22 pages
Français

Informations bibliographiques ; n°2 ; vol.48, pg 322-342

-

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Revue française de science politique - Année 1998 - Volume 48 - Numéro 2 - Pages 322-342
21 pages

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 01 janvier 1998
Nombre de lectures 24
Langue Français
Poids de l'ouvrage 2 Mo

Informations bibliographiques
In: Revue française de science politique, 48e année, n°2, 1998. pp. 322-342.
Citer ce document / Cite this document :
Informations bibliographiques. In: Revue française de science politique, 48e année, n°2, 1998. pp. 322-342.
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/rfsp_0035-2950_1998_num_48_2_395277BIBLIOGRAPHIQUES * INFORMATIONS
GÉNÉRALITÉS, METHODOLOGIE
BERCÉ (Yves-Marie) dir. - Les monarchies. - Paris, PUF, 1997. 24 cm, 536 p. Bibliogr.
Index. (Histoire générale des systèmes politiques)
C'est une gageure de vouloir traiter dans un même volume du «système» de la
monarchie surtout si, commençant par les royautés antiques, finissant par les monarc
hies européennes d'aujourd'hui, on veut en outre traiter de la crise des monarchies
à la fin du XVIIIe siècle, en faisant toute sa place à la crise révolutionnaire de la
France. On dira donc seulement que le point de vue ici choisi est des plus tradition
nels : les Parlements d'Ancien Régime usurpaient quand ils se disaient gardiens des
lois fondamentales d'une monarchie limitée, la royauté absolue a donc eu raison de
les dissoudre et de tenter la réforme de Maupeou (mais on ne dit pas un mot de
Malesherbes et de l'affranchissement des protestants) ; la transformation des États-
généraux en Assemblée nationale a été un coup d'État qui contient en germe toute
la violence de la Terreur, alors que la révolution de 1830 a permis le vrai jeu d'une
Charte dont l'esprit interdisait la réforme électorale. Échec qui conduira à la Révol
ution de 1848, et donc à la fin de la monarchie, au moins pour la France (mais on
garde le silence sur le changement de dynastie qui bafoua le principe de la succes
sion dynastique). Si le mérite de ce livre est de se vouloir comparatif dans l'espace,
comme dans le temps, il faut quand même regretter l'absence totale de conceptuali
sation sur le lien éventuel qui peut, ou non, exister entre monarchie et tradition,
entre monarchie et droits fondamentaux, et finalement et constitu-
tionnalisme, justement le principe au travers duquel le systèmea de la monarchie a
encore quelque chose à dire aujourd'hui.
BRASS (Paul R.) - Theft of an idol, Text and context in the representation of collective
violence. - Princeton, N.J., Princeton University Press, 1997. 24 cm, XIV-298 p. Notes
bibliogr. Index. (Princeton studies in culture, power, history)
Theft of an idol a été écrit et paraît alors que la fréquence et l'intensité de la
violence en Inde du Nord ne cessent d'augmenter. Les émeutes entre communautés
religieuses ou entre castes sont en effet devenues un phénomène récurrent s' inscri
vant sur fond de montée du nationalisme hindou et du recul de la loi. P.R.B. choisit
d'analyser cinq cas de violence intercommunautaire ou opposant la police aux
citoyens qui ont eu lieu en Uttar Pradesh entre 1979 et 1992. Dépassant les sché
mas traditionnels d'analyse des émeutes comme phénomènes séquentiels ou détermi
nés par un environnement humain, économique et politique, il s'intéresse à
l'imaginaire des émeutes. Dans de nombreux cas, le présentation des situations de la
violence intercommunautaire ou intercastes n'est que la construction politique d'une
réalité ouverte à de multiples interprétations. Dénonçant cette tentative de prendre en
main et de transcender le contexte local, P.R.B. cherche à lui redonner place et à
déterminer un nouveau mode d'analyse, reposant sur l'étude du discours des acteurs
impliqués. S'inspirant directement de l'approche de Michel Foucault dans Moi,
Pierre Rivière, P.R.B. analyse les cinq cas par construction et déconstruction d'un
texte qui relate les circonstances, faisant ainsi ressortir la relativité des interpréta
tions et l'usage qui en est fait. Cette méthode permet de mettre en lumière un «sys
tème institutionnalisé d'émeutes» qui se définit par l'intérêt politique d'acteurs très
* Établies sous la responsabilité de Serge Hurtig, assisté de Linda Amrani et de
Rachel Bouyssou, avec, pour ce numéro, la collaboration de Romain Bertrand, Marie-
Élisabeth de Bussy, John Crowley, Jean-Luc Domenach, Nicole Grimaud, Pierre Has-
sner, Guy Hermet, Christophe Jaffrelot, Lucien Jaume, Stéphanie Lautard, Lilly Mar-
cou, Denis-Constant Martin, Luiz Martinez, Philippe Rivaud, Odile Rudelle, Marie-
Claude Smouts, Catherine Wihtol de Wenden auxquels la Revue adresse ses remercie
ments.
