Les acclamations pédérastiques de Kalami (Thasos) - article ; n°1 ; vol.106, pg 3-22
22 pages
Français
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Les acclamations pédérastiques de Kalami (Thasos) - article ; n°1 ; vol.106, pg 3-22

-

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
22 pages
Français

Description

Bulletin de correspondance hellénique - Année 1982 - Volume 106 - Numéro 1 - Pages 3-22
Au fond de la baie de Kalami sur la côte méridionale de Thasos, ont été découvertes sur la paroi rocheuse 58 acclamations pédérastiques de peu antérieures au milieu du IVe siècle avant notre ère. Elles comportent 14 noms propres, dont la plupart étaient déjà attestés dans l'île, et 16 qualificatifs différents, dont aucun n'implique en soi de pratiques homosexuelles : à signaler parmi les uns, Άετάς et Άήτης et, parmi les autres, l'hapax άστεοπρόσωπος. Il y a là matière à un affînement de l'étude des valeurs culturelles imprégnant les relations entre érastes et éromènes. On peut supposer que ces inscriptions rupestres émanent d'un groupe d'éphèbes thasiens stationnés à proximité : peut-être dans une tour proche dont l'occupation est attestée, par quelques timbres céramiques, au moins dans le dernier quart du IVe et le premier tiers du IIIe siècle.
Στό βάθος του κόλπου Καλάμι στή μεσημβρινή ἀκτή τῆς Θάσου ἀνῦακαλύφθηκαν πάνω στην παρειά τοῦ βράχου 58 παιδεραστικές προσφωνήσεις πού χρονολογοῦνται πρίν τά μέσα τοῦ 4ου αἰ. π.Χ. Περιέχουν 14 κύρια ὀνόματα ἀπό τά ὁποἶα τά περισσότερα εἶναι ἥδη επιβεβαιωμένα στό νησί καί 16 διαφορετικά ἐπίθετα ἀλλά πού κανένα δέν δηλώνει αὐτό καθ' ἑαυτό ὁμοφυλόφιλες σχέσεις : σημειώνουμε μεταξύ τῶν πρώτων, Ἀετᾶς καί Ἀήτης καί μεταξύ τῶν ἄλλων τό άπαξ ἀστεοπρόσωπος. 'Υπάρχει ὑλικό γιά λεπτομερειακή μελέτη τών πολιτιστικών ἀξιῶν ποὑ διακρίνουν τίς σχέσεις μεταξύ ἐραστών καί ἐρωμένων. Μπορεῖ κανείς νά ὑποθέσει ὄτι αὐτές οί λαξευμένες σέ βράχο ἐπιγραφές προέρχονται ἀπό μιά ὁμάδα ἐφήβων τῆς Θάσου πού στρατοπέδευε ἐκεί κοντά : ἴσως σέ ἕνα γειτονικό πύργο ὄπου βεβαιώνεται ή ἐγκατάσταση ἀπό μερικές κεραμικές σφραγίδες, τοὐλάχιστον τό τελευταῖο τέταρτο τοῦ τετάρτου καί τό πρῶτο τρίτο τοῦ τρίτου αἰώνα.
20 pages
Source : Persée ; Ministère de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche, Direction de l’enseignement supérieur, Sous-direction des bibliothèques et de la documentation.

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 01 janvier 1982
Nombre de lectures 43
Langue Français
Poids de l'ouvrage 2 Mo

