La communauté des Français en Belgique 2014
25 pages
Français

La communauté des Français en Belgique 2014

-

Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Description

La communauté des Français en Belgique ------ Etude du Consulat général de France à Bruxelles 02 avril 2014 Etude réalisée par Paul Alonso, Marie-Eva Bernard, Rodolphe Buis, Lorène Andrianarijaona 1 Introduction Cette étude sur la communauté des Français en Belgique répond à un souhait ancien de ma part : - mieux connaitre nos compatriotes, afin de pouvoir aider ceux qui en ont, ou en auront, besoin ; - mieux mesurer aussi les évolutions de la composition de la communauté qu’ils forment, par-delà leur grande diversité ; - pouvoir mieux communiquer enfin, de manière étayée, sur la réalité de cette communauté, souvent caricaturée par la presse, qui tend à réduire les Français de Belgique à la seule catégorie des « évadés fiscaux ». L’exercice s’est révélé plus difficile qu’il n’y paraissait, les différentes sources statistiques accessibles étant lacunaires, et pas toujours cohérentes entre elles. De plus, l’avancement de ce travail de fond devait passer presque toujours après le traitement des urgences à répétition auxquelles un consulat général de la taille de celui de Bruxelles est souvent confronté. Il a été permis principalement par le travail de stagiaires successifs, que je remercie collectivement.

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 28 mai 2014
Nombre de lectures 8
Langue Français
Poids de l'ouvrage 1 Mo
La communauté des Français en Belgique ------Etude du Consulat général de France à Bruxelles02 avril 2014
Etude réalisée par Paul Alonso, Marie-Eva Bernard, Rodolphe Buis, Lorène Andrianarijaona
1
Introduction
Cette étude sur la communauté des Français en Belgique répond à un souhait ancien de ma part : - mieux connaitre nos compatriotes, afin de pouvoir aider ceux qui en ont, ou en auront, besoin ; - mieux mesurer aussi les évolutions de la composition de la communauté qu’ils forment, par-delà leur grande diversité ; - pouvoir mieux communiquer enfin, de manière étayée, sur la réalité de cette communauté, souvent caricaturée par la presse, qui tend à réduire les Français de Belgique à la seule catégorie des «évadés fiscaux ». L’exercice s’est révélé plus difficile qu’il n’y paraissait, les différentes sources statistiques accessibles étant lacunaires, et pas toujours cohérentes entre elles. De plus, l’avancement de ce travail de fond devait passer presque toujours après le traitement des urgences à répétition auxquelles un consulat général de la taille de celui de Bruxelles est souvent confronté. Il a été permis principalement par le travail de stagiaires successifs, que je remercie collectivement. Cette étude s’appuie sur les chiffres dont nous disposons, ou obtenus auprès d’administrations belges, qui permettaient déjà quelques analyses; nous avons souhaité les compléter par un questionnaire qualitatif réalisé cet été auprès de nos usagers, en nous inspirant de l’enquête mondiale sur l’expatriation menée par la Maison des Français de l’Etranger. Nous prenons les résultats de cette étude avec prudence. Mais un de ses mérites est de constituer une première base, qui pourra servira de référence à des comparaisons dans les années futures. Elle sera complétée prochainement par une étude approfondissant la question de la pauvreté des Français en Belgique. Sylvain Berger, Consul général de France à Bruxelles
2
VOTRE CONSULAT GENERAL Consul général de France M. Slvain BERGER Consul général adjointGestion des cimetières, Secrétariat M. Matthieu CLOUVELsépultures Mme NathalieBROSSARDChauffeur Consuladjoint, Chef deConsul adjoint chancellerieM. Jean-Yves M. Georges JAUSSAUDGUILLARD Administration des Français (Passeport, carte d’identité, Nationalité française inscription consulaire)
Comptabilité, Caisse
Accueil consulaire
Visas
Affaires sociales
Etat civil
3
