23 pages
Français

Étude géomorphologique de la basse-vallée du Nahr el Kébir - article ; n°1 ; vol.9, pg 7-28

-

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Collection de la Maison de l'Orient méditerranéen. Série géographique et préhistorique - Année 1979 - Volume 9 - Numéro 1 - Pages 7-28
The geomorphology of the area of the Nahr el Kebir is of considerable interest since it is very rich in both Quaternary shorelines and fluviatile terraces, in which there are numerous flint artifacts.
1. General View
The Nahr el Kebir lies between two different geological areas : one is the Baer and Bassit mountainous area to the North, with greenstone rocks (ophiolites) which were formed here in the Maestrichtian ; the other is the Alaouite mountain range to the South, an anticline of Jurassic and Cretaceous carbonaceous rocks. Between these two mountain areas there was once an important Neogene gulf, in which sedimentation was mainly marly. Deposits of Pliocene age are very thick in the lower valley of the Nahr el Kebir (460 m of marls). According to Soviet geologists, the Nahr el Kebir lies exactly along an important accident, a geosuture, separating the Arabian Platform from the Tauric structure. This accident does not seem to have moved to any great extent during the Quaternary.
The lower part of the Nahr el Kebir valley has cut widely into Pliocene marls, and is sometimes 6 km wide. It is incised in a plateau, smoothly sloping towards the West, and forming a glacis ; in the South this is exclusively cut into the Pliocene, but also into rocks of different age and hardness in the North. The fluviatile terraces of the lower Nahr el Kebir valley occur down its length as buttes and hills, whereas on the plateau it is marine deposits which outcrop frequently, with the main shoreline at about 80 - 85 m above sea-level.
2. The marine deposits of the plateau
The topography of the plateau is very regular, except for some small breaks of slope. Fluvial deposits are the exception, while in contrast, marine deposits frequently occur, easily recognisable by their darker soils. They are formed, sometimes of sandstone or of conglomerates, up to 15 m thick, and sometimes of very rolled flint gravels or pebbles. The fauna, firmly cemented, is not rare, but it is banal.
The most important marine formation is connected by the 80 - 85 m shoreline, and can be seen between Fidio and Hennadi, as well as, in the North, between Qannjra and Kirsane. Marine deposits are very abundant down to 30 m along the Nahr Snoubar ;they rise gently and continuously from the present shoreline to the foot of the Cheikh Mohammed butte ; the same transgressive formation sometimes fossilised an erosional topography and we know of several shorelines with two unconformable marine series (el Haqime and Boustane). Along the Nahr el Kebir valley the faciès is fluvio-marine, with alternating marine (with fauna) and fluviatile series. This transgressive formation, which is continuous for about 60 km, from the Nahr el Arab in the North to Banyas in the South, certainly belongs to the penultimate interpluvial ; the Tyrrhenian with Strombus bubonius does not outcrop at the mouth of the Nahr el Kebir or in the Jebleh area, but it exists at Banyas, and near the Nahr el Arab it overlaps, with an unconformity, the Khellale- Hennadi Formation, which corresponds to the Jbailian of Lebanon.
The Baksa Formation is relatively well preserved on both sides of the Nahr el Kebir between 90 and 135 m. At Jabal Idriss, it has a fluvio-marine faciès. Probably it belongs to the antepenultimate interpluvial and corresponds to the Zaqrounian of Lebanon.
The Mchairfet Formation rises up to 190 m and is of great age (pre-Günz). Its altitude is approximately the same on both sides of the river, so that the Nahr el Kebir geosuture has not operated very much since the lower Quaternary.
3. Fluviatile terraces
Like the Orontes river, the Nahr el Kebir has a complete series of fluviatile terraces, the best in the entire Levantine coastal area. These terraces are generally stepped, owing to the wide incisions into the valley cut during the Quaternary. The fluviatile accumulations must be correlated with the glacial periods of temperate zones (regression periods) with a climatic control. The material is generally coarse, but it also includes thick, silty series. The buttes, benches and hills are generally structural surfaces. However, the two first Wurmian terraces were cut by two subsequent erosional surfaces ; the younger the terraces, the smoother the terrace profile becomes. The glacis slope is 1.3 % ; the Mindel terrace slope is 1 % ; the Riss, 0.55 % ; the Würmian, 0.33 %, probably because of an epeirogenic rise of this area during the Quaternary. Finally, these terraces decrease in age towards the East ; the axis of the valley has moved progressively eastward, because erosion is easier in Pliocene marls ; also there may have been a slight tilting of the basin of the river.
