52 pages
Français

Informations bibliographiques ; n°4 ; vol.13, pg 1072-1122

-

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Revue française de science politique - Année 1963 - Volume 13 - Numéro 4 - Pages 1072-1122
51 pages

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 01 janvier 1963
Nombre de lectures 20
Langue Français
Poids de l'ouvrage 4 Mo

Informations bibliographiques
In: Revue française de science politique, 13e année, n°4, 1963. pp. 1072-1122.
Citer ce document / Cite this document :
Informations bibliographiques. In: Revue française de science politique, 13e année, n°4, 1963. pp. 1072-1122.
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/rfsp_0035-2950_1963_num_13_4_392755INFORMATIONS BIBLIOGRAPHIQUES
Généralités, Méthodologie
AIMARD (Guy) — Durkheim et la science économique. L'apport de sa socio
logie à la théorie économique moderne. — Paris, Presses universitaires de
France, 1962. 23 cm, 319 p. Bibliogr. F 18,00. (Bibliothèque de la science
économique.)
La conception durkheimienne de la variable stratégique (c'est-à-dire l'inte
rmédiaire par lequel des changements d'origines diverses peuvent se trans
mettre à l'ensemble de la société) a été reprise par beaucoup d'économistes
d'aujourd'hui. On sait que pour Durkheim cette variable stratégique est
l'ensemble des représentations collectives qui définissent le psychisme col
lectif dont le comportement est autonome par rapport au substrat matériel.
Mais si, en établissant la spécification du social, Durkheim annonce les
théories économiques modernes, son antipersonnalisme lui a fait négliger le
problème des groupes en voie de formation, et, en s'obstinant à expliquer le
social uniquement par le social, il a méconnu le rôle du « leader ». En outre,
influencé par l'exemple des sciences de la nature où on peut admettre que
« causalité est synonyme d'antériorité », il a négligé le rôle des anticipations,
et l'on sait la juste place qu'occupe la prévision dans notre science éco
nomique. Enfin son antifinalisme, pour qui seule importe la cause efficiente
d'un phénomène, lui a fait méconnaître que « c'est le propre de l'action de
l'homme de s'exercer en fonction de fins préalablement posées ».
ARON (Raymond) — Dix-huit leçons sur la société industrielle. — (Paris)
Gallimard (1962). 17 cm, 383 p. F 4,80. (Idées. 19.)
Ces dix-huit « leçons » constituent la première partie d'un cours de
«sociologie des sociétés industrielles» professé à la Sorbonne en 1955-1956
et déjà publié par le Centre de documentation universitaire en 1958 (cf. le
compte rendu qu'en a donné cette revue, mars 1960, p. 195).
BARRIERE (Pierre) — La vie intellectuelle en France du XVV siècle à
l'époque contemporaine. — Paris, A. Michel, 1961. 20 cm, xxiv-637 p.
Bibliogr. Index. F 27,00. (L'Evolution de l'humanité. 96.)
« L'histoire littéraire enfin intégrée à l'histoire générale de la civilisa
tion », nous dit avec juste raison l'éditeur. Pour chacun des cinq siècles qu'il
présente, P. B. analyse successivement les conditions générales, les milieux
intellectuels, le mouvement des idées et les formes d'art. Les pages les
plus réussies sont sans doute celles qui portent sur les milieux intellectuels
et qui traitent des xvic, XVIIe et XVIIIe siècles. On y trouve nombre de nota
tions intéressantes sur le rôle successif de la province et de Paris, sur les
conditions de la culture, en particulier sur celles des métiers littéraires :
* Etablies sous la responsabilité de MM. Jean Meyriat et Jean Touchard,
avec la collaboration de Mmes H. Arnaud, H. Carrère d'Encausse et M.-T.
Lancelot, Mlles Christine Alix, Geneviève Bibes, Michèle Cotta, Aline
Coutrot, Nicole Deney, Nicole Grimaud, Françoise Kempf, Françoise Le
Pecq, Jeanne Piret, Nicole Racine, Anna Seliverstoff et Manuela Semidei,
et MM. André Bianconi, Louis Bodin, Pierre Bonnafé, Jacques Boyon, Claude
Cadart, Bernard Charles, Jean Charlot, Philippe Decraene, Philippe Devil-
lers, Georges Fischer, Pierre Fistié, Pierre Gerbet, Alfred Grosser, Pierre
Hassner, Guy Hermet, Serge Hurtig, Claude Jourdan, Guy Michelat, Daniel
Saltet, Jean-Pierre Thomas, Jean Viet, Gérard Vincent.
