Histoire des Musulmans d

Histoire des Musulmans d'Espagne : jusqu'à la conquete de l'Andalousie par les Almoravides (711-1110)

-

Documents
408 pages
Lire
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Description

=00 CD 00 *&fc U*0W3KW HISTOIRE MUSULMANS D'ESPAGNE vendSe : à Paris chez B. Duprat »» Madrid C. Bailly-Baillière , »» Londres Williams et Norgate » »Leipzig T. 0. Weigel. Vu les traités internationaux relatifs h la propriété littéraire , l'éditeur de cet ouvrage- lesse réserve le droit de reproduction et de traduction. II poursuivra toutes contrefaçons faites au mépris de ses droits. E. J. BRIL L. HISTOIRE DESPAGNEMUSULMANS JUSQU'A LA CONQUÊTE DE l'ANDALOUSIE PAR ALMORAVIDESLES (711—1110) R. D Z Y de l'ordre de Cliarles III d'Espagne,Commandeur membre correspondant de l'académie d'histoire de Madrid associé étranger de la Soc. asiat. , de Paris, professeur d'histoire a l'université de Leyde , etc. TOME PREMIER ^ sLEYDE n E. J. BRILL Imprimeur de l'U e i l én i v r s 1861 AVERTISSEMENT particulièrement celle desL'histoire d'Espagne, et Maures, a été pendant vingt ans l'étude de mon choix, ma préoccu- pation de toutes les heures , et avant de commencer le livre que je publie aujourd'hui, une partie de ma vie s'est passée à eu rassembler les matériaux qui étaient épars dans presque toutes les bibliothèques de l'Europe à les examiner , à les , comparer, à en publier un grand nombre. Toutefois je ne livre cette Histoire au public qu'avec une extrême défiance.

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de visites sur la page 44
Langue Français
Signaler un problème

=00
CD
00*&fcU*0W3KWHISTOIRE
MUSULMANS D'ESPAGNEvendSe :
à Paris chez B. Duprat
»» Madrid C. Bailly-Baillière ,
»» Londres Williams et Norgate
» »Leipzig T. 0. Weigel.
Vu les traités internationaux relatifs h la propriété littéraire , l'éditeur de cet ouvrage-
lesse réserve le droit de reproduction et de traduction. II poursuivra toutes contrefaçons
faites au mépris de ses droits.
E. J. BRIL L.HISTOIRE
DESPAGNEMUSULMANS
JUSQU'A LA CONQUÊTE DE l'ANDALOUSIE
PAR ALMORAVIDESLES
(711—1110)
R. D Z Y
de l'ordre de Cliarles III d'Espagne,Commandeur membre correspondant
de l'académie d'histoire de Madrid associé étranger de la Soc. asiat.
,
de Paris, professeur d'histoire a l'université de Leyde , etc.
TOME PREMIER
^ sLEYDE n
E. J. BRILL
Imprimeur de l'U e i l én i v r s
1861AVERTISSEMENT
particulièrement celle desL'histoire d'Espagne, et Maures,
a été pendant vingt ans l'étude de mon choix, ma préoccu-
pation de toutes les heures , et avant de commencer le livre
que je publie aujourd'hui, une partie de ma vie s'est passée
à eu rassembler les matériaux qui étaient épars dans presque
toutes les bibliothèques de l'Europe à les examiner , à les
,
comparer, à en publier un grand nombre. Toutefois je ne
livre cette Histoire au public qu'avec une extrême défiance.
Le sujet que est nouveau,j'ai choisi car, comme j'ai tâché
Jde le démontrer ailleurs les
, livres qui en traitent ne sont
d'aucune utilité; ils ont pour base le travail de Conde, c'est-
à-dire le travail d'un homme qui avait peu de matériaux à
sa disposition qui , faute de connaissances grammaticales
; ,
Dans la la1) première édition de mes Recherches sur l'histoire et
p
littérature de VEspagne pendant le moyen âge.,,,
VI
même de comprendre ceux avaitn'était pas à qu'il , et qui
absolument de sens historique. Il ne s'agissaitmanquait donc
et là quelques faits défigurés parpas de rétablir çà mes de-
de produire quelques circonstancesvanciers , ou nouvelles
reprendre les choses par la racine de fairemais de , vivre
première fois dans l'histoire les musulmans d'Espagnepour la ;
de la matière forme un deet si la nouveauté ses attraits
,
même temps la cause de toutes sorteselle est en de difficul-
tés.
maJe crois avoir eu à disposition presque tous les ouvra-
relatifs Mauresges manuscrits , à l'histoire des qui se trou-
,
vent en Europe, et j'ai étudié mon sujet sous toutes ses fa-
ces; cependant, comme je ne m'étais pas proposé d'écrire
une œuvre de science sèche et sévère , destinée à telle ou telle
classe de lecteurs, je me suis bien gardé de rapporter tous les
faits qui sont venus à ma connaissance. Voulant satisfaire
autant qu'il était en moi , aux règles du bon goût et de la
composition historique, qui commandent de mettre en évi-
dence un certain ordre de faits dont les autres sont l'ac-
,
cessoire et l'entourage j'ai souvent été obligé de condenser
,
en peu de lignes le résultat de plusieurs semaines d'études
,
et même de passer sous silence des choses qui, bien qu'elles
ne fussent pas sans intérêt sous un certain point de vue
,
ne cadraient pas avec le plan de mon travail. En revanche
je me suis efforce de présenter dans le plus grand détail les