The altimetric situation, stratigraphy, faciès, surface alterations and artifacts allow us to propose a relative chronology of these terraces mainly due to the fact that South of Snoubar, the Jinndiriye Formation lies unconformably over the Hennadi-Kellale Formation :
The lower terrace (Qo) is quite important (3 or 4 m) and contains potsherds.
Three formations are Wurmian (QI). Two Ech-Chir Formations (QIa and QIb) contain Middle Paleolithic, but not Upper Paleolithic, artifacts, and are dated from the first half of the Würm. The first one is mainly silty ; both are 30 m thick. In the Ech-Chir-Khoura area the second one lies unconformably over the first. Near Jinndiriye, and Haqime, a colluvial-alluvial deposit with red, clayey matrix (Jraïmaqiye Formation) contains some Upper Paleolithic flints (QIc).
The Jinndinye Formation (QII, Rissian) has been very well preserved on the right bank, in the high cliff at Jinndiriye, Jabal Aamrouniye, Jabal Souayate, where the deposits are sometimes 30 m thick, coarse in the lower part, then silty (but not loessic, as stated by Wendt, 1971), then with a rarely-preserved pebble series at the top. The apparent base of this formation is at about 65 m above the talweg of the Nahr el Kebir.
The older formations are much rarer and only exceptionally form terraces. The Berzine Formation (QIII , Mindelian) is preserved only in three or four outcrops, but was clearly identified in Berzine, where it is at + 100 m, i. e. 90 m above the alluvial plain, and where
we found many artifacts. The Sitt Markho Formation (QIV, Günz) is know from only one outcrop, at 110 m above the river, and about 10 m below the plateau. The numerous decalcified flints, the altitude and the geoche- mical alteration of pebbles, show that this formation is very old.
22 pages
Source : Persée ; Ministère de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche, Direction de l’enseignement supérieur, Sous-direction des bibliothèques et de la documentation.

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 01 janvier 1979
Nombre de lectures 52
Langue Français
Poids de l'ouvrage 2 Mo

Paul Sanlaville
Étude géomorphologique de la basse-vallée du Nahr el Kébir
In: Quaternaire et préhistoire du Nahr el Kébir septentrional. Les débuts de l'occupation humaine dans la Syrie du
Nord et au Levant. Travaux de la RCP 438, sous la direction de Paul Sanlaville. Lyon : Maison de l'Orient et de la
Méditerranée Jean Pouilloux, 1979. pp. 7-28. (Collection de la Maison de l'Orient méditerranéen. Série
géographique et préhistorique)
Citer ce document / Cite this document :
Sanlaville Paul. Étude géomorphologique de la basse-vallée du Nahr el Kébir. In: Quaternaire et préhistoire du Nahr el Kébir
septentrional. Les débuts de l'occupation humaine dans la Syrie du Nord et au Levant. Travaux de la RCP 438, sous la direction
de Paul Sanlaville. Lyon : Maison de l'Orient et de la Méditerranée Jean Pouilloux, 1979. pp. 7-28. (Collection de la Maison de
l'Orient méditerranéen. Série géographique et préhistorique)
http://www.persee.fr/web/ouvrages/home/prescript/article/mom_0243-2439_1979_rpm_9_1_1506Abstract
The geomorphology of the area of the Nahr el Kebir is of considerable interest since it is very rich in
both Quaternary shorelines and fluviatile terraces, in which there are numerous flint artifacts.
1. General View
The Nahr el Kebir lies between two different geological areas : one is the Baer and Bassit mountainous
area to the North, with greenstone rocks (ophiolites) which were formed here in the Maestrichtian ; the
other is the Alaouite mountain range to the South, an anticline of Jurassic and Cretaceous
carbonaceous rocks. Between these two mountain areas there was once an important Neogene gulf, in
which sedimentation was mainly marly. Deposits of Pliocene age are very thick in the lower valley of the
Nahr el Kebir (460 m of marls). According to Soviet geologists, the Nahr el Kebir lies exactly along an
important accident, a geosuture, separating the Arabian Platform from the Tauric structure. This
accident does not seem to have moved to any great extent during the Quaternary.
The lower part of the Nahr el Kebir valley has cut widely into Pliocene marls, and is sometimes 6 km
wide. It is incised in a plateau, smoothly sloping towards the West, and forming a glacis ; in the South
this is exclusively cut into the Pliocene, but also into rocks of different age and hardness in the North.