1072 .
Informations Bibliographiques
on voit se justifier ainsi les différentes formes qu'a pu prendre, suivant
les époques, un même souci de l'homme et de son mystère. Le lecteur,
passionné par les deux premiers tiers du volume, est déçu lorsque l'auteur
aborde la période récente, en particulier le XXe siècle, qui est fort malmené.
BION (W.R.) — Experiences in groups and other papers. — (London) Tavis-
tock publications (1961). 22 cm, 198 p. Bibliogr. Index. 20 s.
Le développement récent des études sur la psychologie et la dynamique
des groupes est dû pour une bonne part aux recherches poursuivies dans
l'armée américaine pendant la dernière guerre. W.R. B. reprend ici quelques
études (déjà publiées entre 1943 et 1952) sur une psychothérapie de groupe
fondée essentiellement sur les théories freudiennes.
BORNE (Etienne) — Passion de ta vérité. — Paris, A. Fayard (1962). 20 cm,
253 p. (Les Idées et la vie.)
Il s'agit de la vérité philosophique. E. B. soutient avec force que, si
notre époque est anti-philosophique et si la philosophie contemporaine elle-
même est, dans une large mesure, une anti-philosophie, il convient de ne
pas renoncer à ce qui fait que l'homme se reconnaît tel. Il faut voir l'his
toire de la philosophie comme un dialogue et une dialectique : « Rien dans
l'histoire de l'esprit n'a été pensé en vain ». Les « maîtres à penser »,
selon l'auteur : Pascal, Bergson, Blondel...
DUVERGER (Maurice) ■ — Introduction à la sociologie politique. — Paris,
les Cours de droit (1963). 25 cm, 459 p. multigr. (Cours. Licence lre année.
Faculté de droit et des sciences économiques de Paris. 1962-1963.)
Utile mise à jour du cours dont il a été rendu compte dans cette revue,
mars 1963, p. 226.
GUGLER (Josef) — Die Neuere franzôsische Soziologie. Ansàtze zu einer
Standortbestimmung der Soziologie. — Neuwied, H. Luchterhand, 1961.
19 cm, 204 p. Bibliogr. Index. DM 12,50. (Soziologische Texte. 5.)
Cette collection qui se propose de faire accéder un large public à une
connaissance plus poussée de la sociologie moderne, aborde celle de la
France sous des angles très divers : historique, scientifique, psychologique,
anthropologique... Tout en respectant sa tradition et en laissant une grande
place à Durkheim et à son école, elle n'échappe pas aux influences étran
gères : en particulier celle de l'Allemagne, de l'Union soviétique et des
Etats-Unis.
Hamburger Jahrbuch fur Wirtschafts-und Gesellschaftspolitik. 7. Jahr. Hrsg.
von Heinz-Dietrich Ortlieb. — Tubingen, J.C.B. Mohr, 1962. 24 cm, 276 p.,
tabl. (Verôffentlichungen der Akademie fur Wirtschaft und Politiik, Hamburg.)
Annuaire destiné à orienter l'action des praticiens des questions écono
miques et sociales, en faisant le point des recherches dans ces domaines.
On remarquera surtout les contributions de M.D. Ortlieb et de A. Schweitzer
sur la planification économique dans les pays capitalistes, l'étude de R.
Dahrendorf sur l'évolution et l'interprétation du droit dans la société moderne,
enfin l'article de E. Witte sur la rentabilité de la recherche considérée comme
un investissement.
HOEFNAGELS (Harry) — La sociologie [ace aux « problèmes sociaux ».
Préface de Raymond Aron. — (Paris) Desclée de Brouwer (1962). 22 cm,
241 p. Bibliogr. F 24,00. (Textes et études philosophiques.)
Cet ouvrage est de l'avis de R. Aron « une contribution intéressante
à la théorie de la sociologie et même, plus généralement, des sciences
1073 Revue Française de Science Politique
sociales ». H. H. y distingue deux idées fondamentales : d'une part, la
sociologie comme compréhension de la conduite sociale doit analyser
les revendications des hommes à l'égard de leur société, invoquant un
certain idéal de justice ; d'autre part le concept fondamental de problème
social n'a pas été clairement dégagé par les sociologues. En partant de ces
deux idées, H. H. fait une critique des conceptions de Durkheim et de
Max Weber. D'autres chapitres sont consacrés au « problème social comme
expérience vécue », à « l'objet de la justice sociale », à la vie et à l'histoire
sociale des sociétés du passé et de la société moderne.
