28 pages
Français

Émétine et quinine, une thérapie pour sauver Bellini en 1835 - article ; n°335 ; vol.90, pg 401-426

-

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Revue d'histoire de la pharmacie - Année 2002 - Volume 90 - Numéro 335 - Pages 401-426
À Paris alors qu'il connaît une célébrité européenne, la mort brutale de Vincenzo Bellini, jeune et de bonne santé, suscite une émotion très vive. Son autopsie confiée à A. Dalmas, révèle les signes cliniques et anatomiques d'une atteinte amibienne intestinale ainsi qu'un volumineux abcès au niveau du foie. Mis à l'écart dans une villa de Puteaux et privé de soins médicaux sérieux, le compositeur a connu une mort douloureuse par son isolement complet de sa famille et de ses amis. La mise en oeuvre d'un traitement médicamenteux approprié à base d'émétine et de quinine pouvait améliorer sensiblement son état, peut- être même aurait-il pu le sauver. La présence du médecin italien Montallegri qui n'était pas alors autorisé à exercer en France, interroge vivement la curiosité des historiens de la médecine sur les circonstances finales de cette affaire.
Emetine and quinine, a therapy to rescue Bellini in 1835.
At the moment when his operas got a european celebrity, Vincenzo Bellini born in 1801 rapidly died in September 1835 after a three weeks digestive illness, with mainly dysenteria. Young and healthy, this unexpected event questioned the authorities in Paris. The post mortem examination showed that the colonic mucosa was covered by numerous ulcers, and that a large abcess existed in the liver. All other parts of the body were absolutely sound.These results came out from the autopsy performed by Adolphe Dalmas (1799-1844), professor agrégé at the Faculty of medicine of Paris, formerly member of the special committee in charge of fighting the cholera in 1831 and 1832, who studied its medical aspects during the epidemic attack in Russia, Poland, Germany and Great Britain. With a wide knowledge in the field of the intestinal pathology, his conclusions established that the death came from an inflammation of the bowel, excluding clearly any touch of cholera or poisoning.
Nowadays, it is obvious that this dysenteria syndrom associated to such anatomic disorders would belong to the chronic amebic disease. Probably contaminated in 1828, Bellini developed a severe episod in 1830, necessitating a long rest during several months, spent at Moltrasio along the side of the Lake of Como. At that time, he composed La Sonnambula and Norma. In 1833 after staying in London from April to August, he came to Paris preparing a new work I Puritani (The Puritains). At summer time, he usually suffered slight recurring episods, that he treated by applying vesicatories. For frequent periods, he lived outside Paris in a villa standing along the Seine in Puteaux rented by his British friends the Levys. Early in September 1835, these symptoms came again and suddenly worsened with pain, fever and loss of rest at night. Deserted and lonely as the Levys often left the villa, his critical condition exhibiting tremendous sufferings led to death on the 23rd of September. During the final days,he was not granted any relevant medical support, except the poor cares given by the Italian physician Montallegri, not authorised at that time to practise in France. As emetine and quinine since 1822 were both available as pure alcaloids, produced by the pharmacist Joseph Pelletier, it is assumed that Bellini might have recover after an intensive treament inplementing these substances by oral, local and rectal routes (enemas and suppositories). At that time, apart from the academic teaching inherited from Broussais, the tropical practitioners currently used them in the treatment of dysenteria and tropical liver abcesses (Annesley, Segond and Dutroulau), as decocted ipeca roots and cinchona barks. Later on when the amebic disease has gained its proper nosography, the clinicians underlined the dangerous and unpredictable issues of the hyperacute hepatic syndromes, unexpected and occuring by apparently healthy individuals. By 1960, its treatment was stillobtained by the emetine derivatives.
26 pages
Source : Persée ; Ministère de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche, Direction de l’enseignement supérieur, Sous-direction des bibliothèques et de la documentation.

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 01 janvier 2002
Nombre de lectures 40
Langue Français
Poids de l'ouvrage 2 Mo

Francis Trépardoux
Émétine et quinine, une thérapie pour sauver Bellini en 1835
In: Revue d'histoire de la pharmacie, 90e année, N. 335, 2002. pp. 401-426.
