Éléments antiques situés sous le Palais Farnèse - article ; n°2 ; vol.89, pg 723-806
89 pages
Français
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Éléments antiques situés sous le Palais Farnèse - article ; n°2 ; vol.89, pg 723-806

-

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
89 pages
Français

Description

Mélanges de l'Ecole française de Rome. Antiquité - Année 1977 - Volume 89 - Numéro 2 - Pages 723-806
Henri Broise, Roger Hanoune, Patrice Pomey, Yvon Thébert et Jean-Paul Thuillier, ~~Éléments antiques situés sous le Palais Farnèse~~, p. 723-806. Cette partie du Champ de Mars reste mal connue : les fouilles entreprises récemment (1972-1975) sous le Palais Farnèse posent plus de questions qu'elles n'en résolvent. Elles ont cependant permis de reprendre l'étude des éléments rapidement décrits lors des recherches conduites au début du siècle et, surtout, de compléter notre information. Du cippe délimitant les rives du Tibre à un bâtiment probablement thermal, l'ensemble de cette zone était occupé par des monuments publics qui se répartissent essentiellement en trois phases : fin de la République-débuts de l'Empire, fin du Ier - début du IIe siècle et époque sévérienne. Deux mosaïques (scène d'acrobatie équestre et thiase marin) ornent encore ces vestiges. Une pièce à verser au dossier du secteur occidental du Champ de Mars.
84 pages
Source : Persée ; Ministère de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche, Direction de l’enseignement supérieur, Sous-direction des bibliothèques et de la documentation.

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 01 janvier 1977
Nombre de lectures 20
Langue Français
Poids de l'ouvrage 4 Mo

Exrait

Henri Broise
Roger Hanoune
Patrice Pomey
Yvon Thébert
Jean-Paul Thuillier
Éléments antiques situés sous le Palais Farnèse
In: Mélanges de l'Ecole française de Rome. Antiquité T. 89, N°2. 1977. pp. 723-806.
Résumé
Henri Broise, Roger Hanoune, Patrice Pomey, Yvon Thébert et Jean-Paul Thuillier, Éléments antiques situés sous le Palais
Farnèse, p. 723-806.
Cette partie du Champ de Mars reste mal connue : les fouilles entreprises récemment (1972-1975) sous le Palais Farnèse
posent plus de questions qu'elles n'en résolvent. Elles ont cependant permis de reprendre l'étude des éléments rapidement
décrits lors des recherches conduites au début du siècle et, surtout, de compléter notre information. Du cippe délimitant les rives
du Tibre à un bâtiment probablement thermal, l'ensemble de cette zone était occupé par des monuments publics qui se
répartissent essentiellement en trois phases : fin de la République-débuts de l'Empire, fin du Ier - début du IIe siècle et époque
sévérienne. Deux mosaïques (scène d'acrobatie équestre et thiase marin) ornent encore ces vestiges.
Une pièce à verser au dossier du secteur occidental du Champ de Mars.
Citer ce document / Cite this document :
Broise Henri, Hanoune Roger, Pomey Patrice, Thébert Yvon, Thuillier Jean-Paul. Éléments antiques situés sous le Palais
Farnèse. In: Mélanges de l'Ecole française de Rome. Antiquité T. 89, N°2. 1977. pp. 723-806.
doi : 10.3406/mefr.1977.1127
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/mefr_0223-5102_1977_num_89_2_1127HENRI BROISE, ROGER HANOUNE, PATRICE POMEY,
YVON THÉBERT ET JEAN-PAUL THUILLIER
ELEMENTS ANTIQUES
SITUÉS SOUS LE PALAIS FARNESE*
On doit à l'incident survenu à l'angle nord-ouest du Palais Farnese, qui,
lors de l'achèvement des parties hautes de l'édifice, présenta des signes de
faiblesse alarmants, deux témoignages sur l'existence de vestiges antiques
situés sous le Palais. Ce sont en effet la réutilisation par Antonio da Sangallo
d'une muraille antique et la présence ignorée d'un large égout allant du
Campo dei Fiori vers le Tibre qui auraient été, d'après Galasso Alghisi da
Carpi et Flaminio Vacca, auteurs contemporains de la construction du Palais,
à l'origine de l'incident1. Mais si ces éléments furent les seuls alors mentionn
és, en raison des conséquences de leur présence, il existait d'autres vestiges
antiques connus par les architectes de l'époque : une simple visite des sous-
sols permet encore aujourd'hui de voir plusieurs murs en élévation, souvent
réutilisés à dessein, ainsi que deux mosaïques conservées à leur emplace
ment d'origine2.