322 bibliographiques Informations
variés, du parti au pouvoir aux représentants des groupes en conflit. La réappropriat
ion et l'instrumentalisation de l'incident par les acteurs politiques (élus locaux ou
nationaux) ou apolitiques (bureaucrates, forces de police, membres d'associations
sociales ou représentants des communautés religieuses) en étendent la signification
au-delà de son lieu d'occurrence, le dotant d'une exemplarité dont il était dépourvu
à l'origine.
BRATTON (Michael), VAN DE WALLE (Nicolas) - Democratic experiments in Africa,
Regime transitions in comparative perspective. - Cambridge, Cambridge University Press,
1997. 23 cm, XVI-307 p. Bibliogr. (Cambridge studies in comparative politics)
Cette vaste synthèse s'efforce de replacer l'analyse des transitions africaines
dans une perspective comparative. Elle montre à quel point l'héritage institutionnel
du patrimonialisme a structuré les changements qui se sont produits depuis 1990. Ce
faisant, les auteurs confirment l'importance des facteurs internes de l'évolution et,
sans nier leur impact, nuancent l'influence des externes. Ils concluent que
les perspectives de démocratisation en Afrique, qu'ils jugent limitées, sont aussi dif
férentes de celles que l'on a pu mettre en évidence en Asie et en Amérique latine
parce que l'héritage des autoritarismes des années soixante-dix et quatre-vingt est
d'un autre ordre. Cet ouvrage recèle une grande quantité d'informations utiles, fait
un effort vigoureux pour redonner place à l'Afrique dans la science politique
comparatiste et fournit au lecteur les moyens d'apprécier les conclusions qu'il pro
pose.
CAMMACK (Paul) - Capitalism and democracy in the Third World, The doctrine for
political development. - London, Leicester University Press, 1997. 22 cm, 277 p. Bibliogr.
Index. (Critical political studies)
Analyse de la théorie du développement politique d'un point de vue marxiste.
P.C. soutient que les théories développées depuis les années cinquante n'ont pas la
portée universelle à laquelle elles prétendaient mais visaient à produire une doctrine
justifiant la promotion du capitalisme dans les sociétés en voie de modernisation :
tout juste un programme de transition3 pour l'installation et la consolidation des
régimes capitalistes dans le Tiers Monde. La littérature sur le développement politi
que est passée en revue afin de révéler la vraie nature de cette « science sociale
bourgeoise » : une idéologie empreinte de préjugés et de prosélytisme.
DEAN (Jodi) éd. - Feminism and the new democracy, Resiling the political. - London,
Sage, 1997. 24 cm, IX-274 p. Bibliogr. Index. (Philosophy and social criticism)
Cet ouvrage collectif tente de resituer les orientations politiques du féminisme,
partant du postulat qu'on ne peut refuser la politique, mais que l'on peut resituer le
politique. Des mutations importantes se sont produites dans la pensée féministe,
depuis les approches en termes de différences des sexes jusqu'aux différences parmi
les femmes, puis aux interférences multiples entre les différences. A partir d'appro
ches théoriques et d'études de cas (États-Unis, Inde, lesbiennes, pratiques racialisées
de l'adoption), les auteurs cherchent à définir les contours d'une ère post-féministe
et d'un féminisme démocratique imprégnés des nouveaux débats, définissant les rela
tions renouvelées entre le féminisme et la politique. Il s'agit là d'un instrument de
travail précieux pour les étudiants, les chercheurs, les spécialistes du féminisme et
les politologues. L'ouvrage s'articule autour de quatre parties : les analyses en te
rmes de victimisation, la pratique des coalitions avec des thèmes égalitaristes ou
identitaires, l'accent mis sur le corps, les réflexions sur le féminisme et la démocrati
e.
DIKSHIT (Ramesh Dutta) éd. - Developments in political geography, A century of
progress. - New Delhi, Sage, 1997. 23 cm, 387 p. Bibliogr. Index.
Cet ouvrage se veut une commémoration du centenaire de la «géographie poli
tique», une sous-discipline qui serait née de façon formelle en 1897 avec l'ouvrage
de F. Ratzel, Politische Géographie et dont R.D.D résume la carrière dans l'intr
oduction et le premier chapitre. L'ouvrage vaut surtout par l'examen des remises en
cause de l'État-nation, liées tant au pluralisme ethnique qu'à la montée des régiona-
lismes ou à la «globalisation». Les chapitres portant sur la géographie électorale
sont les plus succincts. Les deux derniers retiendront l'intérêt en raison de leur
dimension méthodologique et introspective, puisque les auteurs s'y interrogent sur la
323 française de science politique Revue
pertinence de l'approche des relations internationales par les géographes - une
réflexion dont la géopolitique ne sort pas indemne. Le livre est remarquablement hété
rogène en dépit de l'omniprésence de R.D.D. qui est l'auteur - ou le co-auteur -
de 5 des 12 chapitres (les autres étant dûs à des auteurs anglo-saxons ou
hollandais).
EVANS (Judith) - Feminist theory today, An introduction to second-wave feminism.
- London, Sage, 1995. 23 cm, VI- 183 p. Bibliogr. Index.