Citer ce document / Cite this document :
Trépardoux Francis. Émétine et quinine, une thérapie pour sauver Bellini en 1835. In: Revue d'histoire de la pharmacie, 90e
année, N. 335, 2002. pp. 401-426.
doi : 10.3406/pharm.2002.5397
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/pharm_0035-2349_2002_num_90_335_5397Résumé
À Paris alors qu'il connaît une célébrité européenne, la mort brutale de Vincenzo Bellini, jeune et de
bonne santé, suscite une émotion très vive. Son autopsie confiée à A. Dalmas, révèle les signes
cliniques et anatomiques d'une atteinte amibienne intestinale ainsi qu'un volumineux abcès au niveau
du foie. Mis à l'écart dans une villa de Puteaux et privé de soins médicaux sérieux, le compositeur a
connu une mort douloureuse par son isolement complet de sa famille et de ses amis. La mise en
oeuvre d'un traitement médicamenteux approprié à base d'émétine et de quinine pouvait améliorer
sensiblement son état, peut- être même aurait-il pu le sauver. La présence du médecin italien
Montallegri qui n'était pas alors autorisé à exercer en France, interroge vivement la curiosité des
historiens de la médecine sur les circonstances finales de cette affaire.
Abstract
Emetine and quinine, a therapy to rescue Bellini in 1835.
At the moment when his operas got a european celebrity, Vincenzo Bellini born in 1801 rapidly died in
September 1835 after a three weeks digestive illness, with mainly dysenteria. Young and healthy, this
unexpected event questioned the authorities in Paris. The post mortem examination showed that the
colonic mucosa was covered by numerous ulcers, and that a large abcess existed in the liver. All other
parts of the body were absolutely sound.These results came out from the autopsy performed by
Adolphe Dalmas (1799-1844), professor agrégé at the Faculty of medicine of Paris, formerly member of
the special committee in charge of fighting the cholera in 1831 and 1832, who studied its medical
aspects during the epidemic attack in Russia, Poland, Germany and Great Britain. With a wide
knowledge in the field of the intestinal pathology, his conclusions established that the death came from
an inflammation of the bowel, excluding clearly any touch of cholera or poisoning.
Nowadays, it is obvious that this dysenteria syndrom associated to such anatomic disorders would
belong to the chronic amebic disease. Probably contaminated in 1828, Bellini developed a severe
episod in 1830, necessitating a long rest during several months, spent at Moltrasio along the side of the
Lake of Como. At that time, he composed La Sonnambula and Norma. In 1833 after staying in London
from April to August, he came to Paris preparing a new work I Puritani (The Puritains). At summer time,
he usually suffered slight recurring episods, that he treated by applying vesicatories. For frequent
periods, he lived outside Paris in a villa standing along the Seine in Puteaux rented by his British friends
the Levys. Early in September 1835, these symptoms came again and suddenly worsened with pain,
fever and loss of rest at night. Deserted and lonely as the Levys often left the villa, his critical condition
exhibiting tremendous sufferings led to death on the 23rd of September. During the final days,he was
not granted any relevant medical support, except the poor cares given by the Italian physician
Montallegri, not authorised at that time to practise in France. As emetine and quinine since 1822 were
both available as pure alcaloids, produced by the pharmacist Joseph Pelletier, it is assumed that Bellini
might have recover after an intensive treament inplementing these substances by oral, local and rectal
routes (enemas and suppositories). At that time, apart from the academic teaching inherited from
Broussais, the tropical practitioners currently used them in the treatment of dysenteria and tropical liver
abcesses (Annesley, Segond and Dutroulau), as decocted ipeca roots and cinchona barks. Later on
when the amebic disease has gained its proper nosography, the clinicians underlined the dangerous
and unpredictable issues of the hyperacute hepatic syndromes, unexpected and occuring by apparently
healthy individuals. By 1960, its treatment was stillobtained by the emetine derivatives.401
Émétine et quinine,
L
U
une thérapie pour sauver C
E
R
Bellini en 1835 N
E
par Francis Trépardoux *
Introduction et considérations pharmaceutiques sur la maladie d'un
artiste
Après 1815, la production de plusieurs alcaloïdes à l'état chimiquement pur
obtenus par des procédés d'extraction nouveaux dus aux travaux de Joseph
Pelletier, constitua une avancée historique dans le
domaine de la pharmacie et des médicaments.
