La présence française dans la culture malgache - article ; n°3 ; vol.11, pg 167-192

-

Documents
30 pages
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Revue européenne de migrations internationales - Année 1995 - Volume 11 - Numéro 3 - Pages 167-192
La presencia francesa en la cultura malgache.
Chantal CRENN
Originarios esencialmente de las altiplanicies, 50 000 Malgaches, viven en Francia formando lo que se puede llamar una immigración silenciosa. Podría decirse que están asimilados? Es través de la historia de las relaciones franco-malgaches que se podrá responder a esta pregunta para hacer aparecer la naturaleza específica de la migracion malgache en Francia. Teniendo en cuenta la colonisación, las relaciones de los malgaches en Francia se han establecido bajo un esquema de atracción y repulsión. Los merinas, élite cultivada, se dejan fascinar por la cultura francesa, pero siendo antiguos dominadores de la isla resisten con dificultades el estado de sumición que les impone la colonisación. La crítica del antiguo poder y la participación en movimientos nacionalistas cohabitan con la elección de Francia para hacer estudios y como tierra de aislamiento. Las causas que empujan a los malgaches hacia Francia se deben esencialmente a su tradicion cultural que exige estudios avanzados tanto en el campo social como en el económico. Causas que se han perpetuado desde la época colonial hasta el gobierno de Zafy pasando por el gobierno de Ratsiraka. La llegada à Francia, empieza casi siempre con una decepción, una crisis de identidad debido al choque entre Francia heredada, soñada y la realidad. Sin ser reconocidos, de entrada, como semejantes o iguales por la sociedad francesa, los malgaches se sienten en la obligación de tener que demostrar su valor. Además la pérdida de su prestigio y de una cierta holgura económica hace que ellos se sientan desclazados. Viviendo entonces Francia como un mundo hostil en donde ellos son llevados a un aislamiento en su propia comunidad. Pero una vez pasado el choque del descubrimiento o del conocimiento de su posición como extranjeros, los malgaches vuelven a tomar sujercicio en la sociedad de acogida con el fin de volver a encontrar su ascención personal y obtener un mejor beneficio de la cultura local. El grupo cambia lentamente, los círculos de amigos se diversifican, algunos valores considerados como típicos de los malgaches son tomados con distancia sin negar sin embargo la personalidad étnica y el apego a la cultura malgache. Es una integración sin deculturación. Hacer estudios y venir a Francia aparecen entonces como dos elementos de la identidad malgache fuertement enraizada en su historia y ligada a su futuro como medio para conservar (o volver a encontrar) una posición social y económica relacionada con la de los ancestros.
French Presence in Malagasy Culture
Chantal CRENN
50 000 Malagasies, most of them from Imerina (the central part of Madagascar) are now living in France, and constitute what has been called a silent migration. But does that mean that they are assimilated? It is through the history of French-Malagasy relations that we can answer that question, and show the specific character of Malagasy emigration to France. Because of their colonial history there is an attraction / repulsion relationship between Malagasies and France.
The Merinas, as a sophisticated elite, are captivated by French culture, but as the former rulers of the island they have great difficulty in accepting colonial domination. Criticism of the former power and participation in nationalist movements cohabit with the choice of France as a place to study or retire. The attraction exerted by France on Malagasies is either economic and social or else lies in their cultural traditions, which place great value on higher education.
These reasons survived from colonial times through the Ratsiraka regime and the Zafy government. For a Malagasy, arrival in France usually brings disillusionment and an identity crisis, both caused by the gap between their inherited dreams of France and the cold reality. Not being at once recognized as peers by French society, Malagasies find it offensive to be obliged to prove their value. This loss of prestige and of part of their economic welfare makes them feel declassé. So they live in France as in a rather hostile world and are tempted to withdraw into their own community. But once the shock of discovery of their position as strangers is absorbed, Malagasies continue in their movement towards the host society in order to achieve personal success and to maximise the benefit they can receive from French culture. The group is devalued, they acquire different friends, and some of the typically Malagasy values are kept at a distance. However they do not repudiate their ethnic personality or the attachment to Malagasy culture. It is an integration without loss of culture. Coming to France and acquiring an education can be seen as distinct elements of the Malagasy identity, strongly rooted in their history and linked to their future as ways of preserving -or rediscovering- a social and economic status in relation to that of their forebears.