Exrait

Yvon Garlan
Les acclamations pédérastiques de Kalami (Thasos)
In: Bulletin de correspondance hellénique. Volume 106, livraison 1, 1982. pp. 3-22.
Résumé
Au fond de la baie de Kalami sur la côte méridionale de Thasos, ont été découvertes sur la paroi rocheuse 58 acclamations
pédérastiques de peu antérieures au milieu du IVe siècle avant notre ère. Elles comportent 14 noms propres, dont la plupart
étaient déjà attestés dans l'île, et 16 qualificatifs différents, dont aucun n'implique en soi de pratiques homosexuelles : à signaler
parmi les uns, Άετάς et Άήτης et, parmi les autres, l'hapax άστεοπρόσωπος. Il y a là matière à un affînement de l'étude des
valeurs culturelles imprégnant les relations entre érastes et éromènes. On peut supposer que ces inscriptions rupestres émanent
d'un groupe d'éphèbes thasiens stationnés à proximité : peut-être dans une tour proche dont l'occupation est attestée, par
quelques timbres céramiques, au moins dans le dernier quart du IVe et le premier tiers du IIIe siècle.
Citer ce document / Cite this document :
Garlan Yvon. Les acclamations pédérastiques de Kalami (Thasos). In: Bulletin de correspondance hellénique. Volume 106,
livraison 1, 1982. pp. 3-22.
doi : 10.3406/bch.1982.1901
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/bch_0007-4217_1982_num_106_1_1901LES ACCLAMATIONS PÉDÉRASTIQUES
DE KALAMI (THASOS)*
Grâce à des indications qui m'ont été fournies par Grigoris Dankaliatis, habitant
du village d'Astris, j'ai découvert au mois d'août 1980 au sud de l'île de Thasos, à
1 km environ à l'Est de Koukos1, une importante série d'inscriptions rupestres en
bordure orientale de la petite baie de Kalami ou Kalamaki2. Sur une distance de
35 m environ à partir de la plage (fîg. 1), elles se répartissent inégalement sur trois
parois séparées par des plates-formes larges généralement de moins d'un mètre :
trente sur la paroi inférieure (A), oblique (fig. 2), de marbre homogène à gros grains
d'une éclatante blancheur; vingt-sept sur la paroi intermédiaire (B) qui, à un mètre
de hauteur, devient grisâtre et se stratifié en bandeaux horizontaux de dureté
inégale; une sur la paroi supérieure (G) de marbre gris.
Mise à part la brèche ouverte dans la paroi inférieure par la chute (récente?)
d'un gros bloc (qui était lui aussi, m'a-t-on assuré, couvert d'inscriptions), le support
rocheux ne s'est guère modifié depuis l'Antiquité : en plusieurs endroits il apparaît
même que les petits défauts qui l'affectent aujourd'hui ont été autrefois pris en
compte par les graveurs. Y sont cependant plus ou moins sensibles (selon la situation,
la qualité de la roche et le soin mis à la gravure) les effets de l'érosion, des vagues
dans les parties basses et du vent dans les parties hautes : mais quel que soit le
nombre des inscriptions partiellement ou même (peut-on le supposer à maints indices)
* Je remercie tous ceux qui — dans des positions souvent inconfortables, voire périlleuses — m'ont
aidé, de nuit comme de jour, à parfaire mes lectures : Yves Grandjean, Dominique Mulliez, Olivier Picard,
François Salviat et Jean-Pierre Sodini, ainsi que Jacqueline et Arnaud Garlan. L'architecte Tony Kozelj a
fait preuve en l'occurrence de toujours autant de dévouement et d'efficacité· Le soleil, par contre, ne m'a pas
permis de photographier toutes les inscriptions en lumière rasante : ainsi s'explique qu'il manque ici un certain
nombre d'illustrations que tout le talent de Philippe Collet n'a pu rendre publiables. Mais je peux dire qu'il n'est
aucune de mes lectures qui n'ait été ratifiée par ceux qui m'ont fait l'amitié de m'accompagner à Kalami.
