La prophétie de Joël

La prophétie de Joël

-

Documents
39 pages
Lire
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Description

La prophétie de Joël : la fin des temps et la séparation du Bon Grain et de l'Ivraie

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 25 juillet 2015
Nombre de visites sur la page 23
Langue Français
Signaler un problème
LA
PROPHÉTIE
PREMIÈRE PARTIE
DE
WILLIAMR. FINCK
JOËL
Ce qui suit est tiré de laThomas Nelson Publisher’s King James Study Bible, copy right 1983 par Thomas Nelson Inc. Bien que je n’aie pas pour habitude de lire des commentaires traditionnels sur le sujet, celuici a quelques mérites, et je cite ici cet extrait pour son témoignage sur la nature de la prophétie de Joël, témoignage fi nalement assez honnête et correct, considérant qu’il est originairement un produit de la Liberty University :
« Joël est une prophétie hautement émotionnelle, riche en imagerie et en descriptions frappantes. Deux évènements uniques à ne pas oublier y sont comparés. Ces deux évènements sont consacrés aux descendants 1 du peuple. «CONTEXTE HISTORIQUE « Joël était l’un des premiers prophètes de Juda. L’endroit spécifique d’où Joël rédige ce texte n’est pas connu. Du fait qu’il était un résident de Juda et de Jérusalem, il est fort probable qu’il a écrit cette prophétie làbas. Son appel fréquent à sonner de la trompette en Sion, à consa crer un jeûne, à proclamer une assemblée solennelle et à rassembler le peuple afin de se présenter devant le Seigneur donnent crédit à l’hypo 2 thèse selon laquelle la prophétie fut faite dans le temple. « Deux évènements sont comparés au cours de la prophétie de Joël : 1. la plaie des sauterelles sur Juda à l’époque du prophète, et 2. le jour futur du Seigneur, beaucoup plus important. Ce dernier évènement est présenté à l’image du premier. Joël est le prophète spécial en ce qui concerne le jour du Seigneur ; il le mentionne cinq fois (1:15, 2:1, 2:11, 2:31, 3:14). Joël a aussi été appelé le “prophète de la Pentecôte” à cause de son passage le plus fameux (2:28–32), cité par Pierre en Actes 2. Plus de la moitié du Livre est bâtie sur une description de la plaie des sauterelles. La prophétie de Joël constitue la description la plus
1. Bizarrement ils nient aujourd’hui cette descendance en ce qui concerne la Nouvelle Alliance ! 2. Oralement.
LA PROPHÉTIE DEJOËL
W. R. Finck
grandiose de toute la littérature sur une telle plaie. Joël est également une grande prophétie sur la repentance, au niveau à la fois personnel et national (1:14, 2:13, 15). L’objectif de la prophétie de Joël est de faire en sorte que la nation se tourne à nouveau vers Dieu en préparation du 3 grand jour du Seigneur, qui est le thème de cette prophétie. «PATERNITÉ « L’auteur de la prophétie est identifié uniquement par “Joël le fils de Pethuel”. Son nom combine le nom de Yahweh et de El et signifie “Yah 4 weh est Dieu”. L’auteur est l’un des 14 hommes de l’Ancien Testa ment qui portaient ce nom. Joël était le contemporain à la fois d’Osée et d’Amos, bien qu’il officiait dans le royaume du sud tandis que ces derniers officiaient au nord. Les fréquentes références de Joël à Juda et à Jérusalem dans sa prophétie indiquent qu’il n’était pas un prêtre, bien qu’il était un habitant de Jérusalem et un prophète du royaume 5 du sud ».
J’ai cité ce texte car les commentateurs de la Liberty University ont fait du bon boulot sur la nature duelle de la prophétie de Joël, sur le fait qu’elle fut écrite pour des évènements de l’époque de Joël et qu’elle fut également écrite pour des évènements devant se passer dans une époque lointaine dans le temps, à l’époque du jugement final et du grand jour futur de Yahweh. Ils ont bien saisi aussi la signification du nom de Joël, car ce nom signifie réellement « Yahweh est Dieu » en hébreu. Il est bien dommage qu’ils ne continuent pas à reconnaître ce fait dans leurs communications habituelles.