Der Französische einslub auf die Madagassische kultur
Chantal CRENN
50 000 Madagassen, die haptsäschlich aus den Hochebenen kommen, leben in Frankreich und bilden, was man eine stille Migration nennen konnte. Kann man sie deshalb als assimiliert bezeichnen ? Man kann diese Frage in Bezug auf die Geschichte der französisch-madagassischen auswanderung hervorheben. Die Beziehungen der Madagassen zu Frankreich haben sich infolge der Kolonisation auf einem Shema Anziehung-Antipathie aufgebaut. Die Merinas, eine kultivierte Elite, sind faziniert von der französischen kultur, aber als ehemals dominierende Schicht der Insel, ertragen sie schlecht die situation der Unterrordnung, in die die Kolonisation sie zwingt. Kritiken an der ehemaligen Macht und Beteiligung an nationalistischen Bewegungen laufen parallel mit der walh Frankreichs als Studien-und Gastland. Die Gründe, weshalb sich die Madagassen von Frankreich angezogen fühlen, sind hauptsächlich in ihrer Kulturellen Tradition, die ein langes Studium erfodert, swie in sozialen und wirtschatlichen Bereich zu suchen. Gründe, die von der Kolonialzeit bis zur Zafy-Regierung und über das Ratsiraka-regime weiterbestehen. Die Ankunft in Frankreich ist fast immer eine Enttäuschung; eine Identitätskrise, die durch das geerbte und erträumte Frankreich und die Realität entsteht. Da sie von den Franzosen nicht ohne weiterers als ihresgleichen anerkannt werden, wird es von den Madagassen als verletzend empfunden, dass sie ihre Brauchbarkeit erst unter Beweis stellen müssen. Ausserdem führt der Verlust eines gewissen Ansehens und Vermögens dazu, dass sie sich sozial herabgesetzt fühlen. Dann erscheint ihnen Frankreich als eine feindliche Umwelt und eine Abkapselung in ihre eigene Gemeinschaft kann ihnen wünschenwert erschein. Aber wenn der erste schock, sich in der Rolle des Ausländers zu befiden, erst überwunden ist, wenden sich die Madagassen wieder ihrem Gastland zu um ihren persölichen und sozialen Aufstieg wieder aufzunehmen und um besser von der sie umgebenden kultur zu profitieren. Die gruppe verliet an Wichtigkeit, die Freundeskreise diverzifieren sich; bestimmte, als typisch madagassisch geltende Wertvostellungen werden auf Eis gelegt ohne das dadirch die ethnische Persönlichkeit als solche und die Zugehörigheit zur madagassischen Kultur in Frage gestellt wird. Es ist eine Integration ohne Entkultivierung. Studieren und sich in Frankreich nierderlassen sind demnach zwei Elemente der madagassischen Identität, die tief in ihrer Geschichte verwurzelt sind, und für ihre Zukunft ein Mittel darstellen, eine soziale und wirtschaftliche Stellung zu behalten (oder, wieder zu erringen) , die un Verhälnis steht zu derjenigen ihrer Vorfahren.
La présence française dans la culture malgache.
Chantal CRENN
50 000 Malgaches, venus essentiellement des Hauts-Plateaux, vivent en France formant ce que l'on a pu appeler une migration silencieuse. Est-ce à dire qu'ils sont assimilés ? C'est à travers l'histoire des relations franco-malgaches que l'on pourra répondre à cette question et faire apparaître la nature spécifique de l'émigration malgache en France. Du fait de la colonisation, les relations des malgaches à la France se sont établies sur un schéma d'attirance-répulsion. Les Mérinas, élite, cultivée, sont fascinés par la culture française, mais, anciens dominants de l'île, ils supportent mal la situation de soumission que leur impose la colonisation. Critique de l'ancienne puissance et participation à des mouvements nationalistes cohabitent avec le choix de la France pour études et comme terre de repli. Les raisons qui poussent les Malgaches vers la France tiennent essentiellement à leur tradition culturelle qui exige des études poussées et au domaine social et économique. Raisons qui perdurent de l'époque coloniale au gouvernement de Zafy en passant par le régime de Ratsiraka. L'arrivée en France débute presque toujours par une déception, une crise identitaire dues au choc entre la France héritée et rêvée et la réalité. N'étant pas reconnus d'emblée comme des pairs par la société française, les Malgaches sont offensés d'avoir à prouver leur valeur. De plus, la perte de leur prestige et d'une certaine aisance économique fait qu 'ils se sentent déclassés. Ils vivent alors la France comme un monde hostile et sont tentés par un repli sur leur propre communauté. Mais une fois passé le choc de la découverte de leur position d'étrangers, les Malgaches reprennent leur mouvement vers la société d'accueil afin de reprendre leur ascension personnelle et de mieux bénéficier de la culture environnante. Le groupe est mis en sourdine, les cercles amicaux se diversifient, certaines valeurs considérées comme typiquement malgaches sont mises à distance sans toutefois renier la personnalité ethnique et l'attachement à la culture malgache. C'est une intégration sans déculturation. Faire des études et venir en France apparaissent donc comme deux éléments de l'identité malgache fortement enracinés dans leur histoire et liés à leur avenir comme moyen de conserver (ou retrouver) un statut social et économique en rapport avec celui des anciens.
26 pages
Source : Persée ; Ministère de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche, Direction de l’enseignement supérieur, Sous-direction des bibliothèques et de la documentation.

