L

L'impact de la Révolution culturelle sur le conflit sino-soviétique - article ; n°4 ; vol.21, pg 790-816

-

Documents
29 pages
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Revue française de science politique - Année 1971 - Volume 21 - Numéro 4 - Pages 790-816
The impact of the cultural revolution on the Sino-Russian conflict, by Chi-Hsi Hu The clashes in China during the stormy years of the Cultural Revolution deeply influenced the evolution of the Sino-Russian conflict. On the level of relations between parties the attempt of the Maoists to find, at whatever cost, historical roots to explain the recent mistakes of Mao's enemies has opened up the old wounds left by the rivalry between the P.C.C faction, faithful to the P.C.U.S. and the partisans of Mao Ze-dong. By introducing a new element into the Sino-Russian conflict (the struggle between the two lines in the history of the P.C.C.), the Cultural Revolution has brought the conflict onto a new ground: the reciprocal subversive activities of the two parties. On the level of inter-state relations, a careful study of the development of the Cultural Revolution clearly shows that the most serious Sino-Russian diplomatic incidents were only a sub-products of internal Chinese upheavals and were in no way the result of a policy deliberately chosen by Peking. But the desire of the Russians to take advantage of China's temporary weakness, added to the outburst of the red guards, changed the political and ideological struggle between Moscow and Peking into a conflict betveen two peoples; the bloody incidents on the Ossouri were there a logical outcome. [Revue française de science politique XXI (4), août 1971, pp. 790-816]
L'impact de la Révolution Culturelle sur le conflit Sino-Soviétique, par Chi-Hsi Hu La situation conflictuelle en Chine au cours des années tumultueuses de la Révolution Culturelle a profondément influencé l'évolution de la querelle sino-soviétique. Sur le plan des relations entre partis, la tentative des maoïstes de donner à tout prix des racines historiques aux erreurs récentes des opposants de Mao a rouvert les vieilles blessures laissées par la rivalité entre la faction du P.C.C. fidèle au P.C.U.S. et les partisans de Mao Ze-dong. En introduisant un nouveau facteur, la lutte entre les deux lignes dans l'histoire du P.C.C., dans le conflit sino-soviétique, la Révolution Culturelle a amené inéluctablement celui-ci sur de nouveaux terrains d'affrontement : les activités subversives réciproques à l'intérieur des deux partis. Sur le plan des relations interétatiques, une étude attentive du déroulement de la Révolution Culturelle montre clairement que les incidents diplomatiques sino-soviétiques les plus graves n'ont été que des sous-produits des convulsions chinoises internes et ne résultaient aucunement d'une politique délibérément adoptée par Pékin. Mais la volonté des Soviétiques d'exploiter la faiblesse provisoire de la Chine, s'ajoutant au déchaînement des gardes rouges, a transformé le conflit politico-idéologique entre Moscou et Pékin en un affrontement de deux peuples dont les incidents sanglants sur l'Oussouri constituèrent l'issue logique. [Revue française de science politique XXI (4), août 1971, pp. 790-816] THE IMPACT OF THE CULTURAL REVOLUTION ON THE SINO-RUSSIAN CONFLICT CHI-HSI The clashes in China during the stormy years of the Cultural Revolution deeply influenced the evolution of the Sino-Russian conflict On the level of relations between parties the attempt of the Maoists to find at whatever cost historical roots to explain the recent mistakes of enemies has opened up the old wounds left by the rivalry between the P.C.C faction faithful to the P.C.U.S and the partisans of Mao Ze-dong By introducing new element into the Sino-Russian conflict the struggle between the two lines in the history of the P.C.C.) the Cultural Revolution has brought the conflict onto new ground the reciprocal subversive activities of the two parties On the level of inter state relations careful study of the development of the Cultural Revolution clearly shows that the most serious Sino-Russian diplomatic incidents were only sub-products of internal Chinese upheavals and were in no way the result of policy deliberately chosen by Pekin But the desire of the Russians to take advantage of temporary weakness added to the outburst of the red guards changed the political and ideological struggle between Moscow and Pekin into conflict betveen two peoples the bloody incidents on the Ossouri were there logical outcome .Revue fran aise de science politique XXI 4) août 1971 pp 790-816
27 pages
Source : Persée ; Ministère de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche, Direction de l’enseignement supérieur, Sous-direction des bibliothèques et de la documentation.

