Epidémiologie de la néphropathie lupique : étude d

Epidémiologie de la néphropathie lupique : étude d'incidence ...

-

Documents
44 pages
Lire
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Description

Epidémiologie de la néphr opathie lupique :
étude d’incidence et suivi à 2 ans
Etude : L.U.N.E.
Coordonnateur : Pr Phil ippe RIEU
Service de Néphrol ogie
Centre H ospitalier Universitaire de Reims
CNRS UMR 6198
51 rue Cognacq Jay
51095 Rei ms Cedex
Té l : 03 26 78 76 38
Fax : 03 26 78 37 76
e-mail : prieu@chu- reims.fr
Comité scientifiq ue : Pr Zah ir Amoura (Médecine Interne)
Pr Patrice Callard (Patholog ie)
Pr Lauren t Dan iel (Patho logie)
Pr Isabel le Durand-Za leski (Epidémio logie)
Pr Bruno Fautrel (Rhumatolog ie)
Dr Jamila Fi lipecki (Laborato ire ROCHE)
Dr Jacques-Eric Got tenber g (Rhumatolo gie)
Pr Er ic Hachul la (Médeci ne Interne)
Pr Phi lippe Lesavre (Néphro logie)
Pr Patrick Niaudet (Pédiatrie Néphrolog ie)
Dr Helen Phill ips (Laboratoire VIFOR-AS PREVA)
Pr Jean-Charles Piette (Médecine In terne)
Pr Phi lippe Ravaud (Epidémiologie)
Pr Phi lippe Rieu (Néphro logie)
Pr Jean Sibi lia (Rhumatolo gie)
Promoteur : Association LUNE
Méthodologie et statistique : Pr Phil ippe RAVAUD et Dr Stéphane BAHRAMI
Département d’E pidémiologie, de Bi ostat istique et de
Recherche Clini que
Un ité de Recherche Clini que Paris Nord
INSERM U738
Hô pital Bichat
46 rue Henri H uchard
75018 PARIS
Té l : 01 40 25 79 31
Fax : 01 40 25 67 73
e-mail : philippe.r avaud@bch.aphp.fr
SOMMAIRE
version n°9 du dd/02/ yyyy 1/44 1 Contexte d e la recherche . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 6
1.1 Contexte scient ifique ..................................... ...

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de visites sur la page 179
Langue Français
Signaler un problème
Epidémiologie de la néphropathie lupique : étude d’incidence et suivi à 2 ans
Coordonnateur :
Comité scientifique :
Promoteur : Méthodologie et statistique :
version n°9 du dd/02/yyyy
Etude : L.U.N.E.
Pr Philippe RIEU Service de Néphrologie Centre Hospitalier Universitaire de Reims CNRS UMR 6198 51 rue Cognacq Jay 51095 Reims Cedex Tél : 03 26 78 76 38 Fax : 03 26 78 37 76 e-mail : prieu@chu-reims.fr Pr Zahir Amoura (Médecine Interne) Pr Patrice Callard (Pathologie) Pr Laurent Daniel (Pathologie) Pr Isabelle Durand-Zaleski (Epidémiologie) Pr Bruno Fautrel (Rhumatologie) Dr Jamila Filipecki (Laboratoire ROCHE) Dr Jacques-Eric Gotenberg (Rhumatologie) Pr Eric Hachulla (Médecine Interne) Pr Philippe Lesavre (Néphrologie) Pr Patrick Niaudet (Pédiatrie Néphrologie) Dr Helen Phillips (Laboratoire VIFOR-ASPREVA) Pr Jean-Charles Piette (Médecine Interne) Pr Philippe Ravaud (Epidémiologie) Pr Philippe Rieu (Néphrologie) Pr Jean Sibilia (Rhumatologie) Association LUNE Pr Philippe RAVAUD et Dr Stéphane BAHRAMI Département d’Epidémiologie, de Biostatistique et de Recherche Clinique Unité de Recherche Clinique Paris Nord INSERM U738 Hôpital Bichat 46 rue Henri Huchard 75018 PARIS Tél : 01 40 25 79 31 Fax : 01 40 25 67 73 e-mail : philippe.ravaud@bch.aphp.fr SOMMAIRE
1/44
 1 Contexte de la recherche                             ................      ................ 6  1.1 Contexte scientifique  ......................................................................................  .6
 1.2 Contexte national et faisabilité du proje t. ........................................................ 8
 2 Objectifs de la recherche  ............................... .9  2.1 Objectif principal  ........................................................................................... .9
 2.2 Objectifs secondaires  ..................................................................................... 9
 2.3 Etudes ancillaire s. ........................................................................................... 9
 3 Population et Méthodes . ....                                 ........................... 10   3.1 Type détude  ................................................................................................. 1  0
 3.2 Population à létude  ..................................................................................... .10