Cependant, ils se trompent également sur d’autres choses : premièrement, ils se refusent à comprendre que la plaie des sauterelles est une allégorie et qu’elle ne doit pas nécessairement être prise littéralement. Je ne suis pas en train de pré tendre qu’il n’existait pas de plaies de sauterelles réelles, car il dut y en avoir, mais aucune plaie de sauterelles d’une magnitude aussi grande et dévastatrice n’esten registréeen Israël dans cette période du Royaume durant laquelle Joël a rédigé la prophétie. Il existe une mention dans Amos, cependant, de laquelle on peut dé duire qu’il y eut des époques où les enfants d’Israël souffrirent de plaies provenant d’insectes ; nous voyons en Amos 4:9 que Yahweh déclare :
« Je vous ai frappés par la brûlure et la rouille ; la chenille a multitude de vos jardins, et de vos vignes, et de vos figuiers oliviers ; mais vous n’êtes pas revenus à moi ».
dévoré la et de vos
Mais en Joël, le texte luimême, comme nous allons le voir, décrit une plaie de sauterelles pour ensuite se lamenter d’une invasion du pays par unenation, ce qui
3. Ce jour est notre époque ! 4. Il me paraît incroyable que la Liberty University fasse cette admission tout en ignorant le nomYahwehpour le remplacer parSeigneurdans sa pratique religieuse. 5. Je ne vois pas comment ils en sont arrivés à cette conclusion finale.
2
LA PROPHÉTIE DEJOËL
nous fait clairement comprendre que la plaie de sauterelles est une allégorie pour unpeupleenvahisseur et n’a que peu à voir avec des insectes au sens littéral.
Concernant la datation de Joël, j’avais commis une erreur dans les notes sur mes commentaires sur Osée, car j’avais accepté les suppositions courantes sans les avoir vérifiées moimême. Joël, comme nous le verrons en examinant le texte, n’était sans doute pas « l’un des premiers prophètes de Juda » comme la Liberty University et de nombreux commentateurs traditionnels l’affirment. En examinant uniquement les deux premiers chapitres de Joël, il peutsemblerque les commenta teurs aient raison sur la datation. Cependant, en examinant le troisième chapitre, le prophètedoitêtre daté à une période bien plus tardive qu’il n’est généralement assumé. Dans ce chapitre, il est clair d’après le contexte de cette prophétie qu’il l’a rédigée après les déportations Assyriennes d’Israël, déportations qui inclurent la plus grande partie de Juda, mais avant les déportations Babyloniennes du peuple de Jérusalem ainsi que du restant des tribus de Juda, Benjamin et Lévi. Il y a de claires indications de ceci dans Joël, qui seront illustrées lorsque nous examine rons le texte de ce chapitre dans la seconde partie de cette présentation.
Joël 1:1 (KJV : Version du Roi Jacques) : 1 La parole du Seigneur qui vint à Joël le fils de Pethuel. On ne nous dit pas grandchose sur Joël et le nom de son père est inconnu ailleurs dans les Écritures. Cependant, dans la Septante, le nom estBathuel. Comme on l’a déjà dit dans l’introduction, Joël était un nom courant et il existe 14 hommes dans 6 la Bible le portant. Joël était aussi le nom du premierné de Samuel, et partout ailleurs où ce nom apparaît il est accompagné par le nom du père du porteur du nom, et donc on peut facilement affirmer que la mention d’un Joël prophète n’apparaît que dans ce livre et en Actes chapitre 2 où il est cité par Pierre. 2 Écoutez ceci, vieillards, et prêtez l’oreille, vous, tous les habitants du pays ! Ceci estil arrivé de vos jours, ou même dans les jours de vos pères ? Cet avertissement indique que les choses que Joël s’apprête à décrire n’ont encore jamais été entendues en Israël jusqu’à ce jour. 3 Racontezle à vos fils, et que vos fils le racontent à leurs fils, et leurs fils à une autre génération. 4 7 8 Ce qu’a laissé la chenille , la sauterelle l’a mangé ; et ce qu’a 9 laissé la sauterelle, l’yélek l’a mangé, et ce qu’a laissé l’yélek, la 10 locuste l’a mangé.
