Dormillouse 40 ans déjà
131 pages
Français

Dormillouse 40 ans déjà

-

Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Description

Mon histoire avec le village.

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 05 novembre 2020
Nombre de lectures 40
EAN13 978-2-9557893
Langue Français
Poids de l'ouvrage 41 Mo
A mes amis de Dormillouse : Paul et Marie-Ève son épouse, Charlie et Bernadette, Gil, Sophie, Yvette, Denise, Jean, son épouse et sa fille, Sylviane et Jackyet tant d’autres encore…
Avertissements…
Je ne vais pas raconter l’histoire de Dormillouse. Vous la trouverez en détails sur un site comme (paysdesecrins.com)ou encore mieux dans la brochure que Paul Peschon lui-même a rédigée "Histoires de Dormillouse"… Internet fourmille de publicités pour vous parler de ce villageJe ne cherche pas à faire de la publicité pour Dormillouse, les organismes de commerce et de tourisme le font mieux que moi. Je veux juste faire revivre des souvenirs de ce hameau perdu dans le massif des Écrins…J’ai connu Dormillouse en 1977(ou 1978) en traversant le Cold’Orcières en hiver… Avec un camarade, nous avons découvert un hameau avec des chalets plus ou moins délabrés. Il faisait nuit etnous n’avons vu de vie quedes lumières de bougies au travers de rares fenêtres. Ne voulant déranger personne, nous avons bivouaqué dans un de ces chalets qui nous semblait abandonné et nous sommes repartis au petit matin sans rencontrer âme qui vive en direction de Prapic par le Col des Terres Blanches. Puis je suis revenu à Dormillouse. En effet, ayant passé mon brevetd’accompagnateur,j’y suis retournésouvent avec des clients… J’y suisaussi remonté tout seul ou accompagnéd’amis pour des séjours toujours trop courts à mon gré. J’aiaimé ce hameau abandonné des dieux au point mêmed’avoir eu envie d’acheter undes chalets nommé "Petit Versailles" et d’aller vivre là-haut.Cette acquisition ne s’est pas faite maisà défaut,en 1982 j’ai acheté un appareil photo et figé des souvenirs pour longtemps. Je sais maintenant que depuis cette période, le "commerce"s’y est développé. Le hameau compte plusieurs gites et près de 350 personnes "visitent" ou passent à Dormillouse sur le chemin des lacset "consomment" du Dormillouse…Je ne sais si l’invasiontouristique des lieux est un bien ou un mal maisc’est quand même tant mieux pour la survie de ce village. Mon propos n’est pasnon plus baigné de "nostalgie", il veut simplement raconter -à l’aide d’imagesun vécu, des - rencontres et des souvenirs. Ces clichés vieillissentIls datent du début des années 1980 jusqu’à 1993…Ils se suffisent à eux-mêmes et racontent mieux que des mots le cadre qui a servi à de nombreuses aventures dans la montagne autour du village. C’est danscet environnement que j’ai"appris" la montagne moi qui pourtantavait déjà gravi bien des sommets… J’ai pris conscienceque je n’avais fait que collectionner des noms de montagnesmais c’est dans la neige d’un Grand Pinier que j’ai senti le souffle d’une avalanche, c’est auxTerres Blanches que j’ai entendu le vol et le cri d’un lagopède,c’est au sommet du Petit Pinier que j’ai découvert le plaisir des yeux devant un paysage etc’est dans cetenvironnement que j’ai trouvé le cœur dela montagnevraie…L’aventure humaine aussi a été "forte". Les rencontres y ont été parfois fugaces mais tellementéclatantes et les relations quis’en suivirent tellement solides…Cela fait 37 ans (depuis juin 1993) que je ne suis plus retourné à Dormillouse.Je n’ai eudepuis aucun contact avec quelqu’un du village ou quelqu’un de passage que j’y aurais rencontré ! Ai-je tourné une page ? Je ne sais mais sic’estle cas c’en est unequi a marqué ma vie…Aussi,l’idée m’est-ellevenue d’en parler comme d’autres rédigent des biographies. Je ne me pose pas de questions sur cette envie.J’ai simplement, à un moment, ressenti le besoinde partager ces souvenirs…Souvenirs, souvenirs…
Situation…