Sujets

Informations

Publié par
Ajouté le 01 janvier 1971
Nombre de lectures 27
Langue Français
Signaler un abus

Chi-Hsi Hu
L'impact de la Révolution culturelle sur le conflit sino-soviétique
In: Revue française de science politique, 21e année, n°4, 1971. pp. 790-816.
Citer ce document / Cite this document :
Hu Chi-Hsi. L'impact de la Révolution culturelle sur le conflit sino-soviétique. In: Revue française de science politique, 21e
année, n°4, 1971. pp. 790-816.
doi : 10.3406/rfsp.1971.393314
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/rfsp_0035-2950_1971_num_21_4_393314Résumé
L'impact de la Révolution Culturelle sur le conflit Sino-Soviétique, par Chi-Hsi Hu
La situation conflictuelle en Chine au cours des années tumultueuses de la Révolution Culturelle a
profondément influencé l'évolution de la querelle sino-soviétique. Sur le plan des relations entre partis,
la tentative des maoïstes de donner à tout prix des racines historiques aux erreurs récentes des
opposants de Mao a rouvert les vieilles blessures laissées par la rivalité entre la faction du P.C.C. fidèle
au P.C.U.S. et les partisans de Mao Ze-dong. En introduisant un nouveau facteur, la lutte entre les deux
lignes dans l'histoire du P.C.C., dans le conflit sino-soviétique, la Révolution Culturelle a amené
inéluctablement celui-ci sur de nouveaux terrains d'affrontement : les activités subversives réciproques
à l'intérieur des deux partis. Sur le plan des relations interétatiques, une étude attentive du déroulement
de la Révolution Culturelle montre clairement que les incidents diplomatiques sino-soviétiques les plus
graves n'ont été que des sous-produits des convulsions chinoises internes et ne résultaient aucunement
d'une politique délibérément adoptée par Pékin. Mais la volonté des Soviétiques d'exploiter la faiblesse
provisoire de la Chine, s'ajoutant au déchaînement des gardes rouges, a transformé le conflit politico-
idéologique entre Moscou et Pékin en un affrontement de deux peuples dont les incidents sanglants sur
l'Oussouri constituèrent l'issue logique.
[Revue française de science politique XXI (4), août 1971, pp. 790-816] THE IMPACT OF THE
CULTURAL REVOLUTION ON THE SINO-RUSSIAN CONFLICT CHI-HSI The clashes in China during
the stormy years of the Cultural Revolution deeply influenced the evolution of the Sino-Russian conflict
On the level of relations between parties the attempt of the Maoists to find at whatever cost historical
roots to explain the recent mistakes of enemies has opened up the old wounds left by the rivalry
between the P.C.C faction faithful to the P.C.U.S and the partisans of Mao Ze-dong By introducing new
element into the Sino-Russian conflict the struggle between the two lines in the history of the P.C.C.) the
Cultural Revolution has brought the conflict onto new ground the reciprocal subversive activities of the
two parties On the level of inter state relations careful study of the development of the Cultural
Revolution clearly shows that the most serious Sino-Russian diplomatic incidents were only sub-
products of internal Chinese upheavals and were in no way the result of policy deliberately chosen by
Pekin But the desire of the Russians to take advantage of temporary weakness added to the outburst of
the red guards changed the political and ideological struggle between Moscow and Pekin into conflict
betveen two peoples the bloody incidents on the Ossouri were there logical outcome .Revue fran aise
de science politique XXI 4) août 1971 pp 790-816
Abstract
The impact of the cultural revolution on the Sino-Russian conflict, by Chi-Hsi Hu
The clashes in China during the stormy years of the Cultural Revolution deeply influenced the evolution
of the Sino-Russian conflict. On the level of relations between parties the attempt of the Maoists to find,
at whatever cost, historical roots to explain the recent mistakes of Mao's enemies has opened up the old
wounds left by the rivalry between the P.C.C faction, faithful to the P.C.U.S. and the partisans of Mao
Ze-dong. By introducing a new element into the Sino-Russian conflict (the struggle between the two
lines in the history of the P.C.C.), the Cultural Revolution has brought the conflict onto a new ground:
the reciprocal subversive activities of the two parties. On the level of inter-state relations, a careful study
of the development of the Cultural Revolution clearly shows that the most serious Sino-Russian
diplomatic incidents were only a sub-products of internal Chinese upheavals and were in no way the
result of a policy deliberately chosen by Peking. But the desire of the Russians to take advantage of
China's temporary weakness, added to the outburst of the red guards, changed the political and
ideological struggle between Moscow and Peking into a conflict betveen two peoples; the bloody
incidents on the Ossouri were there a logical outcome.