The fluviatile terraces of the lower Nahr el Kebir valley occur down its length as buttes and hills,
whereas on the plateau it is marine deposits which outcrop frequently, with the main shoreline at about
80 - 85 m above sea-level.
2. The marine deposits of the plateau
The topography of the plateau is very regular, except for some small breaks of slope. Fluvial deposits
are the exception, while in contrast, marine deposits frequently occur, easily recognisable by their
darker soils. They are formed, sometimes of sandstone or of conglomerates, up to 15 m thick, and
sometimes of very rolled flint gravels or pebbles. The fauna, firmly cemented, is not rare, but it is banal.
The most important marine formation is connected by the 80 - 85 m shoreline, and can be seen
between Fidio and Hennadi, as well as, in the North, between Qannjra and Kirsane. Marine deposits are
very abundant down to 30 m along the Nahr Snoubar ;they rise gently and continuously from the
present shoreline to the foot of the Cheikh Mohammed butte ; the same transgressive formation
sometimes fossilised an erosional topography and we know of several shorelines with two
unconformable marine series (el Haqime and Boustane). Along the Nahr el Kebir valley the faciès is
fluvio-marine, with alternating marine (with fauna) and fluviatile series. This transgressive formation,
which is continuous for about 60 km, from the Nahr el Arab in the North to Banyas in the South, certainly
belongs to the penultimate interpluvial ; the Tyrrhenian with Strombus bubonius does not outcrop at the
mouth of the Nahr el Kebir or in the Jebleh area, but it exists at Banyas, and near the Nahr el Arab it
overlaps, with an unconformity, the Khellale- Hennadi Formation, which corresponds to the Jbailian of
Lebanon.
The Baksa Formation is relatively well preserved on both sides of the Nahr el Kebir between 90 and 135
m. At Jabal Idriss, it has a fluvio-marine faciès. Probably it belongs to the antepenultimate interpluvial
and corresponds to the Zaqrounian of Lebanon.
The Mchairfet Formation rises up to 190 m and is of great age (pre-Günz). Its altitude is approximately
the same on both sides of the river, so that the Nahr el Kebir geosuture has not operated very much
since the lower Quaternary.
3. Fluviatile terraces
Like the Orontes river, the Nahr el Kebir has a complete series of fluviatile terraces, the best in the
entire Levantine coastal area. These terraces are generally stepped, owing to the wide incisions into the
valley cut during the Quaternary. The fluviatile accumulations must be correlated with the glacial periods
of temperate zones (regression periods) with a climatic control. The material is generally coarse, but it
also includes thick, silty series. The buttes, benches and hills are generally structural surfaces.
However, the two first Wurmian terraces were cut by two subsequent erosional surfaces ; the younger
the terraces, the smoother the terrace profile becomes. The glacis slope is 1.3 % ; the Mindel terrace
slope is 1 % ; the Riss, 0.55 % ; the Würmian, 0.33 %, probably because of an epeirogenic rise of this
area during the Quaternary. Finally, these terraces decrease in age towards the East ; the axis of the
valley has moved progressively eastward, because erosion is easier in Pliocene marls ; also there may
have been a slight tilting of the basin of the river.The altimetric situation, stratigraphy, faciès, surface alterations and artifacts allow us to propose a
relative chronology of these terraces mainly due to the fact that South of Snoubar, the Jinndiriye
Formation lies unconformably over the Hennadi-Kellale Formation :
The lower terrace (Qo) is quite important (3 or 4 m) and contains potsherds.
Three formations are Wurmian (QI). Two Ech-Chir Formations (QIa and QIb) contain Middle Paleolithic,
but not Upper Paleolithic, artifacts, and are dated from the first half of the Würm. The first one is mainly
silty ; both are 30 m thick. In the Ech-Chir-Khoura area the second one lies unconformably over the first.
Near Jinndiriye, and Haqime, a colluvial-alluvial deposit with red, clayey matrix (Jraïmaqiye Formation)
contains some Upper Paleolithic flints (QIc).
The Jinndinye Formation (QII, Rissian) has been very well preserved on the right bank, in the high cliff
at Jinndiriye, Jabal Aamrouniye, Jabal Souayate, where the deposits are sometimes 30 m thick, coarse
in the lower part, then silty (but not loessic, as stated by Wendt, 1971), then with a rarely-preserved
pebble series at the top. The apparent base of this formation is at about 65 m above the talweg of the
Nahr el Kebir.