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 01 janvier 1995
Nombre de visites sur la page 21
Langue Français
Signaler un problème

Chantal Crenn
La présence française dans la culture malgache
In: Revue européenne de migrations internationales. Vol. 11 N°3. pp. 167-192.
Citer ce document / Cite this document :
Crenn Chantal. La présence française dans la culture malgache. In: Revue européenne de migrations internationales. Vol. 11
N°3. pp. 167-192.
doi : 10.3406/remi.1995.1483
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/remi_0765-0752_1995_num_11_3_1483Resumen
La presencia francesa en la cultura malgache.
Chantal CRENN
Originarios esencialmente de las altiplanicies, 50 000 Malgaches, viven en Francia formando lo que se
puede llamar una immigración silenciosa. Podría decirse que están asimilados? Es través de la historia
de las relaciones franco-malgaches que se podrá responder a esta pregunta para hacer aparecer la
naturaleza específica de la migracion malgache en Francia. Teniendo en cuenta la colonisación, las
relaciones de los malgaches en Francia se han establecido bajo un esquema de atracción y repulsión.
Los "merinas", élite cultivada, se dejan fascinar por la cultura francesa, pero siendo antiguos
dominadores de la isla resisten con dificultades el estado de sumición que les impone la colonisación.
La crítica del antiguo poder y la participación en movimientos nacionalistas cohabitan con la elección de
Francia para hacer estudios y como tierra de aislamiento. Las causas que empujan a los malgaches
hacia Francia se deben esencialmente a su tradicion cultural que exige estudios avanzados tanto en el
campo social como en el económico. Causas que se han perpetuado desde la época colonial hasta el
gobierno de Zafy pasando por el gobierno de Ratsiraka. La llegada à Francia, empieza casi siempre
con una decepción, una crisis de identidad debido al choque entre Francia "heredada", "soñada" y la
realidad. Sin ser reconocidos, de entrada, como semejantes o iguales por la sociedad francesa, los
malgaches se sienten en la obligación de tener que demostrar su valor. Además la pérdida de su
prestigio y de una cierta holgura económica hace que ellos se sientan desclazados. Viviendo entonces
Francia como un mundo hostil en donde ellos son llevados a un aislamiento en su propia comunidad.
Pero una vez pasado el choque del descubrimiento o del conocimiento de su posición como
extranjeros, los malgaches vuelven a tomar sujercicio en la sociedad de acogida con el fin de volver a
encontrar su ascención personal y obtener un mejor beneficio de la cultura local. El grupo cambia
lentamente, los círculos de amigos se diversifican, algunos valores considerados como típicos de los
malgaches son tomados con distancia sin negar sin embargo la personalidad étnica y el apego a la
cultura malgache. Es una integración sin deculturación. Hacer estudios y venir a Francia aparecen
entonces como dos elementos de la identidad malgache fuertement enraizada en su historia y ligada a
su futuro como medio para conservar (o volver a encontrar) una posición social y económica
relacionada con la de los ancestros.
Abstract
French Presence in Malagasy Culture
Chantal CRENN
50 000 Malagasies, most of them from Imerina (the central part of Madagascar) are now living in
France, and constitute what has been called a silent migration. But does that mean that they are
assimilated? It is through the history of French-Malagasy relations that we can answer that question,
and show the specific character of Malagasy emigration to France. Because of their colonial history
there is an attraction / repulsion relationship between Malagasies and France.
The Merinas, as a sophisticated elite, are captivated by French culture, but as the former rulers of the
island they have great difficulty in accepting colonial domination. Criticism of the former power and
participation in nationalist movements cohabit with the choice of France as a place to study or retire.
The attraction exerted by France on Malagasies is either economic and social or else lies in their
cultural traditions, which place great value on higher education.
These reasons survived from colonial times through the Ratsiraka regime and the Zafy government. For
a Malagasy, arrival in France usually brings disillusionment and an identity crisis, both caused by the
gap between their inherited dreams of France and the cold reality. Not being at once recognized as
peers by French society, Malagasies find it offensive to be obliged to prove their value. This loss of
prestige and of part of their economic welfare makes them feel declassé. So they live in France as in a
rather hostile world and are tempted to withdraw into their own community. But once the shock of
discovery of their position as strangers is absorbed, Malagasies continue in their movement towards the
host society in order to achieve personal success and to maximise the benefit they can receive from
French culture. The group is devalued, they acquire different friends, and some of the typically
Malagasy values are kept at a distance. However they do not repudiate their ethnic personality or the
attachment to Malagasy culture. It is an integration without loss of culture. Coming to France andacquiring an education can be seen as distinct elements of the Malagasy identity, strongly rooted in
their history and linked to their future as ways of preserving -or rediscovering- a social and economic
status in relation to that of their forebears.
