La chronologie des empereurs gaulois - article ; n°6 ; vol.6, pg 91-127

-

Documents
38 pages
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Revue numismatique - Année 1964 - Volume 6 - Numéro 6 - Pages 91-127
37 pages
Source : Persée ; Ministère de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche, Direction de l’enseignement supérieur, Sous-direction des bibliothèques et de la documentation.

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 01 janvier 1964
Nombre de visites sur la page 24
Langue Français
Signaler un problème

Jean Lafaurie
La chronologie des empereurs gaulois
In: Revue numismatique, 6e série - Tome 6, année 1964 pp. 91-127.
Citer ce document / Cite this document :
Lafaurie Jean. La chronologie des empereurs gaulois. In: Revue numismatique, 6e série - Tome 6, année 1964 pp. 91-127.
doi : 10.3406/numi.1964.1093
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/numi_0484-8942_1964_num_6_6_1093LAFAURIE Jean
LA CHRONOLOGIE
DES EMPEREURS GAULOIS1
Les historiens et les numismates se heurtent perpétuellement à
quelques problèmes, souvent les mêmes, dont les solutions adoptées
ou proposées ne satisfont pas leur désir de vérité et même, parfois,
de simple bon sens. Quelques dogmes intouchables et, il faut bien
le dire, le désir de nouveauté des jeunes générations, ont rendu ces
problèmes insolubles pour qui n'est pas au fait de quelques él
éments particuliers montrant les contradictions de solutions pro
posées.
Un des problèmes les plus irritants pour les historiens de la Gaule
est certainement celui que pose la chronologie, même relative, des
empereurs que la coutume a parés du titre d'Empereurs Gaulois.
Il s'agit de cinq des empereurs nés du bouleversement provoqué
dans l'Empire, sous le règne de Gallien et de ses successeurs, par les
invasions des peuplades barbares et la poussée des nations orien
tales.
Bien que ce problème m'ait déjà intéressé il y a près de quinze
ans, je n'ai pas osé l'exposer, craignant d'ajouter un article de plus
à la bibliographie déjà longue du sujet. Mais des éléments nouveaux,
inconnus des historiens, que les numismates n'ont pas su exploiter,
m'incitent à sortir de cette prudente réserve et à livrer à la critique
la proposition d'une nouvelle chronologie que j'aimerais pouvoir
dire définitive.
Quel terrain d'élection en effet, pour la controverse, que celui de
la succession des empereurs gaulois et de leur situation par rapport
aux règnes des de Rome ! Des textes contradictoires, des
1. Cette étude a fait l'objet de deux communications, l'une à la Société nationale des Anti
quaires de France le 12 juin 1963, l'autre à la Société française de numismatique le 6 juillet 1963.
Un résumé en a été publié dans le Bull. soc. fr. num., juillet 1963, p. 279-283, il est suivi d'obser
vations présentées par MM. Pflaum et Bastien. 92 J. LAFAURIE
inscriptions sybillines ont donné matière à de multiples hypothèses
et à de non moins nombreuses réfutations, qui elle-mêmes ont fait
éclore de nouvelles propositions. Cependant ces études ont fait sou
vent avancer la connaissance des événements qui, au moment de
la capture de Valérien, par Sapor, secouèrent l'Empire. Il ne serait
pas inutile, mais cela a été fait ailleurs x, de citer la multitude des
études françaises, allemandes, anglaises, italiennes, suédoises, polo
naises, hongroises, américaines qui ont contribué à construire
l'édifice dont je voudrais proposer une modification de structure.
Cette nouvelle chronologie ne diffère de certaines, proposées déjà,
que par quelques détails qui pourront paraître infimes, mais qui
contribuent à consolider l'ensemble.
