Lire le Livre blanc du CNOM

Lire le Livre blanc du CNOM

Documents
20 pages
Lire
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Description

www.conseil-national.medecin.fr
Conseil national
de l’Ordre des médecins
180 boulevard Haussmann
75008 Paris
Tél. : 01 53 89 32 00
Fax : 01 53 89 32 01
conseil-national@cn.medecin.fr mai 2008
l 'in FOrmaT isaT iOn
d e la san Te
L e Livre Blanc du Conseil national de l'Ordre des médecins


Pr esen TaTiOn du Gr OuPe PilOTe du C nO m
sur la relanC e du dO ssier m édiCal Pers Onnel


COOrdina TiOn du Gr OuPe :
dr Jacques lu Cas ,
Vice-Président du Cn Om,
chargé de la télématique de santé,
cardiologie
Pays-de-Loire

COnseillers na TiOnaux membres du Gr OuPe :
dr Philippe biCle T
médecine interne, maladies de l'appareil digestif
Ville de Paris
dr Patrick bOueT
médecine générale
Seine-Saint-Denis et Val-d'Oise
dr Jean-François GuYOnnard
médecine générale
Bourgogne
dr Pierre JOuan
médecine générale
Provence-Alpes-Côte d'Azur
dr Jean-Jacques Kennel
Orl
Alsace
dr r obert ni COdeme
médecine générale, médecine appliquée aux sports
Midi-Pyrénées
dr François sTeFani
médecine générale
Basse-Normandie mai 2008
L'INFORMATISATION DE LA SANTE
ediTOrial
à faire entrer les médecins dans un système communicant à la l’implication du Conseil national de l’Ordre des mé-
hauteur des enjeux de la société de l’information.decins dans la construction du système d’information de
santé est guidée par les principes qui définissent son rôle
C’est par cette double implication que l’Ordre entend sou-dans la société : garantir la qualité de la médecine ...

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de lectures 142
Langue Français
Signaler un problème
www.consel-ntonl.edecn.fr
Co to  ’O  c 180 ov H 75008 P T. : 01 53 89 32 00 F : 01 53 89 32 01 co-to@c.c.f
mai 2008 l  'inFOrmaTisaTiOn  de la sanTe Le Livre Blanc du Conseil national de l'Ordre des médecins
  
 PresenTaTiOn du GrOuPe PilOTe du CnOm sur la relanCe du dOssier médiCal PersOnnel   
COOrdinaTiOn du GrOuPe : d Jc luCas, Vc-Pt  CnOm, chg   tt  t, coog            Pays-de-Loire   COnseillers naTiOnaux membres du GrOuPe : d Phpp biCleT mc t,   'pp gtf Ville de Paris d Ptck bOueT mc g Seine-Saint-Denis et Val-d'Oise d J-Fço GuYOnnard mc g Bourgogne d P JOuan mc g Provence-Alpes-Côte d'Azur  d J-Jc Kennel Orl Alsace d rot niCOdeme mc g, c pp  pot Midi-Pyrénées d Fço sTeFani mc g Basse-Normandie
mai 2008  L'INFORMATISATION DE LA SANTE
ediTOrial l’pcto  Co to  ’O  -à fre entrer les édecns dns un systèe councnt à l c   cotcto  ytè ’foto  huteur des enjeux de l socété de l’nforton. t t g p  pcp  fit o ô   oct : gt  t   c  C’est pr cette double plcton que l’Ordre entend sou- ct  cofic ov vc  ptt. tenr une relnce du projet de dosser édcl électronque sécursé orentée dns une voe confore à l relton éde-Les technologes de l’nforton prtcpent ujourd’hu à cn-ptent et à l rélté des prtques professonnelles. l’élorton de l qulté des sons. En jount de nère L’rchtecture proposée pr l’Ordre des édecns est fon-postve sur l tenue des dossers édcux, en fcltnt dée sur le respect des drots des ptents : drot d’ccès l’échnge et le prtge des données utles à l décson é- ux données prtgées, drot de chosr les professonnels dcle, en ugentnt l dsponblté et l rpdté d’ccès utorsés à prtger ces données, drot à l’oubl. à ces nfortons, ces technologes contrbueront de plus en Elle est égleent conçue de fçon à fvorser l’ppro-plus ux progrès de l édecne. Elles ne dovent ps pour prton des technologes de l’nforton pr les édecns. utnt être ses en œuvre sns l réflexon éthque qu po-sent les rsques qu’elles ferent peser sur les données ndv- L réusste du dosser édcl électronque exge qu’l sot duelles de snté et, prtnt de là, sur l confince ccordée rélsé pour les ptents, pr les édecns. ux édecns, grnts de leur confidentlté.
Pr son rôle de fédérteur des édecns, de toutes dsc-plnes et de tous secteurs, réuns utour des êes prncpes déontologques, le CNOm  l responsblté de s’engger dns les projets de systèe d’nforton de snté u no de l’venr scentfique, s dns le respect bsolu des lbertés ndvduelles.
il se oblse ujourd’hu totleent et concrèteent. Totle-ent : en soulgnnt que s coopérton psse nécessreent pr une ssocton étrote u dspostf rénové de gouvernnce des systèes d’nforton qu se ettr en plce. Concrète-ent : en pportnt s vson des éléents fondteurs ptes
d mch lg Pt  Co to  ’O  c
d Jc lc Vc-Pt  Co to  ’O  c, chg   tt  t
 