The older formations are much rarer and only exceptionally form terraces. The Berzine Formation (QIII ,
Mindelian) is preserved only in three or four outcrops, but was clearly identified in Berzine, where it is at
+ 100 m, i. e. 90 m above the alluvial plain, and where
we found many artifacts. The Sitt Markho Formation (QIV, Günz) is know from only one outcrop, at 110
m above the river, and about 10 m below the plateau. The numerous decalcified flints, the altitude and
the geoche- mical alteration of pebbles, show that this formation is very old.Ί-
PREMIERE PARTIE
ETUDE GEOMORPHOLOGIQUE
DE LA BASSE VALLÉE DU NAHR EL KÉBIR
Par Paul Sanlaville
En Syrie comme au Liban ou en Palestine, la côte vent délicate. La basse vallée du nahr el Kébir septen
orientale de la Méditerranée a conservé de nombreux trional se présente donc comme un cas tout à fait excep
témoins de plusieurs paléorivages quaternaires dont les tionnel, puisqu'à côté de trois lignes de rivage, au moins,
plus élevés dépassent 200 m d'altitude et qui correspon du Quaternaire ancien et moyen, on peut y observer un
dent à au moins quatre périodes de rang interglaciaire. remarquable étagement de terrasses fluviatiles, et que de
En revanche, les fleuves côtiers sont modestes et leurs nombreux artefacts sont associés aux différentes format
vallées, étroites, profondément enfoncées dans les ions (cartes hors-texte 1 et 2). Afin de tirer le meilleur
calcaires et au profil très tendu, n'ont pas été favorables parti de l'analyse de l'industrie, nous étudierons ici en
à la préservation de terrasses fluviatiles anciennes, dont détail la géomorphologie de cette région.
il ne reste que de rares lambeaux d'interprétation CHAPITRE I
PRESENTATION GENERALE
DE LA RÉGION DU NAHR EL KÉBIR
ques (Ponikarov, 1968) estiment que ces roches sont Trois grandes voies naturelles relient la Syrie inté
rieure à la côte méditerranéenne : au Nord, le bas-Oronte antérieures au Trias supérieur et qu'elles se sont dépla
et la dépression de l'Amouk ; au Sud, l'ensellement du cées vers le Sud, en vastes chevauchements, au Maestri
Aakkar, entre le Jabal Alaouite et la montagne libanaise ; chtien.
Au Sud s'élève le massif Alaouite (1562 m) où les entre les deux, dans l'arrière-pays de Lattaquié, la vallée
du nahr el Kébir septentrional qui conduit, par un col roches calcaires d'âge jurassique et crétacé forment un
relativement bas (650 m) au fossé du Ghab. long demi-anticlinal d'orientation méridienne, interrom
pu brusquement à l'Est par le grand accident qui dél
imite le fossé du Ghab. A l'Ouest, les couches s'inclinent APERÇU GÉOLOGIQUE
vers la mer suivant un pendage généralement modéré et
Le nahr el Kébir est situé au contact de deux do les formations néogènes de l'arrière-pays de Jablé don
maines géologiques très différents (fig. 1). Au Nord, le nent des plateaux découpés en buttes et lanières par
massif du Baër et du Bassit est peu élevé dans l'ensemble, une série de vallées Est-Ouest.