Méthodologie Cette étude rappelle les principales caractéristiques de la communauté des Français en Belgique, telles qu’elles sont connues du Consulat général de Bruxelles (seul compétent pour toute la Belgique depuis septembre 2011).Elle analyse également les réponsesdonnées à un questionnaire rempli par 500 Français de Belgique volontaires. Ce questionnaire était disponible pour les visiteurs du Consulat général de France à Bruxelles entre mai et juin 2013. Après recoupement avec les statistiques propres à notre Consulat, nous avons pu établir assez de similitudes avec les données concernant l’ensemble de la communauté française en Belgique pour que l’échantillon puisse être considéré comme suffisamment représentatif. Les chiffres issus uniquement de notre questionnaire sont bien sûr à utiliser avec une certaine prudence, plus qualitatifs que scientifiques, mais intéressants par les précisions complémentaires qu’ils fournissent. Le Consulat dispose en effet seulement des données individuelles statistiques fournies par les Français quand ils s’inscrivent; il ne peut recueillir ni détenir que certaines informations, celles autorisées sur le formulaire d’inscription (nom, âge, adresse, situation électorale); cela tient, et c’est bien normal, aux réglementations sur la protection de la vie privée des usagers. Une case est certes prévue sur la situation socioprofessionnelle, mais il est facultatif de la remplir, 40 % seulement des Français inscrits le font, et le renseignement fourni est souvent vague (employé, cadre, …) ; on ne sait pas depuis quand ce Français est arrivé en Belgique (seulement depuis quand il s’est inscrit), quelles étaient ses
motivations, quel est son parcours en Belgique, quels services consulaires il souhaiterait utiliser (et à quels horaires), qui effectue les démarches familiales, etc. Le Consulat général obtient également de l’administration belge les chiffres relatifs au nombre de Français inscrits dans les communes, mais ils se limitent à çà, et ne tiennent compte que des mono-nationaux (un Franco-belge est considéré comme belge par l’administration locale). Le Consulat obtient enfin de l’administration belge (ministères en charge de l’immigration, des affaires sociales, de l’enseignement supérieur, et de la Justice) quelques autres chiffres globaux utiles:177 Français ont perdu leur droit au séjour en Belgique en 2013; 16.000 étudiants sont inscrits en 2013-2014 dans les universités et hautes écolespeu (très sont enregistrés au consulat);3.000 personnes âgées résidant dans des homes spécialisés, 6.500 enfants et adultes handicapés ou autistes, et 285 détenus pour des peines longues ou semi-longues2013) ne sont (fin pas inscrits au Consulat. Mais là encore, nous ne disposons que de chiffrages globaux, sans détails précis ni aspects qualitatifs. Le développementde notre étude est axé autour de deux grandes questions : « Quel Français êtes-vous ? » et« Quel Consulat voulez-vous ? »,visant à analyser le profil des ressortissants Français en Belgique, en même temps que leurs attentes de services consulaires. En effet, comment bien satisfaire des administrés que l’on ne connait pas suffisamment ?
4
Résumé Plusieurs enseignements et données clés sont à retirer de cette étude : a) Communauté française : ·Elle ne cesse de croître ces dernières années :117.318 inscrits sur les listes consulaires (au 02 avril 2014)- soit une évolution de +39% par rapport à 2007 -, 158.800 inscrits dans les communes belges (fin 2013) eton estime la communauté totale à 230.000-250.000 personnes. ·Plus de 50 % des Français résideraient à Bruxelles ou dans le Brabant Flamand et Brabant Wallon. L’implantation des Français serait plus importante dans les régions frontalières, les grandes villes wallonnes et la région de Bruxelles-capitale. ·On compte 16.000 étudiants français en Belgique, 3.000 personnes âgées dans des homes spécialisés, 6.500 handicapés ou autistes, 285 détenus. ·177 Français ont perdu leur droit au séjour en Belgique en 2013. ·La communauté serait composée d’unemajorité de femmes(51,6% selon notre registre, 56% des réponses au questionnaire). ·La moyenne d’âge des Français de nos registres est de 37 ans(37,8 ans pour les sondés) ; plus de la moitié de nos ressortissants auraient moins de 40 ans. ·21% de nos inscrits déclarent disposer d’une double nationalité% des Français (19,2 interrogés). Apports du questionnaire : ·43 % des Français interrogés seraient installés en Belgique depuis moins de dix ans. ·73% exerceraient une activité professionnelle.