* Les chiffres et les lettres utilisés dans le texte sont portés sur les différents rele
vés; par commodité, le Nord conventionnel utilisé dans les descriptions correspond à
la façade principale du Palais Farnese regardant vers la place Farnese suivant le prin
cipe déjà adopté dans son rapport de fouille par F. de Navenne; les cotes altimétriques
portées sur les relevés ou mentionnées dans le texte sont celles de l'IGN : le centre de
la cour du Palais est à la cote 20,00 m.
Les photographies des figures 2, 3, 4, 5, 6, 9, 10, 11, 12, 13, 17, 18, 19, 20, 21, 23, 24,
25, 32, 33, 35, 36, 38, 39 et 40 sont dues à O. Savio, celles des figures 27, 28, 29, 30, 31 et
37 au Gabinetto Fotografico Nazionale. Le dessin de la mosaïque des voltigeurs
(fig. 26) est dû à U. Colalelli, celui de la mosaïque marine (fig. 34) à J. Gauthey, ceux du
matériel (fig. 41) à R. Guardi. Nous tenons également à remercier ici MM. C.Coen,
Architecte du Palais Farnese et J. Brosseron, alors Intendant des travaux du Palais, qui
nous ont apporté leur aide tout au long de la fouille.
1 Sur ces deux témoignages, cf. F. de Navenne, Rome, le Palais Farnese et les Far
nese, Paris, 1914 (désormais cité Navenne 1914), p. 10-11.
2 E. Le Blant, Note sur une mosaïque découverte au palais Farnese, dans MEFR, 6,
1886, p. 327-328 et pi. IX.
MEFRA 1977, 2. 48 H. BROISE - R. HANOUNE - P. POMEY - Y. THÉBERT - J.-P. THUILLIER 724
Des fouilles menées en 1893-1894, puis en 1903, à l'initiative de F. de
Navenne, révélèrent la présence de nombreuses autres constructions anti
ques enfouies sous le Palais. Ces vestiges furent le plus souvent remblayés et
n'étaient plus connus que par un rapport trop succinct. De nouvelles fouilles
furent entreprises en 1971, lorsque l'Ecole française de Rome, en accord
avec la Surintendance aux Antiquités de Rome, dut procéder à des recher
ches nécessitées par des travaux d'aménagement du Palais. Elles montrèrent
qu'il était encore possible de retrouver des traces importantes des monu
ments antiques de ce secteur. Il fut alors décidé de procéder à une prospect
ion plus systématique des sous-sols du Palais (1972-1975) : les résultats obte
nus ne sont qu'une étape, les installations actuelles rendant difficiles le déga
gement et l'étude des vestiges plus anciens; il est certain que l'extension des
fouilles, là où cela est encore possible, aboutira à de nouvelles découvertes.
I - Les fouilles de Navenne
Les principaux résultats des fouilles anciennes sont consignés dans un
ouvrage de F. de Navenne3.
En 1893, ce dernier, alors conseiller d'ambassade, prit l'initiative d'entr
eprendre des recherches dans les sous-sols du Palais Farnese et confia la
direction des travaux à M. G. Chédanne, pensionnaire de l'Académie de
France, assisté de M. Zampi, architecte du Palais.
