«Depositum cum statua decumbente» Recherches sur Giovanni Pisano à Gênes et le monument de Marguerite de Brabant - article ; n°1 ; vol.123, pg 13-26

-

Documents
15 pages
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Revue de l'Art - Année 1999 - Volume 123 - Numéro 1 - Pages 13-26
14 pages
Source : Persée ; Ministère de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche, Direction de l’enseignement supérieur, Sous-direction des bibliothèques et de la documentation.

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 01 janvier 1999
Nombre de visites sur la page 60
Langue Français
Signaler un problème

Monsieur Clario Di Fabio
Madame Geneviève Lambert
«Depositum cum statua decumbente» Recherches sur Giovanni
Pisano à Gênes et le monument de Marguerite de Brabant
In: Revue de l'Art, 1999, n°123. pp. 13-26.
Citer ce document / Cite this document :
Di Fabio Clario, Lambert Geneviève. «Depositum cum statua decumbente» Recherches sur Giovanni Pisano à Gênes et le
monument de Marguerite de Brabant. In: Revue de l'Art, 1999, n°123. pp. 13-26.
doi : 10.3406/rvart.1999.348426
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/rvart_0035-1326_1999_num_123_1_348426Clario Di Fabio
Depositum cum statua decumbente
Recherches sur Giovanni Pisano
Gênes et le monument de
Marguerite de Brabant
Maria Flora
Epouse Henri VII de Luxembourg roi de Précurseur une chapellenie richement dotée dont
Germanie et roi des Romains Marguerite de Bra il réserva le droit de patronage lui-même et ses
bant mourut de la peste Gênes la nuit du 14 successeurs sur le trône impérial4 Ce même jour
décembre 131l1 Déposé dans un cercueil de il quitta Gênes et embarqua destination de
Pisé5 Dans cette cité toscane fille préférée de plomb son corps fut transporté dans église
Saint-Fran ois de Castelletto et placé près du Empire le monarque découvrit oeuvre du
maître-autel2 cette date deux mois ne étaient sculpteur le plus novateur de époque Giovanni
pas encore écoulés depuis entrée triomphale ls de Nicola qui venait achever la magnifique
chaire de la cathédrale6 Il lui confia la réalisation Henri Vil Gênes le 21 octobre et pas même
un depuis les journées fastes des 21 et 22 novem du monument funéraire de son épouse il avait
bre des journées dont la première avait été décidé élever Gênes en église Saint-Fran ois
marquée par la conclusion un pacte de réconci de Castelletto Le 25 août 1313 Giovanni Pisano
liation entre les grandes familles génoises gibelines se rendit en personne dans la cité ligure pour
Doria et Spinola et guelfes Fieschi et Gri- signer dans la sacristie de la cathédrale en pré
maldi et la seconde par une cérémonie au cours sence de archidiacre Giovanni di Bagnara et de
de laquelle le roi avait re investiture de la ville3 deux autres témoins des représentants de empe
Le janvier 1312 les religieux de Saint-Fran reur Henri acte notarié aux termes duquel il
ois qui avaient décidé honorer la mémoire de engageait effectuer ouvrage pour la somme de
Marguerite de Brabant lui consacrèrent quatre quatre-vingts florins or et selon toute vraisem
anniversaires annuels et engagèrent célébrer blance pour reconnaître emplacement du futur
une messe quotidienne son intention Ils enten tombeau7 empereur était mort la veille Buon-
daient ainsi commémorer attachement de la convento mais la nouvelle était pas encore par
reine leur ordre et la bienveillance de son auguste venue Gênes Le Liber où est consigné le
époux qui avait choisi leur couvent de Castelletto calendrier des anniversaires célébrés dans église
comme lieu du dernier repos de la souveraine Le mineure contient également itinéraire de la pro
16 février en mémoire de inclita quondam do cession qui déroulait chaque année in die
mina Margareta Romanorum regina tori cho mortuorum On célébra cette cérémonie partir
est-à-dire cordî sui consors karissima en hon de 1321 au plus tard année où Forchetto Spinola
neur de la Trinité de la Vierge de saint Jean-Bap archevêque franciscain de Gênes fut enseveli dans
tiste et de la hiérarchie céleste tout entière ainsi église dont la sépulture était honorée lors de la
que pour le salut de son âme le roi Henri institua quatrième station La première était ad imperatri-
dans la cathédrale de Gênes près de autel du cem et la deuxième super sepulturam. domini
REVUE DE ART no 123 1999-1 13-26 13 Clario Di Fabio Recherches sur Giovanni Pisano Gênes
Andree est-à-dire Andrea Fieschi un des et XV siècles qui sont unanimes parler de la Romanorum uxor obiit Genue anno MCCCXI
fondateurs de église Et il est vrai que seule cette partie gauche du ch ur et celle qui de fa on sous arc figurait un résumé de histoire de la
dernière tombe était située explicitement in choro lapidaire situe le monument du côté droit du chapelle rédigé en ces termes Leon[ar]dus ex an-
tout indique que la première élevait dans le maître-autel et droite du maître-autel Une tiqua Furnariorum Familia celeberimus sic
même espace Cette conclusion trouve ailleurs autre information mérite de retenir attention Morianen sis dignissimus Episcopus hoc Sacel-
