UNE ETUDE COMPAREE DE L’ACTIVITE SEXUELLE AU CHILI ET AU BRESIL
18 pages
Français
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

UNE ETUDE COMPAREE DE L’ACTIVITE SEXUELLE AU CHILI ET AU BRESIL

-

Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres
18 pages
Français

Description

UNE ETUDE COMPAREE DE L’ACTIVITE SEXUELLE AU CHILIET AU BRESILEduardo Goldstein; Elza BerquoContexteLe Brésil connait un taux d’infection par le virus HIV de 79 pour100 000 habitants, dont la cause est la transmission sexuelle pour53% des cas déclarés. Le profil de l’épidémie est, au fil du temps,en voie d’évolution. Le rapport d’un sexe à l’autre parmi les cas depersonnes atteintes est aujourd’hui de 3 /1, contre 23/1 en 1984.On constate une augmentation des cas parmi la populationhétérosexuelle, et chez les jeunes.Au Chili l’épidémie a gardé un profil bas. la plupart des maladesrésident dans des zones urbaines. Les pourcentages en haussechez les femmes signalent l’importance que commence à prendrela transmission hétérosexuelle.Cette situation suffit à montrer l’importance de notre recherche,qui s’attache à mieux connaitre les comportements sexuels dansl’ensemble de la population afin de définir des stratégies deprévention de la transmission du virus du Sida, dans chacun desdeux pays.1MéthodologieLa présente recherche a débuté dans les deux pays en 1997, et letravail de terrain pour la collecte des données s’est déroulé durantl’année 1998.L’échantillon de population visée correspond, au Brésil, à despersonnes des 2 sexes âgées de 16 à 65 ans, résidant dans leszones urbaines de 169 “micro-régions” , qui représentent 78% dutotal de la population réunissant ces caractéristiques. Partant decet univers de référence un échantillon de 3600 ...

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de lectures 119
Langue Français

