Kastom et traditionalisme : quelles inventions pour quelles traditions à Tanna,Vanuatu ? - article ; n°2 ; vol.109, pg 121-131

-

Documents
12 pages
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Journal de la Société des océanistes - Année 1999 - Volume 109 - Numéro 2 - Pages 121-131
11 pages
Source : Persée ; Ministère de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche, Direction de l’enseignement supérieur, Sous-direction des bibliothèques et de la documentation.

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 01 janvier 1999
Nombre de visites sur la page 37
Langue Français
Signaler un problème

Marc Kurt Tabani
Kastom et traditionalisme : quelles inventions pour quelles
traditions à Tanna,Vanuatu ?
In: Journal de la Société des océanistes. 109, 1999-2. pp. 121-131.
Citer ce document / Cite this document :
Tabani Marc Kurt. Kastom et traditionalisme : quelles inventions pour quelles traditions à Tanna,Vanuatu ?. In: Journal de la
Société des océanistes. 109, 1999-2. pp. 121-131.
doi : 10.3406/jso.1999.2109
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/jso_0300-953X_1999_num_109_2_2109et traditionalisme : quelles inventions Kastom
pour quelles traditions à Tanna (Vanuatu) ?
par
Marc Kurt TABANI *
Introduction folklore ou de superstitions. Leurs promoteurs
cherchent à faire passer ces néo-traditions pour
La principale caractéristique du traditiona un simple prolongement des traditions ancienn
lisme en tant qu'idéologie l tient à la manière es, mais en prétextant la désuétude et l'incapac
dont ses promoteurs se présentent comme les ité de ces dernières à s'adapter, les traditions
garants de la continuité avec une tradition « pr nouvelles traduisent en fait le refus conscient et
imordiale ». Mais leur action, comme le souligne délibéré des nouvelles élites d'adapter les tradi
le philosophe Éric Weil, démontre en revanche tions anciennes. Car, ajoute Hobsbawm : « Là
exactement l'inverse : « le traditionalisme, par où les anciennes voies sont encore vivantes, les
son apparition même, prouve que la tradition à traditions n'ont nul besoin d'être inventées ou
laquelle il prétend retourner a cessé d'être une réinventées » (1983:8). À Vanuatu, depuis l'ind
tradition [...]. L'émergence même du traditiona épendance acquise en 1980, le traditionalisme et
lisme démontre que la tradition s'est éloignée, et l'invention des traditions battent leur plein, ils
le traditionaliste est obligé de l'admettre malgré s'y manifestent dans l'apologie omniprésente de
lui — sinon, pourquoi voudrait-il retourner en « la-Coutume » {kastom). Mon intention est de
un point qu'il n'aurait jamais quitté ? » préciser, à partir de l'exemple de la société insu
(1953:15). Le processus d'invention des tradi laire de l'île de Tanna au sud de l'archipel, com
tions, tel que l'a décrit l'historien Eric Hobs- ment ces idéologies ont pu être intégrées à un
bawm (1983), participe lui aussi aux modalités contexte local en opposition à des processus plus
d'action qui se rattachent à cette idéologie. Il est anciens de réinterprétation culturelle.
un moyen efficace de propager l'illusion d'un lien
avec le passé préservé, avec des traditions
« vivant dans le présent ». Kastom en Mélanésie
Dans les faits, ces constructions traditionalis
tes modernes sont le meilleur moyen d'effacer les Dans la littérature anthropologique sur la
traces d'un ordre ancien, reléguées au rang de Mélanésie, la notion de kastom est fréquemment
* Doctorant en ethnologie à l'Université Montpellier III ; responsable des collections d'ethnologie à la Bibliothèque
Nationale de France.
1 . Les idéologies traditionalistes modernes sont à rattacher dans le paradigme weberien à « l'ordre rationnel », dont la
« légalité » s'établit « sur la base d'une domination de l'homme par l'homme et d'une obéissance valant comme légitimes »
(Weber, 1971:72). Celui-ci ne saurait être confondu avec le « strict traditionalisme » (strengen Traditionalismus) caractérisant
« l'ordre traditionnel » qui est, comme le précise le sociologue Shmuel Eisenstadt, « le traditionalisme d'avant l'apparition de la
dichotomie entre tradition et traditionalisme » (Eisenstadt, 1973:156). Par contre, comme le souligne le sociologue Robert
Nisbet, la notion de traditionalisme demeure encore très attachée à l'origine européenne et contre-révolutionnaire du terme. Elle
conserve la connotation d'une idéologie conservatrice de droite dans le jeu des représentations politiques des occidentaux.
Toutefois, en réduire la portée reviendrait à occulter le fait que nombre de ses principaux développements sont désormais
localisés dans le Tiers-Monde, et tendent à se démarquer sensiblement de leurs modèles historiques (Nisbet, 1993:677).
Journal de la Société des Océanistes, 109, année 1999-2 122 SOCIÉTÉ DES OCÉANISTES : LES POLITIQUES DELA TRADITION
glosée en termes de « tradition », « d'invention 3°) D'autres types de revendications culturell
de traditions », de « traditionalisme » ou encore es faisant référence au passé et à la tradition se
de « néo-traditionalisme », et ce parfois sous la retrouvent à un niveau local. Parfois hostiles ou
plume d'un seul et même auteur, comme c'est le pour le moins étrangères aux premières, elles
cas avec Roger Keesing (1982a, 1982b, 1989). sont destinées à surmonter les incompatibilités
Cette multiplication de qualificatifs pour décrire entre le christianisme et les anciennes religions.