Ce livre présente la pensée féministe contemporaine selon les différentes théo
ries sociologiques, classées en écoles de pensée, mais structurées autour de l'égalité,
de la ressemblance et de la différence. Son objectif est d'étendre les perspectives du
débat égalité/différence entre les sexes. D'autres clivages ont été utilisés pour struc
turer autrement les politiques fondées sur l'égalité, la différence ou l'identité racia
les, de classe, de religion, ou sexuelles. Mais l'influence du post-modernisme
conduit à relativiser à la fois les écoles féministes et ces autres différenciations,
mettant l'accent sur le «je». Après le féminisme libéral, dans sa première et sa
deuxième étape, J.E. passe en revue d'autres écoles de pensée: l'égalité radicale
(qui entretient des tensions avec l'élitisme libéral), le féminisme culturel, le fémi
nisme socialiste des pays marxistes, le défi post- moderniste et celui de la transposi
tion du féminisme en lois. Cette approche théorique et sociologique très exhaustive
débouche sur des interrogations quant aux formes que prendra le féminisme de
demain.
FRANKEL (Benjamin) éd. - Realism : restatements and renewal. - London, Cass, 1996.
24 cm, XX-456 p. Bibliogr. Index. (Cass series on security studies)
Issu d'un colloque, ce livre reprend et prolonge de manière très fouillée la que
relle du réalisme qui semble endémique à la théorie américaine des relations inter
nationales. L'idée la plus souvent exprimée est celle du biais «réaliste» en faveur
du statu quo. Le lecteur européen s'intéressera plus particulièrement à l'article de
Joseph Grieco qui propose une interprétation néo-réaliste du traité de Maastricht et
de l'Union économique et monétaire. Mais il se demandera si l'immense appareil
conceptuel et empirique déployé aboutit à beaucoup plus qu'à l'idée que la France
et l'Italie cherchent à travers les institutions européennes à avoir davantage voix au
chapitre par rapport à la prédominance allemande.
HARSHÉ (Rajen) - Twentieth century imperialism, Shifting contours and changing
conceptions. - New Delhi, Sage, 1997. 23 cm, 276 p. Bibliogr. Index.
Un auteur indien marxisant examine les différentes théories de l'impérialisme.
Le principal intérêt de son livre est de montrer que des approches plus ou moins
abandonnées en Occident et dans le monde ex-communiste continuent à trouver des
défenseurs non seulement dans le Monde diplomatique mais aussi et surtout dans
l'ancien Tiers Monde.
HASENCLEVER (Andreas), MAYER (Peter), RITTBERGER (Volker) - Theories of
international regimes. - Cambridge, Cambridge University Press, 1997. 23 cm, X-248 p.
Bibliogr. Index. (Cambridge studies in international relations. 55)
Depuis vingt-cinq ans, la théorie des régimes a envahi le champ de l'analyse
internationale. La notion n'en est pas éclaircie pour autant et de nombreux doutes
persistent quant à la pertinence de cette approche. Cet ouvrage vient à point pour
faire la synthèse des différentes analyses en termes de régime, montrer les hypothè
ses sous-jacentes et les résultats auxquels elles peuvent prétendre. Organisé autour
de trois écoles: réalisme, néo-libéralisme et cognitivisme, l'ouvrage fait un tour très
complet de la littérature et de ses critiques. Plus qu'un ouvrage essentiel pour la
connaissance de la théorie des régimes, ce livre est aussi un bon livre de théorie
des relations internationales passant en revue les auteurs marquants de la discipline.
Il deviendra sans nul doute un classique.
HOLSTI (Kalevi J. ) - The state, war, and the state of war. - Cambridge, Cambridge
University Press, 1996. 23 cm, XIV-254 p. Bibliogr. Index. (Cambridge studies in international
relations. 51)
Dans toute la littérature sur l'évolution de la guerre et, en particulier, sur le
primat actuel des guerres civiles par rapport aux guerres inter-étatiques, il n'y a pas
324 Informations bibliographiques
d'ouvrage plus rigoureux, plus complet et plus convaincant que celui-ci. K.J. H.,
auteur de plusieurs ouvrages classiques en théorie des relations internationales, et
notamment Peace and war, Armed conflict and international order 1648-1989 (voir
le compte rendu publié dans le numéro de juin 1992 de cette revue, p. 515), conti
nue son enquête et constate qu'aujourd'hui si l'on veut comprendre la guerre, il faut
étudier moins la structure d'un système international que la structure intérieure des
États. Contrairement au schéma de K. Waltz, auquel son titre même fait allusion,
c'est l'«état de l'État», plus que l'«état de guerre» où les États se trouveraient
entre eux, qui rend compte des conflits. Et ce qui les provoque, c'est avant tout la
faiblesse des États, par quoi K.J. H. entend surtout leur manque d'unité et de légiti
mité. D'où ce qu'il appelle les «guerres du troisième type» (après la guerre institu
tionnalisée et la guerre totale) qui ont pour origine les conflits entre groupes (pas
nécessairement ethniques d'ailleurs) à l'intérieur des États. K.J.H. s'interroge sur la
formation des États à notre époque, sur les causes du déclin de la guerre entre pays
développés, y compris en Amérique latine à laquelle il consacre un chapitre très
intéressant sur les conditions et les chances de l'intervention extérieure auprès des
«États faibles», au sens qu'il donne à ce terme. Le livre est pourvu d'une annexe
qui passe en revue les conflits armés depuis 1945. On ne saurait trop le recommand
er.