[Revue française de science politique XXI (4), août 1971, pp. 790-816]DE LA RÉVOLUTION CULTURELLE I/IMPACT
SUR LE CONFLIT SINO-SOVIÉTIQUE
CHI-HSI HU
Au cours des années tumultueuses de la Révolution Culturelle,
les relations sino-soviétiques furent sur le point de devenir
l'exemple parfait de l'antagonisme total. Rarement, en effet,
dans l'histoire des relations internationales contemporaines, un conflit
entre deux Etats fut poussé en temps de paix jusqu'à un tel paroxysme.
Parallèlement à l'intensification de l'antirévisionnisme à l'intérieur
de la Chine, l'antirévisionnisme des Chinois se manifesta à l'exté
rieur avec une virulence singulièrement accrue. La Révolution Cultur
elle et le conflit sino-soviétique devinrent alors, pour les maoïstes, les
deux aspects d'un même combat. Ce ne fut donc pas un hasard si,
à partir de janvier 1967, on ne désigna plus M. Liu Shao-qi, cible
principale des gardes rouges, autrement que par la périphrase « le
Khrouchtchev chinois ». La lutte factionnelle en Chine se confondant
avec la lutte fratricide au sein du communisme mondial, les « contra
dictions antagonistes » à l'intérieur du Parti communiste chinois débor
dèrent sur le plan international, imprimant ainsi un caractère violent
aux rapports sino-soviétiques.
L'avènement de la Révolution Culturelle avait en effet modifié
rapidement le climat 'dans lequel se déroulait la querelle entre Moscou
et Pékin. A la fin de 1965, soit cinq ans après le début officiel du
schisme sino-soviétique, les artistes de l'armée soviétique se faisaient
toujours applaudir à Pékin, et les dirigeants chinois les plus importants,
Zhou En-lai et Chen Yi en tête, assistaient encore à la réception donnée
par l'ambassade de l'U.R.S.S. à l'occasion du quarante-huitième anni
versaire de la Révolution d'Octobre1. Au début de 1967, des incidents
1. Renmin Ribao, 7 novembre 1965, p. 1.
790 Révolution Culturelle et conflit sino-soviétique
graves — qui prirent franchement à certaines occasions la forme d'un
affrontement direct de deux peuples, tels les heurts devant le mausolée
de Lénine entre la milice soviétique et des étudiants chinois, le siège
en règle de l'ambassade de PU.R.S.S. en Chine, les nombreuses esca
rmouches frontalières — amenèrent Moscou et Pékin au bord de la
rupture officielle.
Relations entre partis :
Réveil des griefs sommeillants
La polémique idéologique sino-soviétique atteignit au cours de la
Révolution Culturelle une telle violence qu'elle prit le plus souvent
la forme d'une offensive de propagande pure et simple. Cependant,
en dépit de son caractère outrancier, cette polémique n'en révélait pas
moins l'état d'esprit des deux antagonistes, indispensable à connaître
si l'on veut mesurer la profondeur des divergences entre Moscou
et Pékin.
Jusqu'à la fin de 1966, les Soviétiques, apparemment déroutés par
un événement dont le sens profond leur paraissait insaisissable, comment
aient sur un ton ironique la Révolution Culturelle. Ils tournaient en
dérision la pratique consistant à mettre des pancartes au cou des dirigeants
limogés. Ils ridiculisaient l'interdiction de porter des souliers à bout
pointu ou de jouer aux échecs, jeu si noble aux yeux des Russes. Ils
se moquaient de certains gardes rouges qui proposèrent aux soldats
chinois de faire l'alignement à gauche et non plus à droite.