KING-HALL (Stephen) — Our times. 1900-1960. — London, Faber and Faber
(1961). 23 cm, 352 p. Index. 28 s.
Soixante ans d'histoire dans un ouvrage qui tient à la fois de la chrono
logie historique et de l'essai sur l'histoire. On ne peut pas dire que le
résultat soit heureux, l'auteur n'arrivant à trouver le ton ni de l'un ni de
l'autre genre.
MICHELET (Jules) — Introduction à l'histoire universelle. Tableau de la
France. Préface à l'histoire de France. Texte présenté par Charles Morazé.
— Paris, A. Colin (1962). 18 cm, 245 p. (Bibliothèque de Cluny.)
Autour du thème de « la France », trois textes extraits de l'Introduction
à l'histoire universelle et des éditions de 1861 et de 1869 de l'Histoire de
France. La préface de C. M. contient cette belle profession de foi : « C'est
là une des tâches de l'historien, ou plutôt la mission propre de —
au-delà de ce qu'elle raconte avec une autorité d'emprunt — de constituer
une éducation sentimentale qui accorde nos croyances et nos espérances
avec la vie qui nous entraîne ».
MITCHELL (B.R.), DEANE (Phyllis) — Abstract o[ British historical statis
tics, by B.R. Mitchell with the collaboration of Phyllis Deane. — Cambridge,
the University press, 1962. 26 cm, xiv-513 p., tabl. Bibliogr. Index. $ 10.00.
Ce premier annuaire statistique historique de la Grande-Bretagne fait
remonter les séries économiques les plus importantes aux premiers chiffres
considérés comme assez sûrs, datant très souvent du xvmc et du XIXe siècle
— de 1199 pour la production d'étain ! La liste et la critique des sources
donnent une idée de la minutie des recherches qui ont permis de mettre au
point un ouvrage certainement indispensable aux historiens.
ROSENBERG (Arthur) — Demokratie und Sozialismus zur politischen Ges-
chichte der letzten 150 Jahre. — Frankfurt/Main, Europaïsche Verlagsanstalt
(1962). 20 cm, 312 p. Index. DM 12,80. (Sammlung «Res novae». 17.)
L'ouvrage a été achevé en 1937. A. R., excellent historien socialiste,
l'a écrit en émigration, avant de mourir en 1940. C'est un très intéressant
bilan de l'histoire contemporaine rédigé à un moment où la démocratie
libérale semblait définitivement en déclin.
Pensée Politique
BOYER (Jean-Paul) — Les précurseurs. (La pensée catholique et traditionaliste
depuis Saint-Thomas). — (Paris) Au Fil d'Ariane (1962) . 19 cm, 173 p.
Bibliogr. F 6,90
II s'agit des précurseurs de l'intégrisme et de la « Cité catholique »,
du moins des hommes et des œuvres (de saint Thomas à Charles Maurras, •

Informations Bibliographiques
en Lamennais, passant par Balzac, Bossuet, Le Play, Rivarol, Veuillot, l'abbé Pie Barruel, IX, Burke, etc..) dont de Maistre, ce mouvement Bonald,
de pensée prétend être l'héritier. Malheureusement, cet ouvrage n'est pas
un exposé systématique d'histoire des idées politiques, mais plutôt un survol
rapide émaillé de notations polémiques.
BRAILSFORD (H.N.) — The levellers and the English revolution. Edited
and prepared for publication by Christopher Hill. — Stanford, Stanford
University press. 1961. 22 cm, xvi-715 p. Bibliogr. Index. ? 10.00.
Comment Richard Overtoil. William Walwyn, John Lilburne et leurs
disciples ont pu être, du temps de Cromwell, les véritables précurseurs de
l'Angleterre moderne, tel est le thème de ce livre passionnant. Les
« levellers », entraînant Cromwell, imaginent le premier modèle de parti
politique démocratique s'appuyant sur les couches populaires des villes et
des campagnes ; ils prêchent la tolérance au siècle de l'intolérance, ils
veulent humaniser le code pénal, mettre fin à la féodalité. Un livre
d'histoire scrupuleux, mais plus encore un témoignage fervent.