confirmation dans le témoignage de Cristoforo alors que Cristoforo Ciprico Agostino Giustinia lum proprio aere construi ussit23 auquel on ratta
Cip rico un frère mineur qui affirme en 1460 que ni et les sources antérieures qualifient le monu che les armoiries qui surmontent arc celles des
ment de sepolcro est dire de tombeau Giulio De Fornari azur trois chevrons de gueules24 la reine Capella Malori parte leva sepulcro
Pasqua déclare voir un deposito est-à-dire le marmoro fuit sepulta et dans celui Agostino ici tout est clair contrairement ce
Giustiniani annaliste et archevêque de Gênes qui sarcophage et non le monument tout entier Ceci affirment certains critiques pour qui inscrip
déclare en 1537 elle reposait dans la chapelle concorde parfaitement avec les témoignages pos tion centrale du dessin pose un problème une
la plus grande dans une sépulture de marbre térieurs ils soient de nature documentaire ou inscription figurant intérieur de arc qui est
située du côté gauche Une note ajoutée au XV iconographique commencer par celui de an destinée identifier les éléments en relief non
siècle dans le Liber anniversariorum de Castelletto naliste Agostino Schiaffino 1641 orné de représentés depositum cum statua decumbente
déjà cité précise par ailleurs que in choro le statues de marbre son sarcophage se trouve tou dicte Imperatricis Le depositum est-à-dire le sar
tombeau était placé prope altare maiusc La con jours en face de orgue qui situe les vestiges cophage et la statua decumbente savoir la statue
frontation de ces témoignages lève tout doute du monument dans le bras sud du transept pré de la souveraine on précisera plus loin la signifi
cisément en face de orgue comme le rapporte quant la concordance parfaite des termes cation de ce participe Quant la dernière infor
choeur et abside principale de église qui du un document de 1573 et les déclare constitués de mation fournie par le témoignage de Piaggio elle
reste est attestée par des chroniqueurs du début deux parties distinctes le sarcophage et les sta indique que les vestiges du tombeau étaient placés tues18 du XIVe siècle comme Albertino Mussato et Peter super capellam Francisci
de Zittau10 Le destin du monument royal se joue Sept ans plus tard Agostino Calcagnino four Nul doute que la consultation des sources entre 1582 date laquelle le visiteur apostolique nit autres informations de ancien tombeau il connues ne permet ici que de prendre connais du diocèse monseigneur Francesco Bossio or voit le souvenir sur autel de ce saint au-dessus sance de faits évidents il existait un tombeau donne des travaux de restauration et embellisse de la tribune du palais du duc de Tursi 19 autel par exemple conduisant des conclusions rele ment de cet espace dégradé et modeste en regard en question est autre que celui consacré saint vant de érudition pure elles apportent de la magnificence des chapelles de construction Fran ois qui était effectivement adossé cette aucune réponse au problème de fond qui est celui récente qui entourent et 1616 date la paroi Telle est au milieu du XVIIIe siècle la de la compréhension de la structure originelle du quelle Gerolamo Bordoni exécute une Vue de situation qui offre érudit Giacomo Giscardi monument de son articulation interne de sa Gènes représentant église et sa nouvelle abside celui-ci voit un tombeau orné de nombreuses relation espace environnant bref de son lan semi-circulaire qui se substitue ancienne de statues de marbre au-dessus de la chapelle dudit gage propre de sa signification dans évolution plan carré12 Envisagés dès 159613 ces travaux saint Fran ois et fournit des détails supplé des principes artistiques de Giovanni Pisano et de agrandissement sont exécutés grâce accord mentaires dans une autre de ses uvres Dans la son rôle dans le développement typologique signé en 1602 entre les religieux et Gio Andréa chapelle dédiée saint Fran ois sur le frontispice pour ne pas dire dans évolution du monu ler Doria prince de Melf 14 qui avait acquis pour se trouve le sarcophage de impératrice Margue ment funéraire médiéval de sa valeur absolue son ls Carlo premier duc de Tursi le magnifi rite épouse Henri VI morte Gênes laveille de et de sa valeur relative Parmi la multitude de que palais jouxtant église15 qui appartenait la Sainte Lucie en an 1311 qui porte inscrip documents relatifs aux objets rares sont ceux qui auparavant Nicolo Grimaldi tion suivante Margarita Henrici sexti Regis nous renseignent sur ce qui fait histoire de art
Entre 1602 et 1610 une intervention eut lieu Romanorum/üxor que obijt Genua anno Dni est-à-dire sur les objets eux-mêmes sur leurs
qui est pas sans évoquer celle laquelle fut 1311 20 Il ne faudrait pas conclure que cet im caractéristiques formelles Une entrée en matière
soumise la chaire sculptée par Giovanni dans la probable Henri VI constitue une erreur de aussi longue que la nôtre aurait pas de raison