Mais dès le début de 1967, au moment où les désordres provoqués
par la Révolution Culturelle s'aggravaient dans les grandes villes chi
noises, notamment à Nankin et à Shanghai, et où les journaux de
Pékin dénonçaient pour la première fois la « collusion » entre les
révisionnistes chinois de l'intérieur et les révisionnistes khrouchtchéviens
de l'extérieur, les dirigeants soviétiques décidèrent de se départir de leur
attitude attentiste et de prendre ouvertement position sur l'évolution
de la lutte intérieure en Chine. Le 4 janvier 1967, M. Brejnev déclara
devant les représentants des sections du P.C.U.S. de la /région de Moscou
réunis au Kremlin que « la politique antisoviétique de Mao Ze-dong
et de son groupe était entrée dans une phase nouvelle et dangereuse ».
A partir du 7 janvier et pendant plusieurs jours, seize dirigeants so-
191 Chi-Hsi Hu
viétiques — dont MM. Brejnev, Kossyguine, Podgorny et la presque
totalité des autres membres du Politburo et du Secrétariat du Comité
central — effectuèrent dans toute l'U.R.S.S. l'une des plus grandes
tournées collectives de conférences jamais organisées en Union soviétique
pour expliquer aux autorités locales le caractère dangereux de la politique
chinoise2. Dans un discours prononcé à Gorki le 13 janvier, M. Brejnev
essaya de soutenir timidement les adversaires de Mao Ze-dong en expr
imant sa « sympathie » à l'égard des « véritables communistes » chinois 3.
Ce discours du secrétaire général du P.C.U.S. donna en quelque sorte
le feu vert à une vaste campagne de propagande contre « le groupe
de Mao ». La presse soviétique, assez discrète jusque-là sur le dévelop
pement de la Révolution Culturelle, força le ton et publia de nombreux
articles bien documentés décrivant la situation en Chine. C'est ainsi que
la Pravda évoqua la résistance de la classe ouvrière, fidèle au marxisme-
léninisme, aux menées des gardes rouges, chargés de lui inculquer de
gré ou de force les pensées de Mao Ze-dong4. La Révolution Culturelle
fut qualifiée de « tragédie » pour les communistes chinois et pour le
peuple chinois 5. La lutte contre P« économisme » en Chine fut stigmat
isée comme une lutte la classe ouvrière pour laquelle les
salaires n'avaient pas augmenté depuis dix ans 6.
Aux yeux des Soviétiques, la Révolution Culturelle n'était rien
d'autre qu'une tentative contre-révolutionnaire visant à créer un régime
de dictature militaire permettant à « la clique de Mao » de se maintenir
au pouvoir. La première condamnation du « régime dictatorial de Mao
Ze-dong » vint de M. Kossyguine lui-même, dans une déclaration faite le
10 février 1967 à Londres 7. Quelques jours après, inspirée sans doute
par l'exemple de M. Kossyguine, la Pravda publia un long article non
signé sur « la politique antisoviétique de Mao et de son groupe ». Long
de quatre mille mots, ce document constitue un réquisitoire contre la
politique menée par les dirigeants de Pékin depuis le début du conflit
sino-soviétique et particulièrement depuis la Révolution Culturelle. La
politique intérieure de Mao Ze-dong et de son groupe, déclare la Pravda,
est en réalité « une offensive frontale contre les conquêtes socialistes
du peuple chinois, au cours de laquelle les idéaux mêmes
du socialisme se trouvent altérés et piétines sans vergogne ». La Révol
ution Culturelle, ajoute la Pravda, s'est transformée en une véritable
2. Le Monde, 8-9 janvier 1967, p. 2; 11 janvier 1967, p. 2.
3. Ibid., 15-16 janvier 1967, p. 3.
4. « Nouveaux heurts en Chine », Pravda, 15 janvier 1967.
