les activités d’Orbite sont alignées avec une priorité clé du gouvernement du Québec, celle d’augmenter l’emploi dans l’industrie
de l’aluminium et dans la transformation à valeur ajoutée dans la province. La fourniture d’alumine interne donnerait un avantage
concurrentiel aux alumineries du Québec et pourrait potentiellement créer des milliers d’emplois dans la région de Gaspé, y
compris des emplois à haute valeur ajoutée dans les secteurs de haute technologie liés à l’alumine ultra-pure. Sous réserve de
compléter des études de faisabilité, Orbite entend également aborder le marché mondial à forte marge pour l’alumine ultra-pure.
La solution Orbite : produire l’alumine au Québec à partir de l’argile alumineuse, en utilisant un
procédé unique et breveté
Il est connu depuis longtemps que l’alumine peut être extraite à partir de dépôts d’argile alumineuse, mais cette possibilité est
rarement exploitée en raison de la qualité et du coût de l’alumine produite à partir d’argile n’étant pas concurrentiel avec
l’alumine produite à même la bauxite par le procédé Bayer.
Orbite développe une solution complète pour la fourniture d’alumine métallurgique aux alumineries du Québec et pour
desservir le marché mondial de l’alumine ultra-pure. Orbite a acquis les droits miniers sur un dépôt important d’argile
alumineuse et elle a également développé un procédé unique d’extraction d’alumine à partir de l’argile, pour lequel les brevets
canadiens et américains ont été accordés.
Le développement d’une source d’alumine interne concurrentielle est d’une grande importance stratégique pour l’industrie de
l’aluminium du Québec, qui est tributaire de la sécurité de l’approvisionnement des ressources d’outre-mer. Le remplacement
de l’alumine importée pourrait augmenter le PIB du Québec jusqu’à concurrence de 3 %, c’est-à-dire deux fois l’impact prévu
du potentiel en gaz de schiste de la province.
Exploration Orbite V.S.P.A. Inc.
www.explorationorbite.com
LB-2010.05.01 — Janvier 2011
Progrès vers une nouvelle source d’alumine
5/8
La propriété Grande Vallée
« Des actifs d’alumine de longue
vie et à faible coût sont difficiles à
reproduire et coûteux à développer
» – Alumina Ltd
Orbite possède les droits miniers sur Grande
Vallée, une propriété d’environ 3 500
hectares qui est stratégiquement située à 32
km au nord de Murdochville en Gaspésie,
au Québec. La propriété est à proximité d’un
axe routier important et d’un port de mer en
eau profonde ouvert toute l’année sur le
fleuve Saint-Laurent, qui est le cours d’eau
servant à livrer l’alumine à l’ensemble des
alumineries du Québec et la porte d’entrée
aux alumineries d’Europe et d’Amérique du
Nord.
Les résultats des campagnes d’exploration minière indiquent qu’une grande partie de la propriété de Grande Vallée est
couverte d’argile et de schiste alumineux homogène. Certains sondages indiquent la présence d’argile jusqu’à une profondeur
de 75 à 100 mètres. Il s’agit d’une formation géologique atypique au Québec qui, selon un rapport géologique de l’INRS,
semble être un dépôt tropical qui n’a pas été emporté pendant l’ère glaciaire.
De 2008 à 2010, Orbite a mené des campagnes
d’exploration géologique couvrant une partie seulement
de la propriété. Des travaux supplémentaires sont requis
afin de confirmer la taille du dépôt d’argile dans cet
endroit, taille qui pourrait varier de 75 à 300 millions de
tonnes et dont la teneur moyenne d’alumine serait de
l’ordre de 24,6 %. Le règlement 43-101 exige qu’une
marge de plus ou moins 50 % soit appliquée à ces
chiffres, en attendant l’accomplissement d’un
programme plus vaste de forages. Sous réserve, tel que
mentionné précédemment, d’autres travaux relatifs à
l’exploration et au développement du procédé, y compris
la démonstration de la faisabilité économique de
l’extraction d’alumine à l’échelle industrielle,
et en tenant compte de la marge exigée, la zone explorée
pourrait, de façon conservatrice, soutenir une usine de
500 tonnes d’alumine par jour pour une durée d’exploitation de 50 ans. La campagne de forage 2011 aura comme objectif
l’établissement des ressources indiquées et mesurées. Comme le procédé d’Orbite ajuste précisément le niveau de pH pour
extraire sélectivement les différents éléments en solution, il peut potentiellement récolter d’autres éléments économiquement
attrayants présents dans le minerai d’argile.
Le processus
Le défi de l’extraction d’alumine à partir d’argile alumineuse est d’en éliminer le fer et autres impuretés d’une façon qui est à la
fois économiquement viable et écologiquement acceptable.