6. On dénombre plus précisément 13 hommes car un examen révèle que le même homme portant ce nom en I Chroniques chapitre 6 est le même qu’en I Chroniques chapitre 15. 7. 1501 gazam,τῆς κάμπης, l’enrouleur – aussi Amos 4:9. 0 8. 697 arbeh,ἡ ακρίς, la locuste – aussi Exode 10, Lévitique 11, Deutéronome 28. 9. 3218 yelek,ὁ βροῦχος, la locuste, ou sa larve sans ailes, Psaumes 105:34 et al. Le mot semble provenir deβρύχω, manger bruyamment ou goulûment. 1 10. 2625 chaciyl,vσβίευρη, la rouille rouge – aussi Ésaïe 33:4.
3
LA PROPHÉTIE DEJOËL
W. R. Finck
Du fait des significations plurielles de certains des mots utilisés ici, certains com mentateurs affirment que le texte pourrait faire référence à quatre stades diffé rents du même insecte, mais Joël 2:25 indique qu’il s’agit bien de quatre insectes différents. Il est évident par ailleurs que la sauterelle (arbeh) et la locuste (cha ciyl) sont des insectes différents, car ceuxci sont distingués en I Rois 8:37 et en Psaumes 78:46. Le verset 4 se lit dans la Septante :
« La sauterelle a mangé ce que la locuste a laissé, et la chenille a mangé ce que la sauterelle a laissé, et l’yélek a mangé ce que la chenille a laissé ».
Mais plus important : ces commentateurs ignorent le contexte des versets suivants, qui démontrent que le texte ne parle pas du tout d’insectes mais degens: 5 Réveillezvous, ivrognes, et pleurez ; et hurlez, vous tous, buveurs de vin, à cause du moût, car il est retranché à vos bouches. 6 Car une nation est montée sur mon pays, forte et innombrable. Ses dents sont les dents d’un lion, et elle a les grosses dents d’une lionne.
La chenille, la sauterelle, l’yélek et la locuste ne représentent pas des insectes ; ils représentent bien plutôt des allégories pour des humains ou des nations d’hu mains. C’est pourquoi les enfants d’Israël sont décrits au verset 5 comme des ivrognes, et au verset 6 nous voyons la phrase « une nation est montée sur mon pays », qui fait référence à Israël et au pays du peuple de Dieu. Le verset 7, parlant de ces choses comme si elles avaient déjà eu lieu, prouveront cette interprétation.
7 Elle a réduit ma vigne en une désolation, mon figuier en un tas de bois ; elle l’a écorcé entièrement, et l’a jeté par terre ; ses rameaux ont blanchi.
Nous voyons ici que, exactement comme une nuée de sauterelles peut dévaster une vigne ou un arbre, la nation qui monte sur le pays, « forte et innombrable », peut dévaster le peuple de Dieu, qui représente les sarments, ou branches, de Son cep, ou vigne. Jean 15:5 : « Je suis le cep, vous les sarments, . . . ».
Osée 10:1 décrit le résultat des péchés d’Israël :
« Israël est une vigne vide ; elle porte du fruit pour ellemême. Selon l’abondance de son fruit, elle a multiplié les autels ; selon la beauté de son pays, elle a rendues belles ses statues ».
Le prophète Nahum, utilisant un langage similaire et décrivant ce que les Assyriens firent à Israël, déclare, en Nahum 2:2 :
4
« Car Yahweh a ramené l’excellence de Jacob comme l’excellence d’Is raël ; car ceux qui dépouillent les ont dépouillés et ont gâté leurs sar ments ».
LA PROPHÉTIE DEJOËL
Jérémie 6:9, dans un langage similaire encore, prophétise la désolation Babylo nienne de Juda :
« Ainsi dit Yahweh des armées : On grappillera entièrement, comme une vigne, le reste d’Israël. Remets, comme le vendangeur, ta main dans les paniers ».