Exrait

UNEETUDECOMPAREEDEL’ACTIVITESEXUELLEAUCHILIETAUBRESILContexteEduardoGoldstein;ElzaBerquoLeBrésilconnaituntauxd’infectionparlevirusHIVde79pour100000habitants,dontlacauseestlatransmissionsexuellepour53%descasdéclarés.Leprofildel’épidémieest,aufildutemps,envoied’évolution.Lerapportd’unsexeàl’autreparmilescasdepersonnesatteintesestaujourd’huide3/1,contre23/1en1984.Onconstateuneaugmentationdescasparmilapopulationhétérosexuelle,etchezlesjeunes.AuChilil’épidémieagardéunprofilbas.laplupartdesmaladesrésidentdansdeszonesurbaines.Lespourcentagesenhaussechezlesfemmessignalentl’importancequecommenceàprendrelatransmissionhétérosexuelle.Cettesituationsuffitàmontrerl’importancedenotrerecherche,quis’attacheàmieuxconnaitrelescomportementssexuelsdansl’ensembledelapopulationafindedéfinirdesstratégiesdepréventiondelatransmissionduvirusduSida,danschacundesdeuxpays.1
MéthodologieLaprésenterechercheadébutédanslesdeuxpaysen1997,etletravaildeterrainpourlacollectedesdonnéess’estdéroulédurantl’année1998.L’échantillondepopulationviséecorrespond,auBrésil,àdespersonnesdes2sexesâgéesde16à65ans,résidantdansleszonesurbainesde169“micro-régions”,quireprésentent78%dutotaldelapopulationréunissantcescaractéristiques.Partantdecetuniversderéférenceunéchantillonde3600personnesaétésélectionnéparlaméthodestatistiqueprobabilistique,etselondesprobabilitésinégales;cetravails’estfaiten4étapesd’aprèslescritèressuivants:micro-régions,catégoriederecensement,propriétairesdefoyer,etadultesentre16et65ans.AuChilil’échantillond’enquêteregroupe/comporte6000personnesdesdeuxsexesàgéesde18à69ans.Ilestissudelaméthodeprobabilistiquestatistifiée,etaétéélaboréen3étapesselonlatailledesvilles.Lacouverturegéographiquecorrespondauxvillesdeplusde100000habitants,soituntotalde26agglomérationsycomprislacapitale,représentant80%delapopulationurbainedu.syapDanslesdeuxpayslesentretienssesontdéroulésenface-à-face,ensuivantunquestionnairestructuréquiportait,entreautre,surlesconnaissances,lesperceptionsetlesmodesdepréventiondesmaladiessexuellementtransmissiblesetduSida,ainsiquesurl’orientationetlescomportementssexuelsdessujetsinterrogés.AuChililequestionnairecontenaitaussiunepartieauto-administrée(pourleslespratiquessexuels)2
Danslecadredecetteenquête,larelationsexuelleaétédéfiniecommeactesexuelavecpénétrationvaginale,analeouorale.Lessujetsontétéclassésselonleurdegréd’activitésexuelleentroiscatégories:l’uneregroupantlespersonnesquin’avaientjamaiseuaucunrapportsexuel,uneautrecellesquin’avaienteuaucuneactivitésexuelledurantles12moisprécédantl’enquête,etlatroisièmecellesquiavaientétésexuellementactivesdurantlamêmepériode.Danscederniercas,leclassementaétéaffinéenfonctiondunombredepartenairessexuelsaccumulésaucoursdedeuxpériodesdistinctes,les12moisprécédantl’enquête,etles5dernièresannées(1,2,3partenairesouplus).L’analysedupremiererapportsexueletfaitavecundefinitiondelaprecocitéselonuncritered’agesansaucunequalification(avant14ou15ans)commevariabledépendanteetlareligiondefamilleetleniveaud’éducation,outrelesexeetl’âge,commelesvariablesindépendantes.L’analysecomparativeestfondéesurlesréponsesfourniesàdesquestionssimilaires,lesrésultatsétantprésentésselonunedistributiondelapopulationenfonctiondusexeetdel’âge(réduitàlatranchedes18-65ansdanslesdeuxpays).Lespourcentagesrecueillissontprésentésaveclespondérationcorrespondanteauredressementdeséchantillons,etaccompagnésd’indicationsdeseffectifsdediferentssous-groupes(ventilés).3
ExpériencesexuelleAuBrésilcommeauChili,plusde90%delapopulationentre18et65ansaeuaumoinsunefoisuneexpériencesexuelleavecunpartenaire–selonlestermesquenousavonsdéfinisci-dessus.Danslesdeuxpayslepourcentagedesfemmesquidéclarentn’avoirjamaiseuaucunrapportsexuelreprésente,sionlerapporteautotaldelapopulationadulteentre18et65ans,plusdudoubledeceluideshommesquisetrouventdanslamêmesituation,c’est-à-direpourleBrésil,7%defemmeset2%d’hommes,etpourleChilirespectivement9%et4%.(voirtableaunº1)EntréeprécocedanslaviesexuelleConcernantl’âgedelapremièreexpériencesexuelleencouple,onconstatequ’ilanettementdiminuétantauChiliqu’auBrésilparmilesplusjeunesgénérations-cetabaissementsedéduisantàlafoisdel’augmentationdesentréesprécoces,etdeladiminutiondesentréestardivesdanslaviesexuelle.AuBrésillaproportiondejeunestémoignantd’uneentréeprécocedanslaviesexuelle-15ansoumoins-estenaugmentationchezlesgarconscommechezlesfilles,avecuneaccélérationparticulièrechezcelles-ci.AuChilicettetendanceestégalementprésente,bienqu’àunrythmesensiblementpluslent,etuniquementparmilapopulationféminine.Pourleshommesaucontraire,leschiffresmontrentunetendanceinverseparmilesplusjeunes,lenombredejeuneshommessexuellementprécocesétanticiendiminution.4
