Les enfants d'immigrés algériens et leur pays d'origine. Modes de relations économiques et professionnelles - article ; n°2 ; vol.15, pg 141-166

-

Documents
29 pages
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Revue européenne de migrations internationales - Année 1999 - Volume 15 - Numéro 2 - Pages 141-166
Children of Algerian Immigrants and Country of Origin Economic and Professional Relations.
Emmanuelle Santelli.
The objective of this article is to present the different forms of economic and professional ties that children of Algerian immigrants maintain with their country of origin. These ties vary according to the time frame considered, gender and professional status in France. In the past, economic and professional ties with Algeria were maintained in four distinct ways : through studies undertaken in Algeria, fulfilment of military service, employment and by spending several years in Algeria.
Moreover, if several types of relations with the country of origin have been observed, professional or economic projects oriented towards Algeria or the Maghreb are even more numerous. When compared to previous relations with the country of origin, these more recent projects reveal a profound change : these activities are seen as temporary and they do not imply a return to Algeria. They involve solely independent economic or professional activities initiated by individuals who, in some cases, are already entrepreneurs in France. These activities are either considered to be supplementary or complementary to an existent professional activity in France. They also show the role played by family members in Algeria, as well as the years spent in France, which have altered the original migration project and, in turn, influence the migrant's new professional project. Finally, the economic and/or professional ties maintained with Algeria reveal three strongly interconnected elements : that the children of Algerian immigrants claim the right to place in both French and Algerian society, the emergence of an economic elite and «new» Algerian policy concerning this «second generation».
Hijos de inmigrantes argelinos y país de origen Modos de relaciones económicas y profesionales.
Emmanuelle Santelli.
El objetivo de este artículo es presentar los modos de relaciones económicas y profesionales que los hijos de emigrantes argelinos mantienen con su país de origen. Éstos varían según la época considerada, el sexo y el estatus profesional en Francia. Las relaciones mantenidas en el pasado se articularon de cuatro formas diferentes : estudios superiores realizados en Argelia, servicio militar, empleos asalariados, estancias de varios añnos.
Hoy, si que se han constatado numerosas relaciones, los proyeetos económicos y profesionales lo son todavía más. Revelan profundos cambios respecto a las relaciones precedentes : las actividades se conciben como temporales, no implican un retorno a Argelia, conciernen exclusivamente a actividades independientes, debidas a la iniciativa de estos individuos que, en algunos casos, son ya empresarios en Francia. Se consideran bien como suplementarias bien como complementarias de la actividad profesional ejercida en Francia. Son testigo, de igual modo, del papel desempenado por los miembros de la familia en Argelia y del nuevo proyecto profesional influido por los años pasados en emigración, que han modificado el proyecto migratorio.
En definitiva, las relaciones mantenidas con Argelia revelan tres elementos estrechamente ligados entre si : la reivindicación de un lugar aquí y allí, la emergencia de una elite económica, la nueva política argelina con respecto a esta « segunda generación ».
Les enfants d'immigrés algériens et leur pays d'origine Modes de relations économiques et professionnelles.
Emmanuelle Santelli.
Cet article a pour objet de présenter les modes de relations économiques ou professionnelles entretenues par les enfants d'immigrés algériens avec leur pays d'origine. Ils varient selon l'époque considérée, le sexe et le statut professionnel en France. Les relations entretenues par le passé ont pris quatre formes distinctes : les études supérieures réalisées en Algérie, le service militaire, les emplois salariés, les séjours de quelques années.
Aujourd'hui, de nombreuses relations ont pu être constatées et les projets économiques ou professionnels en direction de l'Algérie ou du Maghreb sont encore plus nombreux. Ils révèlent des changements profonds en comparaison des relations précédentes : les activités sont envisagées comme temporaires, elles n'impliquent pas un retour en Algérie, elles concernent exclusivement des activités indépendantes à l'initiative de ces individus qui, dans certains cas, sont déjà entrepreneurs en France. Les activités envisagées sont considérées soit comme supplémentaires, soit comme complémentaires à l'activité professionnelle exercée en France. Elles témoignent également du rôle joué par les membres de la famille en Algérie et du nouveau projet professionnel sous l'influence des années passées en France qui ont modifié le projet migratoire. Enfin les relations entretenues avec l'Algérie dévoilent trois éléments fortement liés les uns aux autres : la revendication d'une place ici et là-bas, l'émergence d'une élite économique, la « nouvelle » politique algérienne à l'égard de cette « deuxième génération ».