Les enfants d’Israël sont présentés comme des ivrognes, car s’il ne s’agissait de leur licence, les vies de péché qu’ils ont vécues, la chenille, la sauterelle, l’yélek et la locuste n’auraient pas consumé le pays. Les Cananéens, les Hittites et les Assyriens, à l’époque où Joël écrit cette prophétie, avaient déjà ravagé la plus grande partie de l’ancienne Israël ; nous pouvons le constater au chapitre 3, au second verset et ailleurs. Et maintenant, les Babyloniens vont venir et ravager ce qui reste d’Israël.
8 Gémis comme une vierge ceinte du sac, sur le mari de sa jeunesse !
En tant que peuple, nous ne nous tournons pratiquement jamais vers notre Dieu avant qu’une calamité ne nous frappe, et alors nous commençons à prier pour Son intervention – et habituellement c’est déjà bien trop tard. Lorsque les choses vont bien, la plupart d’entre nous oublient complètement Dieu, et il en allait ainsi également dans les temps anciens.
9 L’offrande et la libation sont retranchées de la maison de Yahweh ; les sacrificateurs, les serviteurs de Yahweh, mènent deuil ; 10 Les champs sont ravagés, la terre mène deuil ; car le blé est ra vagé, le vin nouveau est honteux, l’huile languit. 11 Soyez honteux, laboureurs ; hurlez, vignerons, – à cause du fro ment et de l’orge, car la moisson des champs a péri ! 12 La vigne est honteuse, et le figuier languit, – le grenadier, le pal mier aussi, et le pommier ; tous les arbres des champs sont dessé chés ; car la joie est tarie du milieu des fils des hommes.
Laboureurs et vignerons sont des métaphores pour les prêtres et les dirigeants de la nation. On trouve un parallèle à tout ceci en Ésaïe 56 ; en voici les versets 8 à 12 :
« Le Maître Yahweh, qui rassemble les exilés d’Israël, dit : J’en rassem blerai encore d’autres vers lui, avec les siens déjà rassemblés. « Vous, toutes les bêtes des champs, venez pour dévorer, vous, toutes les bêtes de la forêt ! « Ses sentinelles sont toutes aveugles, elles sont dénuées de connais sance. Ils sont tous des chiens muets qui ne peuvent aboyer, rêvant, se tenant couchés, aimant à sommeiller ; « Et ces chiens sont voraces, ils ne savent pas être rassasiés : ce sont des bergers qui ne savent pas comprendre. Tous, ils tournent leurs regards
5
LA PROPHÉTIE DEJOËL
W. R. Finck
vers leur propre chemin, chacun vers son intérêt particulier, jusqu’au dernier. « Venez, disentils, je prendrai du vin, et buvons notre soûl de boissons fortes ; et demain sera comme aujourd’hui, et encore bien supérieur ».
Mais Ésaïe regarde loin dans le futur, après que Yahweh ait « rassemblé les reje tés d’Israël », ce qu’Il a réellement fait, car Il les a rassemblés en Europe puis en Amérique. Pourtant, comme les commentateurs euxmêmes l’admettent, la pro phétie de Joël trouve une application dans cette époque future également, « en ces jours », au « grand et terrible jour du Seigneur », comme le texte le dit à la fin du chapitre deux. Dans Ésaïe, nous voyons que les bergers, les dirigeants politiques et les prêtres de la nation qui vivent des vies d’abondance, ne se préoccupent pas du peuple et laissent la nation s’enfoncer dans la décadence qui est la cause de sa mort. Le veilleur devrait garder le troupeau, mais il est plus concerné par le souci de remplir son propre ventre.
13 Ceignezvous et lamentezvous, sacrificateurs ; hurlez, vous qui servez l’autel ; venez, passez la nuit sous le sac, vous qui servez mon Dieu ! Car l’offrande et la libation sont ôtées à la maison de votre Dieu. 14 Sanctifiez un jeûne, convoquez une assemblée solennelle ; assem blez les anciens, tous les habitants du pays, à la maison de Yahweh, votre Dieu et criez à Yahweh ! 15 Hélas, quel jour ! Car le jour de Yahweh est proche, et il viendra comme une destruction du Toutpuissant.
