Histoire de l
152 pages
Français
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Histoire de l'ornementation des manuscrits

-

Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres
152 pages
Français

Description

m^rS!^S1^^9^SS>)au texte. Au V^ fiècle, un concile avait ordonné l'étude de la calligraphie aux moines, &, par cela feul, il avait imprimé aux diverfes branches de cet art une dignité vraiment religieufe. Après le xiii'- fiècle, il n'en fut pas des zManufcriis. »3 c'eft bien partir demiles en oubli, &: à : les prclcriptions turentainfi c eft alorsde l'iUuminateurvoit le Icribe le léparer ;cette époque qu on nombreux réfervés aumanufcrits des blancsremarque dans lesqu on calligraphes, quele titre dedonc confondre fouspemtre. On ne doit JeX'oyez [Hijtoircpremière période.illuminateurs de la (les fcribes les zMonuments.)fart par entreprend de parlerla foi nouvelleépoque mémorable oùA cette les évéquesdurant les fièclesoùchancelant,relâche au néophytefans mottemps en unle dogme, auavant tout ft)rmulerfentcnt qu'il faut un em-befoins du culte,même auxlivres religieux manquentoù les on voit, aude calligraphe :fait honneur du titrepereur d'Orient lé pein-parmoments à lafe vouerdu v^ fiècle, Théodofe-le-Jeunedébut ture des manufcrits. remarqué,fa pas aiïezT fon ne plus grandsalors que lesc'ert reçoità fart quinoms s'aHTocient c'eftencouragements,de li hauts hommes lesfon voit lesalors que artchercher dans 1éminentsplus une fûrecalligraphecharmant du quiaux maux terriblesdiflraélion Barbares. Enlinvalion desfuivent fanglantesles diflenfionsce temps, Rome ourenouvellent dans-•-^j qui lé jettent au fondByzance,dans.^) fontrévolutionsdu trône.

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de lectures 7
Langue Français
Poids de l'ouvrage 10 Mo

Exrait

m^rS!^S1^^9^SS><HISTOIRE
DE
L'ORNEMENTATION
T'ES m<i4îI^USC%JTS.^-^""r.
ttnhfctit^%
AtDccc^^'IT.I.
§
UNE OPlNiON DU DANTE SUR L'ART FRANÇAIS. — ANTIQUITE
DE LA PEINTURE DANS LES LIVRES. — LART CHEZ LES GRECS
ET CHEZ LES — BAS SIECLES.ROMAINS.
génie le plus puilTaiu qui aitEST le
eft Dante quiéclairé le moyen-âge, c le
le premierlamour de la Francerappelle
ornés de peintures,pour les beaux livres
avaitc'eft Paris, où le grand homme&
Ton exil, que le poète regardevécu dans
dès qu ilcomme la cité par excellence,
habiles quitrouver des peintress'agit de
I<mienfeignéceux queavaient lans doute
admirait :pays
lu Odciiji^cvj/f,
tjutll' jrrc,e Conor i//Lonor J^c^gobbio
Lliijnhir.i in Varifi.Ch'ulluminare èOrnementation6
ici l'opinion dedu poète, c'eft Ton fiècle elle nous fuffit.La parole ;
tel qu'il était pratiqué à partir du temps de Charle-en France,Lart
xvi^ fiècle, eut de nombreux admirateurs, desjufqu'au & créamao"ne
pour qu'il demeurât fans rival en Europe.aflez célèbresécoles
Aïs elfayons de faire comprendre par quels
efforts habilement dirigés, par quelle férié d'é-
tudes renouvelées des antiques traditions, par
quelle proteélion non interrompue, due tantôt
des fouverains, tantôtà à des prélats, fart de
filluminateur profpéra en France & dans les
plus que dans les autresFlandres pays.
E E par les Grecs& connu des Ro-
mains, perdu pour ainfl dire du-
rant les bas fiècles, reconquis avec
tout fon éclat, grâce à fimpulfion
que lui donna le puilfant empe-
reur, ami d'Alcuin, cet art charmant fleurit
xv^ fiècle,furtout au & ne s'arrêta parmi
nousdans fes évolutionsvariées,qu'au fiècle
de Louis XIV.
Bien que monaftique à fon début& ré-
aux pieux recueillementsfervé du cloître , il refta longtemps étranger
aux couvents de la France. S'il laifla traces dans vi^des le fiècle, il ne
fut réellement cultivé qu'au viii^. Avant de fe faire admirer, la France
eut des maîtres modèles : on verra bientôt quelle& admira des fut la
fuccefllon des œuvres dont elle s'infpira.
Confié durant l'antiquité à une matière en apparence des moins
durables, ce genre de peinture remonte aux temps les plus anciens
;
il a même dont fart monétaire afurvécu à ces empreintes perpétué
les merveilles, & que Ton pouvait fuppofer avec raifon devoir rem-
porter en durée de la caUigraphiefur tous les chefs-d'œuvre mais, ici,5
hâtons-nous de le dire, la nature du climat joue le rôle principal, & fi
Ton pofifede des mille lesrituels vieux de trois ans, où fymboles de la
religion d'une rareégyptienne font reproduits en couleurs vivacité fur

  • Accueil Accueil
  • Univers Univers
  • Livres Livres
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • BD BD
  • Documents Documents