02
aGir  :  nOs  5 PrOPOsiTiOns
 
03
 
mai 2008  L'INFORMATISATION DE LA SANTE
1. assOCier l’Ordre des m deCins GOuVernanCe r nOV e a la des sYsT mes d’inFOrmaTiOn de sanT  Pour veiller à ce que l’évolution des systèmes d’information de santé soit conduite dans le respect des principes de la déontologie, l’Ordre a la responsabilité de participer à la nouvelle gouvernance qui se met en place. 2. Pr VOir eT Pr Parer les m Canismes d’aCCOmPaGnemenT au CHanGemenT Pour soutenir les efforts des médecins dans leur adoption des technologies de l’informa -tion, une politique active de dispositifs de formation et d'incitation est indispensable. 3. r aliser un dOssier sOCle eT un esPaCe sTruCTur de dOssiers COmmuniCanTs Pour permettre aux médecins d’avoir un accès rapide aux informations essentielles, l’Ordre des médecins recommande la définition d’un dossier socle synthétique et d’une architecture de liens vers des dossiers répartis, prenant appui sur les systèmes d’information déjà opérationnels en secteur libéral et hospitalier. 4. d VelOPPer la messaGerie PrOFessiOnnelle s Curis e Pour encourager la généralisation des dossiers médicaux informatisés, l’Ordre des médecins mettra en œuvre tous les moyens à sa disposition pour favoriser l’usage de la messagerie professionnelle sécurisée par tous les médecins. 5. adaPTer les TexTes r GlemenTaires  Pour faciliter le déploiement de systèmes d’information de santé fiables, sûrs et qui soient adoptés par l’ensemble des acteurs, l’Ordre des médecins se propose de contribuer à toute réflexion visant à faire évoluer le cadre juridique des dispositifs concernés.
en œuvre ;  Co  vc ’ agc po  voppt  ytè ’foto  t ptg , utorté de îtrse d’ouvrge unque des fonctons essentelles u déve -loppeent de ces systèes d’nforton. Le nouvel orgnse regroupert le GiP-DmP, l coposnte du GmSiH chrgée de l’élborton des référentels d’nteropérblté et le GiP-CPS (dont le CNOm est ebre fondteur). Ces propostons soulgnent l légtté nsttutonnelle de l’Ordre à représenter l’enseble des édecns u sen des nstnces de décson et de consultton qu devrent se ettre en plce. Le CNOm consdère en effet qu’l  l responsblté de prtcper, u no des édecns, à l nouvelle gouvernnce des systèes d’nforton de snté dns leur enseble, u-delà du seul projet ntonl de dosser nfortsé.  Ces systèes d’nforton de snté sont u cœur de l trnsforton du systèe de sons frnçs. L’Ordre dot être à êe de veller, conforé -ent à ses ssons légles, que cette trnsforton n’ltère ps l qulté de l’exercce édcl. il s’gt là d’une cond-ton nécessre pour sseor ces projets sur l confince en les nscrvnt, dns l durée, sur des bses éthques et déontologques soldes. L’plcton du CNOm dot être renforcée ujourd’hu, en rson de l plce crossnte occupée pr les
l’fotto   t ’t prévot d’y pporter s plene coll - j’à pt  è borton, vec l’objectf de veller oc, o  og  pojt u respect des prncpes fondteurs p chp ’ctvt. d c fft du Code de déontologe édcle. pojt ot g  gc  cohc  à  ojctf  i ot oc vc têt  pco -t p. to p p  m o Les prncples coposntes du systèe  c  ggè ’oc d’nforton de snté nquent encore ’O  c à to v de coordnton. ms l’Étt  prs  ov potf  govc :  l esure des ttentes exprées pr l’enseble des cteurs en fveur d’un –   Cot  vc th plotge ffiré. De nobreux rpports  ytè ’foto  t . ont s en luère l nécessté de structurer Cette utorté consulttve urt voc -l’cton publque dns un prtenrt ton à se substtuer à l’ncen Coté étrot vec les cteurs concernés. Les d’gréent des hébergeurs de données dernères recondtons élborées de snté, tout en ssunt des ssons à l dende du nstère de l Snté plus lrges pusqu’elle pourrt jouer (msson de relnce du projet de D mP) un rôle d’nstnce de recours et recevor portent ns sur une gouvernnce des plntes des usgers ; « refondée » et définssent les fonctons ’ lle dot ssurer. Le CNO m entend –  Co to  ytè qu e être nturelleent prte prennte ’foto  t . Cet orgne de l nouvelle gouvernnce qu v être de décson urt pour foncton prn -décdée pr les pouvors publcs et cple de définr l strtége ntonle