LAÏDI (Zaki) - Malaise dans la mondialisation. Entretien avec Philippe Petit. - Paris,
Textuel, 1997. 21 cm, 135 p. Notes bibliogr. (Conversations pour demain)
Dans une jolie petite collection, dialogue sur un beau titre. Première chose : la
distinction des mots puisque la mondialisation recouvre la globalisation - qui est
partage de l'espace - aussi bien que l'universalisme, qui est partage de sens. Mais
ce sens a besoin d'intermédiaires à échelle socio-historique, dont les plus grands
courants sont les États-nations qui restent encore aujourd'hui les meilleurs garants
du lien social, qui est ce lien non choisi entre voisins. Le malaise dans la mondial
isation renvoie donc aux crises des États-nations, en butte aux attaques du marché
mondial animé par les entreprises multinationales ; celles-ci sécrètent leurs propres
instances de régulation qui, par définition, sont entièrement extérieures aux Etats
territoriaux. Cela dit, le texte se veut optimiste : la mondialisation doit être apprivoi
sée et non refusée. C'est une mutation technologique comme l'Humanité en a déjà
connues. Reste à garder le sens de l'échelle, et la vision d'horizon. Et, avec Han
nah Arendt, Z.L. rappelle que les hommes disposent d'autant mieux de l'avenir
qu'ils disposent d'un «dessein concerté». Les grandes utopies étant mortes, il faut
bâtir des «îlots de certitude» qui seront comme autant de «jalons de sûreté» dans
un monde restant ouvert et accueillant.
MAPPA (Sophia) dir. - Développer par la démocratie ? Injonctions occidentales et
exigences planétaires. - Paris, Karthala, 1995. 22 cm, 484 p. Bibliogr. (Publication du Forum
de Delphes. 6)
Aboutissement des travaux du colloque de Delphes tenu en octobre 1994, cet
ouvrage collectif examine le bien-fondé des politiques de « conditionnante démocrat
ique». Dans cette perspective, il considère, d'une part, dans quelle mesure les régi
mes démocratiques ont une meilleure performance que les autres en matière de
développement économique, et, d'autre part, la portée des conditions qui lient
l'octroi des aides au développement à la démocratisation des pays bénéficiaires. Les
quatorze contributions se situent soit au niveau de la réflexion générale, soit à celui
d'études nationales consacrées à la Russie, à l'Inde, à l'Afrique du Sud, au Congo
ainsi qu'à l'Afrique dans son ensemble.
NEUFELD (Mark A.) - The restructuring of international relations theory. - Cambridge,
Cambridge University Press, 1995. 23 cm, XI- 174 p. Bibliogr. Index. (Cambridge studies in
international relations. 43)
Tentative intéressante mais contestable pour établir une théorie des relations
internationales non positiviste et critique, qui intégrerait à la fois l'école de Francf
ort, le post-modernisme, le féminisme, sans oublier Gramsci.
325 française de science politique Revue
SOMIT (Albert), ARWINE (Alan), PETERSON (Steven A.) - Birth order and political
behavior. - Lanham, Md., University Press of America, 1996. 22 cm, VII- 159 p. Bibliogr.
Index.
L'ordre de la naissance (aîné, puîné, etc.) aurait-il une influence sur le compor
tement et les réalisations politiques ? Au terme d'une analyse très méticuleuse des
présidents américains, juges à la Cour suprême, sénateurs, élèves de West Point, éli
tes de l'ère soviétique comparés avec les Premiers ministres britanniques, secrétaires
généraux des Nations Unies et grands généraux à travers les âges (d'Alexandre à
Marcel Bigeard), les auteurs en arrivent à cette conclusion forte: «II n'y a aucune
relation mesurable entre le fait d'être un aîné et le comportement politique». Quel
dommage !
VAN DERVORT (Thomas R.) - International law and organization. An introduction. -
Thousand Oaks, Calif., Sage, 1998. 26 cm, XXIX-633 p. Bibliogr. Index.
Traité de droit international public destiné aux étudiants de premier cycle et aux
profanes amenés à travailler au niveau international. Utile et bien à jour, on y
trouve l'essentiel, par exemple sur le droit du travail, de l'environnement, le droit
de propriété intellectuelle, le rôle des tribunaux internationaux. Un habile mélange
d'introduction théorique à la discipline du droit international et de présentation pra
tique d'un minimum d'outils nécessaires à connaître en cette ère de mondialisation.
WILLIAMS (Howard) - International relations and the limits of political theory. -
Basingstoke, Macmillan, 1996. 22 cm, XIV- 170 p. Bibliogr. Index.
De Marx à Mitrany, de Kant à Giddens et Rosenau, le propos de H.W. est de
combler le fossé entre la théorie politique et les relations internationales et de mont
rer comment ces deux disciplines doivent s'appuyer l'une sur l'autre. Cela nous
vaut une lecture de Kant, Nietzsche, Hegel, Grotius et Locke qui, pour n'être pas
entièrement neuve, est fort stimulante et des considérations sur la théorie du droit
de Habermas, des réflexions sur la justice, la démocratie, la liberté et leur applica
tion aux relations internationales. Les chapitres démontrant que la théorie politique
ne peut plus se contenter de traiter des relations du citoyen et de l'État dans le
cadre territorial classique alors que toute la société s'est internationalisée et soul
ignant combien les relations internationales auraient besoin de la rigueur philosophi
que de la pensée politique sont particulièrement bien venus.
