La France entre l
29 pages
Français
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

La France entre l'Europe et le monde Le cas des politiques économiques nationales - article ; n°1 ; vol.49, pg 51-78

-

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
29 pages
Français

Description

Revue française de science politique - Année 1999 - Volume 49 - Numéro 1 - Pages 51-78
France between europe and the world. The case of french economic policies In response to the forces of globalization, which have promoted economic liberalization, and those of Europeanization, which have served as both a conduit for global forces and a shield against them, France has changed more than either Britain or Germany. France's largely suc­cessful transformations in the macroeconomic and microeconomic spheres, however, have diminished state capacity in the socioeconomic sphere. Moreover, because the moves to a more liberal and open macroeconomy, to a more market-oriented microeconomy, and to a more res­tricted socioeconomy have not been accompanied by a credible justificatory discourse, they have precipitated a crisis of legitimacy in the polity. This is something that neither Britain nor Germany have experienced, not only because of their lesser economic transformations but also because of their more successful justificatory discourses.
Pour répondre aux forces de la mondialisation, qui ont favorisé la libéralisation économique, et à celles de l'européanisation, qui ont servi simultanément de voie de transmission de la mondialisation et de bouclier contre ses effets, la France a plus changé à la fois que la Grande-Bretagne et que l'Allemagne. Les changements opérés en France aux niveaux macroéconomique et microéconomique ont été en grande partie couronnés de succès, mais ils ont réduit la capacité de l'État dans le domaine socioéconomique. D'autre part, parce que ces changements en direction d'une politique économique plus ouverte et libérale au niveau macroéconomique, plus orientée vers le marché au niveau microéconomique et plus restrictive au niveau socioéconomique n'ont pas été soutenus par un discours politique qui ait su les justifier de manière crédible, ils ont provoqué en France une crise de légitimité de la société politique. Cela ne s'est produit ni en Grande-Bretagne ni en Allemagne, parce que les changements économiques y ont été moindres, mais aussi parce que le discours de justifica­tion y a été plus convaincant.
28 pages
Source : Persée ; Ministère de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche, Direction de l’enseignement supérieur, Sous-direction des bibliothèques et de la documentation.

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 01 janvier 1999
Nombre de lectures 20
Langue Français
Poids de l'ouvrage 3 Mo

Exrait

Monsieur Vivien A. Schmidt
La France entre l'Europe et le monde Le cas des politiques
économiques nationales
In: Revue française de science politique, 49e année, n°1, 1999. pp. 51-78.
Résumé
Pour répondre aux forces de la mondialisation, qui ont favorisé la libéralisation économique, et à celles de l'européanisation, qui
ont servi simultanément de voie de transmission de la mondialisation et de bouclier contre ses effets, la France a plus changé à
la fois que la Grande-Bretagne et que l'Allemagne. Les changements opérés en France aux niveaux macroéconomique et
microéconomique ont été en grande partie couronnés de succès, mais ils ont réduit la capacité de l'État dans le domaine
socioéconomique. D'autre part, parce que ces changements en direction d'une politique économique plus ouverte et libérale au
niveau macroéconomique, plus orientée vers le marché au niveau microéconomique et plus restrictive au niveau
socioéconomique n'ont pas été soutenus par un discours politique qui ait su les justifier de manière crédible, ils ont provoqué en
France une crise de légitimité de la société politique. Cela ne s'est produit ni en Grande-Bretagne ni en Allemagne, parce que les
changements économiques y ont été moindres, mais aussi parce que le discours de justifica-tion y a été plus convaincant.
Abstract
France between europe and the world. The case of french economic policies
In response to the forces of globalization, which have promoted economic liberalization, and those of Europeanization, which
have served as both a conduit for global forces and a shield against them, France has changed more than either Britain or
Germany. France's largely suc-cessful transformations in the macroeconomic and microeconomic spheres, however, have
diminished state capacity in the socioeconomic sphere. Moreover, because the moves to a more liberal and open
macroeconomy, to a more market-oriented microeconomy, and to a more res-tricted socioeconomy have not been accompanied
by a credible justificatory discourse, they have precipitated a crisis of legitimacy in the polity. This is something that neither Britain
nor Germany have experienced, not only because of their lesser economic transformations but also because of their more
successful justificatory discourses.