26 pages
Source : Persée ; Ministère de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche, Direction de l’enseignement supérieur, Sous-direction des bibliothèques et de la documentation.

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 01 janvier 1999
Nombre de visites sur la page 34
Langue Français
Signaler un problème

Emmanuelle Santelli
Les enfants d'immigrés algériens et leur pays d'origine. Modes
de relations économiques et professionnelles
In: Revue européenne de migrations internationales. Vol. 15 N°2. Emploi, genre et migration. pp. 141-166.
Citer ce document / Cite this document :
Santelli Emmanuelle. Les enfants d'immigrés algériens et leur pays d'origine. Modes de relations économiques et
professionnelles. In: Revue européenne de migrations internationales. Vol. 15 N°2. Emploi, genre et migration. pp. 141-166.
doi : 10.3406/remi.1999.1682
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/remi_0765-0752_1999_num_15_2_1682Abstract
Children of Algerian Immigrants and Country of Origin Economic and Professional Relations.
Emmanuelle Santelli.
The objective of this article is to present the different forms of economic and professional ties that
children of Algerian immigrants maintain with their country of origin. These ties vary according to the
time frame considered, gender and professional status in France. In the past, economic and
professional ties with Algeria were maintained in four distinct ways : through studies undertaken in
Algeria, fulfilment of military service, employment and by spending several years in Algeria.
Moreover, if several types of relations with the country of origin have been observed, professional or
economic projects oriented towards Algeria or the Maghreb are even more numerous. When compared
to previous relations with the country of origin, these more recent projects reveal a profound change :
these activities are seen as temporary and they do not imply a return to Algeria. They involve solely
independent economic or professional activities initiated by individuals who, in some cases, are already
entrepreneurs in France. These activities are either considered to be supplementary or complementary
to an existent professional activity in France. They also show the role played by family members in
Algeria, as well as the years spent in France, which have altered the original migration project and, in
turn, influence the migrant's new professional project. Finally, the economic and/or professional ties
maintained with Algeria reveal three strongly interconnected elements : that the children of Algerian
immigrants claim the right to place in both French and Algerian society, the emergence of an economic
elite and «new» Algerian policy concerning this «second generation».
Resumen
Hijos de inmigrantes argelinos y país de origen Modos de relaciones económicas y profesionales.
Emmanuelle Santelli.
El objetivo de este artículo es presentar los modos de relaciones económicas y profesionales que los
hijos de emigrantes argelinos mantienen con su país de origen. Éstos varían según la época
considerada, el sexo y el estatus profesional en Francia. Las relaciones mantenidas en el pasado se
articularon de cuatro formas diferentes : estudios superiores realizados en Argelia, servicio militar,
empleos asalariados, estancias de varios añnos.
Hoy, si que se han constatado numerosas relaciones, los proyeetos económicos y profesionales lo son
todavía más. Revelan profundos cambios respecto a las relaciones precedentes : las actividades se
conciben como temporales, no implican un retorno a Argelia, conciernen exclusivamente a
independientes, debidas a la iniciativa de estos individuos que, en algunos casos, son ya empresarios
en Francia. Se consideran bien como suplementarias bien como complementarias de la actividad
profesional ejercida en Francia. Son testigo, de igual modo, del papel desempenado por los miembros
de la familia en Argelia y del nuevo proyecto profesional influido por los años pasados en emigración,
que han modificado el proyecto migratorio.
En definitiva, las relaciones mantenidas con Argelia revelan tres elementos estrechamente ligados
entre si : la reivindicación de un lugar aquí y allí, la emergencia de una elite económica, la nueva
política argelina con respecto a esta « segunda generación ».
