Étymologie et origine de la Swastika Caucasienne, Aryenne, Blanche

Étymologie et origine de la Swastika Caucasienne, Aryenne, Blanche

-

Documents
9 pages
Lire
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Description

ÉTYMOLOGIE ET ORIGINE DE LA SWASTIKA CAUCASIENNE, ARYENNE, BLANCHE par Verbal Vandal « Caucasien » vient d’un ancien mot scythe : Kroy-Khasis et Kau-Khasis emprunté par le grec kaukhasis, et signifie littéralement « montagne blanche », ou « blanc comme la neige ». L’étymologie est très profonde et dépasse le cadre de cet article ; je ne ferai que l’effleurer ici. LE MONT ELBRUS, LE MONT DU PÈRE BLANC La plus haute montagne de la chaîne du Caucase et de l’Europe est le Mont Elbrus. Elbrus vient de Alborz et signifie « haut et blanc », « pays blanc » ou « pays du père » (patrie) et est appa- renté avec l’hébreu Alb + Erets, ou Ab + Eretz : « pa- trie ». Il est apparenté éga- lement avec le persan Hara Berethzaiti, signifiant « lieu élevé et protégé », et il com- porte de nombreuses conno- FIGURE 1: Le Mont Elbrus, la montagne du Père tations, comme par exemple Blanc « le pays réservé au père ». La racineKha ouKau semble signifier la même chose dans beaucoup de langages : « premier », « début », « blanc », « craie », etc, et peut se référer à la blancheur, la pureté et autres idées similaires. En latin et en grec, kha, comme dans calx et ÉTYMOLOGIE ET ORIGINE DE LA SWASTIKA Verbal Vandal Khalix, se réfère à une pierre blanche, du calcaire ou de la craie. En grec, ar + khe signifie « ancien », « premier » ou « principal » et était représenté par des robes blanches ; les Romains et leurs toges blanches nous rappellent cet usage.

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 18 février 2014
Nombre de visites sur la page 61
Langue Français
Signaler un problème
ÉTYMOLOGIE ET ORIGINE DE LA SWASTIKA CAUCASIENNE,ARYENNE, BLANCHE
parVerbal Vandal
« Caucasien »vient d’un ancien mot scythe :Kroy-KhasisetKau-Khasisemprunté par le greckaukhasis, et signifie littéralement «montagne blanche», ou «blanc comme la neige ». L’étymologie est très profonde et dépasse le cadre de cet article ; je ne ferai que l’effleurer ici.
LEMONTELBRUS,LE MONT DUPÈREBLANC
La plus haute montagne de la chaîne du Caucase et de l’Europe est le Mont Elbrus. Elbrusvient deAlborzet signifie «haut et blanc», « paysblanc »ou «pays du père »(patrie) et est appa-renté avec l’hébreuAlb+ Erets, ouAb+Eretz: «pa-trie ».Il est apparenté éga-lement avec le persanHara Berethzaiti, signifiant «lieu élevé et protégé », et il com-porte de nombreuses conno-tations, comme par exemple « le pays réservé au père ».
FIGURE1:Le Mont Elbrus, la montagne du Père Blanc
La racineKhaouKausemble signifier la même chose dans beaucoup de langages : « premier »,« début »,« blanc »,« craie »,etc, et peut se référer à la blancheur, la pureté et autres idées similaires. En latin et en grec,kha, comme danscalxet
ÉTYMOLOGIE ET ORIGINE DE LA SWASTIKA
Verbal Vandal
Khalix, se réfère à une pierre blanche, du calcaire ou de la craie. En grec,ar+ khesignifie « ancien », « premier » ou « principal » et était représenté par des robes blanches ;les Romains et leurs toges blanches nous rappellent cet usage.
Khan, un dirigeant des tribus mongoles et russes, probablement appelé ainsi du fait de sa robe blanche.
Ceci va choquer certains :Kenyablancheur » et est en faitsignifie « montagne de une combinaison deKhan+Yah».» ou «montagne de Dieu: «blanc de Dieu J’ignore comment il a pu être utilisé par ceux qui le désignèrent originellement.