PENSÉE POLITIQUE
MAJUMDAR (Margaret A.) - Althusser and the end of Leninism ? - London, Pluto Press,
1995. 24 cm, XII-244 p. Bibliogr. Index.
Étude minutieuse de l'œuvre d' Althusser vue avant tout comme une exégèse de
Lénine, d'un Lénine philosophe ou penseur politique plus que d'un Lénine dirigeant
ou révolutionnaire. Au-delà de ces considérations théoriques, M. A. M. étudie Althus
ser dans sa globalité, avec ses contradictions liées surtout à sa relation complexe au
Parti communiste français, d'où les multiples autocorrections et rectifications qui
marquèrent son itinéraire à la fois d'universitaire, de penseur et de militant.
PALMER (Michael), PANGLE (Thomas L. ) eds - Political philosophy and the human soul.
Essays in memory of Allan Bloom. - Lanham, Md., Rowman and Littlefield, 1997. 24 cm, IX-
279 p. Notes bibliogr. Index.
Cet ouvrage d'érudition est dédié à la mémoire d'Alan Bloom, disparu en 1992.
Il rassemble un texte inédit de celui-ci (sur la philosophie politique d'Isocrate), ainsi
que quatorze contributions centrées sur sa conception libérale de l'éducation ou sur
des auteurs et livres fondamentaux à ses yeux : Homère, avec R.S. Ruderman et
D. Bolotin ; la Bible, avec H. Fradkiw et Th. L. Pangle ; Platon, avec C. Bruell,
J.H. Nichols et M. Palmer ; Machiavel, avec C. Lord ; Tocqueville, R.P. Kray-
nak; Tocqueville et Leo Strauss, revisités par W.R. Newell et N. Behnegar.
L'ouvrage contient une bibliographie de l'œuvre d'Alan Bloom.
326 Informations bibliograph iques
PIERSON (Christopher) éd. - The Marx reader. - Cambridge, Polity Press, 1996. 23 cm, VII-
283 p. Bibliogr. Index.
Ce recueil confirme le retour d'intérêt porté à l'œuvre de Marx, après l'effo
ndrement des régimes socialistes de type soviétique. C.P. présente des extraits des
textes les plus classiques, comme L'idéologie allemande, Le Manifeste communiste,
Le 18 Brumaire de Louis Bonaparte, La guerre civile en France, notamment. C'est
une bonne introduction pour tous les débutants qui souhaitent lire Marx, à une épo
que où sa lecture est plus intellectuelle ou universitaire que politique ou militante.
RIZZI (Lino) - Eiicità e stato in Hegel. - Milano, Mursia. 1993. 23 cm, 362 p. Bibliogr.
Index. (Studi di filosofia. 25)
Étude très solide qui retrace avec succès l'effort de Hegel pour intégrer à la
fois les différentes sphères de la vie sociale et les différentes dimensions de la vie
ethnique, celle des devoirs et celle des droits.
VONGLIS (Bernard) - «L'État c'était bien lui». Essai sur la monarchie absolue - Paris,
Cujas, 1997. 24 cm, 220 p. Bibliogr.
Examinant les travaux anciens ou récents des publicistes, historiens du droit ou
historiens tout court, l'ouvrage soumet à contestation une thèse qui a été défendue
dans les temps récents : dans l'absolutisme de Louis XIV, le roi n'aurait été qu'un
serviteur de l'État et devait comme tel s'effacer devant sa fonction. B.V. entend
montrer qu'il s'agit au contraire d'une absorption délibérée de l'État dans la per
sonne du roi et, à proprement parler, d'une incarnation. Il est certain que nombre de
textes plaident en ce sens, et il suffit de penser à la controverse politique entre
Fénelon et Bossuet, menée de façon indirecte mais bien réelle, ou à la lettre de
remontrance que Fénelon a adressée à Louis XIV. B.V. s'appuie sur la formule
fameuse de Lémontey (1818): «La nation ne fait pas corps en France, elle réside
tout entière dans la personne du roi», formule issue d'un cours à l'usage du fils du
dauphin. Grâce à une masse documentaire importante (même si l'on peut regretter
l'absence d'une étude directe de Hobbes, et de la théorie de la représentation- incor
poration dans le Léviathan), ce livre sera précieux pour tous ceux qui s'intéressent
à la notion de souveraineté.
INSTITUTIONS POLITIQUES ET ADMINISTRATIVES
ARCHIVES NATIONALES - Archives de la présidence de la République, Ve République,
Georges Pompidou, 19 juin 1969-2 avril 1974. - Paris. Archives nationales ; La
Documentation française, 1996. 28 cm. 271 p. Index.
La famille de Georges Pompidou a donc été la première à déposer ses archives
en lieu officiel où elles sont désormais consultables. Le catalogue, ici présenté, est
superbe avec des photos et surtout des renvois vers d'autres fonds de collaborateurs
ou de contemporains où se trouveraient des documents relatifs à Georges Pompidou.