BURNS (Edward McNall) — Ideas in conflict. The political theories of the
contemporary world. — London, Methuen (1960). 21 cm, xiv-587 p. Bibliogr.
Index. 18s. (University paperbacks.)
Une tentative, parfois contestable, de classification des théories et des
idéologies politiques depuis 1900, des théories démocratiques au marxisme,
en passant par les idées du conservatisme social.
CHEVALLIER (Jean-Jacques) — Cours d'histoire des idées politiques. Rédigé
d'après les notes et avec l'autorisation de J.-J. Chevallier [Développement
de la bataille idéologique de 1815 à 1848]. — Paris, les Cours de droit
(1963). 25 cm, 187 p. multigr. (Cours. Diplôme d'études supérieures. Faculté
de droit et des sciences économiques de Paris. 1962-1963.)
Suite du cours dont il a été rendu compte ici-même, mars 1963, p. 230 :
l'auteur y traite du libéralisme (Benjamin Constant, Tocqueville, Courier,
Quinet), de l'utilitarisme (Bentham. Mill), de la critique contre-révolutionnaire
(Haller, Lamennais. Carlyle. Coleridge), positiviste (Comte), historiciste
et idéaliste (Kant. Fichte. Hegel) et enfin du développement du nationalisme.
Civitas. Jahrbuch fur christliche Gesellschaftsordnung. Erster Band. 1962. — 229^
Mannheim, Pesch-Haus Verlag, 1962. 23 cm. p. DM 24.50.
Premier annuaire publié par les catholiques allemands qui, se réclamant
de saint Paul et de saint Augustin, se posent en héritiers de la pensée
chrétienne occidentale sur le plan social et politique. Outre les contributions
de Hans Maier sur l'élaboration de la démocratie chrétienne, et de Peter
Molt sur la doctrine politique des catholiques, on trouvera des articles
portant sur des sujets moins généraux, en particulier la situation économique
et sociale en République fédérale et l'attitude des catholiques face aux
problèmes des pays sous-développés.
COURIER (Paul-Louis) — Pamphlets politiques choisis. Introduction et notes
par Jean Guillon. — Paris, Editions sociales (1961). 18 cm, 256 p. F 6,00.
(Les classiques du peuple.)
Dans une introduction de près de cent pages, J. G. expose fort lourde
ment les raisons que les prolétaires ont d'admirer et de lire Paul-Louis
Courier. Prolétaires ou non, les lecteurs de ce livre auraient sans doute aimé
y trouver moins de Guillon et plus de Courier.
1075 :
.
Revue Française de Science Politique
FRAENKEL (Ernst). — Oeffentliche Meinung und internationale Politik. —
Tubingen, J.C.B. Mohr, 1962. 23 cm, 40 p. DM 4,50. (Recht und Staat
in Geschichte und Gegenwart. 255/256.)
Conférence prononcée lors dé l'inauguration de l'Institut Otto-Suhr de
science politique, au lendemain de l'érection du mur de Berlin: constatant,
à propos de cet événement, l'inefficacité des mouvements d'opinion sur la
politique des gouvernements, aux Etats-Unis comme en U.R.S.S., E. F.
estime que la formation politique est absolument nécessaire, mais qu'elle
doit comporter deux aspects : un exercice intellectuel et une formation
humaine.
FRIEDRICH (Carl Joachim) — Demokratie als H err schafts-und Lebensform.
— Heidelberg, Quelle und Meyer, 1959. 24 cm, 124 p. DM 9,00. (Studien
zur Politik. 1.)
Premier cahier d'une série publiée par l'Institut de science politique de
l'Université de Heidelberg tentant une approche scientifique des questions
politiques. Cette plaquette est consacrée à l'analyse des problèmes posés
par l'exercice de la démocratie dans le monde actuel : les formes totalitaires
ou libérales des régimes démocratiques, le gouvernement de la majorité,
l'autorité dans l'Etat, la liberté de pensée, la tolérance, la formation civique
nécessaire.
