Étude sur les mesures de prévention et de contrôle du Staphylococcus  aureus résistant à la méthicilline
49 pages
Français
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Étude sur les mesures de prévention et de contrôle du Staphylococcus aureus résistant à la méthicilline

-

Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres
49 pages
Français

Description

Étude sur les mesures de prévention et de contrôle du Staphylococcus aureus résistant à la méthicilline (SARM) appliquées dans les centres hospitaliers de soins aigus du Québec 2009 INSTITUT NATIONAL DE SANTÉ PUBLIQUE DU QUÉBEC Étude sur les mesures de prévention et de contrôle du Staphylococcus aureus résistant à la méthicilline (SARM) appliquées dans les centres hospitaliers de soins aigus du Québec 2009 Direction des risques biologiques et de la santé au travail Septembre 2010 AUTEUR Comité de surveillance provinciale des infections nosocomiales (SPIN-SARM) RÉDACTEURS Lise-Andrée Galarneau, Centre hospitalier régional de Trois-Rivières Isabelle Rocher, Institut national de santé publique du Québec Josée Massicotte, Agence de la santé et des services sociaux de la Montérégie/Direction de santé publique Charles Frenette, Centre universitaire de santé McGill Anne Fortin, Institut national de santé publique du Québec AVEC LA COLLABORATION DE Marie Gourdeau, Centre hospitalier affilié universitaire de Québec (CHA) – Pavillon Hôpital Enfant-Jésus Rodica Gilca, Institut national de santé publique du Québec Danielle Goulet, Institut universitaire de cardiologie et de pneumologie de Québec Andrée Larose, Centre hospitalier de l’Université de Montréal (CHUM) – Hôpital Saint-Luc Brigitte Lefebvre, Institut national de santé publique du Québec Danielle Moisan, Centre régional du Grand-Portage Et les membres du Comité des ...

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de lectures 226
Langue Français

Exrait

 
 
Étude sur les mesures de prévention et de contrôle du Staphylococcus aureus résistant à la méthicilline (SARM) appliquées dans les centres hospitaliers de soins aigus du Québec
2009
INSTITUT NATIONAL DE SANTÉ PUBLIQUE DU QUÉBEC
 
 
Étude sur les mesures de prévention et de contrôle du Staphylococcus aureus résistant à la méthicilline (SARM) appliquées dans les centres hospitaliers de soins aigus du Québec
2009
Direction des risques biologiques et de la santé au travail
Septembre 2010
 
A UTEUR  Comité de surveillance provinciale des infections nosocomiales (SPIN-SARM) R ÉDACTEURS  Lise-Andrée Galarneau, Centre hospitalier régional de Trois-Rivières Isabelle Rocher, Institut national de santé publique du Québec Josée Massicotte, Agence de la santé et des services sociaux de la Montérégie/Direction de santé publique Charles Frenette, Centre universitaire de santé McGill Anne Fortin, Institut national de santé publique du Québec A VEC LA COLLABORATION DE  Marie Gourdeau, Centre hospitalier affilié universitaire de Québec (CHA)  Pavillon Hôpital Enfant-Jésus Rodica Gilca, Institut national de santé publique du Québec Danielle Goulet, Institut universitaire de cardiologie et de pneumologie de Québec Andrée Larose, Centre hospitalier de lUniversité de Montréal (CHUM)  Hôpital Saint-Luc Brigitte Lefebvre, Institut national de santé publique du Québec Danielle Moisan, Centre régional du Grand-Portage Et les membres du Comité des infections nosocomiales du Québec (CINQ) M ISE EN PAGES  Sonia Beaugendre, Institut national de santé publique du Québec  
 