Les premières explorations, qui durèrent jusqu'en mai 1894, intéressè
rent les caves situées du côté de la place Farnese et permirent de reconnaît
re les éléments suivants :
1) «... dans les caves, vers l'angle formé par la place Farnese et la via
de' Farnesi», des murs antiques conservés en élévation au-dessus du sol,
«murs sur lesquels reposaient directement ceux de San Gallo». D'après F. de
Navenne (ibid., p. 13) «ces murs formés de briques remontent au second siè
cle de notre ère ... ». Il s'agit vraisemblablement des murs de la pièce Κ (cf.
fig. I)·
2) Dans l'angle nord-est du Palais, à 5 m sous le niveau de la place Far
nese, «... deux murs antiques, larges de 0 m 60 et distants du mur de la
façade principale, le premier de six mètres et le deuxième de dix mètres, per-
3 Navenne 1914, p. 10-20 : l'absence de tout relevé est d'autant plus regrettable que
les servitudes actuelles du Palais ne permettent pas toujours d'effectuer les travaux
qui permettraient de retrouver les vestiges dégagés autrefois. I
:
:
ι
ι
I
U
A, π
mosaïque M
petite
Βι τ Β2
PLACE FARNESE ■ψ V GALERIE SUD
GEe COUR Illustration non autorisée à la diffusion
SALLE M
-V€ «*.■-.
liquc Sur hypocaust GALERIE NORD
PETITE COUR NORD
PLACE FARNESE
Ο 5
Fig. 1 - Sous-sol du Palais Farnese plan d'ensemble des vestiges antiques et emplacement des sondages!" (Les points IGN 34, 35, 36 et 37 correspondent au croisement de l'axe des galeries entourant la cour du Palais Farnese). Ech. 1 200. ANTIQUES SITUÉS SOUS LE PALAIS FARNESE 725 ÉLÉMENTS
pendiculaires l'un et l'autre à la façade donnant sur la via del Masche
rone ...» (ibid., p. 14).
Il s'agit vraisemblablement de la pièce A : le niveau indiqué se situe juste
en dessous du sol actuel de la pièce. Aucune précision n'est donnée sur le
type des murs.
3) Dans la galerie Nord : «... près de l'angle vers la via del Mascher
one, un mur de 0 m 60 centimètres d'épaisseur, construit en briques et per
pendiculaire au mur de la façade principale, au niveau de 5 mètres 13 sous
celui de la place». (Ibid., p. 14).
La localisation imprécise ne permet pas d'identifier ce mur.
4) «... à une profondeur de plusieurs mètres au-dessous du niveau
de la place . . . sous un pavage de petites briques à épines de l'époque impér
iale, de gros blocs de travertin superposés, sans ciment, et paraissant
remonter à une époque assez reculée de la période républicaine». (Ibid.,
p. 14).
Aucune localisation n'est précisée, mais l'on peut penser, d'après le
contexte, qu'il s'agit de la même zone que celle du mur précédent.
Les travaux, interrompus à la suite d'une crue du Tibre, ne reprirent
qu'en janvier 1903. L'exploration de la galerie nord fut poursuivie, puis les
fouilles portèrent sur les caves situées du côté de la via dei Farnesi et sur
celles donnant sur le jardin. Les éléments suivants furent alors dégagés :
5) Dans la galerie Nord, six autres murs «... orientés dans la même
direction». (Ibid., p. 14).
Il est vraisemblable que Navenne entend par là des murs perpendiculair
es à la façade principale comme l'était celui dégagé au cours de la campa
gne précédente (cf. supra, n° 3) ; aucune indication plus précise, tant sur leur
position que sur leurs caractéristiques, n'est donnée.
6) «... du côté de la via de' Farnesi, dans la première cave, à gauche
de l'escalier, ... à 1 mètre 15 sous le sol actuel, c'est-à-dire à neuf mètres au-
dessous du niveau de la place, le sol antique en tuf de 0 m 15 d'épaisseur,
trois marches de 0 m 30 de large et de 0 m 23 de haut». (Ibid., p. 15).
Il s'agit vraisemblablement de la pièce Ρ qui jouxte le seul escalier situé
dans l'aile donnant sur la via dei Farnesi.