Résumé
Les enfants d'immigrés algériens et leur pays d'origine Modes de relations économiques et
professionnelles.
Emmanuelle Santelli.
Cet article a pour objet de présenter les modes de relations économiques ou professionnelles
entretenues par les enfants d'immigrés algériens avec leur pays d'origine. Ils varient selon l'époque
considérée, le sexe et le statut professionnel en France. Les relations entretenues par le passé ont pris
quatre formes distinctes : les études supérieures réalisées en Algérie, le service militaire, les emplois
salariés, les séjours de quelques années.
Aujourd'hui, de nombreuses relations ont pu être constatées et les projets économiques ou
professionnels en direction de l'Algérie ou du Maghreb sont encore plus nombreux. Ils révèlent des
changements profonds en comparaison des relations précédentes : les activités sont envisagées
comme temporaires, elles n'impliquent pas un retour en Algérie, elles concernent exclusivement desactivités indépendantes à l'initiative de ces individus qui, dans certains cas, sont déjà entrepreneurs en
France. Les activités envisagées sont considérées soit comme supplémentaires, soit comme
complémentaires à l'activité professionnelle exercée en France. Elles témoignent également du rôle
joué par les membres de la famille en Algérie et du nouveau projet professionnel sous l'influence des
années passées en France qui ont modifié le projet migratoire. Enfin les relations entretenues avec
l'Algérie dévoilent trois éléments fortement liés les uns aux autres : la revendication d'une place ici et là-
bas, l'émergence d'une élite économique, la « nouvelle » politique algérienne à l'égard de cette «
deuxième génération »..
Revue Européenne des Migrations Internationales, 1 999 ( 1 5) 2 pp. 1 4 1 - 1 66 141
Les enfants d'immigrés algériens
et leur pays d'origine
Modes de relations économiques
et professionnelles
Emmanuelle SANTELLF
Le débat récurrent sur l'intégration des enfants de l'immigration maghrébine en
France tend à disqualifier les processus communautaires de maintien des appartenances
(M. A. Hily, M. Oriol, 1993). Seule la participation individuelle et active à la
collectivité nationale est valorisée afin de garantir une « bonne » intégration. En effet,
le modèle républicain d'intégration présuppose l'allégeance à la société française à
travers l'utilisation de la langue française, l'affaiblissement de la croyance religieuse, la
mise à distance de la communauté d'origine, etc., critères qui ainsi marqueraient la
volonté de s'intégrer. Dans ce contexte, le maintien des relations avec le pays d'origine
peut paraître suspect.
De nombreux chercheurs1 s'interrogent depuis quelques années sur les
relations établies entre la nation et « ses » étrangers/immigrés (qui sont d'ailleurs le
plus souvent des individus français dont les parents ont émigré) et ce qui constitue la
« spécificité » française en comparaison des autres pays européens (Angleterre,
Allemagne notamment). De plus, l'opposition entre appartenance nationale et
appartenance communautaire a pour résultat de dénier les liens que les individus, y
compris ceux qui ont la nationalité française, entretiennent avec leur pays d'origine, la
Université Lyon II Faculté d'anthropologie et sociologie 5, Avenue Pierre Mendès-France CP
11, 69676 Bron cedex, France. E-mail : emmanuelle.santelli@accesinter.com
D. Schnapper, La France de l'intégration Sociologie de la nation en 1990, Gallimard, Paris,
1991 ; E. Todd, Le destin des immigrés : assimilation et ségrégation dans les démocraties
occidentales, Seuil, Paris, 1994 ; V. de Rudder, « La recherche sur la coexistence
pluriethnique. Bilan, critiques et propositions », Espace et société, n° 64, 1991 ; M. Tribalat,
Faire France, La Découverte, Paris, 1995. Cette liste est bien entendu loin d'être exhaustive. 142 Emmanuelle SANTELLI
culture et la communauté maghrébine et/ou musulmane. Par l'imposition de cette
attitude manichéenne, il n'est pas admis que les individus puissent être « de France et
d'ailleurs »2. Cette définition substantielle de l'identité occulte le cheminement de ces
individus en France, à travers les multiples aspects de leur identité3. Ils sont le plus
souvent de nationalité française et peuvent considérer le pays de leurs parents comme
étant aussi leur pays, par le biais notamment des liens intergénérationnels. Est-ce cela
la « double identité »? A ce titre, l'identité ne paraît pouvoir se définir qu'à travers la
multiplicité qui s'exprime à différents niveaux du rapport espace/temps4.
