17212-cours-7
7 pages
Français
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

17212-cours-7

-

Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres
7 pages
Français

Description

784.4 DÉTERMINATION DU RISQUE :Risque :Probabilté qu’un événement se réalise. Le risque qu’un événement (épidémie,dommage, dégât, etc.) se réalise n’est en aucune façon relié à la sévérité du problème.Détermination du risque :détermination des conditons favorisant la réalisation d’un événement.4.4.1 Variables utilisées pour la détermination du risque :A) facteurs de site :. sol : structure, chimie, roche mère, topographie (élévation, pente,exposition);. patron climatique régional : précipitation, radiation solaire, vent;. type d’habitat : nutriment, eau, température. Le type d’habitat est déterminé parles caractéristiques de sol et du patron climatique régional. Chaquecomposante du type d’habitat (nutriment, eau, température) peut avoir des efets directs sur l’insecte ou encore des efets indirects en agissant sur l’insecte par l’intermédiaire de la plante hôte.Les sites marginaux comme les sols pauvres mal ou excessivement drainés sontsouvent des zones à haut risque de dégâts entomologiques. Par exemple, la forêt deSpruce Wood au Manitoba est soumise à des épidémies chroniques de TBE. Lestempératures élevées et les stress hydriques chroniques qui prévalent dans cette forêtsont les principales causes de cette situation. Dans le cas du perce-pousse européendu pin qui attaque les pousses terminales du pin rouge, les plus hauts risques dedommages se retrouvent dans les sites les plus xériques.Perce-pousseeuropéen du pin(annexe 9-88)Il est important ...

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de lectures 108
Langue Français