 3.3 Identification des malades  ........................................................................... .. 10
3.4 Critères d’inclusion et de non-inclusion des malades ...............................                                  .....  1 1
 3.5 Durée de suivi  .............................................................................................. .12
 3.6 Capture-recapture  ........................................................................................ .12
 3.7 Détermination du dénominateur pour létude dincidence . ...........................  12  
 3.8 Justification de leffectif .                                                       ......................................................  ..             ........    .    ............. 1 3 
 3.9 Analyse statistique . ....................................................................................  ...   31
 3.10 Evaluation des coûts .                                        .................................................................................                                           . .1.4
 4 Conduite de la recherche .                           .......     ...................... .16  4.1 Identification des malade s.                                                          .                ..........................................................................  . 16
 4.2 Pré-inclusion et inclusion des patients  .......................................................... 17  
4.3 Centralisation des compte-rendus et des lames d’anatomo-pathologie.        ........   81
 5 Critères dévaluation                                      ..................................  ... 91   5.1 Données recueillies  ....................................................................................... 1 9 
5.2 Mode de recueil des données cliniques et biologiques. ................................. 20  
5.3 Mode de recueil des données d’anatomopathologie (lors de la lecture
 centralisée) . .................................................................................   ..        ........ .21
5.4 Calendrier des données recueillies.  . ... . . . . . . . . . . . .................      . . . . . . . . . .                               ................... . .  22 
 6 Aspects logistiques légaux et généraux  ......... 22   6.1 Organisation de létud e. ............................................................... . .......              . ........  2 2
 6.2 Aspects réglementaires .                                                       ................................                      ............................................  . .. .24
 6.3 Validation des demandes d'accès à la base de donnée s. ........                    ........................             .30
 7 Bibliographie .   ..............................................                                                .  32 
version n°9 du dd/02/yyyy
2/44
 Annexe 1 : Etude ancillaire                               ............................. .33  Annexe 2 : requête PMSI   de levas ntsac érp  néphropathies lupiques potentielles  .............. 37   Annexe 3 : requête PMSI erp rèim   elu s puecav  biopsie rénale . ..............................................                                                  40   Annexe 4 : Définition et repérage de l’ethnie niided ss ivud .                                     ..................................  3 4
version n°9 du dd/02/yyyy
3/44
Résumé Contexte : Le lupus érythémateux systémique (LES) est une maladie rare, mais dont l’incidence et la prévalence varient fortement selon le pays et l’ethnie. La localisation rénale de la maladie est une atteinte fréquente et grave, mais pour laquelle on ne dispose en France d’aucune donnée épidémiologique précise. La néphropathie lupique présente de plus une grande diversité clinique, anatomopathologique ainsi que dans ses modalités de prise en charge à l’échelle nationale. L’état des lieux de ces prises en charge et de leurs conséquences potentielles sur la santé des patients n’a pas été réalisé à ce jour.
Objectif principal : L’objectif principal est d’évaluer l’incidence des néphropathies lupiques prouvées par biopsie en France.