Zusammenfassung
Der Französische einslub auf die Madagassische kultur
Chantal CRENN
50 000 Madagassen, die haptsäschlich aus den Hochebenen kommen, leben in Frankreich und bilden,
was man eine stille Migration nennen konnte. Kann man sie deshalb als assimiliert bezeichnen ? Man
kann diese Frage in Bezug auf die Geschichte der französisch-madagassischen auswanderung
hervorheben. Die Beziehungen der Madagassen zu Frankreich haben sich infolge der Kolonisation auf
einem Shema Anziehung-Antipathie aufgebaut. Die Merinas, eine kultivierte Elite, sind faziniert von der
französischen kultur, aber als ehemals dominierende Schicht der Insel, ertragen sie schlecht die
situation der Unterrordnung, in die die Kolonisation sie zwingt. Kritiken an der ehemaligen Macht und
Beteiligung an nationalistischen Bewegungen laufen parallel mit der walh Frankreichs als Studien-und
Gastland. Die Gründe, weshalb sich die Madagassen von Frankreich angezogen fühlen, sind
hauptsächlich in ihrer Kulturellen Tradition, die ein langes Studium erfodert, swie in sozialen und
wirtschatlichen Bereich zu suchen. Gründe, die von der Kolonialzeit bis zur Zafy-Regierung und über
das Ratsiraka-regime weiterbestehen. Die Ankunft in Frankreich ist fast immer eine Enttäuschung; eine
Identitätskrise, die durch das "geerbte" und erträumte" und die Realität entsteht. Da sie von
den Franzosen nicht ohne weiterers als ihresgleichen anerkannt werden, wird es von den Madagassen
als verletzend empfunden, dass sie ihre Brauchbarkeit erst unter Beweis stellen müssen. Ausserdem
führt der Verlust eines gewissen Ansehens und Vermögens dazu, dass sie sich sozial herabgesetzt
fühlen. Dann erscheint ihnen Frankreich als eine feindliche Umwelt und eine Abkapselung in ihre eigene
Gemeinschaft kann ihnen wünschenwert erschein. Aber wenn der erste schock, sich in der Rolle des
Ausländers zu befiden, erst überwunden ist, wenden sich die Madagassen wieder ihrem Gastland zu
um ihren persölichen und sozialen Aufstieg wieder aufzunehmen und um besser von der sie
umgebenden kultur zu profitieren. Die gruppe verliet an Wichtigkeit, die Freundeskreise diverzifieren
sich; bestimmte, als typisch madagassisch geltende Wertvostellungen werden auf Eis gelegt ohne das
dadirch die ethnische Persönlichkeit als solche und die Zugehörigheit zur madagassischen Kultur in
Frage gestellt wird. Es ist eine Integration ohne Entkultivierung. Studieren und sich in Frankreich
nierderlassen sind demnach zwei Elemente der madagassischen Identität, die tief in ihrer Geschichte
verwurzelt sind, und für ihre Zukunft ein Mittel darstellen, eine soziale und wirtschaftliche Stellung zu
behalten (oder, wieder zu erringen) , die un Verhälnis steht zu derjenigen ihrer Vorfahren.
Résumé
La présence française dans la culture malgache.
Chantal CRENN
50 000 Malgaches, venus essentiellement des Hauts-Plateaux, vivent en France formant ce que l'on a
pu appeler une migration silencieuse. Est-ce à dire qu'ils sont assimilés ? C'est à travers l'histoire des
relations franco-malgaches que l'on pourra répondre à cette question et faire apparaître la nature
spécifique de l'émigration malgache en France. Du fait de la colonisation, les relations des malgaches à
la France se sont établies sur un schéma d'attirance-répulsion. Les Mérinas, élite, cultivée, sont
fascinés par la culture française, mais, anciens dominants de l'île, ils supportent mal la situation de
soumission que leur impose la colonisation. Critique de l'ancienne puissance et participation à des
mouvements nationalistes cohabitent avec le choix de la France pour études et comme terre de repli.
Les raisons qui poussent les Malgaches vers la France tiennent essentiellement à leur tradition
culturelle qui exige des études poussées et au domaine social et économique. Raisons qui perdurent de
l'époque coloniale au gouvernement de Zafy en passant par le régime de Ratsiraka. L'arrivée en France
débute presque toujours par une déception, une crise identitaire dues au choc entre la France "héritée"
et "rêvée" et la réalité. N'étant pas reconnus d'emblée comme des pairs par la société française, les
Malgaches sont offensés d'avoir à prouver leur valeur. De plus, la perte de leur prestige et d'une
certaine aisance économique fait qu 'ils se sentent déclassés. Ils vivent alors la France comme un
monde hostile et sont tentés par un repli sur leur propre communauté. Mais une fois passé le choc de ladécouverte de leur position d'étrangers, les Malgaches reprennent leur mouvement vers la société
d'accueil afin de reprendre leur ascension personnelle et de mieux bénéficier de la culture environnante.