cathédrale de Pisé entre décembre 1599 et mai lecture ou une négligence imputables Giscardi être si des documents nouveaux ne permettaient
1601 le tombeau de la reine est démonté dé car tel est bien le chiffre autres témoignages le de retrouver quelque chose de cette forme perdue
membré et partiellement remonté ailleurs16 La confirment qui figurait dans épigraphe er de montrer la véridicité et la crédibilité des témoi
raison de cette intervention est évidente il agit reur commise par celui qui avait dicté le texte gnages érudits de rappeler combien état de nos
avait pour origine le lapsus présent dans le docu agrandir la chapelle principale Mais ici connaissances est peu satisfaisant et combien les
rien indique que les travaux de démolition du ment digne de foi auquel il était reporté savoir conclusions que on tire de examen des maté
mur du fond de ancienne abside faisaient obsta les Annales genuenses de Giorgio Stella XIVe siè riaux connus demeurent provisoires notamment
cle au maintien du monument funéraire si celui-ci cle Henricus sextus cornes Lucemburgi Romano- dans les domaines de la typologie et de iconogra
était effectivement placé mi-hauteur contre la rum imperator iura preceptums imperii11 phie du monument sans oublier celui de icono
paroi gauche du ch ur instar de celui du logie la lumière de ces informations le moment cardinal Petroni uvre de Tino di Camaino Parmi ces matériaux connus et néanmoins semble venu de se reporter un dernier témoi comme cela été suggéré17 un maintien possible méconnus figure un dessin Ennio Poleggi gnage érudit celui des Epitaphia de Domenico condition toutefois que le tombeau ait occupé publia en 1968 et qui éveilla alors de la part des Piaggio de 1720 auquel il est reproché avoir la zone située immédiatement derrière le maître- historiens de art médiéval ni intérêt ni curiosi été surestimé par la critique avoir fourvoyé la autel en étant soit adossé la paroi soit isolé té25 recherche pendant des décennies et avoir en dégagé sur ses quatre côtés dans la partie gauche suite imposé pour remédier cette situation Il agit du projet que Poleggi attribue de cet espace des changements méthodologiques radicaux dans Taddeo Carlone joint accord passé le juillet
Quoi il en soit en 1610 érudit Giulio étude du monument funéraire de Marguerite de 1602 entre les religieux de Saint-Fran ois de Cas
telletto et Gio Andréa Ier Doria26 En échange de Pasqua ne le voit plus son emplacement initial Brabant22 En réalité Piaggio dessina un arc en
seul un déplacement peut rendre compte de la plein cintre dont le double rouleau portait épi autorisation utiliser certains murs mitoyens
contradiction apparente entre les sources des XVe graphe suivante Margherita Enrici Sexti Régis avec le palais pour agrandir le ch ur médiéval de
14 Clario Di Fabio Recherches sur Giovanni Pisano Gênes
église et le doter une abside semi-circulaire les
religieux accordaient au prince de Melf le droit
aménager une tribune dans une chapelle située
extrémité du transept sud jadis propriété de
la famille De Fornari et percer des fenêtres
de manière que son fils Carlo et les siens pussent
assister au service divin sans quitter leur palais
Gio Andréa Doria quant lui engageait faire
exécuter tous les travaux nécessaires que
espace nouvellement aménagé possédât unité de
composition et beauté architecturale Il rassem
bla con prospettiva conveniente ad instar situs
altemis capelle que est ut dicitur de reimpetto deux
chapelles préexistantes les chapelles Saint-Fran-
Assise et de la Création du monde 27 Les
De Fornari disposaient du droit accès ce nou
veau sanctuaire qui conservait les dotations et les
revenus attachés ancien mais était dédié saint
Fran ois
Le projet que nous avons mentionné plus haut Illustration non autorisée à la diffusion
se rapporte précisément cette chapelle celle
évoquaient toutes les sources erudites men
tionnées ici et date de époque même où
les sculptures dispersées du tombeau de Margue
rite de Brabant furent intégrées dans cette struc
ture
La forme de cet espace telle elle apparaît
sur le projet correspond parfaitement jusque
dans ses dimensions la représentation que four
nissent certaines planimetries de église de Cas
telletto28 effectuées aux XVII et XIXe siècles Cet
espace était situé dans le secteur qui fut démoli en
dernier lieu est-à-dire en 1821-1822 époque
ou une partie des nefs était abattue depuis près de
vingt ans et autre intégrée dans des immeubles Domenico Piaggio
habitation29 Fa ade de église
Saint-Fran ois de Que le projet attribué Taddeo Carlone ait été Castelletto Gênes dessin
réalisé entre 1602 et 1610 tel il avait été con encre et aquarelle
Gênes Civica Biblioteca est attesté par le fait que cette structure architec- Be tonique existe encore sinon en totalité du moins
en partie Sa découverte est une importance
extrême puisque la confrontation de sa forme et prête fort bien il présente maintes don teaux toscans élevaient sur de hautes plinthes
de ses dimensions avec celles du dessin fournit des nées précises quant sa mise en oeuvre et ses frappées aux armes des De Fornari deux colon