Sa découverte de la quinine en 1820 fut l'immense
innovation que l'on sait. Celle de F émétine extraite
de la racine d'Ipéca, obtenue en 1817, le serait
tout autant à quelques différences pharmaceutiques
près qui longtemps laissèrent ce composé dépourvu
Racines d'ipéca originaires du Brésil XIXe siècle,
collections du musée de Matière médicale de la Faculté de pharmacie
de Paris, avec l'aimable autorisation du Pr Tillequin. On doit rappeler
que l'émétine, alcaloïde extrait de l'ipéca fut isolé par Joseph Pelletier
en 1817, expérimenté avec Magendie in vitro « par une série
d'expériences chimiques et physiologiques » et in vivo par Caventou
« qui en absorba impunément jusqu'à huit grains ». (Photo FT)
Communication présentée au 35e Congrès international d'histoire de la pharmacie, à Luceme (septembre 2001)
* 9 me des Gate-Ceps, 92210 Saint-Cloud
REVUE D'HISTOIRE DE LA PHARMACIE, L, N° 335, 3e TRIM. 2002, 401-426. 402 REVUE D'HISTOIRE DE LA PHARMACIE
de la valeur thérapeutique essentielle qu'on lui connut tardivement dans le
traitement de la maladie amibienne. Illustrant les errances de la pensée
médicale en matière de prescription médicamenteuse, la racine d'Ipéca,
introduite en France par le médecin Helvétius vers 1680 pour traiter les diar
rhées, perdit ensuite cette vertu pour devenir un agent vomitif et expector
ant. Jusqu'au milieu du XIXe siècle en Europe, son usage dans le traitement
de la dysenterie n'apparaissait pas présenter un réel intérêt, ne suscitant pas
de la part des soignants le besoin d'un élargissement de ses propriétés phar
macologiques par des investigations expérimentales in vitro et in vivo, ainsi
qu'en clinique.
Pourtant les innovations scientifiques majeures accomplies par Pelletier
furent l'objet à Paris de toute la curiosité de l'éminent physiologiste
Magendie qui entreprit d'expérimenter ces substances d'abord chez l'animal
puis chez l'homme. Les rangs les plus élevés de la Faculté de médecine de
Paris s'intéressaient peu à la thérapeutique médicamenteuse, négligeant d'en
valoriser objectivement les progrès, d'en faciliter l'enrichissement scienti
fique. Depuis trente années, les théories de Broussais interdisaient toute
ouverture vers une diversification conceptuelle nouvelle, réduisant dans le
domaine anti-infectieux son champ de vue à la seule méthode anti-phlogis-
tique des saignées, des sangsues et des vésicatoires. En 1832, le passage du
choléra abandonna une fois de plus les médecins aux remèdes empiriques.