Objectifs secondaires: Les objectifs secondaires sont :
--
-
-
Décrire l’évolution de ces néphropathies lupiques. Déterminer les facteurs pronostiques de survenue d’une aggravation de la maladie rénale
Décrire la prise en charge thérapeutique de ces néphropathies (corticoïdes, immunosuppresseurs, agents biologiques, IEC,…)
Décrire le coût direct de la prise en charge de ces malades
Plan expérimental : Etude épidémiologique, descriptive, longitudinale, rétrospective, multicentrique. Etude non interventionnelle sur données.
Population à l’étude :
version n°9 du dd/02/yyyy
4/44
Patients atteints d’un lupus érythémateux systémique répondant aux critères de l’ACR 1997, ayant subi une première biopsie rénale entre le 01/01/2004 et le 31/12/2005.
Durée du suivi : 2 ans après la réalisation de la biopsie rénale.
Données recueillies :
données démographiques et cliniques données biologiques et anatomopathologiques traitement reçus examens complémentaires hospitalisations
Centres participants : Tous les centres français susceptibles de prendre en charge une néphropathie lupique seront sollicités pour participer à cette étude.
Perspective : Cette étude permettra d’évaluer l’incidence de la néphropathie lupique en France et d’étudier l’évolution à 2 ans de ces malades (et les facteurs influant sur cette évolution). Ceci permettra d’optimiser la prise en charge de ces malades.
version n°9 du dd/02/yyyy
5/44
1
1.1
Contexte de la recherche
Contexte scientifique
Le lupus érythémateux systémique (LES) est une maladie rare. Une revue récente de la littérature fait état d’une incidence entre 1.4 et 21.9 patients/100 000 habitants/an et d’une prévalence entre 7.4 et 159 patients/100 000 habitants . Il existe des grandes variations en fonction du pays et de l’ethnie des habitants. En Europe, il existe un gradient Nord-Sud avec une prévalence plus fréquente dans le Sud. La prévalence en Europe est située entre 1 patients/4000 habitants (Ireland, Finlande) et 1/1500 (Italie, Espagne). Le LES est donc une maladie fréquente parmi les « maladies rares », la définition d’une maladie rare étant une affection qui touche moins de 0,05% de la population. Ceci implique que, contrairement à la majorité des maladies orphelines, de nombreux médecins sont amenés à prendre en charge les patients atteints de LES. Il s’agit d’une maladie pour laquelle beaucoup de médecins traitent peu de patients. Il est probable que l’expérience des praticiens soit une source de diversité dans la prise en charge thérapeutique de cette maladie.
Le LES est une affection auto-immune dont la présentation clinique est très polymorphe . La diffusion multiviscérale est une des caractéristiques de la maladie. Pour cette raison, le LES est diagnostiqué puis traité par des médecins dont les spécialités sont très différentes. Les disciplines les plus souvent impliquées sont la médecine interne, la néphrologie, la rhumatologie et la dermatologie. Ici encore, il est probable que la discipline soit une source de diversité dans la prise en charge thérapeutique de cette maladie.
Vingt cinq à cinquante pour cent des patients lupiques présentent une néphropathie symptomatique (protéinurie et/ou anomalie du sédiment urinaire et/ou insuffisance rénale) qui survient le plus souvent au cours des premières années d’évolution . La fréquence de cette atteinte, son intérêt diagnostique, et surtout sa signification pronostique ont fait de la néphropathie lupique une localisation cardinale du lupus. Des données épidémiologiques anglaises récentes font état d’une prévalence de 4.4 néphropathies lupiques pour 100000
version n°9 du dd/02/yyyy
6/44
habitants et d’une incidence de 0.4/100000 habitants/an avec de grandes variations en fonction des ethnies . Aucun chiffre précis ne peut être avancé pour la France. Au cours des atteintes rénales lupiques, toutes les lésions élémentaires glomérulaires peuvent être retrouvées. Cette diversité histologique a nécessité la mise en place d’une classification des lésions glomérulaires du LES par l’OMS dont la dernière révision date de 2003 . Dans cette classification, six aspects principaux sont individualisés et 12 classes histologiques sont distinguées. D’autres lésions rénales associées au LES ne faisant pas partie de la classification 2003 peuvent aussi être rencontrées. C’est le cas des lésions glomérulaires minimes, de la hyalinose segmentaire et focale, des lésions vasculaires et des lésions tubulo-interstitielles . Tout ceci témoigne de la grande diversité des lésions rénales du LES. Comme pour les manifestations extra-rénales, il existe aussi une grande variété dans les tableaux cliniques et le mode évolutif des néphropathies lupiques. Quelques patients peuvent présenter des manifestations extra-rénales prédominantes avec peu ou pas de signe rénaux. Dans d’autres cas les signes rénaux sont prédominants, tels un syndrome néphrotique accompagné ou non de manifestations extra-rénales . Là encore, il est probable que la diversité des lésions rénales et des manifestations extra-rénales associées soient sources de diversité dans la prise en charge thérapeutique des néphropathies lupiques.