Ce thème des relations dans l'espace communautaire/national, qui n'a pas été
directement l'objet de notre travail de recherche, est apparu à propos de la construction
des trajectoires socioprofessionnelles des enfants issus de l'immigration algérienne
(Santelli, 1997)5. Alors que le débat entretenu dans la société française au sujet de
l'intégration républicaine tend à occulter le cheminement migratoire et par extension
d'éventuels liens avec la société d'origine, mener la recherche en reliant les différentes
étapes constitutives de l'histoire migratoire permet de reconnaître les liens entretenus
avec la société d'origine, les immigrés et leurs enfants n'étant plus des êtres sans
histoire, se constituant à partir d'un vide géographique et social.
Au cours du travail sur les trajectoires socioprofessionnelles des cadres et des
entrepreneurs d'origine algérienne6, un certain nombre de liens ont été observés que ce
2 Cf. L. Missaoui, « Transferts technologiques en milieu rural tunisien à l'initiative de migrants :
trajectoires exemplaires et tendances générales », Espace et société, n°87, 1996, p. 39. Cet
auteur souligne la difficulté en France à considérer les relations que les migrants continuent
d'entretenir avec leur pays d'origine car cela nécessite de reconnaître la communauté, l'altérité,
en un mot, que les pratiques sociales ne sont pas univoques, or « les résistances sont fortes à
admettre que des territoires et des initiatives de l'étranger, fût-ce sous la forme de réseaux,
font réalité chez nous, dans une nation où la conception même de la citoyenneté, de l'identité
du plus grand collectif, ne laisse place qu'aux parcours d'identification individuels, jamais au
droit des communautés à demeurer dans une altérité relative ».
3 Comment reconnaître les sociabilités communautaires par exemple ? D'ailleurs dans l'ouvrage
de M. Tribalat (1996), le maintien des sociabilités communautaires est une preuve de non-
intégration, pour ne pas dire de mauvaise intégration.
4 Cf. les nombreux travaux d'A. Tarrius, notamment Anthropologie du mouvement, Paradigme,
Caen, 1989.
5 Cf. E. Santelli, 1997.
6 Seuls les individus occupant une profession classée parmi les Professions intermédiaires, les
Cadres et professions intellectuelles supérieures et les Artisans, commerçants et chefs
d'entreprise de la nomenclature de l'INSEE ont été retenus dans le cadre de cette recherche.
Cette population qui est en fait composée de deux sous-populations distinguées par le haut
niveau de qualification et/ou l'activité indépendante a en moyenne 35 ans en 1995 et les deux-
tiers sont de nationalité française. L'enquête a été réalisée auprès de 120 personnes,
principalement dans la région lyonnaise, au cours des années 1995-96. Elle s'articulait autour
de six thèmes : le parcours scolaire ; le statut et les éventuelles mobilités professionnelles ; la
famille (incluant notamment les thèmes suivants : les diplômes obtenus par les membres de la
famille, leur statut professionnel, le parcours résidentiel) ; les formes de sociabilité dont le
réseau des proches ; les relations entretenues avec le pays d'origine et des indications
REMI 1999(15) 1 pp. 141-166 Les enfants d'immigrés algériens et leur pays d'origine 143
soit par le passé, actuellement ou dans le cadre de projets pour l'avenir qui témoignent
des relations entretenues par ces individus avec leur pays d'origine. Il est tout d'abord
intéressant de constater que ces liens prennent des formes distinctes selon les périodes
considérées, le sexe et la position sociale des individus. Ainsi, après avoir analysé la
forme des relations entretenues avec l'Algérie, nous verrons en quoi elles constituent
une des composantes de la trajectoire socioprofessionnelle réalisée en France et ce
qu'elles mettent à jour, notamment l'émergence d'associations économiques. Cet article
tente de mettre en évidence les liens entretenus avec la société d'origine non pas de la
première génération7, mais bien de la deuxième génération -les enfants des immigrés
qui sont nés le plus souvent en France ; ce qui peut paraître une transgression vis-à-vis
de la manière très linéaire dont ont été considérés jusqu'à présent les parcours des
immigrés et leurs descendants dans la société française8.