bien qu'il culmine à 1728 m au Jabal Akra - le Mont Entre ces deux ensembles montagneux s'insère le
Cassius des Anciens -, mais il présente un relief tour grand golfe néogène du nahr el Kébir. Orienté NNE-SSW,
menté. Il est constitué de roches vertes, les ophiôlites, il atteint le nahr el Aassi (Oronte) entre les deux dépres
qui associent des roches ultrabasiques (péridotites, sions du Ghab et de l'Amouk. Ce golfe dessine une goutt
serpentinites, olivinites) et basiques (diabases) à des ière allongée qui n'a guère que 6 à 8 km, dans le secteur
roches sédimentaires (radiolarites et marnes rouges). Ces le plus étroit, mais s'évase assez largement vers le Sud. vertes sont formées d'éléments très divers arra Comme les marges du Jabal Alaouite, ce golfe a connu
au Maestrichtien, au Paléogène et à l'Eocène inférieur chés au substratum et dont l'âge va du Paléozoïque au
une abondante sédimentation de marnes crayeuses. Crétacé. C'est au Nord du nahr el Qandil que les roches
vertes atteignent leur maximum de développement, tan Eocène supérieur et Oligocène sont absents, mais à partir
du Miocène la mer se réduisit à la gouttière du Kébir, dis qu'entre cette rivière et le nahr el Kébir elles dispa
dans laquelle se déposèrent des molasses : au coeur de la raissent souvent, vers l'Ouest, sous des terrains sédiment
dépression, Helvétien et Tortonien atteignent 400 m aires carbonates du Cénozoique. Tous les auteurs sont
d'accord pour situer au Maestrichtien la mise en place d'épaisseur ; ils sont constitués de conglomérats et de
des ophiôlites dans le Bassit, mais tandis que Dubertret grès à la base, puis d'alternance de marnes et de grès
que couronnent les gypses du Miocène supérieur. Une (1939, 1966) considère qu'elles se sont formées à cette
phase de tectonique cassante précède la transgression période-là et que leur superposition sur les calcaires du
Crétacé supérieur est donc normale, les géologues pliocène, accompagnée de forts soulèvements de part et ,
10 NAHR EL KÉBIR
tioche Ο OOO OOOO OOOOO OOOOO oooooc OOOO OOOOOOC OOCO OOOOO OOOOO poooo
Î3OOO ooo°o°
ooo.v 50 OC km OOOOOv OOOOO OOOO6 OOOO ο oooooo OOOOO ooooc Ras el Bas OOOv oo ο
MER
Lattaq
MEDITERRANEE
Hama
quaternaire Fig. 1 — Carte géologique simplifiée de la Syrie du Nord-ouest.
(d'après L. DUBERTRET- 1962)
pliocène roches volcaniques
roches vertes
crétacé et paléocène faille majeure
jurassique géosuture du N.el Kébir (d 'après les géologues soviétiques) P. SANLAVILLE, GÉOMORPHOLOGIE 11
de l'Euphrate et la Mésopotamie. Elle est empruntée d'autre de la gouttière. Le Pliocène se déposa alors sur
aujourd'hui à la fois par la route et la voie ferrée qui une topographie accidentée, mais seulement aux extré
relient Lattaquié à Alep par Jisr ech Choghour. mités nord-est et sud-ouest. C'est au Sud-ouest, dans le
Si le col qui sépare le bassin du nahr el Kébir de secteur que nous étudions, que le Pliocène marin atteint
celui de l'Oronte n'est pas très élevé, la vallée moyenne son épaisseur maximale en Syrie (460 m). Il est formé de
du nahr el Kébir, encaissée dans la molasse miocène, est marnes et d'argiles marneuses gris-jaunâtres à gris-bleu
fort étroite ; le cours d'eau y décrit des méandres serrés avec quelques horizons discontinus et peu épais (de 2 à
et la construction de la voie ferrée a exigé de nombreux une dizaine de mètres) de calcaires organo-détritiques
ouvrages d'art. Dans les quinze derniers kilomètres, en sableux ou de calcaires à huîtres passant à des grès cal
revanche, le Pliocène affleure star une grande épaisseur. caires mal cimentés. L'ensemble est très riche en faune.
La vallée s'évase alors et compte parfois plusieurs kilD'après les microfossiles, les géologues soviétiques attr
omètres de largeur, atteignant même 6 km entre Sitt ibuent les 230 mètres inférieurs au Plaisancien et les
Markho et Khellalé. Le nahr el Kébir y développe des 180 m supérieurs à l'Astien, le passage entre les deux se
méandres libres très actifs, mais la plaine alluviale actuellfaisant par un niveau de calcaires coquilliers et de grès.
e est séparée des glacis encadrants par de nombreuses Sur le versant ouest du Jabal Alaouite, des conglomérats
buttes et collines (fig. 2 et 3). ou des brèches calcaires - parfois épais - apparaissent à la
Celles-ci présentent, surtout sur la rive droite, un base du Pliocène, mais au voisinage de la vallée du nahr
profil transversal étage (colline de Berzine, replats de el Kébir le Pliocène ne contient jamais de galets et peut
Roudo). Celles de rive droite (Jinndiriyé, Jabal Aam- donc se distinguer aisément des formations quaternaires
rouniyé) sont individualisées par la Saqiet Doula, qui qui le ravinent.