5. « La lutte pour la cohésion des forces communistes », Ibid., 20 janvier 1967.
6. « Aggravation de la situation en Chine », Ibid., 28 janvier 1967.
7. Le Monde, 12-13 février 1967, pp. 1-2.
792 Révolution Culturelle et conflit sino-soviétique
lutte acharnée pour le maintien du pouvoir par Mao Ze-dong et ses
collaborateurs, qui ont créé en Chine une dictature bureaucratique et
militaire8. Par la suite, les mêmes accusations revinrent sans cesse dans
la presse soviétique et dans les déclarations officielles.
La Révolution Culturelle étant contre-révolutionnaire, le maoïsme,
selon les idéologues soviétiques, ne pouvait en aucun cas être « une
étape supérieure du développement du marxisme », comme les dirigeants
chinois le prétendaient. Dans un article publié au début d'avril 1967
dans la revue doctrinale Kommunist, l'académicien Fedoseev affirmait
que le maoïsme, fondé sur des positions de nationalisme et d'aventurisme
petit-bourgeois, n'était qu'une dégénérescence complète du marxisme.
Après avoir estimé que les Chinois prêchaient en réalité la théorie de
l'expansion de la révolution par la guerre, M. Fedoseev s'efforçait de
montrer que le maoïsme, à l'inverse de la dialectique marxiste, nie le
rôle dirigeant du prolétariat dans la transformation de la société. Il
concluait que le culte de la personnalité de Mao Ze-dong minimise le
rôle des masses populaires et celui du parti, aboutissant ainsi à la
négation même de la démocratie socialiste 9. Le temps était donc loin
où l'Encyclopédie soviétique présentait Mao Ze-dong comme un théo
ricien eminent du marxisme-léninisme.
En marge des accusations d'ordre idéologique que les Soviétiques
déversèrent sur les dirigeants chinois, les propagandistes de Moscou
prirent la liberté de donner de temps à autre des coups bas particu
lièrement perfides. C'est ainsi que le 16 février 1967, dans une émission
en langue anglaise à destination de l'Asie, Radio-Moscou insinua que
Mme Jiang Qing, épouse de Mao Ze-dong, avait noué une « liaison »
avec le maréchal Lin Biao, « liaison connue de tout le monde sauf de
Mao » 10.
Aux accusations soviétiques, Pékin répliqua en condamnant la res
tauration du capitalisme en U.R.S.S. Le marxisme, disaient les Chinois,
enseigne que la politique est l'expression concentrée de l'économie.
La dégénérescence de la base économique socialiste conduit donc
inéluctablement à une restauration du capitalisme dans le domaine
politique. Tout un ensemble de principes, de directives et de mesures
prônés dans le domaine économique par « la clique révisionniste so
viétique » depuis tant d'années et visant à encourager les forces capi
talistes tant urbaines que rurales ont transformé, selon Pékin, l'économie
soviétique en une économie capitaliste. Or, une fois so-
8. Pravda, 16 février 1967.
9. Le Monde, 5 avril 1967, p. 3.
10. Ibid., 21 avril 1967, p. 6.
793 Chl-Hsi Hu
cialiste dégénérée, le P.C. U.S. a changé de nature et le capitalisme a
été restauré en Union soviétique. C'est ainsi que la presse chinoise
stigmatisait la décision prise par les dirigeants soviétiques d'introduire
à un rythme accéléré la notion de bénéfice dans les différents secteurs
de l'économie soviétique n et dénonçait la campagne pour le « stimulant
matériel » en U.R.S.S. 1:.
Mais la Révolution Culturelle n'a pas seulement imprimé une viru
lence accrue au conflit idéologique sino-soviétique, elle a aussi provoqué
un brusque réveil des vieux griefs réciproques du P.C.C. et du P.C.U.S.,
griefs que l'on croyait oubliés dans les méandres de l'histoire des
relations entre les deux partis.