Citer ce document / Cite this document :
Schmidt Vivien A. La France entre l'Europe et le monde Le cas des politiques économiques nationales. In: Revue française de
science politique, 49e année, n°1, 1999. pp. 51-78.
doi : 10.3406/rfsp.1999.395354
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/rfsp_0035-2950_1999_num_49_1_395354LA FRANCE ENTRE EUROPE ET LE MONDE
LE CAS DES POLITIQUES CONOMIQUES
NATIONALES
VIVIEN SCHMIDT
Pour
peu persistent chés réduire marquée France péanisation ensemble la en France chent sont sance ments imposait étatiste depuis cours système monétaires ticulière et industrie changements convergence hui nomie importants en des lisation Revue tats mondialisation 1999 institutionnels apparence même Parmi Bien Ces contrôles devenues financiers changé membres fran qui économique Presses caractérisée le mondialisation La comme comme miques rationaliser les Allemagne financier réformes certains début les par temps idées aise au une que France les que effectifs fran rigoureuses la économie européanisation La justifie de idées niveau les de la La encore trois France partie économie microéconomiques et la pour étrangers être la autres des science Grande-Bretagne aise mondialisation grâce plus Fondation engendrés libérales et socioéconomiques également et quant par tats pays qui leurs une années les les de intégrante Du sur et par compétitifs profonds ont politique comme de un déréglementer comprennent de membres protection et la autres et européens son fait intégration et Etat activités introduit plus son nationale cycle des mise révolutionné politiques capitalistes interagissent quatre-vingt elle pour par organisation de dominé côté plans pays et orientée Etats vol pour face leur les ce en un inflation est être Par ont sur des et et double 49 contre toujours et les gouvernements des sur passée membres configuration aux austérité pu toutes sciences uvre entre Allemagne discours compétitives Partout également les abandon par monétaire européanisation et ailleurs internationaliser et plus vers beaucoup entreprise impératifs la jusque contraintes avec marchés sert institutionnelle elle Etat février mouvement de les privatiser fa une et puissants été les politiques le ces en de de Etats industrie on européanisation qui justifier la marché plus très sociétés 1999 de subi par effet dévaluation et ils Union politiques dont mondialisation internationaux économie associe économique mieux dans fran macroéconomiques en autonomie récemment au membres ont de ouverte une ainsi des tandis la comparaison marché les les 51-78 la les grâce maintenu une France ais modernes entreprise aient pour changements mondialisation En gouvernements au une anticipé élites ont la économie essentiellement de que au programme décidé lieu aux énormes fois mieux contourner unique entraîné instauré et processus est leur appuyer macroéconomique mais les permet et politiques institutionnelle des et représente réformes une celui restructuration industrialisées dirigée européanisation les par impact entreprises place ont séduire taux elle de beaucoup ouverture Enfin des économiques changements une qui microécono relativement politique et en divergences plus ces cherchent de sur les une inflation tat au politiques de et engagées effet abordent dirigiste mondia les change certaine sa protège pour subi en du euro par moins cher puis mar plus éco plus vers par dis aux les un un 57 de la la et la Vivien Schmidt
bas libéralisé les marchés financiers et renoncé leur traditionnelle mainmise sur
industrie Cette dernière est devenue dans ensemble plus indépendante du pouvoir
central grâce la déréglementation la privatisation intégration régionale et
européanisation) plus interdépendante grâce aux actionnariats croisés) et plus
internationale grâce aux fusions et acquisitions transnationales Même si interven
tionnisme de tat pas complètement disparu de la sphère microéconomique il
reste plus circonscrit plus orienté vers le marché et se limite principalement des
actions concernant des entreprises en difficulté ou relevant de certains domaines stra
tégiques en particulier dans le secteur public
Si ces changements tant au niveau macroéconomique que microéconomique ont
conduit un assainissement de économie une plus grande compétitivité de indus
trie fran aise et une transformation de ses relations avec Etat ils ont aussi conduit
une perte de capacité de tat au niveau socioéconomique Or cette perte de capa
cité qui été compensée ni par un discours politique susceptible de justifier
ensemble des changements occasionnés par la mondialisation et par européanisa