Le groupe est mis en sourdine, les cercles amicaux se diversifient, certaines valeurs considérées
comme typiquement malgaches sont mises à distance sans toutefois renier la personnalité ethnique et
l'attachement à la culture malgache. C'est une intégration sans déculturation. Faire des études et venir
en France apparaissent donc comme deux éléments de l'identité malgache fortement enracinés dans
leur histoire et liés à leur avenir comme moyen de conserver (ou retrouver) un statut social et
économique en rapport avec celui des anciens.Européenne Revue
des Migrations Internationales
Volume 1 1 - N°3
1995
La présence française
dans la culture malgache
Une situation diversifiée et évolutive
Chantai CRENN
Quelques 50 000 Malgaches1 vivent en France aujourd'hui,
notamment dans les Bouches-du-Rhône, en Ile-de-France, en région Rennaise et en
Aquitaine. Dans cette dernière, ils sont particulièrement liés aux protestants locaux.
Ni pauvres, ni très aisés, ces Malgaches ne sont que rarement pris en compte dans
l'analyse des phénomènes migratoires2. Leur migration est une migration indivi
duelle ou familiale dont la durée au départ fixée à cinq ou six ans peut se transformer
en 20 ans, voire toute une vie !
C'est une immigration particulière dans la mesure où ces Malgaches, originaires
des Hauts-Plateaux3 , le plus souvent des Andriana ou Hova4, perdent une partie de
leur prestige en arrivant en France, tout en conservant un rang tout à fait honorable
dans la hiérarchie sociale. Il faut alors avoir bien conscience que les sujets qui nous
intéressent ont un vécu qui présente d'énormes différences avec celui d'un emigrant
qui fuit la misère dans l'espoir de trouver un lieu qui lui permette de s'en sortir et de
survivre.
Si la littérature inspirée par l'expérience malgache de la France est inexistante,
on constate que les études ethnologiques (ou sociologiques) sont elles aussi très
rares. Peu de chercheurs s'y sont intéressés. Cet oubli est en soi significatif. Car si
cette population est restée invisible aux yeux des chercheurs et des journalistes, cela
n'est pas dû uniquement à sa taille somme toute minuscule par rapport à celle de
communauté, portugaise, maghrébine ou chinoise. Il faut noter que, pour une raison
relevant de la nature de la migration (il s'agissait d'une élite qui au départ ne venait
que temporairement en France), elle ne s'est pas constituée en enjeu, sur le plan
scientifique comme sur le plan politique et social.
L'absence d'intérêt pour cette communauté provient du fait, que celle-ci, contrai
rement à d'autres populations issues de la migration maghrébine par exemple, mais Chantai CRENN
de façon analogue à d'autres communautés argentine ou japonaise par exemple, n'in
tervient pas directement dans le processus de définition de l'identité française. La
communauté malgache invisible, est considérée d'emblée comme un groupe hors jeu,
placé à l'écart de la lutte pour l'imposition d'un sens commun : l'opinion publique
française ne voit pas en cette présence un danger qui aurait de quoi les inquiéter dans
sa souveraineté.
Cette invisibilité et ce silence, amènent-ils à la conclusion qu'ils sont complète
ment assimilés ? Mon propos ne consistera pas, ici, à décrire les multiples pratiques
identitaires des Malgaches en France qui concourent à tisser un champ social pr
oprement malgache.Un travail de terrain, réalisé à partir d'observations, du recueil de
récits de vie d'entretiens semi-directif, fait l'objet d'une recherche de longue durée
(actuellement en cours) qui, par la suite, permettra au lecteur de faire connaissance
avec les différentes facettes de l'identité malgache en France. Il s'agira ici seulement
de saisir, au travers de l'Histoire des relations franco-malgaches, la manière singu
lière dont ce groupe de migrants constitue sa présence en France et de mesurer le
poids de la culture française dans le succès de la migration.. La communication avec
la société française mêle intimement l'Histoire du pays d'origine et l'Histoire du
groupe, au présent de la société d'accueil. Et si pour beaucoup de Malgaches "la voie
de salut, plus fascinante que jamais, c 'est sortir de Madagascar et venir en France"^,
ce qui est en jeu, c'est de trouver les ressources pour s'adapter aux nouvelles condi
tions de vie qui s'offrent à eux : ces se trouvent dans leur héritage culturel
déjà façonné par la relation coloniale (valorisation du savoir et du système éducatif)-
Toutefois il est important de noter que les Malgaches ne peuvent vraiment "jouer" de
cet héritage culturel que dans la mesure où ils sont également "héritiers" d'une élite
très ancienne. Je ne crois pas que l'on puisse parler ni d'assimilation complète, ni de
repli; il s'agirait plutôt de la recherche, par une voie propre, de différentes formes
d'insertions dans la société française.
Ainsi, cette migration modifie la représentation que les Français se font de "l'im
migré". L'immigration malgache détient un statut particulier car les Malgaches sont
perçus comme bien intégrés dans les populations autochtones. Le nombre important
de ceux qui s'y fixent, (même si l'idée du retour est toujours présente dans les
esprits), leur invisibilité, l'adoption de la nationalité française, mais également,
l'identification à une nation malgache, rendent complexe l'appréhension de la réa
lité malgache dans la France d'aujourd'hui. Car il existe une opposition entre l'aspi
ration à l'universalité, (être ici, c'est participer à la culture française universelle) et la
conservation de leur spécificité culturelle identitaire (malgachitude). Venir et rester
en France renforce donc un processus migratoire qui asseoit leur leur domination
symbolique faute d'avoir conservé leur domination sociale et politique à Madagascar.