des idéologies philo-coutumières révèle toute la 4°) Enfin, la mise en scène de la kastom dans le
complexité de la question de ce que Keesing cadre de festivals culturels dévoile de façon spec
nomme, en regard de la Mélanésie, les « polit taculaire par quel biais des cultures vécues se
iques du traditionalisme ». D'après cet auteur, les retrouvent hissées au rang de symboles et devien
difficultés qu'elles présentent tiennent à la dou nent l'objet de considérations fondamentale
ble origine de kastom qui renvoie à la fois à une ment idéologiques. Car derrière ces expressions
spectaculaires se tient un pouvoir moderne, celui histoire de « résistance anti-coloniale » et à un
des classes dirigeantes actuelles des États mélan« néo-traditionalisme d'état » — post-colonial
ésiens. Au moyen de l'invention de symboles — (Keesing, 1982:298), ou dans les termes de
identitaires, elles cherchent à rendre homogène Lamont Lindstrom, à des « politiques tradition
ce qui demeure pré-moderne dans des cultures nelles de la culture » — kastom kastom polisi —
vécues et à l'intégrer dans une culture nationale. et des « politiques nationales de la culture »
Par ce biais, ces élites garantissent leur propre — nasonal kastom polisi (Lindstrom, 1994:68).
légitimité en générant l'illusion d'une continuité Mais si l'appel à la kastom peut être révélateur
politique tout en nourrissant une contestation des aspects idéologiques de ces réévaluations du mauvais horizon des « valeurs » occidentales culturelles, il tend par ailleurs à faire écran à la (cf. Babadzan 1988 ; Lawson 1996). diversité des revendications qu'elles recouvrent Cette typologie présente l'avantage d'offrir et des réalités sociales auxquelles elles renvoient. une vue perspective de la diversité des pratiques Au regard de l'abondance des débats que susci d'invention des traditions en Mélanésie, telles tent les idéologies philo-coutumières, les reven qu'elles apparaissent au travers des multiples dications portant sur la kastom en Mélanésie revendications formulées dans l'idiome de la seraient même d'après Lindstrom, « le meilleur kastom. Cette diversité a de ce fait donné lieu à exemple que l'on puisse trouver dans la littéra de nombreuses schématisations, qui répartissent ture anthropologique d'un archétype de culture le plus souvent ces revendications en des oppositangible, consciente de soi » (Lindstrom, tions binaires, qui toutes sont des déclinaisons de 1993:467). Mais l'impression de flou qui en l'opposition générale entre une kastom locale et découle n'en sort que renforcée. L'originalité de une kastom nationale : une opposi- la kastom réside-t-elle dans la manière dont les tionnelle (cf. Lindstrom, 1982, 1993), syncréti- Mélanésiens s'y réfèrent pour lever les contradic que et partagée — un processus spécifique tions entre la culture du passé et le présent ou d'adaptation culturelle — et une kastom offidans la manière dont cette instrumentalisation cielle — fondée sur une « critique occidentale de de la kastom engendre précisément ces contra l'occidentalisation» (Babadzan, 1988:208) — , dictions ? (Keesing, 1982a:299). entre les revendications « d'enclaves traditionalKeesing fut le premier à proposer une typolo istes » et le « néo-traditionalisme des élites gie pour analyser la diversité des revendications nationalistes » (Keesing, 1982b:40-41), ou plus culturelles que recouvre le mot d'ordre de kas récemment, pour reprendre les termes de Stetom (Keesing, 1989:20-21). Les tensions et les phanie Lawson, entre une kastom de « libération contradictions résultant de la confrontation des psychologique » et une de « l'oppression sociétés mélanésiennes à la modernité peuvent étatique » (Lawson, 1997:16). être examinées par ce biais à plusieurs niveaux L'accentuation de ces clivages ne doit cepenidéologiques, se rapportant à divers contextes dant pas faire oublier, que par leur inscription politiques et culturels. dans une histoire coloniale, leurs origines
1°) Kastom à un niveau pan-mélanésien cor comme leurs répercussions actuelles les plus for
tes se situent en premier lieu à niveau insulaire- respond à un discours de consensus politique et
d'harmonie culturelle entre pays de la région. infra-national. Pour restituer dans toute leur
Les tensions internes que chaque état dissimule diversité ces constructions culturelles contempor
apparaissent au grand jour lorsque, aines, il est nécessaire d'examiner les antagonis
2°) kastom vient justifier des dérives séparatis mes et les incompatibilités entre différents types
tes émanant d'une idéologie concurrente de de discours kastom à un niveau local, dans leur
dimension à la fois trans-communautaire et indi- même type. KASTOM ET TRADITIONALISME 123
viduelle. La kastom de Tanna est sur ce point d'échecs flagrants {cf. Adams 1984). Mais dès le
assez représentative du caractère multiple des tournant du siècle dernier, lorsque la Mission
traditions inventées qui trouvent dans cette île un vint à être considérée comme une protection
champ de confrontation des plus caractéristi contre les exactions des marchands et recruteurs,
ques. Elle constitue l'exemple même d'une kas les premiers succès de la christianisation conduis
tom oppositionnelle. Tanna est sans doute irent rapidement au règne sans partage de la
l'archétype de ces « îles d'illusions » que Robert Tanna Law. Elle consistait en la mise en œuvre
James Fletcher décrivait au début du siècle dans d'une dictature politique et morale des groupes
l'archipel vanuatais. L'île n'est cependant pas, ou rattachés à la Mission sur ceux demeurés païens. plus, cette « enclave traditionaliste » qu'évo D'après Jean Guiart, la Tanna Law fut un gouquait Keesing, et ses habitants ne sont pas moins vernement des missionnaires, doté d'un véritable sujets à ce qu'il qualifiait de néo-traditionalisme monopole économique et judiciaire. Il décrit ce que les communautés urbaines de Port-Vila. La système comme un régime d'administration diversité de la kastom de Tanna découle d'une
indirecte, ayant établi une nouvelle hiérarchie histoire mouvementée de confrontation à la « où les chefs ou soi-disant tels, furent intronisés modernité, et de conflits exacerbés par le jeu des
comme juges » (Guiart, 1956:226). influences croisées entre agents coloniaux (fran
La Tanna Law initia à ses débuts l'action d'une çais et anglais) et missionnaires (initial
idéologie traditionaliste dans la mesure, où ement presbytériens, adventistes et catholiques).
comme le précise Guiart : « la Mission apparaissL'invention des traditions s'y décline à la fois
ait, et voulait apparaître comme le champion dans toute la diversité du processus de réinter
des droits indigènes, du moins des indigènes prétations syncrétiques, mais aussi dans les
chrétiens » (Guiart, 1956:226). Toutefois, passés contestations chrétiennes du néo-paganisme
les premiers succès de l'évangélisation, la situakastom, dans les attaques portées par les natio
tion dévia rapidement de la stratégie missionnalistes au pouvoir contre une kastom
naire initiale. Les exactions du christianisme « inauthentique » prêtée aux sectateurs du culte
militant de la Tanna Law furent révélatrices de de John Frum, et les réifications actuelles et de la
cette fuite en avant. La Mission presbytérienne kastom de Tanna et des cargo-cuits à des fins
se vit dès lors contestée sur le terrain même de ce touristiques.
qui la rendait attractive : la conversion progress
ive accompagnée d'un renforcement de l'autor
ité indigène et une concentration du pouvoir La Tanna Law et l'invention manichéenne
dans les mains des 'chefs', sans renonciation brude la kastom
tale à toutes les anciennes coutumes 3.