Si l'ensemble des individus enquêtes résident aujourd'hui en France, l'Algérie
et/ou la relation au pays d'origine peut être présente de multiples manières. A l'instar de
G. Simon (1990), on constate que les liens avec le pays d'origine, loin d'être rompus,
ont pris au fil du temps de nouvelles configurations. Ainsi, notre propos dépasse
amplement le cadre des vacances passées au pays, tel que l'on se représente
communément ces les liens pour la génération des enfants de migrants.
De plus, les liens entretenus avec l'Algérie montrent, de manière exemplaire,
comment ces individus qui vivent en France et s'y engagent de multiples façons, sont
insérés dans des parcours sociaux complexes dans lesquels les différentes composantes
de leur histoire apparaissent. L'analyse de ces pratiques introduit alors aux concepts de
mobilité et d'identité qui donnent à percevoir toute la diversité des pratiques sociales au
niveau des différents territoires sociaux investis. Ainsi l'identité ne peut en aucun cas se
réduire à la question de la nationalité mais, bien au contraire, se définir dans la
mobilité.
Comment analyser par exemple le parcours d'un homme qui, durant plusieurs
années, a représenté en athlétisme les couleurs de son pays d'origine, son autre pays,
l'Algérie ? Ainsi, il a fait partie de l'équipe nationale algérienne, concourant sous le
drapeau algérien lors des compétitions nationales ou internationales. Tl passait alors de
fréquents séjours en Algérie, motivé aussi par l'idée d'un éventuel retour et/ou par le
concernant la famille en Algérie ; le conjoint). Ces thèmes, axés sur la trajectoire
biographique, ont été approfondis dans le cadre d'entretiens menés de manière très libre
auprès d'une quarantaine de personnes.
7 Cf. les travaux réalisés à Migrinter, en particulier ceux de G. Simon, E. Ma Mung, A. Tarrius
et L. Missaoui, « Transferts technologiques... », op. cit. En revanche, de la même manière que
ces sociologues et géographes, nous nous s'intéressons à la façon dont ces individus
deviennent entrepreneurs à partir de la France, de leurs cheminements scolaires,
professionnels, relationnels, urbains et à travers de multiples mobilités qui leur confèrent un
double statut de part et d'autre de la Méditerranée.
8 Cf. A. Sayad, « Les trois "âges" de l'émigration algérienne en France », Actes de la recherche
en sciences sociales, n°15, 1977.
REMI 1999(15) lpp. 141-166 144 Emmanuelle SANTELLI
projet politique des années 1970 qui ralliait alors de nombreux sympathisants. C'était
l'époque du socialisme et du tiers-monde, l'Algérie étant devenu le leader du
mouvement des « non-alignés »9. Si porter un maillot avec le drapeau algérien revêt un
caractère symbolique fort, motivé probablement par les raisons énoncées ci-dessus, ou
plus simplement par la reconnaissance d'une double appartenance, il n'en demeure pas
moins que simultanément notre interlocuteur menait sa carrière d'éducateur spécialisé
dans un quartier de la région lyonnaise, avant d'obtenir un poste de conseiller des
affaires sportives et sociales.
Il importe de distinguer les liens que la population enquêtée a eu par le passé,
ceux qu'elle a aujourd'hui et, éventuellement, ceux qui sont envisagés. Il faut tout
d'abord noter que par « lien », il est entendu toute les formes d'engagement qui ont
conduit les individus à aller en Algérie pour des raisons scolaires, professionnelles,
conjugales, familiales, politiques, militaires, sportives, affectives, culturelles... durant
une période plus ou moins longue. Le terme de relation pourra être également employé
car les différentes raisons évoquées instaurent des relations entre la personne concernée
et son pays d'origine. Enfin il faut insister sur la dimension temporelle : ces relations ne
postulent pas un retour au pays, elles peuvent n'impliquer que des séjours épisodiques,
réguliers ou non, ou sur une période déterminée.