tion ni par une nouvelle forme de dialogue ou de concertation entre tat et les
citoyens met la démocratie fran aise en difficulté Les grèves de la fin de année
1995 contre la réforme de la Sécurité sociale et le plan de restructuration des chemins
de fer grèves qui ont alors paralysé Paris et la plus grande partie du pays ont clai
rement montré Le soutien populaire elles ont suscité ne manifestait pas tant le
désenchantement vis-à-vis des politiques proposées que vis-à-vis des méthodes et des
personnes Les élites politiques étaient les premières visées Elles étaient per ues
comme technocratiques surprivilégiées coupées du peuple et autocratiques dans la
mesure où elles tentaient imposer des politiques sans véritable consultation
En autres termes en absence de tout discours politique crédible la réforme de
économie en France provoqué une crise de institution politique elle-même La
rhétorique pro-européanisation et anti-mondialisation des gouvernements fran ais
était en soi insuffisante En Grande-Bretagne en revanche le discours gouverne
mental anti-européanisation et pro-mondialisation est inscrit avec succès dans un
discours néolibéral De même en Allemagne les gouvernements ont su concilier
jusque très récemment une rhétorique et pro-européanisation avec
un discours démocratique socio-libéral
ENTRE LA MONDIALISATION ET EUROP ANISATION
La mondialisation est un terme souvent vague évoquant ensemble des facteurs
qui ont imposé des contraintes similaires aux différents pays industrialisés Les
experts emploient le plus souvent ce terme pour désigner les pressions exercées sur les
économies nationales par les marchés financiers internationaux Ces pressions pous
sent les gouvernements rééquilibrer les budgets nationaux diminuer la dépense
Pour un compte rendu détaillé sur ces changements cf Vivien Schmidt From State
to Market The Transformation of French Business and Government New York Cambridge
Cambridge University Press 1996
Cf excellente approche du débat sur ces grèves dans Thé 1995 Strikes Something
New or Déjà Vu French Politics and Society 14 l) hiver 1996
Pour une discussion plus détaillée cf Vivien Schmidt Economie Policy Political
Discourse and Democracy in France French Politics and Society 15 2) printemps 1997
p.37-48
52 La France entre Europe et le monde
sociale rationaliser les services publics réduire les déficits publics et se protéger
de inflation Ils utilisent aussi ce terme pour parler des défis lancés aux industries
nationales par la concurrence internationale défis qui ont conduit les gouvernements
déréglementer et privatiser et les entreprises se consolider se concentrer et
internationaliser par le biais des fusions et des rachats Ils parlent encore de mondia
lisation ils se réfèrent aux pressions exercées sur les politiques sociales natio
nales comme conséquence directe des changements au sein des économies et des
industries nationales
Cependant la mondialisation devrait aussi être entendue comme un concept clé
dans ensemble des idées capitalistes libérales pour ne pas parler idéologie qui se
sont développées et ont pris de plus en plus importance au cours des années qui ont
suivi la guerre La était alors par définition liée la nécessité un
commerce plus libre elle était incarnée par les institutions du GATT et de la CEE et
justifiée comme un moyen en finir avec la guerre et de lutter contre le communisme
Cela étant même après la chute du mur de Berlin et la disparition de sa principale jus
tification la mondialisation est appliquée la libéralisation des marchés et la mobi
lité des capitaux et ses institutions se sont élargies de la CEE la CE puis UE et
du GATT OMC La mondialisation reste donc un concept sur lequel repose tout un
discours politique dont les gouvernements nationaux ont fait usage avec plus ou moins
de bonheur pour justifier des politiques qui ont souvent produit des changements radi
caux dans la fa on de gérer économie dans les relations de ces gouvernements avec
les entreprises et les travailleurs et dans leur soutien aux systèmes de sécurité sociale
Pour la plupart des pays européens les changements liés la mondialisation ne
sauraient être considérés indépendamment des liés européanisation
terme lui aussi laissé dans imprécision et faisant apparaître un ensemble encore plus
grand de facteurs Cependant européanisation ne se réfère pas seulement une série
impératifs macro micro et socioéconomiques qui viendraient dans la plupart des
cas compléter ceux de la mondialisation mais un ensemble de politiques servant
la fois de pont et de rempart face aux impératifs de la mondialisation européanisa