* * *
II n'est sans doute pas nécessaire de rappeler le rôle de ces usur
pateurs qui a plus été celui de remplaçants de l'empereur légitime,
1. G. Walser et T. Pekary, Die Krise des rómischen Reiches. Bericht uber die Forschungen zur
Geschichte des 3. Jahrhunderts (193-284 n. Chr.) von 1939 bis 1959. Berlin, 1962, Georges
Lopuszanski, La date de la capture de Valérien et la chronologie des empereurs Gaulois, Cahiers
de l'Institut d'études polonaises en Belgique, 9, Bruxelles, 1951. Nous donnons ci-après les
dates proposées par divers savants dont les conclusions ont été, au cours des temps, adoptées
pour des études secondaires ou dans des manuels. Lenain de Tillemont, Histoire des Empereurs,
III, Paris, 1693 : avènement de Postume, 260, mort de Postume, 267, avènement de Tétricus,
268, abdication de Tétricus, 273. Les travaux des savants du xvine siècle, tel Eckhel, Doctrina
numorum veterum, VII, Vienne, 1797 et du xixe siècle: Clinton, Fasti Romani, Oxford 1845-1850,
Schiller, Geschichte der Rómischen Kaiserzeit, Gotha, 1881, Duruy, Histoire des Romains, 1879-
1885, P. Allard, Les dernières persécutions du IIIe siècle, Paris 1887, T. Mommsen, Histoire
romaine, Paris, 1887, Herzog, Geschichte und System der Rómischen Staatsverfassung, Leipzig
1887 ont été codifiés par G. Goyau, Chronologie de l'Empire romain, Paris, 1891 : règne de Pos
tume 258-268, règnes de Lélien puis Marius, 268, règne de Victorin, 268, règne de Tétricus, 268-
273. A. Blanchet, Manuel de numismatique française, I, Monnaies frappées en Gaule depuis les
origines jusqu'à Hugues Capet, Paris, 1912, Postume 258-268 ou fin 267, Lélien fin 267 puis
Marius, 268, Victorin, 265-268, Tétricus, 268-273. P. H. Webb, The Roman Imperial coinage,
V, 2, Londres 1933 : Postume, fin 258-268, Lélien puis Marius, 268, Victorin, 268-270, Tétri
cus, 270-273. S. Bolin, Die Chronologie der gallischen Kaiser, Bulletin de la soc. royale des
Lettres de Lund, V, Lund 1932 : Postume fin 258-268, Lélien puis Marius, 268, Victorin 268-270,
Tétricus, 270-273. M. Besnier, Histoire romaine, IV, I, L'Empire romain de l'avènemeul des
Sévères au Concile de Nicée, Paris, 1937 : Postume 258-268, Lélien, mars 268, Victorin, 265-
268, Tétricus 268-273. G. Elmer, Die Munzpragung der gallischen Kaiser in Ko'ln, Trier und
Mailand, Bonner Jahrbucher, 146, Darmstadt 1941 : Postume, mi-259-268, Lélien puis Marius,
268, Victorin, 268-270, Tétricus, 270-printemps/été 274. A. Stein, Zur Chronologie der rómischen
Kaiser von Decius bis Diocletian, Archiv fur Papyrus forschung, 7, 1924, p. 30-51. A. Alfôldi, The
numbering of the victories of the emperor Gallienus and of loyalty of is legions, Num. Chron.,
1929, p. 218-279, L. Laffranchi, Su alcuni problemi storico numismatici referentesi agli impera-
iori gallo-romani, Riv. italiana di num. 1942, p.3 ss. : Postume 259-269, Victorin, 269-270, Tétri
cus, 270-275. Ce système est adopté par G. Lopuszanski, op. cit. C. Patti, Cronologia degli im-
peratori Gallici, Epigraphica XV, 1953, p. 66-89, Postume, 260-269, Victorin, 268-270, Tétricus,
270-274. CHRONOLOGIE DES EMPEREURS GAULOIS 93
défaillant dans sa mission de gardien des frontières, que celui de
compétiteurs à la suprématie. Si quelques rivalités les opposèrent
les uns aux autres avec la violence propre aux chefs de troupes
sensibilisées par le danger et le désir de rapines, leur but a été le
même : sauvegarder ce qui pouvait être conservé de la portion de
l'Empire où le hasard, plus que l'ambition, les avait investis du
pouvoir. Gallien, aux prises avec ces soulèvements multiples, matér
ialisations du mécontentement général, né du danger partout
présent aux frontières, réagit en combattant les uns et les autres.