Ilestimportantderemarquerquel’entréedanslaviesexuelleàl’àgede15ansoumoinsde15ans,estplusfréquentechezleshommesquechezlesfemmes.Bienquecedécalagesetrouveréduitparmilesplusjeunes,actuellementleshommeslesplusprécocessurleplansexuelreprésententplusdudoubledesfemmesdecettetranched’àgequisetrouventdanslamêmesituation.(voirlatranchedes18-25ans,tableaunº1)Sil’oncomparelecasduBrésilavecceluiduChilisurleplandupourcentagesdesjeunesdemoinsde25ansconsidéréscommesexuellementprécoces,onobtientunrapportdel’ordredusimpleaudouble,rapportquel’onretrouveaussibienchezleshommesquechezlesfemmes.Parmilesjeunes,lesfemmesensituationd’entréeprécocedanslaviesexuellereprésentent26%dutotalauBrésil,contre14%auChili,tandisquechezleshommesonatteintdespourcentagesrespectifsde53%et26%.Onnoteraqu’ilyaeurécemmentunaccroissementsensibledesdifférencessurceplanentrelesdeuxpays,encomparaisondesgénérationsprécédentesoùlessituationsétaientsensiblementlesmêmes.EntreetardivedanslaviesexuelleLenombredesfemmesdeplusde15ansaumomentdelapremièreexpériencesexuelleestendiminutionnotableàmesuredel’avancedesgénérations,cettediminutionétantplusmarquéeauBrésilqu’auChili.Lepourcentagedecellesquionteuleurpremierrapportsexuelà19ansouplus(ycomprislacatégorie“n’ontjamaiseuderapportsexuelàcejour”,voirtableaun°1)est5
passéde61%chezlesplusde44ans,à32%chezlesjeunesentre18et24ansauBrésil.AuChili,etpourlesmêmestranchesd’àge,onpassede62%à52%.Chezleshommesenrevanche,onn’assistepasàdeschangementsdetypegénérationnelsurceplan.Incidencedelareligionetduniveaudescolarisationsurl’àged’entréedanslaviesexuelleSil’onprendencompteletotaldesfemmesentre16/18et65ans,onconstatequel’expériencesexuelleprécoceestplusfréquenteparmilesjeunesfemmesappartenantauxfamillessansconfession,queparmicellesquiproviennentdefamillesdeconfessionchrétienne-catholiquesouprotestantesréunies.Letableaun°2indiquelaproportiondejeunesfemmesquionteuleurpremierrapportsexuelavant15ans,selonlareligiondugroupefamilial.Cecasdefigureapparait3foisplussouventparmilesfemmesissuesdefamillessansconfession,queparmilesfamillescatholiquesouprotestantes.Lespourcentagessonticirespectivementde20%contre8%auBrésil,de14%contre4%auChili.Danslapopulationmasculinel’influencedelareligionpratiquéeauseindugroupefamilialn’apparaitpasaussidéterminantepourl’àgedelapremièreexpériencesexuelle.Celle-cialieuavant15ansplusfréquemmentparmilesfamillesprotestantesduBrésil.,alorsqu’auChilicephénomèneestunpeuplusrépanduparmilesfamillessansconfessionquedanslesautresgroupes.6
Activitéetinactivitésexuelledurantles12derniersmoisLetableaun°3présenteladistributiondespersonnesinterrogéesselonleuractivitésexuelle,endistinguantlegroupedespersonnesquin’ontjamaiseuaucuneexpériencesexuelledesactifsetdesinactifs,lespremiersdéclarantavoireuaumoinsunpartenairesexueldurantles12moisquiontprécédél’enquête,aucontrairedesderniers.Lesrésultatssontventilésenfonctiondusexeetdel’àgepourleChilietleBrésil,lalimited’àgeinférieureétantde16anspourleBrésil,etde18anspourleChili.Onobservequelagrandemajoritédelapopulationentre26et65anssedéclaresexuellementactivedurantladernièreannée.Lepourcentageobtenuestsupérieurà90%pourleshommes,tantauBrésilqu’auChili,etsevoitconfirmédanslesdifférentestranchesd’âge.Lepourcentagedefemmessexuellementactivesestmoindreetvaendiminuantàmesureduvieillissementdelapopulation,cettediminutionétantplusaccentuéeauBrésilqu’auChili.Parmilesfemmesdeplusde55ans,seulment37%sedéclarentsexuellementactivesauBrésil,et51%auChili.Parmileshommesdumêmeàgelespourcentagessontrespectivementde93%et89%.Ilapparaitclairementqu’auseindelamêmetranched’âge(c’est-à-direlesplusde55ans)lefortécartquiexisteentrelesdeuxsexesparmilespersonnessedéclarantinactivesaucoursdeladernièreannée,estencoreplusmarquéauBrésilqu’auChili.7