Les Caucasiens sont des « Aryens », et « Aryen » est composé de deux mots hébreux : AR+YA« montagne de Dieu ». « Aryen » est apparenté au sanskrit, signifiant Arya: « noble » et àArjuna: « pur et blanc ».
En creusant un peu, vous voyez queKroy-Khasisa une origine similaire, et bien qu’il n’ait pas la même signification, il comporte la même idée : être levé, élevé, pur, brillant, flamboyant et blanc. Sous une forme ou une autre, porter des robes blanches représentant l’autorité.
Même le mot anglais mo-dernewhitevient du proto-germanique (c’est-à-dire une sorte de sabir basé sur l’hé-breu)khwitaz, dont la ra-cine estkhwi. N’est-ce pas si-milaire aukhadu Caucase, dansKhaukasisetCaucase? Je parie quekhwietkha proviennent tous deux de la même racine, bien des géné-rations auparavant. FIGURE2:Le Mont Kailash au Tibet, aussi appe-Le mot anglaiswhite, du ger-lée la Montagne de la Swastika aux Neuf mainkhwitazest apparenté Histoires aussi au sanskritsvetah, si-gnifiant « blanc », àsviteti: « briller », àsvetu« lumière » et au lituanien: sviesti: « briller ». Nous avons donc : Khwitaz Kailash (montagne du Tibet, appelée aussi « montagne de la swastika aux neuf histoires ») Svetah Sviteti Svetu Sviesti, tous d’une origine commune àSvuesti-Kha, ou « Swastika » !!!
2
Nous avons donc une fois en-core la racine pour «blanc » et «brillant »:Kha, rema-rié à sa forme plus tar-dive :SvuestiouSwuesti. Swastikaest une composi-tion de deux mots signifiant : « brillerblanc »,ou «blanc blanc ».
Vous comprenez maintenant pourquoi les juifs haïssent la swastika : parce qu’ils haïssent la pure blancheur, la pure lumière, la Race Blanche.
CAUCASIENNE,ARYENNE,BLANCHE
FIGURE3:Le Kailash, ou Montagne de la Swastika
Je fais la conjecture que ceci représente l’explication la plus complète du mot « Caucasien » qui soit disponible où que ce soit, et j’espère avoir le temps de pou-voir faire des recherches plus approfondies afin de compléter ce texte et de mon-trer les liens qui existent entre les éons et les langages.
✧ ✧ ✧
3
ÉTYMOLOGIE ET ORIGINE DE LA SWASTIKA
Verbal Vandal
MERVEILLEUX MOTS BLANCSLES LOGOS PAR LES SYMBOLES
L’étymologie est l’étude de la signification et des origines des mots. «Étymolo-gie »est un mot composé venant du grec :etymologos, signifiant «la vérité du mot », ou « la vérité est dans le mot ». En retraçant les mots à leurs anciennes ori-gines, dans d’autres langages, nous comprenons comment nos ancêtres pensaient. L’étymologie révèle également la vérité sur les pensées de Yahweh et sur Ses em-preintes divines dans les contrées sauvages de l’Histoire. L’étymologie dévoile le langage prophétique et permet la traduction dans un contexte moderne. L’exégèse des Écritures visant à une eschatologie précise est absolument impossible si une étymologie et une philologie fondamentales ne guident pas notre interprétation. L’étymologie est le rocher servant de fondation pour pouvoir établir de façon juste la parole de vérité. Le manque de connaissance en ce domaine a fait que nous avons hérité de pasteurs mercenaires, qui régurgitent tout simplement les affirma-tions qui sont enseignées dans des séminaires.
La philologie est un sujet beaucoup plus large, mais elle a comme élément essentiel l’étymologie. Elle se compose de plusieurs disciplines, incluant l’étude de familles de langues et le processus par lequel une langue, ou une famille de langues, se transforme en une autre langue. La philologie permet de rafraîchir notre mémoire collective sur nos ancêtres, en retraçant leurs migrations et les changements so-ciaux qui les ont accompagnés, changements que l’on retrouve à travers l’arbre généalogique des langues. En prenant la «vérité dans le mot», en le comparant à d’autres mots, en étudiant les changements de grammaire et les décalages tem-porels en ce qui concerne le placement des consonnes, les artefacts, les coutumes, les lois, la technologie, etc, le philologue parvient à peindre un tableau vivant de ce que les hommes, dans le passé, croyaient, sentaient et disaient, et à répondre à la question : «pourquoi les choses étaient-elles ainsi alors, et pourquoi sont-elles ce qu’elles sont aujourd’hui? ».