indications fort précieuses sur les détails qui sont dimensions exprimées en palmes génois 1p.g nes cannelées dont le sommet rejoignait deux
figurés et qui sont essentiels dans les descriptions 25 cm env. tant donné que toutes les mesures avancées de la corniche qui se prolongeait pour des érudits des XVIIe et XVII siècles Du reste il de cet édifice figurent sur le projet on peut les couronner les côtés de la chapelle chacun de est pas indifférent que cette découverte ait été calculer de manière assez précise en se reportant ceux-ci se composait de deux rangées superposées effectuée dans la villa Brignole-Sale de Voltri30 celles des éléments qui nous sont connus Pour ce de cannelures et de quatre registres de petites est-à-dire sur les lieux mêmes où en 1874 faire arc retrouvé Voltri constitue une véritable arcades encadrées par des pilastres et des plates- Santo Varn reconnut la main de Giovanni Pisano pierre de touche élément architectonique de base bandes moulures Les deux arcades inférieures dans le groupe de Elevatio animae de la reine31 un arc de triomphe conférait au projet une allure abritaient des fenêtres grillagées qui permettaient
est là dans le vaste parc de cette résidence classique et solennelle Rien évoquait le saint aux ducs de Tursi installés dans deux pièces de
suburbaine que furent transportés de très nom Assise dont autel occupait espace central en leur palais aménagées cet effet de suivre les
breux marbres statues et fragments architectu revanche tout concourait souligner sa fonction cérémonies religieuses les six autres étaient fer
res provenant de église en cours de démolition commemorative car il avait été con pour mées par une niche surmontée une coquille qui
des marbres que le marquis Antonio Brignole- répondre une exigence pratique le monument abritait un personnage sculpté debout Ces per Sale acquit par intermédaire un certain Anto était surtout destiné accueillir de manière adé sonnages étaient autres que les statues de mar nio Rossi qui était tout la fois son secrétaire et quate les disiecta membra du tombeau royal bre citées pour la première fois par Schiaffino en son fondé de pouvoir32 De part et autre de arcade la clef en forme 1614 que Giscardi put encore admirer un siècle
de modill aux écoin ons ornés de Victoires plus tard Cet arc qui encadrait de manière somp Procédons maintenant un examen détaillé
symétriques et aux pilastres surmontés de chapi- tueuse autel surmonté une pala de Camillo du projet de la chapelle Saint-Fran ois celui-ci
15 Di Fabio Recherches sur Giovanni Pisano Gênes Ciado
Illustration non autorisée à la diffusion
Giovanni Pisano Elevano
animae provenant du
tombeau de Marguerite de
Brabant marbre vue de
face Gênes museo di
Agostino
Illustration non autorisée à la diffusion
Giovanni Pisano Elevatio
animae provenant du
tombeau de Marguerite de
Brabant marbre vue de
dos Gênes museo di
Agostino
16 Ciano Di Fabio Recherches sur Giovanni Pisano Gênes
Plan de ensemble des
édifices avant leur
démolition début du XIXe
siècle Gênes église et
couvent Saint-Fran ois de
Castelletto Gênes musée de
Agostino Archivio
Topografico del Comune di
Genova
Illustration non autorisée à la diffusion
Domenico Piaggio
Esquisse une partie des
vestiges du tombeau de
Marguerite de Brabant
placés au-dessus de la
chapelle Saint-Fran ois
dessin encre et
aquarelle Gênes Civica
Biblioteca Be
Hauteur de arcade Procaccini33 est conserve en grande partie dans la 475 cm 19p.g. 420 cm env
villa Brignole-Sale de Veltri où il été remonté Largeur de arcade 2375 cm 95 p.g. 241 cm env
une manière peu conforme la disposition ini Largeur rotale
tiale et doté éléments en marbre neufs qui se arcade+plinches+niches 500 cm 20 p.g. 493 cm env
sont substitués ceux telles les plinthes frappées La hauteur des statuettes que le dessin per des armes des De Fornari que le nouvel agencement met de fixer 65 cm élève environ 85 cm de uvre rendaient inutilisables De la structure elle est calculée par rapport celle des originelle il reste les colonnes leurs chapiteaux et goujons 635 et 72 cm et des niches 115 cm leurs entablements arcade centrale avec sa clef en une différence acceptable compte tenu des di modill ses pilastres et ses écoin ons désormais mensions réduites de ces sculptures sur le dessin ornés non par des Victoires mais pour des raisons qui accentuent le caractère approximatif des cal
Illustration non autorisée à la diffusion de facilité exécution par des panoplies ainsi culs que deux niches Celles-ci ne sont plus situées sur On peut désormais affirmer que ce dont Tad- la face antérieure mais ont été remontées arrière WKif fffo aww deo Carlone supposer il agisse bien de lui de arc indice une recomposition des frag ciw Wiflt àù coiffa la structure architectonique que on vient ments disponibles effectuée sans la moindre pré nuiiinw éys wyul <- examiner et qui été retrouvée) était autre .a:ui(tWi lfxci tVLa /e csiyih occupation ordre philologique Les statuettes que le depositum cum statua decumbente. Impera- ont disparu malheureusement il ne reste que les tricis évoqué par Domenico Piaggio et que arc griffes métalliques qui les fixaient au marbre dessiné par ce dernier est la représentation synthé