Débordé par l'ampleur de la tâche devant laquelle, depuis la capti
vité de son père il restait seul à faire face, il y succombera. Claude,
son successeur, plus réaliste sans doute, répondra, quand il lui sera
demandé quel doit être le premier but des combats qu'il aura à
mener, contre Postume ou contre les peuplades qui bousculent le
limes danubien et qui s'agitent en Asie : « La guerre que fait Postume
ne regarde que moi, celle que font les étrangères regarde
tout l'Empire » l. Quelle phrase peut mieux définir la nature du rôle
du premier empereur Gaulois ? S'il y a rivalité de fonction entre
l'empereur légitime et l'usurpateur, il y a unité de rôle, commun
auté de vue : défendre l'Empire dont, malgré les apparences, l'i
ntégrité n'est pas en cause.
* * *
Quels sont les problèmes cent fois soulevés que posent ces usur
pations de la puissance impériale en Gaule ? Ils sont multiples
mais peuvent, semble-t-il, être résumés par trois questions.
1° Quelle est la date du soulèvement du premier empereur Gaul
ois, Postume ?
2° Quel est l'ordre de succession et la date d^avènement de ses
continuateurs ou compétiteurs, Lélien, Marius, Victorin, Tétricus ?
3° Quelle est la date de la soumission du dernier empereur gaul
ois, Tétricus, à l'empereur « légitime » Aurélien aux champs Cata-
launiques ?
Autrement dit, quelles sont les limites chronologiques de l'éphé
mère autonomie gauloise, quelle est la succession des empereurs
qui l'ont maintenue ?
1. Zonaras, XII, 26. L'importance de ce texte a déjà été signalée par G. Lopuszanski, op. cil ,
p. 30. 94 J. LAFAURIE
II serait fastidieux de citer tous les textes, déjà amplement con
nus et commentés, mais il est au moins nécessaire d'en rappeler
la substance :
Aurelius Victor, De Caesaribus, XXXIII : Postume, gouverneur
de la Gaule, se met à la tête des barbares et usurpe l'Empire. Après
avoir défait des bandes de Germains, il se voit attaqué par Lélien
qu'il combat avec succès, mais il est tué lors d'un soulèvement de
ses troupes à qui il a refusé le pillage de Mayence qui avait soutenu
Lélien. Après la mort de Postume Marius s'empare du pouvoir
mais il est égorgé au bout de deux jours. On choisit alors Victorin
qui, après deux années de règne est massacré à Cologne lors d'une
sédition. Victoria gagne les légions par une forte distribution d'ar
gent et fait proclamer Tétricus empereur. XXXV, Tétricus, après
deux années de règne, est traîné au triomphe d'Aurélien.
Eutrope, Breviarium, IX, 7, Postume prend la pourpre en Gaule,
règne pendant dix ans et reprend des provinces presque perdues
sans retour... est tué par ses soldats qu'il veut empêcher de piller
Mayence au moment où Lélien se soulève. Après lui Marius revêt
la pourpre, est tué au bout de deux jours. Victorin reçoit ensuite
l'empire des Gaules, II est tué à Cologne la seconde année de son
règne. Il eut pour successeur le sénateur Tétricus qui administrait
l'Aquitaine et revêtit la pourpre à Bordeaux. IX, 9, Aurélien bat
Tétricus aux champs Catalauniques, Tétricus lui-même livrant son
armée.
Epitome de Caesaribus, XXXII : sous Gallien, Postume est créé
empereur dans les Gaules après avoir tué le fils de Gallien Cornelius
Valerianus ; Lélien à Mayence et Auréolus à Milan usurpent le pouv
oir. XXXIV, Claude bat les Alamans près du lac de Garde. Sur
ces entrefaites Victorin s'empare du pouvoir. XXXV, Aurélien,
en trois années reconquit le monde romain.