Dans cette perspective, nous analyserons les
circonstances particulières qui provoquèrent la
mort prématurée du compositeur sicilien
Vincenzo BelUni au mois de septembre 1835,
alors qu41 s'était fixé à Paris depuis deux
années. Âgé de trente-trois ans, il connaissait
une célébrité européenne acquise par les suc
cès de ses opéras qu'il composait dans un style
personnel marqué par l'expression dramatique,
lyrique et poétique des sentiments et des situa
tions. Servi par des interprètes aux noms deve
nus légendaires, il s'affirmait, depuis la créa
tion à Milan en 1827 de // Pirata, comme pos
sédant une ligne esthétique nouvelle capable
d'échapper aux modèles convenus. Sa richesse
mélodique semblait inépuisable, dominant
sans artifice et sans complaisance l'ensemble
lithographie Vincenzo de Bellini Mien (1801-1835),imprimée à Paris ^^ ^e ses ^ vastes y bénéfidait compositions. en j^ La à Londres faveur du ^
(Cliché Ville de Paris) à Paris pouvait le combler de satisfaction. ÉMÉTINE ET QUININE 403
Puteaux, département des Hauts-de-Seine : vue du Quai National - rampe de Neuilly ici en janvier
1910. À droite se tient la villa Le Gigan où mourut Bellini le 23 septembre 1835, occupant une
chambre située à l'angle gauche du second étage. En contiguïté s'étendait un vaste terrain arboré clos
de murs. À l'exception de la bâtisse carrée figurant au centre de la photo, ce secteur était alors vide
d'habitations. En raison de la proximité de la Seine, des marécages existaient alentour. Une plaque
commemorative fut apposée sur sa façade en 1926 avant sa destruction en 1958. (Coll. de l'auteur)
Rapidement lassé par la vie quotidienne bruyante des quartiers des boule
vards où il devait résider, logé un peu à l'étroit, Bellini accepta l'hospitalité
d'un Anglais dans une villa de location située à Puteaux sur le bord de la
Seine. Dès le mois d'avril 1834, nous savons qu'il y séjournait probablement
séduit par l'aspect à la fois rural et aristocratique des environs de Paris. Ici,
la Seine était semée d'îlots verdoyants, bordée sur sa rive opposée par les
frondaisons épaisses du Bois de Boulogne embrassant le domaine de
Bagatelle, peu éloignée du château de Neuilly où séjournait la famille royale
d'Orléans. De nos jours, le mémorial existant se place tout près du pont de
Neuilly *, point de passage fréquenté des environs de Paris sur la route de
l'ouest en direction de Saint-Germain-en-Laye. Cette maison, située quai
Royal - rampe de Neuilly 19 bis, était louée par Samuel Levys, citoyen br
itannique et ami du compositeur depuis son passage à Londres l'année précé
dente. Les relations durables de sympathie existant entre eux ainsi qu'avec 404 REVUE D'HISTOIRE DE LA PHARMACIE
madame Levys dont le lien marital ne semblait pas absolument avéré selon
les dires de son entourage, ont souvent interrogé ses biographes. Homme
d'affaire, financier, qui est Levys ? Aucune réponse ne peut être donnée avec
certitude, sachant que la qualité de consul de Grande-Bretagne, dont on l'a
parfois gratifié, n'a pas été vérifiée. Cependant la question d'un mariage et
des projets que Bellini exprimait nettement à cet endroit, pouvaient indiquer
qu'il souhaitait alors conformer son cadre de vie aux usages prévalant dans
l'ordre social du temps, et aussi y trouver une assise matérielle normalement
satisfaisante aux besoins de sa carrière.
La gravitation capricieuse du monde parisien risquait de le déposséder de
son propre jugement sur ses affaires alors qu'il était recherché par la meil
leure société. Gardait-il dans sa conduite une part de naïveté juvénile, de
cette vivacité ardente et poétisée dont il parait volontiers ses héros de façon
incomparable ? Agrégé au cercle de la compagnie animée et sélecte du
couple Belgiojoso, les sorties champêtres et les parties de billard alternaient
avec les soirées musicales aux bords de la Seine à Port-Marly. Collègues et
amis, Liszt et Chopin, les peintres Delacroix et Scheffer, des gens de lettres
Heine, Michelet, Dumas, Hugo, Musset et Sand y conversaient avec gaieté
comme dans leurs réunions parisiennes avec les politiques libéraux Thiers et
Guizot. La belle Milanaise exilée, Cristina Trivulzio 2, cristallisait autour de
ses salons une élite éclectique au sein de laquelle le monde médical était éga
lement présent. Paris accueillait sur sa terre bon nombre d'Italiens opposés à
l'hégémonie autrichienne, refusant le martyr de Silvio Pellico.