« Mifela i wantem man kopra, mifala i no wan- Dès lors que la Mission presbytérienne se mit
tem misinari » 2. Cette ancienne rengaine offre à intensifier la christianisation au moyen d'une
une bonne illustration de la situation des comcondamnation de la kastom (notion inventée à
munautés de Tanna pour la période qui couvre cette fin par les missionnaires) en opposition à
l'essentiel de la seconde partie du xixe l'apologie de la skul (la Mission), suivant le siècle,
marquée par une exploitation économique schéma manichéen d'une lutte entre les ténèbres
intense des ressources de l'île (bois de santal, du paganisme et les lumières chrétiennes 4, elle
coprah, et traite des Mélanésiens). Durant la connut de francs succès et déboucha sur la domi
même période, les tentatives d'évangélisation nation absolue de la Tanna Law et ses prolonge
menées à Tanna sous l'impulsion des mission ments idéologiques, à savoir l'éradication de tout
reliquat de paganisme et la persécution incondi- naires presbytériens s'avéraient être une série
2. « Nous voulons le négociant en coprah, pas le missionnaire », propos relevés par Guiart (1956: 124).
3. « Le point de vue de la Mission, écrivait le révérend Macmillan, n'est pas de les forcer à l'abandon de ces coutumes ; cela
se produit de soi-même « quand les gens comprennent le sens profond du message chrétien » (Guiart, 1956: 132).
4. Comme le signale Lindstrom (1982:317 ; 1993:499), la première entrée lexicale de kastom dans un dictionnaire bislama
remonte au travail du pasteur William Camden en 1 977 {A Descriptive Dictionary : Bislama to English). Pour Tanna, entre autres
exemples, aucun rapport scientifique d'avant guerre ne mentionne nommément l'usage de kastom. Guiart confirme son existence
lexicale en 1954 (communication personnelle), mais il semble que kastom ne fasse pas partie du corpus initial du bislama. Son
usage pourrait certainement être le fruit d'une invention missionnaire : c'est du moins ce que laisse supposer la comparaison des
lexiques de Churchill, W., Beach-la-Mar, the Trade Jargon of the South Pacific, [191 1] et Crowley, T., A New Bislama Dictionary,
[1995]. Churchill ne mentionne que le terme fash' « custom, manner », ... Santo fash : à la mode d'Espiritu Santo — « the force
of the adjective being geographic rather than hagiographie » (1911:40). Dans le lexique de Crowley kastom assume le sens
hagiographique de tradition, tandis que fash ' se retrouve sous la forme du substantif fasin nogud comme synonyme de sin
(1995:73 ; 216). 124 SOCIÉTÉ DES OCÉANISTES : LES POLITIQUES DE LA TRADITION
tionnelle des derniers groupes de païens irréduct Dans leur rôle propre, les missionnaires euro
ibles 5. On retrouvait, dans un camp, ceux qui péens participèrent à la construction des symbol
revendiquaient leur rattachement politique à la es de la modernité. Ils œuvrèrent à la concentrat
skul 6 — caractérisée par une unanimité autour ion des populations, à la transformation de
du message biblique — et dans l'autre, ceux qui l'habitat, imposèrent le port de vêtements,
se réclamaient de la kastom — marquée par un l'hygiène et les soins médicaux, le travail volont
accord fondamental sur les modèles inspirés de aire, favorisèrent les premières habitudes de
la tradition. Invariablement présentés sous la salariat et de consommation. Ils furent amenés à
forme d'institutions cérémonielles — chants, se présenter eux-mêmes comme des symboles de
danses, consommation du kava, cannibalisme, modernité, car en regard de la niu laef(new life)
polygamie — ces éléments culturels kastom tant vantée, eux seuls étant à même de personnif
furent érigés par la Mission au rang de symboles ier la puissance du nouvel ordre établi qu'ils
négatifs, et fournirent le prétexte à l'approfondis régissaient. Les missionnaires étaient riches,
sement de la domination chrétienne. « Même si maintenaient une distance stratégique avec les
le triomphe de la chrétienté ne fut pas universel, natifs, et possédaient des moyens inédits de pro
indique Lindstrom — puisqu'un certain nombre duction et de diffusion d'un savoir sans équival
de non-convertis, de récidivistes païens, se cram ent. Mais par le biais de tendances privilégiant
ponnèrent à ce qui dans le savoir traditionnel simultanément la défense des intérêts indigènes
pouvait constituer un enjeu kastom — , [ce nouv et l'abandon de leurs pratiques traditionnelles,
el ordre] avait établi une large évaluation polit les missionnaires furent happés par le jeu des
iquement codifiée de kastom en tant que mal et du rapports de force politiques internes à l'île entre
nouveau savoir en tant que bien » (Lindstrom, les diverses factions indigènes (cf. Adams,
1982:322). L'évangélisation ne devint efficace 1984:115 ; 179). À la fin des années trente, l'évan
qu'à partir du moment où le prosélytisme prit gélisation de Tanna s'apprêtait à prendre son
toute l'importance d'une arme doctrinale entre dernier tournant : « Les jeux étaient faits et les
les mains d'une nouvelle élite indigène émer zones d'influences stabilisées. Il semblait qu'il ne
gente : « Le succès doctrinal presbytérien, restait plus aux trois Missions qu'à rivaliser pour
ajoute-t-il, intervint lorsque certains jeunes insu la conquête des derniers païens du Centre de
laires 'colonisèrent' le savoir chrétien dont ils l'île » (Guiart, 1956:150).