Les mesures de ce monument sont les suivan tique et rapide du couronnement de la chapelle
tes dans la première colonne figurent celles du celui-ci se composait du sarcophage que surmon
dessin exprimées en centimètres et en palmes tait la statue de la reine placée dans un tympan-
dans la seconde celles de arc niche en courbe cycloïdale Di Fabio Recherches sur Giovanni Pisano Gênes Clario
Conservé la corniche inférieure arc tance prodigieuse qui sépare cette uvre de celles laisser enfermer dans une série typologique ou
retrouvé Voltri ne garde pas le souvenir de de ses élèves et de ses suiveurs Au reste en matière stylistique Plus les recherches progressent et plus
cet aménagement importance que revêt cette de reconstitution du tombeau génois ils nous cette oeuvre se présente comme un zmicum suscep
constatation au regard des objectifs de notre re interdisent adopter contrairement ce qui tible être reproduit en partie dans certains de
cherche tels ils ont été exposés plus haut ap été fait ici une démarche inspirée par un ses détails mais jamais dans son intégralité
souci de conformité typologique qui permettrait paraît clairement du tombeau voulu par Henri Avant entrer dans le vif du sujet il paraît
de conclure eu égard une série de répliques Vil et sculpté par Giovanni Pisano Saint-Fran opportun de répondre une question que la cri
ois de Castelletto on possède les représentations présumées plus ou moins variées et élaborées tique soigneusement évité de se poser ici
significatives relativement détaillées et mesura existence un prétendu archétype Le pro Pourquoi au début du XVIIe siècle une branche
bles de deux éléments essentiels Eléments atten blème se pose donc en ces termes plus notre cadette de la famille très ramifiée des Doria la
dus du point de vue fonctionnel et typologique connaissance du tombeau de la souveraine le branche des ducs de Tursi récemment issus de
seul monument funéraire ait réalisé Giovanni pour un monument funéraire le sarcophage et la aîné des princes de Melfî appropria-t-elle
statue de la défunte deviennent dans interpréta Pisano progresse moins celui-ci apparaît nombre de fragments parmi les plus significatifs
comme un archétype moins il accepte de se tion un génie novateur les témoins de la dis de la tombe royale démembrée et les réutilisa-t-
elle dans la chapelle-tribune Saint-Fran ois
Un document des archives Etat de Gênes
fournit plusieurs informations fort intéressantes
Il agit du testament olographe que fit Costanza
Doria Carretto entre 1658 et 166834 arrière pe
tite-fille de Gio Andréa Ier une Doria de la bran
che des princes de Melfî par conséquent elle
épousa un cousin au deuxième degré prénommé
lui aussi Giovanni Andréa qui portait les titres
de second duc de Tursi et de premier prince
Avella et était issu de la branche pour laquelle le
palais contigu église Saint-Fran ois de Castel
letto avait été acquis
Après avoir rappelé les améliorations elle
apportées au palais Costanza affirme avoir en
core édifié les deux chapelles qu elle fait orner
de statues de marbre elle prend toutes disposi
tions afin que ces embellissements restent soumis
au fîdéicommis institué par Gio Andréa Ier
prince de Meifi et que les deux chapelles demeu
rent perpétuellement avec lesdites statues dans
état où elle les laisser[a sa mort
Illustration non autorisée à la diffusion Ces deux brefs extraits du testament long et
détaillé de Costanza revêtent une importance
capitale situés évidence dans église de
Castelletto ces sanctuaires sont la chapelle Saint-
Fran ois déjà citée et la chapelle Saints-Jacques-
et-Philippe en 1593 Gio Battista et Gio
Stefano Doria avaient achetés avec le palais
Nicolo Grimaldi et qui passèrent trois ans plus
tard avec le palais Gio Andréa Ier puis aux ducs
de Tursi ses descendants de la branche cadette35
Des statues et des sculptures provenant du
tombeau de la reine Marguerite furent effective
ment remployés dans une des chapelles Mais
la lecture de ce document il convient de se de
mander si les lieux qui abritaient ces vestiges
vénérables étaient pas au nombre de deux et si
le second était pas la chapelle dédiée aux saints
Jacques et Philippe qui située extrême sud du
transept droit était presque contigue autre Un
espace tout désigné aux yeux des membres de la
famille Doria pour recevoir ces nobles reliques
puisque dans le mur sud ouvrait une porte qui
Plan de ensemble des édifices avant leur démolition début du XIXe siècle) détail du transept sud avec la chapelle faisait communiquer église et leur palais36
Saint-Fran Assise Gênes église ec couvent Saint-Fran ois de Castelletto Gênes musée de Agostino Archivio Cette hypothèse pourrait expliquer sans il Topografico del Comune di Genova la chapelle ois accès espace occupé par la famille Dona di Tursi soit nécessaire en appeler une quelconque pour assister aux offices la chapelle Saints-Jacques-et-Philippe le passage conduisant au palais Doria di Tursi