Les charmes des bords de la Seine pouvaient-ils à ce point repousser dans
l'indifférence le panorama lumineux du lac de Côme, ses flancs monta
gneux, ses eaux profondes et ses jardins odorants. Vincenzo Bellini n'y son
geait plus, tout occupé à son travail. La création de / Puritani amenait un
complet succès. Déjà décoré de l'Ordre de François 1er de Naples, le gou
vernement français, en février 1835, le nomma chevalier dans l'ordre royal
de la Légion d'honneur. Ainsi, dans l'élite musicale parisienne, il prenait
rang à l'égal de Rossini, de Auber et de Meyerbeer. Les roses refleurissaient
à Puteaux lorsque les mêmes malaises intestinaux que ceux qu'il avait
connus l'année passée, récidivèrent. Durant l'année 1830, après avoir été
sollicité avec empressement par les dirigeants des théâtres de Venise et de
Milan, il avait souffert de divers troubles de santé dus pour partie à cette
période de surmenage durant laquelle il travaillait sans relâche en vue de
satisfaire leurs commandes d' uvres nouvelles, / Capuleti, le projet à demi
réalisé de Ernani, La Sonnambula, et plus tard Norma. Après la fatigue due
à l'effet d'un refroidissement, survinrent des troubles digestifs importants,
inflammation dit-on, ainsi qu'une atteinte hépatique qui nécessitèrent des EMETTNE ET QUININE 405
Vue du Théâtre Royal Italien de Paris vers
1825, date à laquelle cette compagnie
occupait la salle Favart édifiée en 1784.
Bordée sur son côté droit par la rue Favart, la
pharmacie de Joseph Bonnevin s'ouvrait au
numéro 8, à l'angle sur la place des Italiens,
comme nous pouvons le voir nettement au
fond de l'image. Ce bâtiment disparut dans
l'incendie de la nuit du 15 janvier 1838 au
cours duquel périt Carlo Severini. Les tarifs
des places de cette salle étaient les plus
élevés de Paris. De 1833 à 1835, on y joua
en continuité // Pirata, La Straniera,
I Capuleti e i Montecchi, La Sonnambula,
I Puritani et enfin Norma créé le 2 décembre
1835 après la mort du compositeur.
(Cliché Ville de Paris)
soins médicaux prolongés, des saignées et la mise en uvre d'émetique. Sa
convalescence fut longue jusqu'à la fin de 1830 lorsqu'il était l'hôte d'amis
généreux et dévoués, attentifs à ses soins, à ses désirs poétiques, dans la dou
ceur apaisante de leur villa de Moltrasio sur les rives boisées du lac de
Côme.
Poussé vers la mort en l'absence de soins médicaux : analyse historique
Le destin de l'illustre maestro allait se jouer en l'espace de trois semaines
dans l'indifférence de ceux qui le côtoyaient, attitude peu explicable à laquelle
il convient d'ajouter la propre inertie de l'intéressé, ces deux aspects de sa
situation semblant agir en synergie pour le conduire vers une issue fatale.
Chronologiquement, on pouvait observer que le 18 août il était l'invité de la
famille Zimmermann, et qu'il composait pour son hôte un canon à quatre
voix. C'était sa dernière production musicale 3. Peu après, dans sa lettre datée
du 4 septembre 1835, destinée à son ami napolitain, Francesco Florimo, il
indiquait avec précision qu'il était depuis trois jours légèrement incommodé
par une diarrhée : « mais cela va mieux et je pense que cela se termine, écri
vait-il ; cependant, ajoutait-il, je ressens encore un léger mal de tête. » Dans
un domaine aussi personnel, il s'agissait bien d'un propos confidentiel et su
ffisamment révélateur d'un sentiment d'inquiétude sur son avenir. Pourtant il
ne parlait pas de traitement ni de la présence d'un médecin. Ceci pouvait sur
prendre lorsque l'on sait qu'en choisissant de résider dans le village de
Puteaux, dépourvu de médecin et de pharmacien, il se privait d'emblée de 406 REVUE D'HISTOIRE DE LA PHARMACIE
toute ressource sanitaire. L'attitude la plus naturellement responsable n'aur
ait-elle pas été de convoquer un praticien suffisamment qualifié, ou bien de
faire le court déplacement jusqu'à Paris pour obtenir un avis sérieux ? Cette
carence et ce vide médical autorisaient les Levys à accréditer de fausses pré
somptions de choléra, éventualité qui pouvait être aisément écartée par un
professionnel avisé en raison de la survie du patient après plusieurs semaines
de symptômes digestifs persistants.