La Vallée de Freissinières
Le village
Les cascades
Description
Plan du village
Les habitations…
Les Romans
Pra Barnéou
La Michelaine
Les Enflous
Sommaire…
Les hauts vallons, les sommets…et les joies de la montagne…
Épilogue…
Le village vu "d’en haut" (1993)
Situation…
Carte des limites de la commune de Freissinières La Vallée de Freissinières
Après avoir quitté la Roche de Rame en direction de Pallon et avoir jeté un dernier regard sur la vallée de la Durance en direction de Guillestre et Embrun, une petite route entre dans une superbe vallée bordée de hauts sommets et abritant une charmante rivière…Cette vallée estsituée au Sud de l’Argentière dans les Hautes-Alpes. Orientée Est-ouest, elle commence dans la Durance à 900m d’altitude pour finiren haute montagne par le Vallon de Chichin qui conduit au Col de Freissinières à 2782m et se prolonge au Sud du village de Dormillouse par d’autres vallons: celui de Fangeas qui aboutit au Col des Terres Blanches à 2721m ou encore le vallon du Ruffy qui arriveau Col du Fond de la Cabane à 2928m…Tous ces vallons se réunissent sous le village de Dormillouse et groupent leurs eaux dans "la Biaisse" (Biaysse) qui se jette plus loin dans la Durance. Ces différents vallons sont dominés par des sommets dépassant 3000m d’altitude : La Tête de Soulaure ou Félix Nef au Nord (3290m), le Grand Pinier (3117m), le Petit Pinier (3100m) et le Rochelaire (3108m) pour les principaux. Les autres, les Lauzes Rousses et la Tête de Couleau avoisinent 3000m. La Vallée de la Biaisse est "encaissée", les pentes y sont "raides" mais elle "s’ouvre" au-delà de Dormillouse par de grands et beaux vallons…Dans la partie Sud, les pentes "s’adoucissent" pour permettre untrès beau ski de randonnée. Quand on décrit la vallée de Freissinières, il ne faut pas oublier de parler des lacs comme Palluel au pied du Grand Pinier, Faravel sur le parcours du Petit Pinier et Fangeas vers le col des Terres Blanches…Et quoi vous dire encore que vous ne découvrirez vous-même ! On peut parler de son histoire très ancienne car des objets datant du paléolithique ont été trouvés dans la vallée. Les dernières prospections ont mises à jour des vestiges qui ont pu être datés et remontent à environ 12000 ans.
Les origines du village sont incertaines car différents noms qui désignent le lieu sont antérieurs à l’installation des réfugiés Vaudois fuyant les persécutions dans la vallée de Durance. Les guerres de religions ont inscrit Freissinières dans l’histoireen raison du massacre des habitants de la valléeen 1448…
En 1393, quatre-vingt Vaudois avaient déjà été brûlés vifs sur l'esplanade de la cathédrale d'Embrun.
Mais mon propos n’est pas d’écrire l’histoire de Dormillouse. On peut latrouver surfr.wikipedia.org/wiki/Dormillouseelle y est abondamment développée…
La Roche de Rame vue de la route de Pallon
La vue sur la vallée de la Durance…Après avoir dépassé le hameau des Ribes et un élargissement de la vallée propice aux prairies et quelques cultures, on s’engage par une route étroite dans la vallée profonde…On longe une charmante rivière qui n’est pas encore le torrent sauvage que l’on retrouve en amont et qui se nourrit de toutes les sources et ruisseaux dela haute vallée…Passé le hameau des Viollins,la route devient "redoutable" l’hiver car elle n’est pas toujoursdéneigée. Maisn’oublions pas que nous sommes dans une montagne "sauvage" et non dans une station de ski.
La route "déneigée" avant les Viollins (1983).
La traversée des Viollins sur la glace (avec des chaines) en 1985
Le contraste est saisissant entre l’hiveret l’été…
La Biaisse entre torrent et rivière sur fond de Tête de Gramuzat et du Grand Pinier en hiver et au printemps, la même année 1993
Je devais être (un peu) fou pour aller à Dormillouse en moto par -18° et 20cm de glace au parking !!!
Conséquence d’une soirée (très) arrosée… C’est ce que l’on m’a dit quand je suis arrivé au village!!!