GARGAN (Edward T.) éd. — The intent of Toynbee's history. A cooperative
appraisal. Preface by Arnold J. Toynbee... — Chicago, Loyola University
press, 1961. 24 cm, vm-224p. Index. $ 5.00.-
Essais critiques sur l'œuvre d'A.J. Toynbee, réunis sous l'oeil critique
de Toynbee lui-même. Dans un effort constructif, W.H. McNeill, F. Engel-
Janosi, D.M. Robinson, G.E. von Grunebaum, H. Kohn, M.A. Fitzsimons,
E.R. Hardy, E. Voegelin et O. Haleciki étudient respectivement les hypot
hèses de base d'A.T., sa place dans l'étude traditionnelle de l'histoire
universelle, de l'histoire gréco-romaine, de l'histoire de la civilisation isl
amique, de l'histoire russe, de l'histoire américaine, de l'histoire des religions,
enfin sa conception de l'avenir de la civilisation occidentale.
GODECHOT (Jacques) — La contre-révolution. Doctrine et action 1789-1804.
— Paris, Presses universitaires de France, 1961. 23 cm, 427 p. Index.
F 24,00.
Cet ouvrage, qui est issu d'un cours destiné aux candidats à l'agrégation,
comprend deux parties très distinctes. Dans la première, le doyen G. passe
en revue les principaux théoriciens de la contre-révolution (Burke, Mallet du
Pan, Maistre, Bonald, Chateaubriand, Herder, Môser, Gentz, etc..) et
s'attache à montrer qu'ils ne sont ni les uns ni les autres partisans d'un
« statu quo » politique et social et qu'ils sont à leur façon des révolutionn
aires. Dans la seconde partie, plus développée que la première, J. G. décrit
l'échec des mouvements contre-révolutionnaires en France,, en Allemagne,
en Italie et dans les autres pays d'Europe occidentale entre 1789 et 1804.
La conclusion souligne la faible influence exercée par les doctrinaires
de la contre-révolution sur l'action contre-révolutionnaire.
GORIELY (Georges) -. — Le pluralisme dramatique de Georges Sorel. — Paris,
M. Rivière, 1962. 23 cm, 245 p. Bibliogr. Index. F 15,00. (Bibliothèque des
sciences politiques et sociales.)
Analyse très consciencieuse et très utile, mais un peu pesante, des
œuvres de Sorel jusqu'aux Réflexions sur la violence. G. G. s'abstient
d'évoquer les dernières années de Sorel, qui, selon lui, n'ajoutent rien
à sa gloire.
1076 •
Informations Bibliographiques
HOFMANN (Werner) — Ideengeschichte dec sozialen Bewegung des 19. und
20. Jahrnunderts. — Berlin, W. de Gruyter, 1962. 16 cm, 244 p., tabl.
Bibliogr. Index. (Sammlung Gôschen Band. 1205/1 205a.)
Ce petit précis rend compte, de façon assez exhaustive, de l'évolution
idéologique des mouvements sociaux en Europe — y compris la Russie —
depuis le « siècle des lumières » et la révolution industrielle jusqu'à la
théorie marxiste du communisme mondial.
KANAPA (Jean) — La doctrine sociale de l'Eglise et le marxisme. — Paris,
Editions sociales (1962). 23 cm, 323 p. F 14,00. (Marxisme et religion.)
Le destin de l'Eglise est lié à celui du capitalisme ; la « doctrine sociale »
que l'Eglise cherche à se donner ne change rien à cette réalité historique.
Cependant, certains points de cette « doctrine sociale » correspondent à des
aspirations authentiques des travailleurs ; il est souhaitable que les catho
liques acceptent le dialogue avec les communistes (qui sont, suivant les
termes de Maurice Thorez rappelés par J. K., les héritiers « de ce que
l'humanité a élaboré de meilleur dans le domaine moral ») et luttent en
commun avec eux. Par ses nombreuses références aux textes pontificaux,
J. K. s'efforce de donner à son ouvrage l'allure d'une exégèse critique, non
d'un pamphlet ; quelques incidentes montrent toutefois qu'il est en retard
d'une encyclique.
LEGRAND (Louis) — L'influence du positivisme dans Vceuvre scolaire de
Jules Ferry. Les origines de la laïcité. — Paris, M. Rivière, 1961. 23 cm,
256 p. Bibliogr. F 12,50. (Bibliothèque des sciences politiques et sociales.)
La thèse de L. L. est que Ferry, dont les convictions positivistes étaient
profondes, réalisa une œuvre scolaire résolument conservatrice et qu'on
inscrit à tort dans la lignée des «grandes idées» de 1789. Ferry pensait
que la Révolution avait réalisé l'égalité politique et l'égalité dans le travail.