Ceci n’est pas l’avertissement d’une punition pour du péché, mais on a dépassé depuis longtemps ce point et la punition vient de toute manière. Il s’agit d’un appel à la reconnaissance et à la repentance afin que l’on puisse obtenir miséricorde, afin de résister et de survivre à la punition lorsque celleci viendra. La phrase « le jour du Seigneur est proche » était un avertissement pour la destruction à venir à l’époque de Joël tout autant qu’un avertissement qu’une telle destruction viendrait encore au grand et futur jour du jugement de Yahweh, ce jour dont il est fait référence plus concrètement à la fin de cette prophétie.
Jérémie chapitre 4 parle de ce même jugement, et en 4:14 il avertit :
« Lave ton cœur de l’iniquité, Jérusalem, afin que tu sois sauvée ! Jusques à quand tes vaines pensées demeurerontelles au dedans de toi ? ».
Les deux hommes peuvent avoir proclamé ces choses à Jérusalem vers la même époque. 16 La nourriture n’estelle pas retranchée de devant nos yeux et, de la maison de notre Dieu, la joie et l’allégresse ? 17 Les semences pourrissent sous leurs mottes ; les greniers sont désolés ; les granges sont renversées, car le blé est desséché.
6
LA PROPHÉTIE DEJOËL
18 Comme le bétail gémit ! Les troupeaux de gros bétail sont décon certés, car il n’y a pas de pâturage pour eux ; les troupeaux de menu bétail aussi sont en peine. 19 À toi, Yahweh, je crierai ; car le feu a dévoré les pâturages du désert, et la flamme a brûlé tous les arbres des champs. 20 Les bêtes des champs aussi crient à toi, car les cours d’eau sont desséchés, et le feu a dévoré les pâturages du désert.
Bien que l’expression « bêtes des champs » soit souvent utilisée comme un terme péjoratif pour des peuples nonAdamiques, ce n’est pas toujours le cas. Tel qu’il est utilisé ici, il représente plutôt desanimaux sauvages. La Septante traduit la plupart du temps le terme hébreu parθήρ(voir Strong n° 2339) en opposition à κτῆνος(Strong n° 2934) qui est un animal domestique, par exemple un animal de trait. Dans le passage présent, cependant, et entre autres différences mineures, la Septante a des mots spécifiques pour « bétail » et « troupeau » au verset 18, et au verset 20 où la traduction de la KJV se lit « bêtes des champs », la Septante dit « bétail des champs », où le motκτῆνοςest employé pour traduire l’hébreu. Bien que nous devions certainement voir les peuples nonAdamiques comme des animaux sauvages – comme Jude l’explique, ils sont « des animaux, n’ayant pas l’Esprit », comme le verset 19 de son épître peut être traduit, et comme Pierre, en II Pierre 2:12 déclare qu’ils sont « des animaux naturels irrationnels, nés pour la destruction et la corruption dans lesquelles, blasphémant, ils sont ignorants ; ainsi dans leur corruption ils périront », mais cela ne signifie pas que lorsque nous lisons l’expression « bêtes des champs » dans les Écritures, le passage se réfère forcément à des peuples nonAdamiques. Ici Yahweh, à travers le prophète, ne fait qu’indiquer que tous les animaux du pays souffriront, illustrant par là le degré de destruction qui sera le résultat de l’invasion à venir.