04
PrOPOsiTiOn 1 assOCier les mdeCins  a la GOuVernanCe r nOV e des sYsT mes d’inFOrmaTiOn de sanT …
  see snté et den usepvrsrel  reèe  dstsyesèd rofntd no ten
05
… qui exiGe la d TerminaTiOn d’ObJeCTiFs Clairs eT r alisTes
technologes de l’nforton dns sur l cohbtton délcte entre des le systèe de sons et de l’nfluence objectfs de coordnton et de qulté qu’elles peuvent exercer sur l’orgns - des sons et des objectfs de îtrse ton des sons, les prtques édcles. éconoque des dépenses de l’assu-C’est pourquo, l ffire qu’l devr rnce lde u rsque de provoquer être présent et ctf, là où les orent - une certne confuson dns les esprts. tons et les décsons seront prses, outre S prtcpton u retour à l’équlbre les nstnces de concertton ou les des coptes de l’assurnce lde groupes de trvl uxquels l  prtcpé  en outre suscté l perplexté. jusqu’lors (à l’nstr du Coté d’orent - Sur ce pont, l concluson de ton du GiP-DmP). l revue de projet sur le D mP, publée en novebre 2007,  d’lleurs été l CnOm ot vc tfcto nette : « Les éconoes à ttendre   co  ft jo du DmP sont ncertnes, et en tout ctt to   ct cs lontnes. »  ct  pojt to  ’j   t  o L’Ordre dhère ux prncpes d’cton ppot  ptt.  posés pr l msson de relnce Le projet DmP, u cœur des trvux fin d’ssurer les condtons de succès sur l'nfortston de l snté, du projet, et tout prtculèreent  en effet choppé jusqu’à présent le preer prncpe qu ffire :  Le CNOM prévoit d'apporter sa pleine collaboration à la nouvelle gouve ce décidée par les pouvoirs publics, avec l'ronbajenctif qduei  vveai llêetrr e dau respect des principes fondateurs du Code de éontologie médicale.
mai 2008  L'INFORMATISATION DE LA SANTE
« Conçu pour élorer l coordnton et l qulté des sons, le DmP dot d’bord être un outl utlsé pr les professonnels de snté. » il tent à soulgner que ce pont de vue est prtgé pr les représentnts de ptents. Dns un counqué récent, le Collectf nterssoctf sur l snté (CiSS) rppelle une de ses ttentes en ces teres : « Fre du DmP un outl de l coordnton et de l qulté des sons u profit d’un ptent pr le prtge des données pr ceux qu’l  utorsés. » l CnOm t tttf à c   cotcto  ov pojt  to p   c  ot tî ’chc  dm P :   une denson technque prvlégée u détrent de l réflexon sur les fondentux ; – un clendrer ntenble, déconnecté de l rélté des prtques professon -nelles et du degré de turté dns l’utlston des technologes de l’nfor -ton, à l’hôptl coe en vlle.  Pour l’Ordre, des objectfs clrs et rélstes reposent sur : – l prorté ccordée à l coun -cton entre professonnels plutôt qu’à l consttuton d’un entrepôt de données ; – l bton de ettre en œuvre un dosser sncère utle ux sons quotdens ou en cs d’ gence, ur plutôt qu’exhustf ; – l îtrse d’un clendrer bsé   sur l progressvté et l’évolutvté. il est urgent de consolder d’ bord   ce qu peut fonctonner, vec l’dhéson coune des ptents et des édecns.
 3 %elpone tnu  Tnds que 2dn.dree -ssrgeste 
06