Restait à abolir la dernière inégalité : celle de l'éducation. Il le fit pour
accomplir le progrès dans l'ordre et pour mettre un terme à la révolution.
Selon L. L., la conviction, si profonde chez les universitaires, que «l'auto
détermination du corps enseignant en matière pédagogique et administrative »
doit être complète, procéderait de la fondamentale division positiviste des
pouvoirs politiques et spirituels. L'ouvrage comporte une courte bibliographie
et, en appendice, quelques textes inédits.
LEVIS MIREPOIX (Duc de) — Grandeur et misère de l'individualisme français.
III. (De la lre République à la Ve). — Paris, Genève, la Palatine (1962).
20 cm, 287 p. F 13,50.
Le duc de L. M. s'attache à montrer à la fois le rôle des individus
dans l'histoire française depuis 1789 et le frein ou le contrepoids que leur
apporte l'individualisme régnant dans la collectivité nationale. Il aime mettre
en valeur les qualités, identiques ou complémentaires, d'hommes d'horizons
politiques ou idéologiques différents : M. de Charette et Hoche, Jaurès et
A. de Mun ... On admirera, sous la plume de cet académicien, des hardiesses
de style qui ailleurs seraient tenues pour solécismes. On appréciera également
la fermeté de ses jugements politiques : M. Guy Mollet est loué d'avoir
agi « en véritable chef de gouvernement» en décidant l'expédition de Suez,
qui fut presque « une immense victoire diplomatique ».
Me DONALD (Lee Cameron) — Western political theory : the modem age. —
New York, Burlingame, Harcourt, Brace and World (1962). 23 cm, xvi-
557 p. Bibliogr. Index. $ 6.95.
Histoire de la philosophie politique depuis le XVIIe siècle écrite dans un
style clair et direct, souvent avec humour. C'est une excellente introduction,
dont l'originalité réside plus dans la présentation que dans le contenu.
1077 Revue Française de Science Politique
MENCZER with an introduction (Bêla) éd. — and Catholic biographical political notes thought by Bêla 1789-1848. Menczer. Texts — selected, Notre-
Dame (Indiana), University of Notre Dame press, 1962. 21 cm, vm-205 p.
$ 1.95.
Textes représentatifs de la pensée politique de Joseph de Maistre, Bonald,
Chateaubriand, Balzac, Schlegel, Metternich, Donoso Cortès, Jaime Balmes
et Louis Veuillot.
ROCHET (Waldeck) — Qu'est-ce que la philosophie marxiste? (Préface de
Jacques Duclos). — Paris, Editions sociales (1962). 19 cm, 80 p. F 2,00.
(Notre temps.)
Texte d'un discours prononcé par W. R. le 14 janvier 1962, devant une
assemblée de philosophes membres du Parti. Orthodoxe et serein.
SCHAPIRO (J. Salwyn) — Movements of social dissent in modem Europe. —
Princeton (N.J.), D. Van Nostrand (1962). 18 cm, 189 p. Bibliogr. Index.
? 1.25. (An Anvil original. 59.)
Selon les normes habituelles de cette utile collection, J. S. présente
rapidement, dans la première partie, les différents aspects du socialisme
européen entre 1815 et 1914 ; la seconde partie contient une quarantaine
de textes choisis, de Saint-Simon à Kautsky.
SCHILLING (Kurt) — Histoire des idées sociales. Individu — communauté —
société. [Geschichte der sozialen Ideen. Individuum. Gemeinschaft. Gesell-
schaft]. Traduit de l'allemand par L. Piau. — Paris, Payot, 1962. 23 cm,
333 p. F 19,00.
Etude des rapports entre l'homme et la société depuis l'antiquité. K.S.
divise son ouvrage en quatre parties : préhistoire et monde gréco-romain ;
moyen-âge ; temps modernes (Utopie de Thomas Moore, Campanella et
Bacon, Rousseau, Kant, Fichte, Hegel) ; âge industriel (socialisme pré
marxiste, Marx, Nietzsche).
SCHWIERSKOTT (Hans Joachim) — Arthur Moetler van den Bruck und
der revolutionare Nationalismus in der Weimarer Republik — Gôttingen,
Berlin, Frankfurt, Musterschmidt Verlag (1962). 21 cm, 202 p. Bibliogr.