Exrait

78 4.4 DÉTERMINATIONDU RISQUE : Risque :Probabilité qu’un événement se réalise. Le risque qu’un événement (épidémie, dommage,dégât, etc.) se réalise n’est en aucune façon relié à la sévérité du problème. Détermination du risque :détermination des conditions favorisant la réalisation d’un événement. 4.4.1 Variablesutilisées pour la détermination du risque : A) facteursde site : . sol: structure, chimie, roche mère, topographie (élévation, pente, exposition); . patronclimatique régional : précipitation, radiation solaire, vent; .type d’habitat : nutriment, eau, température. Le type d’habitat est déterminé par les caractéristiques de sol et du patron climatique régional. Chaque composante du type d’habitat (nutriment, eau, température) peut avoir des effets directs sur l’insecte ou encore des effets indirects en agissant sur l’insecte par l’intermédiaire de la plante hôte. Les sites marginaux comme les sols pauvres mal ou excessivement drainés sont souvent des zones à haut risque de dégâts entomologiques. Par exemple, la forêt de Spruce Wood au Manitoba est soumise à des épidémies chroniques de TBE. Les températures élevées et les stress hydriques chroniques qui prévalent dans cette forêt sont les principales causes de cette situation. Dans le cas du percepousse européen du pin qui attaque les pousses terminales du pin rouge, les plus hauts risques de dommages se retrouvent dans les sites les plus xériques.
Percepousse européen du pin (annexe 988)
Il est important de réaliser que l’impact des facteurs de site sur le risque est fonction de l’insecte et de l’essence sur laquelle il évolue. Par exemple, un site xérique pour le frêne noir peut être très humide pour l’épinette blanche.
B) facteursde peuplement : . structure(âge et densité) et composition forestière
79
Dans le cas de la TBE, les risques de dommagesaugmentent avec l’âge du peuplement, sa densité et la proportion de sapin. C)facteurs d’arbre : . âge . vigueur 4.4.2Méthode d’évaluation du risque: 4.4.2.1Modèle de classification : .Ce type de modèle est utilisé lorsqu’on est en présence de variables qualitatives ou difficilement traitables par méthode statistique. Bien qu’ils donnent de bonnes indications permettant de réduire les niveaux de risque, ces modèles sont généralement assez imprécis. . Exemplede modèle de classification pour déterminer les risques de dommage causés par le passage d’une épidémie deTBE. Les peuplements à plus haut risque sont ceux ayant les caractéristiques suivantes : proportion élevée de sapin, peuplement âgé, couvert dense, site xérique ou mal drainé, printemps chaud et sec. À partir de ces informations, on peut bâtir un modèle de classification à cinq variables. Pour faciliter la compréhension de ce type de modèle, prenons le cas où on choisit deux variables (densité et proportion de sapin) de façon à construire un modèle à deux variables.
%sapin 525% 2650% 5175% 76100%
densité du couvert 525% 2650%5175% 76100% 1 23 4 2 46 8 3 69 12 4 812 16
N.B. : Les cotes de risque sont arbitraires et considèrent que la proportion de sapin et la densité du couvert ont le même poids dans la détermination du risque.
4.4.2.2 Modèlemathématique :
. fonctions logistiques
.elles permettent de trouver la probabilité qu’unévénement se réalise
X . ex : P=1/[1 + e]
P=probabilité qu’un arbre meurt X=b1 x1 + b2 x2 +...+ bn xn
ex. : x1=âge de l’arbre x2=diamètre au DHP
. fonctions discriminantes
80
.elles permettent, à partir d’une variable oui/non (ex.vivant ou mort) et d’une sériede variables de site, hôte etc., d’obtenir un score discriminant qui nous informera sur lerisque que l’événement en question (ex. mortalité) se réalise;
. ex: risque de mortalité induite par le dendroctone méridional du pin
Y = 1.5 X1 + 0.93 X2  3.3 X3 + 64.3 X4 X1 = surface terrière totale X2 = surface terrière en feuillus X3 = âge moyen du peuplement X4 = largeur des dix derniers cernes de l’arbre auDHP
Y < 1 => risque élevé 1 < Y < 100 => risque modéré Y > 100 => risque bas
Dendroctone méridional du pin (annexe 989)
. régression linéaire
81
. Cettetechnique permet de prédire des indices de risque ou encore des niveaux demortalité ou de défoliation à partir d’un certain nombre de caractéristiques fortementcorrélées avec la variable que l’on veut prédire.
. ex.IV=indice de vulnérabilité à la TBE (risque demortalité)
IV = (Cv Cm) + Cv2 + Cc
3 Cv = cote de volume en sapin et en épinette blanche (18 (4=28 m /ha)) Cm = cote de maturité (1=120, 2=2140, 3=40 et +) Cv2 = cote de volume en épinette rouge et noire (110 (Cv2=0 si Cv>4) Cm = cote de climat (0 (frais et humide)8 (chaud et sec))
IV > 15 risque élevé 8<IV<15 risque modéré IV<8 risque bas
4.4.2.3 Modèlegraphique :
. lesmodèles graphiques sont souvent pratiques pour classifier des niveaux de risque. Ex. classificationdu risque d’épidémie du dendroctone du pinPonderosa.
Y = % de surface terrière avec phloème > 0.1 pouce d’épaisseur X = (rapport de croissance périodique/(compétition de cime x % pin ponderosa)), âge > 60
A = risque élevé B = risque modéré C = risque bas
Y
X
82 4.4.3Application des principes d’évaluation de risque au système de prise de décision d’arrosagevisant à réduire les dommages infligés par la TBE : L’arrosage a pour but de maintenir les arbres en vie Les cinq derniers verticilles contribuent à la photosynthèse
Épinette blanche année courante (1) > 37% année 2> 27% année 3> 19% année 4> 11 % année 5> 6% (annexe 990)
Le risque de mortalité est fonction de la perte du pouvoir photosynthétique anticipée
risque de mortalité
bas faible moyen élevé extrême
perte du pouvoir photosynthétique
048% 4962 % 6373% 7489% 90100%
On arrose lorsque le risque anticipé est faible ou moyen car, audessus de ces seuils,les arbres vont probablement mourir quelle que soit l’intervention.
Exemple: On prévoit que les épinettes blanches du peuplement A seront défoliées à 100% en 1992 tandis que celles du peuplement B le seront à 50%. Compte tenu que les épinettes du peuplement A ont été défoliées à 100% en 1988 et celles du peuplement B en 1991 et en 1989, quel peuplement sera arrosé en 1992 ?
PERTES EN POUVOIR PHOTOSYNTHÉTIQUE DISPONIBLE EN 1992 VERTICILLE PEUPLEMENTA PEUPLEMENTB
1991 0% 1990 0% 1989 0% 1988 6%  TOTAL 43% Le peuplement B sera arrosé.
= 27% 0% 11% 0%  56.5%
83 4.5 ÉVALUATIONÉCONOMIQUE : Définition :l’évaluation économique consiste à déterminer si le coût relié à la lutte est inférieur ouégal à la valeur sauvée par l’intervention. Seuil économique :Coût de la lutte = Valeur sauvée par l’intervention
4.5.1Processus de l’évaluation économique:
Variables nécessaires à l’évaluation économique :
. coût de la lutte
. données de l’évaluation biologique
. valeur des pertes : celleci doit correspondre à la valeur actualisée (en dollars courants) des pertes anticipées au moment de la récolte
. pour calculer cette valeur, on utilise la formule suivante :
n C0= Cn/ (1+i)
Exemple : Si on protège les arbres, on obtiendra 100 $/ha de plus lors de larécolte dans 10 ans. Combien d’argent peuton investir en protection aujourd’hui ? (taux d’intérêt i=6%)
n=10, Cn=100, i=0.06
10 C0= 100 / (1+0.06)=56 $/ha
Si maintenant on prévoit récolter les arbres dans 50 ans, combien peuton investir en protection aujourd’hui?
(annexe 885)
50 C0= 100 / (1+0.06)=5 $/ha
4.5.2Facteurs influençant l’évaluation économique:
.Délai souvent important entre l’évaluation et la récolte. Ceci rend souvent difficile laquantification des taux d’intérêt à utiliser de même que la valeur et la nature des marchés qui seront disponibles au moment de la récolte.
. Lesvaleurs intangibles sont multiples et parfois difficilement quantifiables. (Habitat faunique, etc.)
. Possibilitéde controverse dans la détermination des revenus indirects générés par la ressource exploitée
. Lesimpacts négatifs sur une essence peuvent se traduire par des effets positifs sur une autre.
. Distanceentre la ressource et le marché.
. Typesde dégâtsl’utilisation de la ressource. Par exemple, un insecte qui vs influence laforme d’un arbre aura peu de conséquences pour l’industrie papetière mais les effets surl’industrie du sciage peuvent être considérables.
.Le type d’aménagement préconisé:
. aménagement extensif (forêt boréale) . aménagement intensif (forêt méridionale et plantations) . aménagement en milieu urbain (valeur sentimentale, qualité de l’air, etc.)
4.5.3Relation entre les dégâts et la capacité de support de l’hôte:
. dégâttolérable > perte < surplus de production (ex. défoliation de 20% du feuillage de l’année courante d’unrésineux)
. dégâtcritique > surplus de production < perte < productivité totale (ex. défoliation de 90% du feuillage de l’année courante d’un résineux (TBE))
. dégâtintolérable > perte > productivité totale (ex. défoliation du feuillage de l’année courante et des années antérieures chez un résineux (arpenteuse de la pruche))
Arpenteuse de la pruche
(annexe 991)
84
  • Accueil Accueil
  • Univers Univers
  • Livres Livres
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • BD BD
  • Documents Documents