firent un usage croissant dans leurs conversat
ions. Ces jeunes apôtres faisaient circuler des
propositions chrétiennes et organisèrent de nouv John Frum et la réinvention d'une kastom
elles églises de consommateurs du savoir chrét syncrétique
ien. Une disjonction discursive se mit à séparer
le savoir traditionnel du savoir doctrinal La deuxième grande phase de revendication
importé » (Lindstrom, 1990:38). dans l'histoire politique de la kastom à Tanna fut
Le raidissement de la politique de la mission à marquée par de fortes agitations nativistes anti
l'égard des pratiques et des croyances du passé et chrétiennes, et par le développement d'une révé
la dévaluation du savoir ancien résultaient de lation messianique d'une grande originalité. La
l'hégémonie que voulaient exercer les tenants de révolte des man Tanna y prit la tournure d'une
la nouvelle hiérarchie. Les teachers indigènes quasi-rébellion, et s'exerça sous la forme d'un
tiraient leur autorité nouvellement acquise de réinvestissement symbolique et politique du
leur interprétation du savoir chrétien et de sa mise temps et de l'espace, d'une recréation de liens
en œuvre : « ces hommes devinrent les leaders de sociaux au niveau de l'île dans son ensemble et de
leur validation mythologique. L'avènement du nouvelles organisations politiques chrétiennes,
[...] à la fois chefs des chrétiens et anciens [elders] culte de John Frum comporte trois épisodes clefs
de l'église. Leur statut dépendait de leur contrôle qui sont respectivement la révélation de John
du savoir chrétien bien plus que du savoir tradi Frum, l'abandon massif des églises et le tour
tionnel. Ils préservèrent ce statut en protégeant le nant américanophile de la vision millénariste de
savoir qui le garantissait ; ils établirent une nouv John Frum. La conséquence immédiate de
elle moralité. Kastom devint à la fois immorale l'apparition de ce mouvement nativiste fut un
et subversive » (Lindstrom, 1982:322). déclin de la Mission presbytérienne. Ce déclin
5. Les moyens de pression de la Tanna Law étaient les châtiments corporels, les peines de travaux forcés ou de bannissement
de l'île. Sa répression s'exerça en regard d'une multitude d'interdictions : travail le dimanche, absence à la messe, bains de mer,
chants, danses, absorption de kava, port des vêtements et ornements traditionnels, contacts avec les commerçants et les
recruteurs français, etc.
6. « Le mot bislama skul devint rapidement synonyme d'église, et man skul le synonyme de chrétien » (Lindstrom, 1990: 1 37). KASTOM ET TRADITIONALISME 125
avait toutefois déjà été entamé dans les années lieu de l'île). Lorsque cette contestation fut sou
vingt avec l'éclatement des grands villages pres tenue au grand jour, le développement ultérieur
bytériens suite à une multiplication des conflits de la croyance en John Frum consista en une
succession de répressions gouvernementales. De fonciers (Guiart, 1956:148-150) puis, dans les
années trente, avec la concurrence exercée par ces conflits résulta un approfondissement des
assises mythologiques de ce mouvement et un deux nouvelles Missions, celle des Adventistes
du Septième Jour (1932) et celle des Pères de la enrichissement de sa liturgie, lui ayant permis de
Société de Marie (1933). tester ses capacités d'opposition politique 8.
Les reviviscences païennes demeuraient fr C'est dans ces circonstances que fut inauguré le
équentes et s'intensifièrent avec les premières tournant américanophile des sectateurs de John
rumeurs persistantes, à partir de 1937, autour du Frum.
nom de John Frum (Guiart, 1956:158). Les cél La première référence à l'Amérique remonte à
ébrations rituelles clandestines se multiplièrent : la fin de l'année 1941 (Lindstrom, 1981:106),
trois ans après l'abandon des églises, trois mois chants, danses, sacrifices de cochons et beuveries
de kava en traduisaient l'intensité. La référence à avant l'attaque de Pearl Harbor, et un an et demi le débarquement des troupes américaines à John Frum n'y était pas systématique (Guiart,
Port- Vila. La prophétie John Frum parût se réal1956:152). Ce dernier, homme ou esprit, appari
tion d'abord muette puis volubile, se manifestait iser. Les John Frum se proclamèrent alliés de
« Rusefel » — Roi d'Amérique — , préparèrent dans la griserie des séances quotidiennes
d'absorption de kava par des prédictions gran activement l'arrivée en bateaux ou en avion des
dioses et d'un ésotérisme prononcé, annonçant Américains, censés apporter tous les biens matér
dans la langue des man Tanna « une grande iels souhaités et attendus par les man Tanna.
catastrophe et le départ concomitant des Blancs. Une armée de vingt mille hommes était supposée
Alors, disait-il, un monde nouveau surgirait, l'île se trouver à l'intérieur du volcan Yasur en prévi
serait réunifiée avec celle d'Erromango et d'Ana- sion du Grand Jour. Par la suite, le 1 5 février fut
tom ; le relief deviendrait plat, les vieux rede retenu par les groupes John Frum pour célébrer
leur victoire sur le Gouvernement en 1956 9 et viendraient jeunes, le travail cesserait sur les jar
dins, l'abondance pour tous serait enfin venue » réaffirmer l'alliance de Tanna et de l'Amérique
(Bonnemaison, 1987:467). Les mots d'ordre lan par de grands rassemblements cérémoniels
cés au nom de John Frum furent à l'origine de annuels tenus à Sulphur Bay, lors desquels défile
fortes inquiétudes chez les étrangers dans l'île et une brigade d'hommes armés de perches en
chez les autorités coloniales. Il fut annoncer aux bambou en guise de fusils d'apparat, la Tanna
Army, présentée par les John Frum comme une man Tanna qu'il fallait : « 1°) chasser tous les
branche spéciale de 1' U.S. Army. Régulièrement, Blancs de l'île, 2°) renvoyer chez eux les Mélanés
iens des autres îles, 3°) supprimer la monnaie une levée rituelle de la bannière étoilée et de
européenne, 4°) restaurer les coutumes traditionn l'étendard des U. S. Marines se déroule dans cer
elles, en particulier les danses de nuit et la bois tains villages, dont Sulphur Bay, place forte du
son du kava » (O'Reilly, 1949:1 15) 7. John Frumisme, où tous les vendredi soir chants
Avec cette révélation initiale, le passage de la et danses partagés par des sectateurs venus de
clandestinité au grand jour se cristallisa dans toute l'île sont censés hâter le retour de John
deux actions de grande ampleur qui marquèrent Frum.