Chacun enfin reconnaîtra sans peine la contribution particulière de M. Olivier Masson à cet article. (Y. G.)
(1) Y. Garlan, « Koukos. Données nouvelles pour une nouvelle interprétation des timbres amphoriques
thasiens », BCH Suppl V, Thasiaca (1979), p. 213-268.
(2) De tous les voyageurs modernes, A. Conze est le seul à mentionner le lieu, sans qu'il y ait vu la moindre
antiquité : « Gleichfalls ganz unbedeutend und den letzten Jahrhunderten angehôrig sind einige Fundamente
in der kleinen," von mir ich glaube schon nach einigen Minuten spâter erreichten Ebene Sto Kalami ('ς τδ καλάμι),
welche sich, mit einigen Kornfeldern und Oelbàumen bedeckt, an den flachen Strand im Innern einer nach
Suden geôfîneten Bucht anschliesst », Reise auf den Insein des thrakischen Meeres (1860), p. 33. Y. GARLAN ET O. MASSON [BCH 106
Fig. 1. — Rochers inscrits de la baie de Kalami.
presque totalement effacées, on s'étonnera plutôt que, dans de telles conditions, il
s'en soit tant conservé.
A l'exception de l'une d'entre elles qui représente un chrisme paléochrétien
(A 27), elles consistent toutes en acclamations amoureuses de caractère pédérastique3.
La composition de chacune d'elles (nom propre souvent accompagné d'un ou plusieurs
qualificatifs) est plus ou moins facile à établir. Elle l'est davantage quand une
inscription occupe un panneau égalisé à la pointe (B 54 et, dans une moindre mesure,
A 13 et 26 où elle est limitée en haut par une rasura), ou quand elle est topogra-
phiquement bien isolée, ou quand elle se distingue paléographiquement de ses
voisines. Mais il est bien des cas où la similitude des gravures ou bien leur effacement
nous empêchent de nous prononcer avec fermeté et grèvent de quelque incertitude
l'énumération présentée ci-dessous. Les textes y sont répartis en trois ensembles
correspondant aux trois parois décrites ci-dessus, avec une numérotation continue
dans l'ordre où ils se présentent de gauche à droite (pour qui les regarde de la mer) et
de haut en bas (voir, fig. 26, le croquis de situation) et abstraction faite des vestiges
trop incertains pour offrir le moindre sens.
(3) Deux synthèses récentes sont parues sur le sujet : K. J. Dover, Greek Homosexuality (1978) ;
F. Buffière, Ε r os adolescent — La pédérastie dans la Grèce antique (1980). Voir aussi H. Λ. Shapiro, « Courtship
Scènes in Attic Vase-Painting », AJA 85 (1981), p. 133-143 ; un numéro spécial de la revue Arethusa 13 (Fall
1980) et un article de P. A. Cartledge « The Politics of Spartan Pederasty », à paraître dans les Proc. Cambr.
Philol. Soc. LES ACCLAMATIONS PÉDÉRASTIQUES DE KALAMI (THASOS) 1982]
Paroi inférieure (A).
1)
ΙΙΡΑΣΗΣ
H. : 11 cm. Les deux premières hastes
conservées appartiennent peut-être à un H.
L'inscription paraît complète à droite, mais
pouvait commencer plus à gauche.
2) Fig. 3.
Ήροφων
H. : 10 cm.
3) Fig. 4.
Σωσίων
H. : 7 cm. La deuxième ligne est presque
effacée.
4)
eH(?o<p<o[v]
H. : 8 cm. Gravure pointilliste, peu
appuyée. Lecture difficile, rendue plus
incertaine par l'effondrement du bloc voisin
(voir supra, p. 3).
5)
[- -]v καλό[ς]
H. : 8 cm. Mêmes remarques que pour
l'inscription précédente.
6) Fig. 2. — Paroi inférieure et plate-forme intermédiaire. [Ήρο]<ρών
H. : 8 cm.
7)
H. : 8 cm. Νικήνωρ
H)
Ήρ[ο]ζρώγ καλό[ς] Νικ[ήνωρ]
Η. : 6-7 cm. H. : 6 cm. On peut se demander si le nom
a jamais fini d'être gravé. 9)
Άήτης
12) καλός ΗΣ H. : 6 cm. Gravure très légère.
ΠΥΘ
10) ΟΣ
[κ]αλός H. : 7 cm. Le texte semble incomplet
H. : 6 cm. Le contexte échappe : peut-être à gauche aussi bien qu'à droite. Sans doute
est-ce la suite du n° 7? Πυθ[ίων] à la ligne 2. GARLAN ET O. MASSON [BCH 106 Y.
Fig. 5. — A 13. Fig. 7. — A 19 à 22.
13) Fig. 5. 14)
Άήτης καλό Παέστρατος [ς]