LES RELATIONS ENTRETENUES PAR LE PASSE
Quatre formes de relations entretenues par le passé peuvent être retenues : les
études supérieures, le service militaire, l'emploi et les séjours effectués pour des causes
diverses (matrimoniale, quête d'identité, volontariat étudiant, participation à une équipe
sportive, etc.). Deux constats s'imposent. D'une part ces liens étaient étroitement
associés au projet du retour fortement entretenu par les parents et/ou à l'adhésion
intellectuelle et politique, c'est-à-dire la volonté de participer à la société qui
promulguait la révolution socialiste. D'autre part, ces différentes formes de liens
impliquaient le plus souvent une installation, plus ou moins durable, dans le pays
d'origine. Ainsi, le contexte politico-migratoire a été déterminant : faire partie des
« nouveaux cadres » dont l'Algérie indépendante avait besoin, ce qui permettait de plus
d'affirmer la réussite du père immigré, resté ouvrier, tout en s'inscrivant dans le projet
du retour tel qu'il était formulé par les immigrés. Un grand nombre de projets formulés
9 La conférence de Bandung, le 18 avril 1955, qui rassemblait les représentants de 29 pays
d'Afrique et d'Asie revendiquant la fin des régimes coloniaux et la reconnaissance de leur
émancipation politique et économique constitua l'amorce du mouvement dit des « non-
alignés », dont une des rencontres se tint à Alger en 1973. A l'heure de la décolonisation, de
l'affrontement Est-Ouest et du réveil du sentiment nationaliste, tous ces facteurs ont contribué
à la recherche d'une troisième voie à laquelle ces pays d'Afrique et d'Asie entendaient bien
participer, d'autant que les difficultés économiques auxquelles ces pays étaient confrontés
n'étaient pas absentes de leurs préoccupations. Cette situation, notamment à l'occasion de la
conférence qui se déroulait en Algérie, constitua pour quelques-uns des enquêtes le début de
leur engagement politique.
REMI 1999 (15) lpp. 141-166 Les enfants d'immigrés algériens et leur pays d'origine 145
en direction de l'Algérie10 s'insérait ainsi dans le contexte politique de l'Algérie post
coloniale et le projet du retour.
Les études supérieures
Réaliser ses études supérieures en Algérie constituait l'aboutissement d'une
éducation qui donnait comme acquis le retour dans le pays d'origine . La réalisation de
ce projet renvoie donc à un projet familial. Ce séjour de quelques années devait
constituer l'amorce du projet du retour au pays pour l'ensemble de la famille. Ce projet
avait pour particularité, pour ces jeunes, de pouvoir être réapproprié comme le leur : ils
ne rentraient pas en Algérie pour se soumettre à la volonté de leurs parents mais bien
pour y faire leurs études supérieures.
Pourtant, ce qui est présenté comme un choix individuel, y compris à travers la
justification politique, renvoie à des pratiques et une ambition familiales, alors que les
parents tardent à rentrer. Avoir l'un ou plusieurs de ses enfants qui mène(nt) des études
supérieures en Algérie est une manière d'affirmer la réussite sociale d'une part et le
maintien du projet du retour qui est constitutif à celui d'immigrer. C'est une manière de
faire allégeance à la « nouvelle société » en train de se construire, de participer à
l'euphorie des années qui ont suivi l'indépendance. Le consulat, en tant qu'instance
intermédiaire avec le gouvernement algérien, a eu un rôle décisif en incitant ces jeunes
à faire leurs études supérieures en Algérie grâce aux bourses financées par le
gouvernement algérien. Plusieurs rencontres étaient ainsi organisées pour informer les
personnes concernées, ce qui s'inscrivait alors dans le cadre de la politique algérienne
menée dans les années 1960-70.