la rupture avec l'organisation coloniale anté Le mouvement John Frum vint agir comme un
rieure : la dilapidation par les adhérents à la catalyseur des forces politiques antagonistes, et
doctrine John Frum de toute possession numér contribua fortement à fixer le clivage kastoml
Christianisme dans une perspective nativiste et aire (à partir d'avril 1941), et la désaffection
générale des églises (initiée le 11 mai 1941 où syncrétique qui renversait la polarité mani
chéenne des 'Ténèbres' païennes versus les personne n'assista à la Messe à Lenakel, chef-
7. D'autres mots d'ordre ou affirmations viennent leur faire contrepoids : il faut obéir au délégué du gouvernement (Guiart,
1956:155); John Frum lui-même est parfois dit être métis (ibid , 1 59), ou Blanc ; une réunification doit se faire avec les autres îles
du Sud, et une alliance être scellée avec les Américains ; John Frum promet une nouvelle monnaie (« Cette nouvelle monnaie
devait être frappée à l'image d'un cocotier » [ibid., 155]) ; John Frum instaure de nouvelles coutumes, les coutumes vraies, les
seules efficaces (ibid. , 155).
8. Bonnemaison suggère qu'après le lancement des prédictions, les apparitions de John Frum ne sont plus nécessaires : « John
n'avait même plus besoin d'apparaître, partout dans l'île des hommes entendaient sa parole dans leurs rêves et visions
nocturnes » (1987:468). La répression n'y fit rien, « la loi les condamnait à des peines de prison pour ce genre de visions, mais
comment pouvaient-ils, eux, empêcher les morts de parler ?... Si les morts parlent, comment ne pas leur obéir ? » (Guiart,
1956:243).
9. Il s'agit de la date de la libération de Mweles, un des principaux leaders du mouvement (Lindstrom, 1981:106) 126 SOCIÉTÉ DES OCÉANISTES : LES POLITIQUES DE LA TRADITION
'Lumières' chrétiennes. Cette inversion permet des déterminations religieuses d'un mouvement
d'expliquer un certain nombre d'évolutions du kastom politiquement plus large. Puis, à la fin de
contenu des revendications de ce mouvement la phase coloniale, la charge subversive de la
qui, sinon, demeureraient tout à fait paradoxal kastom de Tanna se vit contrer à son tour sur ses
es : John Frum qui partait d'une volonté de propres bases, du fait de l'apparition d'un di
renversement de l'ordre traditionnel devint le scours traditionaliste d'une portée inédite, qui
héraut de la promotion du discours kastom ; et atteignit sa pleine dimension avec l'émergence du
inversement, kastom, qui partait de l'idée de nationalisme ni-Vanuatu. La confrontation de la
renaissance de l'ancien ordre social, fit de la très kastom de Tanna et de la politique culturelle
syncrétique figure de John Frum le héros de son initiale de l'État de Vanuatu tournait définitiv
combat. ement la page de l'époque juvénile de la revendi
En réinventant la tradition, le mouvement cation philo-coutumière et contre-coloniale.
John Frum s'est décrété à la fois religion et loi de
Tanna. Pourtant sa confrontation au nationa
lisme démontre qu'il est, avant tout autre consi Les inventions traditionalistes et néo
dération, un mouvement syncrétique qui réin traditionalistes de la kastom de Tanna
troduit la diversité des appartenances tradi
tionnelles en recouvrant une multiplicité de dis La plus récente des étapes de la revendication
cours kastom. Sa légalisation de fait, avec l'arrêt kastom à Tanna s'est ouverte avec le processus
d'accession à l'indépendance du Condominium de dix-sept années de répression, intervint avec la
libération en 1957 du dernier visionnaire du des Nouvelles-Hébrides sous le nom de Républi
mouvement encore incarcéré 10. L'impunité des que de Vanuatu le 30 juillet 1980. Les conflits
partisans de la kastom produisit une relance de qu'attisa ce processus donnèrent lieu à une réé
l'investissement autonomiste des Tannais en valuation générale de la spécificité culturelle du
direction du processus d'invention des tradi sud de l'archipel, et entraînèrent à Tanna un
tions, et en le recentrant sur sa dimension cul redécoupage de tous les clivages religieux, polit
tuelle. On assistait dès lors à un éclatement litu iques et culturels préexistants. De colonie britan
rgique des groupes ayant soutenu l'orthodoxie nique qu'elle était promise à devenir avant 1906
John Frum promue par les groupes concurrents dans la perspective d'un partage de l'archipel
de Sulphur Bay (à l'est) et de Lenakel (à l'ouest) avec les Français, Tanna fut dans le courant des
(cf. Bonnemaison, 1987:471 ; Trompf, 1991:232- années 1970 envisagée comme une possible
233). Parmi les diverses composantes du soutien Mayotte mélanésienne dans l'hypothèse d'une
initial de ces deux groupes fondateurs s'ajoutè partition du Sud des Nouvelles-Hébrides et de
rent, au gré des inventions, diverses tendances son rattachement aux îles Loyauté. Parallèle
locales. Certaines sont plus rigoristes, selon Bon ment, de quasi-chrétiens presbytériens et d'édu
nemaison : les John Frum à Croix noire du Nord cation anglophone qu'ils étaient, les Tannais
de l'île, autrement appelés Kastom-John, se s'affichèrent majoritairement comme néo-païens
disent être les plus proches de la kastom ; les et francophones. La revendication John Frum et
Monday-Monday, qui prennent leur nom de leur néo-païenne des décennies précédentes se heurta
jour de culte, se disent les plus proches du mes dans les années soixante-dix au nationalisme
sage initial de John Frum. D'autres sont moins pro-presbytérien et anti-francophone des indé
millénaristes comme les néo-païens du Centre- pendantistes anglophones. Sur le plan des orga
Brousse ou seulement 'coutumiers' — des nisations politiques les anciens clivages furent
crypto-païens, ni John Frum ni chrétiens, vêtus refondus en deux camps : les Modérés franco
phones — défenseurs de la kastom de Tanna — de nambas (étuis péniens) ou de grasket (jupes en
s'affrontèrent aux Nationalistes anglophones — fibres), mais qui ont tout de même su attirer
suffisamment de touristes pour disposer d'un promoteurs de la kastom de Dieu et de la culture
véhicule tout terrain. D'autres encore se veulent de Vanuatu (Bonnemaison, 1987:502-503). À
schismatiques comme les John Frum du sud- l'approche de l'indépendance, le discours kastom
— néo-païen et John Frum — reformula ses ouest, qui pensent que le Prince Philippe
d'Edimbourg, mari de la reine d'Angleterre, orientations idéologiques : à la domination du
serait la seule véritable incarnation de John pouvoir central, il opposa la voie jugée libéra
Frum. trice du régionalisme.