l coto c po dns leur dopton des technologes ’ccptto  chgt t de l’nforton. p ’tocto  tchoog  ’foto  ’cc  - l foto c ot t pp gèt Les ndcteurs du Broètre i psos/ p  c p ’oc GiP-DmP (novebre 2007) donnent  pojt  dmP : pct t go-l esure des besons. o, v ’g, gt  pcp th t otoog. Un édecn sur deux ssure se sentr à l’se vec l’nfortque. Les recondtons énoncées pr – 30 % de plus estent en vor l îtrse  le CNOm (supra) dovent concourr tout en ynt encore beucoup u succès des trnsfortons en cours. de choses à pprendre. ms elles ne suffiront ps sns éc - – 20 % se déclrent débutnts nses spécfiques d’ccopgneent ou envsgent de s’y ettre. u chngeent. – 18 % des édecns nterrogés pour ce êe Broètre ffirent utlser Le CNOm veller à ce que des une essgere sécursée pour échnger dspostfs de forton et d’nctton des nfortons édcles vec soutennent les efforts des édecns des confrères.
L’acdée ntonle de édecne s’est réceent ntéressée ux « Données ndvduelles de snté » (sénce du 5 févrer 2008). appelnt à l’utlston de ces données dns le cdre de l recherche épdéologque, elle  uss proposé des recondtons en tère de forton ntle. Elle conselle de « Forer les étudnts en édecne dès le DCm2 à l’utlston des données ndvduelles de snté qu vont lenter le DmP. Cette forton prtculère devrt fre l’objet d’un contrôle lors de l’exen ntonl clssnt de fin d’études. » L forton contnue érte égleent d’être encourgée. En 2007, 1 826 édecns ont bénéficé d’une For -ton professonnelle conventonnelle à l’nfortque pplquée à l prtque édcle ( Quotidien du médecin , 25 septebre 2007).
l’ctto Des procédures d’hoologton et de certficton sont déjà en œuvre pour l’nfortque de snté.
Le CNOm nvte d’lleurs les édecns à consdérer que leur forton à l’utl -ston de ces technologes ft prte ntégrnte de leur forton à l’élo -rton de l qulté des sons. a cteurs d’un secteur ssveent producteur et utlsteur d’nfortons, ls sont enés à îtrser les outls perettnt le recuel, l geston et l councton de ces nfortons.
appliqfEuné e2m 0àat 0il7oa, n sp erpuarltosif qe1us es8i 2om6n énmdeilécleda leeàc. i ln'isn foonrt mbaétinqéuec i é d'une or
PrOPOsiTiOn 2 Pr VOir eT Pr Parer les m Canismes d’aCCOmPaGnemenT au CHanGemenT
07
Les solutons de essgere sécursées sont hoologuées pr le G iP-CPS, fin de grntr leur nteropérblté. Coe l lo d’oût 2004 l’y nvtt, l Hute autorté de snté s’est enggée dns l certficton des logcels d’de à l prescrpton. Le CNOm observe que, de fçon générle, les cteurs (ndustrels coprs) exprent des ttentes vs-à-vs d’une poltque de certficton des solutons logcelles coerclsées uprès des professonnels de snté et étblsseents. l CnOm  ’ flo ot  à  fo – sur l fsblté et le pérètre d’une certficton gudnt les édecns dns leurs chox de solutons (logcels éter ntégrnt le dosser socle, pr exeple, ou l essgere sécursée) ; – et sur des écnses d’nctton qu pourrent correspondre à l prse en chrge des coûts de se à jour de solutons hoologuées et/ou certfiées. Des dérches slres ont vu le jour dns d’utres pys européens. En Grnde-Bretgne, les logcels éd -cux sont ccrédtés pr les utortés. En Belgque, une pre nnuelle est versée ux édecns qu utlsent un logcel certfié.
mai 2008  L'INFORMATISATION DE LA SANTE
Le CNOM invite les médecins à ià tl'égirliacsnoattnieso idnd eé drleee ru crqe fsu otere lcehunro floorgimesa tfiaoint  p artie ut n mation à l'améliora -tion de qualité des soins. Acteurs d’un secteur massivement produc -teur et utilisateur d’informations, ils sont ltaieo mrnee ncduéese  iclà,e  sl mai nagfîtoersritsimeoran tl ieoestn  lso.a u tcilos mpmerumniecttaa-nt  
08
dOssier POur la relanCe du dOssier mediCal PersOnnel