·Des liens seraient maintenus avec la France pour 92%. ·Les associations françaises sont peu connues et peu utilisées par la communauté. b) Attentes du Consulat : ·LesFrançais interrogés se déclarent globalement satisfaits des services assurés par le Consulat, l’un des 3 plus gros postes consulaires mondiaux en nombre d’inscrits sur le registre consulaire (avec 6.000 actes d’état civil et 9045 cartes nationales d’identité délivrées en 2013, le Consulat est le 1er poste consulaire au monde dans ces domaines). ·Ils apprécient sa politique de communication (le Consulat se développe sur les réseaux sociaux) : avec 1586 likes, il est le ème 7 Consulatfrançais sur Facebook. Il a 450 abonnés sur Twitter. 15.700 consultations mensuelles du site internet en moyenne en 2013. 55.600 destinataires reçoiventnotre lettre d’information électronique. Enfin, le consulat a traité 11.891courriels en 2013. Apports du questionnaire : ·75% des sondés s’estiment satisfaits ou très satisfaits de leur visite au Consulat général de France. 84 % de la rapidité, la qualité et la courtoisie de l’accueil ;84 % de la qualité et clarté des informations reçues; 70,4 % du délai d’attente pour obtenir un rendez-vous; 63 % du délai d’attente dans la salle d’attente ;77 % des délais d’obtention de documents.
5
I/ La communauté française en Belgique On dénombre117.318 inscrits au registre consulaire(au 2 avril 2014). Mais les données statistiques du registre belge et les estimations du nombre de Français non-inscrits nous permettent d’évaluer la présence totale des ressortissants français en Belgique à près de 250.000 personnes, binationaux inclus. En croisant les différentes statistiques, françaises et belges, sur les Français mono et double-nationaux de Belgique, on arrive au chiffrede :158.800 Français inscritsdans les communes belges, selon le ministère fédéral de l’Intérieur. Au sein de la Belgique, les Français forment la deuxième communauté étrangère, après les Italiens, en nombre d’inscrits à la commune belge (formalité administrative obligatoire pour tout séjour excédant trois mois). Nous savons par ailleurs que 16.000 jeunes Français sont inscrits pour l’année 2013-2014 en Belgique, or ils sont très rarement inscrits au Consulat, et pas toujours dans les communes belges. Nous pouvons constater la même chose pour les handicapés (6.500 en Wallonie) et les 3000 personnes âgées accueillies dans des homes spécialisés (le Hainaut occidental en compte plus d’une vingtaine où les Français forment au moins 80 % des pensionnaires, alors qu’ils ne sont pas inscrits au Consulat ni dans les communes belges). Il est également nécessaire de prendre en compte la présence des 285 détenus pour des peines longues ou semi-longues (fin 2013) qui ne sont pas inscrits au Consulat. La communauté française en Belgique représente ainsi une des communautés françaises expatriées les plus importantes avec celles de Londres et
Genève. Le Consulat général de France à Bruxelles est ainsile troisième poste consulaire français au mondele par nombre de Français inscrits au registre consulaire mondial De fait, sur l’ensemble des Français inscrits sur ce registre, 49% des Français résident en Europe occidentale. Une communauté ancienne Si lacommunauté françaisede Belgique atteint aujourd'hui une taille sans précédent, elleest depuis longtemps une des communautés françaises les plus importantes en Europe. Plusieurs facteurs expliquent ce nombre élevé de Français résidant en Belgique: - les relations frontalières, la communauté de langue - le bon accueil que les Français ont toujours trouvé en Belgique et l'amitié qui a toujours uni les deux pays, - l'importance des échanges commerciaux, - enfin l'importancedes capitaux français investis dans les entreprises commerciales et industrielles belges. En 1939 déjà, on estimait à 25.000 le nombre de Français résidant dans la circonscription consulaire de Bruxelles.On parlait alors de"colonie française en Belgique" !Une enquête de 1938 avait donné les résultats suivants : employés et ouvriers, environ 8000 ; commerçants, 760, auxquels il fallait ajouter environ 75 négociants et courtiers en vins et spiritueux ; représentants de commerce et d'industrie, 118 ; ingénieurs et industriels, 105 ; banquiers et agents de change, 35 ; professeurs, 23.Nombre de religieux françaisétaient également présentsdans les Etablissements 1 d'enseignement de la circonscription.