tion ajoute donc pas simplement la mondialisation un ensemble de pressions spé
cifiquement européennes des marchés financiers sur les économies nationales de
défis de concurrence spécifiquement européens pour les industries ou de
pressions spécifiquement européennes sur les politiques sociales nationales En outre
les politiques intégration monétaire de libéralisation
du marché et harmonisation du produit ne forment pas seulement une voie vers la
mondialisation en introduisant les économies des Etats membres dans les marchés
financiers internationaux et les industries dans la concurrence internationale elles
servent aussi limiter influence de la mondialisation travers la discipline imposée
par intégration monétaire la protection fournie par le marché unique les économies
échelle suscitées par la normalisation du produit et la consolidation la concentration
et expansion de industrie européenne
instar de la mondialisation européanisation est un concept clé dans un
ensemble idées qui se sont répandues et ont pris de plus en plus importance dans
les années après guerre Cependant ce concept inclut au-delà des idées économi
ques libérales capitalistes faisant écho idéologie de la mondialisation un pro
gramme politique intégration européenne de plus en plus ambitieux et qui été jus
tifié en partie comme un moyen de protection contre la Ce
programme qui était au départ peine plus une union douanière est progressi
vement étendu la définition une politique économique monétaire et de défense Schmidt Vivien
commune En plus de cela les stmctures institutionnelles et les processus de pnse de
décisions qui ont accompagné ce projet européen ont un impact bien plus important sur
les tats membres que OMC en généralement sur les pays industrialisés ce qui est
assez évident étant donné les limites du champ action de OMC Les tats membres
ont dû adapter leurs institutions et leur processus de prise de décisions ceux de UE
Ils ont perdu une certaine autonomie tant du point de vue de la définition de leurs pro
pres politiques que de la flexibilité dont ils disposaient pour les mettre en uvre
En autres termes européanisation eu un impact institutionnel et économique
très important sur les Etats membres la fois comme partie intégrante du processus
de mondialisation et comme quelque chose part pour ne pas dire opposé Le discours
politique qui sous-tend est donc plus complexe que celui qui sous-
tend la seule mondialisation il doit justifier non seulement des changements macro
micro et socioéconomiques mais aussi des changements institutionnels Et en même
temps il appuie sur la mondialisation pour mieux justifier les institu
tionnels et économiques la fois de fa on positive mondialisation et européanisation
sont complémentaires et négative européanisation peut contrer les effets de la
mondialisation
Différencier impact de la mondialisation et de européanisation sur les Etats
membres est donc pas une tâche facile Et cela autant plus que les Etats membres
ont pas tous répondu de la même manière aux effets de la mondialisation et de
européanisation et ils ont élaboré des discours politiques qui adaptaient leur
réalité particulière Ainsi pour autant que on puisse parler de convergence eu égard
aux types de politiques macro micro et socioéconomiques adoptées par les gouverne
ments face aux pressions de la mondialisation et de européanisation il reste néan
moins énormes divergences dans la fa on dont ces politiques se traduisent dans les
différents contextes nationaux et dans le degré de changement elles induisent2
Parmi les pays les plus importants de Union européenne la France est celui qui subi
le plus grand nombre de changements utilisant généralement européanisation
comme protection contre les effets de la mondialisation et comme justification de la
transformation de son économie
LES CHANGEMENTS DANS LA POLITIQUE MACROECONOMIQUE
Même au niveau macroéconomique où les convergences sont probablement les
plus fortes étant donné les efforts des tats membres pour réaliser intégration moné
taire et atteindre les critères de Maastricht énormes divergences demeurent Les dif
férents types économies et organisations institutionnelles font que les efforts entre
pris suscitent plus de changements dans certains pays que dans autres Même si
intégration monétaire entraîné dans tous les Etats membres une perte autonomie
dans la définition des politiques macroéconomiques ils se sont alignés sur la
Banque fédérale allemande cette perte autonomie est fait ressentir beaucoup plus
en France ailleurs intégration monétaire requerrait en effet pour ce pays une