ευπρόσωπωραίος, H. : 6 cm.
ος, ηδύς, 15)
εΰχαρις [Ή]ροφών
[ή*]ύς, Η. : Entre 6 et 7,5 cm. A la ligne 1,
une cassure ancienne explique l'éloignement
de ΓΗ et du Σ. Η. : 9 et 12 cm. LES ACCLAMATIONS PÉDÉRASTIQUES DE KALAMI (THASOS) 1982]
Fig. 8. — A 24 à 27.
16) Fig. 6. m'échappe), le rocher a été volontairement
ou involontairement écorché. Άήτης
άστεοπρό-
21) Fig. 7.
σωπος
Άετας
H. : 9, 8 et 7 cm. H. : 9-10 cm.
22) Fig. 7. 17) Fig. 6. Καλλισθέ
Ή ροφώ [ν]
νης καλός
ΣΕΜΟΛΟ.ΕΙ Η. : 8 cm. A la place du N final d'Hèro-
H. : 8 cm. Gravure irrégulière et peu phon, on voit les traces d'arrachement
appuyée. Le sens de la troisième ligne d'un éclat. A la seconde ligne, je crois lire
(incomplète?) est énigmatique. χρυσ[ός] plutôt que χρησ[τός] (non attesté
par ailleurs à Kalami).
18)
23) 'H ροφών καλ[ός]
Ήρα[ς] H. : 9 cm.
H. : 9 cm. Peut-être s'agit-il plutôt
19) Fig. 7. d"Hpo[cpo3v] ?
[- -]ς Νικ[ήνωρ]
24) Fig. 8.
H. : 8 cm. Gravure très légère. Ή ροφών καλός
H. : 8 cm. 20) Fig. 7.
25) Fig. 8.
H. : 10 cm. A l'emplacement de la partie Άήτης
antérieure de ce mot (dont la restitution H. : 10 cm. A droite et au-dessous de 8 Y. GARLAN ET O. MASSON [BCH 106
H. : 8 cm. Inscription très effacée qui cette inscription existe une rasura soigneu
sement exécutée. n'est lisible (avec une quasi-certitude) qu'à
la lampe, de nuit.
26) Fig. 8.
Άετάς ε 29)
υσχήμων Μυίσ(κος)
H. : 10 cm. Au bout de la seconde ligne, H. : 11 cm. La gravure du nom n'a
je ne sais s'il faut lire MI ou voir une sorte jamais été achevée.
de pentagramme.
30) 27) Fig. 8.
Πυθίων
ηδύς H. : 13 cm.
H. : 10 et 8 cm. Le nom semble précédé
28) du sigle ΣΙ dont le sens ne m'apparaît pas.
Gravure très légère, pointilliste. "Ανθιππο[ς] καλλιπρόσ-
ωπος
Paroi intermédiaire (B).
31) Fig. 9. 36) Fig. Il et 12.
Μυίσκος Μυΐκκος (sic) άγρέος
ηδύς Η. : 8 cm. La haste verticale du Γ est
H. : 7 cm. Le support de la ligne inférieure assurée — ce qui interdit de restituer
a partiellement disparu. άστέος. La boucle du Ρ est plus ou moins
visible.
32) Fig. 10.
37) Fig. 13 et 14. Άήτης
H. : 5 cm. Μυΐσκος κ [al] φιλό[κ]ωμοι
33) Fig. 10. H. : 9 et 7 cm. Les deux dernières lettres,
Ναύμαχος bien gravées, du qualificatif sont incontes
H. : 11 cm. Gravure à la pointe peu tablement OI. D'où ma restitution, à la
appuyée et peu suivie, n'ayant pas abouti fin de la première ligne, d'un κ[αί] dont
au creusement de lignes régulières. même la lettre est peu visible.
38) Fig. 15. 34)
Άετάς Μυΐσκος
καλό [ς] H. : 7 cm. Gravure originale, très fine
H. : 7 cm. et remarquablement conservée dans une
cavité de la paroi.
35)
39) Fig. 16. Π [α]έστρατος
ΠΑΝΤΑ καλός
H. : 7-8 cm. Cette inscription est la H. : 8 cm. LES ACCLAMATIONS PÉDÉRASTIQUES DE KALAMI (THASOS) 1982]
Fig. 9. — Β 31. Fig. 14. — Β 37 (fin).
Fig. 13. — Β 37 (début). Fig. 17. — Β 40. 10 Y. GARLAN ET O. MASSON [BCH 106
Fig. 19. — Β 44. Fig. 21. — Β 48 et 49.
seule qui soit sur une surface horizontale Fig. 19. 44)
— une banquette dégagée par l'enlèvement 'Αήτης
d'un bloc. Elle se lit aisément, mais ne se εύχαρις,
comprend guère : complète à droite, elle άστέος
pouvait se prolonger au-dessous, là où Η . :9 , 7 et 6 cm.
apparaît toute une série de hastes verticales
45) et obliques. On peut évidemment songer
Άήτης à un début de nom propre : Πανταίνετος
καλός ou Παντακλής présents à Thasos.
Η . : 7 cm.
Fig. 17. 40) 46)
Μυς Άήτης
δύς Η . : 6 cm.
H . : 9 cm.
Fig. 20. 47)
Fig. 18. 41) Μυΐσκος
Π[υ]ξ)ίω\ εύχαρις,
H . :6 cm. καλός
Η . :9 cm.
42)
Fig. 21. 'Αήτης 48)
εύρυθμος Νικήνωρ
H . :7 cm. Η . : 5 cm.
Fig. 21. 43) 49)
Μυΐσκος ηδύς Νικήνωρ
H . :5 cm. Η . : 7 cm. LES ACCLAMATIONS PÉDÉRASTIQUES DE KALAMI (THASOs) 11 1982]
Fig. 22. — Β 54.
Fig. 23. — Β 56.
Fig. 24. — C 58.