1 Sources pour l’ensemble de la section : Annuaire des Français de l'étranger de 1950 (publié par
6
En 1950,la colonie française en Belgique aurait atteint 80.000 personnes; quatre ans après la Libération, il semble que la communautéfrançaisede Bruxelles avait presque retrouvé son chiffre d'avant-guerre(25.000). A Bruxelles,en plus du lycée français (fondé en 1907 par la Chambre de commerce française) et de l'Alliance française de Belgique(fondée en 1950), il y avait un "hôpital français" et un "Cercle français" (qui comptait 3.000 membres). En 1955, il y avaitquatre Consulats généraux, àBruxelles, Anvers,Gand et Liège ; deux consulats, à Mons et Charleroi (transformés en Consulats généraux ensuite) ; un vice-consul à Tournai, etdes agents consulaires, à Courtrai,Bruges, Ostende (qui comptait 5.000 Français avant guerre), Namur, Verviers et Arlon (aujourd’hui tous les autres consulats ayant été fermés, seul reste celui de Bruxelles, compétent pour toute la Belgique). Evolution Un rapport de la Cour des Comptes évalue l’augmentation de la présence française en Belgique à +39% sur la 2 ème période 2007-2012, soit la 3 augmentation (après celle des Français en Chine et aux Emirats Arabes Unis). Les Français de Belgique étaient ainsi 80.000 au31 décembre 2007 et 102.000 inscrits fin 2010.
l'Union des Français de l'Etranger), annuaire diplomatique et consulaire de 1955). 2  Rapportde la Cour des comptes, «L’évolution des missions et de l’organisation des Consulats français à l’étranger », septembre 2013, p. 129.
Nombre de Français inscrits au registre (2007 – 2013)
Il est difficile d’appréhender les grandes caractéristiques de notre communauté (ancienneté du séjour en Belgique, etc.), compte tenu des contraintes légales en matière de collecte statistique. Le nombre des Français officiellement inscrits au Consulat général augmente de façon régulière, sous l’effet notamment : - de lamultiplication des échanges et voyages transfrontaliers effectuéspour des raisons économiques, sociales, familiales et personnelles : mobilité étudiante, mobilité du travail, présence des institutions européennes sur le sol belge, conjoint en Belgique… - du développement par le Consulat général d’une politique de proximité, par lamultiplication des tournées consulaires; - del’évolution de la réglementation belge du droit de séjour des citoyens de l’Union européenne:carte de la résident n’est plus une carte d’identité et er de nationalité depuis le 1juin 2008. Nos concitoyens doivent donc demander une carte nationale d’identité ; - et de ladénonciation par la France et la Belgique de la convention du 1963du Conseil de l’Europe sur la diminution des cas de pluri-nationalité, qui permet de ne plus perdre sa nationalité d’origine. Ainsi, depuis le printemps 2009, un Français devenant Belge ne perd plus sa nationalité française et vice versa. Les Français qui avaient perdu la nationalité française en devenant belges
7
peuvent la recouvrer (une cinquantaine le font chaque année). Nationalités 25.000 double-nationaux sont inscrits au consulat, chiffre correspondant à 21% du total, or ils ne sont pas comptabilisés dans les 158.800 inscrits dans les communes, évoqués précédemment (on peut raisonnablement estimer que les binationaux sont plus nombreux que les 25.000actuellement inscrits au registre, ils seraient au moins 40.000, et sans doute 80.000). Ce chiffre de 21% reste inférieur à la proportion de binationaux inscrits sur le registre mondial : 42% des inscrits (voir Annexe 1), ou bien à la proportion de binationaux inscrits dans d’autres consulats (47%à New York, 51% à Genève). Parmi les 21% de Français inscrits au registre et présentant une double nationalité, 14% sont Franco-belges. Dans notre étude, 19,2 % des Français interrogés présentaient une double nationalité. Parmi celles-ci, on retrouve notamment une forte concentration de Franco-belges (35 %) puis de Franco-marocains (22 %). Mais 43% sont de diverses autres nationalités.