Jérémie 4:18–29, prédisant cette même destruction, la décrit comme suit :
« Ta voie et tes actions ont amené sur toi ces choses, c’est là ton ini quité ; oui, c’est une chose amère ; oui, elle pénètre jusqu’à ton cœur. « Mes entrailles ! Mes entrailles ! Je suis dans la douleur ! Les parois de mon cœur ! Mon cœur bruit au dedans de moi, je ne puis me taire ; car, mon âme, tu entends le son de la trompette, la clameur de la guerre ! « Ruine sur ruine se fait entendre, car tout le pays est dévasté ; soudain mes tentes sont dévastées, en un moment, mes courtines. Jusques à quand verraije l’étendard, entendraije la voix de la trompette ? « Car mon peuple est fou, ils ne m’ont pas connu ; ce sont des fils insen sés, ils n’ont pas d’intelligence ; ils sont sages pour faire le mal, mais ils ne savent pas faire le bien. « J’ai regardé la terre, et voici, elle était désolation et vide, et vers les cieux, et leur lumière n’était pas. J’ai regardé les montagnes, et voici, elles se remuaient, et toutes les collines branlaient. J’ai regardé, et
7
LA PROPHÉTIE DEJOËL
W. R. Finck
voici, il n’y avait pas d’homme, et tous les oiseaux des cieux avaient fui. J’ai regardé, et voici, le pays fertile était un désert, et toutes ses villes étaient renversées devant Yahweh, devant l’ardeur de sa colère. « Car ainsi dit Yahweh : Tout le pays sera une désolation, mais je ne le détruirai pas entièrement. À cause de cela, la terre mènera deuil et, audessus, les cieux seront noirs, parce que je l’ai dit, je l’ai pensé, et je ne m’en repentirai pas et je n’en reviendrai pas. « Devant le bruit des cavaliers et des tireurs d’arc toute la ville fuit : ils entrent dans les fourrés et montent sur les rochers ; toute la ville est abandonnée, et aucun homme n’y habite ».
La destruction prédite par Jérémie devait elle aussi être réalisée par une armée d’invasion.
Joël 2 :
1 Sonnez de la trompette en Sion, sonnez avec éclat et dans ma sainte montagne ! Que tous les habitants du pays tremblent car le jour de Yahweh vient ; 2 Car il est proche, un jour de ténèbres et d’obscurité, un jour de nuées et d’épaisses ténèbres ; c’est comme l’aube qui s’étend sur les montagnes, – un peuple nombreux et fort, tel qu’il n’y en eut jamais, et qu’après lui il n’y en aura point jusqu’aux années des générations et des générations.
Les Cananéens ne sont pas ici mentionnés nommément comme ils le sont en Jéré mie ou en Ézéchiel, où la destruction à venir sur Jérusalem est également prophé tisée, et cela fait de Joël un livre un peu plus difficile à dater, car le contexte du livre tout entier doit être étudié. Cependant, lorsque l’on parle de ces invasions, elles sont de toute manière toujours simplifiées à l’extrême, habituellement afin de faire passer le message général. Les Assyriens envahirent Israël et Juda au hui tième siècle avant JC et s’emparèrent de la plupart des habitants pour les reloger ailleurs. Mais les Assyriens n’étaient pas seuls ; ils avaient une hégémonie sur de nombreuses nations alentour, comme par exemple les Perses, les Mèdes, les Baby loniens, les Hittites, etc, et toutes ces nations ont dû contribuer à la formation des armées Assyriennes comme c’était la coutume en ces époques – c’est évident à la fois dans les anciennes chroniques et dans les inscriptions qui ont survécu.
Nebucadnetsar (Nabuchodonosor) de Babylone consolida son propre empire à partir des portions résultant de la dissolution de l’Assyrie. Les armées impériales Babyloniennes devaient aussi être formées de la même manière et donc, bien que Babylone se trouvait à l’est de Jérusalem et quelque peu plus au sud, ses ar mées sont décrites comme « l’armée du nord » au verset 20 de ce chapitre, car la plus grande partie de l’empire se situait au nord. Il y avait également des mer cenaires Grecs qui se battaient aux côtés des Babyloniens, comme on peut s’en
8
LA PROPHÉTIE DEJOËL
rendre compte en lisant certains des poètes lyriques Grecs, tel qu’Alcaeus, et ces mercenaires sont connus pour avoir participé aux campagnes Babyloniennes en Palestine. Il en a été ainsi pour tous les empires connus dans l’Histoire : leurs ar mées étaient formées à partir des composantes de nombreuses autres tribus, que ce soit par pression ou par corruption.