Avec sa légalisation, John Frum vint à être Le mouvement John Frum connut pour sa
considéré par les autorités coloniales comme une part une institutionnalisation. Il prit à Tanna la
10. Il s'agissait d'un certain Nakomaha de Sulphur Bay qui, à peine rentré, se mit à capter des messages de 'Captain World'
(Bonnemaison, 1987:485). :
KASTOM ET TRADITIONALISME 127
tête d'une coalition politique des groupes pour nes et les futurs dirigeants du pays, il vint briser le
lesquels kastom est le combat de ceux qui s'oppo monopole discursif détenu sur les questions de
sent à politik (Bonnemaison, 1987:521) n. Il coutume par les groupes païens des îles périphér
devint à proprement parler un mouvement struc iques, dont les John Frum de Tanna. Cette étape
turé, un mouvement hégémonique — procla historique inaugura la multiplication des types
mant sa légitimité en se référant à une lo blong concurrents de discours kastom. Les uns fon
kastom, voire à une lo blong John Frum ou Ame- daient leur légitimité sur leur capacité de contes
rika lo, slogans qui rappellent celui de la Tanna tation des modèles de pensée occidentaux (ratio
Law. L'alliance des forces vives des John Frum et nalistes et individualistes), les autres refo
de l'ensemble des groupes païens, et de cadres rmulèrent la revendication kastom à leur conve
politiques issus de la promotion coloniale fra nance, pour y suivre l'authenticité transcendante
ncophone y demeure investie dans une stratégie de la parole du Christ. Le nationalisme vanuatais
identitaire qui, aujourd'hui, en raison de la chercha dès sa naissance à abolir le clivage
diversification des composantes de la contestat fowtora/christianisme, même si la synthèse ident
ion, n'a plus grand chose à voir avec une résur itaire que tente de réaliser une élite se voulant à
gence païenne ou un Cargo-cuit ; seul y persiste la fois moderne et protectrice de la coutume ne
tant bien que mal l'élan trans-communautaire pouvait dissimuler aux populations païennes et
initial. catholiques de l'archipel la base électorale pres
Si l'on en croit Lindstrom, la réinterprétation bytérienne et anglicane au moyen de laquelle le
de la kastom connut deux phases, correspondant Vanua'aku Pati (vap, précédemment National
à deux étapes majeures de la contestation sur New-Hebrides Party) nationaliste entendait,
Tanna (1982:323). La rébellion John Frum après l'indépendance, asseoir son hégémonie. La
s'étendit depuis la fin des années trente jusqu'à présence de quatre pasteurs presbytériens sur les
1956, puis s'ouvrit la période de formation des neuf ministres du premier gouvernement souve
partis politiques dans les années 1970, qui mène rain conduit par Walter Lini, lui-même prêtre
droit aux événements insurrectionnels liés à anglican, ne fit rien pour atténuer les suspicions
l'accession à l'Indépendance en 1980. Ces deux de l'opposition sur ces questions. Les électeurs
phases ne présentent cependant aucune équiva vap de Tanna, presbytériens pour la plupart,
lence qualitative. Lors de la première, l'invention formulèrent d'ailleurs leur propre revendication
de traditions fut une création de l'ensemble des kastom, en distinguant la mauvaise de la bonne
communautés non-chrétiennes de l'île, tandis kastom : la vraie kastom œcuménique, la kastom
que lors de la seconde, les inventions s'opérèrent blong God, celle-là même à laquelle se réfère la
dans le cadre d'une abolition de l'opposition devise nationale — long God yumi stanap (en
fondatrice de l'ordre colonial entre la kastom et Dieu nous nous réalisons).