4
CAUCASIENNE,ARYENNE,BLANCHE
L’éducation classique était un élément principal de la fondation nationale améri-caine. Le fermier moyen, s’il n’était pas complètement illettré, était imprégné de l’étude des Écritures, d’his-toire, de littérature clas-sique, des lois, et de tout les outils nécessaires à la culture d’une société chré-tienne. L’esprit de la classe éduquée était tellement brillant qu’il éclipserait aujourd’hui, et de loin, celui des intellectuels modernes. Nos ancêtres étaient souvent bien éduqués et bien infor-més, même s’ils n’avaient jamais mis le pied dans un campus universitaire. Les cours de grammaire des écoles du dix-huitième siècle transmettaient une éduca-tion plus complète que les universités modernes. Si nous voulons détenir l’esprit de liberté qui animait nos pères fondateurs, nous devons transmettre une édu-cation qui ne peut être trouvée dans les établissements scolaires d’aujourd’hui. L’étymologie est un sujet critique d’étude pour comprendre l’Histoire à travers la signification et la mutation des mots, et la philologie illumine les forces cachées derrière les évènements.
La plupart des gens discernent la contrefaçon appelée «Nouvel Ordre Mondial», qui cherche à s’imposer dans le Nouveau Monde et à remplacer nos institutions, nos droits et nos lois par une contrefaçon commerciale basée sur des contrats à la pointe du canon, du «consentement »involontaire et une «protection »de nos «libertés »de style mafieux. Dans ce nouvel ordre mondial de lâches, des libertés telles que la religion, la libre parole, la propriété et le port d’armes sont réglementés et effacés par de multiples slogans, tandis que l’on nous vante en fanfaronnant la liberté que nous avons d’aller faire du «shopping »,d’exercer un choix consumériste et de pratiquer la sodomie si les produits chinois sans valeur ne satisfont pas notre âme vide. La résistance contre la tyrannie demande plus que de la rhétorique et des slogans tels que « rendez-nous notre Amérique » ou « à bas ZOG ».Il faut savoir qui nous a volé notre Amérique, comment notre pays a été pillé, par quels moyens et pourquoi, et comment nos ancêtres ont réussi à résoudre des problèmes semblables. Une éducation classique répond à de telles questions.
Nous devons garder à l’esprit que les destructeurs sociaux judaïques cherchent à créer une étymologie commerciale contrefaite et une fausse philologie commer-ciale afin de nous faire oublier les leçons de l’Histoire sur la manière de contrer la fermentation de la connaissance. Cela se fait principalement par des slogans qui sont renforcés par un modelage social addictif dans l’éducation, les médias et la publicité. La tâche du soldat contemporain pour la vérité est de contrer ces contre-façons commerciales en fournissant les vérités fondamentales sur les raisons et les
5
ÉTYMOLOGIE ET ORIGINE DE LA SWASTIKA
Verbal Vandal
motivations de nos ancêtres de nous apporter une nation, des lois, des coutumes et une culture.
Pour pouvoir être un patriote efficace et pour aller au-delà des slogans, vers la vraie connaissance, on doit étudier l’étymologie, la philologie, les Écritures, l’His-toire, l’anthropologie, la littérature classique, la loi, la philosophie et l’art de la guerre. On peut montrer de la ferveur patriotique, mais sans une fondation men-tale et spirituelle ferme, enracinée dans la vérité, cette ferveur luira comme une allumette et s’éteindra rapidement. Avec un enracinement profond dans la vérité, les hommes peuvent emmener la réclamation de leurs terres à un niveau supérieur.