A maintes reprises, les Soviétiques cherchèrent à faire remonter le
plus loin possible dans le passé les déviations du maoïsme. C'est ainsi
que dans un article publié à l'occasion du quarantième anniversaire du
massacre des communistes chinois à Shanghai par les troupes de Tchiang
Kai-shek, la Pravda rappela l'aide du Komintern aux forces révolution
naires chinoises et accusa Mao Ze-dong de n'avoir jamais été un véritable
marxiste-léniniste 13. La publication de cet article montre que, pour
Moscou, toutes les occasions étaient bonnes pour lancer des attaques
contre Mao Ze-dong, même lorsque l'histoire ne s'y prêtait guère. A
l'époque du massacre des communistes à Shanghai, Mao ne jouait en
effet qu'un rôle secondaire dans le P.C.C. Il fut même, parmi les commun
istes chinois, l'un de ceux qui suivirent de plus près la politique de
collaboration avec le Guomindang imposée par Staline.
Les historiens soviétiques s'efforcèrent par ailleurs d'amplifier l'i
mportance du soulèvement militaire de Nanchang auquel Mao ne participa
pas, et de minimiser la signification de l'insurrection de la Moisson
d'automne dont Mao fut l'organisateur 14. Certains spécialistes soviétiques
n'ont pas hésité même à prendre quelques libertés avec l'histoire pour
satisfaire aux exigences idéologiques du moment. C'est ainsi qu'on apprend
avec étonnement que, dans les monts Tinggang, Mao Ze-dong implanta
par la force le culte de sa personne en obligeant les paysans à prier
devant son portrait, et qu'à Yanan, en 1943, toutes les troupes commun
istes reçurent l'ordre de ne mener aucune opération contre le Japon.
11. «Le rouble prend le commandement», Renntin Ribao, 10 avril 1967.
12. Ibid., 27 octobre 1967.
13. Dimine (F.), « Un dangereux oubli », Pravda, 24 mars 1967.
14. Voir «Une date mémorable dans la vie de la Chine», Izvestia, 1er août 1967,
article publié à Poccasion du quarantième anniversaire du soulèvement de Nanchang, et
Garoumiantz (Y.), « Vains efforts des calomniateurs », Pravda, 12 septembre 1967,
article retraçant la vie de Qu Qiu-bai. On sait que, depuis la Révolution Culturelle,
Qu Qiu-bai est qualifié dans les documents officiels chinois de « réactionnaire
capitaliste ».
794 Révolution Culturelle et conflit sino-soviétique
Si Ton en croit les historiens soviétiques, à cette époque, « toutes les
sections du P.C.C. faisaient du commerce avec les arrières japonais et,
à TEtat-major, il n'était pas question, comme c'est la règle, d'opérations
militaires, mais plutôt d'opérations commerciales » 15.
Du côté des Chinois, la Révolution Culturelle a fait naître un nouveau
concept lourd de conséquences, celui des « opposants historiques » de
Mao Ze-dong. En effet, bon nombre de dirigeants chinois limogés furent
accusés non seulement de s'être opposés à la pensée de Mao depuis le
Grand Bond en avant ou depuis la fondation de la République populaire
de Chine, mais même depuis l'époque de Yanan, voire depuis l'époque
du Jiangxi. La volonté des animateurs de la Révolution Culturelle de
prouver à tout prix que certains opposants à la politique de Mao depuis
le Grand Bond étaient ses adversaires de toujours ramenait immanq
uablement à la surface le problème de la ligne de Wang Ming, rouvrant
ainsi les vieilles blessures laissées par l'affrontement entre la faction
du P.C.C. fidèle au P.C.U.S. et les partisans de Mao Ze-dong16. En
remettant brutalement à l'ordre du jour le problème de la lutte entre
deux lignes au sein du Parti communiste chinois, la Révolution Culturelle
étalait au grand jour les vieux litiges entre le P.C.C. et le P.C.U.S.,
donnant ainsi un nouveau relief au conflit sino-soviétique.
De l'époque où le P.C.C. fut sous la domination des partisans de
la ligne de Wang Ming, c'est-à-dire du quatrième Plenum de janvier
1931 à la Conférence de Zunyi de janvier 1935, Mao a gardé un souvenir
tenace et amer 17. Même en plein tumulte de la Révolution Culturelle, il
n'a pas oublié que Zhang Wen-tian avait voulu, il y a quelque trente-
six ans, à la conférence de Ningdu, l'expulser du parti 18. Or la prise
de pouvoir au sein du P.C.C. par Wang Ming et ses amis, de retour
de Moscou (les 28 bolcheviks, comme on les appela par la suite), fut
imposée par Pavel Mif, lui-même agissant pour le compte du P.C.U.S.