extension de la chapelle absidiale le ch ur ancien la chapelle de la Conception surmontée de orgue réserve du couvent 37 pour les marbres figurés
18 Clario Di Fabio Recherches sur Giovanni Pisano Gênes
tout au moins où avaient trouvé place les
sculptures qui existent encore alors que on
perdu toute trace de celles que Taddeo Carlone
dessina Le fait que les érudits aient jamais
signalé les premières et que les secondes aient été
citées plusieurs reprises est pas surprenant
puisque au nombre de celles-ci figuraient le cer
cueil et la statue decumbens est-à-dire les frag
ments qui évoquaient directement la reine venue
outre-monts une évocation qui devait autant
iconographie épigraphie
Cette appropriation privée un témoignage
eminent de la mémoire collective une ville ne
saurait être une simple affaire de goût ou intérêt
une dame de aristocratie pour les antiquités
sans doute convient-il voir le résultat une
attitude culturelle profondément ancrée dans la
mentalité aristocratique une volonté délibérée
de commémoration familiale En effet il ne faut
point oublier ce dont Costanza se garda que
depuis 1311 la gens de Auria entretenait des liens
particuliers avec le Alto Arrigo lors de entrée
Gênes du Rex Romanorum rappelle annaliste
Giorgio Stella38 les membres de cette famille le
re urent et débattirent avec lui des termes de Illustration non autorisée à la diffusion
accord destiné mettre fin aux querelles entre
factions les diverses branches de la maison Doria
dont les armoiries différaient alors enten
dirent pour adopter celles de empereur Une
manière de signifier la cohésion de la lignée et
de montrer empereur la dévotion elle
éprouvait et vouait sa majesté et pour que leurs
armoiries se distinguent de celles de Empire ils
donnèrent la couleur blanche une des moitiés
de la partie où campait aigle
Nul doute donc que Costanza ou un de ses
représentants se soit référé oeuvre de Stella au
moment de dicter épigraphe graver sur le rou
leau externe du tympan cintré qui coiffe la cha
pelle Saint-Fran ois ailleurs on déjà vu est
précisément Giorgio Stella auctoritas peu fiable
que revient erreur Henri de Luxembourg est
appelé sextus au lieu de septimus qui entache
inscription Cette erreur apporte la preuve de ce
que opération ne constituait pas une simple
recomposition de pièces sculptées des fins déco
ratives mais était le fruit une volonté et de
recherches Il est fort intéressant de examiner
la lumière des événements qui une époque
relativement proche de celle comprise entre 1602
et 1610 avaient infléchi le destin politique et Attribué Taddeo Carlone Projet pour la chapelle Saint-Fran Assise appartenant aux Doria ducs de Tursi
adossée au mur du fond du transept sud de église ois de Castelletto et ornée de sculptures institutionnel de la République de Gênes et influé provenant du tombeau de Marguerite de Brabant Gênes anciennement Archivio di Stato sur celui de la branche de la gens Doria qui des
cendait Andréa grand amiral de empereur
Examinons le sarcophage et la statue tels ils Charles Quint son ami et son hôte en 1530 lors plan montrent que celle-ci présentait un décro
sont représentés sur le dessin de 1602 Mais du second séjour du monarque Gênes39 Il est ché important par rapport au mur extérieur de
fort plausible nous semble-t-il en sauvant de abord agit-il un sarcophage proprement dit édifice40 La profondeur de élément architectu
ou de sa paroi antérieure Rigoureusement fron la dispersion et de la destruction les restes du ral qui surmonte arcade aurait donc été suffi
tale la représentation provenant des archives tombeau de épouse de empereur médiéval sante pour accueillir le sarcophage de marbre et
Costanza ait voulu commémorer le lien particulier Etat ne permet pas de trancher En revanche pas seulement sa paroi antérieure Pour instant
et ininterrompu qui unissait sa famille celle du certains plans de église conservées par le musée on en est réduit aux suppositions faute de don
souverain dont aigle ornait ses propres armoiries de Agostino Archives topographiques de la nées complémentaires Cette paroi antérieure me
ab antiquo Ville de Gênes qui représentent la chapelle en surait environ 2625 cm de long et 1035 cm de
19 Ciano Di Fabio Recherches sur Giovanni Pisano Gênes
Illustration non autorisée à la diffusion
Plan de ensemble des
édifices avant leur démolition
début du XIXe siècle) détail
du transept sud avec la chapelle
Sainr-Fran Assise Gênes
église et couvent Saint-Fran ois
de Castelletto Gênes museo di
Agostino Archivio
Topografico del Comune
di Genova
haut On distingue cinq figures féminines as sinon du style du moins de leur conception une représentation une cinquième Vertu Si pect juvénile aux attitudes variées dont la hauteur plastique où la puissance exclut pas la sensibili la première hypothèse ne rencontre aucun obsta correspond celle de la paroi Sans doute étaient- té La quatrième figure apparente ailleurs cle ordre iconologique puisque la reprise de elles sculptées en haut relief avec plusieurs parties une transposition en haut relief un motif dont effigie du défunt est pas étrangère la tradition