Au-delà de la philologie est le Logos, exprimé en tant que reconnaissance de motifs. Ce sujet dé-passe la portée de ce pe-tit essai. Il suffit de dire que l’exemple ci-dessous introduit le concept de la reconnaissance de mo-tifs dans la nature ainsi que dans la loi naturelle. Il existe des motifs dans le monde naturel, y com-pris le langage, qui nous ramène à la source de toutes ces choses, Dieu Lui-même. En vérité, même dans le langage seul, nous ne pouvons jamais nous égarer quand nous montrons la présence de Dieu, et retracer les origines des mots nous amène au Logos, le Plan qui est avec Dieu et qui est Dieu Lui-même simul-tanément. Pensez-y comme si nous retracions des formes platoniciennes à travers des mots et des écrits.
Afin d’encourager le lecteur à explorer ces sujets, je vais fournir un exemple qui montrera comment l’examen des mots relie les problèmes d’importation et révèle la volonté divine et la destinée de l’homme. Nous examinerons quelques mots blancs merveilleux afin d’illustrer la Reconnaissance par le Logos, ou Reconnais-sance par Motifs.
HAVAH (hébreu) : auto-existant, auto-conscient, auto-illuminé, source de lumière qui permet la conscience d’objets (notez que le mot est un palindrome réfléchi de phonèmes).
YAVAH, YAHVEH, YAHWEH, YAVAY (hébreu) : conjugaison de HAVAH dans le passé, le présent et le futur; également un palindrome phonémique.
6
CAUCASIENNE,ARYENNE,BLANCHE
HAVOT (français) : « mesure de grain, de semence »; et bien entendu, la semence est BLANCHE.
[H]AVOT (hébreu) : patriarches, se référant à eux en tant que «pères d’une se-mence BLANCHE ».
HAVAT (hébreu) : ferme (se référant à un champ de semences BLANCHES).
OAT (anglais) : « semence blanche », du hébreu AVOT.
WHITE (anglais) : HWAET, apparenté à HAWAET, héb. HAVAH, HAWAH.
WHEAT (anglais) : HWAET, apparenté à HAWAET, héb. HAVAH, HAWAH.
WHEAT et WHITE viennent tous deux du proto-germanique KHWAITIJA, appa-renté à KUWAIT, signifiant littéralement « ce qui est blanc ».
WHEAT, WHITE, KHWAITIJA sont apparentés à l’hébreu HAVAH, HAWAH, HA-VOT.
Le Logos de motifs est rassemblé dans ces écritures :
« Le champ est déjà blanc pour la récolte . . . »
« Rassemblez l’ivraie (semence NOIRE) en bottes . . . et jetez-la dans le feu . . . »
« Mettez le blé (WHEAT, semence BLANCHE) dans ma grange . . . »
« vêtements (de mariage) BLANCS . . . »
Notez aussi que certains grains ont une teinte rosée (grain rouge), exactement comme l’ADAM hébreu signifie «être blanc et laisser apercevoir le sang dans le visage »,et l’anglais AUTUMN (le français AUTOMNE) signifie «devenir rouge», et est prononcé exactement comme le mot hébreu, ADAM.
Dans l’Identité Chrétienne, nous savons que la race BLANCHE constitue le bon grain que Yahweh, qui est HAVAH, sauvera .. .les brebis sont BLANCHES .. .La mariée porte du BLANC et l’anglais « BRIDE » (fiancée, jeune mariée) vient de l’hé-breu « BERIT, BRIT », signifiant ALLIANCE, et dans ce cas se réfère à l’ALLIANCE qui est un REVÊTEMENT par le mariage à Israël; et le voile BLANC de mariage recouvre le visage de la mariée, de telle façon que personne d’autre que l’époux ne puisse la voir.
Le nom de Dieu, YAHWEH, et le principe de Son existence, HAVAH, sont liés au fermage, HAVAT, qui inclut la génération de semence sous le principe du PÈRE BLANC, AVOT ou HAVOT, et donne du grain BLANC, qui est du BLÉ (WHEAT).