Durant les mois de l'été 1835, on devait noter qu'au voisinage de la
Méditerranée, la résurgence du choléra y était patente, sévissant avec
vigueur à Marseille où l'on comptait 100 à 200 décès par jour en juillet, jus
tifiant de la part du gouvernement le déplacement de médecins éminents, au
premier rang desquels se trouvait le baron Larrey. L'épidémie gagnait Arles
et Avignon. Cette crise devait se prolonger jusqu'en octobre 4. Dans les
esprits partout en Europe, l'épidémie fulgurante de 1832 laissait l'empreinte
d'une psychose obsédante, en particulier à Paris où elle avait tué plus de
vingt mille personnes en l'espace de deux mois. De la même façon, en péri
phérie dans le village de Puteaux, elle tuait plus de cent personnes, forte
proportion au regard du faible total de sa population, à l'instar de ses voi
sines, les communes de Neuilly et de Suresnes dont l'eau des puits pouvait
être contaminée.
D'après le témoignage du baron Aymé d' Aquino, les Levys organisèrent
la réclusion de Bellini en interdisant l'accès des visiteurs qui souhaitaient
le voir et prendre des nouvelles de sa santé. Ce jeune homme, membre
d'une famille de diplomates du royaume de Naples, l'a rapporté dans les
termes suivants : le 1 1 septembre, il se rendait sur place et visitait le mala
de qu'il trouvait alité avec une dysenterie légère, disait-il. Il ne souhaitait
pas retourner à Paris. L'énigmatique madame Levys était présente ; elle fai
sait des reproches incisifs à Bellini, comme à un enfant, l'enjoignant de
garder un complet repos, sans recevoir aucune visite. Troublé par cette
entrevue insolite, d'Aquino en rendit compte à son oncle, le compositeur
Carafa 5. Le jour suivant, le 12, d'Aquino revint et se heurta au jardinier
Hubert qui lui interdit d'entrer. Le 14 septembre, Carafa en personne se ren
dait à la villa de Puteaux et y trouvait Bellini alité. D'Aquino, se rendant à
Rueil le 23 septembre, y faisait un arrêt : le jardinier lui interdit d'entrer.
Revenant à cheval en direction de Paris vers cinq heures du soir, il se pré
sentait de nouveau devant la villa, la grille était ouverte ; l'intérieur de la
maison était silencieux et désert ; au second étage, Bellini était étendu sur
son lit ; il était mort. Lorsque le jardinier reparut tenant des cierges à la
main, il déclara que les Levys étaient à Paris. Ainsi, Bellini décéda sans
avoir reçu un secours médical digne de ce nom, sans avoir reçu la consolat
ion d'un proche. ÉMÉTINE ET QUININE 407
En fait de traitement médical, il fut soumis au bon vouloir d'un praticien
délégué auprès de lui dès le 11 septembre par Cristina Belgiojoso : il s'agis
sait de Luigi Montallegri, patriote italien exilé. Originaire de Forli et âgé de
plus de cinquante ans, il aurait servi comme médecin dans les armées de
Napoléon Ier, ce qui put justifier sa nomination dans l'Ordre de la Légion
d'honneur. Le grade de médecin qu'il aurait obtenu dès 1802 si l'on en juge
par les annuaires officiels, lui fut reconnu par la Faculté de Paris en 1839 pour
l'autoriser à pratiquer son art dans la capitale 6. Ainsi, à la date où il intervint
auprès de Bellini, il agissait alors de façon quasi clandestine, en marge des
règles officielles dans un contexte qui ressortissait pleinement à l'exercice
illégal de la médecine. Cet aspect peu connu dans cette affaire a pu y jouer
toutefois un rôle notable, venant expliquer la persistance de l'isolement du
maestro à Puteaux dès lors que sa maladie s'était confirmée, s' aggravant de
façon soudaine. Cependant, deux médecins d'origine italienne, bien connus
de Bellini, exerçaient à Paris, le premier Jean-Laurent Fossati, qui était le
médecin attaché au Théâtre-Italien 7, phrénologue et ami de Rasori.
Le second était Salvatore Furnari, Sicilien de Païenne, remarqué par diffé
rents travaux en ophtalmologie, autorisé à exercer à Paris en 1834 8. Ils ne
furent pas convoqués à Puteaux, ni à titre amical, ni à titre professionnel pour
apporter un soutien à leur compatriote.