Giovanni donna une version en ronde bosse dans leurs en ronde mouvements bosse une paraissent technique libres adoptée et leur pour attitude que des tombeaux royaux ou pontificaux en Italie
la Vierge Enfant sculptée pour la lunette de la entre la fin du XIIe siècle et le milieu du suivant43 naturelle Très étudiées les positions de leurs porte Saint-Rainier de la cathédrale de Pisé au la seconde ne se heurte aucun interdit théologi membres sont régies tour tour par des lois hui conservée au musée de uvre de la que en effet dans la pensée thomiste par exem alternance de convergence et de divergence de cathédrale une uvre peine antérieure 131 ple la Charité est la première des vertus morales symétrie et de répétition des principes de com 312 aux statues génoises et dont la référence est dont existence est nécessaire celle des autres44 position appliqués librement sans rigueur exces elle aussi strictement impériale 41 Malgré la ce que confirme une épître de saint Paul maior sive diversité du thème la correspondance des postu autem horum est caritas lere pître aux Corin
res de chacune des deux représentations est remar Les quatre jeunes filles latérales sont absorbées thiens 13 Si absence des attributs habituels
quable et riche de sens sur le plan de la continuité par quelque activité symbolique en revanche
de est la pas royauté possible infirme de soutenir la première la seconde hypothèse avec des il celle qui est placée au centre est me semble-t-il et de la parenté conceptuelle et expressive
en train de montrer de confirmer ou de présenter échelle de la représentation graphique exé preuves plus concrètes
quelque chose ou un avec ses bras La tête cutée au XVIf siècle est malheureusement insuffi Au reste le thème des Vertus cardinales aurait penchée la première jeune fille tient les yeux sante pour que les détails iconographiques soient été retenu deux fois pour orner la tombe de Mar baissés vers la droite et porte sur sa hanche droite rendus avec précision Pour autant leurs gestes et guerite de Brabant et traité de manière allégorique un objet indéfini la deuxième qui la tête tour leurs attributs permettent identifier avec certi sous forme de sculptures statues et tombeau née vers la droite semble néanmoins regarder en tude les deux femmes placées droite de obser dont importance est grande pour des raisons face elle tandis que son bras droit disposé en vateur des allégories de la Justice et de la quoi formelles une telle symboliques insistance et emplacement pour oblique frôle index de la main gauche de la Tempérance Représentée tandis elle se regarde
femme placée au centre celle-ci tient la tête légè dans un miroir la première femme partir de la
rement inclinée vers le bas et contrairement aux gauche pourrait être une personnification de la cette Dès étude lors présume que on avoir accepte étayées les hypothèses par des argu que autres regarde droit devant elle La quatrième Prudence On peut en déduire que sa voisine
jeune fille tourne la tête dans sa direction et tient figure la Vertu cardinale qui manque appel ments faits établis fort objectifs certaines il données faut également la double tenir série pour de des deux mains un objet volumen ou livre sem de savoir affirmer la Force avec aucun certitude42 attribut ne permette Vertus cardinales par exemple qui première ble-t-il qui repose sur ses genoux Quant la
vue paraissent difficiles expliquer dans état dernière elle tient sa tête voilée tournée gauche Reste maintenant déterminer identité de la actuel de nos connaissances Pour autant il ne et verse dans un bassin le liquide contenu dans figure centrale qui se distingue par ses gestes am saurait être question avenir en faire procéder une cruche ples et empreints autorité bien entendu nous toute lecture iconologique En effet une méthode Précis et sensible le dessinateur maniérisre su sommes là dans le domaine des suppositions enquête correcte et objective part du principe restituer les attitudes des personnages les émo Pour notre part nous avan ons deux hypothèses que la théorie doit correspondre la réalité et non tions qui les habitent et même quelque chose il pourrait agir soit un portrait de la reine soit inverse ici iconologie du monument doit
20 Clario Di Fabio Recherches sur Giovanni Pisano Gênes
coïncider avec iconographie de chacune des par
ties figurées Si la reprise du thème des Vertus
peut apparaître comme une anomalie43 elle en
est une parmi autres dans ce tombeau peu
ordinaire et la méthode interprétation correcte
sera celle qui permettra de décoder et de compren
dre le sens de cette particularité
Revenons la composition qui est placée dans
la grande niche cintrée couronnant la fa ade de la
chapelle est elle qui suscite le plus grand intérêt
et donne lieu aux questions les plus stimulantes