le christianisme et placèrent la revendication Devant la portée séditieuse qu'avait prise la
philo-coutumière au centre des préoccupations revendication kastom à Tanna, les nationalistes
de chacun des camps politiques. Le résultat en locaux furent temporairement bousculés dans
est, aujourd'hui, une coexistence problématique leurs objectifs et occultèrent provisoirement leur
de divers types de discours kastom, dont les uns propre discours néo-traditionaliste. D'après
furent établis par des élites administratives et Bonnemaison : « Aux yeux des militants locaux
ecclésiastiques pour imposer la vision d'un ordre du Vanua'aku Pati, contrecarrés au nom de la
dominant à une échelle nationale, alors que les Coutume dans le champ politique, la Coutume
autres s'étaient spontanément constitués dans la n'apparut plus alors que comme un prétexte, un
défense de pratiques jusqu'alors globalement symbole néfaste manipulé par quelques-uns
rejetées par les agents successifs sur l'île d'une pour asseoir leur pouvoir personnel et empê
domination étrangère. cher le légitime mouvement nationaliste d'arri
En prévision de l'accession à l'indépendance ver à ses fins. De symbole culturel, la Coutume
du Condominium des Nouvelles-Hébrides, un [kastom] devint localement un symbole d'obs
nouveau discours sur la kastom se fit entendre à curantisme qui s'expliquait par le manque
une échelle nationale. Inspiré par les élites d'instruction de ses partisans » (Bonnemaison,
11. Cf. Bonnemaison (1987:504 ; 528). Le terme bislama politik traduit le sens courant de la locution 'la politique' (politics),
à la différence près qu'il l'exprime sur un mode péjoratif. Comme le souligne E. E. Facey « De par sa structure oppositionnelle
la politique moderne se voit considérée, [...] comme une entreprise nettement inutile, souvent destructrice, caractérisée par des
disputes incessantes, des tromperies, voire même par des incitations à la violence entre les membres d'un parti contre ceux d'un
autre » [1995:214]). Dans le dictionnaire de Crowley, on trouve à l'entrée politik : 'politik i strong' : « les divisions politiques sont
profondes » (1995:189). Aux élections de 1979 l'Union des Partis Modérés (UMP) fut représentée à Tanna par une alliance de
trois partis déclarés partisans de la kastom : John Frum, Kapiel (les pierres), Kastom (cf. Naunun, Sel et Wille, 1995). 128 SOCIÉTÉ DES OCÉANISTES : LES POLITIQUES DE LA TRADITION
1987:526). Pour garder une cohérence à l'idéolo l'Indépendance, lesquelles génèrent toutefois
gie kastom comme garante des fondements de une inflation d'hétérodoxies doctrinales tradui
l'unité culturelle de l'État-nation, les experts du sant dans chaque camp une volonté hégémoni
Vanua'aku Pati opérèrent une distinction entre que d'englober la source des savoirs qui font la
un « symbole culturel » d'envergure nationale, et force de leurs groupes rivaux : « Aux oreilles de
une version politique régionale — au sens de certains », note Lindstrom, « les doctrines de
politisée, non-représentative et illégitime — de ce l'île apparaissent entretenir un méli-mélo de
symbole. Pour cela, ils introduisirent les notions croyances : les Chrétiens invoquent l'autorité
de « vraie » et de « fausse » kastom et, sur un ancestrale ; les supporters de John Frum discu
tent de la signification de Jésus et de Noé ; les registre complémentaire, distinguèrent la
« bonne » de la « mauvaise » kastom. D'après le traditionalistes parlent du millenium à venir ; les
vap, la mauvaise kastom est celle qui ne se réalise avant-gardes éduquées de l'île expriment publ
pas en Dieu, la fausse kastom est celle qui recourt iquement leurs doutes sur la modernité économi
à l'imposture et la supercherie pour atténuer sa que » (Lindstrom, 1990:158). Le discours kas
vacuité spirituelle 12. Si l'on en croit Bonnemai- tom est devenu largement sollicité par les Églises
son : « La distinction établie aux niveaux supé anciennement établies, dans la mesure où il const
rieurs de l'état-major du vap entre Culture et itue une manière de renouveler le jeu des allian
Coutume, entre symbole culturel et symbole ces politiques locales au sein duquel elles sont
politique, fut traduite dans l'arène locale de largement impliquées, voire d'en répercuter les
fruits à un échelon électoral national (Tonkin- Tanna par de nouveaux termes. Il y avait, pour le
vap local, la « vraie Coutume », celle du passé son, 1982:308-309). Les Églises nouvelles n'ont
pas d'objectif politique local particulier, elles que, sous certaines conditions, on pouvait res
pecter, mais qui de toute façon n'était plus qu'un fraient simplement avec la kastom pour attirer
corps mort, dont on se souvenait mal, et la vers elles le plus grand nombre de ses partisans.
« fausse coutume », celle des partis « modérés », Dans ce domaine, le christianisme officiel
— historique — s'accorda dans son ensemble réinventée par eux pour les besoins d'une cause
sur une stratégie de surenchère traditionaliste : douteuse » (Bonnemaison, 1987:526-527).
« Bien que les leaders des partis soient principaFort de son contrôle sur l'appareil d'état, le
vap en vint par la suite à reprendre à son compte, lement issus du clergé des différentes églises, ils
dans son intégralité, la double symbolique d'une apportent le message que kastom dans son
kastom prodiguant à la fois l'unité culturelle et la ensemble est sage ; que le savoir kastom et le
légitimité politique. Cette stratégie nécessitait la savoir moderne ne se contredisent pas ; qu'ils
disqualification des spécificités de la kastom de représentent tous deux la lumière » (Lindstrom,
Tanna. Lorsque les John Frum et les néo-païens 1982:323). La reconnaissance unanime de la
adoptèrent une stratégie d'opposition aux inst valeur symbolique de kastom n'implique pas
itutions légales avec le slogan kastom i no laïkem pour autant une nativisation des Églises de
politik (la coutume est contre la politique), les Tanna. L'antagonisme entre John Frum comme
nationalistes considérèrent que ce rejet démont incarnation de l'alliance entre Tanna et l'Améri
rait en soi le caractère politique et faussement que et le christianisme qui se réclame de l'univers
traditionnel de la revendication John Frum. La alité de Dieu demeure constant. Mais pas plus
seule kastom décrétée authentique fut celle qui les anciennes Églises que les John Frum et autres
acceptait de ne souscrire qu'au jeu d'une polit néo-païens n'ont su atténuer les désillusions de
ique culturelle impulsée et contrôlée par l'État : l'Indépendance. La perte de vigueur de leur pro
« Les traditions, écrivait Walter Lini [premier sélytisme respectif se confirme avec l'apparition
des chefs de gouvernement de la République de des premières manifestations d'incroyance, le
Vanuatu et leader du Vanua'aku Pati], doivent renforcement des conflits d'intérêts économi
être respectées, mais le futur des traditions en ques entre communautés et la multiplication des
tant que telles dépendra principalement de la compromis politiques passés à l'échelle natio
valeur que lui accorderont le Gouvernement nale et internationale.