Nationalités représentées dans la communauté
A lgérienne 7% 2% A llemande 22% 2% A méricaine Belge 4% Italienne 35% Marocaine 21% Portugaise 7% Autres Hommes/ Femmes L’étude révèle une part plus importante de femmes que d’hommes au sein de la
population (56% de femmes pour 44% d’hommes).Les chiffres du registre nous indiquent un écart entre les hommes et les femmes plus faible (51,6% de femmes pour 48,4% d’hommes).
Âge L’âge moyen des inscrits au registre consulaire est de 37 anscelui des (et sondés de 37,8 ans). La communauté française en Belgique est ainsi majoritairement jeune: 57 % des inscrits au Consulat ont moins de 40 ans et 40 % moins de 30 ans. Le Consulat général de France compte près de 25.075 mineurs inscrits dans ses registres. Les Français sondés sont également âgés de 25 à 45 ans (ils forment 43,6 % du total de l’échantillon). La part de population jeune est plus importante chez les inscrits au Consulat général de Londres et de New York (respectivement 68,7% et 61,5% de moins de 40 ans).
Répartition de la population par âge 12% 13% [17;25] 2% [25;35] 6% [35;45] [45;55] 13% 29% [55;65] [65;78] [Non renseigné] 25%
8
Situations familialesLes situations maritales observées au sein de notre communauté sont diverses (46,4 % des personnes interrogées sont mariées, 46,2 % célibataires). 50,4 % ont indiqué que leur conjoint actuel résidait en Belgique. Nombre de personnes selon le statut marital 250 232231 200 Marié 150 Pacsé Veuf 100 Célibataire 50 31 5 0 Quantité Les ressortissants français ont répondu à une question portant sur le nombre d’enfants présents dans leur foyer: 66,2% des Français disposeraient d’au moins un enfant (mais 25,2 % seraient célibataires sans enfant). Résidence Les données du registre mondial des Français établis hors de France indiquent queplus de 50 % des Français de Belgique habitent dans la région deBruxelles Capitale et dans les provinces proches du Brabant flamand et Brabant wallon. Moins de 8% sont en Flandre, hors Brabant flamand, alors que plus de 40% des Français sont établis en Wallonie, hors Brabant wallon (les chiffres issus de notre enquête sont globalement conformes à ces données). Parmi les quelques milliers de Français qui sont établis enFlandre, 2.383 inscrits au Consulat habitent dans les «communes à facilités » (proches de Bruxelles).
Répartition de la population française par province (novembre 2013)
En comparant les données fournies par les registres statistiques belges de 2011 et 2013, nous avons pu étudier l’évolution de la présence française en Wallonie et dans la région de Bruxelles-Capitale. Dans l’ensemble, l’augmentation de la population française a été de 8% sur deux ans, dans les deux régions. La carte ci-dessous illustre les plus fortes évolutions de l’implantation française dans les régions. Evolution de la présence française en Wallonie et à Bruxelles-Capitale 2011-2013
Lorsqu’on procède à une comparaison de la population française entre 2007 et 2013, toujours d’après les statistiques du registre belge, nous avons pu obtenir la carte suivante :
9
Orientale Limbourg 465411 13,1% TOTAL154 813146 085 +6% Présence (116 633 Français inscrits du Consulat, au 25 février 2014) Par régions : Flandre : 16 238 (dont 6 850 en Brabant flamand) Wallonie : 51 960 (dont 7 824 en Brabant wallon)  BruxellesCapitale : 47 600 Les Français sont plus présents dans la région de Bruxelles-capitale, dans lesPar villes : zones frontalières avec la FranceUccle : 8 202 (Grand Bruxelles) (Hainaut, Flandre-Occidentale), et dansIxelles : 7 572 (centre de Bruxelles) les grandes villes de la Wallonie (Mons,Bruxelles ville : 5 511 (centre de Namur, Liège…). Selon les statistiquesBruxelles) belges, les 53.578 Français forment laSchaerbeek : 3 340 (est de Bruxelles) première communauté étrangère dans laSaint-Gilles : 3 205 (centre de Bruxelles) ville de Bruxelles, devant les40.662 Tournai: 2 792 Marocains et les 28.316 Italiens. LeLiège : 2 378 sentiment d’afflux de Français estMons : 1 502 