Il ne reste plus qu'à souhaiter que la famille de Gaulle aussi bien que toutes les
familles détenant des papiers d'État, comprennent enfin l'intérêt national de ce type
de dépôt qui, accompagné d'un dépouillement rigoureux, fait partie du patrimoine
national au même titre que les monuments, les livres, ou les paysages.
EMERI (Claude). BIDÉGARAY (Christian) - La Constitution en France de 1789 à nos
jours, Études de droit politique et constitutionnel. - Paris. Armand Colin, 1997. 24 cm,
301 p. Bibliogr. Index. (Collection U. Série droit)
II n'est pas si fréquent de voir des juristes-politistes s'atteler à penser l'unité de
la Constitution française depuis 1789, en tenant compte des nombreux colloques
d'histoire qui ont lieu plus de dix ans. Il faut donc saluer cet effort de
conceptualisation qui, s' appuyant sur des travaux historiques de première main, réuss
it à renouveler complètement un sujet rebattu. Trois parties se succèdent pour ana
lyser l'instabilité politique d'un pays qui croit avoir inventé les droits de l'homme
en ayant rédigé 21 constitutions depuis 1789, puis les règles du jeu politique avec
les configurations partisanes qui leur donnent vie. La première partie étudie les
modèles d'explication de l'instabilité française (écriture ou convention, théorie des
327 française de science politique Revue
cycles ou des antagonismes) ainsi que la dévolution du pouvoir (révolution, coup
d'État, création par le droit qu'il s'agisse de cens, de référendum ou de plébiscite,
ou d'ingénierie électorale). La deuxième partie étudie l'écriture des constitutions
(assemblées, gouvernement et cas particulier du gaullisme qui réussit en 1958 ce qui
a été raté en 1946), ainsi que l'émergence du processus de constitutionnalisation qui
comprend aussi bien la question de la révision que celle du contrôle de constitution-
nalité. La dernière partie traite des compromis territoriaux (décolonisation, mais
refus du peuple corse) et de la combinatoire institutionnelle (république de notables
ou de partis, et apories du présidentialisme à la française). Telle est la richesse de
ce livre léger en pages mais lourd de science bien assimilée, auquel il faut souhaiter
une large diffusion.
MATHIEU (Bertrand), VERPEAUX (Michel) dir. - La République en droit français. Actes du
colloque de Dijon. 10 et 11 décembre 1992, organisé par le Groupe d'études constitutionnelles
appliquées et comparées et l'Association française des constitutionnalistes. - Paris. Economica.
1996. 24 cm, 360 p. Notes bibliogr. (Collection droit public positif)
La mode commemorative associée au renouveau du droit constitutionnel conduit
à penser la continuité constitutionnelle de la République et donc la signification, en
droit, de ce qui est né comme l'abolition des privilèges d'une part, une proclamat
ion d'unité et d'invisibilité d'autre part. Cette habitude de penser la continuité de
nos cinq Républiques est si neuve que beaucoup de flottements historiques se ren
contrent dans ces pages écrites par des juristes en quête de referents historiques.
C'est ainsi que les juifs ont été émancipés - non par la République de 1792, mais
par la monarchie constitutionnelle de 1791 ; la suppression des prières publiques en
début de législature date de la révision constitutionnelle de 1884 et non des lois la
ïques de 1886, etc. De façon plus générale, la «tradition républicaine», dont per
sonne ne semble mettre en doute que son origine remonte à 1789, est un palliatif
inventé par le Conseil d'État pour parer à l'absence de validité constitutionnelle
pour des droits proclamés mais non garantis, et de façon plus précise une captation
d'héritage: on cherche les origines de la République «en droit» dans les limbes de
l'Antiquité, du Nouveau monde ou du «"Parti républicain" constitué» au lendemain
de la fuite à Varennes plutôt que dans le travail théorique et juridique du parti des
«politiques» qui. pour sortir des guerres de religions, avaient élaboré les notions de
citoyen, de nation et de patriotisme au service de l'État, dont la République héritera
en croyant les avoir inventées. La République y ajoutera au fil des années les prin
cipes nouveaux de laïcité, de démocratie, de solidarité sociale et symbolique, ou la
théorie des services publics ou des « principes fondamentaux reconnus par les lois
de la République » dont le caractère obscur, qui doit beaucoup au refus de constitu-
tionnaliser la liberté de l'enseignement de 1946, est appelé à diminuer avec la cons-
tutionnalisation générale du droit qui vise à coloniser jusqu'au droit civil. Ce qui
étonne les praticiens, loin de toujours se réjouir de ce qui est vécu comme un droit
prétorien.
MAUS (Didier) - Aborder le droit constitutionnel. - Paris, Le Seuil, 1998. 18 cm, 91 p.
Bibliogr. (Mémo. 89)
Donner, en quatre-vingt-dix pages, une idée du droit constitutionnel et de la
science politique d'aujourd'hui, cela aurait été une gageure impossible pour tout
autre que D.M. Saluons l'artiste qui commence par l'histoire (le rapport au temps),
continue en distinguant l'État (territoire, population, forme et effectivité du pouvoir)
et la Constitution qui aujourd'hui ne peut plus faire l'économie de son lien à
l'Union européenne. Puis vient la vie du suffrage et des partis, le poids des normes
nationales et internationales avec les différentes formes de contrôle. De sorte qu'il
faut attendre les dernières pages pour voir traitées les questions classiques du chef
de l'État, du gouvernement et du Parlement (statut et fonctions).