Ces individus sont généralement rentrés en France peu de temps après leurs
études du fait du climat politique qui se dégradait.
Le service militaire
Pour les quelques hommes qui ont effectué leur service militaire en Algérie, il
semble que ceci ait été l'occasion de vérifier la faisabilité d'un projet professionnel ou
même d'un projet de vie. Passer deux ans en Algérie leur donnait l'occasion
d'expérimenter leur capacité à vivre dans ce pays, de conforter et de préciser leurs
projets. Ainsi, l'un d'eux, médecin-spécialiste diplômé en France, envisageait alors
d'exercer en Algérie. Sa femme, d'origine française, l'avait d'ailleurs accompagné
quelques semaines afin de voir dans quelle mesure leur installation pourrait avoir lieu.
10 Près d'un tiers de « l'échantillon » enquêté a réalisé l'un d'eux. Ainsi les liens avec l'Algérie
ont pu prendre l'une ou plusieurs de ces formes : études supérieures effectuées en partie ou en
totalité dans une université algérienne (4), travail salarié en l'Algérie durant quelques années
(11), séjours effectués dans le cadre du service national (9), enfin séjour d'un an minimum
suite à un mariage ou pour découvrir le pays, etc. (9). Et ils sont plus d'un tiers à avoir eu l'un
de ces projets sans pour autant l'avoir réalisé.
REMI 1999 (15) 1 pp. 141-166 146 Emmanuelle SANTELLI
En définitive, tous sont revenus à la fin de leur service national, certains avant.
Leurs projets n'ont donc pas vu le jour : la réalité politique et sociale les en a dissuadés.
En revanche, le lien entretenu avec l'Algérie le temps du service national témoigne que
l'Algérie a fait partie de l'horizon des possibles, voire des souhaitables, parmi les choix
à effectuer pour leur trajectoire sociale et professionnelle. Là encore, cette situation
résulte d'une confrontation entre le projet migratoire des parents, une aspiration à
contribuer au développement de leur pays et/ou une volonté d'être en conformité avec
ce qui a été constitutif de leurs identités culturelles et familiales.
Un emploi en Algérie
Les enquêtes sont en revanche plus nombreux à avoir été salariés durant
quelques années en Algérie. D'autres ont tenté d'y une expérience
professionnelle. Ils mettent généralement en cause le contexte politique (à partir des
années quatre-vingt) pour expliquer le non-aboutissement de leur projet ou encore
parce qu'ils ont appris qu'ils ne seraient pas employés dans leur région d'origine. Cela
revenait alors pour eux à émigrer en pays étranger. Les femmes ont aussi eu de
nombreuses hésitations car elles craignaient de ne pas pouvoir y vivre librement.
Ceux qui ont travaillé en Algérie ont occupé un emploi dans la fonction
publique, notamment dans l'enseignement, ou un poste technique dans une entreprise
privée. Ces emplois attestent d'une qualification de l'enseignement supérieur et d'un
statut de salarié. Leur recrutement en Algérie correspondait alors à un projet de vie. Il
témoigne également des contacts réguliers maintenus avec l'Algérie et les réseaux pour
trouver un emploi, notamment par le biais de la famille sur place. Cela correspond
également à une période d'enthousiasme et d'effervescence : on allait pouvoir participer
à la société en devenir.
Cette démarche professionnelle atteste de l'attente forte en terme de retour
dans le pays d'origine de la part de ces individus et de leur famille. Mais, du fait des
transformations de la société algérienne (progressivement manque de perspective en
terme d'emploi, de logement), les projets professionnels devinrent moins nombreux12,
et ceux qui furent salariés un temps ont cherché à revenir en France.
1 1 Parmi les individus enquêtes par questionnaire, quatre ont suivi la totalité de leurs études
supérieures en Algérie. Mais ils sont beaucoup plus nombreux à avoir tenté de le faire ou à en
avoir eu le projet. L'une des raisons de la non-concrétisation de ce projet a été l'obstacle de la
langue. En effet, le gouvernement a progressivement favorisé l'arabisation de la société, en
particulier dans le domaine scolaire. Plusieurs ont alors découvert, au moment où ils
prenaient connaissance des conditions pour leur inscription, que la filière envisagée était
désormais enseignée en arabe. Ceux-ci ont alors dû renoncer, ne maîtrisant pas ou
qu'imparfaitement cette langue.