court sur plusieurs kilomètres, dans une large vallée en La gouttière du nahr el Kébir est donc ancienne et
berceau, parallèlement au Kébir, avant de le rejoindre au a connu une histoire complexe. Individualisée dès le
droit de Roudo. Maestrichtien, elle sépare deux domaines géologiques
Les vallées et les terrasses qui leur sont associées bien distincts. De Blanckenhorn (1891) à Ponikarov
s'inscrivent dans un plateau incliné vers l'Ouest et pui(1968), la plupart des auteurs accordent une importance
ssamment disséqué en lanières, buttes et collines par les capitale à la géosuture le long de laquelle est établie la
rivières appartenant au réseau du nahr el Kébir ou à vallée du nahr el Kébir ; elle constitue pour eux la ligne
celui du nahr Snoubar, son voisin méridional. Le bassin de contact entre la plate-forme arabique, au Sud, et le
du nahr el Kébir inférieur offre une dissymétrie frapgéosynclinal de la Téthys, au Nord. Dubertret, au cont
pante dans sa partie aval : ce cours d'eau ne reçoit sur raire, place beaucoup plus au Nord la bordure de la
sa droite que des organismes élémentaires, courts et à plaque arabique. Il est un fait cependant que dans la
forte pente, tandis que sur sa gauche lui parviennent au gouttière du nahr el Kébir les roches carbonatées et les
contraire d'assez gros affluents installés dans des vallées dépôts molassiques néogènes sont à peu près horizon
bien calibrées et orientées SW-NE ; le nahr el Kich est taux ou ne présentent que de faibles pendages ; ils se
à la fois le dernier et le plus important de la série. relèvent doucement contre le Jabal Alaouite (8 à 10°),
tandis qu'au Nord-Est, le long de l'accident, les pendages De part et d'autre de la vallée du nahr el Kébir, le
peuvent être forts (jusqu'à plus de 80°)et même inverses, plateau prend l'allure d'un véritable glacis (photos 3 et
et les sédiments y sont très déformés ou disloqués, 5). Rive droite, il s'abaisse doucement et régulièrement,
avec de véritables chevauchements traduisant une pous du NNE au SSW, de 280 m à une cinquantaine de mèt
sée venue du Nord-ouest. Toutefois, comme nous le res, en tronquant des roches de duretés très variables
verrons plus loin, cet accident ne paraît pas avoir été très dont l'âge s'étend du Trias au Pliocène. A l'amont, une
actif au Quaternaire. zone fortement excavée par l'érosion le sépare de la
montagne ; à l'aval, seule l'interrompt la butte de Lat
taquié, qui culmine à 70 m à proximité du rivage. De ce
glacis probablement très étendu ne subsiste plus qu'une
LE MODELÉ simple échine : d'un kilomètre en moyenne, sa largeur se
réduit parfois à quelques dizaines de mètres seulement.
La vallée du nahr el Kébir septentrional est une Sur sa marge NW s'y emboîtent des surfaces d'aplanis-
grande voie de passage vers l'intérieur. C'est par elle sement s'abaissant par paliers vers la mer. L'une, vers 1 ΙΟ
qu'autrefois la ville d'Ugarit commerçait avec la région Ι 30 m, est bien marquée, mais le pied de la rupture de 12 NAHR EL KÉBIR
SINNJOUANE BAQSA MCHAÏRFET J.IDRISS
Qm111 Qm'" Qm'v Qm"
Fig. 2 — Coupe du glacis septentrional.
N'
rs KHELLALE SIH Qfiv MARKHO J.BERZINE Qf" ROUDO Qf° N. EL KEBIR EOI CHIR
Qf Qm
150 m
100
50
Fig. 3 — Coupe transversale de la vallée du nahr el Kébir.
pente principale - longé par la route de Lattaquié à ses). A l'amont les replats sont généralement structu
raux, mais sur le plateau de Fidio on a affaire à une surKassab - se tient vers 80-85 m ; au-delà, la topographie
s'abaisse progressivement vers la mer sans accidents notab face d'ablation : déjà très sensible entre Khellalé et
les. Fidio, une rupture de pente vers 80-85 m devient de plus
Rive gauche, le relief est plus complexe en raison en plus nette vers le Sud, où elle sépare la plaine de
de l'extrême dissection, liée à la forte épaisseur du Plio Jablé des plateaux de Qerdaha.