RIEPER (Olaf), TOULEMONDE (Jacques) eds - Politics and practices of intergovernmental
evaluation. With a foreword by Ray C. Rist. - New Brunswick. N.J., Transaction, 1997.
24 cm, X-172 p. Bibliogr. Index. (Comparative policy analysis series)
Cette belle étude comparative des mécanismes et pratiques d'évaluation inte
rgouvernementale dans sept pays d'Europe et dans l'Union européenne est une
contribution importante à la connaissance d'une discipline en cours d'élaboration.
L'ouvrage montre comment les gouvernements ont choisi de s'organiser pour répon-
328 Informations bibliographiques
dre aux nouveaux besoins du secteur public en général et des décideurs en particul
ier en montant des systèmes d'évaluation des programmes et des politiques. Dans la
mesure où ce qu'il convient d'évaluer met en jeu plusieurs niveaux de gouverne
ment entre lesquels le partage des rôles est loin d'être clairement établi, Févaluateur
se retrouve devant un entrelacs d'intérêts, de circuits de communication et de rôles
difficiles à démêler et défiant les techniques et méthodologies les plus sophistiquées.
L'évaluation, apparemment, permet d'en apprendre plus sur le fonctionnement des
circuits politico-administratifs que sur le bien-fondé des décisions prises.
ROSSI (Pellegrino) - Per la Patria comune. Rapporta délia Commissione délia Dieta ai
ventidue Cantoni sul progetto d'Atto fédérale da essa deliberato a Lucerna. il 15 dicembre
1832. A cura di Luigi Lacchè. - Manduria, Piero Lacaita, 1997. 18 cm, LX-262 p. (Biblioteca
del Laboratorio di storia costituzionale Antoine Barnave. Scienza délie Costituzioni. 2)
On a un peu oublié Pellegrino Rossi, italien d'origine, suisse d'adoption et
français de cœur, pour qui Guizot fit créer la première chaire de droit constitutionn
el, économiste autant que pénaliste et constitutionnaliste, à la fois homme d'action
(mort tragiquement) et brillant intellectuel du «juste milieu». Cet ouvrage, outre
d'excellentes notes et une introduction par un juriste de l'Université de Macerata,
reproduit le Rapport sur le projet d'Acte fédéral que P.R. tenta de faire adopter
(mais en vain) par la Confédération suisse le 15 décembre 1832. Le texte de P.R.
est donné à la fois en français et en italien, ainsi que le projet d'Acte fédéral
auquel il se rapporte. Ayant travaillé sur la minute des débats, sur les archives
d'Etat de Genève, les archives fédérales suisses, etc., Luigi Lacchè nous restitue le
contexte intellectuel et historique du grand problème d'alors, ainsi résumé par P.R. :
la confédération ne pourra être «que le résultat d'une combinaison permanente de la
force cantonale et centrifuge avec une force contraire. ... La force cantonale a eu
jusqu'ici une trop grande prépondérance; les unitaires voudraient l'anéantir au profit
de la force opposée ; les vrais amis de la Suisse doivent désirer de les combiner
dans une juste proportion ». Peut-on bâtir de façon volontariste une confédération à
partir d'entités d'abord souveraines? Question d'actualité.
SCHREURS (Miranda Alice), ECONOMY (Elizabeth C.) eds - The internationalization of
environmental protection. - Cambridge, Cambridge University Press, 1997. 23 cm, XIII-221 p.
Notes bibliogr. Index. (Cambridge studies in international relations. 54)
Sept études de cas : la politique dans le domaine du changement climatique en
Chine, au Japon et en Allemagne; la protection de la couche d'ozone aux États-
Unis, au Japon, en Angleterre et en Allemagne ; la CITES et le Zimbabwe ; la bio
diversité vue d'Angleterre et des États-Unis: la protection de l'environnement. Très
courte introduction comparative pour expliquer que le lien entre l'interne et l'inter
national ne se comprend qu'à la lumière des priorités politiques internes aux États.
Qui s'en serait douté?
ZHENG (Shiping) - Party vs. Stare in post-1949 China. The institutional dilemma.
- Cambridge, Cambridge University Press, 1997. 23 cm, XVI-294 p. Bibliogr. Index.