Dans le processus d’Orbite, l’argile est mécaniquement écrasée et lessivée par acide à température ambiante. Elle est ensuite
lessivée par acide à plus haute température, suivi d’une distillation du lixiviat et de la récupération de plus de 90 % de l’acide.
Le fer est précipité du lixiviat concentré de pH élevé, laissant un liquide riche en aluminium, dont le pH est abaissé avant d’être
affiné par une extraction liquide-liquide, pour produire de l’alumine métallurgique. Des étapes de traitement supplémentaires
mènent à une alumine de haute pureté. Les déchets solides faisant suite à l’extraction de l’alumine peuvent être neutralisés
chimiquement, évitant ainsi la nature caustique des boues rouges qui résultent de l’extraction de l’alumine de la bauxite. Orbite
a identifié des marchés potentiellement attrayants pour ces déchets, y compris des matériaux absorbants pour le traitement
des eaux usées et de la matière première pour la fabrication de briques et de tuiles.
Grande Vallée et les fonderies d’aluminium
Extraction d’argile à Grande Vallée pour l’exploitation
de l’usine-pilote
Exploration Orbite V.S.P.A. Inc.
www.explorationorbite.com
LB-2010.05.01 — Janvier 2011
Progrès vers une nouvelle source d’alumine
6/8
Des brevets canadiens et américains ont été accordés pour le procédé d’Orbite en un temps record pour toutes les demandes
présentées. La protection aux États-Unis couvre une signature unique de l’alumine et de l’aluminium produits avec le
processus, dans le but de se protéger contre toute contrefaçon de brevet. Un brevet international est attendu sous peu,
couvrant les territoires clés de l’Australie, le Brésil, la Chine, l’Europe, l’Inde, le Japon et la Russie, et une deuxième demande
de brevet américain portant sur les améliorations du processus pour augmenter la productivité grâce à un rendement plus
élevé et des coûts de production inférieurs a été déposée.
La qualité de l’alumine a été testée et des partenaires stratégiques sont à bord
En 2007, à la suite d’expériences à l’échelle de banc-laboratoire, un montage pilote-laboratoire a été effectué. Ce montage
pilote-laboratoire a été opéré pour produire des lots d’alumines métallurgiques et de haute pureté. Les échantillons ont été
envoyés pour évaluation à des clients potentiels dans chaque marché qui ont conclu qu’ils étaient d’excellente qualité. En fait,
après leurs évaluations, deux entreprises de classe mondiale ont conclu des accords avec Orbite.
Aluminerie Alouette inc. est un consortium formé de Rio Tinto Alcan, Austria Metall, Hydro Aluminium (Norvège), la Société
Générale de Financement (Québec) et Marubeni (Japon). Aluminerie Alouette inc. exploite à Sept-Îles la plus importante et la
plus moderne aluminerie en Amérique du Nord, avec une capacité annuelle de 575 000 tonnes. Cette usine à elle seule
représente un marché annuel potentiel de 1,2 million de tonnes d’alumine.
Les ententes entre Orbite et Aluminerie Alouette inc. consistent en une lettre d’intention datée de mars 2008 aux termes de
laquelle Aluminerie Alouette inc. a offert son soutien à Orbite pour son projet de Grande-Vallée, et une entente datée de
novembre 2009 par laquelle Aluminerie Alouette a investi 1 M$ en forme de débenture convertible dans le projet-pilote
d’Orbite. Cette débenture est remboursable en alumine. L’entente couvre également la fourniture de certains équipements par
Alouette, ainsi que la coopération technique relativement au développement et l’optimisation de l’alumine d’Orbite dans le
contexte du procédé d’électrolyse. Orbite a également conclu une entente pour la fourniture préférentielle d’alumine à Alouette.
The Amalgamated Metal Corporation, PLC, dont le siège social est à Londres en Angleterre, est un leader mondial dans la
fourniture de métaux non-ferreux et autres produits. Une lettre d’intention signée avec sa filiale canadienne, Amalgamet
Canada, couvre la distribution potentielle de l’alumine ultra-pure d’Orbite à travers le monde.
Orbite a travaillé en étroite collaboration avec d’autres partenaires québécois pour développer sa technologie d’extraction
d’alumine, pour approfondir ses connaissances des marchés et pour réaliser son usine-pilote expérimentale. Ces partenaires
incluent le Centre d’études des procédés chimiques du Québec (CEPROQ), l’Institut National d’Optique (INO), l’Institut
National de Recherche Scientifique (INRS), le Centre de technologie minérale et de plasturgie (CTMP) et la société
d’ingénierie Seneca.
