Le “Patrimoine Feller” dans la Vallée du Richelieu, berceau du protestantisme français au Québec

Le “Patrimoine Feller” dans la Vallée du Richelieu, berceau du protestantisme français au Québec

-

Français
3 pages
Lire
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Description

La municipalité de Saint-Blaise-sur-Richelieu, située dans le riche territoire agricole des Basses-terres du Saint-Laurent, a la particularité d’avoir été un noyau franco-protestant, quelque quarante ans avant d’être constituée en paroisse catholique. À son apogée, l’Institut Feller regroupait une vingtaine d’immeubles et de dépendances.

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 11 juin 2020
Nombre de lectures 1
Langue Français
Signaler un problème
Le “Patrimoine Feller”dans la Vallée du Richelieu,
berceau du protestantisme français au Québec
«Au Québec, l’œuvre baptiste francophone remonte à 1837, grâce aux missionnaires suisses Henriette Feller et Louis Roussy. Les Églises [locales] issues de ce mouvement (la Mission de la Grande-Ligne) se réorganisèrent en 1969 sous le nom d’Union d’Églises baptistes françaises au Canada. [...] Le ministère de Roussy et Feller dans la localité de Saint-Blaise-sur-Richelieu au XIXesiècle a eu des portées incroyables sur le développement du protestantisme au Canada francophone. Marie-Claude Rocher, membre de l’Église Renaissance à Québec, a souhaité faire l’étude approfondie de ce récit; il est en ressorti la création de la Place Feller à Saint-Blaise-sur-Richelieu, avec le développement d’une installation récréo-touristique inaugurée en 2014. Un lieu à découvrir à vélo ou en voiture ! » Source:Héritage historique{Union d’Églises baptistes francophones du Canada} https://unionbaptiste.com/heritage-historique/ Extraits choisis du livreHuguenots et protestants francophones au Québec (Marie-Claude RocherMarc PelchatPhilippe ChareyreDidier Poton) La municipalité de Saint-Blaise-sur-Richelieu, située dans le riche territoire agricole des Basses-Terres du Saint-Laurent, a la particularité d’avoir été un noyau franco-protestant, quelque quarante ans avant d’être constituée en paroisse catholique. [En 1896, lorsque cette] paroisse est officiellement constituée, l’Église évangélique baptiste de Grande-Ligne (aujourd’hui l’ÉgliseRoussy-Mémorial) possède depuis sept ans un temple pouvant réunir 250 personnes et la Société évangélique de la Grande-Ligne comprend plusieurs églises bâties dans les communautés avoisinantes, des stations missionnaires dont l’action s’étend jusque dans les Étatsde New-York et du Vermont [pour évangéliser les centaines de
milliers d’ouvriersayant expatriés dans les régions industrielles du Nord-Est des Canadiens-Français États-Unis], des écoles rurales pouvant accueillir un total de 200 enfants par année, un pensionnat pour filles situé à Longueuil ainsi que l’école locale pour garçonsle futur Institut Feller, qui en est déjà à son deuxième agrandissement et deviendra un collège influent et rayonnant. [...] À son apogée, l’Institut Feller regroupait une vingtained’immeubles et de dépendances.[...] Dans son rapport annuel de 1915, le secrétaire général de la Mission de la Grande-Ligne évaluait à 7000 le nombre d’élèves ayant fréquenté l’Institut Feller depuis sa fondation, 80 ans plus tôt. On imagine l’impact d’une telle population sur la société locale —et ce que l’on ne voit plus, depuis 1967, c’est la vie communautaire qui s’articulait autour des pensionnaires, des visiteurs, du personnel : les cloches annonçant le culte, les sorties de groupe, les fêtes, la musique, les événements sportifs, les constructions, le développement, bref, l’effervescence d’une vie de collège… traces immatérielles, rendues plus élusives encore par la destruction des documents qui les auraient consignées, lors de l’incendie[en 1968] du bâtiment principal. [...] Enfin, l’anglicisation des franco-protestants prit de l’ampleur dès 1910. De nombreux mariages unirent anglophones et francophones de même religion et, pour des raisons de financement, plusieurs Églises fondées par des francophones devinrent bilingues, imitées par l’Institut Feller. Voyant, d’une part, les difficultés encourues systématiquement par les convertis et d’autre part, les avantages financiers d’un rapprochement avec la communauté anglo-protestante, la Mission de la Grande-Ligne avait opté pour une réorientation fondamentale :It was decided that the Mission should embark on a gradual dilution [!] of the French orientation of the work. Malgré ses prétentions, en excluant de la nation tous ceux qui ne répondaient pas aux critères catholiques et français, le clergé catholique favorisait l’anglicisation du Québec dans la première moitié du XXe siècle. Chez les Canadiens-Français eux-mêmes, bon nombre recherchaient une promotion sociale dans leur assimilation à l’anglais. L’Institut Feller n’échappe pas au mouvement d’anglicisation. Depuis 1917-1918, le journal interne publiait ses articles presque exclusivement en anglais, révélant un haut taux d’anglicisation tant chez les étudiants que dans le corps professoral. Instruits en anglais, attirés par une conjoncture économique plus prometteuse, les jeunes protestants trouvaient souvent plus naturel de s’intégrer à la communauté anglaise, échappant ainsi à la formidable pression sociale catholique qui s’exerçait sur eux.[...]
À la fin des années 1950, la Mission de la Grande-Ligne se retrouva avec moins de la moitié des effectifs qui étaient les siens au début du siècle et constata l’échec de sa politique de bilinguisme. Les années soixante furent donc un temps de questionnement, de réévaluation et de réorientation. [...] À mesure que s’effritait le cadre identitaire clérico-nationaliste séculaire, la communauté franco-protestante se mit à affirmer sa double appartenance et, bien sûr, à chercher ses racines, incontournables composantes de son identité. [...] Les fêtes du centenaire de Saint-Blaise, en 1988, ont fait une large place à la présence historique des franco-protestants et ont reconnu leur rôle de fondateurs sur le territoire ; l’église protestante locale, Roussy-Mémorial, est revitalisée et les autorités municipales rendent à Henriette Feller un hommage toponymique. Depuis le début des années 2000, plusieurs gestes mémoriels ont été posés à l’égard du patrimoine franco-protestant: création de la Société d’histoire du protestantisme franco-québecois, participation aux grands événements dont le 400eanniversaire de Québec, installations de plaques commémoratives, élaboration de circuits pédestres ou cyclables, expositions, publications. L’apport des nouvelles technologies vient en appui, ouvrant les pistes prometteuses de la conservation virtuelle, de l’archivage
électronique, de l’interprétation interactive et de la visite en réalité augmentée, dont certains pourraient s’appliquer dans le contexte d’une valorisation de l’ensemble Feller.Source:Ensemble Feller{Patrimoine Feller} https://patrimoinefeller.com/historique/protestants-francophones/Compléments : Photographie de l’Institut Feller à Grande-Ligne{Bibliothèque et Archives nationales du Québec}853307/195232ils/iruq.eabqnq..cac/patrimoine/detatth//p:menuDouble traîtrise ou double appartenance ? Le patrimoine des protestants francophones au Québec{Ethnologies}https://www.erudit.org/fr/revues/ethno/2003-v25-n2-ethno719/008055ar/