Ce document est disponible intégralement en format électronique (PDF) sur le site Web de l’Institut national de santé publique du Québec au : http://www.inspq.qc.ca.  Les reproductions à des fins d’étude privée ou de recherche sont autorisées en vertu de l’article 29 de la Loi sur le droit d’auteur. Toute autre utilisation doit faire l’objet d’une autorisation du gouvernement du Québec qui détient les droits exclusifs de propriété intellectuelle sur ce document. Cette autorisation peut être obtenue en formulant une demande au guichet central du Service de la gestion des droits d’auteur des Publications du Québec à l’aide d’un formulaire en ligne accessible à l’adresse suivante : http://www.droitauteur.gouv.qc.ca/autorisation.php, ou en écrivant un courriel à : droit.auteur@cspq.gouv.qc.ca.  Les données contenues dans le document peuvent être citées, à condition d’en mentionner la source.  D ÉPÔT LÉGAL  1 er TRIMESTRE 2011 B IBLIOTHÈQUE ET A RCHIVES NATIONALES DU Q UÉBEC  B IBLIOTHÈQUE ET A RCHIVES C ANADA  ISBN :  978-2-550-61024-3  ( VERSION IMPRIMÉE ) ISBN :  978-2-550-61025-0  (PDF) ©Gouvernement du Québec (2011)  
Étude sur les mesures de prévention et de contrôle du Staphylococcus aureus résistant à la méthicilline (SARM) appliquées dans les centres hospitaliers de soins aigus du Québec : 2009   FAITS SAILLANTS Le taux de participation à létude fut excellent, 90 % des centres sollicités ont complété le questionnaire. Ces centres hospitaliers (90 % des CH et 96 % des CHU) représentent 86 % des lits de courte durée au Québec.
Au moment de létude, soit entre juin et septembre 2009, on dénombre 193 professionnels en prévention des infections correspondant à 177 équivalents temps plein (ETC), soit 2 fois plus quen 2004.
Quatre-vingt-trois des 84 centres hospitaliers (99 %) ont un protocole de dépistage du SARM à ladmission.
Le dépistage ciblé de la clientèle à l'admission selon les facteurs de risques recommandés sont appliqués dans plus de 90 % des hôpitaux. Cependant, on constate que 45 % des centres appliquent des mesures de dépistages universel à leur clientèle à l'admission ce qui est non conforme avec les recommandations de 2006.
La mesure ayant connu la plus grande amélioration à la suite de la parution des lignes directrices de 2006, est le dépistage en cours dhospitalisation. Cest maintenant 94 % des hôpitaux qui ont un protocole de dépistage en cours dhospitalisation comparativement à 53 % en 2004. Cependant, les politiques de dépistage en cours dhospitalisation demeurent sous optimales dans les unités de soins intensifs ou lors du diagnostic dun nouveau cas sur une unité de soins.
Bien quil soit clairement démontré limportance de réaliser des activités de surveillance des processus cest-à-dire dévaluer lapplication des mesures de prévention, nous constatons que seulement 24 % des centres ont réalisé un audit interne portant sur lapplication des mesures de dépistage dans leur installation au cours de la dernière année.
Pour ce qui est de lapplication des précautions additionnelles recommandées, seulement 44 % des centres hospitaliers ont évalué lobservance de lhygiène des mains parmi leur personnel au cours des douze mois précédant létude. Cela représente toutefois une amélioration comparativement en 2004.
Le regroupement des cas porteurs de SARM dans une unité de soins dédiée ou dans une section dune unité de soins avec ou sans personnel dédié semble encore difficile à instaurer puisque la mise en place de cette mesure est semblable à ce qui était observé en 2004 (65 % en 2009 comparativement à 59 %).
Le fait marquant de cette étude est que 58 % des centres hospitaliers avaient un taux de prévalence de patients porteurs de SARM (colonisés ou infectés) de moins de 5 % parmi leur clientèle hospitalisé au moment de létude. Il est important de souligner que ces centres présentent un taux moyen dincidence des bactériémies à SARM parmi les plus bas, une moyenne plus élevé de prélèvements pour dépistages par séjour hospitalier et que 73 %
Institut national de santé publique du Québec
I
Institut nationas ed lalbup étnu  dueiq ecébQu
Finalement, 92 % des répondants ont mentionné avoir de lintérêt à participer à un programme provincial de surveillance du SARM qui inclurait la surveillance de tous les nouveaux cas de SARM (colonisés et infectés) dacquisition nosocomiale.
Quatre-vingt-quinze pourcents (95 %) des centres hospitaliers calculent périodiquement (annuellement ou périodiquement) leur incidence dacquisition du SARM et diffusent ces données de surveillance aux gestionnaires de leur établissement.
  dentre eux admettent les patients identifiés porteurs de SARM dans une cohorte sur une unité de soins distincte ou dans une section dunité.
 II
Étude sur les mesures de prévention et de contrôle du Staphylococcus aureus résistant à la méthicilline (SARM) appliquées dans les centres hospitaliers de soins aigus du Québec : 2009
Étude sur les mesures de prévention et de contrôle du Staphylococcus aureus résistant à la méthicilline (SARM) appliquées dans les centres hospitaliers de soins aigus du Québec : 2009   TABLE DES MATIÈRES LISTE DES TABLEAUX ..........................................................................................................V  INTRODUCTION ...................................................................................................................... 1  MÉTHODE ............................................................................................................................... 3  1  RÉSULTATS .................................................................................................................... 5  1.1  Ressources en prévention des infections ............................................................... 5  1.2  Activités de surveillance pour identifier les réservoirs ............................................ 6  1.2.1  Dépistage du SARM .................................................................................. 6  1.2.2  Nombre de prélèvements pour dépistages................................................ 8  1.2.3  Point de prévalence de porteurs de SARM ............................................... 9  1.2.4  Sites anatomiques pour le dépistage....................................................... 10  1.2.5  Application des mesures de dépistage .................................................... 10  1.3  Mesures de prévention et de contrôle .................................................................. 