3 Devant lui un feu dévore, et une flamme brûle derrière lui ; devant lui le pays est comme le jardin d’Éden, et derrière lui la solitude d’un désert ; et rien ne lui échappe.
Comme une nuée de sauterelles, l’armée d’invasion va dévorer tout sur son pas sage, et c’est la raison pour laquelle nous constatons l’analogie utilisée par Joël sur la destruction de l’ancienne Israël, à savoir qu’elle a été dévorée par une nuée après l’autre.
4 Leur aspect est comme l’aspect des chevaux, et ils courent comme des cavaliers. 5 Ils sautent : . . . c’est comme le bruit des chars sur les sommets des montagnes, comme le bruit d’une flamme de feu qui dévore le chaume, comme un peuple puissant rangé en bataille. 6 Les peuples en sont angoissés, tous les visages pâlissent. 7 Ils courent comme des hommes forts, ils escaladent la muraille comme des hommes de guerre ; ils marchent chacun dans son che min, et ne changent pas leurs sentiers ; 8 Et ils ne se pressent pas l’un l’autre. Ils marchent chacun dans sa route ; ils se précipitent à travers les traits et ne sont pas blessés ; 9 Ils se répandent par la ville, ils courent sur la muraille, ils montent dans les maisons, ils entrent par les fenêtres comme un voleur.
La Septante a, au verset 9 :
« Ils s’empareront de sur les maisons, et y
la cité, et entreront
courront sur les par les fenêtres
murailles, et monteront comme des voleurs ».
Comme on peut le constater en comparant Actes 9:24 et II Corinthiens 11:33, les murs des anciennes cités reliaient souvent les bâtiments et avaient donc fréquem ment des fenêtres qui faisaient face à l’extérieur de la ville. C’est ainsi que Paul fut à même d’échapper aux Judéens à Damas.
En II Rois chapitres 22 et 23, on trouve le récit du règne de Josias, qui régna sur e Juda pendant approximativement 30 ans vers la fin du 7 siècle av. JC, ce qui se situe environ cent ans avant l’époque où les Assyriens laissèrent désolée la plus grande partie d’Israël et de Juda. D’après ce récit, il est clair que de nombreux Judaïtes, qui habitaient de grandes parties du pays, soit échappèrent à la capture par les Assyriens soit se dispersèrent hors de Jérusalem, dans les campagnes, lors des décennies qui suivirent. Une ville ne peut survivre sans les hameaux et villages
9
LA PROPHÉTIE DEJOËL
W. R. Finck
de la campagne alentour, qui constituent sa source de nourriture. Pourtant, le point focal de la prophétie semble être uniquement Jérusalem, qui doit être cette cité à laquelle le prophète fait référence parlesmurailles etlacité.
10 Devant eux la terre tremble, les cieux sont ébranlés, le soleil et la lune sont obscurcis, et les étoiles retirent leur splendeur.
Au verset 19 du premier chapitre, nous lisons : « car le feu a dévoré les pâturages du désert, et la flamme a brûlé tous les arbres des champs ». Une invasion mili taire réalisée dans des conditions de sècheresse rend plus facile, pour une armée d’invasion, la destruction par le feu des champs et des forêts dans les campagnes. C’est une bonne tactique offensive, et la fumée résultante causerait certainement les conditions décrites ici. Mais il est également évident que le soleil, la lune et les étoiles peuvent représenter les gouvernements et le peuple de Dieu sur Terre, comme cela est le cas dans la Révélation, au chapitre 6, versets 12 et 13, où il est dit : « le soleil devint noir comme un sac de poil, et la lune devint tout entière comme du sang ; et les étoiles du ciel tombèrent sur la terre ». Ici au verset 10, en parlant de la chute de Jérusalem, il se peut fort bien que cela décrive tout au tant la condition littérale des campagnes que la chute finale du peuple de Juda, allégoriquement.