Avant la Révolution Culturelle, au plus fort même de la querelle idéo
logique sino-soviétique, le problème des luttes factionnelles dans l'histoire
15. Vladimir (O.\ Rjazancev (V.), « Quelques problèmes de l'histoire du Parti
communiste chinois », Kommunist, juin 1968, pp. 93-108 (traduction française dans
Problèmes chinois, 8, 8 avril 1969, pp. 23-31).
16. Un journal des gardes rouges écrivit que « pendant la période dominée par la
ligne opportuniste de gauche de Wang Ming, un très grand nombre de cadres remar
quables du parti furent attaqués et expulsés. Certains d'entre eux furent même assas
sinés». Hongwei Zhanbao [Le Journal du combat des gardes rouges], 13 avril 1967, p. 4.
17. Voir « Résolution concernant certaines questions historiques », Œuvres choisies
de Mao Ze-dong, édition chinoise, Pékin. 1966, pp. 955-1022.
18. Mao Ze-dong, « Zai huibao huiyi shang de jianghua » [Discours prononcé à
une conférence de travail]. On trouve des extraits de ce discours prononcé le 24 oc
tobre 1966 dans Mao Ze-dong sixiang wansui [Vive la pensée de Mao Ze-dong], s. 1.
(probablement Pékin), avril 1967, p. 45.
795 Chi-Hsi Hit
du P.C.C. entre les communistes chinois pro-soviétiques et les maoïstes
n'avait jamais été évoqué. C'est seulement au cours de la Révolution
Culturelle que la « collusion » entre certains communistes chinois et
le P.C.U.S. devint l'un des thèmes des plus empoisonnés de la querelle
sino-soviétique.
C'est ainsi que Yang Shang-kun, l'un des trois secrétaires suppléants
du Secrétariat du huitième Comité central du P.C.C, fut accusé par
les gardes rouges d'avoir fait de l'espionnage au profit des Soviétiques.
Il aurait dissimulé des appareils miniaturisés d'écoute et d'enregistrement
dans des pots de fleurs et sous les housses des canapés dans le bureau
du président Mao et même dans sa voiture. Grâce à ces micros, Yang
Shang-kun aurait obtenu des informations de la plus haute importance
qu'il aurait transmises à l'ambassadeur de l'Union soviétique, ce qui
permettait aux dirigeants du Kremlin de connaître les opinions de Mao,
d'être au courant de toutes ses activités et de son état de santé, et de
recueillir des renseignements sur la production industrielle chinoise 19.
Il est évidemment impossible de vérifier le bien-fondé de ces accusations,
les plus graves jamais lancées contre un opposant de Mao. On peut
seulement signaler une coïncidence qui a peut-être sa signification. Yang
Shang-kun était en effet le dernier des vingt-huit bolcheviks qui, on
ne sait par quel miracle, détenait encore un poste important dans le
P.C.C. à la veille de la Révolution Culturelle. Il était, à l'époque du
Jiangxi, l'un des dirigeants du parti les plus fidèles à la ligne politique
du Komintern et l'un des adversaires les plus acharnés de Mao.
Luo Rui-qing, chef d'Etat-major général de l'armée chinoise limogé
en même temps que Yang Shang-kun, fut un autre dirigeant chinois
accusé d'avoir travaillé de connivence avec les Soviétiques. Il aurait
fait installer une ligne téléphonique directe entre son bureau et Moscou.
Mais il fut dénoncé seulement pour avoir échangé des renseignements
avec les Soviétiques et non pour avoir espionné la Chine au profit des
Russes 20.