7) «... dans les caves qui prennent jour sur le jardin, du côté de la via
de' Farnesi » :
a) à 7,01 m sous le niveau de la place Farnese et en trois points
«... espacés sur une longueur de quarante mètres ... les traces d'une voie
romaine antique, large de trois mètres 05 ... elle est presque parallèle à la
via Giulia et forme avec la façade latérale du palais un angle de 99 degrés ».
(Ibid., p. 15). H. BROISE - R. HANOUNE - P. POMEY - Y. THÉBERT - J.-P. THUILLIER 726
b) « Sur le côté nord-est de cette voie . . . des restes de maçonnerie
de tuf et briques (blocage) appartenant à une ancienne demeure, un mur de
0 m 88 d'épaisseur, mis à nu sur une longueur d'environ 15 mètres et sur
une hauteur de 1 mètre 50 à 2 mètres. A 5 mètres 23 en arrière, et parallèl
ement au précédent, il en fut trouvé un autre de 0 m 77 d'épaisseur sur une
longueur de 5 mètres. Entre les deux, un troisième de 0 m 50 d'épaisseur
sur 2 m 40 de longueur, avec la même direction.
Sur le premier mur, on nota en outre trois amorces de pilastres larges
de 1 mètre 04 à 1 mètre 07, d'une épaisseur de 0 m 74 écartés le premier et
le deuxième de 2 mètres 08, le second et le troisième de 3 mètres 12. On
découvrit derrière ce dernier une amorce de refend. Une semblable amorce
fut constatée sur le deuxième mur. Dans deux autres caves, on se heurta
encore à d'autres murs allant dans des directions différentes ... ». (Ibid.,
p. 15).
c) « Entre les deux premiers murs ... », à 8,25 m sous le niveau de la
place Farnese, «... un cippe en travertin de 1 m 00 χ 0.66 x 0.36 ... Il s'agit
d'un cippe délimitatif des rives du Tibre. L'opération fut ici précisée par
P. Servilius Isauricus et M. Valerius Messala, censeurs en l'année 700 de
Rome ou 54 avant J.-C. ... ». (Ibid., p. 15-16).
d) «... dans le jardin, vers l'angle formé par la via Giulia et la via
del Mascherone . . . restes de construction et de murs en blocage de 0 m 60
d'épaisseur». (Ibid., p. 16).
Alors que l'ensemble des fouilles fut remblayé, une fosse fut ménagée
autour du cippe afin de le laisser visible, in situ, dans la salle S.
C'est sur la base de ces indications fragmentaires que furent repris les
travaux destinés à préciser la nature de l'occupation antique de ces lieux.
II - Eléments antiques visibles en élévation (fig. 1)
Avant la reprise des fouilles, il fut procédé à une prospection systémati
que des sous-sols qui permit de repérer de nombreux éléments antiques visi
bles en élévation et de compléter ainsi les renseignements fournis par
Navenne. L'ensemble le plus cohérent se trouve dans les salles et la galerie
occidentales.
A) Salle M et annexes :
Cette salle d'environ 8 m sur 7 comporte l'ensemble de vestiges antiques
le plus homogène et le mieux conservé de tout le Palais. Outre l'importante
mosaïque qui occupe la plus grande partie du sol de cette pièce (cf. p. 773), ÉLÉMENTS ANTIQUES SITUÉS SOUS LE PALAIS FARNESE 727
la totalité du mur est et une grande partie du mur nord sont des parois anti
ques réutilisées; de plus la trace d'arrachement d'un autre mur est visible
dans la paroi ouest. Seul le mur sud est entièrement Farnese et dépourvu de
tout élément antérieur apparent.
Le mur est, a, long de 8,25 m, est constitué par une importante paroi
antique en opus tesîaceum qui fut remployée jusqu'au départ de la voûte Far
nese dont la retombée a été aménagée à ses dépens (cf. fig. 2).
Illustration non autorisée à la diffusion
Fig. 2 - Salle M, paroi a.