Le revers de cette installation en France est l'apparition d'un sentiment de culpabil
ité dû à l'appauvrissement du pays d'origine, engendrant la formulation d'un retour
possible, afin de participer au redressement économique. La présence française dans la culture malgache 169
CONTEXTE : LE POIDS DE L'HISTOIRE
LES PREMIERS CONTACTS
La rencontre de Madagascar et de l'Europe attendra la fin du 15 ème siècle, seuls
les Indonésiens, les Arabes et les Africains la visitent. Aucun Européen n'y aborde
avant le capitaine Diego Dias qui la rencontre par hasard en 1500 alors qu'il fuit une
tempête. Si, au cours du 17 ème siècle, de nombreuses tentatives de colonisation sont
opérées, c'est seulement à la fin du 18 ème siècle que les Anglais s'installeront en
Imérina6 par le biais des missions protestantes. Puis, le royaume
d'Andrianampoinimérina qui a unifié le pays, a également instauré des liens com
merciaux avec les étrangers. La rencontre avec l'occident s'avéra, pour les Mérinas,
bouleversante, puisqu'elle modifiera nombre de schémas établis.
En effet, l'époque de Radama I ouvre la période où Madagascar doit vraiment
compter avec les étrangers : un dialogue s'engageant entre les Anglais et celui-
ci "Les Anglais, soucieux d'encourager dans l'Océan Indien des gouvernements host
iles à la traite des esclaves, favorisèrent l'unification de Madagascar sous l'égide
d'une monarchie mérina avec laquelle ils passèrent un traité en 1817' 7 . Il fut dif
ficile à Radama I de résister à de telles propositions. Les arguments employés pour
persuader le roi furent d'une part, l'accès de Madagascar au rang des nations dites
civilisées, d'autre part, la perspective de l'aide militaire anglaise pour asservir l'île
entière. Il se vit reconnaître à travers les conventions établies le titre de roi de
Madagascar. Mais ce n'est pas seulement le désir d'hégémonie sur l'île qui poussa
Radama à collaborer avec les Anglais. Il était aussi persuadé que les progrès tech
niques feraient avancer son pays.
Le traité de 1817 avait ouvert le pays à la London Missionary Society dont les
missionnaires, avaient traduit la bible en malgache. Le nombre des élèves sachant lire
allait croissant, ce progrès allant de pair avec un développement de l'instruction
technique. Le roi avait décidé de transformer son pays en état moderne, tout en res
tant fidèle aux fondements traditionnels de la civilisation ancestrale. En 1828, la mort
du monarque interrompit l'entrée de l'Occident à Madagascar.
Puis vint une période de repli. Les nouveautés apportées par ces étrangers remett
ant en cause l'ordre social. La religion chrétienne reconnaissant une ascendance
commune à tous les êtres humains, remettait en cause la souveraineté de la Reine,
Ranavalona I. Le livre sacré des chrétiens, perçu comme un talisman, fut interdit
puisqu'il symbolisait également le libre accès à l'instruction et donc la possibilité de
revendiquer le pouvoir. Pourtant, cette attitude de repli, n'excluait pas toutes rela
tions commerciales avec les Anglais et les Français. "L'oligarchie au pouvoir avait
trop besoin du commerce avec V extérieur pour vendre les zébus malgaches et perce
voir les douanes sur l'alcool et les tissus" .% Dans le même temps, on ne négligea pas
d' utiliser le savoir des chrétiens malgaches dont les compétences intellectuelles
étaient mises au service de l'Etat. Oscillant entre la peur de l'étranger et le désir
d'établir une communication régulière, Madagascar n'en a pas moins, au cours du
19ème siècle, opéré une forme d'acculturation. Si l'avènement de Radama II ne fut
que l'aboutissement d'un processus mis en place par Ranavalona I (l'Europe n'est
pas le seul réfèrent du roi), la situation changea du tout au tout avec la reine Chantai CRENN
Ranavalona II qui, dès le début de son règne se déclara chrétienne et le montra de
façon révolutionnaire. Officiellement ou officieusement, la culture européenne a
franchi les frontières de l'Imérina. Pendant le règne du ministre Rainilaiarivony, et
jusqu'à ce que la menace de l'invasion étrangère accapare l'essentiel des préoccupat
ions des dirigeants malgaches, on peut estimer que Madagascar verra une période
très active en ce qui concerne le développement de l'enseignement, la médecine, de
l'architecture (Ces apports concernent alors surtout l'Imérina).