12 Alors que la fin des études marquait le probable départ pour l'Algérie, c'est également
pendant ces années que le projet s'est modifié sous l'influence de différents facteurs. Il y a
d'abord eu la prise de conscience que les parents ne repartiraient pas, en tout cas pas tout de
suite, parce qu'il restait des plus jeunes frères et soeurs. Pour certains, la mise en couple a
REMI 1999(15) 1 pp. 141-166 Les enfants d'immigrés algériens et leur pays d'origine 147
« Cela faisait toujours partie des choses qu'on avait à l'esprit, donc
j'ai travaillé sur l'Algérie [au cours de sa thèse d'économie] , j'y suis allé deux
ou trois fois, quatre fois même à l'occasion de ma thèse (...) et quand j'ai
soutenu ma thèse, je suis retourné faire un tour en Algérie pour discuter avec
les dirigeants administratifs et scientifiques de la fac d'Alger où là ils m'ont
fortement déconseillé de venir (...). On regarde un petit peu toutes les
possibilités [en matière de recherche d'emploi], jusqu'au début des années
1980 il y avait toujours une possibilité mais c'était quand même beaucoup
moins présent, c'était beaucoup moins présent parce qu'entre temps je m'étais
marié en 1979 et j'ai eu mon premier fils en 1981, donc tout ça faisait que
j'avais de plus en plus construit ma vie et mon avenir en France. »
Les séjours de quelques années
Pour quelques individus, il est apparu indispensable de « s'immerger » dans
leur pays d'origine, durant plusieurs années, avant d'entreprendre toute autre démarche
en France. Avoir une expérience en Algérie, constitue une quête d'identité
déterminante, notamment afin de se sentir légitime en France, ce qui témoigne de
l'articulation entre les deux pans de l'histoire migratoire. C'est par exemple le cas d'une
jeune femme, prénommée Houria13, née en 1962 et qui considérait que toute son
histoire était étroitement liée à l'Algérie ; «j'ai été élevée dans le mythe de
l'indépendance ». Son père avait milité activement pour l'indépendance et ses deux
soeurs aînées résidaient en Algérie. Aller en Algérie lui permettait enfin de vivre ce
qu'elle avait le sentiment qu'on avait vécu à travers elle. Elle part donc s'installer durant
quatre ans en Algérie, où elle enseigne le français.
Là encore le projet migratoire des parents paraît avoir une action décisive. Le
retour, même temporaire, de l'un des enfants contribue à réaffirmer ce projet aux yeux
de la société d'origine, notamment des membres de la famille et d'autant plus que celui-
ci s'effectue dans un cadre déterminé par la réussite professionnelle. Ainsi, encourager,
ou ne serait-ce qu'inciter implicitement à ce retour, alimente les attentes nées de la
migration. Les enfants sont alors partie prenante de ce «fonctionnement à la dette »
(F. Bloch, M. Buisson, 1991) qui caractérise le processus migratoire.
Les nombreuses informations recueillies au sujet des relations qui les liaient à
l'Algérie démontrent l'ampleur et les répercussions qu'ont eues, sur une partie de notre
population, les discours politiques produits par le gouvernement algérien qui a instauré
un « régime socialiste révolutionnaire ». Quelques enquêtes ont par exemple passé une
partie de leurs vacances d'été à travailler avec des agriculteurs, sur les terres
constitué une étape supplémentaire renforçant leur installation en France. Enfin, la
dégradation de la situation politique algérienne, dès les années 1980, a contribué à ce qu'ils
remettent en cause durablement leur projet.
13 Ce prénom signifie Liberté : il a été tout particulièrement répandu après l'indépendance de
l'Algérie car, par extension, il est traduit par Indépendance. Cette personne l'a d'ailleurs
traduit ainsi.
REMI 1999(15) lpp. 141-166