de Vanuatu et d'autres institutions encore, Ce jeu d'affrontements politiques et rhétori
tels que les églises ou le système d'éducation » ques conduit à la situation actuelle où, sous
(Weightman et Lini, 1980:285). l'égide des nouvelles Églises, l'ordre du jour est la
quête religieuse d'une félicité que n'ont su pleSur un plan local, à Tanna, derrière les lignes
de fractures politiques dans l'île, les positions inement prodiguer les Églises depuis longtemps
idéologiques demeurent inchangées depuis implantées dans l'île (Presbytériens, Adventistes,
12. John Frum est présenté par Lini comme un mythe équivalent à celui du Père Noël, sur le mode du ridicule : « John Frum
est un mystérieux petit homme, aux cheveux blancs, à la voix aiguë revêtu d'un manteau avec des boutons brillants... » (1980:45). KASTOM ET TRADITIONALISME 129
Catholiques), pas plus que la kastom dans sa que discours sur la nature du pouvoir dans les
version millénariste (John Frum). Pour les uns relations de domination coloniale et se prolonge
dans l'État souverain sous le couvert d'un discomme pour les autres, les tendances néo
chrétiennes qui se manifestent représentent cours identitaire mettant l'accent sur l'unité cul
l'expression consciente d'un processus de syn- turelle nationale, occultant par là-même les rap
crétisation toujours opératoire, particulièrement ports de classes afin de garantir la stabilité
en matière de redéfinition des affiliations rel politique. Les tendances néo-chrétiennes de la
igieuses. À Tanna le pouvoir prêté aux nouvelles kastom de Tanna font oublier la dimension
Églises qui voient le jour à partir des années Cargo de son alliance mystique à la toute puis
sance de l'Amérique pour, aujourd'hui, présentsoixante-dix (Assembly of God, Baha'ie Faith,
Holyness Fellowship, Nill Thomas' Ministery, er l'apparence salutaire d'une sorte d'Arche de
Noé idéologique de la tradition de Tanna, où le Jehovah's Witnesses) doit composer avec le
poids du traditionalisme local, de sorte que l'on caractère libérateur de la figure de John Frum
aboutit à une situation instable, où les croyants s'estompe derrière les traits du Dieu miséricor
se rattachent à des doctrines antinomiques. Pour dieux d'une religion des opprimés, toujours plus
partager le pouvoir prêté aux messages des nouv néo-chrétienne et moins distinctement mélanés
ienne. L'usage du kava et toute l'attention céré- elles Églises, tout en ménageant les doctrines
établies, jeunes ou vieux en viennent à se consi monielle qui est portée à la préparation et
dérer eux-mêmes comme haflhafu : à moitié l'absorption de ce breuvage dans cette île ne
John Frum et à moitié Holyness Fellowship suffisent plus à contenir la réduction de cette
(Port-Resolution, Lenakel) ou Catholique (Sul pratique à un simple usage récréatif. Les racines
phur Bay) ; se disent Presbytériens et suivent les qui servent à le confectionner sont devenus un
commandements du Nill Thomas' objet de consommation comme les autres : la Ministery
(Isangel) ou encore appartiennent aux man jiu commercialisation du kava s'intensifie et avec
elle la recherche d'argent pour se payer un shell (Jew), comme sont dénommés les membres de la
communauté Baha'aie de Hot Wata (Kwamera). (une coupe de kava).
Presbytériens, Adventistes, et Catholiques, de À Tanna, le culte de John Frum, tout comme
leur côté, revendiquent tous la compatibilité la défense de la kastom qui lui est associée, sont
dans un même ordre culturel de kastom et du désormais extériorisés dans des montages néo
christianisme. Malgré ou en dépit de leur origi traditionalistes, avec l'encouragement des grou
nalité, ces compromis tendent pourtant à s'effa pes contrôlant les icônes culturelles officielles.
cer derrière un regain de fondamentalisme, faci Alors que sur l'île, il n'existe encore ni réseau
lité par de nouvelles formes de désintégration électrique ou de transport, ni adduction d'eau,
sociale liées à l'émigration économique vers la on trouve déjà sur le world wide web un John
capitale Port- Vila. Frum Homepage 14. Les factions politiques du
Sur le plan des affiliations collectives et per mouvement kastom se sont adaptées à des redé
coupages touristiques : Sulphur Bay est devenue sonnelles, l'association d'une identité kastom
et/ou John Frum avec l'appartenance à une, voire le kago vilej (« village des adeptes du culte du
à plusieurs, des nombreuses Églises présente une Cargo »), Yaohnanen le kastom vilej (« villages
dimension stratégique. Elle permet de ménager des païens-coutumiers »). Le volcan Yasur,
ou de contourner la multiplicité des liens sociaux entité surnaturelle kastom est l'antre de John
et des contraintes hiérarchiques communautaire Frum, mais aussi le clou scénique de chaque
s. L'acquisition d'un savoir inédit par ces nouv circuit touristique. Kastom âge-de-pierre et fan
tasmagorie des 'adorateurs du Cargo' sont deux elles affiliations et le contrôle des nouveaux
moyens de sa diffusion ont insufflé un élan vital à images que le man Tanna se doit désormais
la fédération trans-communautaire autour d'une d'assumer.
revendication nativiste commune. Pour les géné L'avenir de la kastom de Tanna est tout aussi
imprévisible que l'ont été les péripéties du John- rations plus récentes et plus instruites, la double
affiliation au discours kastom et à une apparte Frumisme, pendant longtemps son unique
nance confessionnelle est assumée principale tuteur. Mais avec le processus d'indépendance
ment dans le cadre de stratégies de promotion cette tutelle est d'abord devenue condominiale,
individuelle. Kastom véhicule un message de avant d'être revendiquée comme une prérogative
paix, seulement dans le sens où il émerge en tant essentielle et exclusive de l'État souverain ; de
13. Les Tannais n'adhèrent pas seulement à plusieurs religions à la fois, mais comme le souligne Brunton, ils sont d'une
extrême instabilité religieuse, et changent couramment leur rattachement confessionnel (1989: 1 55). Pour un père, son fils, et son
petit-fils, il est fréquent que chacun possède sa propre religion, même si tous trois suivent également les orientations John Frum.
14. www.altnews.com.au/cargocult/vanuatu/index.htm