Il ne agit point une suite images indépen
dantes mais une véritable scène riche de liens
dramatiques Le personnage principal en est la
reine représentée au moment suprême où elle
expire gisant terre en abandonnant elle
tourne son buste vers la droite tandis que ses Illustration non autorisée à la diffusion
jambes aux genoux fléchis sont orientées du côté
opposé elle incline son visage vers son épaule
droite tout en levant les yeux privés de force ses
bras ne la soutiennent plus gauche du specta
teur un personnage agenouillé vêtu une longue
robe et figuré de profil passé son bras sous celui
de la reine pour la retenir et apprête recueillir
sa tête sur sa poitrine Le bras droit de Marguerite
décrit une courbe alors que le dos de sa main
Vestiges de la chapelle repose sur le sol quant son bras gauche paral Saint-F ran Assise lèle son corps il est soutenu par un second autrefois en église personnage agenouillé et placé en retrait dont la Saint-Fran ois de
douleur exprime travers le geste impuissance Castelletto dans le
remontage partiel en arc que décrit son bras gauche Un putto nu se dirige
de triomphe effectué au vers la main du personnage éploré tandis un début du XIXe siècle pour second son jumeau figuré du côté opposé es orner le jardin de la villa
quisse un geste qui pourrait avoir été jadis celui vue de face
écarter un rideau La mort de la souveraine est Gênes-Voltri villa Galliera
pas un événement déchirant mais un abandon
épuisement un passage dans un autre monde figure rigide et allongée sur le dos la représenta Ces choix ne pouvaient présider la concep elle attend comme le montre le regard levé tion génoise est le théâtre un drame humain tion un autre monument funéraire pas même vers le ciel de la statue figurant sur le sarcophage merveilleusement mis en scène par un artiste ima- celle du grandiose tombeau avec autel que Tino et elle découvre enfin dans Elevatio destinée ginatifet non conformiste La statue élaborée par di Camaino réalisa pour empereur Henri VII49 au registre supérieur ses yeux sont sereins son Giovanni Pisano pour le monument funéraire de conformément la tradition celui-ci était figuré
visage rayonnant une beauté sublime la pro la consors karissima Henri Vil se distingue en en position allongée recumbens est-à-dire gi messe du salut est accomplie tous points de celles de la tradition funéraire sant sur un sarcophage placé intérieur une
Liens dramatiques disions-nous mais égale italienne ou européenne passée ou venir dans chambre funéraire dont les rideaux étaient ouverts
ment liens physiques qui unissent les protagonis la mesure où elle ne figure pas une fin mais une par deux anges Anna Rosa Masetti vient
tes et donnent tout son dynamisme la manière explicite qui ne peut laisser de doute un identifier avec une remarquable perspicacité
composition comme est toujours le cas en passage Une idée extrêmement novatrice alliée dans les deux statues réutilisées au sommet de la
somme dans le langage de Giovanni Pisano Ici une grande élévation esprit une prise de dis fa ade de la cathédrale de Pisé50 une découverte
la tension est comme apaisée Les lignes de la tance remarquable par rapport aux habitudes et qui remet en cause les hypothèses formulées jus
composition ne se heurtent point elles se fondent aux attentes de époque autant de choix dictés ici en matière de reconstitution de cette tombe
dans un rythme plus large que celui des uvres par le rang social élevé du commanditaire et par impériale
immédiatement antérieures aucun affronte la destination exceptionnelle du tombeau qui al Loin de constituer un obstacle le caractère
ment aucune violence mais un ondoiement de lait accueillir la dépouille une reine mais égale unicité de la tombe génoise atteste que image
membres ample rythmé et empreint de noblesse ment une femme aux vertus exemplaires une renvoyée par la représentation exécutée au XVIIe
Un climat en parfaite harmonie avec le sens ico- sanctissima imperatrix En effet comme Max Sei siècle est conforme oeuvre de Giovanni Pisa
noiogique de la scène Domenico Piaggio érudit del rappelé peu après la mort de la souveraine no la plupart des éléments connus du monument
du XVII siècle qui utilisé expression latine en avril 1313 une procédure de béatification fût sont placés sous le double sceau de la rareté et de
statua decumbens pour désigner effigie de la sou engagée par Porchette Spinola archevêque de originalité typologiques iconographiques et sty
veraine défunte aurait pu choisir terme plus Gênes et père franciscain qui sera ultérieurement listiques Rien est plus étonnant que le groupe
approprié le verbe decumbere le sens de al enseveli Saint-Fran ois de Castelletto non loin de YElevatio animae qui couronnait le monu
longer se mettre au lit tomber au sol 46 du monument funéraire dont le culte local voué ment aucune sculpture médiévale européenne ne
Loin de montrer un gisant47 est-à-dire une imperatrix avait rendu érection nécessaire48 fut moins copiée reproduite ou imitée
21