11  1.3.1  Précautions additionnelles de contact ..................................................... 11  1.3.2  Cohorte de cas et unité dédiée................................................................ 11  1.3.3  Mesures spécifiques ................................................................................ 12  1.3.4  Formation du personnel........................................................................... 12  1.3.5  Autres stratégies de réduction du réservoir ............................................. 12  1.3.6  Durée des précautions additionnelles de contact .................................... 13  1.4  Ressources et surveillance................................................................................... 13  1.4.1  Répartition du temps de travail en prévention du SARM ......................... 13  1.4.2  Analyse, interprétation et utilisation des données de surveillance .......... 14  1.5  Laboratoire ........................................................................................................... 15  DISCUSSION ......................................................................................................................... 17  CONCLUSION ....................................................................................................................... 19  RÉFÉRENCES ....................................................................................................................... 21  ANNEXE 1 RÉSUMÉ DES MESURES RECOMMANDÉES POUR LA PRÉVENTION ET LE CONTRÔLE DE LA TRANSMISSION DU SARM ET LEUR MISE EN PRATIQUE DANS LES CH DU QUÉBEC................................................ 23  ANNEXE 2 EXEMPLAIRE DU QUESTIONNAIRE............................................................ 27  
Institut national de santé publique du Québec
III
Tableau 1  Tableau 2  Tableau 3  Tableau 4  Tableau 5  Tableau 6  
Étude sur les mesures de prévention et de contrôle du Staphylococcus aureus résistant à la méthicilline (SARM) appliquées dans les centres hospitaliers de soins aigus du Québec : 2009   LISTE DES TABLEAUX Description des centres participants ................................................................. 5  Comparaison des ressources en PCI entre 2004 et 2009 ................................ 5  Comparaison des ressources en PCI entre CH et CHU ................................... 6  Comparaison du nombre de prélèvements pour dépistages entre CH et CHU (n = 62) selon nombre dadmissions pour lannée 2008-2009 (1 er avril 2008 au 31 mars 2009) ....................................................................... 9  Distribution de la prévalence du SARM parmi la clientèle hospitalisée en fonction de la vocation (CH/CHU), du taux dincidence de bactériémie à SARM, du nombre de dépistages et du % de centres avec cohorte................. 9  Comparaison du temps consacré à la prévention du SARM entre 2004 et 2009 (n = 82)............................................................................................... 13  
Institut national de santé publique du Québec
V
Étude sur les mesures de prévention et de contrôle du Staphylococcus aureus résistant à la méthicilline (SARM) appliquées dans les centres hospitaliers de soins aigus du Québec : 2009   
INTRODUCTION Les centres hospitaliers (CH) du Québec ont connu une augmentation importante des infections à Staphylococcus aureus  résistant à la méthicilline (SARM) dans leur population hospitalisée au début des années 2000. Or, depuis 2003, un programme de surveillance des infections invasives à S. aureus  converti en 2006 en un programme provincial de surveillance des souches de S. aureus  isolées des hémocultures, permet de suivre lévolution des bactériémies à SARM dorigine nosocomiale, ou non dans 85 centres hospitaliers du Québec. Cette surveillance provinciale a démontré une diminution de 20 % des bactériémies nosocomiales à SARM, entre 2006 et 2008 (passant de 335 à 270 bactériémies), période pour laquelle lidentification du lieu dacquisition était faite. Quoique lidentification du lieu dacquisition ne fût pas faite en 2004, on note une diminution de 38 % de lensemble des bactériémies à SARM, dont la majorité était dorigine nosocomiale de 2004 à 2008. Les récentes études et données épidémiologiques ont démontré la nécessité de découvrir le réservoir asymptomatique de patients hospitalisés, réservoir qui est une source importante de transmission du SARM. De plus, la surveillance des bactériémies ne représente quune partie du fardeau des SARM au Québec puisque les patients colonisés ou ayant un autre type dinfection ny sont pas comptabilisés. Idéalement, la surveillance provinciale devrait être élargie à tous les nouveaux cas de SARM dacquisition nosocomiale. Par ailleurs, les sondages antérieurs ont démontré des variations dans lapplication locale de ces mesures, notamment dans les pratiques de dépistage ce qui influe nécessairement sur le nombre de cas détectés. Depuis 2006, les établissements de santé ont accès à un guide de prévention et de contrôle des infections à SARM qui a été mis à jour par le Comité sur les infections nosocomiales du Québec (CINQ). Ces lignes directrices sont basées sur une approche plus intensive que celle préconisée en 2000 pour la prévention et le contrôle des infections à SARM. Les recommandations visent principalement à définir les précautions additionnelles de contact, et les stratégies de dépistage et de cohortage de patients porteurs du SARM afin den diminuer la transmission intra hospitalière. Cest dans ce contexte que le Comité de surveillance provinciale des infections nosocomiales (SPIN) SARM a entrepris une étude auprès des professionnels en prévention et contrôle des infections. Les objectifs de cette étude sont de :  Dresser le portrait de lapplication des mesures de prévention et de contrôle en fonction des lignes directrices du CINQ, version 2006;  Documenter lévolution entre 2004 et 2009 de lapplication des mesures de prévention et de contrôle;  Documenter les ressources en PCI (nombre, ratios et proportion du temps consacré aux activités de prévention et du contrôle du SARM) et les ressources en laboratoire (ressources humaines et matérielles, accès et méthodes de dépistage du SARM et de confirmation de la résistance);  Documenter la réceptivité par les professionnels en PCI à participer à un programme provincial de surveillance des cas de SARM nosocomiaux.
Institut national de santé publique du Québec
1