reraise en cause radicale des modèles traditionnels de politique macroéconomique
Cf Vivien Schmidt European Integration and Democracy The Differences among
Member-States Journal of Public Policy 1) 1997 128-145
Cf pour ensemble des domaines concernés Suzanne Berger Ronald Dore eds)
National Diversity and Global Capitalism imaca Comell University Press 1996
54 La France entre Europe et le monde
Allemagne par exemple qui dominé économie européenne dont la mon
naie était la plus forte et qui dirigé la politique monétaire travers un
contrôle de facto de la Banque fédérale pas eu modifier ses orientations tradi
tionnelles en matière de politique macroéconomique aussi profondément que les
autres pays En fait on pourrait dire que les gouvernements allemands agissaient
depuis bien longtemps sans cette autonomie macroéconomique dont jouissaient
autres gouvernements européens En premier lieu la Banque fédérale été depuis
le début de son existence isolée des pressions politiques et indépendante du gouver
nement Allemagne était selon le terme de Peter Katzenstein cet tat semi-
souverain que deviendront ensuite autres Etats membres grâce intégration
monétaire et la création de leur propre banque centrale indépendante En outre si la
réunification allemande eu des répercussions énormes sur la politique macroécono
mique et sur économie allemande -le gouvernement refusant augmenter davan
tage les impôts la Banque fédérale dû augmenter ses taux intérêt pour éviter
inflation cette réunification eu des répercussions plus grandes encore sur les poli
tiques macroéconomiques et sur les économies des autres Etats membres Ces derniers
ont dû en effet augmenter considérablement leurs propres taux intérêts pour main
tenir le taux de change de devises au niveau du mark ce qui eu pour conséquence un
ralentissement de leur croissance économique et une récession plus importante il
eût été nécessaire en autres circonstances
En comparaison avec Allemagne la France dû complètement réviser sa copie
en matière de politique macroéconomique face au double mouvement de mondialisa
tion et européanisation Dans la mesure où il fonctionné sans institution bancaire
centrale dominante et indépendante comme en Allemagne tat fran ais pu
effondrement du système monétaire de Bretton Woods tirer profit de son
autonomie en utilisant la banque centrale contre le taux de change fixé du dollar zig
zaguant entre inflation et la dévaluation pour impulser la croissance économique
Mais après effondrement du système monétaire de Bretton Woods autonomie fran
aise en matière de politique macroéconomique est révélée peu efficace face aux
marchés financiers internationaux ayant pas la même puissance économique que
Allemagne la France est vue plus fragilisée face aux marchés mondiaux et plus
cruellement ballottée par les défis de la concurrence internationale européanisation
travers intégration monétaire est apparue aux yeux des gouvernements fran ais
comme étant seule protection possible contre les effets de la mondialisation la seule
fa on de stabiliser économie et impulser la croissance économique Mais cela
requerrait de la part de la France non seulement abandon de son autonomie macro
économique mais aussi la révision complète des schémas traditionnels dans la défini
tion des politiques macroéconomiques
Pour la France la charnière se situe en 1983 lorsque le président Mitterrand
décide que son pays doit se soumettre aux pressions extérieures mondiales comme
européennes et modifier radicalement sa politique macroéconomique pour rester dans
le Système monétaire européen SM La France alors des taux inflation élevés
un chômage en ascension vertigineuse et après deux années de socialisme marquées
Cf Andréa Boltho Has France Converged on Germany Policies and Institutions
since 1958 dans Berger Dore eds) National Diversity and Global Capitalism op cit
Cf le débat sur la fa on dont cela fonctionné dans Michael Loriaux France after
Hegemony International Change and Financial Reform Ithaca Cornell University Press
1991
Cf Schmidt From State to Market ... op cit. chap Schmidt Vivien
par un dirigisme accru est-à-dire par une politique macroéconomique expansion
et une politique microéconomique coûteuse du fait des nationalisations et des res
tructurations de industrie le pays est sur le point de sortir du SM Ce virage
180 degrés marque la fin du système dirigiste après guerre finances garanties
par tat croissance impulsée par inflation pour laisser place une politique
monétaire rigoureuse des plans austérité et une politique de désinflation
concurrentielle visant freiner inflation et maintenir le franc fort Mais tout en