Le fromage BLANC se dit HAVARTI; une nation blanche est nommée HELVETICA (HA-EL-AVA) .. .nous pourrions littéralement vous inonder de beaucoup plus de
7
ÉTYMOLOGIE ET ORIGINE DE LA SWASTIKA
Verbal Vandal
mots portant tous les mêmes phonèmes, commençant par HA, qui signifie, en hé-breu, la réflexivité, et qui survit en gaélique comme représentant la réflexivité pour «je ».Le second phonème, VA, signifie tirer, amener à soi-même, ou pour soi-même, et indique la génération et la possession, comme dans l’anglais HAVE, dans l’allemand HABE, apparenté à l’hébreu HAVAH. En anglais, HAVE signifie ti-rer à soi-même; l’hébreu HAVAH signifie qui émane de soi-même et qui revient à soi : «je suis l’Alpha et l’Omega, le premier et le dernier, le début et la fin .. . ». C’est le Logos en action, visible pour nous quand nous savons relier et connecter les choses.
Il n’existait pas de forme transitive au verbe signifiant la possession (HAVE) au début, mais en ancien hébreu, nous aurions dit : « pour moi il y a trois moutons » plutôt que « j’ai trois moutons ». En hébreu, la phrase aurait été structurée comme suit : « HAVAH [trois moutons] », et en anglais : « HAVE [trois moutons] ».
HEAVE (hisser, soulever) et HEAVEN (cieux) sont également reliés à l’hébreu HA-VAH, dans le sens de «je me prends en charge moi-même» ou «je m’élève vers moi-même ».La forme féminine dans le sens reproductif de prendre soin de soi-même ou d’élever soi-même une descendance (semence) est dans HAVOT, WHEAT, et cette semence est BLANCHE.
Incidemment, la RACE BLANCHE est appelée « Aryenne » en sanskrit et en hébreu, ARYA signifiant « élevé » ou « amené vers Dieu », et ARYA en deux mots : AR (mon-tagne, terre élevée) et YA (forme mâle de HAVAH), qui signifie aussi «montagne de Dieu » ou « enlevé (vers le haut) par Dieu ». Clairement, la doctrine de l’Identité Chrétienne, selon laquelle la RACE BLANCHE est le peuple de Dieu est corroborée par cet exercice sur les motifs.
Pour les anciens hébreux, les semailles et le labourage d’un champ étaient vues comme «amener la lumière au sol», et dans les langages indo-européens, la lu-mière blanche, brillante, ainsi que toutes les variantes de ces mots, est reliée à WHEAT (le blé), WHITE, HAVOT, HAVAH, etc. Par exemple, SUHAVESTICA (SWASTIKA) se réfère à la lumière blanche du Soleil levant, et est lié au mot HARVEST (récolte). «Le champ est BLANC pour la récolte .. . »donne cet écho : « l’étoiledu jour se lève dans ton cœur .. . ».En hébreu, c’était appelé NeR, «ré-pandre la semence », et c’était écrit avec des symboles représentant une tête d’hom-me et une racine d’arbre :
« Quela lumière soit .. .et Dieu planta des arbres dans le jardin .. .». Je laisse ce passage ouvert de façon que le lecteur puisse en tirer lui-même les conclusions évidentes et délicieuses.
Ces différentes incarnations d’un ancien mot hébreu montrent le Logos en action : que Yahweh est le HAVOT (père) des hommes BLANCS qui sont du BLÉ (WHEAT) dans son HAVOT (champ).
8
CAUCASIENNE,ARYENNE,BLANCHE
« En Isaac ta SEMENCE [blanche] sera appelée . . . » : les fils de Zak = Saxons.
Bien sûr, on doit reconnaître la relation philologique entre Dieu, le blé, les hommes blancs et un champ de blé dans le motif (Logos). La pureté de la semence fait partie intégrante du Logos, ou Plan, et c’est pourquoi Yahweh nous laisse apprendre les conséquences affreuses, mauvaises et douloureuses du mélange racial dans notre Babylone moderne infestée de bêtes : « Je planterai de la semence de bête parmi eux .. . »,ce qui est une punition pour servir à notre instruction.
Le Logos est clair : notre AVOT nous enseigne, à chacun de nous, à être un AVOT dans notre petit jardin.
❖ ❖ ❖
9