cène qui affleure seul ici. Cependant, un plateau-glacis Si dans la partie orientale de cette région le Plio
cène affleure à nu, nous avons trouvé à l'aval d'imporsubsiste à l'Ouest, de 170 à 60 m (vers Hennadi), mais on
tantes formations marines ou fluviatiles. Les dépôts le voit se poursuivre à l'amont par le sommet de certai
nes buttes (215 m à dahr Siriani, 224 m à Blannio, etc.). marins littoraux sont essentiellement installés sur les gla
Les interfluves présentent un profil transversal en- mar cis encaissants, tandis que les accumulations fluviatiles
ont surtout été conservées dans les buttes et collines qui ches d'escaliers et il est parfois difficile de savoir si ces
bordent la vallée du nahr el Kébir, où elles constituent étagements sont dus à la structure (bancs gréseux ou
un bel ensemble de terrasses. gréso-calcaires du Pliocène) ou à l'érosion CHAPITRE II
LES GLACIS
ET LES FORMATIONS MARINES ASSOCIÉES
de grès, avec ou sans graviers. Ces dépôts sont formés de LES DÉPÔTS MARINS DES GLACIS
lits réguliers et à éléments très homométriques ; galets et
graviers présentent un émoussé caractéristique et la Le glacis de Sqoubine, au NW du nahr el Kébir, est
faune marine n'est pas rare. Généralement faible, l'épaislong et étroit, celui de Fidio, au SE, court et large, mais
tous deux présentent un profil extrêmement régulier et seur ne dépasse guère deux ou trois mètres, mais peut
tendu, s 'abaissant de 1,5 % en moyenne du NE au SW. être beaucoup plus forte : des puits nous ont montré
Le glacis de Fidio est développé exclusivement dans les quinze mètres de dépôts quaternaires sur la butte située
marnes à rares niveaux gréseux du Pliocène, tandis que au Sud du vallon de Marj et Toun. A leur surface, ces
celui de Sqoubine recoupe indifféremment les marnes dépôts sont très altérés, karstifiés et couronnés d'un sol
pliocènes, à l'aval, et les calcaires crayeux de l'Eocène rougeâtre assez fortement décarbonaté (mais jamais
moyen et supérieur et du Crétacé supérieur (Maestrich- totalement, sauf à dahr en Nalass).
tien et Danien), dans ses parties centrale et amont. Parfois au contraire, notamment pour les format
La régularité topographique du glacis de Sqoubine ions les plus anciennes, l'altération a été si efficace que
est presque parfaite, en dehors de deux brèves ruptures l'on ne retrouve plus que des éléments dissociés et plus
de pente, l'une près de Mchaïrfet es Samouk (butte de ou moins remaniés. A Mchairfet es Samouk, par exemp
Cheikh Mohammed Raheb, à 198 m) l'autre au pied du le, ceux-ci constituent une étonnante accumulation de
village de Sqoubine. Sur le glacis de Fidio, au contraire, graviers de silex bien roulés, homométriques et ovoi'des,
un ressaut de 10 à 15 mètres de commandement se suit que femmes et enfants amassent en petits tas pour servir
d'une manière presque continue vers 80-90 m, du NW à la fabrication du béton. Ailleurs, comme au Jabal Idriss
au SE, entre les vallées du nahr el Kébir et du nahr Snou- ou au Jabal Jibtaa, ce sont de gros galets, d'émoussé
bar. médiocre, mais assez fréquemment lithophagés, qu'a
Nous n'avons trouvé pratiquement aucun dépôt ccompagnent coquilles marines et débris de lumachelle
ou de calcarénite. Autour de ces affleurements on n'obfluviatile sur ces deux surfaces. En revanche, les dépôts
serve plus que le substratum an té-quaternaire, mais des marins s'y étalent assez largement, en affleurements plus
galets marins isolés jonchent encore le sol, témoignant nombreux que ceux qui ont été portés sur la carte géolo
gique au 1/50 000° (carte h. t. n° 1 et fig. 2). On les d'une extension originellement beaucoup plus vaste.
La mer s'est donc avancée sur les glacis qui encarepère de loin, grâce à la couleur sombre, plus ou moins
drent le nahr el Kébir. Elle y a abandonné des dépôts rougeâtre, des sols, qui s'oppose à la teinte claire, sou
vent blanchâtre, des affleurements de marnes et marno- qui, à Krasbo et à Blata, s'élèvent jusque vers 190 m.