Index. DM 19,80. (Verôffentlichungen der Gesellschaft fur Geistesge-
schichte. 1.)
Décrivant la vie et les œuvres de Arthur Moeller van den Bruck (1876-
1924), le théoricien des jeunes conservateurs allemands sous la République
de Weimar, H.J. S. retrace les tentatives d'organisation de ce mouvement
nationaliste et analyse sa position idéologique, en le comparant au mouve
ment des vieux conservateurs, et en l'opposant au bolchevisme national
d'une part, au national-socialisme de l'autre.
SENGHOR (Leopold Sédar), TEILHARD DE CHARDIN (Pierre) — Pierre
Teilhavd de Chardin et la politique africaine [par] Leopold Sédar Senghor.
Sauvons l'humanité. L'art dans la ligne de l'énergie humaine [par] Pierre
Teilhard de Chardin. — Paris, Editions du Seuil (1962). 19 cm, 104 p.,
pi. .F. 7,50, (Cahiers Pierre Teilhard de Chardin. III.)
Le président de la République sénégalaise explique, dans cet essai,
comment il interprête la pensée du P. T. de G, et quels enseignements
il en tire. De sa philosophie, il retient surtout la vision centrale d'un monde
psychiquement convergent, dans lequel l'homme, introduisant la conscience,
donc la réflexion qui planétise, est l'agent d'une socialisation pan-humaine.
1078 Informatiojis Bibliographiques
qui II y lui trouve semblent un dépassement conduire à des fécond impasses. et efficace Il en dégage des conceptions les éléments de permettMarx,
ant d'élaborer « la Voie africaine du Socialisme », le socialisme étant
défini comme « la méthode qui met la recherche et les techniques — poli
tiques, économiques, sociales, culturelles — au service de. la socialisation
pan-humaine : de la civilisation de l'universel. C'est l'humanisme des temps
modernes ». Et il marque l'apport, dans cette construction, de la négritude,
c'est-à-dire « l'ensemble des valeurs — politiques, morales, sociales, culturelles
— du monde noir ».
— Grand und Abgcund der Macht. Kritik der Recht- STERNBERGER (Dolf)
màssigkeit heutiger Regierungen. — (Frankfurt am Main) Insel-Verlag,
1962. 21 cm, 408 p. DM 19,80.
Après- une analyse des fondements de la légitimité et de leur évolution
dans l'histoire (droit divin, suffrage universel) , D. S. recherche les causes
véritables de l'incompréhension qui sépare les blocs de l'Ouest et de l'Est
et constate l'opposition irréductible des principes qui, chez chacun d'eux,
légitiment l'exercice du pouvoir : d'une part aux Etats-Unis un régime
constitutionnel libéral, d'autre part en U.R.S.S. la dictature d'un parti que
justifie la prophétie marxiste-léniniste. Cet exposé théorique est complété
par des notes et commentaires apportant des exemples pratiques.
SULLIVAN (Louis H.) — Democracy. A man-search. Introduction by Elaine
Hedges. - — Detroit, Wayne state University press, 1961. 24 cm, xxxiv-
389 p. $ 7.95.
Architecte américain connu et théoricien de l'architecture moderne,
— Frank Lloyd Wright fut son disciple, — L. S. avait déjà publié deux
livres d'architecture. I! s'agit ici de la première édition complète d'un
ouvrage écrit au début du xx* siècle consacré à la démocratie, et qui ne
connut pas du vivant de L. S. le même succès que ses publications
techniques. Ouvrage déconcertant, à la fois lyrique et prophétique.
TOCQUEVILLE (Alexis de) — Ecrits et discours politiques. Texte établi et
annoté par André Jardin. Introduction par J.-J. Chevallier et André Jardin.
— (Paris) Gallimard (1962). 23 cm, 559 p. F 27,50. (Œuvres complètes.
T. III.)
Ce volume rassemble trois séries de documents qui se rapportent tous,
de près ou de loin, au problème colonial et dont les plus intéressants
concernent l'Algérie : 1° Les écrits et les interventions de T. sur l'abolition
de l'esclavage dans les colonies françaises (pp. 33-126); 2° Les nombreux
textes qu'il a consacrés au problème algérien entre 1837 et 1850 (pp. 127-
440); 3° et enfin l'ébauche (assez décevante) d'un ouvrage sur l'Inde. L'en
semble met, une fois de plus, en lumière l'extraordinaire conscience avec
laquelle travaillait T. et atteste l'intérêt qu'il portait au problème colonial.