A son extrémité nord s'ouvrait une porte large de 1,48 m et haute de
2,06 m : les piédroits sont nettement visibles ainsi que la plate-bande de bri
ques et l'arc de décharge. Probablement lors de la construction du Palais, ou
peu après, cette porte fut condamnée et une cage d'escalier, conduisant de la
galerie Ouest à une citerne située sous la salle M, vint empiéter sur l'espace
même de la pièce et altérer l'angle nord-est de la mosaïque. A l'aplomb de
cette ancienne porte, une importante ouverture rectangulaire, trappe aménag
ée au travers de la voûte, permet de suivre la paroi antique sur près de 5 m
de hauteur (cf. fig. 3). 728 H. BROISE - R. HANOUNE - P. POMEY - Y. THÉBERT - J.-P. THUILLIER
Illustration non autorisée à la diffusion
Fig. 3 - Salle M, paroi a : la porte nord. Au premier plan, aménagement Farnese
lié à l'escalier conduisant à la citerne située sous la pièce M. ANTIQUES SITUÉS SOUS LE PALAIS FARNESE 729 ÉLÉMENTS
Le parement de a est en briques rouge pâle, longues de 17 à 20 ou de 26
à 28 cm, hautes de 3,5 à 4,5 cm et dont les joints de mortier, repassés au fer,
ont de 1,4 à 2 cm d'épaisseur - ce qui donne un module compris entre 27,5 et
30 cm. A 1,73 m du sol court une assise de bipedales rouges ou jaunes, hau
tes de 4 à 4,5 cm. Au-dessus de cette assise de réglage sont visibles deux al
ignements de trous de boulin. Plusieurs plaques d'un signinum épais de
3,5 cm attestent que le mur était entièrement enduit. Enfin, on notera que,
sous l'assise de bipedales, le parement a été grossièrement refait, à une épo
que qu'il n'est guère possible de préciser, sur une hauteur variant de 25 à
40 cm selon les endroits, au moyen de briques très variées irrégulièrement
assemblées.
Seul le parement occidental de a est visible, son autre face ayant été
noyée dans la maçonnerie de la galerie Ouest sauf au niveau de l'arc de
décharge surmontant la porte antique, ce qui permet de connaître l'épais
seur de la paroi qui est de 67,5 cm à cet endroit. De plus, le mur semble
réapparaître en coupe dans les piédroits de la porte qui fait communiquer la
pièce N, contigue, avec la galerie.
Le mur nord, b, long de 6,92 m, se subdivise en plusieurs secteurs en rai
son de remaniements qui en ont rompu l'homogénéité :
- secteur ouest : il est entièrement constitué, sur les 2,93 m de sa lon
gueur, par plusieurs éléments antiques, soit, d'Ouest en Est (fig. 4) :
- un mur bl, conservé sur 83 cm de longueur, qui fut entaillé à son
extrémité occidentale par la maçonnerie du mur de façade du Palais, du côté
de la via dei Farnesi, et le départ de la voûte,
- l'arrachement d'un mur perpendiculaire, c, large de 60 cm,
- un mur b2, conservé sur 1,50 m de longueur et large de 60 cm.
- secteur est : le mur b2 y a été arraché et remplacé par une maçonner
ie Farnese moins épaisse. Cette paroi légère soutient le couvrement d'un
passage joignant la pièce L à l'escalier d'accès de la citerne située sous la
salle M. Tout à fait à l'Est, près de la porte du mur a, on retrouve la trace de
l'arrachement d'une paroi antique qui n'est que le prolongement de b2 : ce
fragment a conservé sur sa face nord une plaque d'enduit épaisse d'1,5 cm.
L'escalier d'accès à la citerne située sous la salle M permet de suivre ce tron
çon de b2 qui fut en effet réutilisé comme mur de jcage contre lequel on pla
qua les marches Farnese4.
4 On suit b2 jusqu'au niveau de la troisième marche Farnese, c'est-à-dire jusqu'à la
cote - 145 par rapport au point IGN 35. Dans cette cage d'escalier comme au niveau de
l'arc de décharge de la porte antique, les deux murs a et b sont liés.