Le cas de Peng De-huai montre également comment la lutte entre
les deux lignes dans l'histoire du P.C.C. envenima la polémique sino-
19. « Alarming betrayal of party and state », Wuchanjieji Sheng [La Voix du
prolétariat], Wuzhou, 14, 18 février 1968, dans Surrey of the China Mainland Press
(SCMP), Hong Kong, U.S. Consulate General, 4146, '26 mars 1968, pp. 9-10 ; voir
également « An appalling case : Yang Shang-kun turns traitor to the party and the
country», Ziliao Xunji [Recueil spécial de documents], 1, juillet 1968, dans Selection
from China Mainland Magazines, (SCMM), Hong Kong, U.S. Consulate General, 625,
12 août 1968.. pp. 26-27.
20. Hong Tian Xun [Message télégraphique rouge], Canton, 21, mars 1968, dans
SCMP, n° 41433 21 mars 1968, pp. 1-2.
796 Révoluiion Culturelle et conflit sino-soviétique
soviétique au cours de la Révolution Culturelle21. Selon les accusations
chinoises, Peng De-huai, dans son opposition à Mao, bénéficiait du
soutien direct de Khrouchtchev. La preuve en est que quatre jours
après l'envoi par 'Peng De-huai d'une « lettre d'opinion » à Mao dé
nonçant la politique du Grand Bond, Khrouchtchev prononça, le
18 juillet 1959 à Poznan, un discours attaquant ouvertement les
communes populaires chinoises22. Mais l'ex-ministre de la Défense na
tionale fut considéré comme coupable non seulement d'avoir combattu
la politique du Grand Bond, mais aussi d'avoir joué un rôle primordial
dans le succès de la ligne de Wang Ming imposée par le P.C. U.S. au
début des années 1930 dans la région centrale des soviets au détriment
de la ligne stratégique de Mao. Et c'est la ligne de Wang Ming qui,
affirment les maoïstes, « fit perdre aux bases d'appui révolutionnaires
90 % de leur superficie, à l'armée rouge le même pourcentage de son
effectif et entraîna la perte quasi totale du travail du Parti dans les
régions dominées par le Guomindang » 23.
Même Zhu De, dont le nom demeura longtemps inséparable de
celui de Mao au point que les paysans du Hunan et du Jiangxi croyaient
à l'existence d'un mystérieux personnage appelé Zhumao, fut accusé,
au cours de la Révolution Culturelle, d'avoir dans les années 1950
soutenu la politique erronée imposée au P.C.C. par le Komintern au
détriment de la ligne stratégique correcte de Mao. Selon les gardes rouges,
il fut l'un des principaux responsables de la débâcle de l'armée rouge
à l'issue de la cinquième campagne d'encerclement et de la perte du
soviet du Jiangxi 24. A première vue, cette accusation semble extra
vagante, tant l'entente entre Mao et Zhu De paraissait parfaite. Mais
une étude plus poussée de l'histoire du P.C.C. à l'époque du Jiangxi
permet effectivement de penser que Zhu De fut parmi les premiers chefs
militaires communistes à se rallier à la ligne de Wang Ming après la
21. On sait que Peng De-huai fut limogé à la suite de la réunion de Lushan en
1959. Mais c'est seulement au cours de la Révolution Culturelle que l'on décida de
faire son procès. Des extraits de la résolution de Lushan datée du 16 août 1959
condamnant Peng ne furent rendus publics par la presse chinoise qu'en août 1967.
22. « Peng De-huai et son patron en coulisse n'échapperont pas à leurs criminelles
responsabilités », Renmin Ribao, 16 août 1967. Voir également « Principal crimes of
Peng De-huai, big ambitionist and schemer » , Jinggangshan he Guangdong Wenyi Zhanbao
[Bulletin de combat des Monts Jingeang et des milieux littéraires et artistiques du
Guangdong], 5 septembre 1967, dans SCMP, 4047, 25 octobre 1967, pp. 1-10.
23. Li Sin-King, « Régler les comptes avec Peng De-huai qui a commis des crimes
monstrueux en tentant d'usurper la direction de l'armée et en s'opposant au parti »,
Pékin Information, 56, 4 septembre 1967, p. 13.
24. Voir par exemple le journal des gardes rouges Zhan Bao [Combat] du
24 février 1967, cité dans le Mingbao Yuekan, Hong Kong, 18, juin 1967, p. 32.
797