Zozime, I : Postume assiège Cologne, se fait livrer Salonin, fils de
Gallien, le fait tuer avec Silvain et devient maître des Gaules. Aur
éolus, à Milan, chargé de surveiller l'armée de Postume, s'empare
du pouvoir, Gallien qui combattait contre les Scytes, se rend en
Italie où il est tué dans un complot. Auréolus se soumet à Claude
mais est tué. Aurélien réprime la révolte de Tétricus.
Historiae Auguslae. Trig, ty г. Il est très difficile de résumer les
éléments chronologiques donnés par ces textes souvent contradict
oires mais cependant essentiels. Ils sont analysés ici pour chaque
usurpateur.
Postume : Gallien lui confie son fils Valérien (il faut lire Salonin). fait assassiner Salonin et s'empare de l'Empire, ou, sui- CHRONOLOGIE DES EMPEREURS GAULOIS 95
vant une autre version, les Gaulois font tuer Salonin après avoir
élevé Postume à l'Empire. Gallien combat Postume et est blessé
au cours d'un siège. Postume règne sept années, il rétablit la paix
dans les Gaules. Poussés par Lélien, les Gaulois tuent Postume. Le
fils de Postume, nommé César par son père, partage avec lui le
titre d'Auguste. Ils sont tués tous les deux quand Lélien, élu par
les Gaulois prend le pouvoir. A propos du soulèvement d'Auréolus
à Milan, la Vie d'Aurélien précise : « Ainsi les uns disent qu'Auré-
lien mit à mort Auréolus contre l'intention de Claude, d'autres
qu'Aurélien était déjà empereur quand Auréolus fut tué... mais
nous laisserons ces faits-là indécis ...»
Lélien : sa révolte est la cause de la mort de Postume et de son
fils. Il restaure la plupart des cités de la Gaule. Il est tué par Vic-
torin, fils de Victorine. Ailleurs il est dit : tué par ses soldats à cause
de son excessive activité.
Marius : après la mort de Victorin, de Lélien et de Postume, Ma-
rius fut trois jours empereur. Il est tué par un soldat.
Victorin : élevé par Postume à l'Empire. Combat avec Postume
contre Gallien. Ils sont vaincus. Lélien ayant été tué dans le même
temps, Victorin reste seul empereur. Il est tué à Cologne, par un
mari bafoué, en même temps que son fils.
Tétricus : nommé Auguste après la mort de Victorin. Nomme son
fils César. Après un long règne est vaincu par Aurélien.
Dans ces divers textes des Trig. tyr. l'ordre de succession des
usurpateurs gaulois est indiqué de façon contradictoire :
1° Vie de Lélien : Postume, Lélien, Marius, Tétricus, Victorin et
plus loin : Postume, Lélien, Victorin, Tétricus « car je ne parle pas
de Marius ».
2° Vie de Marius : Postume, Lélien, Victorin, Marius (trois jours
empereur après la mort de ses prédécesseurs).
3° Vie de Victorin : règne en partie conjoint avec celui
de Victorin, Lélien, Victorin seul.
4° Vie de Tétricus : Victorin, Tétricus.
5° Vie de Victorine : Postume, Lélien, Marius, (Victorin), Tétri
cus.
Prosper Tiro, Epitoma chronicon, Aurélien bat Tétricus aux
champs Catalauniques sous les consulats de Valerianus et Bassus
(en 271). Aurélien célèbre son triomphe à Rome sous les consulats
de Tacite et Placidianus (en 273). Y figurent Tétricus et Zénobie.
Zonaras, XII : pendant que Gallien et Auréolus combattent
Ingenuus en Mésie, Postume se soulève en Gaule, se fait livrer le
fils de Gallien par les habitants de Cologne et le fait mettre à mort. 96 J. LAFAURIE
La raison de ce soulèvement, indiquée par Zonaras, est le refus, par
Postume, de remettre au fils de Gallien le butin fait par ses troupes
sur une bande de barbares interceptée au retour d'une incursion en
territoire romain. Auréolus, chargé de réprimer le soulèvement de
Postume, trahit, s'empare de Milan où il est assiégé par Gallien qui
est tué. Claude, son successeur, refuse de combattre Postume avant
d'avoir libéré l'Empire des peuples barbares qui l'attaquent. Auré-
lien réunit à la Gaule qui en avait été détachée pendant
plusieurs années et rentre en triomphe à Rome.