augmenté par leur regroupement géographique : en particulier à Bruxelles (10.000 dans la commune d'Ixelles,Durée de résidence8.000 dans celle d'Uccle) et dans le Hainaut (12.000 à Mouscron, 8.000 àSelon notre questionnaire, elle est plutôt Tournai). variable: 37,6% des Français sondés se  seraientétablis en Belgique entre 1945 Evolution de la présence des Français en Belgiqueet 2000,43,8 % d’entre eux le seraient entre janvier 2012 et novembre 2013 (statistiques depuis les dix dernières années. belges) : Année d’établissement des Français en Belgique  Registrebelge 40,0% 37,2% Provinces 07/11/201324/01/2012 Evolution 35,0% Bruxelles 57853 53635 7,9%30,0% 26,6% ]1945;2000] 25,0% ]2000;2005] Hainaut 44457 42352 5,0% 17,2% 20,0% ]2005;2010] Liège 11309 10576 6,9% 13,4% 15,0% ]2010;2013] Brabant-NR 10,0% 8 7978 1298,2% 5,6% Wallon5,0% Flandre 0,0% 6 9566 979-0,3%Pourcentage Occidentale Brabant-6 7976 3906,4% Flamand La plupart des personnes interrogées Luxembourg 6308 6068 4% venaient de France au moment de leur amu 5975 5681 5,2%installation en Belgique (70,8 %). Leurs Anvers 3529 3489 1,1%motivations principales d’l’installation Flandre 2367 2375 -0,3%en Belgique sont liéesau travail (54,8
10
%), à un mariage (10,8 %), à une naissance sur place (10,6 %), ou à des études (8,6 %). Etudiants et élèves On compterait16.000 étudiants français en Belgique,principalement situés dans la région de Bruxelles, à Liège et Louvain. Malgré une première manifestation récente, très réussie, en leur direction, à Liège avec le soutien du Consul honoraire, la communauté étudiante française en Belgique reste très peu représentée dans les registres consulaires (moins d’un millier d’étudiants inscrits comme tels), privée ainsi de nos services et informations. Dans le cadre de notre questionnaire, nous avons sondé les Français sur leur scolarité. Seulement 2,4 % auraient été scolarisés au lycée français de Bruxelles ;et les enfants de 5,8% de l’échantillon total font à leur tour partie des élèves de ce lycée. 23,6 % des Français interrogés ont effectué leur scolarité dans un établissement belge. Dans l’ensemble, on note un haut niveau d’études chez les Français sondés, avec une large majorité de personnes disposant d’un niveau supérieur au Bac. Répartition selon le niveau d’étude
Profession 73,2 %de personnes interrogées seraientactives, 9,6 % étudiantes, 8 % femmes au foyer et 6,2% retraitées. Les catégories socioprofessionnelles représentées chez les français ayant
répondu à notre questionnaire sont diverses, même si l’on constate une part prédominante d’employés (37,7 %) et de cadres (29,3 %). Catégories socioprofessionnelles représentées (selon notre questionnaire)
1,1% Non renseigné 4,4% Autre 12,6% Ouvrier 1 37,7%Employé 13,7% Cadremoyen Cadre supérieur 15,6% Indépendant 15,0% 0,0% 10,0%20,0% 30,0% 40,0% Selon la Maison des Français de l’Etranger, près de 80 % exercent leur activité dans le secteur tertiaire, mais le champ socio-économique n’est pas toujours renseigné dans le registre, ou l’est parfois de manière vague. Notre communauté semble refléter assez largement le reste de la sociologie française, en tout cas au moins celle des Français de l’étranger. Avec une exception :les fonctionnaires européens (5.000 personnes environ) et autres internationaux (800 personnels militaires et membres de leurs familles sont ainsi arrivés depuis le retour de la France dans les structures militaires intégrées de l’OTAN en 2009). Ses membres sont donc souvent de haut niveau (sièges de grandes entreprises, avocats et lobbyistes également) mais parfois aussi très modestes. Nous n’avons toutefois pas noté d’ouvriers, d’agriculteurs ou de pêcheurs dans l’échantillon de personnes interrogées. Richesse et pauvreté La presse évoque rituellement le chiffre de «2.000 évadés fiscaux», certains de « 15 000 », d’autres encore de « dizaines de milliers », sans jamais citer de source statistiques ;du reste, comment serait définie cette catégorie? à partir de quel
11