L’usine-pilote est au stade de mise en service
Ayant reçu l’approbation de l’évaluation
environnementale soumise pour le projet-pilote par
l’Agence de développement économique Canada
pour les régions du Québec, Orbite a acquis un
bâtiment moderne et déjà existant dans le village de
Cap-Chat en Gaspésie pour abriter son usine-pilote.
L’usine de 7,4 M$ a été financée à hauteur de 1,7 M$
par des investissements privés, 1 M$ par Aluminerie
Alouette Inc, et par les programmes des
gouvernements du Québec et du fédéral.
Orbite a déjà transporté 400 tonnes de minerai
provenant de sa mine de Grande-Vallée au site de
Cap-Chat et le minerai a été traité pour alimenter
l’usine-pilote, où la mise en service est en cours.
Usine-pilote, Cap Chat
Exploration Orbite V.S.P.A. Inc.
www.explorationorbite.com
LB-2010.05.01 — Janvier 2011
Progrès vers une nouvelle source d’alumine
7/8
L’usine-pilote produira une tonne par jour d’alumine
métallurgique ou 250 kg par jour d’alumine ultra-pure.
L’usine-pilote expérimentale sera exploitée dans le but de
démontrer la faisabilité, d’optimiser les paramètres du
procédé et des coûts de production, de démontrer un
impact environnemental acceptable et de déterminer la
conception d’une usine projetée de production industrielle.
L’exploitation de l’usine-pilote servira également à évaluer
les paramètres économiques et à minimiser les risques
technologiques. L’alumine métallurgique produite par
l’usine-pilote expérimentale sera expédiée aux alumineries
québécoises pour être intégrée à l’échelle pilote dans leurs
opérations, tandis que l’alumine ultra-pure sera
commercialisée sur les marchés internationaux. L’exploitation
à titre expérimental de l’usine-pilote commencera durant le premier trimestre de 2011, suivie par les études de
faisabilité et l’optimisation des opérations.
Et puis – une usine d’alumine à l’échelle industrielle
Les prochaines étapes sont le fonctionnement réussi de l’usine-pilote et l’achèvement des études de faisabilité conformément
au Règlement 43-101, conduisant à la conception d’une usine de 500 tonnes par jour de concert avec les opérations minières
requises afin de supporter les besoins de l’usine en argile alumineuse. L’usine sera conçue pour produire à la fois de l’alumine
métallurgique et de l’alumine ultra-pure. La Société a récemment levé 14 millions de dollars, provenant principalement
d’éminents investisseurs institutionnels (liste disponible au
www.explorationorbite.com
) et elle est bien placée pour mener à
bien son plan.
Conclusion - Un avenir prometteur pour l’alumine au Québec
La Société est bien capitalisée et positionnée pour les prochaines étapes de son développement.
La mise en service et l’exploitation de l’usine-pilote durant le premier semestre de 2011 seront des éléments clés dans la
démonstration de la viabilité économique du projet Grande Vallée et du procédé d’Orbite, qui offre une solution potentielle à la
dépendance des alumineries du Québec envers l’alumine importée. Par son dépôt d’argile alumineuse qui est
stratégiquement situé et facilement accessible, et son procédé unique et breveté d’extraction et d’affinage de l’alumine à partir
de l’argile, Orbite vise à offrir une source d’alumine fiable, locale et de haute qualité, dont les coûts d’approvisionnement seront
concurrentiels avec l’alumine importée.
Les coûts d’immobilisation et d’exploitation d’Orbite, sous réserve des résultats d’une étude de faisabilité, sont prévus être
concurrentiels par rapport aux coûts du procédé centenaire Bayer, qui est le standard industriel pour la production d’alumine.
L’alumine produite par Orbite n’aura pas à supporter les importants coûts de transport et les émissions de CO2 de l’alumine
importée. Le projet arrive à un moment stratégique pour l’industrie québécoise de l’aluminium, car le marché de l’alumine
métallurgique entre dans une ère d’approvisionnement moins sure et des prix plus élevés pour un nombre de raisons, y
compris l’augmentation constante de la demande, particulièrement en provenance de la Chine et d’ailleurs en Asie, la pression
croissante sur les producteurs d’alumine à découvrir et à ouvrir de nouvelles mines de bauxite et la migration d’un marché
contractuel à un marché au prix comptant, ce qui augmentera les coûts et affaiblira la sécurité d’approvisionnement.
De plus, Orbite a l’intention d’utiliser son procédé unique pour produire et vendre de l’alumine ultra-pure à travers le monde,
entraînant une nouvelle industrie d’exportation de valeur ajoutée à fort potentiel pour le Québec.