* * *
De ces données incomplètes et souvent contradictoires quelques
faits constants peuvent être retenus.
L'assassinat de Salonin, le fils de Gallien, a précédé ou suivi de
très peu de temps l'usurpation de Postume. Zonaras, qui est le seul
à en donner une raison, montre bien que c'est un simple sujet de
mécontentement de Postume et de ses troupes qui motive le sou
lèvement. Peut-être est-ce ce mécontentement, provoqué par
l'exigence de Salonin, qui poussa les troupes à donner le pouvoir à
Postume. De toute façon il paraît difficile de séparer ces deux évé
nements de plus de quelques semaines.
Une autre constante est la succession de trois des cinq emper
eurs : Postume a pour successeur Victorin, ce dernier a pour suc
cesseur Tétricus. Restent les cas de Lélien et de Marius x.
Le soulèvement de Lélien est la cause de la mort de Postume.
Lélien se soulève à Mayence, il combat Postume et ce dernier le
combat aussi, avec succès. Des textes il peut être déduit que Lélien
s'est soulevé à Mayence, qu'il a combattu Postume, qu'il a été tué
au cours d'une contre-attaque de Postume qui, poursuivant la paci
fication de ce soulèvement, prend Mayence et refuse de laisser piller
la ville par ses soldats. Ceux-ci, mécontents, le tuent. Les émissions
monétaires au nom de Lélien sont peu abondantes et laissent sup
poser un règne très court qui correspond sans doute aux derniers
mois de la vie de Postume.
1. Il ne sera pas question dans cette étude de Domitianus, usurpateur qui n'est connu que
par un antoninianus qui faisait partie d'un trésor découvert en 1900 aux Cléons, com. Haute-
Goulaine, ar. Nantes, c. Vertou, Loire-Atl.), Cf. F. Chaillou, Découverte aux Cléons d'une ca
chette de monnaies gallo-romaines, Bull. soc. arch. Nantes, 42, 1901, p. 37-52, Allotte de LaFuýe
dans Rev. num., 1901, p. 317-324 ; A. Blanchet, Manuel, I, p. 125, flg. L. Laffranchi, Su alcuni
problemi... p. 27-29 exprime des doutes sur l'authenticité de cette monnaie qui est conservée
au Musée Thomas Dobrée à Nantes. CHRONOLOGIE DES EMPEREURS GAULOIS 97
Les textes qui donnent une précision sur la durée du règne de
Marius indiquent deux ou trois jours. En les lisant avec plus d'at
tention il est évident que ces deux ou trois jours sont ceux qui se
placent au-delà des règnes indiqués. Pour l'Histoire Auguste, Mar
ius règne trois jours au-delà des règnes de Postume, Lélien et
Victorin. Pour Aurélius Victor, Marius règne deux jours au-delà
des règnes de Postume et de Lélien. Donc le règne de Marius doit
être considéré comme parallèle au moins à celui de Postume. Des
arguments fournis par les monnaies montrent que Marius n'a pu
régner en même temps que Victorin et que la version d'Aurélius
Victor doit être préférée à celle de l'Histoire Auguste. La fin du
règne de Postume est donc assortie de deux nouvelles usurpat
ions, celles de Lélien et de Marius. Trois empereurs régnent en
même temps, et non deux, sur la Gaule.
Dès lors il faut considérer trois suites chronologiques pour les
empereurs Gaulois, l'une, celle des empereurs « réguliers » parce que
les plus stables : Postume, Victorin, Tétricus, une autre celle de
Lélien et Marius entre eux, enfin celle de ces usurpateurs par rap
port au règne de Postume.
* * *
II faut donc situer la période d'autonomie gauloise, entre l'avèn
ement de Postume et la soumission de Tétricus, sans tenir compte
des usurpations internes de Lélien et de Marius.