(Cambridge modern China series)
Les ouvrages de sociologie politique postérieurs à 1949 ont très souvent ignoré
l'analyse de la construction étatique en Chine. «La Chine ayant toujours eu une tra
dition d'État fort», ce dernier a toujours été pris comme une donnée du paysage
politique. De plus, dans la foulée des analyses sur le totalitarisme. l'État chinois
était automatiquement perçu comme la «conséquence naturelle du processus révolu
tionnaire». Enfin, dans la même logique, les études sur la Chine assimilaient le plus
souvent, les deux institutions, désignant le régime d'après 1949 par l'expression
«Parti-État». En effet, concrètement, «s'il, n'est pas trop difficile de distinguer les
organisations du Parti des institutions de l'État», ce qui est plus subtil c'est de dis
socier les cadres du Parti des fonctionnaires de l'État» explique l'auteur. Pourtant
son choix méthodologique est de considérer comme « analytiquement impératif» de
distinguer l'État du Parti. Son approche «néo-institutionnelle» lui permet de démont
rer que le PCC se révèle, malgré la fondation de la RPC, être un obstacle majeur
à la construction de l'État. Pour S.Z., la crise profonde des institutions chinoises
l'emporte aujourd'hui sur celle qui touche le personnel dirigeant ou l'idéologie
communiste. Un contexte qui pourrait s'avérer explosif dans le cas de l'effondre
ment du Parti communiste ou bien représenter une vraie chance pour l'opposition,
qui pourrait alors «explorer toutes les alternatives institutionnelles» à la suprématie
329 française de science politique Revue
du Parti et reprendre un programme (après les tentatives de l'ancien secré
taire général du Partie Zhao Ziyang, au milieu des années quatre- vingt) de sépara
tion du Parti et de l'État. En effet, si les stratégies de contournement du politique
de la période Deng ont eu notamment pour conséquence de différer ces choix décis
ifs, elles ont cependant permis de dégager une marge de manœuvre importante tou
chant directement le champ de la construction politique.
FORCES ET COMPORTEMENTS POLITIQUES
COHEN (Philippe) - Le bluff républicain, A quoi servent les élections ? - Paris, Arléa,
1997. 24 cm, 342 p.
Journaliste à L'Événement du Jeudi et de Marianne, P.C. se désespère: à quoi
servent les élections puisque Bérégovoy, Balladur, Juppé ou Jospin, c'est toujours la
même politique qui continue ? Et pourtant il y avait eu le référendum sur le traité
de Maastricht qui, en 1992, avait montré la fragilité de la «pensée unique», et
celle-ci avait alors senti passer le vent du boulet. Publié en septembre 1997, le livre
écrit donc que les élections ne servent à rien d'autre qu'à changer les têtes. Et de
raconter comment Jospin s'est reconstruit, comment il a pris le contrôle du PS avec
des procédures extra- statutaires - le référendum pour la candidature à l'élection pré
sidentielle, la convention extraordinaire pour le programme électoral. C'est ainsi
qu'il trouva sa «martingale européenne» contourner l'opposition de son ultr
agauche. Sans compter l'habileté consistant à demander à ses adversaires (Fabius ou
Emmanuelli) de rédiger des grands chapitres. Du grand art, qui rappelle le maître
auprès de qui il a appris le métier, En face, Ph. Séguin fait pauvre figure : héros du
non à Maastricht, il n'a pas su capitaliser. Et son intronisation à la tête du RPR l'a
jusqu'à maintenant plus entravé qu'il ne lui a permis de prendre un envol: même
sur la question de la surévaluation du franc par rapport au mark, il a été grillé par
Giscard qui, décidément, n'est pas encore mort.
DELLA PORTA (Donatella), MÉNY (Yves) eds - Democracy and corruption in Europe.
- London, Pinter, 1997. 22 cm, VIII-208 p. Bibliogr. Index. (Social change in Western Europe)
En forte croissance depuis une vingtaine d'années aussi bien dans les pays
développés que dans les régimes autoritaires, la corruption politique fait ici l'objet
d'études nationales concernant la France, l'Italie, l'Espagne, la République fédérale,
la Grande-Bretagne, la Russie et le Japon avec l'idée de parvenir à une approche
comparative du problème. Contraire aux idéaux et aux principes démocratiques de
liberté, d'égalité, de primauté du droit, la corruption politique constitue une menace
pour la légitimité, la stabilité et l'existence même des systèmes démocratiques. Les
analyses évaluent l'impact du phénomène sur le système administratif et politique,
sur les partis politiques et sur les normes de la vie publique des pays considérés.
Les auteurs tempèrent cependant les inquiétudes qui s'expriment, en soulignant
qu'une connaissance approfondie de la dynamique du phénomène est de nature à
susciter des projets de réforme de la démocratie.
OXHORN (Philip) - Organizing civil society, The popular sectors and the struggle for
democracy in Chile. - University Park., Pa., Pennsylvania State University Press, 1995. 24 cm,
XVIII-373 p. Bibliogr. Index.
Analyse de l'émergence des organisations populaires de protestation sociale et
politique à l'époque de la dictature du général Pinochet au Chili. Ce travail repose
sur des enquêtes de terrain poussées menées à partir de 1984 dans les bidonvilles
de Santiago. P.O. illustre ce paradoxe que le contexte de répression de la dictature
a en fait favorisé l'émergence de ces mouvements en même temps qu'il lui a
opposé d'extrêmes difficultés.
SHAHIN (Emad Eldin) - Political ascent, Contemporary Islamic movements in North
Africa. - Boulder, Colo., Westview, 1997. 24 cm, XII-275 p. (State, culture, and society in
Arab North Africa)
Cet ouvrage qui traite des mouvements islamistes en Algérie, Tunisie et Maroc,
adopte un point de vue extrêmement compréhensif à leur égard. Selon E.E.S., la
montée en puissance rapide des formations islamistes, lorsqu'elle se produit, leur
330