La qualité de l’alumine produite dans un pilote de laboratoire a été testée par des clients potentiels et a mené à des accords
avec des partenaires de classe mondiale, à la fois pour l’alumine métallurgique et pour l’alumine ultra-pure.
Une usine-pilote à l’échelle industrielle qui servira à établir des paramètres économiques et technologiques finaux est en phase
de mise en service dans le village de Cap-Chat, en Gaspésie. Son bon fonctionnement, ainsi que le succès des études de
faisabilité, sont destinés à préparer la voie à une première usine industrielle de production d’alumine métallurgique pour les
alumineries au Québec et d’alumine ultra-pure pour les clients du monde entier.
Les opérations d’Orbite seront conçues pour se déployer par modules, et ce, en fonction de l’évolution des marchés pour ses
produits. Ce ne sont que les premières étapes vers la création d’une nouvelle industrie stratégique et rentable.
Nous vous invitons à visiter le site web de la Société, à
www.explorationorbite.com
, pour en savoir plus.
Plan d’implantation de l’usine-pilote
Exploration Orbite V.S.P.A. Inc.
www.explorationorbite.com
LB-2010.05.01 — Janvier 2011
Progrès vers une nouvelle source d’alumine
8/8
Références
1.
US Geological Survey, Minerals Information, Aluminum Statistics and Information
2.
Press Release, Alcoa Inc. and Aluminum Corporation of China ("Chinalco") to Explore Strategic Ventures
3.
US Geological Survey Mineral Resources Program, Bauxite, World Production by Country (Index Mundi)
4.
International Aluminum Institute, Fourth Sustainable Bauxite Mining Report, 2008
5.
International Aluminum Institute, About Aluminum, Bayer Process Chemistry
6.
U.S. Geological Survey, Mineral Commodity Summaries, Bauxite and Alumina, January 2009
7.
The mineralogy of bauxite for producing smelter-grade alumina, JOM, The Minerals, Metals & Materials Society,
December 1, 2001, Authier-Martin, M et al
8.
RBC Capital Markets, Market Prospects, Aluminum Market Outlook – Fourth Quarter, 2009
9.
Alumina Ltd., 2009 Full Year Results
10.
Alcan World Production Forecast, Alumina
11.
Aluminum Association of Canada
12.
Investissement Québec, Light Metals,
13.
Rio Tinto Alcan, The Global Leader in the Aluminum Industry
14.
CRU Forecasts, the Market for Non-metallurgical Alumina
15.
Rio Tinto Alcan, Today’s specialties for a sustainable future
16.
Institut National d’Optique, Applications de l’alumine ultrapure
, (private report)
17.
Inframat Advanced Materials, Gamma Alumina Powder, Ultrapure Grade
18.
Red Mud Project, http://www.redmud.org
19.
Mineral resources management and the environment (book), Aswathanarayana, U.
20.
Occupational Beryllium Exposure in Primary Aluminum Production, Thomassen et al
21.
AMIRA International. (2001). Alumina Technology Roadmap. Washington, DC.
22.
Geological Survey, Mineral Commodity Summaries, Aluminum, January 2009.
23.
Exploration Orbite V.S.P.A.,
Compilation des travaux techniques effectués sur la propriété de Grande Vallée durant
l’année 2008, Rapport technique amendé, aôut, 2009
24.
Metal Miner, Bauxite and Alumina Moving Rapidly to Spot Pricing
À propos de l’auteur :
Toby Gilsig est titulaire d’un diplôme en génie électrique de l’Université
McGill et détenteur d’un doctorat de l’Imperial College de la University of London, en tant que
récipiendaire de la bourse Athlone. Le D
r
Gilsig est membre de l’Ordre des ingénieurs du Québec,
membre senior de l’IEEE, Fellow de l’Académie canadienne du génie et récipiendaire du prix
Manning pour l’innovation. Il a aussi été cofondateur, de même que président et chef de la direction
de Systèmes M3i inc. Au cours de sa carrière, Toby Gilsig a occupé différents postes de cadre
supérieur chez Hydro-Québec, notamment à titre de vice-président de la Recherche et directeur de
l’IREQ. Il a siégé au conseil d’administration de plusieurs entreprises privées et publiques, entre
autres en tant que président du conseil d’administration du CRIM (Centre de recherche
informatique de Montréal), président de l’Association québécoise des directeurs de recherche, et
membre des conseils d’administration de l’Alliance canadienne pour les technologies avancées
(CATA), de l’Académie canadienne du génie, et du Conseil de la science et de la technologie du
Québec.
Exploration Orbite V.S.P.A.
400 rue St-Jacques
Bureau 200
Montréal, Québec
H2Y 1S1
www.explorationorbite.com