Que le meurtre de Salonin à Cologne ait eu lieu avant ou après
l'élévation de Postume au rang d'Auguste, le problème est d'impor
tance mais ne paraît pas pouvoir être résolu en l'état actuel des
documents réunis l. Cependant il n'a jamais été fait état, par les his
toriens, d'un événement prouvé par les monnaies : l'élévation, igno
rée de tous les auteurs antiques, du César Salonin au rang d'Auguste.
Bien que Adrien Blanchet, Georg Elmer et Pierre Le Gentilhomme
aient publié quelques rares antoniniani provenant des trésors de
Couvron, des Fins d'Annecy et de Coesmes et que le British Museum
1. L'erreur initiale qui a provoqué maintes controverses pour la fixation de la date de
l'usurpation de Postume provient essentiellement de la fragilité de la chronologie des événements
qui l'ont précédée. Voir l'exposé des multiples problèmes posés par les usurpations d'Ingenuus,
Macrien, Quiétus de G. Lopuszanski, op. cit., p. 6-32. Les textes sont peu probants et les conclu
sions qui en peuvent être tirées donneront toujours lieu à polémiques. Toutes les dates ou suc
cessions tirées de l'Histoire Auguste et des abréviateurs sont fluctuantes et ne peuvent être
accrochées à une date historiquement fixe.
Revue Numismatique, 196». 7 98 J. LAFAURIE
conserve un aureus sur lesquels Salonin porte le titre d'Auguste,
cette série de monnaies n'a pas retenu l'attention qu'elle mérite 4
Les monnaies de Salonin, avec le titre de César, frappées à
Alexandrie, les plus récentes, portent la mention de la 8e année du
règne conjoint de Valérien-Gallien, commençant le 29 août 260. La
frappe des monnaies de Valérien ne dépasse pas non plus cette 8e an
née. Il est vrai que la révolte de Macrien et de Quiétus est enre
gistrée cette année-là à Alexandrie dont l'atelier marque les monn
aies de la lre année de leur régne 2.
Les papyri les plus récents portant la mention de Salonin César
sont datés du 28 août 260 3. La prise du titre d'Auguste par Salonin,
qui a dû précéder de peu de temps son assassinat, n'a pas été connue
à Alexandrie avant la reconnaissance de Macrien et de Quiétus,
Le plus ancien papyrus portant les noms des nouveaux usurpa
teurs porte la date du 29 septembre 260 4. En supposant un délai
de deux ou trois mois pour que parvienne à Alexandrie la nouvelle
de l'élévation de Salonin au rang d'Auguste, à Cologne, ou celle de
sa mort, il est possible de penser que ces deux événements ont dû
survenir vers juin /août 260. C'est à ce moment-là qu'il faut situer
l'usurpation dePostume et non antérieurement, comme il a été si sou
vent proposé à la suite de Schiller 5 qui pensait que Lélien, Marius et
Victorin étaient morts avant l'avènement de Claude. S. Bolin et
G. Elmer 6 n'ont pas su s'affranchir complètement de cette tradition.
Ils font encore coïncider la mort de Postume avec celle de Gallien ou
les premiers mois du règne de Claude. Pour respecter les 10 puissances
1 . Au nom de Salonin Auguste sont connus un aureus et quatre ou cinq antoniniani : IMP
SALON VALERIAN VS AVG/FELICITAS AVGG. aureus, R. I. C.,V, I, P- 123, 1, conservé au
British Museum, antoniniani : même revers, P. Le Gentilhomme, Le trésor de Coesmes (Ille-et-
Vilaine), Gallia, V, 1947, p. 324, 1 exemplaire, un autre exemplaire a été découvert dans le trésor
des Fins-d'Annecy, G. Vallier, Le trésor des Fins d'Annecy, Rev. Savoisienne, 1867, p. 77 ss. (l'au
teur n'a pas vu que la pièce portait le titre d'Auguste), cf. Rev. num., 1930, p. 261. Revers S PES
PVBLICA- trouvé à Couvron (Aisne). A. de Belfort, dans Ann. soc. fr. num., V, 1877, p. 459, trois
exemplaires.