obligeant tat abandonner une large part de son autonomie dans la définition des
politiques macroéconomiques ce virage permis la France de recouvrer un certain
contrôle sur évolution des quantités monétaires fondamentales En autres termes
Etat continuait diriger économie mais une fa on différente moins dirigiste
plus orientée vers le marché
Ainsi la France est-elle passée une politique macroéconomique dirigiste un
style de libéralisme allemande Les élites politiques aussi bien gauche
droite sont ensuite devenues des parangons de anti-inflationnisme et de orthodoxie
néolibérale Pour elles le maintien du franc fort constituait un point honneur la
mesure des sacrifices faits en matière de chômage et de taux intérêts était même
une source de fierté nationale étant donné le rôle économique du franc fort dans UE2
Mais était aussi une nécessité vu la vulnérabilité croissante de économie fran aise
face aux pressions extérieures des marchés mondiaux et en particulier des marchés
des changes Indépendamment de état de économie le franc se voyait constamment
affecté par instabilité du dollar dès lors chaque baisse du dollar les investisseurs
se tournaient régulièrement vers le mark3
engagement de la France poursuivre sa transformation économique libérale
travers plus intégration économique et monétaire été sans doute fortement lié son
désir de se protéger des effets de la mondialisation Pour la France toute mesure ulté
rieure en faveur de intégration européenne est vue justifiée par le rôle positif de
intégration dans la croissance économique et vis-à-vis des intérêts politiques de la
France tout en limitant les incursions de la mondialisation Ainsi la création un
marché financier unique devait augmenter le capital tout en en réduisant le coût autant
en France en Europe adhésion une monnaie européenne commune devait
constituer un contrepoids face au dollar tout en éliminant les pertes rattachées aux taux
de change du franc accord pour la création une banque centrale européenne
devait donner la France une voix dans la politique monétaire européenne tout en
diminuant la suprématie allemande enfin adhésion aux critères de Maastricht pour
Union monétaire européenne UME devait servir combattre la volatilité poten
tielle des flux intra-européens de capitaux et le fait que ces flux étaient de plus en plus
exposés aux pressions du système financier international4 Mais aucun de ces change
ments réellement permis la France de sortir de sa vulnérabilité face aux marchés
financiers internationaux Celle-ci au contraire est vue renforcée par les deux prin
cipales ruées sur le franc la premiére dans le cadre de la crise monétaire de
Loriaux France after Hegemony... op cit. 270
Cf Schmidt Economie Policy Political Discourse. art cité
Cf Alan Dillingham The Costs of Convergence The Case of France ECSA
Review 2) printemps/été 1996 10 Elke Thiel Deutschmark between the Dollar and
the EMS Aussenpolitik éd anglaise) 33 l) 1982 Jacques van Ypersele The European
Monetary System Origins Operation and Outlook Chicago St James Press 1985
Dillingham The Costs of Convergence. art cité 10 Schmidt
Economic Policy Political Discourse. art cite
56 La France entre Europe et le monde
septembre 1992 qui aussi poussé la Grande-Bretagne et Italie sortir du Méca
nisme de taux de change MTC du Système monétaire européen SM et la seconde
qui presque conduit la destruction pure et simple du SM en août 1993 Pour
autant cette vulnérabilité fait que renforcer au sein des élites politiques fran
aises la conviction que seule une intégration monétaire complète travers UEM
pouvait constituer un rempart efficace contre instabilité économique provoquée par
les marchés financiers internationaux
Tout le monde bien sûr pas considéré que les élites politiques fran aises
étaient justifiées dans leur conviction en particulier les Britanniques Contrairement
la France qui avait mené avec Allemagne le processus intégration monétaire
européenne la Grande-Bretagne arrivée de Blair au pouvoir pris des
mesures pour être le moins possible affectée par cette intégration Bien que membre
du SM depuis 1979 elle refusé intégrer élément clé du SM le MTC en
octobre 1990 pour en sortir dès 1992 après avoir subi après la ruée sur sa monnaie
la plus importante dépréciation de la livre de histoire monétaire Par la suite alors
que la France se débattait entre des taux intérêt élevés et une faible croissance éco
nomie britannique elle prit son envol
La décision de la Grande-Bretagne de limiter son engagement dans intégration
monétaire ne résulte pas seulement de son refus de perdre sa souveraineté nationale ou