Partenaireuniqueetpartenairesmultiplesdansl’année,etsur5ansSil’onanalyselesréponsesportantsurlenombredepartenairessexuelsaccumuléssurunepériodede12moisetsurunepériodede5ans,lepartenaireuniqueserencontreplusfréquemmentchezlesfemmesquechezleshommes,etpourlesdeuxsexes,plusfréquemmentauChiliqu’auBrésil.-sur5ansLetableaun°4montrelenombredepartenairesaccumulésaucoursdes5dernièresannéesparmilespersonnesquisedéclarentsexuellementactivesdurantles12derniersmoisetontentre18et65ans.Auseindecetéchantillononobservequ’auBrésil78%desfemmeset50%deshommesdéclarentunseulpartenaireLespourcentagespourleChilisontrespectivementde87%et59%.Cecisignifie,encontrepartie,quelechangementdepartenaire(c’estlecasdespersonnesquiontdéclaréplusd’unpartenaireaucoursdes5dernièresannées)estbeaucoupplusfréquentauBrésilqu’auChili,situationquisevoitconfirméeparmilesdifférentestranchesd’âge,pourlesdeuxsexes.Nousremarquonsquecetécartsevérifiesurtoutparmilesplusjeunes.Lepourcentagedeshommesâgésdemoinsde30ansquidéclarentavoiraccumuléaumoins3partenairesaucoursdes5dernièresannéesestégalà40%auChili,atteignant69%auBrésil.Parmilesfemmesdelamêmetranched’âgelespourcentagesontrespectivementde10%et22%.8
-sur12moisLetableaun°5indiquelenombredepartenairessexuelsaucoursdeladernièreannéeparmilespersonnesentre16/18anset65ansquiontdéclaréaumomentdel’enquêteavoirunpartenairestable,qu’ils’agissedeleurconjointoud’unpartenairesansqu’ilyaitnécessairementcohabitationauseinducouple.Seloncecritère,lepourcentagedespersonnesquidéclarentavoireuaumoinsun/eautrepartenaireaucoursdes12derniersmoisestégalà22%chezleshommesbrésiliens,contre13%chezlesfemmesbrésiliennes.LeschiffressontinférieursauChilis’agissantdesdeuxsexes,puisqu’ilséquivalentrespectivementà10%pourleshommeset2%pourlesfemmes.PratiquessexuellesLestableaux6et7montrentlaprévalencedecertainespratiquessexuellesqu’unepopulationd’adultesentre18et65ansadéclaréavoiradoptéaumoinsunefoisencouple.Lesrésultatssontventilésselonlesexe,etprésentésséparémentenfonctiondeladéfinitiondesonpartenairedonnéeparlapersonneinterrogée:conjoint-partenairestable–partenaireoccasionnel.Abstractionfaitedutypedecoupleetdelafréquencedesrapports,lapratiquesexuellelapluscourantedanslesdeuxpaysestlasexualitévaginale.Vientensuitelasexualitéorale,puislasexualitéanale.9
Danslecasdespersonnesmariéesetdescouplesstables,onconstateuneincidencemajeuredespratiqueslesmoinsrépanduestellesquesexualitéoraleetsexualitéanaleauChili,sil’oncompareaveclasituationduBrésil.Sil’onconsidèreindistinctementlesréponsesdeshommesetfemmessoumisàl’enquête,61%descouplesdéclarentavoirpratiquéaumoinsunefoislasexualitéoraleauChili,contre37%auBrésil.Ilestplusrarederencontrermentiondelasexualitéanale,quiapparaitdans23%descasauChili,contre16%auBrésil.(Cesmemespratiquesontplusgrandedeclarationparleshommesquelesfemmes)Voirtableaunº6.LerépertoiredespratiquessexuellesdéclaréesestplusdiversifiéauBrésilparmilespersonnesquidéclarentavoireul’annéeprécèdenteplusieurspartenairesoccasionnels,queparmilespersonnesensituationdecouplestable.Chezlessujetsquionteuaucoursdeladernièreannéeplusieurspartenairesoccasionnels(cf.Tableaunº7)lapratiquedelasexualitéoraleestplusgénéraliséeauChiliqu’auBrésil(63%contre54%),tandisquelasexualitéanaleapparaitpluslargementdanslesdéclarationsrecueilliesauBrésilqu’auChili(respectivement30%et20%).01
CONCLUSIONParmilesdifférencesobservéesentrelespopulationsgénéraladultesduChilietBrésil,onrelèvel’influencedesniveauxd’activitésexuelleplusélevésparmilesjeunes,selonlesdéclarationsrecueillies.Nousobservonsaujourd’huicommeuneconséquencedel’accroissementplusrapidedelaprécocitésexuelleauBrésil,particulièrementchezlapopulationféminine,lefaitquelesprécocessontdeuxfoisplusfréquentsauBrésilqu’auChilietfontétatd’unplusgrandnombredepartenairessexuels,pourlesdeuxsexes,danslaclassed’âgedes18-24ans.Lemodèledupartenaireuniqueetstablerestemajoritaireparmilapopulationadulte,sousl’effetprincipalementdesdéclarationsdesfemmesdeplusde30ans.Cemodèleserencontreplusfréquemmentdanslesdéclarationslorsdel’enquêteauChiliqu’auBrésil,pourlesdeuxsexes.Ilestdifficiled’expliquerleretraitavérédelaviesexuelleactivechezlesfemmesàunâgeplusjeuneauBrésilqu’auChili,parlesdifférencesquiexistententrelespourcentagesdeveuvesetdefemmesséparéesdecorpsentrecesdeuxpays.Cequinousamèneàsuggérerlejeud’autresfacteursd’influencedanscecas.Ilfaudraiticianalyserl’effetdeladistinctionentrerelationsdecoupleetétat-civil,ainsiquel’influenced’uneconfusionpossibleentrelepartenairesexueletleconjoint.OnrelèveuneplusgrandeprésencedessexualitésoraleetanaledanslesdéclarationsrecueilliesparmilapopulationadulteengénéralauChiliqu’auBrésil.Danslecasdescouplesformésde11