2. J. Vogt, Die Alexandr inischen Miinzen, Stuttgart, 1924, II, p. 154. L'année 8 des règnes
de Valérien et de Gallien (H) est marquée d'abord par des frappes aux noms de Valérien, Gallien
et Salonin César, du 29 août 260 jusqu'en septembre (?) 260. A ces monnaies succèdent celles
frappées aux noms de Macrien et de Quiétus, année I (A), puis d'autres frappées uniquement
au nom de Gallien, portant encore la mention de l'année 8 ; il n'est pas connu, frappées à
Alexandrie, de monnaies de Salonin avec le titre d'Auguste. Ce fait important, dont les his
toriens n'ont jamais tenu compte montre bien que, lors de la reprise de la frappe au nom de
Gallien, avant le 28 août 261 sa mort était connue à Alexandrie, alors qu'il était toujours
considéré comme vivant le 29 août 260.
3. P. Oxy. XVIII, 2186, Mesore Epagomene 5, cité par G. Lopuszanski, op. cit., p. 32.
4. 29 septembre 260, P. Oxy. XII, 1476 ; 1er octobre 260, P. Strab. I, 6.
5. Schiller, Geschichte der Rômischen Kaiser, I, p. 855, n. 3.
6. S. Bolin, op. cit. p. 43, G. Elmer, op. cit., p. 28. CHRONOLOGIE DES EMPEREURS GAULOIS 99
tribuniciennes inscrites sur les monnaies ils sont obligés de situer le
début du règne de Postume avant le 10 décembre 259, date à
laquelle il aurait pris sa deuxième puissance tribunicienne, et par
suite admettre qu'il n'existe aucun lien chronologique entre la
mort de Salonin et l'avènement de Postume. L. Laffranchi l, qui
avait bien vu que de Postume était lié à l'assassinat
de Salonin, à la fin de l'année 260, mais qui plaçait sa mort au début
de l'année 268 a suggéré, afin de faire coïncider le nombre des puis
sances tribuniciennes et les dates proposées, que Postume a pu
cumuler deux puissances tribuniciennes la même année. Pourtant
Zonaras 2 indique bien que Postume vivait encore au moment où
Claude accède à l'Empire et Y Epitome 3 situe l'avènement de
Victorin au moment où Claude livre bataille aux Alamans, près du
lac de Garde, après la défaite d'Auréolus. La date de cette bataille
n'est pas connue mais elle se situe vraisemblablement à l'époque
où Claude érigea l'inscription de Grenoble 4 datée de sa 2e puis
sance tribunicienne, donc postérieure au 10 décembre 268, dans le
courant de l'année 269. C'est à ce moment là, en effet, on le cons
tatera plus loin, que Victorin succède à Postume.
Postume ayant pris le titre d'Auguste vers le milieu de l'année
260, les dix puissances tribuniciennes qu'indiquent ses monnaies
situent sa mort dans le courant de l'année 269, son 5e consulat ne
pouvant dater que du 1er janvier 269. A quel moment de l'année
269 se place le meurtre de Postume ? Il est difficile de le préciser,
mais si la durée du règne indiquée par Eutrope, dix années, pou
vait être prise pour une valeur absolue, l'avènement de Victorin
pourrait se situer entre le début et le milieu de l'année 269.
* * *
Quelle est la date de la bataille de Châlons qui mit un terme, par
la soumission de Tétricus, à l'autonomie gauloise ?
L'imprécision des textes, la chronologie si fluctuante du règne
d'Aurélien ne permettent que des hypothèses. Un des rares jalons
chronologiques est donné par YEpitome (XXXV) qui précise qu'en
trois années seulement Aurélien reconquit le monde romain. Comme
1. L. Laffranchi, Su alcuni problemi.. op. cit., p. 6.
2. Zonaras, XII, 26.
3. Epitome, XXII.
4. С. I. L. XII, 2228 = Dessau 569 .. .TRIB POTESTATIS II COS PATRI PATRIAE-