de idéologie conservatrice thatchériste ou encore un doute sur la capacité une
politique monétaire commune endiguer inflation doute il en est qui est pas
justifié Cette décision est aussi liée au fait que la Grande-Bretagne avait pas
besoin autant que la France pour des raisons économiques de intégration monétaire
ni ne la souhaitait autant que Allemagne pour des raisons politiques Etant donné
que la politique économique britannique est traditionnellement plus libérale et
plus internationale que la plupart de ses voisins européens elle est traditionnelle
ment plus tournée vers le libre-échange avec des tarifs douaniers plus faibles et que
ses marchés financiers sont bien plus étendus la Grande-Bretagne est depuis long
temps plus réceptive et donc moins vulnérable la libéralisation du commerce et
des marchés internationaux que la France qui pas la même ouverture économique
et ne bénéficie pas non plus un marché financier aussi fort
Mais aussi au moment de entrée en vigueur du SM en 1979 la Grande-Bre
tagne aurait sans doute été négativement affectée par son adhésion au MTC Si venant
juste éliminer le contrôle des changes elle avait rejoint le MTC elle aurait eu moins
de contrôle sur sa politique monétaire que la France ou Italie lesquelles ont continué
bénéficier de mesures additionnelles de protection abandon progressif des
contrôles de change en 1980-1990 La Grande-Bretagne aurait alors exposé la livre
sterling plus répandue sur le marché des pressions spéculatives plus importantes
Par conséquent si intégration monétaire européenne servait pour la France limiter
les effets de la mondialisation il en était pas de même pour la Grande-Bretagne qui
préféré parier sur la mondialisation plutôt que sur européanisation Encore
hui malgré ses discours pro-européens Blair se protège en déclarant que
adhésion UME ne saurait se produire après les prochaines élections est-à-
dire pas avant 2002
Pour plus de détails cf Schmidt Economie Policy Political Discourse. art
cité
Cf Michael rtis Monetary Policy dans Simon Bulmer Stephen George Andrew
Scott eds) The United Kingdom and EC Membership Evaluated Londres Pinter 1992
Ibid. 42
57 Schmidt Vivien
Au niveau macroéconomique en somme Allemagne et la Grande-Bretagne
pour des raisons très différentes se sont relativement peu transformées face aux pres
sions de la mondialisation et de européanisation La France en revanche subi des
changements bien plus importants Ajoutons cela que les changements dans la poli
tique macroéconomique ont aussi induit des changements considérables au niveau
microéconomique Depuis 1983 en effet tat fran ais qui ne parvenait plus sti
muler industrie par la demande dû intervenir plus largement du côté de offre pour
améliorer la compétitivité de son industrie Le dirigisme des planifications indicatives
des politiques industrielles nationales et des grands projets ne fonctionnait plus dans
le cadre une économie plus ouverte tant donné austérité budgétaire tat
avait plus les mêmes moyens pour soutenir industrie comme il avait fait par le
passé Il en avait plus non plus la même liberté étant donné la politique concurren
tielle européenne et les accords du GATT Il en avait plus enfin la même volonté
étant donné les changements de majorité politique et opinion publique
LES CHANGEMENTS DANS LA POLITIQUE MICRO CONOMIQUE
Au niveau microéconomique plus encore que sur le plan macroéconomique les
convergences des politiques répondant aux pressions de la mondialisation et de euro
péanisation ont été contrebalancées par autant de divergences dans la mise en uvre
et dans impact de ces politiques Si tous les Etats membres ont effectivement déré
glementé et privatisé les raisons qui les ont poussés le faire et la fa on dont ils ont
procédé ont été fort différentes De même impact de ces politiques sur les divers
modes de gouvernement et sur les relations entre entreprises main-d uvre et pouvoir
est pas du tout le même un pays autre Et la France encore une fois est vue
plus profondément affectée que Allemagne ou que la Grande-Bretagne Même les
politiques de réglementation et de déréglementation inaugurées dans le cadre euro
péen et qui ont une fa on générale diminué autonomie microéconomique des
tats membres ont souvent été appliquées différemment et ont produit des effets dif
férents selon les pays
DEREGLEMENTATION ET PRIVATISATION
La déréglementation et la privatisation ont été instituées pour différentes raisons
des moments différents et ont produit des effets différents en Grande-Bretagne en Alle
magne et en France En Grande-Bretagne les politiques de déréglementation et de pri