11 Et Yahweh fait entendre sa voix devant son armée, car son camp est trèsgrand, car l’exécuteur de sa parole est puissant ; parce que le jour de Yahweh est grand et fort terrible ; et qui peut le suppor ter ? 12 Ainsi, encore maintenant, dit Yahweh, revenez à moi de tout votre cœur, avec jeûne, et avec pleurs, et avec deuil ; 13 Et déchirez vos cœurs et non vos vêtements, et revenez à Yahweh, votre Dieu ; car il est plein de faveur et miséricordieux, lent à la colère et grand en bonté, et il se repent du mal.
Même dans leur destruction, Yahweh aura pitié de Son peuple s’il se repent. L’ap pel qui lui est fait de déchirer leurs cœurs et non leurs vêtements est un appel à un repentir sincère et pas à un simple simulacre de repentance. Une bonne défense contre les envahisseurs ne déterminera pas la survie des individus, car Yahweh a déjà indiqué que les envahisseurs seront irrésistibles et que la destruction du royaume est certaine. Au contraire, seul un cœur repentant et un retour volon taire à l’obéissance envers Dieu déterminera la survie.
14 Qui sait ? Il reviendra et se repentira et laissera après lui une bénédiction, une offrande et une libation à Yahweh, votre Dieu.
Qui sait s’il sera à même de survivre à l’assaut ? La mention à une offrande est allégorique. I Samuel 15:22 :
10
LA PROPHÉTIE DEJOËL
« Et Samuel dit : Yahweh prendratil plaisir aux holocaustes et aux sacrifices, comme à ce qu’on écoute la voix de Yahweh ? Voici, écouter est meilleur que sacrifice, prêter l’oreille, meilleur que la graisse des béliers ».
Osée 6:6, que le Christ cite :
« Car j’ai aimé la bonté et non le sacrifice, et la connaissance de Yahweh plus que les holocaustes ».
Paul nous dit en Colossiens 3:10 que, rejetant tout péché et acceptant le Christ, nous avons « . . . revêtu le nouvel homme qui est renouvelé en connaissance, selon l’image de celui qui l’a créé . . . ».
15 Sonnez de la trompette en Sion, sanctifiez un jeûne, convoquez une assemblée solennelle ; 16 Assemblez le peuple, sanctifiez la congrégation, réunissez les an ciens, assemblez les enfants et ceux qui tettent les mamelles ; que l’époux sorte de sa chambre, et l’épouse de sa chambre nuptiale.
Les enfants d’Israël en tant que nation sont l’épouse de Yahweh leur Dieu, et ils recevront la miséricorde et survivront s’ils se marient d’euxmêmes à Lui, ce qui exige de la soumission et de l’obéissance envers Lui. Ceci est toujours aussi valable aujourd’hui pour ceux qui sont de l’ancienne souche Israélite et qui sont en Christ que ce ne l’était pour l’ancienne Juda.
17 Que les sacrificateurs, les serviteurs de Yahweh, pleurent entre le portique et l’autel, et qu’ils disent : Épargne ton peuple, ô Yahweh, et ne livre pas ton héritage à l’opprobre, de sorte qu’ils soient le proverbe des nations. Pourquoi diraiton parmi les peuples : Où est leur Dieu ? 18 Alors Yahweh sera jaloux pour son pays, et aura pitié de son peuple.
L’expression « entre le portique et l’autel » se réfère à la cour intérieure du temple. Yahweh épargnera Son peuple pour Sa propre gloire, parce qu’ils sont Son héri tage. Les hommes euxmêmes ne méritent pas la pitié, mais ils recevront la misé ricorde en vertu de Sa parole et de Ses promesses. Luc 1:72–75 déclare le but de la rédemption d’Israël :
« Pour accomplir la miséricorde envers nos pères et pour se souvenir de sa sainte alliance, du serment qu’il a juré à Abraham notre père, de nous accorder, étant libérés de la main de nos ennemis, de le servir sans crainte, en sainteté et en justice devant lui, tous nos jours ».
Dès lors, tant que Son peuple ne le sert pas Il continuera à châtier celuici jusqu’à ce qu’il Le serve. Finalement, Sa volonté prévaudra sans aucun doute.
11