Il n’existe toujours pas de traitement spécifique de la néphropathie lupique. Les corticoïdes sont la pierre angulaire du traitement . Les corticoïdes sont utilisés seuls ou associés à d’autres traitements immunosuppresseurs tels que le cyclophosphamide, l’azathioprine, le mycophénolate mofétil, les antimalariques de synthèse, etc. A coté du traitement immunosuppresseur, des mesures thérapeutiques générales sont mises en place pour traiter les conséquences de l’atteinte rénale (HTA, dyslipidémie, protéinurie) et prévenir les effets secondaires des traitements (ostéoporose, dyslipidémie, diabète, ménopause…). La posologie, la durée et la voie d’administration des corticoïdes et des immunosupresseurs, le type d’immunosuppresseurs, les traitements généraux associés peuvent être très variables suivant l’atteinte histologique rénale, les manifestations extrarénales, et les habitudes des équipes médicales.
version n°9 du dd/02/yyyy
7/44
Contrairement à ce qui est rapporté dans les études rétrospectives monocentriques ou dans les essais thérapeutiques prospectifs randomisés multicentriques , la prise en charge des néphropathies lupiques en pratique et au quotidien sur le terrain à l’échelon national est très hétérogène. Les diversités associées aux acteurs de soins, à la maladie lupique elle-même et aux possibilités thérapeutiques disponibles conduisent à cette grande hétérogénéité. Cependant aucun travail n’a démontré cette hypothèse. De même, aucun travail n’a analysé les conséquences potentielles de cette hétérogénéité thérapeutique sur l’état de santé des patients atteints de néphropathie lupique. Nous proposons donc une étude rétrospective française pour faire un état des lieux exhaustif sur la prise en charge des néphropathies lupiques afin :
1.2
1) de connaître l’incidence de la néphropathie lupique en France, 2) de déterminer les traitements utilisés en pratique sur le terrain, 3) d’identifier les principaux déterminants des prescriptions thérapeutiques (manifestations extrarénales, classification histologique de l’atteinte rénale, discipline médicale, expérience médicale, lieu de l’exercice médical…) 4) de rechercher une association entre les traitements et l’évolution de la néphropathie lupique à 2 ans. 5) de rechercher une association entre les traitements utilisés et les effets secondaires graves.
Contexte national et faisabilité du projet
Une demande de soutien sera adressée aux sociétés savantes concernées, en particulier les Sociétés françaises de Médecine Interne, de Rhumatologie et de Néphrologie. Le soutien de l’ensemble de ces sociétés savantes (s’il est obtenu) sera un élément déterminant dans la faisabilité du projet. Par ailleurs, le Groupe Coopératif du Lupus Rénal (GCLR) soutient ce projet. Le GCLR est un groupe multidisciplinaire, ouvert, constitué essentiellement de néphrologues et d’anatomo-pathologistes hospitaliers impliqués dans le diagnostic et la prise en charge des néphropathies lupiques en France. Le groupe s’est constitué en 2006 et a pour objectifs principaux :
version n°9 du dd/02/yyyy
8/44