vatisation ont été mises en uvre assez tôt Il agissait de la part du Premier ministre
Thatcher un engagement ordre idéologique visant débarrasser le pays du
socialisme et du corporatisme Le gouvernement Thatcher devancé bon
nombre des initiatives de déréglementation de la Communauté européenne Il est allé
plus loin et plus vite que importe quel autre européen dans le démantè
lement du contrôle de Etat sur une économie qui de toute fa on était déjà moins régle
mentée parce que traditionnellement et culturellement plus rétive aux interventions de
Cf Vivien Schmidt Running on Empty The End of Dirigisme in French Eco
nomie Leadership Modem and Contemporary France 2) 1997 La France entre Europe et le monde
tat Suivant cette tradition les privatisations qui ont essentiellement porté sur les
entreprises publiques monopolistiques telles que le gaz le téléphone eau et le transport
aénen se sont faites selon une politique de grand laisser-faire Les actions des compa
gnies ont été librement lancées sur le marché boursier De fait tat spectateur bri
tannique qui est toujours beaucoup moins intervenu dans la vie économique la fois
pour des raisons de capacité les entreprises dépendent plus du marché boursier que des
fonds du gouvernement et pour des raisons culturelles est devenu plus spectateur
encore la suite des politiques radicales de déréglementation et de privatisation et cela
bien avant que ne pèsent sur lui les impératifs de intégration européenne
Pour Allemagne en revanche les politiques de déréglementation et de privati
sation étaient pas spécialement le fait une idéologie libérale Allemagne
ailleurs été extrêmement lente les mettre en uvre Ces politiques ont dans un pre
mier temps répondu aux pressions européennes de libéralisation et aux exigences de
la concurrence internationale Le gouvernement allemand moins ressenti que la
France ou que la Grande-Bretagne la nécessité de déréglementer et de privatiser et ce
non seulement cause de la puissance de son économie et de la solidité de ses struc
tures institutionnelles mais aussi parce que par rapport la France le gouvernement
était déjà moins présent dans économie Bien que fournissant des aides ad hoc sub
ventions ou autres aux entreprises clés Allemagne avait pas autant entreprises
nationalisées et son rôle intervenant dans la vie économique était informel En outre
par rapport la France ou la Grande-Bretagne où tat tend tout simplement
imposer ses critères le système corporatiste allemand rendu plus difficile la mise en
uvre de ces politiques dès lors que toute réforme dans ce pays doit être négociée et
mise en place par le patronat les syndicats et le gouvernement tout la fois Cela étant
lorsque les déréglementations ou les privatisations sont lancées elles ont un large
succès et même quand elles ne le sont pas industrie se trouve tout de même avan
tagée Ainsi par exemple la politique de déréglementation flexibilisation et com
mercialisation qui affecté les entreprises infrastructures réglementées par tat
été mise en place avec aide du système corporatiste La démarche prudente pragma
tique consensuelle engagée par tat pour déréglementer les télécommunications
démarche qui permis le succès de la restructuration de 1989 et abouti en 1994
un accord pour privatiser avant 1996 le montre clairement Mais même lorsque le
système corporatiste empêché des réformes engagées par le gouvernement telles que
la privatisation de la compagnie aérienne nationale Lufthansa certains Lands
inquiétant de impact de cette privatisation sur les relations de industrie aérienne
avec des compagnies aérospatiales allemandes situées dans leur région il néan
moins facilité la restructuration engagée par entreprise et rien fait pour limiter les
alliances internationales stratégiques Dans autres domaines comme celui de
énergie ou des transports ferroviaires les réformes proposées en réponse aux recom
mandations de la Communauté européenne ou aux possibles exigences de la concur
rence internationale ont été étudiées par tous les partenaires ensemble2
En France déréglementation et privatisation sont venues après la Grande-Bre
tagne mais bien avant Allemagne La politique de déréglementation été engagée
dès 1982 par le gouvernement socialiste pour des raisons de nécessité La politique de
Sur tat spectateur cf Wynn Grant Great Britain The Spectator State dans Jack
Hayward ed.) Industrial Enterprise and European Integration From National to Interna
tional Champions in Western Europe Oxford Oxford University Press 1995
Josef Esser Germany The Old Policy Style dans Jack Hayward ed. Industrial
Enterprise and European Integration... op cit