//img.uscri.be/pth/bbec9f2170f28b23b1ff099059803672baa779a4
YouScribe est heureux de vous offrir cette publication
Lire

NĀSIR-E KHOSRAW ou NĀSIR-I KHUSRAW (1004-1088)

De
2 pages

Universalis_Article publié par Encyclopaedia Universalis NNĀĀSSIIRR--EE KKHHOOSSRRAAWW oouu NNĀĀSSIIRR--II KHUSRAW (1004-1088) Né près de Balkh, d'une

Publié par :
Ajouté le : 27 mars 2014
Lecture(s) : 6
Signaler un abus
NĀSIR-E KHOSRAW ou NĀSIR-I KHUSRAW (1004-1088)

Né près de Balkh, d'une famille shī‘ite, Nāsir-e Khosraw se convertit, au cours d'un voyage en Égypte fatimide, à l'ismaélisme, dont il devient un ardent propagandiste ; il a décrit de pieux poèmes à tendances didactiques, un « Livre sur le bonheur » (Sa‘ādat-namah), un « Livre de la clarté » (Rawshanā'ī-namah) et un « Itinéraire » (Safar-namah), où il parle de son voyage. Dans une douzaine d'ouvrages, il exposa la doctrine ismaélienne. Le plus célèbre est le Djāmi‘ al-Ḥikmatayn (le « Livre des deux sagesses » qui réunit la théologie et la philosophie (laquelle est pour lui le néo-platonisme).

Nāsir-e Khosraw a une conception mystique de la nature qu'il voit comme issue d'une contemplation que l'âme projette en elle. De son côté, l'âme procède de la contemplation que l'intelligence projette sur elle-même. L'inspiration plotinienne de cette pensée est évidente. On en dirait autant sur la question des rapports entre le temps et l'éternité : l'un est éternité mesurée, l'autre est temps sans mesure. La théologie de Nāsir-e Khosraw tourne le dos à la scolastique du kalām spéculatif, qui n'est qu'un effort pour rationaliser les textes révélés. Pour lui, il faut au contraire découvrir la réalité symbolique de ces textes qui dans leur lettre sont comme l'aspect exotérique de la réalité, absolue vérité, qu'est la Haqīqa.

Auteur: ROGER ARNALDEZ