La faible participation de Montallegri auprès de Bellini en terme de com
pétence a toutefois revêtu une importance primordiale pour comprendre les
causes organiques de la mort du compositeur. En effet, comme cela sera
connu de façon plus tardive, Montallegri, durant cette brève période, gardait
un contact rapproché avec Severini, l'informant de l'évolution de la santé du
maestro par des billets manuscrits qu'il lui faisait porter à son bureau du
Théâtre-Italien. Cette liaison directe avec Severini est venue poser une nou
velle question, celle de savoir pourquoi le directeur de ce théâtre, disposant
des services d'un médecin attitré en la personne de Fossati, ne le requit pas
pour visiter Bellini à Puteaux : Fossati serait-il à ce moment-là absent de
Paris?
Cinq de ces billets sont conservés au Musée Bellini de Catane. Le premier,
daté du 20 septembre, indiquait que l'état du malade demeurait alarmant,
avec des troubles nocturnes importants et l'émission de dianhées muco-san-
glantes. La mise en place de vésicatoires devait apporter une amélioration,
disait-il. Le 21, il estimait que son état était meilleur et que la sudation pro
voquée par les vésicatoires devenait salutaire. Le 22, il observait que les diar
rhées étaient moins fréquentes, moins liquides. Le 23 au matin, l'état de
Bellini était critique ; il avait passé une nuit extrêmement agitée en raison du
manque d'effet de la sudation, disait-il, et ceci contrairement à ce qui avait
été observé les jours précédents 9. REVUE D'HISTOIRE DE LA PHARMACIE 408
VESICATOIRES
La plaie superficielle amenant une suppuration prolongée, est formée par l'application d'un agent
vesicant sur le bras, la nuque ou l'abdomen. Un emplâtre vésicatoire est étendu sur un sparadrap ou
des taffetas, de surface variable comprise entre 10 cm2 et 30 cm2 environ. Le plus souvent c'est la
poudre de Cantharide qui était utilisée.
MOUCHES DE MILAN -Epispastico dolce
formule très connue durant le 19e siècle, inscrite au Codex français de 1937.
Résine 125g. Styrax 125g.
Cire jaune 150g. Camphre 150g. Cantharides en poudre 250g.
Après 1830, on relève de nombreuses annonces publicitaires vantant les vertus de diverses marques
de vésicatoires ainsi que leur facilité d'application et d'entretien. En effet, la suppuration séreuse
ainsi provoquée présentait un risque de surinfection locale ainsi qu'un risque de fermentation
délétère. Deux annonces de cette époque parues dans la presse quotidienne de Paris et de province,
nous montrent l'enjeu commercial lié à ce type de produit dont l'emploi en automédication semblait
très commun en vue d'obtenir la résolution de douleurs, ou de divas syndromes inflammatoires.
ON ENTRETIENT LES VESICATOIRES-CAUTERES-LEPERDRIEL
Il a été reconnu que les taffetas rafraîchissants de VÉSICATOIRES
Leperdriel, sont les seuls moyens qui doivent être d'une manière régulière et sans odeur, employés aujourd'hui pour entretenir avec propreté avec le Papier épispastique de Faure, et sans démangeaison, les Vésicatoires et les pharmacien, rue du Four-Saint- Germain Cautères. Ils ne se trouvent qu'à la pharmacie
37 à Paris. Dépôts dans toutes les villes Leperdriel, faubourg Montmartre n°78, près la rue
de France chez MM. les pharmaciens. Coquenard. Prix :lfr. et 2 fr. ; nouveaux serre-bras
élastique 4fr.
L 'Echo de la Creuse - Guéret 1843. La Quotidienne de Paris. 1832
Dans le cas de BelUni, il serait naturel de penser que Montallegri se fournissait en vésicatoires
auprès de Joseph Bonnevin, pharmacien établi rue Favart 8, avec lequel il paraissait être en liens
de connaissance et de confiance. C'est à lui que Montallegri adressa en urgence son dernier
message annonçant, le 23 septembre 1835, l'extrême gravité de l'état du maestro alors que la pose
de vésicatoires n'avait fait qu'accentuer sa détresse et provoquer de fortes convulsions. Leur
action corrosive pouvait provoquer la perforation d'un abcès hépatique, ainsi notée par
Desgenettes.