Mon propos n'est pas de réécrire l'Histoire des premiers contacts entre
Occidentaux et Malgaches mais plutôt de montrer que cet intérêt pour la technique,
le livre, était déjà présent avant la colonisation française. De plus, cette Histoire est
présente dans la migration malgache en France et contribue à lui donner sens. Les
réactions malgaches de cette époque, face à l'altérité que représente la culture
européenne, sont intéressantes à prendre en compte pour comprendre l'attitude de
leurs descendants face à la culture française. En effet, si l'on peut dire que l'ethno-
centrisme est une attitude courante face à l'altérité, c'est au contraire son dépasse
ment qui peut apparaître comme une victoire difficile et toujours fragile. "Ainsi l'eth-
nocentrisme est à la fois un trait culturel universel et un processus psychologique de
nature projective et discriminatoire qui fait que la perception de l'étranger se fait à
travers une sorte de prisme"9. Cependant l'altérité ne constitue pas seulement une
source de conflits dans la relation et n'entraîne pas nécessairement la peur et le rejet.
Elle peut aussi bien (et souvent en même temps!) être objet de fascination et d'att
irance. Je m'interroge avec Tzvetan Todorov : tout apport extérieur est-il forcément
néfaste ? "// est en revanche possible d'établir un critère éthique pour juger de la
forme des influences : l 'essentiel dirais-je, est de savoir si elles sont imposées où pro
posées "10. Les techniques (construction d'armes à feu, imprimerie), la christianisa-
tion, n'ont pas, à cette époque, été imposées aux Malgaches. Cette notion de choix
est importante pour comprendre leur aisance face à la culture européenne. Cet
intérêt pour le "savoir " et la "culture" est un trait que nous retrouvons présent chez
les Malgaches installés à Bordeaux. Donc, resituer le contexte historique malgache à
propos de la communication interculturelle avec l'Europe dans l'émigration, c'est
montrer qu'elle ne s'explique pas seulement par les caractéristiques immédiates de
la rencontre mais également par le contexte historique dans lequel s'inscrit cette ren
contre.
De plus l'histoire de Madagascar ne commence pas seulement avec l'introduc
tion des valeurs occidentales sur son territoire ! La société malgache est le produit
d'une double histoire. L'une proprement malgache, "ces sociétés, si stables en appa
rence, résultèrent toutes, ou presque toutes, de combinaisons variables des peuples
divers que l'histoire a brassés, superposés"^ . L'autre largement conditionnée par la
domination européenne " a mis en contact des formes sociales radicalement hété
rogènes" (Balandier 1982). Une compréhension complète de la société mérina nécess
ite de la situer par rapport à cette double histoire. Nous avons vu, son hégémonie sur
le reste de l'île, son intérêt traditionnel pour le savoir. Nous allons maintenant com
prendre la place qu'elle occupe pendant la colonisation pour tenter une compréhens
ion globale de l'émigration malgache en France. La présence française dans la culture malgache
LA PERIODE COLONIALE
Fascinés, mais désireux de conserver leur autonomie, les Malgaches des Hauts-
Plateaux n'hésiteront pas à entrer en guerre contre la France lorsque celle-ci se fera
trop prégnante. "Le règne de Ranavalona III, couronnée à l'âge de 22 ans, com
mence en 1883. Il est marqué au début par une guerre de deux ans contre la
France."12 La France s'imposa, et instaura dix années de protectorat : de 1885 à
1895. En octobre de 1895, la France confirma son hégémonie sur le territoire mal
gache, maintint la monarchie mais lui enleva tout pouvoir réel. Les Malgaches
acceptaient mal que la puissance des ancêtres puisse être remise en question aussi
facilement par les Français. D'ailleurs, souligne Gérard Althabe, Tananarive peuplée
de 50000 habitants au moment de l'occupation et de l'installation des troupes
françaises, restera un foyer de résistance à l'autorité française. Si la société mérina
est l'une des mieux préparée à supporter les changements qu'impliquent la colonisat
ion et la modernisation, puisqu'elle a connu une relation active avec les techniques
et les idéologies de l'Occident, la prise de conscience des Mérinas se réalise rapide
ment puisqu'ils se rendent compte que les nouveaux rapports économiques et cultu
rels ne peuvent s'accomplir que dans le cadre de la domination.
Si la réaction vient rapidement de l'intelligentsia, c'est qu'elle subit la dominat
ion comme une entrave à son épanouissement. Il s'agit, "des minorités "éduquées"
qui manquent de débouchés en raison d'une législation ou de pratiques discriminat
oires et qui aspirent à un rôle politique réel"13. Quelle que soit la doctrine politique
adoptée, les rapports de domination et de soumission existant entre société colo
niale et société colonisée caractérisent la situation coloniale. Ainsi les Mérinas prenn
ent-ils vite conscience que la situation de domination économique se traduit égale
ment par une domination culturelle. Comme le souligne Jean Poirier, les élites se sont
senties aliénées par le système colonial14. Au moment de la colonisation, les Mérinas
étaient dotés d'un Etat puissant et avaient rassemblé autour d'eux la quasi-totalité de
l'île. Sujets français mais non-citoyens, les nationalistes malgaches opposent à la
puissante image de la métropole celle de la royauté perdue."£//î des ressorts perman
ents du mouvement nationaliste fut le souvenir du passé, le souvenir du royaume
indépendant"^. Le foyer de résistance à la domination française sera la paroisse,
puisque le protestantisme recrutait ses adeptes parmi les classes dirigeantes et elle
sera le seul élément du royaume conservé après l'implantation française.