Sur le glacis septentrional, on ne retrouve qu'exceptioncalcaires.
nellement des ruptures de pente pouvant correspondre Les formations marines quaternaires sont fréquem
ment en place et consolidées. Il s'agit tantôt de conglo à d'anciennes falaises, probablement parce que sur cette
mérats de galets ou de graviers, tantôt - le plus souvent - pente faible et régulière la mer a transgressé selon un NAHR EL KÉBIR 14
Certains auteurs ont interprété la corniche du valangle d'attaque trop réduit pour que l'abrasion marine
lon d'Hennadi, située vers + 60 m, à l'aval du village, ait pu être efficace ; sans doute aussi parce que l'érosion
comme une falaise marine et ont donc placé un paléoricontinentale postérieure a gommé aisément, dans ces
vage à cette altitude (Kaiser, 1961 ; Van Liére, 1962). terrains tendres, les falaises que la mer avait pu façonner.
En réalité, ce ressaut n'a aucune signification paléogéoL'hypothèse de l'arasement de médiocres falaises littora
graphique : il résulte de l'érosion régressive d'un vallon les par l'érosion fluviale semble corroborée par les témoi
travaillant dans le Pliocène et sapant une corniche de gnages de puissants remblaiements fluviatiles qui ont
conglomérat marin quaternaire. Le véritable pied de parfois débordé par-dessus les glacis, comme nous le ver
falaise se localise à plus d'un kilomètre à l'amont. rons plus loin. Toutefois, des falaises ont été conservées
sur le glacis méridional, taillé pourtant dans un substra-
— Les dépôts marins recouvrent généralement une tum uniformément tendre ; il semble qu'en période de
topographie en pente douce et régulière, mais ils ont forte alimentation, la dissymétrie du réseau du nahr el
fossilisé parfois un modelé d'érosion plus différencié, Kébir ait eu pour effet de repousser le fleuve contre son
avec des replats étages séparés par de brutales ruptures versant droit, d'où un sapement latéral plus efficace sur
de pente : ainsi en est-il à dahr en Nalass ou encore près les portions du glacis de Sqoubine atteintes par des rem
du village d'el Haqimé, où les dépôts marins, visiblement blaiements successifs. transgressifs, ont fossilisé une falaise qui a été postérieu
rement exhumée par l'érosion continentale.
LA FORMATION D'HENNADI-KHELLALE
— Si tous ces dépôts marins appartiennent à une
seule et même formation transgressive, nous avons Sur la bordure NW du glacis septentrional comme
cependant relevé ça et là des preuves d'oscillations à l'Ouest du glacis de Fidio nous avons signalé, plus haut,
mineures du niveau de la mer. Ainsi, dans le Nord, à l'existence d'une rupture de pente, vers 80-85 m, qui
Boustane, vers 40 m, deux séries marines apparaissent témoigne d'un assez long stationnement de la mer à ce
très nettement en ravinement : un conglomérat ou un niveau. Des dépôts marins accompagnent généralement
grès massif sont recouverts en discordance par un grès le pied de cette falaise morte. Ils s'étalent d'une manière
plus poreux et moins cohérent ; de nombreuses perforaà peu près continue sur plusieurs kilomètres d'amont en
tions de lithophages et des placages d'huîtres soulignent aval, jusque vers 30-35 m, altitude à laquelle ils disparais
encore la surface de discordance. Au Sud, dans le ravin sent sous des dépôts plus récents. Plusieurs faits doivent
d'el Haqimé, vers 30 m d'altitude cette fois, un phénoêtre soulignés :
mène identique peut être observé.
— C'est la même formation marine qui s'étend de
— Enfin, les faciès varient de façon notable, aussi 30-35 m jusque vers 80-85 m. En bordure du nahr Snou-
bien verticalement que latéralement. En bordure du bar (R. Ruske et P. Sanlaville, 1977), on la suit même
nahr el Kébir les dépôts sont souvent grossiers et d'é- depuis le voisinage du niveau actuel de la mer jusqu'au
moussé médiocre. Au contraire, au fur et à mesure que pied de la butte de Cheikh Mohammed ed Daher, vers
l'on s'éloigne de la rivière, le calibre des galets diminue 85 m.
coupe d'un puits observée en 1974
A w- sol
KHELLALE Rt. tl AYAK ·.·.' sables à faune marine
"·*'·!
graviers et faune marine
o- -o - -.Ο-1.Ό 1 cailloutis fluviatiles
pliocène (marnes)
Fig. 4 — La formation fluvio-marine de Khellalé.