A ses yeux, l'Algérie est, dans les dernières années de la Monarchie de
Juillet, « la grande affaire du pays » et il voit en elle un élément fondamental
de la grandeur française. S'il critique très vivement les méthodes d'administ
ration militaire en Algérie, il ne met pas en cause d'un point de vue
moral le principe de la colonisation et se préoccupe avant tout de l'aménager,
afin de la rendre plus humaine et plus efficace. Il préconise diverses réformes
tendant à créer en Algérie une vie municipale, à établir les libertés civiles
et à jeter les bases d'une organisation judiciaire analogue à celle de la
métropole. Rêvant initialement d'un amalgame entre Musulmans et Européens,
il revient d'Algérie, en 1841, convaincu que la fusion des deux populations
est « une chimère qu'on rêve que quand on n'a pas été sur les lieux ».
1079 .
Revue Française de Science Politique
Les textes ici rassemblés sont l'œuvre d'un homme profondément honnête
et scrupuleux, qui n'hésite pas à prendre courageusement parti contre les
thèses officielles, mais qui n'aperçoit que confusément l'avenir des terri
toires colonisés : ennemi de tout racisme, il est convaincu de la supériorité
des Occidentaux et le système qu'il préconise comporte deux législations
distinctes et deux sociétés strictement séparées ; d'autre part il se trompe
lourdement à propos des perspectives démographiques (p. 275) et il semble
convaincu que le nombre des Musulmans va diminuer à mesure que celui
des Européens s'accroîtra.
WHITAKER (Arthur P.) éd. — Latin America and the enlightenment. 2nd
éd. Essays by Arthur P. Whitaker, Roland D. Hussey, Harry Bernstein,
John Tate Lanning... Introduction by Frederico de Onïs. — Ithaca (N. Y.),
Great seal books (1961). 19 cm, xvi-156 p. Bibliogr. Index. $ 1.75.
Etude surtout littéraire des idées des « leaders » de l'indépendance
latino-américaine au début du XIXe siècle. D'après les auteurs, l'influence
des principes scientifiques et philosophiques du Siècle des Lumières aurait
été plus durable que l'influence des principes politiques du jacobinisme.
Institutions Politiques et Administratives
ARNOLD (Raymond) — L'Université en Allemagne de l'Ouest. Histoire, struc
ture et caractères. (Préfaces de Maurice Bayen et Emil Lehnartz) . — Paris,
Presses universitaires de France (1962). 23 cm, 155 p., fig., pi., cartes, tabl.
Excellente étude d'ensemble, sérieuse, agréable à lire, bien documentée
et bien présentée, sur l'histoire et la doctrine des dix-huit universités, la
structure générale de l'enseignement supérieur, la composition et l'adminis
tration des universités, le personnel enseignant, l'organisation et la structure
des études, la situation et le rôle des étudiants, les problèmes actuels de
l'Université allemande.
BARALE (Jean) — La IVe République et la guerre. — Aix-en-Provence, la
Pensée universitaire, 1961. 27 cm, 539 p. multigr. Bibliogr. F 28,00.
Pour la IVe République, le problème de la guerre s'est posé essentie
llement dans le cadre de la décolonisation. Cette volumineuse thèse de droit
analyse les incidences de la guerre sur le fonctionnement des institutions.
Trois parties : « la guerre, facteur d'affaiblissement de l'Assemblée natio
nale ■»; « la guerre, facteur d'instabilité du cabinet »; « la guerre, facteur
de déconcentration du pouvoir».
BARNES (William), MORGAN (John Heath) — The Foreign service of
the United States. Origins, development, and functions. — (Washington,
U.S. government printing office, 1961). 25 cm, xiv-430 p., fig., portr.,
carte h.-t, tabl. ? 3.50. (Department of State. Bureau of public affairs.
Historical office.)
Un tiers environ de cette histoire du service diplomatique américain,
qui remonte à sa création pendant la guerre d'indépendance, porte sur
la période 1840-1960. L'accent y est mis sur les problèmes d'organisation,
et on n'y trouvera pas une grande liberté de ton dans l'analyse qui est
presque toujours très «officielle»; mais de nombreux renseignements int
éresseront le spécialiste des relations internationales.
1080