Protestants ou Catholiques, cultivés à la mode européenne, utilisés par l'administ
ration coloniale, la place des Mérinas est ambigiie dans la société coloniale, ambig
uïté due à l'attitude française qui consiste à jouer des divisions ethniques pour mieux
régner. Les colons français expliquent l'intelligence mérina par la soif d'opprimer,
de dominer le reste de l'île ou mettent en doute leur réelle capacité intellectuelle,
"Malgré leur orgueil à se parer de nos habits de cérémonie, ces primitifs ne se
dépouilleront jamais pour un observateur exercé de leur port simiesque qui, malgré
leurs efforts, les dénonce partout"16. Tantôt considérés, tantôt rejetés, les Mérinas
occupent une place incertaine. En effet, la ségrégation, habituelle lors de la situation
coloniale, n'est pas forcément de mise: leur statut de cadre de l'administration colo
niale les amènent à vivre au côté des colons français, goûtant ainsi à leur mode de vie.
Les propos des Malgaches que j'ai rencontrés à Bordeaux manifestent bien le
double sens de la rencontre coloniale. J. se souvient de la vie avec les Français Chantai CRENN
comme de quelque chose de normal et d'agréable, mais également du racisme dont
elle fut victime.
J : Ecoute, nous on vivait avec les blancs, il n 'y avait pas de mauvais rap
ports, moi je trouve que c'est normal que l'on vive avec les blancs, parce
que mon père était médecin alors on a toujours eu des contacts avec les
blancs, alors comme mon père était médecin, fonctionnaire, on était reçu
dans des familles comme des administrateurs ... J'ai un autre souvenir
mais pas très bon celui là... quand j'étais étudiante, j'avais vu une annonce
où ils cherchaient une hôtesse de l'air ... bon alors le monsieur m'avait
reçu, il m'avait demandé ce que je faisais comme études, les langues ...
alors j'ai dit ça .... il s'est retenu pour ne pas éclater de rire devant moi ou
pour se moquer de moi ....il me dit: peut-être c 'est possible si tu travailles
bien à l'école, mais par contre c'est pas possible à un autre niveau, il a
hésité puis il m'a dit : pour être hôtesse de l'air il faut être très belle et
très grande, très jolie etc ... et ça vous ne l'êtes pas ! Bon benje suis partie!
et après je regardais aux aéroports toutes les hôtesses de l'air que je pou
vais voir, et je me disais, mais elles ne sont pas toutes belles les hôtesses
de l 'air !
Chantai Crenn : c'était un blanc qui vous avait dit ça ?
J : (hausse le ton ) naturellement , c'est un blanc ... eh oui ! Il y a tou
jours des grimaces en ce genre.
Le cas de J et ceux de beaucoup d'autres Malgaches rencontrés sont identiques.
Si la culture française les fascinait, la domination et le racisme français leur étaient
insupportables. Les Malgaches exprimaient symboliquement l'espoir d'un affra
nchissement à travers l'idéologie nationaliste qui exaltait la culture traditionnelle, "la
singularité de l'âme malgache" en opposition à la domination étrangère. Mais quelle
que fût l'attitude de ces Malgaches nationalistes face à l'hégémonie française, ils ont
été profondément transformés par cette rencontre avec l'Occident. Le refus de la
domination coloniale s'est accompagné "d'un besoin de renouer les dépendances sur
les types anciens ".(Balandier 1952) Pourtant dans le même temps, les Malgaches ont
développé une sorte de complexe d'infériorité face à la richesse, aux techniques
modernes déployées par les colons. Ce mode de vie, dont étaient proches les Mérinas,
a pris une place sans cesse croissante dans leur existence; le Mérina était de plus en
plus lié à la société coloniale; certains des récits recueillis expriment parfaitement
l'état d'esprit dans lequel ils vivaient la colonisation. Ils ne rejetaient pas l'apport
technique et culturel des Français mais c'était la vie quotidienne qui les poussait à
réagir contre une dépendance qui ne leur apportait pas de contrepartie. Ils s'élevaient
contre une société qui se donne comme modèle sans permettre de le réaliser.
L'IDENTITÉ MÉRINA: RÉSULTAT DE LA COLONISATION.
Ainsi, en même temps qu'on s'efforce d'adopter un mode de vie occidentalisé,
on proclame son attachement aux traditions ancestrales. Ceci m'amène à dire que la